Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Origine et évolution de l’architecture domestique

Texte intégral

1L’ancienne architecture domestique du Caire étudiée ici se limite principalement aux résidences aristocratiques, sinon aux riches habitations musulmanes de l’époque mamelouke — bahrite et circassienne —. En effet, il n’a guère subsisté jusqu’à ce jour que les vestiges de certains palais princiers et de luxueuses demeures habitées autrefois par des émirs, officiers, notables et commerçants, appartenant à l’élite de la société cairote, indépendamment de certaines habitations particulières et collectives occupées autrefois par la moyenne bourgeoisie. Il n’a été possible de relever aucune trace apparente des habitations les plus modestes qui devaient former jadis les quartiers populeux, la fragilité de ces constructions en briques n’ayant pu résister à la ruine ou aux destructions également fréquentes.

2Au moment où l’art musulman de la Capitale égyptienne apparaît particulièrement brillant entre le xiiie et le xvie siècle (Pl. A), l’architecture mamelouke y vise à frapper l’imagination par les proportions imposantes de ses monuments et la richesse d’une ornementation nouvelle, épigraphique, géométrique et florale. Avant d’en examiner les aspects les plus caractéristiques, il importe de rechercher les principales influences qui les déterminèrent, selon les pays et l’époque. On ne manquera pas de retenir, en priorité, certaines survivances artistiques locales parfois très anciennes auxquelles s’est ajoutée l’adoption d’éléments étrangers, modes de construction et thèmes décoratifs importés surtout de l’Orient.

3De l’Occident, on devra noter aussi les emprunts qui ont marqué les constructions mameloukes de l’Egypte et de la Syrie au temps des Croisades.

Origine locale (Egypte)

  • 1 Ch. Garnier et Amman, L’Habitation humaine, Paris, 1892, p. 107 et ss. — Ch. Perrot et Ch. Chipiez (...)

4L’examen de la configuration de palais et de maisons de l’ancienne Egypte nous permettra de découvrir tout d’abord la fidélité de l’Egypte du Moyen Age à certains types d’habitations de tradition millénaire. Ceux-ci ont été révélés aussi bien par les fouilles effectuées sur les sites de Deir el-Medineh et de Tell el-Amarna que par la représentation de constructions figurant sur les parois de plusieurs tombes royales1.

  • 2 J. Vandier, Manuel d’Archéologie égyptienne, II, Paris, 1955, p. 976.

5Les renseignements ainsi recueillis se trouvent confirmés par « les maisons d’âme », petits modèles de poterie qu’on avait accoutumé de placer, entre la VIe et la XIIe Dynastie, sur les superstructures des tombes2.

  • 3 F. Daumas, La vie dans l’Egypte ancienne, Paris, 1968, p. 50. Ces habitations élémentaires étaient (...)
  • 4 Ibid., p. 51 et ss.
  • 5 Ville du Fayoum.
  • 6 Habitations de 6 à 7 pièces couvrant 100 m2.

6Les habitations les plus anciennes comportaient une division tripartite que l’on conservera plus tard, et qui correspond déjà à une forme d’évolution avancée ; elles présentaient alors une salle de réception, des magasins et des pièces à usage privé3. « Elles s’ouvraient sur la rue généralement par une porte en chicane, comme aujourd’hui encore beaucoup de maisons traditionnelles en Egypte4. A Kahoun5, à côté des maisons mitoyennes simples, destinées aux ouvriers6... il y avait de grandes demeures pour les fonctionnaires. Leur superficie était de 2 400 m2. Elles possèdent toujours une grande cour intérieure à portique, donnant accès à des salles de réception au plafond soutenu par deux ou quatre colonnes en bois peint reposant sur des bases de calcaire. Le portique de la cour, du côté Sud, ombrage la pièce de réception et la protège ainsi de la chaleur. Dès l’entrée, on avait accès aux cuisines et aux magasins. Un long couloir permet généralement de se rendre dans la partie destinée aux hôtes et aux appartements personnels du maître. Le harem n’avait d’ouverture que sur la cour intérieure où donnaient aussi les pièces réservées aux domestiques. Deux cours à portique, dans ces sections, comportaient des citernes. Ce sont, on le voit, des maisons fort complexes déjà et destinées à un grand nombre de personnes. Elles logeaient en fait toute la famille comprise au sens de la gens romaine ».

7A Tell el-Amarna, les maisons ordinaires bâties pour les ouvriers et artisans sont de même type que celles de Kahoun. Cependant, elles comprennent, dans leur simplicité, les éléments essentiels des riches habitations, élevées dans leur voisinage.

  • 7 Colonnes généralement limitées à quatre.
    Pl. Β : A. Badawi, Le Dessin architectural chez les ancien (...)

8« ...les demeures les plus évoluées et les plus intéressantes sont celles des grands fonctionnaires et des courtisans. Elles reflètent ce goût du luxe et de la perfection que l’on sent fort bien dès le temps d’Aménophis III et qu’on devait trouver à Thèbes dans le plan des riches demeures urbaines à jamais disparues. Un jardin précédait la maison proprement dite. Clos de murs, il comprenait un bassin où croissaient lotus et papyrus et où nageaient des poissons. Arbres d’Egypte, dattiers, doums, sycomores, acacias, grenadiers et treilles couvertes de vignes l’ombrageaient. Des communs permettaient d’abriter tous les corps de métiers nécessaires à la famille, dans une cité où le commerce de détail n’était pas organisé ; silos à grains, cellier avec pressoir, étables et, le cas échéant, écurie, basse-cour, boucherie, boulangerie avec son four, ateliers de menuiserie et de tissage s’entassaient, parfois minuscules, le long des murs. Et, au fond, surélevé sur une sorte de podium, se trouvait la maison du maître. Quelques marches très basses conduisaient dans la loge du portier. De là, on passait dans un petit vestibule, puis dans une vaste salle de réception. Certaines, telle celle du Vizir Nakht, avaient leur plafond soutenu par six colonnes sur deux rangées...7.

9Au centre, un foyer en terre cuite était implanté dans le sol... Des stucs peints revêtaient parois et plafonds et de petites fenêtres, placées au haut des murs, aéraient et éclairaient la pièce en tamisant à travers leur lacis de pierre la poussière et la lumière aveuglante.

  • 8 Ibid., cette capitale neuve, Amarna, créée en plein désert, disposait de beaucoup de place. Ce ne (...)

10La seconde partie était réservée à la vie de famille. Au centre, il y avait une salle carrée à quatre colonnes. Un divan y était ménagé. Assez souvent, on y trouvait un foyer et des jarres pour y conserver de l’eau fraîche. Différentes pièces secondaires flanquaient cette salle. L’une contenait un escalier pour monter sur la terrasse où, parfois, se trouvaient des loggias dans lesquelles on allait peut-être prendre le frais. La dernière partie, la plus intime, comprenait une chambre à coucher comportant une alcôve, une douche, un cabinet muni souvent d’un siège percé et d’un récipient empli de sable... »8.

11Dans la cité royale, les mêmes éléments architecturaux sont utilisés au palais du Pharaon où ils surpassent naturellement les constructions précédentes par l’ampleur de leurs proportions et leur luxe ornemental.

Planche Β

Planche Β

Représentation intérieure de la demeure de Thout-Nefer : entre le sous-sol affecté aux travaux ménagers et artisanaux et l’étage réservé au maître, la salle de séjour précédée d’une antichambre à colonnes de bois. Un escalier à plusieurs volées dessert l’ensemble (d’après A. Badawi).

  • 9 G. Maspéro, Histoire ancienne des peuples de l’Orient. Paris, 1904, p. 275 et ss.
  • 10 Ibid., p. 276 (2). C’est la description du palais bâti par Ramsès III à Amon... Ramsès II était da (...)

12Portique de l’entrée et salle de réception sont ainsi décrits par Maspéro9. A l’intérieur de l’enceinte en briques, couronnée de créneaux, « le logis royal se reconnaissait tout d’abord à ses galeries en saillie sur la façade, d’où Pharaon assistait comme d’une tribune aux évolutions de sa garde et au défilé solennel des envoyés étrangers, des seigneurs égyptiens en audience, des fonctionnaires qu’il voulait récompenser de leurs services. Ils arrivaient du fond de la cour, s’arrêtaient au pied de l’édifice, et là, se prosternant, courbant la tête, agitant les bras, tordant et retordant les mains au rythme tour à tour rapide et lent, ils adoraient le maître... Nous entrevoyons à peine quelques détails de l’agencement intérieur : on trouve pourtant la mention de grandes salles « semblables à la salle d’Atoumou dans le ciel », où le roi venait pour traiter les affaires en conseil, pour rendre la justice et quelquefois aussi pour présider à des banquets solennels. Des colonnes élancées, taillées dans des bois précieux et peints de couleurs vives, les supportaient en longues rangées ; on y accédait par des portes lamées d’or et d’argent, incrustées de malachite et de lapis-lazuli10.

  • 11 Ibid., p. 277. Constructions en bois, en briques, rarement en moellons. « Les vieux Pharaons n’aim (...)

13Les appartements privés, l’âkhonouiti, en étaient séparés rigoureusement, mais ils communiquaient avec l’hôtel de la reine et avec le harem des femmes secondaires... »11.

  • 12 Des couloirs abritent la circulation intérieure et l’accès aux divers appartements.

14Dans son ouvrage « Le dessin architectural chez les anciens Egyptiens », Alexandre Badawi nous fournit d’autres exemples de l’habitation citadine et de l’habitation rurale au moyen Empire et au Nouvel Empire. Les plans des palais et riches demeures dont il a relevé la représentation murale, montre la fortune si fréquente de certains éléments fixés par la tradition. Ce sont principalement, avec la cour, sinon le jardin intérieur, le pilône de l’entrée, avec ou sans portique, surmonté parfois d’une loggia, la grande salle de réception des hôtes ou de réunion familiale12, ainsi que les curieuses bouches d’aération (malqaf) dressées sur les terrasses et orientées probablement vers le Nord (Pl. C).

Planche C

Planche C

Habitations de l’ancienne Egypte pourvues de « malqaf » d’aération sur terrasse (d’après A. Badawi).

  • 13 Ch. Garnier, op. cit., p. 131-132. « Enfin, au-dessus des chambres d’habitation s’étendait la terr (...)

15Il faut aussi tenir compte de la disposition particulière des communs — magasins et logements domestiques — toujours séparés de l’habitation des maîtres. On les trouve placés à l’écart, soit de part et d’autre d’un jardin ou d’une cour, soit — en cas d’espace plus mesuré — groupés au rez-de-chaussée que surmonte l’étage réservé au maître et à sa famille13.

  • 14 Emploi exclusif des briques crues ou séchées au soleil dans les habitations ordinaires ; ailleurs, (...)
  • 15 Les escaliers à plusieurs volées sont séparés par des paliers carrés.
  • 16 De tout temps, le roseau est largement utilisé dans différentes parties de l’habitation égyptienne (...)

16Ajoutons enfin le choix des matériaux qui apparaît immuable dans l’élévation des constructions, qu’il s’agisse de l’argile pour les briques — crues (séchées au soleil) ou cuites14 —, du calcaire pour les murs inférieurs et le dallage des riches demeures15, des troncs de palmier, voire du bois de sycomore, de cyprès et d’acacia pour les plafonds, les portes et le chaînage des murs16.

17On constate ainsi une réelle unité de conception architecturale et de moyens de construction dans l’ancienne Egypte ; c’est dire l’importance que l’on attachait à certains principes considérés comme essentiels, également nécessités par les conditions climatiques et les modes de vie.

  • 17 C’est peut-être dans les anciennes habitations coptes que dut s’établir la transition entre l’arch (...)

18Doit-on alors s’étonner si on a pu penser que, plus tard, au Moyen Age islamique, apparaisse une véritable survivance de traditions liées aux formes locales de l’habitation, héritées d’une civilisation disparue17.

Influence orientale

  • 18 L. Bréhier, Histoire générale de l’Art (L’Art musulman), Paris, 1938, p. 13.

19C’est en Mésopotamie qu’il faut aussi rechercher l’origine de l’architecture des Sultans mamelouks après que l’art des Califes abbassides eut révélé, entre le viiie et le ixe siècle, une véritable renaissance de l’art des Sassanides18 ; de cet art, on sait que le Palais de Ctésiphon demeurera longtemps le plus bel exemple monumental avec son porche gigantesque, ses voûtes et ses hautes façades à arcatures aveugles.

  • 19 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, II, La Chaldée et l’Assyrie, Paris, (...)
  • 20 Ibid., p. 147-153. Palais de Sargon à Khorsabad. Murs en pierre de taille appareillée — carreaux e (...)
  • 21 Ibid., p. 157, 179, 247. Briques crues (avec mélange de paille hachée) liées entre elles sans mort (...)

20Il est nécessaire cependant de remonter encore plus loin pour retrouver dans la civilisation chaldéo-assyrienne la source des techniques de construction et des formes architecturales dont s’inspireront bâtisseurs sassanides, puis abbassides. Un cadre géographique, qui n’eût été que désertique sans la présence du Tigre et de l’Euphrate, rappelle une situation assez semblable à celle de l’Egypte transformée par les eaux du Nil. En outre, les deux pays offrent des ressources souvent comparables en matériaux de construction tels que argile, calcaire, albâtre, minéraux (cuivre, fer, plomb), bois19. Il n’en reste pas moins que si l’emploi de la pierre de taille n’est guère pratiqué que par les Assyriens dans l’édification de leurs temples et de leurs palais20—revêtements muraux, dallages, sculptures — la brique demeure, à travers les siècles, l’élément constructif de prédilection — brique d’argile crue, brique séchée au soleil, brique cuite, parfois émaillée21.

  • 22 Ibid., p. 113, 134, 139. L’usage de la brique et l’emploi d’une multitude de captifs répondaient à (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 140, 181. Les colonnes auraient été réservées, en dehors des loggias aménagées parfois s (...)

21L’architecture chaldéo-assyrienne apparaît donc déterminée par l’usage prédominant de la brique. Aussi, pour élever des constructions massives aux proportions imposantes, temples et palais voire jardins suspendus présentent-ils des pleins supérieurs aux vides22 : murs de forte épaisseur soutenant le poids des voûtes et des terrasses pour former de hautes et profondes salles obscures dont on appréciait la fraîcheur. Adaptées au climat, ces pièces entièrement fermées constituaient un abri sûr contre la chaleur de l’été23. Dépourvues de colonnes24, elles pouvaient être divisées dans leur longueur et renforcées par des murs de refend. Air et lumière n’y pénétraient que par la porte d’entrée ouvrant sur la cour intérieure. Sur les terrasses bordées parfois, comme les murs d’enceinte du palais, de merlons en dents de scie, se dressaient souvent des loggias avec colonnes. On venait y prendre le frais et se divertir à la vue des cours et des jardins que l’on dominait.

  • 25 Ibid., p. 143, 168, 172, 151-252. Selon Strabon, toutes les maisons de Babylone étaient voûtées (X (...)

22Bien que les plafonds en charpente ne semblent pas avoir été méconnus dans les riches constructions de la Chaldée et de l’Assyrie — non plus que dans les habitations ordinaires — la couverture caractéristique, réalisée en briques, était la voûte, voûte en berceau, sinon coupole arrondie plus ou moins élevée, celle-ci étant réservée principalement aux pièces carrées25.

  • 26 Ibid., p. 180, 181, 339. Grande salle du Harem au Palais de Khorsabad. On n’a pas manqué d’établir (...)
  • 27 Ibid., p. 305. Couleurs de l’émail : blanc, noir, vert, rouge, jaune, bleu. Cette dernière teinte (...)

23Avec l’arc cintré qui surmonte l’entrée monumentale des anciens palais, la voûte et la coupole apparaissent bien comme les créations originales des architectes chaldéens. On doit y ajouter, dans certains cas, l’adoption de la demi-coupole. Un exemple en est donné au Palais de Khorsabad, où elle surmonte un large défoncement formant abri ouvert sur une cour26. On serait alors tenté d’y voir le précurseur de l’īwān persan dont l’usage sera appelé à connaître une telle faveur dans les monuments religieux et civils de l’Orient et de l’Occident musulmans. Comme les modes de construction et les formes architecturales de l’Antiquité chaldéo-assyrienne, les techniques du décor et certains motifs ornementaux seront repris par les architectes et artisans de la Perse sassanide et abbasside. Leur origine apparaît aussi bien dans la richesse décorative des briques émaillées27 couvrant les façades de l’archivolte d’une entrée monumentale, les créneaux dentelés des remparts et des terrasses ou les revêtements intérieurs des salles royales, que dans l’application murale de vastes compositions à la détrempe ou en gypse rehaussé de couleurs vives, la peinture des plafonds en charpente et le placage en bronze ouvragé des portes fermant temples et palais.

  • 28 Ibid., p. 272, 313. Représentation fréquente dans la pierre sculptée et colorée.
  • 29 Ibid., l’enduit général des murs, intérieur et extérieur, était fait de chaux cuite et de plâtre.
  • 30 Ibid., p. 309. Motif emprunté au décor égyptien.
  • 31 Ibid., p. 315. Bois rehaussé d’ivoire, d’émaux et de dorures.

24Si la représentation de figures humaines et animales28 si chère aux artistes chaldéens — et égyptiens — s’oppose plus tard aux doctrines de l’Islam, il semble bien que l’on s’attache fidèlement à certaines formes décoratives, géométriques et florales29, en raison, sans doute, de leur valeur symbolique : disque solaire, étoile à huit pointes, rosace, rosette, tresse, arbre de vie, palmette, boutons et fleurs épanouies (lotus)30... Il y a tout lieu de penser que la même recherche ornementale s’étendait au mobilier31, aux tapis et tentures ainsi qu’aux vêtements tissés et brodés des grands personnages de la cour royale, complétant le faste d’une civilisation millénaire.

  • 32 Ibid., p. 175.
  • 33 Ibid., p. 321-324. D’autres imitateurs sont à ajouter, tels que Mèdes, Syriens, Phéniciens.
  • 34 Ibid., p. 177-178. En Asie Mineure, le renouvellement des constructions grecques a pu être réalisé (...)

25Si on a pu dire que l’architecture grandiose née entre le Tigre et l’Euphrate était demeurée fidèle à ses règles fondamentales de construction et de décor depuis Sargon jusqu’à Chosroès32, on constate aussi que Perses et Byzantins33, en recueillant plus tard ces traditions antiques, ont su en faire les bases respectives d’un art entièrement renouvelé34. Nous verrons, en Egypte, comment l’architecture domestique des Mamelouks bénéficiera également des influences lointaines qui lui ont été transmises et dont on peut observer les premiers effets aux époques abbasside, toulounide et fatimide.

Période islamique

  • 35 G. Marçais. L’architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954, passim. P. Ricard. Pour comprendre l (...)

26L’implantation des nouvelles cités qui suivit la conquête musulmane autour du bassin méditerranéen présenta tout d’abord une curieuse similitude dans la configuration des habitations. Celles-ci sont, en effet, constituées, compte tenu de l’existence possible de maisons à étage, par une cour centrale sur laquelle s’ouvrent les pièces affectées au logement familial. Une disposition semblable caractérise la maison la plus modeste et la riche demeure, quelles qu’en soient les différences de proportions et de décor35. On en reconnait l’origine commune avec l’adoption du plan classique de la maison gréco-romaine dans toute l’Afrique du Nord et en Espagne — voire en Sicile musulmane — où il sera conservé en dépit de certaines modifications architecturales et ornementales.

  • 36 Ce défoncement central, déjà connu dans la Grèce antique (oecus) et l’Italie romaine (tablinum) au (...)
  • 37 E. Pauty, Les Palais et maisons d’époque musulmane au Caire. Le Caire, 1933, p. 14 et s.s. L’archi (...)

27On y observe les mêmes signes apparents de supériorité dans la hiérarchie sociale et la fortune de certains habitants, comme en témoignent notamment l’élévation d’un ou plusieurs portiques sur la cour et l’aménagement d’une alcôve médiane à usage de salon dans la pièce principale36. Ces caractéristiques essentielles rappellent singulièrement celles des habitations musulmanes qui furent édifiée à Fusṭāṭ au ixe siècle et dont le style aurait été emprunté à l’architecture domestique mésopotamienne. Ce fut sans doute, avec la période fatimide (xe-xiie s.), le seul moment où semble avoir existé une véritable unité de conception architecturale entre les habitations musulmanes de l’Egypte — comme entre celles de l’Orient et du Maghreb37.

La maison de Fustat

  • 38 M. Clerget. Le Caire, I, 1934, p. 94 et ss.
    Ali Bahgat Bey et Albert Gabriel, Les Fouilles d’al-Fou (...)

28On sait que Fusṭāṭ38, établie sur la rive droite du Nil et l’emplacement de l’ancienne Babylone, fut la première cité musulmane fondée en Egypte lors de la conquête de ce pays par ‛Amr en 640. Formée, tout d’abord, de constructions sommaires en argile destinées à abriter les soldats de l’armée arabe, cette ville ne manqua pas d’être transformée et améliorée aux siècles suivants au point d’atteindre, sous le règne des Califes abbassides, une importance surprenante.

  • 39 A. Lézine, Persistance de Traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte mus (...)

29En adoptant comme modèle, au ixe siècle, les maisons de Samarra, les bâtisseurs de l’époque y virent sans doute le type d’habitation contemporaine le mieux approprié à l’existence citadine et à un climat généralement chaud39. De la description qui en a été faite par Aly Bahgat Bey et Albert Gabriel seront alors retenues les indications suivantes : « On se trouve en présence d’une composition sur deux axes rectangulaires, dont le point de départ est une cour centrale, de dimensions et de proportions variables. Sur une des faces de la cour, se développe un portique à trois baies inégales : celle du centre, plus large que les ouvertures latérales, en est séparée par deux piliers de briques. Répondant à la baie centrale, s’ouvre, sous le portique, une salle principale, plus profonde que large, flanquée de deux pièces secondaires sans communication directe avec elle.

Planche D

Planche D

En haut : plan d’une maison de Fusṭāṭ à trois « ïwāns » et une chambre en Τ autour d’une cour centrale avec bassin.
En bas : plan d’une grande demeure à plusieurs « īwāns » et deux salles en Τ avec chambrettes latérales, autour d’une cour avec bassin et jardinet (d’après A. Gabriel).

  • 40 Cf. Les Fouilles d’Al Foustat, p. 276-279. Dans l’Architecture musulmane d’Occident, Georges Marça (...)
  • 41 Disposition contraire à celle qui fut adoptée dans les maisons de Samarra, y opposant parfois deux (...)

30Sur les trois autres faces de la cour, et dans l’axe de chacune d’elles sont ménagés des īwāns de profondeur variable, qui parfois forment de véritables salles, mais qui, pour la plupart, se réduisent à des enfoncements de faibles dimensions ou même à de simples niches plates...40 (Pl. D, E). Le portique à trois baies, qui donne accès aux pièces principales de l’habitation, regarde en général le levant, parfois le couchant, mais évite aussi bien le plein Sud que le plein Nord41. Il semble bien que partout où c’était possible, on cherchait à se rapprocher de l’orientation nord-est... »

31La chaleur dominant (à Misr) plus que la fraîcheur, les maisons étaient construites en vue de l’été et des deux périodes voisines.

  • 42 J. Revault. Palais de Tunis, I, p. 50 ; Les Fouilles d’Al Foustat, op. cit., pp. 87, 88,89. « Moel (...)
  • 43 Ibid., p. 92. L’emploi du chaînage en bois serait d’origine orientale.
  • 44 Ibid., p. 104-116. Venu, sans doute, de la Perse, ce mode de décor se serait répandu dans tout le (...)
  • 45 L. Golvin. Mélanges d’Islamologie, II, in Correspondance d’Orient n° 13, p. 218. « Formée dès le d (...)

32« Dans la construction de la maison de Fusṭāṭ, pierre calcaire et briques cuites sont également utilisées42. Elles sont liées par un mortier d’argile — ou de sable — et de chaux pour l’élévation des murs et de leurs fondations que consolident souvent des chaînages en bois43. On a fréquemment recours à l’emploi simultané de la pierre et de la brique sans enduit avec joints de plâtre apparent. Tandis que le sol des cours et des pièces, ainsi que le fond des bassins seront uniformément couverts de dalles de calcaire réunies par un mortier de chaux et de cendres, arcs, voûtes et niches seront toujours bâtis en briques. Celles-ci constitueront encore un élément décoratif employé couramment. Combinées avec le plâtre, elles opposeront à la crudité du blanc la chaude couleur de leur brun-rouge, dans une ornementation géométrique réservée aux frises des murs et aux archivoltes des arcs. Il pourra s’y ajouter, selon les procédés connus à Samarra, un décor de stuc moulé dont les éléments floraux sont très différents des éléments coptes »44. « Ainsi se créérent à Foustat ces générations d’habiles artisans, qui, aux siècles suivants bâtirent pour les nouveaux maîtres de l’Egypte les splendeurs du Caire »45.

Un palais fatimide

  • 46 Capitale de l’Egypte et de l’Empire fatimide, fondée par Ğawhar, avant l’arrivée d’al-Mu‛izz, dont (...)
  • 47 Miṣr al-Ḳāhira, Encyclopédie de l’Islam, I, 1913. D’abord camp militaire (comme al-‘Askar et al-Qa (...)
  • 48 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, in Encyclop. Islam, IV, 1974, p. 442-464.
  • 49 G. Marçais, L’art fatimide, in Encyclopédie de l’Islam, II, 1965, pp. 883-884. « On ne saurait exa (...)

33Lorsqu’en 970, al-Mu ‛izz, venant de l’Ifrīqiyā, eut fait la conquête de l’Egypte, il établit sa capitale46, al-Qāhira47, sur la rive droite du Nil, au Nord-Est de la première cité musulmane48. Il apportait une foi nouvelle qu’il désirait imposer avec l’édification de monuments religieux majestueux. Il devait s’entourer également d’une cour fastueuse, installée avec palais et jardins, à l’intérieur de la cité neuve49. Par la suite, l’opulence des califes fatimides et des hauts fonctionnaires ne manquera pas d’être attestée par les auteurs arabes.

34On reconnait alors la diversité des influences qui ont contribué à donner à l’art fatimide son originalité propre. « Aux éléments d’architecture provenant de l’Ifrīḳiyā, à l’héritage ṭūlūnide et mésopotamien, à l’apport syrien qui s’affirme dans les constructions militaires, s’ajoutent, surtout dans le décor et les arts mobiliers, les legs de la Perse et, non moins important, le patrimoine hellénistique dont les Coptes sont les dépositaires ».

  • 50 Rappelons que remparts de briques et portes de la Cité en pierre de taille reconstruits, au xie si (...)
  • 51 La Grande Mosquée al-Azhar rappelle par l’ampleur de sa cour à portiques et sa grande salle de pri (...)
  • 52 Saladin résida d’abord dans le dār al-Wizāra et ne décida de construire une citadelle qu’à partir (...)
  • 53 Hôpital.

35Si, de cette grandeur passée, on peut encore admirer aujourd’hui une partie des anciens remparts et des portes monumentales de la ville (Bāb al-Futūḥ, Bāb al-Naṣr, Bab Zuwayla)50 ainsi que les principales mosquées (al-Azhar, al-Ḥākim, al-Aqmar)51, il n’en est pas de même des palais et jardins dont l’Histoire nous a vanté le charme et l’étendue. On sait, en effet, qu’à la suite de sa prise de pouvoir au Caire en 1171, Ṣalāḥ al-Dīn (Saladin) délaissa les palais fatimides qui furent dès lors voués à la destruction et à la ruine52. Grâce à certaines constructions de Qalāwūn, les derniers vestiges du palais de l’Ouest seront sauvés avec leur rattachement à un ensemble monumental — māristān53, mosquée, mausolée — (fin xiiie siècle).

Planche Ε

Planche Ε

Bāb al-Futūḥ, l’une des deux portes Nord de l’ancienne cité fatimide (d’après P. Coste).

  • 54 Creswell, The muslim architecture of Egypt, II, Oxford, 1959, p. 204 à 212, the māristān. Ali Bahg (...)
  • 55 La transformation ultérieure des iwān ne s’opposera pas au maintien de ces éléments dans l’archite (...)

36Selon Maqrīzī, le palais correspondant qui aurait été fondé par le fils du Khalife al-Mu‛izz, al-‛Aziz billah Nizar (975-996), aurait été habité par sa sœur, « Sayyidat al-Mulk ». Ali Bahgat Bey et Albert Gabriel nous en donnent la description suivante54 : « Il se composait essentiellement d’une cour rectangulaire entourée de constructions sur ses quatre côtés. Sur la face de la cour regardant le Sud, s’ouvrait un portique à trois travées inégales, celle du centre plus large que les deux autres ; les points d’appui intermédiaires étaient constitués par des colonnettes accouplées. Sur la paroi intérieure de ce portique s’ouvrait une salle plus profonde que large par une disposition absolument semblable à celle qui se révèle à Fusṭāṭ. Dans l’axe de chacun des trois côtés de la cour se développaient des īwāns spacieux dont on retrouve également le prototype dans nos maisons : ils correspondent évidemment à ces enfoncements de profondeur variable qui occupent dans les cours de Fusṭāṭ des situations identiques... Chacun d’eux présente, vers le fond, un rétrécissement et une niche portant un šāḏirwān55 : de là l’eau s’écoulait par un canal à ciel ouvert jusqu’à une cuvette hémisphérique ménagée dans le dallage. Nul doute qu’une fasqīya, occupant le centre de la cour, n’ait complété cette distribution d’eau (Pl. F).

Planche F

Planche F

Plan schématique d’une cour à quatre « īwāns » au Palais fatimide de Sayyidat al-Mulk (d’après E. Pauty).

37Ainsi, bien que le palais fondé par Al-‛Azīz soit de proportions beaucoup plus vastes que nos maisons, on y retrouve leurs éléments essentiels et caractéristiques : composition sur deux axes rectangulaires, portique et salon sur une face, īwāns largement ouverts sur les trois autres et jusqu’aux détails des canalisations hydrauliques. Un rapport de filiation directe unit évidemment le palais fatimide aux constructions de l’ancienne capitale... »

38Si l’on peut admettre cette fidélité des constructeurs fatimides à l’ancien plan cruciforme d’origine mésopotamienne longtemps conservé auparavant dans les maisons de Fusṭāṭ, il est aussi permis de penser que gouverneurs abbassides et princes toulounides avaient dû précéder les califes fatimides dans l’application de ce plan, à l’intérieur de leurs palais respectifs, selon des proportions également appropriées. Enfin, la persistance de la cour avec īwān et fontaine dans les palais et demeures citadines de la Capitale fatimide ne pouvait manquer d’être renforcée par l’exemple même de l’architecture persane dont l’ascendant ne cessa d’être prestigieux. On en verra longtemps l’influence se manifester à l’égard des monuments religieux et des palais du Caire. Bien que la disposition générale des anciens palais fatimides nous laisse dans l’ignorance des autres formes architecturales qui ont dû être en honneur à la même époque, on peut imaginer qu’existaient encore différents types de salles, chambres et portiques entre cours et jardins. Peut-être y relevait-on la double influence de survivances locales et d’emprunts extérieurs.

  • 56 Qā‘a Dardir (voir infra). Cf. K.A.C. Creswell, The muslim architecture of Egypt, Oxford, 1959, II, (...)
  • 57 L’usage de l’antique malqaf complètera le mode d’aération de la salle. G. A. Lézine, Les salles no (...)
  • 58 Disposition rappelant le šāḏirwān de la maison de Fusṭâṭ et du Palais fatimide (māristān).

39On serait alors tenté de rattacher à ces deux sources — égyptienne et mésapotamienne — la grande salle d’apparat (a), dont l’exemple le plus ancien remonterait, selon Creswell, à la fin du règne des Califes fatimides au Caire (xiie siècle)56. Il s’agit d’une salle rectangulaire, entièrement fermée, ne prenant air et lumière que par un lanternon ou coupole surplombant le centre57. De proportions imposantes, elle affecte souvent une disposition cruciforme plus ou moins marquée. Deux éléments prédominants en déterminent la configuration essentielle : les īwān n qui s’opposent, aux deux extrémités de la pièce, et l’espace intermédiaire (dūrqā‛a) qui les sépare. Tandis que cette dernière partie, surbaissée, s’agrémente parfois d’un bassin (fasqīya) et demeure le lieu d’accès desservi par des portes latérales, les deux īwān (de profondeur inégale), garnis de tapis, divans et coussins, sont réservés au maître et à ses hôtes. Enfin, la niche murale d’une fontaine58 (salsabīl) peut s’ajouter au fond de l’īwān d’honneur.

40L’arc brisé — voire en carène — caractérise non seulement l’ouverture de chacun des īwān sur la dūrqā’a, mais aussi, de part et d’autre de celle-ci, les hautes niches murales qui se répètent symétriquement. Pierres de taille et briques sont également employées — avec chaînage en bois — dans la construction des premières qā‛a, les unes pour le dallage du sol et les murs inférieurs, les autres dans la partie supérieure des murs, ainsi que les arcs et les voûtes. Tel devait être l’aspect général de la qā‛a originelle dont on pourra suivre l’évolution au cours des siècles suivants en raison du succès particulier qui en assurera la pérennité.

  • 59 E. Pauty, op. cit. Une comparaison s’impose encore entre la forme architecturale de la a Dardir (...)

41On explique aussi l’apparition de la qā‛a dans l’architecture domestique au Caire, comme un résultat de l’évolution même de la cour à īwān abbasside et fatimide à laquelle on l’aurait substituée. Remplacement d’un lieu d’habitation à ciel ouvert par une salle fermée, après rétrécissement de la cour et rapprochement des īwān59. Il ne semble pas impossible, cependant, que les deux formes architecturales, issues apparemment l’une de l’autre, aient coexisté dans la capitale fatimide.

42Sans doute, doit-on reconnaître dans la création de la qā‛a le maintien des principaux éléments mésopotamiens — cour, īwān, arcs brisés, voûtes —. Faut-il nier pour autant, en l’occurence, l’éventualité d’une véritable renaissance de l’antique salle de séjour (ou de réception) à laquelle les Egyptiens demeurèrent si longtemps attachés ? Cette fidélité à une lointaine tradition locale ressemblerait alors à une longue chaîne dont les constructions coptes formeraient peut-être le maillon intermédiaire.

  • 60 Encyclopédie de l’Islam, IV, p. 447.

43En conclusion, nous rappellerons les descriptions suivantes données par J.M. Rogers60 : « Le palais fatimide, centre politique, religieux et administratif d’al-Ḳāhira du ive-xe siècle, a complètement disparu ; Ravaisse (voir Bibl.) s’est attaché avec assez de bonheur à le reconstituer d’après la description d’al-Maḳrīzī. Il était presque certainement composé de plusieurs bâtiments tout à fait séparés, chacun d’eux ayant une ḳā‛a (salle allongée ayant deux īwāns axiaux (līwān) et une partie centrale surbaissée, généralement carrée, appelée dūrḳā‛a) et des dépendances. Des restes de l’un d’entre eux, qui pourrait probablement être le Dar al-Ḳuṭbīyya, ont été récemment découverts lors de fouilles dans la cour de la madrasa de Ḳalā‛ūn. La ḳā‛a semble également avoir été un des éléments de l’architecture domestique du Caire fâtimide, ainsi qu’en témoigne la Ḳā‛at al-Dardīr (Creswell, MAE, I, 261-3) qui présente exceptionnellement des īwāns voûtés au lieu du plafond plat plus courant.

44Les iwāns pouvaient être séparés de la dūrḳā‛a par des portes de palais, comme pour la ḳā‛a (Dayr al-Banat) du monastère grec-orthodoxe de Saint Georges au Vieux Caire (Ḳaṣr al-Sẖam’), construction de date indéterminée, mais avec des portes de la période fatimide, ou comme le sont des portes semblables se trouvant au Musée de l’art islamique au Caire et trouvées en cours de fouilles dans le mausolée de Ḳalā‛ūn (Inventaire n° 554 [Pauty, Bois sculptés, Pl. LX]) ».

45Alors que l’Afrique du Nord, la Syrie, l’Irak et la Perse conserveront la cour centrale sur laquelle ouvrent iwān ou pièces d’habitation, nous verrons que cette cour ne jouera plus le même rôle, au Caire, sous le règne des sultans Mamelouks, sinon des Ayyoubides eux-mêmes. En revanche, la qā‛a prendra une importance primordiale qui ne diminuera pas jusqu’au xixe siècle.

Notes

1 Ch. Garnier et Amman, L’Habitation humaine, Paris, 1892, p. 107 et ss. — Ch. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, I, L’Egypte, Paris, 1882, p. 462 et ss. — B. Bruyère, Fouilles de l’Institut français d’Archéologie orientale du Caire. Rapport sur les fouilles de Deir el-Medineh, Le Caire, depuis 1924 (F.I.F.A.O.) — Pendlebury (S.D.S.), Les fouilles de Tell el Amarna et l’époque amarnienne, trad. Wild, Paris, 1936. — A. Badawi, Le dessin architectural chez les anciens Egyptiens, Le Caire, 1948, passim.

2 J. Vandier, Manuel d’Archéologie égyptienne, II, Paris, 1955, p. 976.

3 F. Daumas, La vie dans l’Egypte ancienne, Paris, 1968, p. 50. Ces habitations élémentaires étaient groupées régulièrement à l’usage des ouvriers et artisans.

4 Ibid., p. 51 et ss.

5 Ville du Fayoum.

6 Habitations de 6 à 7 pièces couvrant 100 m2.

7 Colonnes généralement limitées à quatre.
Pl. Β : A. Badawi, Le Dessin architectural chez les anciens Egyptiens, p. 76-79.
« La maison de Tḥout-nefer. Ce dessin présente un intérêt exceptionnel, étant la seule coupe architecturale connue traitant d’une habitation. Il représente la maison d’un certain Thout-nefer, scribe du règne de Thoutmosis III et intendant du Trésor sous Amenhotep II. Ce même Tḥout nefer possède une seconde tombe où il a fait représenter une autre maison, beaucoup plus petite ».

8 Ibid., cette capitale neuve, Amarna, créée en plein désert, disposait de beaucoup de place. Ce ne fut pas le cas, sans doute, d’autres grandes villes plus anciennes comme Memphis et Thèbes où l’on eut recours à des constructions étagées ; au rez-de-chaussée (ou au sous-sol) se trouvaient ateliers ou échoppes ; le 1er étage était réservé à la vie sociale du maître ; le 2e étage, à la vie familiale. Le tracé des villes de Kahoun et d’Amarna apparait exceptionnellement géométrique et ordonné.

9 G. Maspéro, Histoire ancienne des peuples de l’Orient. Paris, 1904, p. 275 et ss.

10 Ibid., p. 276 (2). C’est la description du palais bâti par Ramsès III à Amon... Ramsès II était dans une de ces salles pour délibérer avec ses conseillers...

11 Ibid., p. 277. Constructions en bois, en briques, rarement en moellons. « Les vieux Pharaons n’aimaient pas plus que les sultans d’autrefois à s’installer dans les lieux où leur prédécesseur avait habité puis était mort. Chacun d’eux voulait posséder un chez soi à sa guise, qui ne fut pas hanté par le souvenir et peut-être le double d’un autre souverain. Les châteaux royaux, édifiés rapidement, rapidement peuplés, se vidaient et s’écroulaient non moins rapidement... ».

12 Des couloirs abritent la circulation intérieure et l’accès aux divers appartements.

13 Ch. Garnier, op. cit., p. 131-132. « Enfin, au-dessus des chambres d’habitation s’étendait la terrasse qui, comme la cour, jouait un grand rôle dans la vie domestique des Egyptiens ; c’était aussi pour la famille un lieu de réunion, à la fin du jour principalement, car on y jouissait de la brise du soir, dont la fraîcheur bienfaisante ne pouvait se faire sentir dans le fond de la cour ; l’obscurité venue, on allumait sur les terrasses de petites lampes de terres remplies d’huile ; et comme les cours étaient généralement remplies d’arbres, on voyait au milieu de la verdure brûler ces lumières, qui allaient, venaient et disparaissaient ainsi que les lucioles dans les prés ».
On élevait aussi sur les terrasses des « chambres de débarras », buanderies, voire dortoirs pour les esclaves et les domestiques. « Le plus souvent, on voyait aussi se dresser sur le toit un ou deux larges auvents en planches, toujours en forme d’entonnoir et aboutissant à un tube qui traversait la terrasse : c’étaient des ventilateurs qui envoyaient dans les chambres un grand courant d’air... ». Disposition encore appliquée aujourd-hui dans les maisons modernes de la vallée du Nil.

14 Emploi exclusif des briques crues ou séchées au soleil dans les habitations ordinaires ; ailleurs, briques séchées ou cuites, réservées aux murs des étages.

15 Les escaliers à plusieurs volées sont séparés par des paliers carrés.

16 De tout temps, le roseau est largement utilisé dans différentes parties de l’habitation égyptienne, pauvre ou riche, murs, plafonds, grilles, clôtures.

17 C’est peut-être dans les anciennes habitations coptes que dut s’établir la transition entre l’architecture domestique des temps pharaoniques et celles des nouveaux conquérants arabes.

18 L. Bréhier, Histoire générale de l’Art (L’Art musulman), Paris, 1938, p. 13.

19 G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, II, La Chaldée et l’Assyrie, Paris, 1884, p. 113, 121, 156, 334. De même qu’en Egypte, la présence de fleuves et canaux facilite le transport des matériaux : calcaire tendre, calcaire coquilleux des monts du Kurdistan, albâtre gypseux des plaines, peupliers et palmiers des montagnes d’Assyrie, cèdres du Liban.

20 Ibid., p. 147-153. Palais de Sargon à Khorsabad. Murs en pierre de taille appareillée — carreaux et boutisses — (Hauteur : 18 m) avec remplissage intérieur de briques crues. Soubassement fait d’un double pavement de pierre de taille avec blocage en moëllons bourrus sous couche argileuse. Assises de pierre sans mortier, comme dans l’appareil hellénique. Renforcement des murs par de puissants contreforts.

21 Ibid., p. 157, 179, 247. Briques crues (avec mélange de paille hachée) liées entre elles sans mortier ; briques séchées au soleil liées au mortier d’argile ; briques cuites liées au mortier de chaux, sinon au mortier de chaux et de cendres, voire au bitume. Dans sa description des modes de construction (I, p. 179), Hérodote vante l’emploi du bitume qui assure l’imperméabilité au dallage du sol et aux terrasses en pente pour l’écoulement des eaux de pluie.

22 Ibid., p. 113, 134, 139. L’usage de la brique et l’emploi d’une multitude de captifs répondaient à la hâte des constructions. Murs de 4 à 8 m d’épaisseur — briques crues entre parements de briques cuites — formaient, avec l’alternance de saillants et de retraits, de grandes lignes horizontales et verticales, qu’imiteront par la suite les bâtisseurs parthes et sassanides.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 140, 181. Les colonnes auraient été réservées, en dehors des loggias aménagées parfois sur les terrasses, aux kiosques et aux chapelles élevés dans les jardins, le long du fleuve. Sans doute, certaines cours s’entouraient-elles de portiques dont les poteaux en bois jouaient le rôle de colonnes. Dans les habitations ordinaires couvertes en voûtes, coupoles ou terrasses, celles-ci de forte épaisseur étaient soutenues par des troncs de palmier.

25 Ibid., p. 143, 168, 172, 151-252. Selon Strabon, toutes les maisons de Babylone étaient voûtées (XVI, I, 5). Imaginée en Chaldée, la voûte en berceau aurait été également adoptée en Assyrie.
Dans l’aménagement des égouts et canalisations, la couverture était voûtée à l’aide de rangées successives de briques inclinées. Des manchons de poterie assemblés servaient à la construction des coupoles sinon des voûtes-coupoles circulaires sur plan quadrangulaire. Avec la terrasse, la voûte et la coupole constituaient l’abri le mieux adapté au climat, et la meilleure protection contre la chaleur.

26 Ibid., p. 180, 181, 339. Grande salle du Harem au Palais de Khorsabad. On n’a pas manqué d’établir un rapprochement entre ce défoncement à demi-coupole et les curieuses tentes assyriennes représentées sur un bas-relief de Khorsabad (Batta, Monument de Ninive, pl. 146). « Or, dans le haut, on distingue très bien deux de ces demi-dômes, de dimensions inégales, séparés par un espace découvert. Si, pour la tente, maison portative et provisoire, on trouvait des avantages à ce mode de couverture, pourquoi ne l’aurait-on pas appliqué à la construction des habitations proprement dites, des demeures privées et des demeures royales ? » De même qu’en Egypte, les édifices chaldéens et assyriens figurent dans certaines ornementations murales avec superposition des sujets.

27 Ibid., p. 305. Couleurs de l’émail : blanc, noir, vert, rouge, jaune, bleu. Cette dernière teinte jouit d’une prédilection particulière qui persistera longtemps avec son emploi dans les monuments chaldéo-assyriens.

28 Ibid., p. 272, 313. Représentation fréquente dans la pierre sculptée et colorée.

29 Ibid., l’enduit général des murs, intérieur et extérieur, était fait de chaux cuite et de plâtre.

30 Ibid., p. 309. Motif emprunté au décor égyptien.

31 Ibid., p. 315. Bois rehaussé d’ivoire, d’émaux et de dorures.

32 Ibid., p. 175.

33 Ibid., p. 321-324. D’autres imitateurs sont à ajouter, tels que Mèdes, Syriens, Phéniciens.

34 Ibid., p. 177-178. En Asie Mineure, le renouvellement des constructions grecques a pu être réalisé grâce à ces modèles nouveaux (A. Choisy, Note sur la construction des voûtes).
Les grandes coupoles élevées par les architectes byzantins sur trompes et pendentifs devaient ressembler à celles des Chaldéens et Assyriens.

35 G. Marçais. L’architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954, passim. P. Ricard. Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne, Paris, 1924, passim.
J. Revault. Palais et demeures de Tunis (xvie et xviie siècles) I, Paris, 1967 ; Palais et demeures de Tunis (xviiie et xixe siècles) II, Paris, 1971, Palais et résidences d’été de ta région de Tunis (xvie-xixe siècles), III, Paris, 1974.

36 Ce défoncement central, déjà connu dans la Grèce antique (oecus) et l’Italie romaine (tablinum) aussi bien que dans la Perse abbasside (īwân), fait partie intégrante, depuis plusieurs siècles, de tout palais ou de toute demeure citadine importante en Tunisie (qbū) où il apparaît plus répandu que dans les autres villes de l’Algérie et du Maroc (baḥū).

37 E. Pauty, Les Palais et maisons d’époque musulmane au Caire. Le Caire, 1933, p. 14 et s.s. L’architecture domestique byzantine montre l’imitation des basiliques dans les salles d’apparat des palais princiers et la construction de grandes pièces de réunion ou de réception aménagées au rez-de-chaussée ou à l’étage et couvertes d’une coupole.

38 M. Clerget. Le Caire, I, 1934, p. 94 et ss.
Ali Bahgat Bey et Albert Gabriel, Les Fouilles d’al-Foustat et les origines de la maison arabe en Egypte, Paris, 1921.
J. Jomier, Al Fustat, in Encyclopédie de l’Islam, II, 1965, p. 979-981. Fusṭāṭ dérive de fossaton (camp, campement).

39 A. Lézine, Persistance de Traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musulmane, in Annales Islamologiques, t. XI, 1972, p. 1-5. Les premières fouilles de Fusṭāṭ qui amenèrent la découverte de ses maisons furent conduites, de 1912 à 1920, par Ali Bahgat Bey et Albert Gabriel. Elles devaient s’étendre ensuite au site d’Al‘Askar (1932) et bénéficier des recherches entreprises sur des chantiers différents par la Direction des Antiquités de la R.A.E. et par G.T. Scanlon.

40 Cf. Les Fouilles d’Al Foustat, p. 276-279. Dans l’Architecture musulmane d’Occident, Georges Marçais attribue l’origine probable de l’īwān au porche monumental des Palais assyriens, parthes et sassanides.
Au sujet de la grande porte assyrienne de Khorsabad (viiie s. av. J.-C.), le Dr Contenau dit : « La porte est un lieu de réunion, non seulement pour les habitants, mais aussi pour les corps constitués de la ville ; les anciens s’y assemblent, et la Bible nous rappelle à plusieurs reprises cet usage ». Au palais parthe de Hatra (iie s. J.-C.) l’īwān offre un premier aspect de véritable salle, « cadre de majesté souveraine ». Iwāns sassanides (ive s.) taillés dans le roc (grottes de Tàq-é-bostân) ; Iwān grandiose du palais de Ctésiphon (vie s.).
Si on retrouve en Egypte le groupement en de Samarra et d’Okhaidir, G. Marçais attribue cependant à ce pays deux innovations importantes :
– la fontaine qui alimente le bassin de la cour intérieure ;
– les niches à fond plat fréquentes dans l’īwān (salle de réception) et les extrémités latérales de l’antisalle qui peuvent être occupées par un divan ou un lit de repos. Cf. Les Fouilles d’Al-Foustat, p. 15. « Toute maison de quelque importance possède dans sa cour une fontaine ou faskiyé, massif de briques carré, assis sur le rocher... La faskiyé est, dans la plupart des cas, alimentée par un puits foré à travers le rocher jusqu’à la nappe souterraine, et qui servait à remplir un réservoir à une certaine hauteur... » p. 50. On retrouve les traditions de la Mésopotamie dans les petits jardins établis autour des fasqīya.

41 Disposition contraire à celle qui fut adoptée dans les maisons de Samarra, y opposant parfois deux portiques à īwān, à chaque extrémité de la cour, au Nord et au Sud, adaptation nécessaire à des climats extrêmes, torride l’été, rigoureux l’hiver.

42 J. Revault. Palais de Tunis, I, p. 50 ; Les Fouilles d’Al Foustat, op. cit., pp. 87, 88,89. « Moellons réunis pêle-mêle dans les fondations, élevées en assises plus ou moins régulières pour la construction des murs. Bien cuites et très résistantes (comme celles de Samarra), les briques de Fostat étaient disposées en double rangée, assise et boutisse, avec blocage de remplissage ».

43 Ibid., p. 92. L’emploi du chaînage en bois serait d’origine orientale.

44 Ibid., p. 104-116. Venu, sans doute, de la Perse, ce mode de décor se serait répandu dans tout le monde islamique, jusqu’en Espagne. On note sa disparition sous les Fatimides du Caire. Mélange de technique orientale et de décor hellénistique (qui se trouve dans la décoration du bois sculpté). Cependant le stuc, tel qu’il fut appliqué par les artistes locaux dans l’Afrique du Nord et en Espagne n’y apparaît que très tardivement, probablement à l’époque almoravide, mais plus sûrement à l’époque des Nasrides de Grenade (communication de L. Golvin).

45 L. Golvin. Mélanges d’Islamologie, II, in Correspondance d’Orient n° 13, p. 218. « Formée dès le début à la double école de Byzance et de la Perse sassanide, l’esthétique musulmane, riche de moyens d’expression variée, sera marquée à ses origines par deux courants civilisateurs, celui de la Syro-Palestine des Umayyades, celui de la Mésopotamie des Abbassides. Ces deux courants ne divergent pas au point de ne pas se rencontrer, ils s’interpénètrent comme par osmose et il arrive qu’ils se confondent, en Egypte et en Ifriqiya notamment ».

46 Capitale de l’Egypte et de l’Empire fatimide, fondée par Ğawhar, avant l’arrivée d’al-Mu‛izz, dont il était le général et le chef de l’expédition en Egypte.

47 Miṣr al-Ḳāhira, Encyclopédie de l’Islam, I, 1913. D’abord camp militaire (comme al-‘Askar et al-Qaṭā i‛).

48 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, in Encyclop. Islam, IV, 1974, p. 442-464.

49 G. Marçais, L’art fatimide, in Encyclopédie de l’Islam, II, 1965, pp. 883-884. « On ne saurait exagérer la part des chrétiens d’Egypte dans la constitution du style fatimide et de ce que l’on désigne sous le nom un peu vague, mais traditionnel d’arabesque ».
A l’époque fatimide, apparition, en Egypte et jusqu’en Occident musulman, des muqarnaṣ (stalactites) inspirés de l’Orient.
Encyclop. de l’Islam, I, p. 842 « Le centre de la ville était occupé par les superbes palais des khalifes... On doit distinguer un grand palais oriental (al-Ḳaṣr al-Kabīr al-Sharḳi) et un petit palais de l’Ouest (al-Ḳaṣr al-Sagẖir al-Gẖarbī)...
Le palais oriental fut construit le premier (993) « et inauguré solennellement par le khalife al-Mu‘izz » (cf. Ravaisse, Mémoires de la Mission Archéologique Française au Caire, vol. I et III).

50 Rappelons que remparts de briques et portes de la Cité en pierre de taille reconstruits, au xie siècle, sont l’œuvre de Badr al-Gamalī ; appelé par le Calife al-Mustanṣir pour rétablir l’ordre, Badr, premier « vizir militaire », retarda d’un siècle la chute de l’empire fatimide. Cf. Hist. de la Nation Egyptienne, G. Wiet, p. 245 et ss. ; Encyclop. Islam, I, 1913, p. 843 ; IV, 1974, p. 447.

51 La Grande Mosquée al-Azhar rappelle par l’ampleur de sa cour à portiques et sa grande salle de prières à colonnes antiques la disposition architecturale de la Grande Mosquée aghlabite de Kairouan, tandis que la Mosquée al-Hākim s’est inspirée de la Mosquée d’Ibn Ṭūlūn. Cette diversité de style dans les édifices religieux à l’époque fatimide pouvait aussi bien apparaître dans la construction des palais et des monuments civils dont il ne subsiste rien. Cf. Th. Bianquis, La prise du pouvoir par les Fatimides en Egypte (357-363/968-974), Annales Islamologiques, t. XI, 1972, p. 90. Lorsque venant d’Alexandrie, al-Mu‘izz franchit le Nil au pont de Roda pour gagner le Caire, il ne traversa pas Fustât, « inutilement parée pour le recevoir... Quand il fut dans la grande salle du palais que lui avait fait construire Gawhar, il fut pris d’une émotion, sans doute sincère et il remercia Dieu ». Suivit la présentation des grands personnages de l’Etat.

52 Saladin résida d’abord dans le dār al-Wizāra et ne décida de construire une citadelle qu’à partir de 1176, cf. K.A.C. Creswell, Archaeological Researches at the citadel of Cairo, BIFAO, 23, p. 94-97.

53 Hôpital.

54 Creswell, The muslim architecture of Egypt, II, Oxford, 1959, p. 204 à 212, the māristān. Ali Bahgat Bey et Albert Gabriel, op. cit., p. 63 et ss. (Plan original du palais fatimide retrouvé par Herz. Cf. Description de l’Egypte, Etat moderne, II. Paris, 1829).

55 La transformation ultérieure des iwān ne s’opposera pas au maintien de ces éléments dans l’architecture domestique mamelouke.

56 Qā‘a Dardir (voir infra). Cf. K.A.C. Creswell, The muslim architecture of Egypt, Oxford, 1959, II, p. 208 ; avis différent de A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane au Caire, Publication de l’I.F.A.O., Le Caire, 1972, p. 53. E. Pauty. Palais et maisons, p. 31.

57 L’usage de l’antique malqaf complètera le mode d’aération de la salle. G. A. Lézine, Les salles nobles des Palais mamelouks, Le Caire, 1972, p. 79 : « Le malqaf d’époque musulmane le plus ancien que nous connaissions au Caire date du xie siècle... »

58 Disposition rappelant le šāḏirwān de la maison de Fusṭâṭ et du Palais fatimide (māristān).

59 E. Pauty, op. cit. Une comparaison s’impose encore entre la forme architecturale de la a Dardir considérée par Creswell comme la plus ancienne au Caire et certaines chapelles byzantines à deux absides opposées. Toutefois cette ressemblance de configuration intérieure laisse moins supposer sans doute le résultat d’une influence de l’architecture byzantine sur la nouvelle construction musulmane qu’un même emploi, dans les deux cas, d’éléments similaires également issus de l’art persan.

60 Encyclopédie de l’Islam, IV, p. 447.

Table des illustrations

Titre Planche Β
Légende Représentation intérieure de la demeure de Thout-Nefer : entre le sous-sol affecté aux travaux ménagers et artisanaux et l’étage réservé au maître, la salle de séjour précédée d’une antichambre à colonnes de bois. Un escalier à plusieurs volées dessert l’ensemble (d’après A. Badawi).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Planche C
Légende Habitations de l’ancienne Egypte pourvues de « malqaf » d’aération sur terrasse (d’après A. Badawi).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Planche D
Légende En haut : plan d’une maison de Fusṭāṭ à trois « ïwāns » et une chambre en Τ autour d’une cour centrale avec bassin.En bas : plan d’une grande demeure à plusieurs « īwāns » et deux salles en Τ avec chambrettes latérales, autour d’une cour avec bassin et jardinet (d’après A. Gabriel).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Planche Ε
Légende Bāb al-Futūḥ, l’une des deux portes Nord de l’ancienne cité fatimide (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Planche F
Légende Plan schématique d’une cour à quatre « īwāns » au Palais fatimide de Sayyidat al-Mulk (d’après E. Pauty).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3088/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable