Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

Avant-propos

A. Lézine

Texte intégral

1La ville du Caire compte plus de 600 monuments historiques classés. Elle est en cela la plus riche de tout le monde de l’Islam.

2Ce sont des mosquées, des madrasa (collèges religieux), des ẖānqā (couvents), des mausolées, des fontaines publiques, des abreuvoirs, des wakāla (caravansérails), des rab‛ (maisons de rapport), des hôpitaux, des fortifications et enfin des palais ou maisons particulières.

3Ces derniers, précieux témoignages de l’architecture domestique, sont les moins connus de tous. Les guides touristiques en mentionnent trois ou quatre seulement et certaines histoires de l’art musulman encore moins.

4Or une quarantaine de ces palais figurent encore aujourd’hui sur la liste des monuments classés. Il y en avait soixante-dix en 1935.

5La disparition rapide de ces demeures anciennes tient à plusieurs facteurs : la relative fragilité de construction de leurs superstructures, l’abondance du bois utilisé dans le gros-œuvre et la décoration, qui les rendait particulièrement vulnérables à l’incendie.

6En outre, on ne dispose pas, pour leur entretien, des ressources provenant de fondations religieuses (waqf) qui permettent de maintenir en bon état les monuments du culte.

7La situation juridique de plusieurs immeubles est fort compliquée. C’est pourquoi on ne peut pas toujours s’opposer à certaines formes d’utilisation, dangereuses pour la sécurité des ouvrages.

8Il est bien certain qu’aucune de ces anciennes habitations ne serait parvenue jusqu’à nous si l’on ne s’était préoccupé dès 1881 d’en assurer la protection. C’est à cette date que fut créé le Comité de Conservation des monuments de l’art arabe qui devait devenir en 1953 un service de la Direction Générale des Antiquités.

9De 1881 à 1953, ce Comité a publié annuellement un volume dans lequel on trouve les procès-verbaux de ses réunions : une mine précieuse de renseignements de toutes natures sur les monuments musulmans du Caire. A leur lecture, on peut se rendre compte des difficultés de toutes sortes auxquelles se sont heurtés les membres du Comité.

10Toujours est-il que de nombreux palais et maisons anciennes furent sauvés par les interventions de cet organisme qui s’était assuré le concours d’architectes qualifiés parmi lesquels M. M. Herz et Patricolo furent les plus marquants.

11Mais, comme c’est souvent le cas dans les pays trop riches en antiquités, les ressources budgétaires ne permirent pas de faire face à tous les besoins.

12Il faut bien reconnaître, en effet, que l’archéologie musulmane resta longtemps la parente pauvre dans ce pays où les prestigieux vestiges de la civilisation pharaonique ont toujours eu la priorité. On rappellera à cette occasion que la première ordonnance réglementant les antiquités pré-islamiques fut prise en Egypte dès 1835, soit près d’un demi-siècle avant la création du Comité de Conservation.

13Cependant la somme des réalisations du Comité demeure très importante. Beaucoup de palais sont devenus propriété de l’Etat par expropriation. Un certain nombre furent consolidés et restaurés puis pourvus d’une affectation permettant d’en assurer l’entretien permanent.

  • 1 Les restaurations dont les palais et maisons ont fait l’objet, du temps du Comité de Conservation, (...)

14Des gardiens ont été logés dans des demeures abandonnées jusque là, ce qui mit fin aux dégradations que l’on y commettait lorsque l’on en arrachait les éléments du décor : boiseries ou revêtements en marbre et en faïences, pour les vendre à des antiquaires sans scrupules1.

15Ces vieilles habitations du Caire ont été peu étudiées autrefois. Une seule monographie leur a été consacrée : celle de E. Pauty, parue en 1936. Dépassée par les progrès de la recherche, elle demeure cependant encore utilisable en raison surtout de son illustration photographique qui reproduit des images de palais aujourd’hui disparus.

16Plus récemment, ces monuments ont fait l’objet de recherches mieux approfondies, dans le cadre d’une investigation issue des accords culturels franco-égyptiens de 1968 et patronnée par le Centre National de la Recherche Scientifique de Paris et la Direction Générale des Antiquités de la République arabe égyptienne.

17Plusieurs résultats de ces enquêtes ont paru dans différents ouvrages ou des revues spécialisées.

  • 2 Début d’une étude entreprise par Alexandre Lézine sur les Palais Mamelouks avant sa disparition en (...)

18Les palais qui subsistent encore appartiennent à l’époque mamelouke et turque. Du point de vue de l’histoire de l’art, le style mamelouk ne disparait pas à la chute des derniers sultans mamelouks, mais se prolonge pendant les trois premiers siècles (xvi, xvii, xviiie) de la domination ottomane. En effet, l’architecture domestique du Caire n’a subi l’influence de l’Anatolie que très faiblement pendant cette période. Il faudra attendre le xixe s. avec l’arrivée au pouvoir de Mehemet Ali, avant de pouvoir noter d’importants changements dans les dispositions et la décoration de certains palais du Caire2.

Notes

1 Les restaurations dont les palais et maisons ont fait l’objet, du temps du Comité de Conservation, l’ont été suivant les méthodes de l’époque, c’est-à-dire celles qui avaient été innovées en France par Viollet le Duc. On restituait alors les parties manquantes d’un édifice par analogie avec des monuments contemporains. Pareille manière de procéder n’est plus admise aujourd’hui, toute réfection devant s’appuyer, selon les conceptions modernes, sur des certitudes et non plus sur des présomptions.

2 Début d’une étude entreprise par Alexandre Lézine sur les Palais Mamelouks avant sa disparition en 1972. Nous avons tenu à la conserver in extenso en tête de notre nouvelle étude sur le même sujet.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter