Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

Préface

Robert Mantran

Texte intégral

1Édifiée en pierre de taille aux assises de couleurs alternées et surmontée d’une voûte à stalactites, l’entrée majestueuse du Palais Qawṣun ne diffère pas de celle des grandes mosquées mameloukes.

2En 1970, dans le cadre de F accord culturel franco-égyptien de 1968 et avec le concours, d’une part du Centre National de la Recherche Scientifique et de la Commission Consultative des Recherches Archéologiques à l’Etranger (Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques du Ministère des Affaires Etrangères), d’autre part de la Direction Générale des Antiquités du Gouvernement égyptien (Direction des Monuments coptes et islamiques), a été entreprise une recherche de large envergure intitulée « Etude scientifique des palais et maisons du Caire et de Rosette, xive-xviiie siècles », plus communément dénommée Recherche Coopérative sur Programme (R.C.P.) n° 232 du C.N.R.S.

3A l’origine de ce travail se trouvaient Alexandre Lézine, maître de recherches au C.N.R.S., et André Raymond, alors directeur de l’Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, auxquels le Dr Abdarrahman Abdal-Tawwab, directeur des Monuments coptes et islamiques au Caire, apportait son concours et celui du personnel de cette Direction.

  • 1 Alexandre Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, Mémoires de l’Institut Français d’Archéo (...)

4Les premiers travaux commencèrent en 1970 et dès l’année suivante était adjoint à Alexandre Lézine un architecte, Bernard Maury, en résidence permanente au Caire, afin d’assurer sans interruption le relevé des palais et maisons, tâche dont l’ampleur s’était révélée dès les premières enquêtes menées par A. Lézine. Simultanément, Serge Sauneron, directeur de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, mettait à la disposition de la R.C.P. des moyens matériels qui lui avaient jusqu’alors fait défaut sur place. Malheureusement, Alexandre Lézine devait disparaître soudainement en 1972, laissant en plein essor une œuvre qu’il avait toutefois concrétisée par un livre, « Trois Palais d’époque ottomane au Caire » et quatre articles, dont l’un en collaboration avec A. Abdal-Tawwab1.

5La succession d’A. Lézine fut alors confiée à Jacques Revault, maître de recherches au C.N.R.S., bien connu pour ses travaux et ses livres sur les Palais de Tunis. Ainsi, dès l’hiver 1972 était constituée l’équipe J. Revault B Maury, à laquelle devait être adjointe en 1975 une jeune architecte égyptienne, Mona Zakariya. En 1976, la R.C.P. 232 fut incluse dans une nouvelle formation de recherche créée à Aix-en-Provence par le C.N.R.S. en liaison avec l’Université de Provence (Aix-Marseille I), l’Equipe de Recherche Associée n° 648, intitulée « Groupe de Recherches et d’Etudes sur le Proche Orient », dont les préoccupations scientifiques se tournaient en partie vers l’Egypte musulmane, des Fatimides à l’époque contemporaine ; cette équipe, dont le responsable était le signataire de ces lignes, alors directeur du Département d’Etudes Islamiques de l’Université de Provence, comprit naturellement André Raymond, depuis peu professeur à cette Université, Jacques Revault, Bernard Maury, Mona Zakariya, des enseignants et des chercheurs du Département d’Etudes Islamiques de la même Université et, parmi eux, Jean-Claude Garcin, nouvellement arrivé à Aix, dont la compétence en matière d’histoire mamelouke fut d’un précieux apport.

  • 2 Jacques Revault et Bernard Maury, Palais et Maisons du Caire du xive au xviiie siècle, t.I, M.I.F.A (...)

6Depuis lors, trois ouvrages de J. Revault et B. Maury ont paru dans les collections de l’I.F.A.O. sur les relevés et l’étude des palais et maisons du Caire : le tome I, en 1975, porte sur six édifices d’époques mamelouke et ottomane ; le tome II, en 1977, sur six autres édifices de la même période ; le tome III, en 1979, avec le concours de Mona Zakariya, sur douze édifices des époques mamelouke et ottomane. Un quatrième ouvrage, préparé par B. Maury et portant sur trois palais d’époque ottomane doit être publié en 19822. Ainsi se trouvera alors achevée l’étude architecturale de ces palais et maisons du Caire.

7Mais, dans l’esprit des collaborateurs de cette équipe, le travail n’est pourtant pas terminé avec ces publications qui sont en fait le support archéologique d’une recherche plus approfondie : le but de celle-ci est, en plus de l’histoire architecturale du Caire pendant cinq siècles, l’histoire des hommes, de leur habitat, de leur milieu social et professionnel révélé par ces maisons et palais, mais révélé aussi par des sources proprement historiques. Il se trouve qu’existe au Caire pour l’époque mamelouke comme pour l’époque ottomane, une documentation fondamentale qui s’ajoute aux chroniques et annales dont on a pu jusqu’à présent disposer : il s’agit des documents de waqf, actes de fondations ou d’entretien de bâtiments divers et, incidemment, des palais et maisons dont il est question ici. Parmi l’énorme quantité de waqfs existants, dont une partie seulement est pour l’instant répertoriée, plusieurs ont apporté des informations extrêmement importantes sur l’habitat et sur les habitants de ces demeures ; d’autres documents similaires sont actuellement à l’étude et feront, dans un avenir aussi proche que possible, l’objet de publication.

8Jacques Revault qui, pendant des années, a examiné en détail ces palais et maisons, dresse une étude de synthèse des éléments architecturaux et décoratifs, qui permet de saisir parfaitement l’essentiel de l’évolution de l’habitat cairote : la vision extérieure de l’édifice, comme la répartition des salles, des pièces diverses, des cours, des jardins ont fait l’objet, avec le temps, de modifications, de transformations, d’adaptations qui correspondent à des besoins, plus rarement à des modes passagères ; chaque lieu a son utilisation justifiée, et son décor est en rapport avec cette utilisation. L’emploi systématique de matériaux différents selon leur destination dans l’édifice n’est pas le fait du hasard, pas plus que l’emplacement des ouvertures, portes ou fenêtres, loggias ou balcons. Tout autant que l’étude de l’évolution de l’habitat lui-même, celle de l’évolution de son aspect interne et externe éclaire l’histoire des individus et contribue à donner de l’histoire urbaine une image plus proche de la réalité et à mieux saisir ce qu’était la ville du Caire au temps des Mamelouks.

9L’étude de synthèse présentée dans ce volume ne concerne que l’époque mamelouke ; l’époque ottomane donnera lieu à la publication d’un autre livre. Ici, Jean-Claude Garcin étudie, pour sa part à partir des chroniques, des actes de waqf et des relevés architecturaux, l’évolution historique de l’habitat domestique local, depuis la période anté-islamique jusqu’aux Mamelouks, avec ses implications politiques et sociales. Son étude constitue un apport très neuf et très pénétrant à la connaissance du Caire, et montre que l’histoire tirée des archives et des bibliothèques et l’histoire faite sur le terrain sont, dans le domaine de l’histoire urbaine, des éléments complémentaires fondamentaux. Au travers de la documentation relative à l’époque mamelouke, on peut voir se dessiner des types d’habitat caractéristiques, mettant en jeu des milieux sociaux de niveaux divers, et éclairant sous un jour significatif le comportement des individus — hommes et femmes — qui y résidaient. La maison musulmane est, ici, vue de l’intérieur, à partir d’éléments proprement musulmans et non pas à partir d’une interprétation européenne surimposée. L’étude est exemplaire.

10Il nous a semblé que c’était rendre un juste hommage à la mémoire d’Alexandre Lézine que de placer, au début de ce volume, quelques lignes inédites qu’il avait rédigées peu avant sa mort, et dans lesquelles il présentait les principes généraux qui guidaient l’étude qu’il avait entreprise. Si la tâche qu’il avait commencée a pu être menée à bonne fin, c’est grâce aux efforts de tous ceux qui y ont collaboré directement, André Raymond, l’un des initiateurs, Abdarrahman Abdal-Tawwab, Jacques Revault, Bernard Maury, Mona Zakariya ; ensuite grâce à ceux qui ne nous ont pas mesuré leur appui et ont assuré la continuité de ce travail : Philippe Guillemin, à la Direction Générale des Affaires Culturelles, Bernard Pottier, Jean Pouilloux et Edmond Lisle, directeurs scientifiques au C.N.R.S. ; au Caire, le Directeur Général des Antiquités égyptiennes, Gamal Mokhtar, et les directeurs de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, Serge Sauneron, trop tôt disparu, et Jean Vercoutter, auprès de qui nous avons trouvé le meilleur accueil et qui ont, sur place, facilité matériellement notre travail. Et tous ceux qui, de près ou de loin, à Aix-en-Provence comme au Caire, ont apporté leur contribution à la réalisation de cette tâche.

11En publiant ce volume — et le prochain — nous avons voulu témoigner que ce n’était pas en vain que des efforts de toute sorte : intellectuels, financiers, matériels, y avaient été consacrés, pendant des années. Le résultat de travaux qui, au premier abord et au vu des premières publications, auraient pu paraître comme étant le fait de spécialistes aux audiences limitées, est en réalité une œuvre de large ouverture sur l’histoire d’une période et d’une ville dont le renom est grand, mais qu’il était utile de mieux faire connaître et apprécier par tous ceux pour qui Le Caire ce n’est pas seulement un nom et une abstraction, mais aussi des hommes qui y ont vécu et qui, par leurs actions, en ont fait un des pôles de l’histoire de l’Islam.

Notes

1 Alexandre Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, Mémoires de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, n° 93, Le Caire 1972, VI-61 p., 15 fig., 54 planches.
(Palais de Gamal ad-din adh Dhahâbî, xviie s. ; palais de ‘Alî Katkhuda, xviiie s. ; palais de Sitt Wassila, xviie s.).
— Id., Les salles nobles des palais mamelouks, Annales Islamologiques, X, 1972, 63-148, 33 pl.
— Id., La protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Egypte, Bulletin d’Etudes Orientales, XXIV, 1971, 7-17.
— Id., Persistance des traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musulmane, Annales Islamologiques, XI, 1972, -1-22, 1 pl.
— Alexandre Lézine et Abdarrahman Abdal-Tawwab, Introduction à l’étude des maisons anciennes de Rosette, Annales Islamologiques, X, 1972,149-205,21 pl.
A partir de 1972, la direction de la R.C.P. fut assurée par A. Raymond.

2 Jacques Revault et Bernard Maury, Palais et Maisons du Caire du xive au xviiie siècle, t.I, M.I.F.A.O. n° 96, Le Caire 1975, VIII-112 p., 29 fig., 66 pl.
(Qâ‛a Dardîr, xive s. ; maq‛ad Mamâ’î, xve s. ; palais de Qâyt Bây, xve s. ; palais d’al-Razzâz, xve s. ; palais de Radwân Bey, xve-xviie s. ; manzil al-Sinnârî, xviiie s.).
— Id., t. II, M.I.F.A.O. n° 100, Le Caire 1977, VIII-92 p., 27 fig., 66 pl. (Palais Beštâk, xive s. ; qâ‛a Muḥibb al-dîn al-Mu’aqqa, xive s. ; palais Yašbak, xive s. ; palais Emîr Tâz, xive s. ; palais Alin Aq, xive s. ; qâ‛a al-’Irsân, xive s.).
— Id., t. III, M.I.F.A.O. n° 102, Le Caire 1979, VIII-183 p., 41 fig., 110 pl. (avec la collaboration de Mona Zakariya).
(Manzil Zaynab Hatûn, xve s. ; maq‛ad Qâyt Bây, xve s. ; qâ‛a Azbak al-Yûsufî, xve s. ; maq‛ad al-Ġûrî, xve-xvie s. ; qâ‛a et sabîl al-Fâsî, xve-xvie s. ; manzil et sabîl al-Kirîdlîya et manzil Amna bint Salîm, xviie s. ; bayt al-Mullâ, xviie s. ; manzil al-Suhaymî, xviie-xviiie s. ; manzil Muṣṭafâ Ğa’far al-Kabîr, xviie-xviiie s. ; palais al-Musâfirkhana, xviiie s. ; manzil ‘Alî Efendi Labîb, xviiie s.).
— Bernard Maury, Trois palais d’époque ottomane (à paraître).
(Maison al-Harrâwî, xviiie s. ; maison al-Sadât, xviie-xviiie s. ; maison Šabšîrî, xviie s.).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur le Proche-Orient

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable