Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le documentaire dans l’Algérie coloniale

 | 
François Chevaldonné

Entre la représentation graphique et l’hygiène coloniale : le cinéma de propagande coloniale de l’entre-deux-guerres

Peter Bloom

Texte intégral

1La période de l’entredeux-guerres représente un moment décisif pour l’orientation des films de propagande sur les colonies françaises. Après la Première Guerre mondiale, la production d’enregistrements cinématographiques dans les colonies et leur projection dans la métropole sont intervenues comme une force ″éducative″ dans la construction d’une attitude publique concernant le statut et le futur de l’Empire. Alors que le terme propagande est la plupart du temps employé de façon péjorative pour décrire des techniques de persuasion qui cherchent à imposer un consensus politique, j’aimerais souligner le rôle de la propagande comme système contex-tualisé de propagation dans lequel une combinaison d’un réseau éducatif, hygiénique et industriel régule la production et la présentation de l’image en mouvement.

  • 1 L. Viborel, ″L’effort de propagande d’hygiène sociale par le cinématographe en France″, Revue inte (...)

2Le développement d’un cinéma éducatif vulgarisateur, qui apparut à la fin des années vingt, émergea à partir d’une intersection entre les films sur l’Empire et les films sur l’hygiène médicale. L’infatigable Lucien Viborel, l’un des leaders des campagnes médiatiques sur la santé publique dans les années trente, fait remonter les débuts du mouvement des films éducatifs en France à la campagne sur la tuberculose financée par Rockefeller en 19181’. Les films produits grâce à la campagne sur la tuberculose cependant, se recoupaient avec un cinéma déjà existant qui utilisait le cinéma comme outil pédagogique en cherchant à mobiliser et à orienter l’opinion publique en faveur de l’Empire.

  • 2 B. Latour, Les Microbes : guerre et paix, Paris, 1984.

3A la fin de la Première Guerre mondiale, des opérations de vaccination mobiles, équipées avec des appareils de projection, furent lancées et fonctionnèrent comme un substitut presque immédiat pour les films d’archives fortement utilisés pour le recrutement en période de guerre. Il y eut un déplacement des paramètres : de la lutte pour la protection de la métropole contre l’agression allemande à la protection contre des agents invisibles microbiologiques qui affaiblissaient et éliminaient des communautés. Ceci devint une justification importante pour continuer l’établissement et le renforcement de l’autorité coloniale. Comme Bruno Latour l’a suggéré2 le microbe, uniquement détectable au microscope, fut identifié comme l’agent invisible qui codifiait la mortalité humaine. Le pouvoir du microbe, en fait, fut établi auparavant grâce à des campagnes médicales bénéficiant de beaucoup de publicité et menées par les instituts Pasteur qui furent en conséquence établis dans toutes les colonies.

  • 3 A. Marcovich, ″French colonial medicine and colonial rule : Algeria and Indochina″, in Disease, Me (...)

4La promotion des conceptions pasteuriennes de l’épidémio-logie et de l’hygiène fortifia une culture visuelle qui cherchait à isoler et à éviter la propagation d’un agent microbiologique donné. Le microbe constituait un sujet divisible à l’infini, capable de justifier toutes sortes d’efforts sanitaires même sur le mode d’une invasion à grande échelle. En fait, les découvertes microbiologiques devinrent une façon de ″... favoriser une occupation économique et géographique successive″3 aussi bien avant qu’après la Première Guerre mondiale, comme le drainage des lacs et des rivières, la fabrication d’égouts, la destruction des maisons indigènes insalubres et d’autres initiatives.

5La guerre elle-même fut marquée par le succès des mesures préventives médicales qui suivirent les innovations biomédicales de Jenner, Pasteur, Laveran et Koch.

  • 4 Cl. Salomon-Bayet, ″Penser la révolution pastorienne″, in Cl. Salomon-Bayet (éd.), Pasteur et la r (...)

″L’état sanitaire des armées qui, pendant la guerre, ont pu être maintenues sous les drapeaux pendant quatre ans, dans les tranchées, sans épidémie majeure, sans typhus ni typhoïde ni choléra — tour de force technique de la médecine européenne qui laisse aux armes le soin de tuer″4

6L’approche pasteurienne a toujours consisté en la même méthode. Anne Marcovich la décrit ainsi :

  • 5 Marcovich, op. cit., 110.

″La première étape consistait à effectuer des observations sur le terrain d’une maladie, à en observer l’évolution, en la différenciant d’autres maladies qui pourraient être similaires, en isolant l’agent, et en déterminant le type de transmission et le développement de la maladie. A cette étape, on commença à travailler sur un sérum puis sur le vaccin. De telles recherches montrèrent un mouvement pendulaire continu entre le laboratoire et le terrain d’observation, ce qui rétrécit l’écart entre l’environnement (naturel) extérieur et l’environnement (artificiel) intérieur″5

  • 6 A.-M. Moulin, ″Patriarchal Science : the Network of the Overseas Pasteur Institutes″, in Science a (...)

7Les facilités d’adaptabilité et de malléabilité des méthodes pasteuriennes, telles qu’elles sont décrites par Anne-Marie Moulin en ce qui concerne les différentes sortes d’environnements culturels et géographiques, ont inspiré les réflexions d’Arthur Bordier, anthropologue de la fin du xixe siècle, qui affirme que le Transformisme lamarckien dans le domaine médical n’est autre que le Pasteurisme — là où les capacités d’adaptation de ces méthodes à de nouvelles cultures biologiques virulentes correspondaient à son credo scientifique6. Le ″Pasteurisme″, à l’opposé du Pastorisme, fait référence aux docteurs, infirmières et techniciens qui ont promu une structure d’insertion et d’application pour les conceptions pasteuriennes de l’épidémiologie, où les notions de bien-être physique étaient liées à des pratiques hygiéniques systématiques.

  • 7 Marcovich, op. cit., 110.

8Finalement, les méthodes pasteuriennes développèrent une nouvelle conception d’un bacille ou d’un virus donné en considérant ces agents comme des organismes vivants qui avaient besoin de conditions spécifiques pour vivre et se reproduire. Une fois ceci compris, l’étape suivante fut de reproduire l’agent sous des conditions de laboratoire contrôlées afin de fabriquer un vaccin7. Les méthodes pasteuriennes, lorsqu’elles sont exécutées par une équipe de pastoriens, fonctionnaient comme des auxiliaires à l’établissement de l’autorité coloniale. Elles se situaient comme des agents objectifs qui pouvaient identifier le mal et prescrire une action tant sociale que médicale pour la guérison d’un individu ou d’une communauté donnée.

9De même que la présentation des techniques agricoles et industrielles qui impliquent le fonctionnement d’une machine administrative, ainsi que des vues sur l’assistance médicale et les pratiques de l’hygiène, les vues micro-cinématographiques étaient censées avoir un fort pouvoir persuasif. De plus, les agents invisibles étaient précisément les vecteurs d’activité qui pouvaient seulement être diagnostiqués par un spécialiste formé pour cela, ce qui est une extension de l’outil administratif. C’est dans ce sens que le microscope est devenu l’instrument symbolique de la révélation. Les descriptions de techniciens assis devant leur microscope, et des démonstrations micro-cinéma-tiques réelles, telles qu’elles furent expérimentées pour la première fois par le Dr Jean Comandon et le Dr Jean Painlevé, apparurent dans un certain nombre de films sur l’assistance agricole et l’hygiène sociale. Ces films devinrent des emblèmes du diagnostic scientifique sans la moindre contestation et ils justifièrent une extension géographique croissante de l’action curative à la fois en France et à travers l’Empire.

10Dans un court métrage micro-cinématographique réalisé par Jean Painlevé, s’intitulant Trypanosoma gambiense : Agent de la maladie du sommeil (1924), la maladie du sommeil est identifiée grâce à une série d’images microscopiques décrivant l’agent pathologique, la mouche tsé-tsé et les microbes qui propagent la maladie. Ce film très court commence par une brève séquence présentant un sujet africain léthargique. Au début, la raison de son comportement n’est pas claire. En fait, le sujet humain n’est qu’entrevu après cette brève prise de vue d’ouverture, au lieu de cela nous nous dirigeons dans un royaume microscopique de description scientifique et d’identification. On nous montre immédiatement une vue de mouche tsé-tsé épinglée, sur laquelle une flèche et une série de légendes désignent une dissection anatomique des antennes de la mouche tsé-tsé, de son organe sensoriel, de sa trompe, et de son dard. La mouche est aussi décrite au repos dans une position apparemment anodine mais cependant les intertitres nous disent que les ailes de la mouche sont repliées l’une sur l’autre comme les lames d’une paire de ciseaux. L’analogie des ciseaux évoque l’agilité de la mouche grâce à un mouvement de coupe à la recherche d’un site stratégique pour piquer le sujet humain.

11On nous présente la carapace guerrière de la mouche et le pouvoir réel de ce qu’elle propage, le Trypanosoma gambiense, est perçu lorsqu’il pénètre dans le flux sanguin. Ceci est démontré grâce à un échantillon de sang de rat. Alors qu’on nous montre tout d’abord les cellules de sang et les lymphocytes normaux dans cet échantillon, une vue agrandie de l’échantillon permet de détecter l’apparition de filaments qui ressemblent à des vers. Ces micro-organismes envahissants sont identifiés comme la mouche elle-même à travers une série de parties constitutives avec un noyau, un flagelle et une membrane ondulante. Ces parasites attaquent les cellules sanguines normales circulaires et finissent par transformer la structure de ces cellules d’une forme circulaire à une forme octogonale à partir de laquelle on définit la maladie du sommeil. Ces cellules octogonales finissent ensuite par constituer un rapiéçage comme s’il avait été cousu par les parasites envahisseurs.

12L’image des microbes vus à travers un appareil microcinématographique déplace les termes de la guérison d’un sujet pathologique vers un univers de bataille microbiologique qui définit un monde au-delà de l’état mental du patient. En fait, le patient est présenté comme un sujet humain sous l’empire de la maladie du sommeil qui pourrait être guéri uniquement grâce à une enquête microbiologique qui identifierait l’agent de propagation, la mouche tsé-tsé et le parasite qui infecte le sang. Le monde micro-cinématique transforme la géographie et les termes de colonisation en un monde de figures et de formes géométriques en mouvement qui peuvent être manipulées à la discrétion du médecin. Ce court métrage était inséré dans un grand nombre de films agricoles de la section rurale de Pathé. Pendant les années vingt, ces films furent montrés dans toute la France afin de présenter les nouvelles techniques médicales. L’image micro-cinématographique est aussi représentative d’un procédé optique d’agrandissement fréquemment mis en œuvre qui isole et magnifie les traces visuelles qui servent de fondement au diagnostic médical. De cette façon nous allons de la forme humaine du patient vers une microphysionomie qui révèle une vérité scientifique qui peut seulement être décodée par un expert médical. D’après ce court métrage scientifique les spectateurs ne peuvent pas prescrire les soins nécessaires. L’agent soignant a précisément la capacité de pénétrer le corps, pour voir au-delà des limites de la vue humaine, autant que pour interpréter et définir les paramètres de l’action. Les parallélismes entre le domaine géographique et le domaine microbiologique ont été ainsi utilisés comme des preuves visuelles formelles vulgarisées d’après un procédé optique d’agrandissement. L’aspect flou qui ne permet pas de distinguer clairement la différence entre l’agrandissement du microbe par un microscope et la réduction du territoire géographique grâce à des cartes et à des points de repères symboliques finit par former un montage narratif dans de nombreuses séquences de films documentaires qui ont lié les efforts sur l’hygiène à l’épuration, à la mise en ordre et à la transformation des sujets individuels ainsi que des communautés entières.

  • 8 Les films des Expéditions Citroën consistaient en des films réalisés pendant quatre expéditions : (...)

13Les images de circulation géographique et le flot des hommes et des machines à travers l’Empire constituent des thèmes importants dans un grand nombre de fictions et de films documentaires réalisés sur l’Empire. Les films des Expéditions Citroën8, produits dans l’entre-deux-guerres, ont démontré comment les hommes, les automobiles et un itinéraire pouvaient condenser des images de mécanisation européenne et de nature, à travers une narration d’aventures impliquant un décor sans limitations et non souillé par la civilisation européenne. Il est clair que la campagne médicale d’Eugène Jamot contre la maladie du sommeil a donné naissance aux premières équipes médicales prophylactiques modernes sur le continent africain qui ont débuté pendant la guerre dans la région de l’Oubangui-Chari, région désormais intégrée au quart sud-est de la République centrafricaine.

  • 9 P. Richet, ″Eugène Jamot : son œuvre″, in Médecine tropicale : revue française de pathologie et de (...)

14Organisées d’après le modèle de petites unités d’attaque militaires, ces équipes médicales étaient divisées en vingt-huit secteurs dès 1930, avec la participation de trente docteurs, de plusieurs auxiliaires européens, de cent cinquante assistants médicaux indigènes ainsi que de nombreux porteurs et de boys. On fait remonter l’origine des études sur la maladie du sommeil aux expériences approfondies de Jamot sur le terrain. Il avait débuté comme docteur militaire à Ouadaï (au Tchad) et il occupa par la suite des fonctions de directeur. Son premier poste fut à l’Institut Pasteur de Brazzaville en 19169. Ceci fait apparaître le parallélisme important entre l’expansion européenne et le mouvement des trypanosomiases. D’après Jamot :

  • 10 Cité par J.-P. Dozon, ″Quand les pastoriens traquaient la maladie du sommeil″, in Sciences sociale (...)

″Il existe un parallélisme évident entre la pénétration et l’occupation européenne de l’Afrique Noire et la marche de l’endémo-épidémie. En apportant dans ces pays la paix, en brisant les cloisons étanches qui séparaient autrefois les diverses tribus et qui permettaient au mal d’évoluer en vase clos, en ouvrant des voies de communication et en créant des mouvements commerciaux entre la côte et l’intérieur, en circulant avec des gardes, des porteurs et des boys recrutés un peu partout, en déplaçant les populations, en mélangeant des travailleurs originaires des régions saines avec d’autres personnes provenant de zones contaminées, l’Européen a été le véritable agent de la propagation du fléau″10.

  • 11 Ibid,40.

15Comme Jean-Pierre Dozon l’a montré11, Jamot était aussi fortement conscient que la violence des contacts entre les populations indigènes du Cameroun où se déroulaient les conflits franco-allemands pendant la guerre eut un impact décisif sur la propagation des trypanosomiases. Le succès des modestes efforts de Jamot au Cameroun fut suffisamment significatif pour lui permettre de créer un vaste théâtre d’opérations pour son travail. La diffusion des trypanosomiases comme effet du déplacement des populations et du déséquilibre social est évident dans un grand nombre de documentaires de la période qui identifient les zones dont il est question, telles que le Cameroun et la région de l’Oubangui-Chari. Ces films présentent le déséquilibre social dans le contexte de la prophylaxie médicale et de la mise en place du processus de civilisation.

  • 12 L. Murard et P. Zylberman, ″La raison de l’expert ou l’hygiène comme science sociale appliquée″, i (...)
  • 13 Comme l’indique P. Hirst, ″Durkheim a plutôt tendance à se rapprocher d’une psychologie collective (...)

16La relation entre les techniques médicales et leurs applications sociales, que nous venons d’exposer en relation avec les unités de prophylaxie mobile de Jamot, était liée de façon complexe au concept d’hygiène sociale qui apparut à la fin du xixe siècle et qui devait se fixer de façon significative et se développer à la suite des dévastations de la Première Guerre mondiale. Les conceptions pasteuriennes de la médecine et une science sociale ″solidariste″ dont Durkheim fut le principal défenseur12, se sont constituées en organisation technique fondée sur des conceptions médicales du normal et du pathologique. Le domaine qui venait de naître, la sociologie, recherchait son indépendance vis-à-vis de la psychologie pendant cette même période. Elle s’intéressa à la science des institutions, leur genèse et leur fonctionnement utilisant une offre de psychologie sociale13. Cette conception des sciences sociales, associée à une réalité sociale indépendante de l’individu donna lieu à une demande de légitimité politique dans les domaines de l’éducation et du modelage de l’opinion publique.

La maladie du sommeil vue par la macrocinématographie : Trypanosoma gambiense, agent de la maladie du sommeil, Painlevé, 1924

  • 14 L. Murard et P. Zylb erman, ″De l’hygiène comme introduction à la politique expérimentale″, Revue (...)

17Les définitions de l’hygiène sociale jusqu’à la guerre et les conceptions qui devaient suivre se modifièrent énormément en France ; le statut de plus en plus important de l’hygiéniste en tant qu’agent social puissant en France et dans les colonies fut renforcé par la mobilisation politique et économique de la période de guerre en 191614. Le premier cabinet ministériel de la santé publique — connu sous le nom de ministère de l’Hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale — fut créé en 1920 et dirigé par Léon Bernard. Ceci surgit à partir des besoins de logistique de l’époque de guerre orientée sur certaines cibles dans le sillage du Service de santé militaire qui exigeait des valeurs normatives de santé pour les recrues. La création du ministère de la Santé publique a aussi marqué le culte naissant de l’expert comme agent de réforme sociale rationalisée dans des positions administratives de haut niveau. Les solutions techniques comme extension inévitable du diagnostic correspondent à la fois à un rassemblement de connaissances et à une méthode pour résoudre les problèmes. L’exemple de l’hygiéniste est significatif dans la mesure où la revendication des paramètres médicaux de santé et de maladie va au-delà de la compétence du non-spécialiste.

18Les traces visuelles de cette problématique hygiéniste annonçant le travail de guérison et de prévention pour le non-spécialiste furent évoquées dans un ensemble de documentaires de l’entre-deux-guerres sur l’Empire et dans des films éducatifs traitant directement des questions d’hygiène sociale. Initiés par les campagnes médiatiques sur la tuberculose financées par Rockefeller pendant la guerre, une série de films éducatifs populaires surgit comme moyen d’inculquer des valeurs de propreté, et ceci établit l’autorité du traitement médical. Jean Benoît-Lévy, qui reste l’un des cinéastes éducatifs les plus réputés de cette période de l’entre-deux-guerres a créé un vaste ensemble de films pédagogiques et récréatifs d’une valeur éducative importante.

19Un exemple plus récent de son travail Conte de la mille et deuxième nuit (1932) est un film animé sur le traitement des maladies vénériennes, qui fut distribué en France et en Algérie et qui promettait la modernité en guise d’agence de soins à la fois française et médicalement codifiée. Le film consiste en une série de dessins animés mettant en scène un protagoniste, Mohamed Cheghir, qui est présenté grâce à une série d’oppositions de l’homme pré-industriel à l’intérieur du royaume animal. Les anciennes capacités de Mohamed pour la chasse, la course, l’agilité, l’endurance et la beauté physique semblent être étouffées par l’apparition d’un bouton de fièvre, ″le bobo″, en gros plan, apparemment bénin. Mohammed, bien changé par la maladie, est représenté comme le sujet pathologique. Grâce à l’arrivée en automobile d’une équipe médicale française pour la prophylaxie, Mohammed est capable de se transformer. L’équipe médicale commence par montrer un film illustrant quelques pathologies vénériennes soulignées par des photographies médicales, plutôt que des dessins animés. Cela met en valeur les pouvoirs magiques du docteur. Ces pouvoirs sont liés à un imaginaire technologique associé à l’automobile, au pouvoir de reproduction mécanique de la photographie et au cinéma, seul capable de le soigner. Le mouvement de Mohammed vers le dispensaire indigène établit l’efficacité des soins médicaux qui lui permettent de retrouver son état bien portant dans le monde animal. A cela se rajoute la promesse d’une paternité future qui est finalement renforcée par une dernière série d’oppositions photographiques entre l’enfant normal et le l’enfant malade.

20Les propriétés transformatives de la médecine française sont aussi montrées comme étant d’un ordre différent des contingences de l’existence quotidienne de Mohamed qui représente les prédateurs humains de l’ère préindustrielle. Une série d’oppositions distingue le monde technologique de la médecine française et l’action coloniale sur fond de campagne algérienne. La présentation est semblable à un livre d’images et la représentation picturale du protagoniste fonctionne également comme garde-fou entre la fiction et la réalité tout en établissant une frontière entre un diagnostic médical et Mohamed comme point primaire d’identification spectatorielle. Alors que le bouton de fièvre constitue le marqueur de la condition médicale de Mohamed, l’arrivée de l’automobile, la projection du film et le docteur symbolisent l’action reconstituante associée à une mythologie régénératrice moderne.

  • 15 Dr L. Chauvois, La machine humaine enseignée par la machine automobile., Paris, Gaston Doin & Cie, (...)

21Dans un grand nombre de films éducatifs, des signes biologiques internes non perçus du patient individuel justifient un remède inspiré de la technologie. En suivant un grand nombre d’études physiologiques qui ont modelé le corps humain d’après une machine dans La machine humaine enseignée par la machine automobile15, le Dr Louis Chauvois compare des postures variées du squelette humain et l’anatomie du système digestif humain à celles de l’automobile. Ce livre, abondamment illustré avec des diagrammes qui comparent le corps humain avec une automobile, fut même l’objet d’un film éducatif de Jean Benoît-Lévy.

  • 16 Voir L. Viborel, La Technique moderne de la propagande d’hygiène sociale, Paris, éditions de ″La V (...)

22Ainsi nous avons une vision du corps humain qui est le sujet d’une conception mécaniste de l’ajustement social et qui semble être animée par une vitalité nationale collective. Cette conception d’une grande quantité d’individus conduit à une forme d’ajustement social, et le même modèle d’ajustement mécanique est intensifié lorsqu’il est appliqué à l’Empire. La possibilité de l’intensification des soins humains mécaniques est fortement liée à l’agrandissement du pathologique. Comme nous l’avons déjà noté, l’imagerie médicale micro-cinématographique de même que la représentation des anomalies culturelles annonce une mission prophylactique, qui pourrait révéler de façon puissante les agents pathologiques et démontrer les moyens par lesquels en purger le corps social. La machine humaine, bien qu’elle évoque une logique mécanique, est aussi imaginée comme organisme vital à travers le flot de liquide corporel. De même que l’accent mis sur les parties en mouvement était un thème important dans de nombreux films éducatifs, le flux liquide, tel que celui du sang humain (comme on le voit lorsque l’on contracte la malaria, dans des courts métrages éducatifs tels que Le Paludisme, Sang d’un homme ou Sang humain atteint de paludisme)16, est étroitement lié à un registre géographique qui privilégie le potentiel de pénétration et de circulation avec des images de flux de rivières et de pénétration économique. Le flux des fluides vitaux a aussi été imaginé comme une force orientée donnant la vie et émanant de la métropole. D’après Octave Homberg, avocat écrivant en faveur de l’expansion coloniale pendant l’entre-deux-guerres :

  • 17 O. Homberg, La France des cinq parties du monde, Paris, Les Petits-fils de Pion et Nourrit, 1927, (...)

″Il ne peut y avoir qu’une métropole, comme dans un être vivant, il n’y a qu’un cœur distribuant le sang aux membres divers″17.

Les maladies vénériennes comme spectacle : Conte de la mille et deuxième nuit, Benoît-Lévy, 1932
1 - La projection au village

2 - Le ″bobo″

3 - L’arrivée de la modernité : l’automobile comme dispensaire ambulant

23Un motif important qui apparaît au début de presque tous les films de l’Empire, était la carte de la région en question, que ce soit l’Afrique, l’Asie ou le Moyen-Orient. Comme orientation diégétique initiale, ces cartes étaient utilisées pour présenter un montage de mouvements inspirés par la technologie et créant l’infrastructure du domaine colonial français tout en le dissociant des autres.

  • 18 L’œuvre de la République : évocation de la conquête du Sahara (1931), troisième partie. 35’ muet, (...)
  • 19 Y. el Ftouh et M. Pinto ont décrit ce processus de manière provocatrice ″Civiliser, c’est blanchir (...)

24Dans un film éducatif typique sur la géographie coloniale, destiné aux enfants et intitulé L’œuvre de la République : évocation de la conquête du Sahara (1931)18, la pacification du Maghreb par les généraux français est représentée grâce à des séquences géographiques animées. Ainsi, les territoires nouvellement conquis par les troupes sont représentés par un fluide blanc progressant sur une esquisse vide19. Semblable à la circulation du sang, l’envahissement de ce fluide symbolise l’oeuvre de pacification, de purification et d’appropriation d’un corps géographique exsangue. Une dose d’énergie vitale est ainsi insufflée aux territoires de l’Empire. Les caractéristiques de ce flux, associées à un tracé plus conventionnel, dessinent l’itinéraire du voyageur. Ces repères en viennent à représenter simultanément d’autres chemins de conquête et leur action salvatrice.

  • 20 Le film de douze épisodes, Le Continent mystérieux, fait par le géographe Paul Castelnau, fut auss (...)

25Les colonies étaient conçues comme un réservoir de travailleurs et de matériaux bruts grâce auxquels on devait pouvoir reconstituer l’économie diminuée de l’après-guerre. Leur représentation géographique était une vision tangible de leur consolidation et de leur utilité. Le déplacement d’une propagande de guerre à une vision de l’empire reposait sur la médiation d’agents invisibles identifiables qu’ils soient microbiologiques, humains ou géographiques. Au moment où la guerre exerça un choc industriel en vidant également la métropole de son pouvoir déjà en déclin, une reconstitution du corps national était liée de façon complexe au renforcement et à une plus grande intégration du domaine colonial. Dans les films sur les Expéditions Citroën qui présentent le cheminement semblable à celui des autochenilles à travers l’Empire, l’étendue de cette empreinte continue unifie immédiatement la surface géographique tout en démontrant l’accessibilité des colonies à la France métropolitaine. Le mouvement de ces autochenilles dans La Traversée du Sahara en autochenilles (1922), La Croisière Noire (1925) et La Croisière Jaune (1932) présentait des formations géologiques et topologiques analogues à celles de l’anatomie d’un patient sous observation médicale. La traversée du Sahara dans La Traversée du Sahara en Autochenilles (1922)20 présente les contours d’un corps français représenté par le tracé d’un itinéraire à la surface du désert alors que La Croisière Noire (1925) illustre la propagation et l’accessibilité d’une géographie coloniale déjà constituée. Chacun de ces films était lié à des expéditions et ils furent montrés pour la première fois dans la métropole comme moyen pour animer des objets exposés. La Croisière Noire en particulier fut présentée comme faisant partie d’une exposition populaire importante au musée des Arts décoratifs (1925) qui servit de modèle pour l’Exposition coloniale de 1931. Plus de cinquante documentaires furent réalisés à partir d’une compilation de documents d’archives, parmi lesquels figuraient L’Eve africaine, Oasis saharienne, Au Congo belge et Amours exotiques ; un pavillon entier était en fait dédié au cinéma avec des appareils de tournage et une vaste série de projections au Pavillon Marsan.

26La qualité photogénique des séquences dans lesquelles ces films montrent les spécificités culturelles et géographiques, telles que le Lac Tchad, les poissonneries de Stanley Falls ou la coupe de cheveux chez les femmes Mangebetou, est indéniable. Certains styles culturels étaient aussi transposables à la métropole tels que des objets exotiques ou la coupe de cheveux Mangebetou rendue célèbre par Joséphine Baker. En tant qu’objets faisant partie d’une collection, les séquences de films représentant un site géographique ou un phénomène culturel finirent par fonctionner de façon métonymique pour représenter un credo colonial ambivalent fondé sur un réservoir de mémoire collective en pleine expansion.

  • 21 Op. cit. Viborel, Aviation sanitaire, 550 mètres, 50’.

27Métaphoriquement, le cerveau représenté par la métropole, et dépourvu de ses extensions nationales complètes après la Première Guerre mondiale, a cherché à rassembler et à consolider sa propre géographie. Les artères de transit comme la circulation de l’automobile, la locomotive et les lignes de transports maritimes et aériennes fournissaient un point de vue privilégié grâce auquel on pouvait diriger, inspecter et transformer ces parties corporelles agrandies grâce à l’application de méthodes thérapeutiques développées dans la métropole. Un film tel que Aviation sanitaire présente l’utilisation de l’avion comme un moyen pour fournir l’assistance médicale aux soldats français en garnison au Maroc21.

  • 22 G. Meynier, ″Guerre et pouvoir colonial : continuités et adaptations″, in J. Thobie et al. (éds), (...)
  • 23 Voir l’article d’A. Benali, ″La médiévalisation de l’espace marocain : mémoire réactivée, historic (...)

28D’après Gilbert Meynier, l’Empire représentait un corps à animer, un corps vigoureux, mais par lui-même incapable d’action et de mouvement, ayant besoin d’un conditionnement mental centralisé provenant du cerveau qui serait la France22. Le cinéma présente ces nouvelles formes de mouvement tout en fonctionnant aussi comme un mécanisme psychologique limitrophe avec des artères de transit qui régulent une série de connecteurs cherchant à relier et à réorienter les dislocations culturelles et historiques23.

  • 24 F. Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil, 1952, [142 in english éd.]

29A nouveau, cette forme de cinéma éducatif sur l’Empire et la géographie dépend également d’une opposition entre le normal et le pathologique par l’intermédiaire de l’introduction de soins. La représentation et le repérage d’un sujet pathologique sont motivés ainsi par des soins, dans la quête d’un prétexte pour agir. La prééminence des soins (civilisation) surdétermine le symptôme. Comme Frantz Fanon nous le rappelle, cette conception du normatif repose sur la notion d’une société fermée où il n’y a pas de disproportion entre la famille et la nation. Ainsi, ″un enfant normal ayant grandi dans une famille normale sera un homme normal″24.

  • 25 Ce film a été commandé par le gouvernement général de Madagascar (1929) et dans les archives du Se (...)

30Les représentations cinématographiques de la France dans les colonies pourraient présenter des opportunités économiques ainsi qu’une responsabilité pour l’action curative. Les films éducatifs sur l’Empire peuvent être compris comme un développement de la conception d’Albert Sarraut consistant à faire connaître la France par les colonies et à faire connaître les colonies à la France pendant la première Mission cinématographique de l’Indochine. Bien qu’elle soit fondée en fonction des impératifs économiques de l’après-guerre, cette forme de transfert de connaissances a fondamentalement posé le droit et le devoir d’imposer une norme universalisatrice dont l’action fait écho aux notions d’Auguste Comte sur un appareil régulateur qui conçoit la société à la fois comme une machine et comme un organisme. Dans un grand nombre des films de l’entre-deux-guerres, une situation dans les colonies est définie de façon à administrer un remède idéologique. Des images d’hygiène morale et sociale furent un registre fréquemment mis en avant pour justifier l’expansion coloniale. Une scène montrant des infirmières françaises apprenant à une femme africaine comment donner correctement un bain à ses enfants au dispensaire comme dans Le Continent mystérieux (1922) de Paul Castelnau, ou une scène montrant un officier français enseignant à un escadron de soldats de Madagascar comment marcher au pas comme dans Méthode d’éducation physique — Marcher, sauter, grimper25, sont groupées parmi d’autres qui présentent les ravages de la maladie du sommeil ou de la malaria et qui ont fini par constituer un répertoire de sujets récurrents. De la même façon qu’une vision d’utilité sociale et de progrès est dérivée d’une opposition entre le normal et le pathologique d’après Durkheim. Dans cette optique, le normal n’est ni statique ni paisible, mais champ d’action polémique. L’application de la norme à un domaine d’action sociale peut invoquer la nécessité d’une intervention ″magique″ comme cela est démontré grâce à des techniques de suture ou de montage cinématographique. Le fait d’établir une norme ainsi que des remèdes potentiels pour une condition pathologique est présenté parfois grâce à des juxtapositions ridicules.

  • 26 Ce film a été réalisé lors de l’expédition du même titre, La Croisière Noire, en 1925.

31Ainsi, dans la séquence d’ouverture du film intitulé L’Eve africaine (1925)26 qui introduit une narration fictionnelle grâce à une description semblable à un documentaire sur le rôle des femmes en Afrique, l’intertitre liminaire de ce film déclare que chaque climat engendre son propre idéal de beauté. Cet intertitre est suivi par une vue d’une femme africaine à peine vêtue qui sort d’une hutte en contrepoint avec une femme française de la haute bourgeoisie ornée d’une étole en fourrure, de hauts talons et d’un chapeau à la mode, qui semble poser brièvement sur une véranda ressemblant à un piédestal avant de descendre quelques marches en granit simplement pour se faire aider à entrer dans une automobile qui l’attend. Il y a clairement des différences climatologiques, bien qu’un mécanisme régulateur fréquemment invoqué qui tiendrait compte de ces variations humaines à la Montesquieu n’ait pas grand chose à voir avec la différence de leurs coupes de cheveux et de leurs conditions de vie. De plus la norme ou le modèle de la façon dont une femme doit sortir de chez elle souligne aussi comment ce qui est normal ne sert pas simplement de procédé pour établir une norme moyenne, mais aussi de provocation qui projette un fantasme de civilisation allié au charme féminin.

32Comme Georges Canguilhem le décrit dans une réflexion approfondie sur les paramètres rationalisants de la normalité :

  • 27 G. Canguilhem, Le normal et le pathologique. Paris, Quadrige, PUF, 1966 (5e éd., 1984). ″Nouvelles (...)

″Une norme, une règle, c’est ce qui sert à faire droit, à dresser, à redresser. Normer, normaliser, c’est imposer une exigence à une existence, à un donné, dont la variété, la disparité s’offrent, au regard de l’exigence, comme un indéterminé hostile plus encore qu’étranger. Concept polémique, en effet, que celui qui qualifie négativement le secteur du donné qui ne rentre pas dans son extension, alors qu’il relève de sa compréhension. Le concept de droit, selon qu’il s’agit de géométrie, de morale ou de technique, qualifie ce qui résiste à son application de tordu, de tortueux ou de gauche″27.

33Ce qui est normal peut alors être compris comme la règle, le modèle ou le point de comparaison qui établit les significations fondatrices qui simultanément rectifient et assurent le fonctionnement adéquat du corps social. De plus, l’essence des relations entre le normal et l’anormal doit être trouvé dans la structure d’inversion et de polarité qui résout les différences et unifie la diversité comme s’il s’agissait de résoudre un désaccord. Cette sorte d’opposition est une forme d’argumentation où la norme remplace la préférence, ce qui est renforcé par le fait que :

  • 28 Ibid, 177-178.

″Ainsi toute préférence d’un ordre possible s’accompagne, le plus souvent implicitement, de l’aversion de l’ordre inverse possible″28.

  • 29 Ibid, 178.

34De façon cruciale, comme Canguilhem continue à l’expliquer, ce qui est normal en tant que standard éthique dans ce cas n’est pas fondé sur les critères de vérité ou de mensonge mais repose sur une forme de raisonnement syllogistique d’après lequel, ″toutefois, l’inversion d’une norme logique ne donne pas une norme logique, mais une norme peut-être esthétique, comme l’inversion d’une norme éthique ne donne pas une norme éthique, mais une norme peut-être politique″29. C’est-à-dire que l’utilisation d’un mode de normalisation de présentation fixe des valeurs esthétiques qui, à leur tour, ont des conséquences politiques. Un éventail de positions éthiques et morales constitue ainsi un corollaire de ces conséquences politiques. En reformulant des valeurs sociales d’après les faits sociaux de Durkheim, la norme assure et perpétue des niveaux établis de qualité et de quantité essentiels à l’unité et au fonctionnement de l’Etat-nation.

  • 30 M. Foucault, Surveiller et punir ; naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

35Par ailleurs, l’humanité de la technologie fait référence à une vision logocentrique de la machine humaine qui coexiste avec le monde de l’objet, cette conception du corps comme étant à la fois un objet anatomico-métaphysique et un registre technico-politique fait écho aux réflexions de Michel Foucault sur les corps dociles, qui sont disciplinés et reterritorialisés grâce à une économie politique de détail30.

36Ces conceptions politiques très fortes sur le corps développées dans les ouvrages de Foucault sont aussi évidentes dans la période dont on parle. De nombreuses études ont modelé le corps humain d’après une machine, telle que l’étude mentionnée précédemment La machine humaine enseignée par la machine automobile.

37C’est également très approprié à ce propos de noter que l’auteur de la préface de La Machine humaine de Chauvois n’est autre que l’un des leaders les plus connus du mouvement de propagande de la santé publique, Louis Forest qui mentionne sa véritable admiration à l’égard de la grande originalité des arguments de Chauvois. Ainsi nous avons une image du corps humain qui est sujet à une conception mécaniste de l’ajustement social et qui est animée pour ainsi dire par un vitalisme national.

38Juste au moment où cette conception d’une grande quantité d’individus se prête à une forme d’ajustement social, le même modèle d’ajustement social est intensifié lorsqu’on l’applique à l’Empire. La possibilité d’une intensification des soins humains mécaniques est étroitement liée à une amplification du pathologique. Comme nous l’avons déjà fait remarquer, l’imagerie médicale micro-cinématographique de même que la représentation d’anomalies culturelles proclamées comme ressortissant d’une mission prophylactique pourrait révéler de façon puissante les agents pathologiques et démontrer les moyens par lesquels les éliminer du corps social.

39Nous avons repéré un cinéma éducatif émergeant dans l’entre-deux-guerres à l’intersection de sujets sur l’hygiène et sur le développement de l’Empire. Un va-et-vient entre la visée microscopique et géographique dans le cinéma éducatif présente une vision de ce qui est normal comme dynamisme civilisateur à la fois en France et dans les colonies. Finalement, j’aimerais me concentrer sur la relation entre la propagande et la propagation à travers une brève discussion des unités de cinéma officielles établies dans les colonies et distribuées à travers les Agences économiques de Paris.

  • 31 Comme Elisabeth Rabut, actuellement conservateur en chef au Centre des Archives d’Outremer (CAOM) (...)

40Les Agences économiques furent conçues comme des archives à consulter en prêt et comme des offices centraux de renseignements pour l’expédition et le relais de données industrielles, touristiques et ethnographiques sur chacune des colonies. Des archives de documents, de photographies et de films étaient conservées sur place et maintenues comme système de recoupement des agences de renseignement sous l’autorité du ministre des Colonies31.

  • 32 P. Bourdairie, ″Une politique coloniale française et Rapport de M. Albert Sarraut sur un ″projet d (...)

41Les Agences économiques faisaient partie d’une stratégie de distribution et elles étaient l’une des composantes essentielles du plan Sarraut (1920), intitulé La mise en valeur des colonies françaises qui formulait une doctrine coloniale prônant un déplacement vers une vision plus humaniste de l’Empire où le développement économique était inextricablement lié à des valeurs morales, politiques, intellectuelles, éducatives et sociales32.

  • 33 L’objet d’un arrêté du 11 mai 1918. Congrès national d’action de propagande coloniale, sous le hau (...)

42Les bureaux des Agences économiques furent officiellement lancés par Albert Sarraut qui spécifia que ″le rôle principal des Agences Économiques (était) de faire connaître en France par une propagande méthodique les ressources que les Colonies représent(ai)ent et de favoriser le développement de leurs échanges avec la Métropole″33. L’Agence économique pour l’Indochine était l’un des premiers systèmes de distribution qui fonctionnait méthodiquement, prêtant souvent des films à des instituteurs pour des séances en matinée les jeudis et les dimanches ainsi que pour leurs classes normales. Elle fournit de nombreuses vues classificatoires sur l’Indochine qui pouvaient être insérées dans des contextes métropolitains variés tels que des leçons de géographie pour l’école secondaire, des conférences anthropologiques, des groupes de recherches sur l’archéologie et sur l’architecture, et pour des expositions plus générales sur la culture et l’industrie.

43Sarraut avait tout à fait conscience de l’utilité et du pouvoir du cinéma grâce auquel on pouvait revitaliser et élaborer une vision nationale. Dans ses déclarations politiques sur la réorientation de la propagande après la Première Guerre mondiale, Sarraut créa un programme dans lequel l’image était à utiliser comme outil pour éduquer et influencer les adultes et les enfants de la métropole quant à leur responsabilité et à leur intérêt pour l’Empire colonial français. Comme Sarraut l’a expliqué dans un discours public :

  • 34 Voir son plan intitulé, ″La mise en valeur des colonies″, 1920, discours au Sénat du 27 février 19 (...)

″Il est absolument indispensable qu’une propagande méthodique, sérieuse, constante, par la parole et l’image, le journal, la conférence, le film, l’exposition... puisse agir dans notre pays sur l’adulte et sur l’enfant.... Nous devons améliorer et élargir dans nos écoles primaires, nos collèges, nos lycées, l’enseignement trop succinct qui leur est donné sur notre histoire coloniale et la composition de notre domaine colonial. Il faut que cet enseignement soit plus vivant, plus expressif, plus pratique, que l’image, le film, la projection renseignent et amusent le jeune Français ignorant de nos colonies″34.

  • 35 ″Discours prononcé par M. Albert Sarraut à l’ouverture des cours de l’Ecole coloniale″, nov. 5, 19 (...)

44Sarraut considérait les films comme une forme attirante d’instruction publique, ce qui allait dans le même sens que les efforts éducatifs qui cherchaient à intégrer le cinéma dans l’éducation primaire et secondaire. Leur utilisation devint alors une façon de valider un champ d’action grâce au développement d’un système de représentation, qui non seulement identifiait l’Empire comme un monde à refaire mais le fixait comme un monde-objet devant être animé par la métropole. C’est dans ce sens que le développement économique a pu être propulsé d’après l’adage : ″Le colonialisme, c’est l’œuvre de la solidarité humaine″. C’est-à-dire un humanisme colonial qui proclame le droit de tout être humain à accéder à une vie meilleure en utilisant les ressources matérielles abondantes du monde en association avec un système de valeurs morales qui peuvent servir les besoins de tous. D’après Sarraut ″cette double abondance (à la fois matérielle et morale) ne peut résulter que d’une collaboration solidaire des races, échangeant amplement leurs ressources naturelles et les facultés propres de leur génie créateur″35. Cet échange d’un savoir-faire contre des matières premières représentait la responsabilité pour la métropole de faire respecter les valeurs universelles.

  • 36 ″Le 15 avril 1924, la commission permanente du Conseil du gouvernement a, en effet, approuvé un co (...)
  • 37 Pathé-Mensuel. n° 1, oct. 1921, 1.

45De 1924 à 1927 des archives très vastes de films documentaires provenant de l’Indochine furent mises à la disposition du public dans la métropole. Alors que les travaux réels de la Mission en Indochine se mirent à fonctionner à partir de 1924 sur une base contractuelle avec une compagnie de production indépendante, Indochine Films36 la Mission devint l’un des premiers modèles pour des unités de production cinématographiques officielles ainsi qu’un réseau entre la France et les colonies. Les Agences économiques, qui fonctionnaient comme des bureaux de relations publiques pour les colonies françaises à Paris, rédigèrent des contrats avec des compagnies de production telles que Pathé, Gaumont, ou de plus petites compagnies, pour produire des films sur leurs différents efforts de vulgarisation. Pathé a même produit un magazine mensuel, Pathé mensuel, qui faisait la promotion de ses services de production cinématographique au Maghreb pour des raisons aussi bien étatiques que commerciales. Le premier numéro qui sortit en 1920 promettait ″...un service pratique répondant aux besoins d’une clientèle industrielle en Afrique du Nord″37. La qualité paradigmatique de l’imagerie réalisée grâce à ce système de production cinématographique contractuelle devient claire grâce à la réapparition continuelle du même document filmé avec des intertitres retravaillés et des arrangements séquentiels. Comme la plupart de ces contrats devaient stipuler le type de sujet qui était nécessaire, le coût était toujours déterminé par la quantité de documents filmés requise.

46Faire connaître les colonies à la France n’était plus fondé sur la foi et la volonté de conquérir mais reposait désormais sur une objectivation de l’Empire et la ″mise en place″ d’une image mondiale mécanisée afin de créer et de nourrir la famille de l’humanité en évolution. Juste au moment où la conquête s’éclipsait, ce qui était déjà conquis devint classifié, identifié et par conséquent transformé. Ce nouveau royaume, un empire à intégrer est conçu et saisi comme représentation, une ″image structurée″ à la fois réifiée et capable d’être reformée. A un autre niveau d’abstraction, Heidegger remarque avec justesse :

  • 38 M. Heidegger, ″L’époque des ‘conceptions du monde ‘″, in Chemins qui ne mènent nulle part., tradui (...)

″En effet, plus complètement le monde semble disponible comme monde conquis, plus objectivement, c’est-à-dire plus péremptoirement, se dresse le sujet, et plus irrésistiblement la considération du monde, la théorie du monde se change-t-elle en une théorie de l’homme — l’anthropologie. Ne nous étonnons donc pas de voir commencer le règne de l’humanisme seulement là où le monde devient image conçue″38.

  • 39 E. Junger, ″Die Totale Mobilmachung″ qui fut publié tout d’abord in Der Arbeiter [Le travailleur], (...)
  • 40 Aussi plus tard dans l’essai de Heidegger, celui-ci fait référence au terme ″Gebilt″, qui fait réf (...)

47Alors que Heidegger décrit un royaume de perception qui émerge, lié à ce que Ernst Junger a appelé ″la mobilisation totale″39 qu’on a pu observer pendant la Première Guerre mondiale, ce passage établit une unité qui est fondée sur ″la relation de l’homme avec l’homme″, qui devient l’unité relationnelle centrale. Pour notre propos cependant, l’association opérée par Heidegger entre une doctrine de l’homme et le développement d’un humanisme basé sur la représentation où le monde devient semblable à une image, peut être utilisée pour positionner un cinéma d’Empire de l’entre-deux-guerres comme étant la pierre de touche d’une doctrine coloniale émergente. En adaptant la notion de Heidegger de ″la conception du monde″ (Weltbilt)40 à celle d’une conception du monde ″mécanisée″, on oriente le cinéma en tant que technologie de la représentation qui présente une matrice technologique en évolution utilisée pour relier les divers éléments de l’Empire.

Notes

1 L. Viborel, ″L’effort de propagande d’hygiène sociale par le cinématographe en France″, Revue internationale du cinéma éducateur, n° 4, avril 1932, 313 (309-315).

2 B. Latour, Les Microbes : guerre et paix, Paris, 1984.

3 A. Marcovich, ″French colonial medicine and colonial rule : Algeria and Indochina″, in Disease, Medicine, and Empire., edited by Roy MacLeod and Milton Lewis, New York and London, Routledge, 1988, 113 (103-117).

4 Cl. Salomon-Bayet, ″Penser la révolution pastorienne″, in Cl. Salomon-Bayet (éd.), Pasteur et la révolution pastorienne, Paris, Payot, 1986, 53, 17-64.

5 Marcovich, op. cit., 110.

6 A.-M. Moulin, ″Patriarchal Science : the Network of the Overseas Pasteur Institutes″, in Science and Empires : Historical Studies about Scientific Development and European Expansion. Edited by Patrick Petitjean, C. Jami and A.-M. Moulin, Dordrecht, Boston and London, Kluwer Académie Publishers, 1992, 318 (307-322).

7 Marcovich, op. cit., 110.

8 Les films des Expéditions Citroën consistaient en des films réalisés pendant quatre expéditions : La Traversée du Sahara (1922), La Croisière Noire (1924-1925), La Croisière Jaune (1932) et La Croisière Blanche (1934).

9 P. Richet, ″Eugène Jamot : son œuvre″, in Médecine tropicale : revue française de pathologie et de santé publique tropicales, numéro spécial pour le 100e anniversaire de la naissance d’E. Jamot, vol. 39, n° 5, sept.-oct. 1979, 485-493.

10 Cité par J.-P. Dozon, ″Quand les pastoriens traquaient la maladie du sommeil″, in Sciences sociales et santé, vol. III, n° 3-4, nov. 1 985, 27-56 (39). E. Jamot, ″La maladie du sommeil au Cameroun. Comment nous la combattons″, archives du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso, 1929.

11 Ibid,40.

12 L. Murard et P. Zylberman, ″La raison de l’expert ou l’hygiène comme science sociale appliquée″, in Archives européennes de sociologie, xxvi, 1985, 58-89, 61. Ils notent également que Règles de la méthode sociologique et te Suicide de Durkheim présentent abondamment la problématique hygiéniste.

13 Comme l’indique P. Hirst, ″Durkheim a plutôt tendance à se rapprocher d’une psychologie collective que d’une sociologie structurelle. En effet, les théoriciens sans formation conventionnelle en sociologie donnent habituellement cette interprétation de l’œuvre de Durkheim. Ainsi l’historien russe des mouvements sociaux, B. F. Porshnev, dans son livre sur la psychologie sociale traite Durkheim de psychologue collectif qui expliqua les phénomènes concernant ‘l’aspect social de la psyché’ par la ‘coercion’. ″ (P. Hirst, Durkheim, Bernard and Epistemology, London and Boston, Routledge & Kegan Paul, 1975, 193). Voir aussi B.F. Porshnev, Social Psychology and History. Moscow, Progress Publishers, 1970, 182.

14 L. Murard et P. Zylb erman, ″De l’hygiène comme introduction à la politique expérimentale″, Revue de Synthèse, vol. III, n° 115, juil.-sept. 1984, 313-341.

15 Dr L. Chauvois, La machine humaine enseignée par la machine automobile., Paris, Gaston Doin & Cie, 1926.

16 Voir L. Viborel, La Technique moderne de la propagande d’hygiène sociale, Paris, éditions de ″La Vie saine″, 1931. Dans ce manuel sur les moyens et les utilisations de la propagande, Viborel compile un catalogue de films à utiliser pour soutenir les efforts sociaux concernant l’hygiène. Le catalogue de film qui est inclus dans le troisième chapitre de ce livre sur les utilisations du cinéma pour la propagande établit seize catégories majeures commençant avec l’Hygiène générale et évoluant vers des séries de films plus spécifiques qui traitent en particulier de maladies sociales ciblées telle que la tuberculose, les maladies vénériennes, l’alcoolisme ainsi que la diphtérie et la malaria.

17 O. Homberg, La France des cinq parties du monde, Paris, Les Petits-fils de Pion et Nourrit, 1927, 16.

18 L’œuvre de la République : évocation de la conquête du Sahara (1931), troisième partie. 35’ muet, 35’ mm. Etablissements cinématographiques et photographiques de l’Armée-Fort d’Ivry.

19 Y. el Ftouh et M. Pinto ont décrit ce processus de manière provocatrice ″Civiliser, c’est blanchir″. Voir leur article, ″L’image de l’Afrique dans le cinéma″, in N. Bancel, P. Blanchard (ACHAC) et L. Gervereau (MHC-BDIC) (éds), Images et colonies : iconographie et propagande coloniale sur l’Afrique française de 1880 à 1962, Paris, BDIC-ACHAC, 1933, 246-249.

20 Le film de douze épisodes, Le Continent mystérieux, fait par le géographe Paul Castelnau, fut aussi tourné pendant cette première expédition Citroën.

21 Op. cit. Viborel, Aviation sanitaire, 550 mètres, 50’.

22 G. Meynier, ″Guerre et pouvoir colonial : continuités et adaptations″, in J. Thobie et al. (éds), Histoire de la France coloniale : 1914-1990, Paris, Armand Colin, 1990. Meynier paraph rase te problème colonial (1919) de Etienne Richet.

23 Voir l’article d’A. Benali, ″La médiévalisation de l’espace marocain : mémoire réactivée, historicité abolie″, in P. Blanchard, S. Blanchoin, N. Bancel, G. Boëtsch et H. Gerbeau (éds), L’autre et nous, Paris, Syros, 1995, 181-186.

24 F. Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil, 1952, [142 in english éd.]

25 Ce film a été commandé par le gouvernement général de Madagascar (1929) et dans les archives du Service géographique de l’armée, voir CAOM, agence FOM, agence économique de Madagascar, Carton 792, dossier 1791, ″Propagande et publicité en métropole par des films″.

26 Ce film a été réalisé lors de l’expédition du même titre, La Croisière Noire, en 1925.

27 G. Canguilhem, Le normal et le pathologique. Paris, Quadrige, PUF, 1966 (5e éd., 1984). ″Nouvelles réflexions concernant le normal et le pathologique (1963-1966)″, 177.

28 Ibid, 177-178.

29 Ibid, 178.

30 M. Foucault, Surveiller et punir ; naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

31 Comme Elisabeth Rabut, actuellement conservateur en chef au Centre des Archives d’Outremer (CAOM) à Aix-en-Provence, explique, ″A l’exemple de l’Institut impérial de Londres, des musées commerciaux de Berlin, Bruxelles, Hambourg, le ministère français des Colonies se dote, lorsque s’ouvre l’ère de la mise en valeur de l’Empire, d’un organe officiel de renseignements sur les possessions d’Outre-mer : L’Office colonial, transformé en Agence générale des colonies, supprimée, puis réorganisée en Agence économique″, voir son article descriptif, ″Un acteur de la propagande coloniale : L’agence des colonies″ in N. Bancel, P. Blanchard, et L. Gervereau (dir.), Images et colonies : Iconographie et propagande coloniale sur l’Afrique française de 1880 à 1962., Pans, BDIC-ACHAC, 1993, 232-235.

32 P. Bourdairie, ″Une politique coloniale française et Rapport de M. Albert Sarraut sur un ″projet de loi portant sur la détermination d’un programme général de mise en valeur des colonies françaises″, Revue indigène. Paris, 1921, 43 p.

33 L’objet d’un arrêté du 11 mai 1918. Congrès national d’action de propagande coloniale, sous le haut patronage de M. le ministre des Colonies et M. Le Maréchal Lyautey, exposition coloniale internationale, Paris, 11, 12 mai 1931. Compte-rendu des séances., Paris, éditions de L’Institut colonial français, 1931, 58.

34 Voir son plan intitulé, ″La mise en valeur des colonies″, 1920, discours au Sénat du 27 février 1920 repris dans Ch.-R. Ageron, ″Les colonies devant l’opinion publique française (1919-1939)″, Cahiers de l’Institut d’histoire de la presse et de l’Opinion, vol. 1, 1972-1973, Tours, Institut d’histoire de la presse et de l’opinion, 1 -37.

35 ″Discours prononcé par M. Albert Sarraut à l’ouverture des cours de l’Ecole coloniale″, nov. 5, 1923, Paris, Imprimerie du Palais, 1923, 14 p.

36 ″Le 15 avril 1924, la commission permanente du Conseil du gouvernement a, en effet, approuvé un contrat de 5 ans..., passé entre le Gouverneur général et la Société Indochine Films″. Coupure de presse, ″La transformation du service cinématographique″, France-Indochine. 20 avril 1924, CAOM, Agence FOM, carton 248, dossier 363.

37 Pathé-Mensuel. n° 1, oct. 1921, 1.

38 M. Heidegger, ″L’époque des ‘conceptions du monde ‘″, in Chemins qui ne mènent nulle part., traduit par Wolfgand Brokmeier. Frankfurt am Main : Vittorio Klostermann, 1980, 121-122 (titre original : Holzwege).

39 E. Junger, ″Die Totale Mobilmachung″ qui fut publié tout d’abord in Der Arbeiter [Le travailleur], Hamburg, Hanseatische Verlaganstalt, 1932.

40 Aussi plus tard dans l’essai de Heidegger, celui-ci fait référence au terme ″Gebilt″, qui fait référence à ″une image structurée″, désignant littéralement une chose formée, une création, une structure ou une image.

Table des illustrations

Légende La maladie du sommeil vue par la macrocinématographie : Trypanosoma gambiense, agent de la maladie du sommeil, Painlevé, 1924
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Légende Les maladies vénériennes comme spectacle : Conte de la mille et deuxième nuit, Benoît-Lévy, 19321 - La projection au village
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 2 - Le ″bobo″
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende 3 - L’arrivée de la modernité : l’automobile comme dispensaire ambulant
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

Auteur

University of California Los Angeles Trad. Brigitte Gauthier, Paris X

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter