Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le documentaire dans l’Algérie coloniale

 | 
François Chevaldonné

Aux origines du cinéma en Algérie : Alexandre Promio

Jean-Claude Seguin

Texte intégral

  • 1 Cet article constitue une partie de l’ouvrage que nous consacrons à cet opérateur : Alexandre Prom (...)

1L’homme que l’on rencontre aux premiers temps du cinématographe en Algérie est né à Lyon en 1868 d’une famille aux origines piémontaises. Son enfance et sa jeunesse nous sont peu connues mais il dut vivre une existence relativement aisée. Plusieurs facteurs conduisirent Alexandre Promio à intégrer les usines Lumière : sa découverte du cinématographe en juin 1895, ses activités de représentant de commerce, son intérêt pour la photographie1

  • 2 Pour plus de détails sur ce point, cf. M. Aubert, J.-Cl. Seguin - La production cinématographique (...)

2Engagé aux usines Lumière à partir du 1er mars 1896, Alexandre Promio, en deux mois, va devenir la pièce maîtresse du dispositif ″cinéma″ aux usines de Monplaisir et occuper la place de chef du service cinématographique. Cette rapide promotion, dont nous ignorons encore aujourd’hui les raisons intimes, est tout à fait fondamentale, car cet opérateur va présider aux destinées de la belle invention pendant près de huit ans. C’est ainsi que lorsque l’on parle de ″Films Lumière″, il faut en réalité comprendre ″Production Lumière″. Rappelons en effet que Louis Lumière ne tourna finalement qu’une cinquantaine de vues sur un catalogue qui en compte plus de mille quatre cents. Les études menées à ce jour permettent de dire qu’Alexandre Promio dut réaliser environ soixante pour cent des films du catalogue, c’est à se demander s’il ne faut pas parler de ″Films Promio″2. Toujours est-il que dès le mois de juin 1896, Alexandre Promio va parcourir le monde pour en ramener des vues aussi diverses qu’artistiques.

Les premiers films tournés en Algérie (décembre 1896)

3Le bref séjour d’Alexandre Promio en Algérie est à situer après plusieurs autres voyages en Espagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis et Italie. En quelques mois, il va acquérir une maîtrise de la caméra Lumière qui, encore aujourd’hui, ne peut que nous surprendre. Il entreprend ainsi une véritable réflexion sur l’espace-temps dans ses vues américaines, sur le travelling, autrefois ″panorama″, dans les vues italiennes. C’est donc dans un état fébrile de créateur qu’il atteint les côtes algériennes. S’agit-il, à titre personnel, d’un premier voyage ? Aucune réponse en la matière, simplement peut-on signaler qu’Alexandre Promio effectua son service militaire aux chasseurs alpins dont l’hymne n’est autre que la Sidi-Brahim.

  • 3 Le lecteur pourra se reporter à l’ouvrage de F. Chevaldonné, Les Industries culturelles dans l’Alg (...)

4Toujours est-il que notre homme est bien décidé à tourner ce que nous pouvons considérer aujourd’hui en toute vraisemblance comme les premiers films jamais tournés en Algérie. Il est certes vrai que d’autres appareils ont déjà circulé en Afrique du Nord au cours de l’année 18963. L’un des tout premiers articles à avoir été écrits en Algérie sur le cinématographe se trouve dans La Croix de l’Algérie et de la Tunisie qui après avoir consacré plusieurs paragraphes généraux sur les progrès de la science termine l’article ″Variétés : le progrès scientifique″ par ces phrases :

  • 4 La Croix de lAlgérie et de la Tunisie, Alger, jeudi 15 octobre 1896.

″Le côté simplement intéressant de la science progresse en même temps que son côté utilitaire. Ainsi, les frères Lumière de Lyon, tout en se livrant à des études sur la photographie des couleurs, ont imaginé un appareil qui photographie, quoi ? Le mouvement lui-même. Une scène, si mouvementée qu’elle soit, se peint sur une bande impressionnable qui se déroule derrière un objectif ; on projette ensuite sur un écran le tableau pris de cette façon, et les spectateurs ont absolument l’illusion de la réalité. On voit les personnages de grandeur naturelle s’agiter comme s’ils avaient la vie. Quelques exemples : Lumière a pris un train arrivant à Vichy ; or à la projection le train nous vient dessus à toute vapeur on est tenté de reculer ; le chef de gare court, les voyageurs descendent à la hâte, un vieux monsieur heurte une vieille dame, on jurerait que tout cela est vrai.
Lumière a photographié encore une scène de jeu de boules à Vichy : un Algérien, fort connu, ayant une jambe en bois et marchant avec des béquilles, a eu la bonne idée de traverser le jeu, pendant que l’instrument opérait ; et, à chaque séance de projection de ce cliché sur l’écran au milieu des joueurs qui pointaient, se démenaient, on voyait soudain passer l’homme à la béquille ; ce qui provoquait toujours les rires de l’assemblée. J’allais oublier de vous dire que cet appareil se nomme cinématographe4″.

  • 5 F. Chevaldonné, op. cit.

5Curieux article tout de même qui évoque l’appareil des Lumière alors que c’est celui de Joly qui s’installe à Oran le 10 octobre 1896 et qu’un certain appareil ″système Montoya″ occupe la presse algéroise et projette ses premiers films à partir du 4 novembre 18965. Il est tout de même probable que l’Algérie n’était pas pour la maison Lumière un poste de première importance et nous pouvons même supposer que le bref séjour d’Alexandre Promio n’est probablement dû qu’à des circonstances que nous ignorons. Il n’est pas interdit de penser que son séjour algérien faisait partie d’un voyage plus important qui allait peut-être le conduire en Tunisie ou ailleurs. Toujours est-il que La Dépêche algérienne sous sa rubrique ″Nouvelles théâtrales″ annonce ainsi l’arrivée de l’appareil des frères Lumière :

  • 6 La Dépêche algérienne, Alger, mercredi 16 décembre 1 896, p. 3.

″Ce soir, mardi, aux Nouveautés, la Compagnie F. Achard nous donnera deux grands succès de son répertoire : Feu Toupinel et Les surprises du divorce, deux pièces plusieurs fois centenaires de l’auteur préféré du public, M. Alexandre Bisson ; Entre ces deux pièces, pendant l’entracte, première représentation du Véritable cinématographe Lumière6″.

6Le passage du cinématographe fut particulièrement bref : quatre jours à peine, du mardi 15 au vendredi 18 décembre. Contrairement à ce qui se passe souvent, ici le cinématographe ne put trouver sa place qu’au sein d’une représentation théâtrale. Il faut vraisemblablement penser que ces quelques projections se firent dans l’empressement ainsi que nous l’avons déjà signalé. Il est probable que ses prises de vues lui laissèrent le loisir de proposer à une salle de variétés de projeter quelques vues, et l’affaire fut faite en un tour de main. Quoi qu’il en soit, c’est Alexandre Promio qui effectue ces premières projections comme en témoigne la presse algéroise :

  • 7 La Dépêche algérienne, Alger, samedi 1 9 décembre 1896, p. 3.

″Ce soir, aux Nouveautés, dernière représentation de Monsieur le Directeur et de te Remplaçant ; entre les deux pièces, projections du Véritable Cinématographe Lumière, faites par M. Promio, ingénieur de la Maison Lumière. Pendant la soirée, l’admirable orchestre espagnol se fera entendre7″.

7Tout comme cela se produisait ailleurs, nous avons de fortes raisons de croire que ces premières projections ne comportaient aucune vue locale. Il est à penser que, dans le cas contraire, la presse algéroise s’en serait fait l’écho. La comparaison avec d’autres postes (Paris, Madrid, New York…) montre en effet que l’urgence était de faire fonctionner un poste ; ce n’est qu’ensuite qu’un opérateur venait pour prendre des vues. En ce sens le cas de l’Algérie est un peu exceptionnel puisque c’est le propre Alexandre Promio qui effectue ces projections. Ce dernier point ne fait que confirmer qu’elles n’eurent qu’un caractère occasionnel et circonstanciel.

8C’est donc au cours de ce bref séjour que furent tournées les quelques vues algériennes qui figurent au catalogue Lumière. Autant il est aisé de comprendre que plusieurs d’entre elles fussent prises à Alger autant le tournage à Tlemcen surprend. Pourquoi en effet Tlemcen plutôt qu’Oran ? Les desseins de l’opérateur sont impénétrables. Ainsi qu’il avait commencé à le faire précédemment, Alexandre Promio poursuit sa réflexion sur l’espace qu’il va ″mettre en scène″. A ce titre, Ânes constitue un remarquable travail sur le hors-champ. Sur le plan incliné, apparaissent brusquement plusieurs ânes qui descendent. Le surgissement des animaux permet une véritable ″irruption″ du hors-champ dans le champ. Bien plus maîtrisé que dans les vues américaines, l’espace est construit par Promio qui, sans aucun doute, donne l’ordre de départ, une sorte d’″action″ après ″moteur″. La vue par une composition hardie qui favorise la latéralité et la diagonale est d’une remarquable modernité. La mise en scène est également présente dans la vue Prière du Muezzin, d’une manière toute différente puisque ladite prière n’a rien de bien conventionnel et semble avoir été organisée par l’opérateur lui-même afin, peut-être, de renvoyer à l’Européen l’image archétypique du musulman effectuant sa prière. Outre ces deux vues exceptionnelles pour les raisons signalées, nous avons essentiellement des vues à caractère ethnographique tant à Alger qu’à Tlemcen. Cette minutie et ce souci du détail seront présents tout au long de sa carrière de cinéaste, mais se retrouveront vite dans les vues tournées en Egypte et au Moyen-Orient. Lorsque, plus tard, il s’installera en Algérie, sa caméra et son appareil photographique n’en finiront pas de se faire oublier au profit de l’objet saisi.

Le voyage du président Loubet (avril 1903)

  • 8 La société Gaumont proposait également un Voyage du président de la République en Algérie au prix (...)

9Alexandre Promio est-il retourné en Algérie entre 1 896 et 1903 ? Aucune information ne vient étayer une quelconque réponse. Connaissant bien notre homme, nous aurions tendance à répondre par l’affirmative, mais le silence du catalogue Lumière est la seule indication pour l’instant. Toujours est-il que le chef du service cinématographique a vu sa vie se modifier singulièrement au tournant du siècle. Les activités menées au service de l’usine de Monplaisir ont décru à tel point que la présence d’Alexandre Promio ne semble plus nécessaire à Lyon et que nous le retrouvons installé dans la région parisienne. De cette période complexe et non totalement connue, nous ne retiendrons que ses activités pour la nouvelle invention des frères Lumière, le photorama, appareil qui permet de projeter à trois cent soixante degrés des vues photographiques saisies avec le périphote. Il semble en être le directeur et à ce titre il continue ses longs voyages comme en témoigne les quelques vues qui nous sont parvenues. C’est d’ailleurs au titre du photorama qu’il se rend en Algérie, mais comment penser que notre homme ne soit pas à la fois photographe et cinéaste de ce voyage pour la maison Lumière ? En 1903, l’activité politique et diplomatique est particulièrement intense et conduit le président Loubet en Algérie en avril8. Nous savons que, si Promio est toujours à l’aise et créatif dans ses vues documentaires, il semble plus emprunté dans ses films d’actualité, comme si la contrainte de l’événement finissait par le paralyser. En tout état de cause, il faut bien admettre que les vues prises au cours du voyage algérien du président Loubet ne figurent pas parmi ses grandes réussites et qu’elles ne marquent plus vraiment d’évolution dans le style de notre opérateur. En revanche, et comme cela devient le cas dans la seconde moitié du catalogue Lumière, les vues prises sont beaucoup plus nombreuses puisque cette série comprend trente vues dont vingt-quatre tournées en Algérie et six en Tunisie.

Anes, Alger, 1896. Vue Lumière

10En 1903 déjà, le catalogue touche à sa fin et les tournages se font de plus en plus rares. Alexandre Promio ne semble même pas être l’auteur des dernières vues de fiction tournées vers 1904-1905. Par ailleurs parmi les très nombreuses vues photographiques prises par le photorama Lumière nous avons retrouvé la n° 507 : Alger, L’Amirauté et la n° 550 : Timgad - Voie de Décumanus Maximus. Etant donné la probable organisation du Catalogue du photorama, les vues comprises entre ces deux numéros furent des vues algériennes. Glissant sans cesse de la photographie au cinéma, notre homme n’allait pas tarder à revenir à ce dernier.

Les films de la Société Théophile Pathé (1907-1910)

11Ses années parisiennes semblent avoir été marquées, en particulier, par une grande activité économique et ce n’est pas par hasard que nous le retrouvons en 1907, directeur de la société Théophile Pathé dont le fondateur éponyme vient d’être remercié par le conseil d’administration. Les origines de cette société remontent à de fortes dissensions entre les frères Pathé au cours de l’année 1905. A partir du moment où Alexandre Promio prend en main les destinées de la Compagnie des cinématographes Théophile Pathé, les vues documentaires vont refaire leur apparition dans le catalogue de cette société qui s’était jusqu’alors surtout consacrée à la fiction. C’est comme si Alexandre Promio revenait alors à ses origines. Rien à l’heure actuelle ne nous autorise vraiment à dire si les vues furent tournées directement par lui ou s’il en fut le commanditaire, mais le tournage de certaines d’entre elles dans des pays qui lui étaient déjà connus semble indiquer qu’il eut son rôle à jouer. N’était-il pas au fond directeur de la société ?

  • 9 A l’heure actuelle aucun catalogue de la société n’a pu être retrouvé. Lorsque nous parlons donc d (...)

12Si nous examinons les documentaires figurant au catalogue Théophile Pathé9, nous retrouvons des lieux qui sont déjà familiers à Alexandre Promio dont évidemment l’Algérie. C’est donc au cours de l’année 1909 que quelques premières vues tournées en Afrique du Nord sont proposées au public français. Il s’agit d’une première bande d’une longueur de quatre-vingt-dix mètres, Un jour à Alger, Ville et cimetière arabe (soixante-huit mètres) et Excursion à Constantine (quatre-vingt-deux mètres). En 1910, Alexandre Promio tourne encore plusieurs vues algériennes : L’Oasis d’El Kantara (cinquante mètres), Séjour à Biskra (cent trente-neuf mètres) et Promenade à Oran (cent dix-neuf mètres). Ces six films, dont nous n’avons pu visionner que les deux premiers, ont une construction assez classique. Si nous examinons Ville et cimetière arabes, le film se structure de la façon suivante :

  1. un long travelling sur un navire suivi d’un panoramique sur le même bâtiment, un nouveau panoramique sur une ville arabe
  2. un plan rapproché d’un jeune Arabe qui rit et sourit
  3. intertitre : ″Cimetière musulman de El-Kattar″
  4. divers plans du cimetière (avec plongée, panoramique…)

13La copie consultée semble complète et offre une construction assez étrange où des éléments épars semblent avoir été montés. Le montage nous propose ainsi un bref voyage algérien où deux étapes sont retenues : l’arrivée dans un port et la visite d’un cimetière. Les deux temps sont réunis par le magnifique plan rapproché du jeune Arabe. Etrange mélange où l’enfance, l’âge mûr et la mort sont ainsi associés. Il faudrait pouvoir disposer de l’ensemble des films algériens de la société pour en avoir une approche cohérente, mais ce seul exemple nous semble déjà, à lui seul, révélateur d’une certaine écriture.

Alexandre Promio vers 1920

14La Compagnie des cinématographes Théophile Pathé ne sera finalement pas parvenue à concurrencer sérieusement la société de Charles Pathé et elle va interrompre toutes ses activités dès 1910, même si la dissolution définitive n’intervient qu’en 1 91 3, à la veille de la Première Guerre mondiale. Quant à Alexandre Promio, il semble s’être rapidement éloigné de la Compagnie, puisqu’il va s’installer dès 1911 en Algérie, terre qu’il ne quittera que peu de temps avant sa disparition.

Chef du service photo-cinématographique du Gouvernement général (1919-1924)

15Nous ignorons les conditions dans lesquelles l’installation d’Alexandre Promio s’effectua en Algérie. Seule indication que la presse nous révèle : son épouse y était déjà depuis 1910. L’arrivée de notre opérateur à la fin de l’année 1911 ne précède que de quelques mois le décès de sa fille légitime. Faut-il voir dans cette disparition la raison de ce voyage en Algérie ?

16Peut-être, mais il faudrait ajouter qu’Alexandre Promio avait eu, hors de son mariage, une autre fillette. Toujours est-il qu’il va rester en Afrique du Nord jusqu’en 1924. Ce changement de résidence va s’accompagner pour lui d’une transformation dans sa vie professionnelle. Certes, il n’a sans doute jamais cessé ses activités photographiques ou cinématographiques, mais rappelons qu’à Lyon, avant l’aventure du cinématographe notre homme s’était déjà fait connaître grâce aux soirées musicales qu’organisait alors son épouse, professeur de chant respectée dans la capitale des Gaules. Comment s’étonner alors que ses activités musicales reprennent sérieusement le dessus dès son installation algérienne ? Il va entre 1911 et 1916 être un des personnages en vue du Tout-Alger, multipliant les concerts avec les élèves qu’il forme. Ce baryton ″Martin″ sait ainsi se faire apprécier dans l’Algérie d’avant l’indépendance. Son répertoire va de Wagner à Franck, en passant par Poise, Guyot ou Chopin.

17De quelle manière Alexandre Promio revint-il à la photographie ? Nous serions bien en peine de répondre à cette question. D’après les quelques rares documents conservés par la famille, il semble qu’il ait fait un séjour en France en 1914 et 1915 au cours duquel il effectua des prises de vues de lieux touchés par les bombardements de Soissons et de Reims. Il ne semble pourtant pas avoir dépendu du service photographique des Armées. En tout état de cause cet intermède sur le territoire français ne fut que de courte durée. Nous le retrouvons photographe à Alger en 1917, préparant peut-être sa situation pour l’après-guerre.

18Après le conflit mondial, l’Algérie va connaître un certain nombre de transformations puisque l’administration crée en juin 1918 un service spécial rattaché à l’une des grandes directions du gouvernement général de l’Algérie : la Direction de l’agriculture, du commerce, de la colonisation et du travail, et le Gouverneur général Jonnart crée, par arrêté du 9 juillet 1918, une section du tourisme algérien qui dépend d’elle. Elle est chargée essentiellement de se tenir en relation étroite avec l’office national du tourisme français, le Touring-club de France et autres organismes semblables, ainsi qu’avec les principales agences de voyage et les représentants de la presse française et étrangère. De cette section dépend directement le service photocinématographique qu’organise dès ses débuts Alexandre Promio.

  • 10 Nous avons pu reconstituer les activités du service photo-cinématographique grâce surtout à l’arti (...)

19Le service a pour vocation de faire connaître les territoires et les richesses de l’Algérie et il est clairement orienté vers la propagande10. Le programme de travail que se fixe le service est particulièrement complexe et s’articule autour de six pôles principaux. En premier lieu, le service se donne pour tâche de créer une vaste collection de clichés qui constitue une sorte de bibliothèque des lieux intéressants de la colonie, qu’il s’agisse de tourisme, d’économie agricole, industrielle ou d’art berbère. Afin de faciliter le travail des conférenciers traitant de l’Algérie, une autre collection de vues ″de projection″ — nous dirions aujourd’hui diapositives — est constituée. Des bandes cinématographiques sont également prises afin de proposer une vision animée des points touristiques les plus célèbres, les diverses phases des cultures algériennes et les procédés industriels utilisés en Algérie une très large diffusion est prévue pour ces bandes. L’édition d’un grand album de l’Algérie est envisagé ; il sera divisé en cinq parties principales : Algérie préhistorique, Algérie romaine, Algérie actuelle, Algérie économique et agricole et Algérie artistique. Le service photographique envisage également l’édition de cartes postales. Dernière mission qu’il s’assigne, la constitution de petites brochures sommairement illustrées, concernant chacune un petit circuit automobile, autour d’un point central, avec carte sommaire et renseignements utiles. La réunion de ces brochures devra constituer un véritable atlas automobile de l’Algérie.

20Le service photographique est installé à Alger, dans une partie des locaux, affectés à l’ancien Lazaret, lieu de détention des femmes. Grâce à des cloisonnements, il a été possible de créer des laboratoires assez vastes, ″suffisamment aérés″, dotés des perfectionnements les plus récents. Les locaux accessibles au public se composent d’une grande salle d’attente qui sert de salon d’exposition pour les produits à céder et d’une salle de projections, mesurant vingt et un mètres sur huit mètres de largeur, garnie de cent vingt fauteuils ″confortables″, où l’on donne des séances de projections fixes ou animées à la demande des autorités, des facultés, des écoles, etc. Toutes les opérations photographiques sont possibles dans ces locaux. Par ailleurs, le jardin, qui est situé entre les laboratoires et les salles d’entrée, permet d’exécuter quelques petites scènes cinématographiques et les reproductions les plus diverses. ″L’ordre et la propreté — vertus indispensables en photographie — règnent dans ces laboratoires″ qui livrent parfois, en une seule journée, trois cents épreuves de clichés divers ou vingt-cinq agrandissements mesurant un mètre sur un mètre cinquante. Le personnel se limite à un chef de service, Alexandre Promio qui assume en outre les tâches d’opérateur de prise de clichés sur tout le territoire algérien, de prise de vues cinématographiques et de leur montage, à un employé et à un aide.

21L’une des tâches principales du service photographique est de fournir des épreuves photographiques de tous formats aux journalistes qui écrivent dans des publications illustrées. Nous avons ainsi pu retrouver des photos signées ″Service photographique du Gouvernement général de l’Algérie″ ou Cl. [Collection] Promio dans des revues telles que L’Illustré du Sud-Est, L’Algérie illustrée, L’Armée d’Afrique ou L’Afrique du Nord illustré ou dans des ouvrages comme Alger et l’Algérie de Charles de Galland ou l’Agenda PLM. Le service photographique est sollicité par les compagnies de chemins de fer pour l’ornementation de leurs gares, salles, halls ou buffets et la décoration de leurs voitures, par les syndicats d’initiative, les grands hôtels, les casinos, etc. La mission de propagande qui conduit la politique du service photographique du gouvernement général lui a permis de distribuer de par le monde des dizaines de milliers d’épreuves de tous formats.

22En cinq ans de 1919 à 1924, deux mille neuf cents photographies et trente huit bandes cinématographiques seront ainsi cataloguées. Les travaux photographiques et cinématographiques réalisés au cours de ces années algériennes constituent un très vaste corpus qu’il ne nous est pas possible d’appréhender de façon complète dans l’état actuel des connaissances. En effet, si le Catalogue des clichés et bandes cinématographiques constitue un outil irremplaçable pour ce type de recherche, il ne nous a pas été possible de retrouver, jusqu’à présent, le fonds du service photographique. Aussi avons-nous dû nous contenter de reproductions publiées dans la presse de l’époque et du livre L’Algérie dont l’auteur est Alexandre Promio même si son nom n’apparaît pas. Cela ne constitue qu’un échantillon mais qui vient illustrer convenablement le Catalogue et nous autorise à préciser les choix esthétiques et anthropologiques de notre créateur. En ce qui concerne les bandes cinématographiques, le problème n’a guère été plus facile, même si certains films sont conservés aux Archives du film du CNC.

23Une analyse du Catalogue permet dans un premier temps de mettre en évidence certains choix où la volonté de propagande est manifeste. Le total des vues photographiques se monte, nous l’avons dit, à deux mille neuf cent quatre clichés. L’organisation générale se fait par ″case″ qui comporte un nombre variable de photographies regroupées par contenu géographique ou thématique. Toutes les régions algériennes sont représentées : l’Algérois, l’Oranais, les Territoires du Sud… Le choix opéré en ce qui concerne les sujets marque une tendance pour la représentation monumentale et les aspects des paysages. Il s’agit d’abord et avant tout de montrer l’Algérie, même si certaines ″cases″ sont consacrées à la Tunisie et au Maroc. Dans l’ouvrage L’Algérie, Alexandre Promio propose des classements qui permettent de montrer les axes principaux que nous retrouvons dans le catalogue : les paysages, l’archéologie, les richesses naturelles… A la lecture du Catalogue, il nous semble important de mettre l’accent sur quelques ″cases″ plus originales : les types (n° 32), Colonisation (n° 45), les cases consacrées à l’agriculture algérienne (n° 54-56), à l’élevage (n° 59), les grandes fermes (n° 63) et une série de quatre-vingt-neuf clichés panoramiques.

24Grâce à la diffusion que connurent ces photographies nous pouvons nous permettre d’en dessiner les contours esthétiques. Depuis qu’il a découvert l’Orient, au cours de son premier voyage en Algérie, Alexandre Promio n’aura cessé de s’interroger sur cette civilisation qui le fascine. Mais il est également vrai que son regard, pour subtil qu’il soit, n’en est pas moins clairement orientaliste. Cela est d’autant plus sensible dans les choix qui sont opérés. L’Orient que nous présente notre homme est peut-être et avant tout une géographie : certaines photographies d’une grande qualité esthétique nous permettent de mieux connaître l’univers artistique d’Alexandre Promio. Oasis de Colomb-Béchar propose une structure où domine la courbe que dessine la rivière, en ce sens nous retrouvons ce qui faisait le charme des vues animées américaines. Quant aux palmiers, leur reflet dans l’eau crée un nouvel espace à partir d’une construction en miroir. Construction en croix où le ciel et les palmiers vont se refléter dans la rivière autour d’une ligne médiane et où la masse végétale occupe la gauche de la photographie dégageant alors le volume aquatique sur la partie droite. De façon plus conventionnelle, il utilise également l’être humain pour mettre en évidence un élément archéologique comme dans Djattou. Cette démarche est proprement orientaliste : elle choisit l’indigène comme un pur prétexte permettant de donner du relief à une photographie qui en manque. Il existe dans cette production une volonté de ″décrire″ l’Algérie, de se mettre à son service pour en extraire une sorte d’essence avec le choix discret de se mettre au service d’une cause. La force des photographies d’Alexandre Promio nous la trouvons dans cette démarche modeste où les lieux et les paysages priment une sorte d’esthétisme gratuit. Il faut alors chercher une écriture dans un jeu constant avec l’élément qui reste l’un des fondements de sa manière de photographier : la lumière. Il n’est pas possible de comprendre son œuvre si l’on ne la prend pas en compte. Dans les photographies, apparemment les plus limpides, elle vient construire des volumes et créer des zones d’ombres, Madaure - Une huilerie romaine joue ainsi sur les volumes. D’autres fois l’accumulation de la pierre construit des espaces étrangement abstraits comme dans Madaure. Fond du théâtre et mur de la basilique. On peut trouver chez Promio un grand classicisme qui pourrait frôler l’académisme si la fascination qu’exerce l’Orient sur lui ne venait renouveler continuellement son inspiration. L’orientalisme de notre photographe reste pourtant discret tant son intérêt pour les paysages semble l’emporter sur la représentation humaine. En effet, ses portraits rappellent évidemment ceux de Flechon, Bougault ou Geiser dans la recherche d’une certaine forme d’exotisme. Il est à ce propos intéressant de rapprocher certains tableaux de Delacroix comme Femmes d’Alger dans leur appartement (1834) et une photographie comme Types de l’Aurès. Nous retrouvons un regard assez proche, même s’il est vrai qu’Alexandre Promio semble avoir dépouillé ses photographies des aspects les plus proprement orientalistes (draperies, narguilés…). Parmi les photographies les plus exceptionnelles que nous avons pu retrouver, il faut citer Intérieur indigène qui, tout en ne reniant pas un certain orientalisme, nous invite à une réflexion impressionniste où les personnages se changent en silhouettes regroupées autour d’une source lumineuse.

25L’importance de la production photographique ne saurait nous faire oublier totalement les quelques vues cinématographiques qui figurent au Catalogue. La date de leur réalisation reste difficile à déterminer. Nous ne disposons que d’informations fragmentaires qui ne peuvent que nous fournir des indications approximatives. Le tournage de ces films est à situer dans une fourchette qui va de 1919 à 1924. Dans la mesure où aucun ordre alphabétique ou thématique n’a été choisi, on peut admettre que le classement put être globalement chronologique. Si tel était le cas, il faudrait considérer que les vingt-cinq premiers films furent tournés avant janvier 1 922 car l’article de J. Diroy, ″La propagande de l’Algérie par l’image″ publié dans L’Illustré ce mois-là parle de vingt-cinq films réalisés. Les treize dernières vues (n° 26-38) auraient alors été tournées en 1922 ou 1923. Il ne s’agit que de films documentaires dont la durée totale (6 855 m) représente environ quatre heures de projection. Ces documents n’ont pas été retrouvés dans leur totalité et nous n’avons pu en visionner que quelques-uns dont la caractéristique essentielle est leur aspect fortement ethnographique. L’auteur multiplie sans cesse les travellings et les panoramiques, comme si Alexandre Promio était enivré de sa propre découverte et s’il ne parvenait pas à s’en défaire ; la caméra est d’une extrême mobilité et les vues sont très souvent prises à bord d’un train ou d’une voiture. Ainsi La Grande Kabylie (4 mn 42) dont un intertitre nous signale :

″Cette région, purement montagneuse, s’étend autour du massif de Djurdjura. Les routes accidentées qui la sillonnent sont très pittoresques. On traverse de belles forêts de chênes-lièges″

26Le film s’attarde également sur les village kabyles et multiplie les effets de caméra subjective. Tel est également le cas de La Petite Kabylie (4 mn 45), des Gorges de la Chiffa, sous-titré ″voyage″ (3 mn), de la Route d’Alger à Dupleix (4 mn 24) où Alexandre Promio utilise jusqu’à satiété les constructions en diagonale, de Colomb-Béchar qui s’attarde sur une noria (″Manège tournant amenant, à l’aide de godets montés sur une chaîne, l’eau des puits à la hauteur des jardins″), des Gorges de Palestro (5 mn) qui multiple les traversées de tunnels, de Vers Ténès (4 mn 44) long travelling depuis une automobile ou de Laghouat (5 mn) avec un plan particulièrement réussi d’enfants s’arrêtant devant la caméra. Le caractère ethnographique de Marchés indigènes (3 mn) en fait l’un des meilleurs du catalogue. Nous parcourons ainsi les marchés d’Affreville, de Letourneux et de Fort National (Kabylie) ; un intertitre signale :

″Il existe dans chaque centre important, un marché hebdomadaire où se traitent toutes les affaires intéressant l’agriculture, l’élevage et la colonisation. ″

27Dans le Sud oranais est également un très bel exemple de la production d’Alexandre Promio au service du gouvernement général de l’Algérie. Nous assistons à toute une série de fêtes dont on nous dit :

″A l’occasion des courses de Mecheria, de grandes fêtes ont lieu auxquelles participent les tribus de la région. Quelques-unes viennent d’assez loin et dressent leurs tentes à proximité de l’hippodrome.
Les chefs indigènes : Aghas, Caïds, revêtent à cette occasion, leurs costumes les plus somptueux et chevauchent des montures superbes garnies de selles brodées d’or et d’argent.
Défilé de Bassours : on nomme ainsi une sorte de palanquin placé sur le chameau et à l’intérieur duquel prennent place les femmes de la tribu, lorsqu’elles se déplacent.
Certains de ces palanquins sont décorés de façon très pittoresque à l’aide de tapis, d’étoffes de soie, de plumes d’autruche, etc. Chaque tribu essaie d’obtenir la prime accordée à la plus belle décoration. ″

28Enfin l’un des plus originaux par l’utilisation qui est faite d’un dirigeable, En dirigeable au-dessus d’Alger (de la collection Actualité du monde - Eclair journal n° 11). La caméra parcourt le port, la ville, puis la baie d’Alger au crépuscule (pellicule teintée en bleu et jaune), enfin et surtout nous atterrissons. La plupart de ces films sont teintés (bleu, jaune, orange) et remplissent parfaitement leur rôle d’explorateur de paysage exotique.

Bilan

29Pourquoi l’histoire du cinéma a-t-elle fait un sort si cruel à cet homme qui a été aux origines de la cinématographie en Algérie ? Si nous pouvons en rendre responsables les historiens ou certains des acteurs de l’aventure du cinématographe à commencer par les frères Lumière eux-mêmes, il serait injuste de ne pas dire que la nature même d’Alexandre Promio y fut probablement pour quelque chose ; mêlant goût des honneurs et dépenses sans doute pharaoniques, il n’eut pas réellement conscience du rôle qu’il avait lui-même joué dans les débuts du cinéma. Trop occupé à vivre l’instant pour s’intéresser à la pérennité d’une gloire qu’il devait estimer futile, il a pourtant laissé l’une des œuvres les plus singulières et remarquables que les origines du cinématographe nous aient donné à voir.

L’Oued M’zi à Laghouat. Vers 1923

Notes

1 Cet article constitue une partie de l’ouvrage que nous consacrons à cet opérateur : Alexandre Promio ou les énigmes de la Lumière qui doit paraître en 1997 et qui sera publié par les éditions Institut Lumière/Actes Sud.

2 Pour plus de détails sur ce point, cf. M. Aubert, J.-Cl. Seguin - La production cinématographique des frères Lumière, Paris, BIFI-Institut Lumière, 1996.

3 Le lecteur pourra se reporter à l’ouvrage de F. Chevaldonné, Les Industries culturelles dans l’Algérie coloniale (1896-1940) : La modernité revisitée, à paraître.

4 La Croix de lAlgérie et de la Tunisie, Alger, jeudi 15 octobre 1896.

5 F. Chevaldonné, op. cit.

6 La Dépêche algérienne, Alger, mercredi 16 décembre 1 896, p. 3.

7 La Dépêche algérienne, Alger, samedi 1 9 décembre 1896, p. 3.

8 La société Gaumont proposait également un Voyage du président de la République en Algérie au prix de 290 francs (145 m).

9 A l’heure actuelle aucun catalogue de la société n’a pu être retrouvé. Lorsque nous parlons donc de catalogue il s’agit de celui que nous avons partiellement pu reconstituer grâce à différentes sources, en attendant qu’un vrai catalogue soit retrouvé ici ou là.

10 Nous avons pu reconstituer les activités du service photo-cinématographique grâce surtout à l’article de J. Diroy, ″La propagande de l’Algérie par l’image″, L’Illustré, Lyon, janvier 1 922, p. 1520. Nous avons également utilisé le dossier ″Promio″ et le Catalogue des clichés et bandes cinématographiques déposés aux Archives d’Outremer à Aix-en-Provence - cote : B 6167.

Table des illustrations

Légende Anes, Alger, 1896. Vue Lumière
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Alexandre Promio vers 1920
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende L’Oued M’zi à Laghouat. Vers 1923
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Auteur

Maître de conférences Université de Lyon 2

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter