Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le documentaire dans l’Algérie coloniale

 | 
François Chevaldonné

Les programmes de sauvegarde et de restauration des archives du film (CNC) : du nouveau sur l'Algérie

Résumé de la communication de Hachemi Zertal1

Hachemi Zertal

Texte intégral

  • 1 CNC, Service des Archives du film, Bois-d’Arcy.

1Après le succès du Cinématographe des frères Lumière, plusieurs sociétés de production sont créées dans la foulée de cette invention. Nombre d’entre elles tourneront en Algérie aussi bien des bandes d’actualités, des documentaires que des fictions. On y reconnaîtra les grandes qui ont prospéré avec cet art, telles Gaumont ou Pathé ; celles qui, comme Eclair, ont résisté à la Première Guerre mondiale mais furent balayées à la veille de la seconde ; d’autres, enfin, n’ont eu malheureusement qu’une existence éphémère, telles Radios, Eclipse, Lux…

2A la faveur du plan nitrate mis en place en 1990, les Archives du film du CNC ont été chargées de restaurer un million de mètres de pellicule par an jusqu’à 2005. Des programmes de restauration définis en fonction de projets de recherche sont réalisés en interne par les équipes du service des Archives du film. Parallèlement à cela les Archives entretiennent des collaborations avec diverses institutions sur des projets communs. Celles-ci sont enrichissantes et permettent d’impliquer des équipes pluridisciplinaires (chercheurs universitaires, historiens, cinéastes, techniciens…).

3C’est le cas du programme de restauration des films Lumière qui a permis de présenter au public la totalité des bandes retrouvées, à l’occasion des manifestations marquant le premier siècle du cinéma. Autre projet, celui de ″Cinéma et Colonies″ qui a donné la possibilité de réaliser un travail d’identification, d’analyse et de catalogage des films réalisés avant les indépendances des anciennes colonies françaises. Des rétrospectives de ce cinéma retrouvé ont été présentées dans de grandes manifestations africaines, telles Ouagadougou ou Carthage, et en Europe. Des débats entre universitaires, cinéastes et public ont été engagés sur la notion de mémoire et de patrimoine cinématographique des anciennes colonies. La question soulevée est celle de l’intérêt qu’on a à exhumer des images trente ou quarante ans après les indépendances politiques. S’agit-il de remettre en question les outils d’analyse qui ont présidé au discours colonial et de relever la supercherie qui consisterait à charger notre patrimoine de cette production cinématographique ? Ne peut-on pas parler de traces visuelles puisqu’il s’agit des seules images qui existent sur nos pays durant cette période ?

4Ces projets, avec l’apport d’autres recherches, ont permis ainsi de découvrir toute une production sur l’Algérie, inconnue jusque-là du public (voir liste ci-après). Certes ces films ne reflètent pas la réalité de l’époque, mais ils en disent beaucoup plus. C’est le discours véhiculé sur cette période de l’histoire qui est intéressant. La recherche historique ne se satisfait plus du monopole de l’écrit pour authentifier les faits. Les historiens aujourd’hui se saisissent d’un art, le cinéma, pour l’utiliser comme pièce à conviction dans la recherche de la vérité historique.

Place du Gouvernement, 1896. Vue Lumière n° 200

Prière du muezzin, 1896. Vue n° 197

5Si la situation politique actuelle en Algérie attire l’attention des médias sur le quotidien, l’analyse qui veut dépasser ce niveau a recours aux archives audiovisuelles ou cinématographiques. Cette situation a créé le besoin chez les chercheurs, de consulter de ″nouvelles vieilles images″ pour étayer leurs investigations, et chez les chaînes de télévision, d’en acquérir et d’en utiliser davantage.

Films sur l’Algérie tournés avant 1914, actuellement retrouvés

1896. Vues Lumière

6Opérateur : A. Promio, 15-25 décembre.

7Chargement d’un wagon de tonneaux (n° 19 du catalogue), port d’Alger.

8Prière du muezzin, Ânes, Marché arabe, Place du Gouvernement, Rue Bab-Azoun, Déchargement au port (197-202), Alger.

9Rue Mascara, Rue Sidi-Bou-Medine, Rue de France (203-205), Tlemcen.

1903. Vues Lumière

10Op. : A. Promio, avril, à l’occasion du voyage d’Emile Loubet.

11Débarquement de M. le Président à Alger, Le cortège, M. le Président au Palais d’Hiver, Arrivée de M. le Président sur le terrain de la revue à Alger, M. le Président montant à la tribune, Arrivée à la revue de la délégation anglaise, La remise des décorations, M. le Président au Palais d’été à Mustapha, Le cortège à Chéragas, Le cortège à Pointe-Pescade, Arrivée à Saint-Denis-du-Sig, Arrivée à Sidi-Bel-Abbès, M. le Président se rendant au déjeuner à Sidi-Bel-Abbès, M. le Président se rend au déjeuner en gare de Perrégaux, Défilé des chameaux avec les bassours, Le cortège à Constantine (1355-1357, 1359-1361, 1363-1368, 1370-1373). Alger et environs, Oranie, Constantine. Panorama du port d’Alger (2 vues), Départ de la Place du Gouvernement, Ligne d’Alger à Coléah : le grand ravin, Ligne d’Alger à Coléah : tunnel de Pointe-Pescade, Biskra : enfants indigènes ramassant des pièces de monnaie, Biskra : une noce indigène (1381-1387). Alger et environs, Biskra.

1912. Films de fiction2

  • 2 E. Le Roy, Camille de Morlhon, homme de cinéma. Une biographie (1869-1952) : 60-80.

12Prod. : Pathé. Réal. : C. de Morlhon. Int. : Léontine Massart, Valentine Tessier, Paul Franck. Pour voir les moukères (225 m), Cireurs obstinés (175 m), L’Otage (370 m), En mission (365 m), La haine de Fatimeh (565 m),Vengeance kabyle (385 m), Le fils prodigue (3 parties), La fiancée du spahi (225 m ; autre titre : L’Ouled-Naïl] La belle princesse et le marchand (385 m ; ou Le beau marchand et la belle princesse, ou La belle princesse et Le beau marchand).

1912-1913. Documentaires

13Prod.-Ed. : Eclair.

14Journée d’une musulmane (1912, 108 m), Alger.

15Constantine (1913, environ 1 50 m).

Alger, rue Bab-Azoun, 1896. Vue n° 201

Notes

1 CNC, Service des Archives du film, Bois-d’Arcy.

2 E. Le Roy, Camille de Morlhon, homme de cinéma. Une biographie (1869-1952) : 60-80.

Table des illustrations

Légende Place du Gouvernement, 1896. Vue Lumière n° 200
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Prière du muezzin, 1896. Vue n° 197
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Alger, rue Bab-Azoun, 1896. Vue n° 201
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 902k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable