Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le documentaire dans l’Algérie coloniale

 | 
François Chevaldonné

Présentation

François Chevaldonné et André Raymond

Texte intégral

Avec ce numéro 71/72 Archives innove doublement. Pour la première fois, nous collaborons avec deux centres de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IRENAM. Laboratoire CNRS) et l’Equipe de Recherches et d’études en Communication (EREC. Université de Provence). Pour la première fois nous présentons les actes d’un colloque en co-édition avec une revue scientifique, les Cahiers de l’IRENAM. Nous nous efforçons ainsi de renforcer la qualité de notre publication, tout en conservant ses orientations fondamentales : présenter des travaux inédits et enrichissant l’Histoire du Cinéma et l’Histoire des sociétés.

1La table ronde sur Les films documentaires en Algérie avant l’indépendance, dont on trouvera ici les actes, s’est déroulée dans le cadre d’une rencontre organisée par l’association Mémoires méditerranéennes et l’Equipe de recherches et d’études en communication (erec, Université de Provence), sur L’Afrique du Nord à travers les documentaires, avec le concours de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman et du Centre des Archives d’Outre-mer.

  • 1 3 et 5 avenue Pasteur, 13 617 Aix-en-Provence cedex 1.

2Mémoires méditerranéennes1 se propose de concourir, dans le domaine des sciences humaines et sociales, à la sauvegarde et à la mise en valeur de la documentation privée accumulée sur l’aire méditerranéenne. Tel était l’objet de la journée de projections organisée le 12 janvier 1996.

  • 2 Sur les travaux déjà disponibles dans ce domaine, on trouvera ci-après une bibliographie sommaire.

3En ce qui concerne la table ronde, prise en charge par l’erec, nous souhaiterions qu’elle contribue à donner un nouvel essor à la recherche sur les industries culturelles et les processus de communication audiovisuelle, étudiés dans le contexte de rapports inégaux entre les acteurs2. L’échange inégal entre sociétés, et entre cultures, ne représente qu’un aspect de ces rapports, même si cet aspect est important. On aura notamment à s’interroger sur les interactions et les médiations entre les structures et modalités de production, de diffusion et de réception d’une part, et de l’autre, les types de messages émis et reçus. Une telle recherche est nécessairement à la rencontre de plusieurs disciplines : quelques-unes sont déjà représentées à cette table ronde, et la présente co-édition par Les Cahiers de l’IREMAM et Archives, en suscitant échanges et critiques dans deux aires jusqu’ici rarement associées, devrait contribuer à élargir le cercle des chercheurs intéressés. Ceci n’est pas à considérer comme formules rituelles pour l’ouverture d’un colloque académique, mais très concrètement comme un appel à collaborations pour des programmes à venir.

4Un premier groupe d’interventions est consacré aux problèmes liminaires d’accès aux documents, de leur archivage, de leur utilisation. Elisabeth Rabut rappelle les vastes ressources offertes, dans notre domaine, par le fonds cinématographique des Archives d’Outre-mer. Hachemi Zertal résume les principales orientations des programmes de recherches actuellement menés par les Archives du film (cnc) à Bois d’Arcy pour la sauvegarde, la restauration et la mise en catalogue des bandes tournées dans les pays colonisés, et notamment au Maghreb avant 1914.

5Les contributions suivantes portent de façon plus analytique sur les hommes et les institutions qui ont produit et diffusé ces films ainsi que sur leur(s) discours. En avant-première d’un livre qu’il prépare, Jean-Claude Seguin retrace le passage en Algérie d’Alexandre Promio, l’un des premiers opérateurs envoyés de par le monde par les frères Lumière, mais également fondateur du premier service photo-cinéma du Gouvernement général de l’Algérie, vers la fin de la Première Guerre mondiale. Il a donc à plusieurs titres imprimé sa marque sur les débuts du cinéma colonial dans ce pays : on trouve déjà, au niveau des pratiques comme à celui du discours, plusieurs des traits qui vont avoir le loisir de se développer dans les décennies suivantes. Sandrine Ségui-Bathilde et Peter Bloom en illustrent deux exemples significatifs : la mythification de la présence latine en Afrique du Nord, de Rome à la France, toujours-déjà « légitime » ; et parallèlement, dans la mise en représentation des maladies et de l’action sanitaire, le paradigme du territoire colonisé comme corps à animer, à doter d’une âme, par la science, la technique et le souffle magique de la modernité. Enfin, François Chevaldonné propose quelques directions d’étude sur les interactions qui peuvent s’observer, à travers ce demi-siècle de pratique coloniale du cinéma, entre l’évolution économique et sociale, celle des structures et modalités de diffusion des films, et le type de discours véhiculé par ceux-ci ; le deuxième de ces trois termes constituant un élément médiateur dont on a sans doute jusqu’ici sous-estimé l’importance.

Notes

1 3 et 5 avenue Pasteur, 13 617 Aix-en-Provence cedex 1.

2 Sur les travaux déjà disponibles dans ce domaine, on trouvera ci-après une bibliographie sommaire.

Auteurs

Mémoires méditerranéennes

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter