Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux et façons d’habiter, aujourd'hui

 | 
Jean-Charles Depaule

Composition architecturale et recompositions habitantes à Hay Moulay Rachid (Casablanca)

Abdelmajid Arrif

Texte intégral

« Comment reconnaîtrons-nous l’architecture chez l’habitant ? L’une des solutions consiste à chercher comment l’habitant exprime sa pratique des espaces et c’est par là que l’on pourra rendre compte de la situation de l’habitant par rapport à l’architecture dans la mesure où l’architecture, elle aussi, veut ” faire exister “. les espaces. Dialogue de sourds en prévision (…) » (H. Raymond, 1984, p. 183)

1Les logements du lotissement de Hay Moulay Rachid, dont il est question ici, ont été conçus dans le cadre d’une opération de résorption du bidonville de Ben M’sik à Casablanca. Le relogement de cette population d’environ 80 000 habitants dans un nouveau cadre social, territorial et architectural a provoqué un ensemble de recompositions territoriales, sociales et identitaires qui ont mis les habitants dans une situation de rupture avec leur passé « bidonvillois ».

2Leur délocalisation, leur passage d’un espace résidentiel occupé pour la plupart pendant plus de vingt ans - pour certains plus de quarante ans - les confrontent à une logique exogène, celle des institutions, des administrations, des techniciens et architectes, qui met en crise un territoire, des réseaux sociaux, des voisinages, des solidarités, des manières d’habiter l’espace domestique mais également l’espace public.

3Il s’agit d’un passage paradoxal dans la mesure où il cumule des valeurs d’ascension par le logement, d’amélioration des conditions d’habitat mais également des valeurs d’insécurité. Le relogement institue un temps marqué par la difficulté de la projection, l’apparition de nouveaux besoins, la recomposition du passé pour s’accorder au présent… souvent synonymes de préoccupations, d’épreuves, d’angoisse et de « chute » qu’aiguise une situation de précarité économique et professionnelle.

4Mais, pour autant, l’habitant n’est pas démuni de ressources ; il ne subit pas totalement et passivement le changement. S’il ne maîtrise pas les orientations générales et les aspects opérationnels du projet, s’il a été exclu de la conception architecturale de son logement, il n’en reste pas moins qu’il imprime sa marque particulièrement, à travers ses pratiques d’habiter, et exerce ses compétences habitantes en recomposant son espace domestique. C’est cette dimension que nous privilégions ici.

Plan type du logement évolutif à Hay Moulay Rachid

Schéma de circulation et de distribution des unités spatiales

5Une fois les clés remises, le plan du logement délivré, l’électricité et l’eau branchées, l’autorisation d’occuper les lieux signée, les habitants investissent leur logement, lui donnent une nouvelle vie et « l’innervent d’itinéraires innombrables » qui débordent l’imagination de l’architecte concepteur exclusif du plan de ce logement.

6Une fois que l’architecte a fabriqué et composé les lieux - des pièces à occuper, des axes de circulation, des pleins et des vides, des ouvertures et des écrans… - « il se retire quand surviennent les habitants, comme devant des sauvages qui troubleront les plans élaborés sans eux » (Certeau, 1980, p. 233).

7Le logement établi à Hay Moulay Rachid par l’architecte, selon un plan type reproduit à l’identique à l’échelle d’un lotissement de 13 500 logements, ne peut répondre à la diversité des situations, des attentes, des trajectoires individuelles et familiales, des projets des habitants.

8Le premier geste rituel d’appropriation de l’espace à habiter se fait, d’abord, en ménageant l’invisible, à savoir les forces chtoniennes qui « habitent » le lieu. Le seuil - espace ambivalent d’entrée et de sortie, d’inclusion et d’exclusion, espace frontière - est l’objet de pratiques rituelles observées par tous les habitants relogés.

9Ce rituel qui sanctionne l’appropriation du lieu consiste en un sacrifice, souvent d’un coq, adressé aux jnoun (forces chtoniennes) « habitants du lieu » ; ce sacrifice se fait sur le seuil (‘atba) porteur de baraka. Certains aspergent toutes les pièces de lait, d’autres font leur première prière dans la cour…

10À partir de ce moment l’habitat connaîtra une trajectoire constructive différenciée, soit en conformité partielle ou totale, chose rare, avec le Plan type délivré, soit en s’en écartant. Le logement est alors l’enjeu de différentes pratiques d’aménagement, de différentes logiques d’action et différentes représentations en situation conflictuelle ou contradictoire quant à la définition de la forme et de l’usage de l’espace.

11Un jeu d’interaction entre les compétences des habitants et l’espace en tant que composition architecturale - ensemble de dispositifs et de propriétés spatiales -, porteuse de contraintes et de possibles, donne au logement sa configuration réelle toujours en mouvement.

  • 1 A. Arrif, 1996, n° 87, p. 121-133.

12Pour rendre compte de cette interaction, nous avons confronté les plans types aux relevés (accompagnés d’une documentation photographique) que nous avons effectués lors de nos visites au moment de l’enquête. Nous avons aussi relevé le mobilier1 afin d’enrichir notre analyse de l’aménagement et du marquage de l’espace habité. Le mobilier ne s’inscrit pas exclusivement dans le registre du fonctionnel. Il est aussi l’expression matérielle d’un usage symbolique qui nous informe sur le mode d’appropriation différencié et hiérarchisé de l’espace domestique. A cela s’ajoute une attention particulière de notre part à la parole habitante qui est à la fois description des pratiques et expression de la symbolique et de la « morale » qui définit l’habitabilité du lieu (comment devrait-il être habité ?). Ainsi, on peut dégager les modèles culturels qui fondent la compétence pratico-symbolique de l’habitant. C’est en ce sens que cette parole des habitants n’est pas pure expression d’une subjectivité (même ce niveau ne doit pas être négligé), mais une parole sociale. En se référant à cette parole, on la légitime et, par conséquent, on se met à l’écoute de l’expression de leur compétence à définir les modèles et à produire l’espace.

13C’est en référence à cette parole et aux pratiques d’habiter - modes d’appropriation de l’espace, de sa qualification et de sa socialisation - que nous pourrons répondre à la question posée par H. Raymond : « Comment reconnaîtrons-nous l’architecture chez l’habitant ? »

14On peut envisager deux manières non exclusives de faire exister les espaces : l’une par la force de la parole - et son contenu multiple (lecture du plan, référence à un imaginaire et aux représentations qu’il véhicule) - et l’autre, par la force des actes et pratiques d’appropriation.

Le plan en acte

15Cette contribution met plus l’accent sur ces actes et pratiques en envisageant les formes de recomposition de l’espace domestique et en essayant de rendre compte de ce qui advient de cet espace une fois occupé et soumis aux pratiques d’habiter et aux micro-aménagements qui s’y réalisent. L’importance de ces pratiques d’appropriation (ou de désappropriation-réappropriation) est d’autant plus forte que celles-ci s’inscrivent dans un espace normatif conçu en rupture avec les modes d’habiter de la population concernée : rupture forte entre la conception du logement et les pratiques habitantes des relogés. Trois axes d’analyse du procès d’appropriation ont été retenus. Il s’agit des pratiques d’écart exprimées par les transformations-détournements que subit le logement, des pratiques d’usage et des pratiques de socialisation de l’espace domestique.

Transformations-détournements

16Nos observations - confrontant les relevés de plans et la parole des habitants -font état de multiples transformations affectant le plan dans sa dimension physique et fonctionnelle. Ainsi, elles attestent de l’appropriation active de l’espace domestique et du décalage existant entre la logique du plan et la logique de l’habiter. Ces transformations concernent essentiellement la cour, les w.-c, la cuisine et le système de liaison (circulation) cour-couloir.

Système de circulation : cour/couloir

17La cour dans le plan type de Hay Moulay Rachid est située en fond de parcelle, occupant sa totalité dans un premier temps, et destinée à devenir excentrée après achèvement du logement, occupant la partie latérale non bâtie. Elle ne commande pas l’organisation de la distribution et de la communication des pièces internes. C’est le couloir qui assume cette fonction.

18La cour dans ce cas ne peut être assimilée à un espace central dont la figure emblématique est le wast-ed-dār. Elle est en position de retrait par rapport au flux des activités et de la mobilité intérieure. Elle est considérée comme surface « perdue » et inexploitée, ce qui accentue l’exiguïté du logement. Pour ne pas en être privés, certains proposent de la couvrir et d’assigner à la dūwāya (carré de verre épais) la fonction d’éclairage naturel que la cour est supposée remplir. Cette substitution de fonction et cette transformation physique permettent alors de récupérer la cuisine et d’en faire une pièce spécialisée (chambre à coucher par exemple) ou bien polyvalente.

19Cet axe spatial cour-couloir est affecté parfois d’une double transformation. La cour peut alors être couverte à moitié pour abriter les activités culinaires ou des activités diverses tel le tissage, elle peut aussi devenir lieu de stockage ou dépôt de matériaux et de matériel de travaux professionnels (peinture par exemple)… Elle peut être, aussi, le prolongement provisoire de la cuisine devenant ainsi lieu de renvoi d’activités dites « sales »…

20Il y a eu des cas de surélévation des murs mitoyens de la cour afin de protéger l’intimité de celle-ci et d’atténuer l’inconfort du vis-à-vis. Les cas de surélévation que nous avons relevés n’ont pas abouti, car sanctionnés par les services de contrôle du ministère de l’Habitat. La partie surajoutée du mur a été détruite.

21Une autre transformation de la cour consiste en sa couverture partielle ou totale afin de lui assigner d’autres fonctions et d’en faire un usage différent. Elle est souvent transformée en cuisine dans le cas de couverture totale, et en lieu d’activités multiples en cas de couverture partielle : stockage de matériels de travail ou bien activité de tissage…

22Dans le cas de logements restés à l’état embryonnaire, une cuisine est construite dans la cour à partir de matériaux de récupération (tôle, bidons aplatis, bois, plastique…) qui rappellent ceux de la baraque.

23Quant au couloir, il est dans certains cas détourné de sa fonction première de circulation et de distribution. Il peut devenir un espace de pratiques non pas fluides, mais ancrées. Ceci est appuyé et exprimé parfois par la présence de seddarī, de tables et autres mobiliers… Il peut aussi faire fonction de cuisine, de chambre à coucher, de séjour, etc. De ce fait, il s’apparente à l’espace mrah. Des transformations, opérées au niveau de l’escalier et de la pièce dite cuisine, permettent de l’élargir et d’en faire un espace recentré, pôle de la vie familiale. L’exiguïté de l’espace domestique, la taille de la famille, sa structure (polynucléaire par exemple), la location d’une des pièces par nécessité matérielle explique ce détournement de fonction du couloir.

24Nous avons rencontré un cas de transformation du couloir destiné à mettre en concordance l’usage qui en est fait et la forme géométrique correspondante à celui-ci. Ainsi, après avoir détruit le mur de la cuisine pour en reculer les limites et après avoir déplacé les w.-c, M. Tah… a converti le couloir en mrah (patio) lui donnant, de la sorte, un caractère de centralité.

« En général, le plan nous a déplu alors on l’a transformé. En premier il n’y avait pas de mrah ; le plan qui nous satisferait devrait contenir un mrah et à la place de la cour une chambre au rez-de-chaussée. Il faut un mrah où la famille se rassemble, alors on a déplacé les w.-c. sous les escaliers et on a réduit la surface de la chambre en cassant le mur. Maintenant on peut s’asseoir dans le mrah, alors qu’avant le couloir ne nous le permettait pas. » [E XI]

25Ces types de réorganisation et de requalification de la cour et du couloir dans l’habitat économique marocain ne sont pas spécifiques à Hay Moulay Rachid. Elles ont été relevées par d’autres auteurs.

Les W.-C.

  • 2 Elle est souvent nommée bīt el-Mahzan (pièce de l’État), car elle fait partie du logement embryonna (...)

26L’emplacement des w.-c., près de la cuisine ou de l’entrée, « appuyés » sur la pièce du mahzan2, est unanimement critiqué. Pour justifier leur mauvaise localisation par rapport aux autres pièces, on évoque des valeurs faisant référence à la pudeur, à l’intimité que la mauvaise aération, la pollution ou bien les passages répétés sous le regard des invités (qu’on reçoit dans la pièce du mahzan) contredisent et contrarient. Deux localisations « électives » stables - l’une en fond de cour (quand celle-ci n’est pas transformée en cuisine) et la seconde sous l’escalier, permettant ainsi de gagner de l’espace et de les dissimuler à la vue - sont souhaitées ou réalisées, faisant passer le modèle de référence en modèle de fait par les pratiques de transformation déployées dans l’espace habité. En général, les w.-c. devraient être, selon les enquêtes, dissimulés à la vue et rejetés loin des parties « propres », « nobles » de l’habitation.

« Là par exemple sur le plan, ils ont situé les w.-c. près de la pièce à l’entrée, ce n’est pas convenable. Si quelqu’un utilise les w.-c, l’odeur qui s’en dégage indispose les gens. Ça fait honte. Les w.-c. doivent être impérativement situés loin des pièces de réception… » [E.XX]

27Dans le cas d’un logement muni d’un premier étage, la recomposition verticale de l’espace habité permet de les situer à proximité de la porte d’entrée du rez-de-chaussée. Ceci étant lié à l’emplacement au premier étage de l’espace de réception.

La cuisine

28La cuisine n’a qu’une réalité théorique sur le plan. Elle n’a fait, de la part des concepteurs, l’objet d’aucun aménagement ni d’aucun marquage qui puissent lui assigner une fonction propre et qui permettent une concordance entre la fonction explicite du lieu et les dispositifs matériels qui l’étayent (paillasse, évier, placard, étagère…). Si on retient l’exiguïté du logement - ressentie plus fortement quand ce dernier est encore à l’état embryonnaire -, on voit bien se dessiner le détournement « logique » de l’espace cuisine, et son utilisation en tant que pièce spécialisée ou polyvalente.

29C’est un des aspects de tension entre le plan (et son modèle implicite) et les possibilités de son actualisation eu égard aux situations habitantes et aux multiples déterminations qui les définissent.

« En fait, la cuisine pour la situer dans une parcelle de 60 m2 c’est difficile parce que, fatalement, elle sera près de l’entrée, et si tu fais entrer quelqu’un chez toi, il voit tout. Si tu as 60 m2, la cuisine doit être au fond près de la cour, invisible pour un étranger ; elle ne doit pas être située près des w.-c. ou près d’une pièce… »

30M. Gou… est associé et n’occupe que le rez-de-chaussée. Il a détruit le mur de la cuisine pour agrandir celle-ci et pour lui donner un prolongement dans le couloir. Il en a fait un espace de séjour familial dont les fonctions ont évolué. Dans un premier temps, il a gardé le plan de travail de la cuisine pour le supprimer ensuite. Il a aménagé un coin-cuisine dans la cour après avoir partiellement couvert celle-ci.

31La cuisine est majoritairement détournée de sa fonction pour accueillir d’autres usages.

  • 3 C’est le cas de construction de cuisine, en fond de cour, en se servant de matériaux de récupératio (...)

32Notre intérêt pour les transformations et recompositions de l’espace habité ne devrait pas nous conduire à occulter les situations de non-transformation qui relèvent d’une occupation des lieux sans les « habiter » réellement. Il s’agit des logements restés à l’état embryonnaire, n’ayant subi aucune modification, sinon un aménagement faible3. Ces cas trahissent des situations habitantes marquées par la précarité et le dénuement. L’irrégularité des ressources ne permet pas de s’inscrire dans une temporalité linéaire - allant jusqu’à l’achèvement de la construction - nécessitant des stratégies d’épargne. Ici, le processus ascensionnel par le logement devient problématique et cristallise une tension vive avec les conditions réelles et pratiques de sa réalisation. Des conduites « parallèles » sont poursuivies et consistent en la location d’une pièce ou bien l’attente de ressources aléatoires à investir dans la construction.

33C’est le cas d’une mendiante associée qui loue une pièce à un couple avec quatre enfants. C’est aussi le cas de M. Mba… cordonnier qui attend des indemnisations (d’assurance) suite à l’accident dont sa fille a été victime.

« J’attends, me dit-il, une baraka pour achever la construction de ma maison et pour l’agrandir ».

34L’évocation de cette catégorie de population, qui après plusieurs années d’occupation garde un logement embryonnaire, nous conduit à envisager la carrière différentielle des logements eu égard aux différenciations et à l’hétérogénéité qui caractérisent les situations habitantes. Les transformations relevées, si elles expriment une recherche de mise en concordance des usages et des lieux qui les supportent, restent néanmoins déterminées par de multiples facteurs, envisagés comme ensemble de contraintes et de possibles. Certaines transformations se rattachent à l’expression symbolique et sociale de l’habiter, et d’autres sont marqués par la tension entre le logement et les caractéristiques sociologiques, démographiques et économiques de la famille.

  • 4 En sachant que le statut de propriétaire ne correspond pas nécessairement à une aisance économique. (...)

35Mais il est difficile de tracer une typologie des « carrières des logements » car celles-ci sont mouvantes et on ne peut les figer sinon en référence au temps « T » de l’observation. On peut néanmoins indiquer quelques facteurs discriminants : ainsi le statut de propriétaire4 à part entière ou de propriétaire-associé (ceci influe directement sur la possibilité d’extension verticale ou/et horizontale), la structure familiale (nucléaire, polynucléaire…), la stabilité des ressources économiques, le recours à la location ou pas…

36Ces diverses conditions participent à définir l’habitabilité du lieu et l’usage qui est fait de l’espace intérieur. Pour en rendre compte, nous allons essayer d’élargir notre analyse du procès d’appropriation en nous penchant sur l’utilisation des lieux, leur socialisation et sur le système symbolique que ces pratiques d’habiter signifient.

Usages et significations

37Si l’analyse des pratiques d’appropriation physique de l’espace intérieur est relativement aisée, il est plus difficile de saisir les pratiques d’appropriation de type social et fonctionnel. Celles-ci se présentent d’une manière moins marquée et leur objectivation nécessite une observation minutieuse de l’habiter dans sa dimension quotidienne, tributaire des rythmes de vie et des activités, des marquages fixes ou mobiles, des hiérarchies et différenciations sociales et symboliques qui traversent l’espace habité. De même, on ne peut accéder à une saisie immédiate du système symbolique qui qualifie et oriente l’appropriation de l’espace habité. Nous sommes alors amenés à reconstruire les polarités et les oppositions contenues dans la parole des habitants exprimant les modèles de référence qui structurent la pratique de l’espace ; tout en sachant que ce modèle de référence ne couvre que partiellement le modèle de fait, et que ce qu’on dit n’est pas forcément ce qu’on fait.

38Le plan type du lotissement de Hay Moulay Rachid est destiné, si on se reporte à ses idéalités architecturales et sociales, à une famille nucléaire restreinte (ou bien large ayant les moyens matériels pour réaliser son extension verticale) pouvant opérer une spécialisation fonctionnelle des lieux permettant l’autonomisation du couple en abritant son intimité.

39Mais qu’en est-il en réalité ? Quelle utilisation concrète est-elle faite de l’espace ? Quel terme - de concordance ou de tension - commande le rapport entre l’espace donné et l’espace vécu envisagé sous l’angle de l’utilisation et de l’occupation de cet espace ?

40Nous avons déjà répondu indirectement à ces interrogations en faisant état des transformations-détournements dont le logement est l’objet et des pratiques d’association et de location qui, si elles représentent un apport appréciable pour le ménage, n’en limitent pas moins l’aire domestique et accentuent la densité d’occupation.

41L’analyse de l’appropriation des différentes pièces du logement révèle des pratiques d’utilisations polyvalentes, voire inattendues, des occupations différentielles et hiérarchisées et des oppositions symboliques définissant la nature privée-publique, montrée-cachée, propre-sale, ordinaire-ostentatoire… de l’espace habité.

Un usage polyvalent

42L’usage polyvalent et mobile ne s’applique pas de la même manière à toutes les unités spatiales et connaît des variations tributaires des activités nocturnes-diurnes, des changements de saison, du statut des occupants, des activités de réception… Ces multiples paramètres font de cet espace un lieu dynamique, flexible, permettant certaines renégociations des désignations et une reformulation entre l’usage social et les dispositifs spatiaux et fonctionnels.

43La référence au lexique utilisé pour désigner les différentes pièces, même si celui-ci permet de relever les différents registres socio-symboliques auxquels il se réfère, ne peut suffire à elle seule à nous renseigner sur les usages : car elle procède par sélection et découpage « préférentiel » de l’ensemble des usages, pour n’en privilégier qu’un seul. « L’usage réel des lieux, n’est pas forcément aussi strictement fixé que semblent l’indiquer leurs signes et leurs mots » (J.-Ch. Depaule, 1982, p. 98-99). Souvent la pièce de réception - bīt ed-diāf - nommée ainsi, se révèle après observation être un espace extensif supportant d’autres activités, telles le sommeil du fils aîné ou d’un membre ascendant (père ou mère du chef du ménage). La cuisine, de même, est le lieu de sommeil des filles, par exemple. Le couloir, nous l’avons vu, peut, la nuit, accueillir une natte et des couvertures pour le sommeil de quelques enfants en bas âge. Les désignations utilisées sont trompeuses et n’indiquent que les fonctions « préférentielles » positivement sanctionnées et qualifiantes.

44Les activités familiales et domestiques, leur enchevêtrement, débordent la ou les pièces qui théoriquement devraient les contenir. Nous allons essayer de présenter les usages multiples et hétérogènes qui sont faits des lieux.

45La cuisine, en tant que lieu physiquement marqué par un espace autonome et par un mobilier et des matériels spécifiques, est rarement spécialisé. Les activités culinaires se déploient essentiellement dans le couloir, avec un prolongement particulier dans la cour quand il s’agit de tâches dites « sales », telles que l’épluchage, l’écaillage et le nettoyage du poisson, les grillades, la vaisselle… La vaisselle est dans certains cas lavée dans les w.-c.

« Si je veux nettoyer le poisson, je me mets dans la cour ; je ne le fais pas dans la cuisine, c’est sale. J’aime bien ma cuisine parce qu’il y a de la faïence et du zellige, elle est bien aménagée. » [E.XV]

46Le prolongement de ces activités vers la cour est lié aussi à la période estivale sauf si la cour est couverte, et, de ce fait, détournée de sa fonction première.

  • 5 M. Mak… est au chômage, marié, 4 enfants, associé, et il a loué une pièce à un couple. De ce fait, (...)

47Certains couloirs, essentiellement sous l’escalier, ont été aménagés pour accueillir d’une façon permanente les activités culinaires et servir de lieu de stockage de farine, de sucre, d’huile, etc. C’est le cas de Mak5… qui a installé un plan de travail (évier, paillasse, petit buffet…) sous l’escalier.

48Les seuls cas où cette activité culinaire est assignée à un espace relativement spécialisé correspondent :

  • au logement embryonnaire dont l’exiguïté conduit à la construction d’une cuisine, en matériaux de récupération, en fond de parcelle ;

  • aux logements où la cour a été couverte totalement ;

  • et, enfin, aux logements de propriétaires non associés ayant construit un premier étage leur permettant presque de doubler leur surface habitable.

49Même dans les cas rencontrés de présence d’une pièce cuisine avec plan de travail, placards et étagères, celle-ci est aussi destinée à des usages autres que culinaires : essentiellement pour le sommeil des enfants et plus particulièrement celui des filles.

50L’espace de réception est l’espace qui pose le plus de problèmes pour la famille. C’est l’espace qui devrait être spécialisé par excellence limitant au maximum le recouvrement et l’enchevêtrement des usages. Sa spécialisation s’accompagne de sa soustraction à l’espace privé interne, à savoir l’espace féminin. C’est, en quelque sorte, l’espace public interne nécessitant un travail de mise en scène ostentatoire, dont l’enjeu est la « présentation du soi familial », de son statut, de son aisance et de la capacité - surtout de la part de la femme - à « tenir bien » son chez-soi. L’enjeu symbolique et social que représente cet espace est majeur.

51Si certaines familles ont pu réaliser une certaine concordance entre le modèle de référence et leurs pratiques, la majorité d’entre elles par contre (étant donné leurs ressources, leur taille, la location ou non d’une pièce…) ne peut se permettre un tel « sacrifice ». Les familles ne peuvent qu’aménager temporairement cet espace pour le vouer à cet usage, contrôler fortement son usage par des interdits aux enfants et le meubler plus « richement » par rapport à l’espace de séjour. La ritualisation des interactions sociales propres à l’espace privé, constatée à Hay Moulay Rachid à travers les formes de distanciation et de formalisation des rencontres, permet de limiter les désagréments des visites imprévues.

52La pièce réservée à la réception est située d’une façon systématique (pour les logements en rez-de-chaussée) à l’entrée. Cette localisation est souvent justifiée en référence à la présence d’une fenêtre donnant sur l’extérieur - source d’aération - à sa dimension relativement importante par rapport aux autres pièces et à sa position excentrée par rapport à l’espace des activités féminines (cuisine, cour, fond du couloir…), permettant de limiter les va-et-vient et la socialisation de la présence « étrangère ».

  • 6 C’est-à-dire mieux aménagée et mieux meublée.

« Si je reçois des invités, je les accueille dans la pièce située à l’entrée parce qu’elle est plus propre6 que les autres pièces de la maison… Je l’ai choisie aussi parce qu’elle est près de l’entrée, mieux tenue et aussi parce qu’elle est aérée. » [E.X]
« La pièce des invités est située à l’entrée parce qu’il y a une grande fenêtre qui l’éclairé et l’aère et du point de vue surface, elle est grande… » [E.XI]

53Les personnes bénéficiant d’un premier étage y situent la pièce de réception faisant construire une grande pièce de sept mètres de long retrouvant ainsi le modèle traditionnel. D’ailleurs, le modèle souhaité trahit, chez tous les enquêtes, une volonté d’autonomiser la pièce de réception, de la situer au premier étage et de la meubler à la fois d’une façon baldī (traditionnelle) et ‘asī (moderne).

54L’usage concret et quotidien de l’espace de réception est polyvalent : cet espace sert à la fois au séjour familial (en cas de présence de T.V.) et au sommeil d’un des membres de la parentèle ou du fils aîné.

55La réception des hôtes avec hébergement pour la nuit conduit à une redéfinition de l’occupation de l’espace et à une redistribution des membres de la famille en fonction de la proximité (parentale ou non) des invités et de leur sexe. Nous avons pu noter quelques réaménagements que M. Gou… résume bien :

« On se met beaucoup ici (séjour fait du prolongement de la cuisine vers le couloir). S’il y a un film à la télé, - tu sais nous sommes musulmans alors on a de la pudeur - quand il y a donc un film je me lève et je vais réinstaller dans la chambre à coucher. Je soulève le rideau et de là je regarde seul le film (sa femme et ses deux filles suivent le film dans le séjour). Ça en cas de « film », mais s’il s’agit d’un film ordinaire (où les acteurs ne s’embrassent pas, par exemple) ou bien un match de foot, tout le monde regarde ensemble la télé… Quand je reçois des invités « j’arangi » (marocanisation du verbe arranger), je réorganise les choses ; s’il s’agit d’un couple, on les installe dans une chambre à part, moi je dors dans le séjour et ma femme dort avec mes filles dans ma chambre à coucher mais s’il s’agit de deux ou plusieurs couples la distribution se fait autrement : on met toutes les femmes d’un côté (pièce des invités) accompagnées des filles et nous, les hommes, on s’isole ici dans le séjour ou bien dans la chambre à coucher. » [E.XXIII]

56Dans le cas de logement embryonnaire, l’acte de réception ne peut s’insérer dans la hiérarchisation et la différenciation sociale et symbolique de l’espace intérieur. Il est contraint de s’intégrer dans le champ multiple et varié des pratiques d’habiter.

« Cette pièce (pièce située à l’entrée d’un logement embryonnaire) c’est notre salle à manger, ici on y mange ; les enfants y dorment. Ici, donc, on y mange, on y déjeune, on s’y rassemble ou y regarde la télé, on y reçoit les gens. On n’a pas où déplacer les enfants, si des gens nous rendent visite (…). On fait tout ici, les enfants y préparent leurs leçons, on fait tout ici, c’est tout ce que Dieu nous a donné. J’ai même déplacé la grande armoire et l’ai mise dans ma chambre parce qu’elle occupait beaucoup de place dans cette pièce (bīt el-mahzan) et gênait les enfants… comme ça chaque enfant a un seddari(divan) pour dormir et même certains dorment par terre… » [E.XIII]

57Ce cas est loin d’être unique.

Une tendance à la privatisation

58La transformation la plus notable dans le mode d’habiter est la tendance, réelle ou à l’état de souhait, à l’autonomisation de l’espace de sommeil des parents. La figure du couple en retrait, dans un espace privatif et intime, est en émergence. La chambre à coucher contraste avec la confusion des usages et des fonctions des autres pièces. Cette intimité est activement recherchée et marquée par une appropriation différentielle sanctionnant le lien parents-enfants.

59L’apparition de la chambre à coucher est un vecteur de socialisation de l’espace dont les significations sont à rechercher dans la structure familiale et les rapports de pouvoir qu’elle institue entre les générations (parents-enfants) et les sexes (masculin-féminin) ainsi qu’entre les différents noyaux qu’elle regroupe (parentèle, enfants mariés…).

60L’apparition du lit conjugal, de la coiffeuse, de la table de nuit, de l’armoire… sont l’expression matérielle de cette privatisation d’un espace, abri de l’intimité conjugale.

61Cette privatisation peut être source de conflit au sein de la famille et dans ce cas le père doit souvent imposer l’usage privatif de la chambre à coucher. Face aux intrusions des enfants - les plus âgés - il doit négocier constamment son statut de chef de famille et son droit de jouir de cette intimité. Certaines conditions objectives d’appropriation participent à aviver ces « collisions ».

Père : « On se rassemble souvent ici (pièce côté cour) mais ils (les enfants) se mettent beaucoup plus dans ma chambre. C’est surtout la télé couleur (en français dans l’entretien) qui les attire (côté cour) ici c’est plus grand, mais là-bas dans ma pièce c’est mieux meublé et il y a la télé couleur…
Mère : Ils l’envahissent (rire)
Père : C’est ma chambre, elle a une fenêtre qui donne sur la rue, il y a une armoire. C’est ma chambre à moi, ma chambre à moi… » [E.XV]

62On aura remarqué nettement la revendication réitérée de l’appropriation exclusive de cette chambre par le père.

  • 7 Les commerçants et artisans recensés avant le relogement n’ont pas bénéficié d’un espace séparé de (...)

63L’existence ou l’absence de la chambre à coucher n’est pas directement liée à la taille de la famille. Le cas que nous venons de citer concerne une famille de six enfants. D’où l’importance de ce processus d’autonomisation de l’espace de l’intimité. Même dans des situations d’exiguïté extrême liée à la présence d’une famille nombreuse, le père essaie, en bricolant, de créer un espace privé. C’est le cas d’un tailleur - qui a sept enfants et héberge sa sœur - à qui on a fait installer son atelier dans la pièce dite pièce du mahzan7. Il a dû détruire le mur intérieur de son atelier pour réduire la surface de celui-ci et garder 1,50 m. pour en faire une chambre à coucher. Il ne voulait pas continuer à vivre comme les « sauvages » (c’est son expression) qui ont des relations sexuelles, que les valeurs de pudeur, d’intimité, de tabou ne gouvernent pas.

« Avant de faire construire cette chambre à coucher je dormais avec ma femme dans l’atelier de couture. Je n’avais pas où dormir, on y dormait tous, après j’ai pris une partie de l’atelier que j’occupe avec ma femme… Maintenant chacun à une place pour dormir… J’ai sept enfants que Dieu les protège qui n’ont pas de place pour dormir. J’ai une petite pièce que j’ai aménagée pour les invités… Ma sœur qui vit avec nous y dort toute seule, mon fils aîné dort dans la cuisine et les autres enfants dorment ensemble dans le couloir et l’espace sous les escaliers… et moi et ma femme nous dormons dans cet espace d’un mètre et demi qu’on a soustrait à l’atelier… » [E.III]

64Les cas de cohabitation parents-enfants (de partage de la chambre à coucher) se limitent aux enfants en bas âge (jusqu’à 3 ans).

65Cette tendance à la privatisation nous éclaire sur les formes spécifiques de socialisation de l’espace eu égard aux hiérarchies et différenciations qui traversent le champ des relations familiales. Pour en rendre compte, nous nous intéresserons à l’accès différentiel à un espace autonome. Les enfants de sexe féminin ne bénéficient, en aucun cas, de la possibilité de s’isoler du reste de la famille et de s’approprier un espace qui leur soit propre. Cette ségrégation n’a aucun fondement spatial et ne s’explique pas par le manque d’espace ou bien par une forte densité d’occupation. Même en cas de disponibilité d’un premier étage, les filles dorment seules ou bien avec leurs frères (souvent les plus petits) dans les espaces les moins valorisés, tels la cuisine.

66Par contre le garçon est le premier, après les parents, à pouvoir jouir d’un espace où il peut se retirer du groupe familial. Souvent on fait référence au statut d’étudiant du garçon pour justifier un tel traitement. Mais ce type de rationalisation n’est pas opérant, car la réalité l’infirme. Les filles lycéennes ou étudiantes - préparant un baccalauréat ou des études supérieures - ne jouissent pas d’un espace autonome qui les soustrairait temporairement aux activités domestiques et de surveillance de leurs frères et sœurs.

67Même si le garçon - l’aîné en l’occurrence - n’accède pas à une pièce indépendante, il occupe la nuit une pièce - celle des invités - qu’il ne « cède » qu’en cas de réception.

  • 8 De plus, originaire de la même société que l’interviewé, je devais savoir comment les choses devrai (...)

68M. Kha… s’est montré étonné, choqué, par une question que je lui ai posée au sujet de sa sœur, âgée de vingt-deux ans qui, pour le sommeil, partage la pièce cuisine des invités avec ses deux frères. Cette situation, pour lui, allait de soi et ne nécessitait aucun questionnement. C’est la question qui est « bizarre » et étrange8.

« Puisque vous avez plusieurs chambres et certaines d’entre elles sont inoccupées, pourquoi l’aînée de tes sœurs n’occupe-t-elle pas une de ces chambres ?

  • (long silence) Tu sais on a deux frères qui sont encore petits… On ne pense pas lui donner une chambre pour qu’elle soit indépendante et qu’elle ait, elle aussi, sa chambre personnelle… Cette idée n’a jamais eu cours à la maison et pas uniquement chez nous, tous les gens, ici, font pareil. Les petits enfants dorment avec leur sœur et ce n’est pas seulement une idée à nous uniquement, c’est presque tout le monde qui agit de la sorte.

  • Quel âge a ta sœur ?

    • 9 C’est ma question qui pose problème.

    Elle a 22 ans. Oui elle dort avec ses petits frères. On n’a pas pour habitude que les filles dorment dans une chambre indépendante ; elles restent avec les petits et ça ne pose aucun problème9 comme ça ils étudient ensemble et elles aident les petits pour les études. » [E.XI]

69M. Kha… est un jeune étudiant qui occupe, au premier étage, une chambre indépendante dont il garde la clé (et contrôle l’accès). Cette autonomie lui permet, également, une liberté de mouvement entre l’intérieur et l’extérieur de la maison.

  • 10 Le père dormait dans la cour de la baraque.

« Dans notre famille on a senti une certaine évolution (par rapport au bidonville), chacun maintenant est indépendant on ne vit plus le problème qu’on avait au bidonville à savoir dormir avec mes sœurs ou bien être dérangé par mon père parce qu’il veut dormir et que tu es obligé de l’enjamber10 pour sortir de la baraque ça causait des dérangements (en français dans l’entretien) ici je ne vis plus ça, j’ai ma propre clé, je peux rester dehors jusqu’à deux ou trois heures du matin, j’ai aussi la clé de la porte d’entrée et celle de ma chambre au premier étage. Comme ça ils ne savent pas si je suis dehors et ne me voient pas sortir et entrer… Les filles ont senti la même évolution : la nuit elles peuvent parler entre elles et s’amuser elles peuvent évoquer certains sujets et en parler librement (en français dans l’entretien). Avant elles ne pouvaient pas parler de certaines choses elles devaient attendre le matin pour pouvoir en parler ici elles sont plus à l’aise. » [E.XI]

70Le processus d’individualisation, qui n’est pas totalement affirmé et qu’on ne peut évoquer qu’en terme de tendance, accompagné d’une privatisation de l’espace interne au bénéfice de certains membres de la famille, ne peut s’interpréter qu’en le reliant à la structure familiale, à la distribution hiérarchique et inégale des statuts et des rôles à l’intérieur de l’espace domestique.

71Il existe d’autres formes de privatisation concurrentes qui peuvent réduire l’autonomie recherchée par le couple. Ceci est vrai dans les situations où plusieurs noyaux familiaux apparentés cohabitent. Dans le cas des ascendants l’autonomie est relative, et elle est totale dans le cas des descendants.

Les ascendants

72Il s’agit de l’un des parents veuf (ve) du chef de ménage qui occupe une pièce d’une façon plus ou moins exclusive. Aucun marquage, aucun élément particulier, au niveau de l’ameublement, ne servent à appuyer et afficher une appropriation privative. Par contre l’espace le plus valorisé, à savoir la pièce de réception, est l’espace d’affectation préférentiel. Il s’agit aussi d’une appropriation symbolique dans la mesure où la pièce porte le nom de la personne qui l’occupe : bīt el-Hāğğa, bīt Gaddl (chambre de mon grand-père), bīt mmi (chambre de ma mère)… Dans certains cas, la grand-mère ou le grand-père partage leur chambre avec leurs petits-enfants. Cette appropriation n’est pas synonyme de spécialisation de l’espace concerné, elle n’est que temporaire, liée au sommeil. Même dans les cas où la personne est bénéficiaire du titre de propriété, elle n’exerce pas les pouvoirs et le rôle sous-jacent à ce statut ; elle est dans la situation d’une personne hébergée prise en charge par sa famille. Sa participation financière à la vie familiale est réduite, voire nulle, car elle ne bénéficie d’aucune retraite.

Les descendants

73Cette catégorie regroupe essentiellement les fils aînés mariés à qui on affecte une pièce dont ils font un usage privatif marqué par un ameublement lourd (lit, armoire, table de nuit…). Le statut marital conjugué au statut économique (participation financière au budget de la famille) explique largement l’affectation d’un espace indépendant au fils aîné. C’est aussi une reconnaissance du couple en tant que sous-groupe familial dont il faut garantir l’intimité.

74Sa chambre sert surtout pour le sommeil et peut contenir quelques meubles et ustensiles de valeur appartenant à la famille.

75Cette marque de différence ne concerne que l’activité de sommeil ; les autres activités, le couple les partage avec les autres membres de la famille (manger ensemble, faire la cuisine…). Même si nous avons rencontré le cas d’un fils marié possédant seul une télévision que la famille ne regarde qu’en son absence lors de ses déplacements professionnels.

  • 11 Il est intéressant de remarquer le passage sous silence de la présence de la belle-soeur qui occupe (...)

« Mon frère s’est marié après notre relogement, il a une chambre pour lui et sa femme… sa chambre porte son nom. C’est la chambre à coucher d’Abdelkbir ; tu désignes la chambre par le nom de celui qui l’occupe. Mon père dort dans la cour (qui est en réalité un couloir agrandi et meublé de sdādder) même si parfois il lui est possible de dormir dans la chambre d’Abdelkbir quand celui-ci est en déplacement (pour son service militaire), mais malgré cela la chambre reste vide11. Mon père ne peut pas y dormir par contre il aime dormir dans la cour. C’est comme une sorte de tradition (en français dans l’entretien) parce que depuis qu’il vivait au bidonville, il dormait dans la cour et se réveillait à 3 ou 4 heures du matin pour aller travailler au marché

  • Je vois que tu as une télé, ta famille en a-t-elle une autre ?

  • Non non seul mon frère a une télé à lui et un magnéto, seulement quand il s’absente je l’utilise (c’était la période des jeux olympiques de Séoul), mais si Dieu le veut moi aussi je m’achèterai une télé. » [E.XI].

76Nous avons qualifié ces formes de privatisation de concurrentes. Ceci est plus manifeste dans le cas cité ci-dessus et dans d’autres. Le cycle de vie familial, les itinéraires et dynamiques sociaux qu’il dessine, ici le mariage du fils aîné et le changement de statut et de rôle qui l’accompagne, conduit à des redistributions de pouvoir au sein de la famille ; sanctionnant ainsi les différences et les rapports inégaux inter et intra-générationnels.

77Le couple parental n’accède pas, dans certains cas, à « l’isolement » et continue à partager son espace de sommeil et d’intimité avec le reste des enfants au bénéfice du couple que constitue le fils aîné. En attendant que ce dernier participe à la construction du premier étage et offre à la famille plus d’espace.

« (…) Il est l’aîné, il est marié, il occupe la chambre du mahzan. Mon fils aîné mange avec nous que Dieu le bénisse et il nous aide en ce moment, il est mécanicien à la ratp (Régie autonome de transport public). Il dort dans une chambre avec sa femme, son enfant et une de ses sœurs, les autres petits dorment avec moi et les grandes filles dorment dans la cuisine. Mon mari et moi nous n’avons pas de chambre personnelle les petits enfants dorment avec nous malgré tout on est à l’étroit mais il vaut mieux ici que le bidonville. » [E.XIX].

78Nous pouvons qualifier le processus de privatisation comme la mutation la plus notable dans les pratiques d’habiter. Il témoigne des rapports de pouvoirs au sein de la famille, il instaure des micro-hiérarchisations et inégalités s’appuyant sur les différences de génération et/ou de sexe. Cette structure familiale n’est pas neutre dans sa distribution spatiale. L’espace habité porte les marques de cette socialisation et en définit les limites et les possibilités. En somme la privatisation, si elle induit une spécialisation de certaines pièces, aboutit, corrélativement, à accentuer la polyvalence des autres pièces.

79A Hay Moulay Rachid, chaque habitant se trouve face au même défi : se saisir d’espaces pour les faire exister ; et tenter, à travers ses pratiques d’habiter, de les recomposer, de leur donner une nouvelle configuration en termes d’usage et de forme. C’est au bout de ce cheminement ininterrompu que la « coquille » acquiert une « âme » et devient supportable, voire habitable.

Bibliographie

Bibliographie

Arrif A., 1996, « Pratiques d’ameublement, structurations identitaires et spatiales », Espaces et sociétés, 87.

De Certeau M., 1980, La culture au pluriel, Paris, Christian Bourgois.

Depaule J.-Ch., Arnaud J.-L., 1982, À travers le mur, Paris, Centre Georges Pompidou.

Raymond H., 1984, L’architecture, les aventures spatiales de la raison, Paris, Centre Georges Pompidou.

Santelli S. et Tournet B., 1987, « Évolution et ambiguïté de la maison arabe contemporaine au Maghreb : étude de cas à Rabat et Tunis », Les Cahiers de la recherche architecturale, 20-21.

Pinson D. et Zakrani M., 1987, « Maroc : l’espace centré et le passage de la maison médinale à l’immeuble urbain », Les Cahiers de la recherche architecturale, 20-21.

Notes

1 A. Arrif, 1996, n° 87, p. 121-133.

2 Elle est souvent nommée bīt el-Mahzan (pièce de l’État), car elle fait partie du logement embryonnaire et elle est souvent opposée au bīt lli zadnā (pièce qu’on a ajoutée) et dont l’habitant a la maîtrise.

3 C’est le cas de construction de cuisine, en fond de cour, en se servant de matériaux de récupération propres au bidonville.

4 En sachant que le statut de propriétaire ne correspond pas nécessairement à une aisance économique. D’où la difficulté de construire des critères de comparaison opérants. Le flou et le flottement des situations sociales sont dominants.

5 M. Mak… est au chômage, marié, 4 enfants, associé, et il a loué une pièce à un couple. De ce fait, il vit dans une seule pièce.

6 C’est-à-dire mieux aménagée et mieux meublée.

7 Les commerçants et artisans recensés avant le relogement n’ont pas bénéficié d’un espace séparé de leur résidence pour y exercer leur activité : une des pièces a été affectée à cet usage.

8 De plus, originaire de la même société que l’interviewé, je devais savoir comment les choses devraient être. Ma question marquait une prise de distance par rapport à l’évidence de ce fait ( !)

9 C’est ma question qui pose problème.

10 Le père dormait dans la cour de la baraque.

11 Il est intéressant de remarquer le passage sous silence de la présence de la belle-soeur qui occupe cette chambre même en l’absence de son mari.

Table des illustrations

Légende Plan type du logement évolutif à Hay Moulay Rachid
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Schéma de circulation et de distribution des unités spatiales
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter