Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux et façons d’habiter, aujourd'hui

 | 
Jean-Charles Depaule

Lecture d’une extension urbaine spontanée : le quartier helba à Tozeur

Farid Abachi

Texte intégral

  • 1 Ces pages sont issues d’une thèse d’architecture : Tozeur, les banlieues perdues ou la ville enfoui (...)

À Tozeur, ville du sud-ouest tunisien subissant avec d’autant plus de force des poussées d’urbanisation exceptionnelles qu’elle fut promue chef-lieu de Gouvernorat, je me suis attaché à étudier l’impact de différentes formes d’extensions urbaines sur la constitution et l’élaboration du logement1. Le choix s’est volontairement restreint à trois quartiers dont chacun cristallise de manière schématique un mode d’établissement périphérique : une intervention étatique minimale délimitant un rapport au foncier (quartier de Sahraoui, où les habitants interviennent par rajouts successifs sur des logements réduits à leur plus simple expression), une création de lotissements (Rass Edhraā, où les interventions sont des réadaptations aux modes de vie des logements de type « évolutif ») et un quartier dit « spontané », « anarchique » (Helba, où les règles de territorialisation se construisent en même temps que les appropriations). Est présenté ici le compte-rendu des relevés faits dans le quartier spontané de Helba.

1Ce quartier, situé à l’est de Tozeur, est coincé entre ce qui fut la voie ferrée et la route de Deggache/Kebili. Il est la plus récente zone d’implantation : de quelques maisons en 1960, montrées comme une trace de l’histoire, la date de fondation, il est en passe de se constituer en quartier à autonomie revendiquée. Terrain vide, non convoité par la ville, éloigné et retranché, il fut choisi par des anciens nomades en voie de sédentarisation qui avaient d’autres points d’ancrage dans la région : les nomades pasteurs du Chott Gharsa, la tribu de Ouled Rekerka.

  • 2 Ces grilles déterminent suivant un rapport préétabli du nombre d’habitants par hectare, les besoins (...)

2La construction du regroupement s’est faite par affinité et liens de parenté. Les fils ont bâti à proximité de la maison paternelle, sur des terrains réservés et qui se réservent encore à l’avance. Ce peuplement par essaimage explique cette densification régulière et progressive, par petites touches, autour de ce qui s’institua avec le temps comme le centre du quartier, là où vers 1980, la municipalité implanta une école primaire, une maison du peuple, un local du planning familial et une mosquée. Ceux-ci étaient nécessaires pour la viabilisation de cette zone2 d’après les grilles d’aménagement établies par le ministère de l’Équipement et de l’Habitat et le ministère de l’Intérieur.

  • 3 Je cite une parole d’habitant : « on commence à donner des femmes à Tozeur et Tozeur aussi ».

3La formation d’origine ne s’est pas démentie jusqu’à ce jour. Seuls résident ici les membres sédentaires de la tribu Ouled Rekerka ; ce qui explique pourquoi tous se connaissent entre eux, en descendance et ascendance. Ils n’entretiennent encore que peu d’interactions avec Tozeur, même si une acceptation réciproque plus qu’une intégration commence à se faire sentir3.

  • 4 La municipalité régularise après-coup leur situation en reconnaissant un droit de propriété, indisp (...)

4Une intégration cependant timide, car apparaît en filigrane un souci d’identité à préserver, mais avant tout à résoudre. D’où le frein mis par les intéressés, craignant trop qu’intégration ne veuille dire qu’assimilation, digestion par le milieu support : l’une des fonctions de ce groupe assimilé serait un statut identique à celle de l’ensemble jéridien, mais sans en avoir le titre. Ce qu’ils cherchent à éviter au maximum. C’est ainsi que ce quartier, trente ans après, est devenu le leur, leur appartient, même s’ils ne sont pas propriétaires des sols4. Il est entré dans leur patrimoine car est ici admis le principe de la reconnaissance découlant du droit coutumier de l’usage.

5Il est alors utile de revenir sur la problématique de structuration de cette zone. Comme tout quartier spontané, les tracés et implantations ne se sont pas faits suivant une théorie planificatrice étatique. Derrière ce qui semble être une constitution anarchique s’esquissent des règles de limites, de mise à distance, de territorialité et d’appropriation, régissant les principes d’implantation des constructions. Ces règles, nous le verrons, ne sont ni fixes, ni constantes, ni identiques. Au fur et à mesure que la population de Helba augmente avec le temps, les limites se prévoient, se montent et se perfectionnent.

L’approche du quartier

6Il est périlleux de vouloir commencer les descriptions de ces relevés par un point fixe, quel qu’il soit. Du site se dégage l’impression d’une imbrication tourbillonnaire des lieux entre eux, des éléments entre eux, des gens entre eux. Derrière les clôtures apparentes qui ne sont finalement que des clôtures typologiques, c’est-à-dire qui ne constituent un obstacle qu’au regard d’autrui et impliquent une domination visuelle à l’intérieur du domaine délimité, j’ai eu beaucoup de mal à cerner les frontières exactes des demeures. Pour une raison très simple : la maison commence dès l’entrée au quartier, autant que le quartier se lit dans la maison.

7L’origine de cette sensation est facile à saisir. Dès l’entrée, s’impose une impression d’unité entre les constructions bordant le chemin. Elle n’est pas due à une unité dans la conception de l’ensemble (comme dans le cas des lotissements de logements sociaux), mais de l’action qui est à la base de ces réalisations : des constructions successives suivant les nécessités et agrandissement de la famille installée et par petites touches à chaque sédentarisation nouvelle. L’impression d’ensemble qui s’en dégage est due au lien des maisons entre elles, des maisons avec le chemin. Elles semblent toutes tirées de la même inspiration, de la même veine constructive. Les « façades d’entrée » (terme technique) sont ici dissociées des parois qui étagent l’accessibilité au logement. Les clôtures marquées par des murs ne correspondent pas obligatoirement aux limites des surfaces de terrains appropriées. L’habiter est présent en tout lieu, mais également entre les lieux qu’il relie. Il n’y a plus cette dichotomie parcelle individuelle/voirie publique que nous avions pu constater dans les autres quartiers à base de lotissement. La rue n’est plus perçue comme une agression sur le mode d’habiter, n’est pas comptabilisée comme à Sahraoui pour une restriction des rapports de voisinage, un retrait du droit de propriété sur laquelle toute intervention est condamnée, elle n’est pas ce vide n’appartenant à personne où l’on se permettra par réaction de jeter les déchets du foyer. Si des matériaux de construction ou du bois de chauffage sont entreposés, ils le sont en bordure d’une maison et en attente d’une utilisation. Ce n’est qu’une mainmise temporaire sur un espace ouvert à tous. Prendre une « rue » ici, c’est ressentir le passage d’un lieu à un autre, d’un « espace-hors » à un « espace-dans », c’est admettre que des territoires dépendants d’autrui sont constitués et qu’ils seront abordés successivement.

8Contrairement aux autres quartiers, ici tout intérêt semble résider dans la manière dont on passe d’un espace au suivant, dans le soin attentif apporté au traitement des différentes limites : les grandes voies d’accès au quartier, l’approche d’un micro-regroupement, d’une grande famille, d’une famille réduite correspondant au logement. Il n’y a pas de traces fixes dans l’espace et le temps qui permettent d’entrevoir une délimitation claire. Il y a un intérieur qui se continue dans un extérieur, qui devient extérieur, qui se fait extérieur à encore un autre intérieur qui se re-fractionne lui-même. Tout dépend de l’échelle d’approche que l’on a choisie. C’est pour cela que le terme de « limites » est plus adéquat que « bornage » à décrire la situation : ce vers quoi on tend sans jamais l’atteindre et dont un étranger ne prend conscience qu’une fois franchi.

9L’accès à Helba se fait par une ou plusieurs pénétrantes, une multitude de possibilités. Elles peuvent être chemin ou trou entre deux murs. Nous sommes loin de ces quartiers anciens de Tozeur que l’on disait encore fermés la nuit au début du siècle. Loin aussi de ces voies pénétrantes de même nature, larges, vides et destinées à le rester, qui desservent les logements identiques des lotissements. Une première maison apparaît, puis une autre, on ne saurait avec précision dire où le quartier commence, ni où il finit. Le dehors que l’on fréquente est déjà un dedans dans une certaine mesure : un tas de pierres, deux troncs de palmier au sol, un muret comme il y en a d’autres devant - et derrière - sont des traces de mainmise. Ces marques n’interdisent pas le passage, ce n’est qu’une « inviolabilité » du territoire annexé qui imposent aux passants de nombreuses règles de conduite en rapport avec les notions de haram. La seule chose dont on est sûr est cette épaisseur de l’espace, représentée par la durée et le temps de pause nécessaire pour la parcourir.

10Ces limites ne sont finalement qu’une idée de la distance qui reste à parcourir avant l’entrée effective dans le domaine privé, une introduction dans le champ topologique de la distance nécessaire qui doit séparer l’étranger du maître de maison pour marquer le respect. C’est dans ce quartier que j’ai ressenti le plus ce que voulait dire « l’espace est un intérieur (soi) ouvert sur une périphérie (autrui) », par la succession de frontières, limites, orientations progressives que l’on rencontre au cours des trajets. Le pouvoir des murs est ici très clairement souligné : autoriser de part et d’autre une concentration de ces éléments autrement éparpillés dans la plaine hors de portée auditive ou visuelle.

11Mon souvenir ne comprend que ces tas de pierres, ces clôtures basses, cette impression d’identique des maisons et du chemin, les fils d’étendage sur les passages, ces enfants qui jouaient dans des blancs de lumière, un vieillard accroupi, ces femmes travaillant et circulant, des fils électriques striant le ciel. Alors qu’une personne qui était avec moi jura qu’elle n’avait vu que quelques tas de pierres, des murs et maisons toutes différentes, des enfants allant à l’école et une femme étendant le linge dedans. C’est peut-être parce que la mémoire n’est que redondance : « elle répète ces signes pour que la ville commence à exister » (Calvino, 1984, 26).

12Nos souvenirs étaient partagés. Cette unité constatée s’explique. Elle n’est pas simplement due à la même origine lignagère des habitants, mais plutôt au fait que des stratégies communes ont été édifiées ensemble, dans un acte de communauté.

13Les maisons, les chemins sont effectivement tous différents. Ce n’est pas sûr. Il n’y a de certain qu’ils ne sont pas statiques. Ils se rapprochent plus d’une foule d’objets qui se déplacent dans un certain espace, mus dans un espace libre. De jour en jour, des nouveaux objets apparaissent, des chambres se construisent, une nouvelle barrière, une route, submergent les premières marques d’appropriation ; les anciens objets devenus inutiles se détruisent eux-mêmes sans qu’on les remplace. Faire cohabiter ces remplacements/apports et destructions/disparitions ne tient pas à une règle qui consisterait à les mélanger entre eux, à les faire tenir ensemble, mais bien plutôt de la nécessité de les avoir sur le même terrain ou dans des temps décalés. Ces transformations perpétuelles sont au sens propre des créations, car elles relèvent d’une nécessité intrinsèque, structurale, où l’important n’est pas ce qui se produit, qui a lieu, mais cet engendrement qui donne lieu. C’est valable tant pour le quartier que pour la maison.

14Le quartier est en pleine édification car la population est en pleine expansion, d’un apport extérieur de nouveaux « sédentarisés », de générations nouvelles. Ce qui fait qu’à chaque instant une nouvelle construction, une extension, des délimitations précises sont affirmées avec plus d’insistance. De la part des voisins, cela entraîne aussi des modifications : une nouvelle voie d’accès privilégiée, un mur rehaussé…

15Mais cela semble se faire sans heurts, autant par concertations entre cousins-voisins que par consensus socialement partagés.

16Pour cette raison, on perçoit entre les photographies aériennes de 1975 et de 1985 une grande continuité. Le quartier s’affine de lui-même, remplit les pertes de vides absolus indésirables et en privilégie d’autres. Il est presque possible de continuer l’extrapolation en interprétant l’accessibilité. Au niveau du sol est confirmée cette vision. Les alentours, l’endroit qu’ils occupent, leur forme suffisent pour exprimer les édifices et en indiquer leurs fonctions. Les bâtiments publics aussi (l’école, la mosquée), ne pouvaient être que dans ces blancs, même si les gens ont dû composer avec eux pour leurs extensions futures.

17La maison elle-même est en pleine mutation et suit la structure fluctuante de la famille. Si le père en arrivant s’appropria une étendue et y construisit une première pièce d’habitation, les enfants naissant, grandissant, se mariant, ont pu à leur tour bâtir leur demeure sur le terrain familial, ou tout contre, dans une place réservée. La structure de la maison comme application des structures patrilignagères endogames peut se raconter ici (le grand rectangle vide du relevé 1, ou l’étendue coincée entre la clôture et le tas de pierres du relevé 3, l’emplacement du relevé 4 situé derrière la maison du père et contre celles des frères…). Et puis d’autres, de deuxième génération, naîtront, grandiront, se marieront… En ce sens, il n’y a déjà plus de blancs à Helba. Il faut cependant noter que le propos précédent est différent de celui qui peut être tenu sur les grandes demeures tozeroises : les maisons à Helba sont dès le départ dans une formulation monofamiliale restreinte. La famille élargie est constituée d’un groupe de maisons réparties dans un court rayon, mais distinctes les unes des autres. Alors - et déjà - les maisons se densifieront de l’intérieur, généreront d’elles-mêmes les limites et les conditions de promiscuité.

Les occupations intérieures

18Malgré le fait qu’ils ne nous livrent qu’une situation à un moment donné, nous pouvons considérer les relevés comme explicites de la situation. Parce que toutes les maisons sont identiques… dans leurs différences.

  • 5 Pour les relevés présentés, cette pièce n’existe que dans l’extension du relevé 2. Elle se retrouve (...)

19Un même mode d’accès à ce qui s’intitulerait ailleurs une « parcelle », mais jamais de la même manière. Le passage se fait à travers un terrain approprié par des tas de pierres, de sable, disposés çà et là (relevé 3) ou derrière la niche maçonnée d’un compteur d’eau, une cahute en branches de palmiers pour animaux, un traçage au sol du chemin à suivre (relevé 2), ou encore plus délimité par une ceinture de murets (relevé 1), enfin passer devant la maison du père pour, au bout d’une impasse, trouver la porte d’entrée (relevé 4). La dimension du paysage qui nous entoure et sa direction sont ici mises à profit pour établir l’étagement dans les passages et les vitesses usitées. Les habitants ressentent la nécessité d’une porte lorsqu’on a une vue directe sur l’intérieur défini (relevés 2 et 4) et non lors d’une vue transversale qui permet une fuite du regard d’autrui, le laissant se perdre dans les espaces d’animaux, en coin de parcelle toujours (relevé 1) ou le déviant de son objectif par une direction pleine : le fil d’étendage où toute la journée sont suspendues des couvertures… (relevé 3). Mais ces portes jouent-elles le même rôle que dans les lotissements, où le voisin est avant tout un inconnu ? Ici, ceux qui empruntent les chemins du quartier ne peuvent être des étrangers, alors elles ne sont fermées que la nuit. Ces portes sont d’ailleurs la préparation d’un lieu de transition, d’un espace tout entier en instance. Est progressivement créé un lieu d’attente pour personnes et objets, passage obligé avant l’accès à la cour comme station pour tout ce qui doit ressortir sans graviter par le centre : l’âne, les récupérations… À long terme, cette pièce (nouvelle ici5, mais déjà présente dans d’autres quartiers plus anciens, dans « la vieille ville » de Tozeur) entre l’entrée et le centre n’est-elle pas conçue pour devenir le lieu d’accueil pour visiteurs ? On rapprochera son emplacement et son traitement en profondeur d’exemples d’autres régions sahariennes (Nefzaoua, Souf, Adrar…) où ce type de pièce existe depuis fort longtemps.

20Le fil d’étendage est un des éléments majeurs de la maison. Il sert ici à séparer ce qui n’aurait lieu d’être réuni, à établir une limite que passent les gens et objets de part et d’autre, mais assignant à chacun leur place véritable. Il permet ainsi le rapprochement spatial sur une aire réduite, jouant le rôle du mur sans en être devenu obstacle ou opacité. L’absence d’affaires accrochées ne signifie pas pour autant qu’on puisse disposer de toute la cour. Le peu d’obstacles matériels employés est normal : il est des instants et des lieux privilégiés et tous savent décoder les réserves et les consensus imposés. Les pratiques de mise à l’écart et d’espacement sont directement appliquées sans artifices supplémentaires, sans qu’on soit contraint de trouver une échappatoire face à une courte mesure métrique rendant le rapprochement impossible des choses et des êtres sans qu’ils se mélangent.

  • 6 Le maintien de la chèvre et du chameau peut sembler étonnant. Il suffit de lire dans l’ouvrage de M (...)

21Ce fil d’étendage aide à comprendre la structuration de la maison, par les oppositions très schématiques rendues lisibles : pur/impur, hommes/animaux, haut/bas… D’un côté du fil, le lieu des choses, ce que l’on a extrait de la cour des hommes pour ne pas la salir. Le bois de chauffage, les matériaux de construction, la chèvre6, les « toilettes » même prennent place, du moins lorsqu’elles n’ont pas d’autres endroits mieux appropriés (comme dans le relevé 4 où elles sont provisoires, attendant d’être incluses dans un corps de bâtiment avec les lieux de préparation culinaire). Cet espace subit des sous-ensembles, qui lui appartiennent dans leurs dimensions et expressions. Les choses ont une place désignée mais mouvante, fluctuante selon les heures de la journée, les saisons. Rien n’est stable, comme un endroit qui attend des jours meilleurs pour être investi. Un jardin sous des jeunes palmiers entr’aperçu derrière une haie de palmes, une vigne, un abricotier, un figuier, un rosier même.

  • 7 Du Paty de Clam nous disait « qu’au début du siècle la sedda (alcôve) réservée au couple était plon (...)

22L’autre face du fil est conjugué de la même manière. Des ustensiles de cuisine, un feu entre trois pierres, un kānūn à même le sol, évadés de la tente trop petite pour les envelopper (relevé 3) ou de l’abri précaire sensé les protéger (relevé 1), quand ils ne sont pas eux-mêmes le lieu de la cuisine (relevés 2 et 4) et les limites visibles de ces espaces sont placées là où s’arrêtent les pratiques de ces lieux. Cette zone est toujours à gauche de l’endroit où se retrouvent les hommes lorsqu’ils sont à la maison, devant l’entrée de la pièce principale dans un espace laissé propre et dégagé. Les petits enfants jouent entre les deux groupes, leurs bruits font séparation. Nul obstacle ne vient entraver le vécu car nulle main étrangère n’est venue déranger la disposition des objets ou tenter de leur assigner une place fixe. Puis une autre paroi se dresse, à travers laquelle le regard pénètre, découvrant les pièces couvertes. Il s’agit de la seule paroi-obstacle face au regard étranger : la coupure dans la lumière comme revendication au droit à l’intimité, la pénombre pour le privé7 (Du Paty de Clam, 1983, 310). Le scénario est semblable à celui de la cour : il faut garder une certaine intimité de la pièce. À défaut d’une porte qui au sein d’un même foyer n’aurait aucune raison d’être fermée, on en appelle à la pénombre pour gêner le regard des autres. L’intérieur de la pièce est privé : il n’est pas donné à lire dans sa totalité à la communauté et ne peut être projeté de l’extérieur sans falsification. Sa lecture, réduite à l’ouverture d’une seule porte, est forcément incomplète.

23À l’intérieur, sur certains meubles relativement fixes - lit, armoires - circulent les obligations de toute la famille. Les matelas s’empilent, se dressent contre les murs, les couvertures se réfugient sur les armoires, sur les chaises. Rien en apparence ne montre que six à huit personnes habitent ces lieux nocturnes. Et pourtant, dans ces pièces que nous imaginons surpeuplées la nuit, personne ne nous a dit comme il le fut clairement résumé dans les logements sociaux de Rass Edhraā : « ça ne peut pas servir d’habitation ; à autre chose peut-être, mais pas pour habiter. À part pour un célibataire ».

24Mais ce qui nous surprend le plus sont ces lieux devenus trop vite familiers, peuplés d’évidences - parallèlement au fait que le vernaculaire est très complexe par les figurations, les espacements maîtrisés, les dispositions. Le lit « fixe », celui des parents, n’aurait pu être que là, à droite de l’entrée, comme le jardin qu’à gauche de l’accès et la pièce principale d’habitation à droite. Ces faits repérables et significatifs se retrouvent dans toute la vie quotidienne de Helba et chaque fois que possible à Sahraoui ou Rass Edhraā. Ils procèdent certes d’une même origine dans les oppositions sacré/profane (à partir desquels on déduit tous les autres couples) mais elles ne s’en affrontent pas moins entre le rappel d’une mythologie (contenus des empires sémiotiques, mémoires, traditions) et les transcriptions d’un vécu spatial.

  • 8 Dans le quartier de Rass Edhraā, des habitants d’origine tozeroise modifient esthétiquement leur fa (...)

25Les habitants de Helba n’ont qu’une récente pratique de la construction en dur. La véritable rupture pour eux se situe dans ces dispositions spatiales concentrées mais avant tout dans le passage de la tente (la « chambre en poils ») à ces matériaux durables entraînant une fixité géographique. Les matériaux employés (de la pierre pour les premières constructions) situaient les habitants : extérieurs à la ville et trop pauvres, ils n’avaient pas « droit » à ces briques de terre qui ont rendu certains quartiers si typiques8. Peut-être n’ont-ils pas cherché cette référence identitaire que la municipalité emploie maintenant dans les quartiers touristiques, privilégiant d’autres formes d’intégration (mariage, possession dans l’oasis). Toutes les constructions récentes se sont faites par contre avec ces « techniques nouvelles » alliant produits rouges et ciment, nouvelles surtout par la généralisation de leur emploi à l’échelle nationale pour tout type de construction. Si la brique creuse a pu permettre par ailleurs la création de paroi-membrane et le béton autoriser une grande variété de formes, nous constatons que les tentatives d’exploitation se sont ici aussi limitées aux formes coutumières ou celles qui sont en passe d’être standardisées. Sans obligation d’emploi, c’est qu’elles correspondent aux variations recherchées dans les espaces transitoires. Les changements sont minimes : les pièces gardent le même rapport largeur/longueur de 2,5 et les différences de largeur sont souvent dues aux différences d’épaisseur avec les murs mitoyens. Ce rapport maintenu est certainement celui qui permet une des plus grandes mobilités dans l’occupation, une profondeur dans les renfoncements, établissant une dynamique dans l’emplacement des choses et des êtres au quotidien, tout en conservant la stabilité nécessaire aux occupations nocturnes.

26Mais les habitants ont-ils pris conscience qu’il n’est pas possible d’avoir une niche dans une paroi de briques creuses ? Ce procédé était très usité dans les anciennes maisons, et, bien que nous n’en ayons pas rencontré à Sahraoui ou à Rass Edhraā, nous pensions le retrouver ici. Mais comme ailleurs les meubles de rangement, armoires, se multiplient et les affaires s’entassent dans un coin inoccupé. Le rapport au mobilier est ici aussi de plus en plus prégnant. Les dispositions sont cependant révélatrices : les meubles sont d’abord placés dans les angles des pièces. Au centre de la pièce, un grand vide dans l’axe de la porte et de l’entrée de lumière, puis une carpette est installée contre le mur du fond. Quand on n’est pas dehors, on s’y assoit pour boire le thé réchauffé sur le kānūn laissé sur le ciment, à l’écart. Toujours le feu et l’eau sont rejetés en périphérie, comme les meubles et commodes basses, la télévision. Dans cet espace circonscrit se retrouvent les lits sur les côtés, dans les zones d’ombre.

27Les matériaux ne semblent pas avoir pris une valeur autre que celle de la facilité d’usage. Les menuiseries vendues au marché hebdomadaire (en provenance de Sfax) ou les portes métalliques (relevé 4) faites par des artisans locaux peuvent-elles devenir des détails architectoniques significatifs ? Seul l’emploi du ciment a été justifié et pour d’autres raisons : il autorise un allongement des travaux, un fractionnement en étapes correspondant à de courtes sommes monétaires. Ce qui fait que ces quartiers dit « spontanés » ressemblent, du point de vue de la construction de plus en plus à tous les autres quartiers -périphériques. Seule diffère la géométrie à la base des implantations. Les constructions à venir ou en cours ne perturbent pas ce schéma, sauf si l’on se pose la question suivante : en multipliant les lieux d’habitation, la maison ne va-t-elle pas vers une fonctionnalisation plus précise des espaces d’habitation ? Et le quartier ne va-t-il pas suivre le même chemin dans un temps de latence plus long ? En multipliant les murs, ne va-t-on pas introduire des contraintes inconnues jusqu’ici, comme l’exiguïté et une trop grande promiscuité, débouchant sur des risques de conflits pour ces personnes n’ayant qu’une trop récente manière de penser l’urbain et ses pratiques ?

Bibliographie

Bibliographie

Calvino L, 1984, Les villes invisibles, Paris, Le Seuil.

Marzuki M., 1980, Avec les Bédouins dans leur installation et déplacement (en arabe), Libye/Tunisie, Maison arabe du Livre.

Du Paty du Clam, 1983, « Étude sur le Djerid », Bull, géogr. hist. desc.

Notes

1 Ces pages sont issues d’une thèse d’architecture : Tozeur, les banlieues perdues ou la ville enfouie, soutenue à l’Institut technologique d’art, d’architecture et d’urbanisme de Tunis en 1991.

2 Ces grilles déterminent suivant un rapport préétabli du nombre d’habitants par hectare, les besoins, nécessités et localisation en épicentre des différents équipements.

3 Je cite une parole d’habitant : « on commence à donner des femmes à Tozeur et Tozeur aussi ».

4 La municipalité régularise après-coup leur situation en reconnaissant un droit de propriété, indispensable pour les raccordements aux réseaux d’électricité et d’eau potable.

5 Pour les relevés présentés, cette pièce n’existe que dans l’extension du relevé 2. Elle se retrouve cependant dans d’autres maisons du quartier Helba de manière significative.

6 Le maintien de la chèvre et du chameau peut sembler étonnant. Il suffit de lire dans l’ouvrage de Mohamed Marzouki (1980, p. 138-139), la partie consacrée aux animaux domestiques et à l’agriculture pour en saisir l’importance. De même, l’orientation des maisons et les dispositions des êtres et des choses vues et constatées se rapprochent de manière troublante à celles des tentes de Bédouins : « Et les tentes sont disposées dans une seule ligne orientée de l’ouest vers l’est, de telle sorte qu’elles sont toutes ouvertes vers La Mecque, et il est impossible qu’elles s’ouvrent sur une autre direction quelles que soient les conditions climatiques. Pour eux c’est de mauvaise augure d’ouvrir sur une direction autre que La Mecque » (trad. pers.). Des dimensions mythiques sont sans cesse rappelées et présentes dans tous ces actes.

7 Du Paty de Clam nous disait « qu’au début du siècle la sedda (alcôve) réservée au couple était plongée dans une nuit perpétuelle ».

8 Dans le quartier de Rass Edhraā, des habitants d’origine tozeroise modifient esthétiquement leur façade de maison par des motifs de briques plaqués, rajoutés. Quartier de logements sociaux construits par la Société nationale immobilière de Tunisie. Ces logements sont composés de deux pièces : cuisines, sanitaires.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable