Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux et façons d’habiter, aujourd'hui

 | 
Jean-Charles Depaule

Traditions du mariage à Sibam

Rajaa Batawil
Traduction de Brigitte Marino

Note de l’éditeur

La version arabe de cet article a été initialement publiée dans la revue al-Ikhl, n° 22, treizième année, 1, 1992, p. 220-227.

Texte intégral

1[…]

2Avant de parler des coutumes du mariage à Sibām, nous devons en décrire les maisons. Car les gens de l’époque que nous allons évoquer - il y a plus de 80 ou 90 ans - ne connaissaient ni la crise du logement ni la volonté de décohabitation des jeunes couples. Avant la naissance de leurs fils, les pères pensaient déjà aux salles de réception et de veillée, et la recherche d’une salle ou d’un club pour une fête de mariage ne constituait pas un problème car ces espaces étaient intégrés à la maison. Parlons maintenant - ne serait-ce que brièvement - de l’agencement de ces constructions (mabānï) afin de donner une image concrète des préparatifs des cérémonies et de la fonction des pièces.

3Les maisons (sakan ou mabnā) se composent de sept étages :

4Le premier étage (gayla/giyal) est utilisé comme un magasin (mahzan) où sont entreposées toutes les denrées alimentaires dont la famille a besoin, de même que le charbon et. le bois, et les autres produits auxquels on peut avoir recours…

5Le deuxième étage (sath/sutūh) est utilisé comme abri pour les animaux après leur retour des pâturages ; c’est donc une sorte de bergerie (zarība).

6Le troisième étage (hābitiyya) est réservé aux hommes ; ils y séjournent et y déposent les affaires dont ils ont besoin quotidiennement ; équipé de hammams, il accueille les visiteurs et les voyageurs.

7Le quatrième étage (tāli’iyya) a la même fonction que le précédent mais il est réservé aux femmes et à leurs affaires. Les hommes - mais seulement ceux de la maison (ahl al-dār) - peuvent rester à cet étage ; ils y prennent leurs repas et y séjournent l’après-midi. Cet étage, où se trouvent les hammams des femmes, comprend une grande pièce appelée mahdara kabïra et une petite appelée mahdara sagīra.

8Le cinquième étage (marwāh/marāwīh), équipé d’un sutūh appelé rim et d’un hammam appelé tahhāra, est réservé aux visiteuses. On y trouve aussi un magasin où la famille entrepose, entre autres, ce dont elle a besoin pour recevoir ses hôtes en fin d’après-midi ; le magasin, à cet étage, est appelé gurfa.

9Le sixième étage (bin tayyïra), dans lequel on marie les fils, est agencé de la manière suivante : c’est une pièce équipée d’un sutūh (rīm) et au milieu de laquelle se trouve un marwāh ; à côté d’elle est située une seule tayyïra équipée d’un rïm.

10Le septième étage (qarha/qirah) est une sorte de grand sutūh sur lequel on fait notamment sécher les graines.

11Le mariage a lieu dans cette maison où hommes et femmes occupent leurs propres étages.

12L’invitation au mariage est effectuée oralement par un groupe de personnes que l’on appelle ‘abïd galwa : trois jours avant le mariage, après que les familles des futurs époux ont établi la liste des invités, ils se rendent chez ces derniers et leur font part de cette invitation qui s’appelle wikād.

13[…] La jeune fille de Sibām est entièrement libre jusque vers neuf ans. À cet âge-là, elle commence à porter le voile (higāb) et ne doit plus se montrer le visage découvert aux femmes qui ne sont pas les épouses de ses proches parents. Mais, à l’exception des fils de ses oncles paternels et maternels, elle peut apparaître devant les hommes. D’une manière générale, elle ne peut se montrer aux femmes jusqu’à son mariage qui, à Sibām, est précoce : on y marie généralement les filles vers douze ans avec de proches parents de même sang. Mais cela n’exclut nullement le mariage avec des personnes autres que des proches, notamment si le père ou la mère insistent auprès de leur fils pour cela. Lors d’un mariage entre proches parents, la question de l’héritage ou d’une association commerciale au sein de la famille est parfois cruciale.

14Le mariage se réalise en deux étapes. La première, au cours de laquelle les deux familles s’arrangent, se termine par la conclusion d’un accord de mariage. La seconde étape comprend les cérémonies du mariage.

15Au cours de la première étape, dans la mesure où le jeune homme n’a pas le droit de choisir celle qui sera son épouse, la mère joue ce rôle en accord avec le père du jeune homme (son époux) : elle choisit la jeune fille convenant à son fils, compte tenu de la position sociale et des conditions de vie des deux familles.

16Après avoir jeté son dévolu sur la jeune fille, la mère du jeune homme va rencontrer celle de la jeune fille pour l’en informer ; la conversation s’instaure généralement après un échange de paroles de bienvenue autour du thé. À ce moment-là, la mère du jeune homme entre dans le cœur du sujet en disant : « Nous voulons conclure un mariage avec vous ». La mère de la jeune fille répond : « Pourquoi pas ? Nous allons consulter son père à ce sujet et nous vous donnerons la réponse ». Ainsi, lorsque le père est présent, son épouse lui fait part de la volonté de la famille en question de marier leur fille à leur fils. Là, la situation est liée à la réponse du père car c’est lui qui détient l’autorité suprême : s’il n’est pas d’accord, la famille envoie quelqu’un, appelé rasūl, informer la famille candidate au mariage que leur fille est encore jeune ; il s’agit là d’un refus poli dont la famille comprend bien le sens. Le refus peut avoir divers motifs, notamment la volonté de la famille de marier son fils dans une famille plus riche que celle-ci ou l’absence, chez la jeune fille, de qualités désirées par le jeune homme. En cas d’accord, la famille sollicitée le fait savoir.

  • 1 Cette somme, appelée muhaddad, équivaut, en fonction de la loi 1920 à 10 riyāl de Marie-Thérèse dan (...)

17En vertu de cet accord, est fixé un jour où se réunissent, chez le père de la mariée, les hommes des deux familles et certaines personnes occupant une position socio-religieuse élevée. Au cours de cette réunion, il peut se produire deux choses : soit on choisit le jour du mariage, et l’on procède à la réception du muqaddam de la dot et d’une somme déterminée1, soit on se réunit simplement pour faire connaissance et l’on choisit un autre jour pour la réception de cette dot, appelée qibād […].

18On plie le qibād dans un tissu précieux et parfumé et on le met dans un beau petit coffre gravé prévu à cet effet. On doit l’ouvrir et montrer ce qu’il contient à toutes les personnes présentes. Quand vient son tour, chacun doit dire, en signe de bénédiction pour un mariage prospère : « C’est la dot du salut (qibād al-‘āfiyya) ». Si certaines personnes présentes n’ont pas vu le qibād, elles ne peuvent, par la suite, assister aux cérémonies du mariage si on leur adresse une invitation. Pourquoi ? Parce que l’on croit que les protagonistes du mariage se méfient d’elles et ne désirent pas leur présence.

19Quant au jour du mariage, on le fixe un ou deux ans à l’avance, mais cette période peut être réduite à trois ou six mois, voire moins. Cela dépend de l’époux et des possibilités d’obtenir un rendez-vous avec les joueurs de tambours, hommes et femmes. Au cours de cette période précédant le jour du mariage, on prépare la mariée en rassemblant vêtements, bijoux, poudres et autres.

20Le mariage dure quatre jours, que la famille soit riche ou pauvre ; la seule différence réside dans les vêtements, bijoux et autres, prévus pour la mariée, et dans les festins et autres préparatifs.

21La seconde étape commence huit jours avant le mariage. On fixe, chez la mariée, une rencontre qui est appelée qahwa. D’un côté se réunissent les hommes, les proches et les personnes occupant une position socio-religieuse élevée ; on leur sert du café sucré et, selon la coutume des habitants de Sibām, le marié, appelé kilān, doit se lever et présenter les ingrédients du café (deux ratl et demi de café et un quart de ratl de gingembre). De même, tous les hommes présents, proches de la mariée et du marié, doivent apporter la moitié de ce qu’apporte le marié […]. C’est là une coutume bédouine héritée des ancêtres qui s’est répandue et qui existe encore de nos jours.

22D’un autre côté se réunissent les femmes en présence de la mère du marié et de ses proches parentes - ceci dans la pièce de la mariée - et elles boivent du café.

23Mais, à la différence des hommes, les femmes n’apportent pas les ingrédients du café.

24Au cours de cette fête qui rassemble les membres des deux familles et leurs proches, on ne trouve aucune trace de la mariée dans la maison, ni parmi les femmes assemblées, ni dans une autre pièce. La plupart du temps, la mariée ignore ce qui se passe dans sa maison en ce qui concerne son mariage. Comment cela est-il possible ? Selon les traditions du mariage à Sibām, sous prétexte que la grand-mère ou l’oncle - maternel ou paternel - veulent voir la mariée, les parents de celle-ci doivent emmener leur fille, avant le rendez-vous qui a été évoqué plus haut, chez leurs proches ou dans tout endroit autre que leur maison et ce, deux ou trois jours avant le mariage […].

25Après que les hommes rassemblés autour du café se sont accordés sur le contrat, on prévoit définitivement, au cours de cette rencontre, les cérémonies du mariage ; l’accord d’alliance peut se faire ce jour-là ou être repoussé au jour des noces. Ce jour-là, sur la proposition de la famille de la mariée à celle du marié, on fixe aussi un jour pour transporter les ustensiles et les affaires de la mariée ; ceci s’appelle « les bagages de la mariée » (’afs al-‘arūs ou mā’ūn) et se compose des objets suivants :

  • un coffre en bois dont la partie inférieure comprend de l’encens, du safran, des ustensiles pour le henné et du savon pour nettoyer les vêtements. La partie supérieure du coffre comprend diverses sortes de parfums et autres biens nécessaires à la mariée ;

  • un coffre en bois pour ranger les vêtements - comme une armoire de nos jours - comprenant une chemise pour la prière […] ;

  • une théière, quatre coussins, un coussin pour le henné, un tissu que l’on étend pour les repas, des éventails, un service à thé complet comprenant verres et cuillères, et un plat à pain.

26Ces objets sont considérés comme une aide que la famille de la mariée apporte au marié. Cette opération terminée, la mariée retourne le lendemain dans la maison de sa famille, après qu’on lui a envoyé un messager personnel (rasūl) (pour lui demander cela) ; sur l’insistance de celui-ci, tandis que les proches chez qui elle se trouve exigent qu’elle reste, elle et son entourage - afin qu’elle ne se doute de rien -elle se dispose à rentrer.

27Lorsqu’elle rentre chez elle avec, éventuellement, d’autres femmes de son entourage, la maison est comme à l’ordinaire. Elle se dirige dans sa chambre mais, comme les invités s’y trouvent, sa mère l’empêche d’y pénétrer et lui demande de se diriger vers une autre pièce, pièce dans laquelle est caché son père. Lorsqu’elle y pénètre, il la surprend en recouvrant tout son corps d’un magsā en disant : « Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux, tu es l’épouse d’un tel, fils d’un tel ».

28Sa mère ou ses proches parentes lancent alors des youyous pour faire battre les tambours dont l’écho commence à s’intensifier dans la maison. Pendant ce temps, le père emporte sa fille dans la pièce réservée aux femmes, véritable fourmilière dans laquelle doit obligatoirement se trouver la famille du marié afin d’examiner la réaction de la mariée lors de son arrivée. Si elle pleure ou se tait, cela signifie qu’elle est timide, bonne et obéissante, qu’elle ignore tout au sujet de son mariage et qu’elle est surprise par cette affaire. Si, au contraire, lors de son arrivée la joie inonde son visage, cela signifie qu’elle ne se distingue pas par ces qualités et qu’elle était au courant de son mariage. Ainsi, la famille du marié se fait une idée ferme de la fille et doit se comporter avec elle en fonction de cela ; et la mariée peut être perçue comme une effrontée jusqu’au jour de ses noces.

29Les habitants de Sibām appellent toute cette opération hakï : cela signifie que l’on informe la fille de son mariage. En l’absence du père, une des proches de la fille (la grand-mère, la tante maternelle ou la tante paternelle) peut accomplir tout cela à condition qu’elle ne soit pas répudiée ou qu’elle n’ait pas été mariée deux fois. Car, dans ce cas, selon leurs croyances, la mariée aurait une vie malheureuse et serait exposée à la répudiation et aux problèmes.

30La nuit du hakï, on emmène la mariée au hammam et on lave son corps avec une lotion (gasl) qui est considérée comme purificatrice. Après cela, on la conduit au milieu de l’assemblée des femmes, le visage couvert d’un bout de tissu noir brodé de rouge appelé muqni’ al-hinna (« le voile du henné »). Afin de l’embellir, quatre femmes commencent alors à lui décorer les mains et les pieds de henné, activité dans laquelle sont particulièrement douées les femmes du Hadramaout. Le son des tambours accompagne cette opération du début à la fin.

31D’un autre côté, dans la maison du marié, lorsqu’on entend le son des tambours depuis la maison de la mariée, on commence à taper sur les tambours, dans la cour, devant la maison. Ce moment s’appelle samra ; on chante des chansons populaires et on conduit le marié de la maison à la cour pour la cérémonie du henné. Quand cela est terminé, on le reconduit dans la maison pour ôter le henné de ses mains et de ses pieds en le lavant. Ensuite, si sa famille en a les moyens, il prend le repas du soir en compagnie des invités, sinon cette invitation n’a pas lieu. La cérémonie du henné pour le marié ne consiste pas dans la réalisation de motifs comme cela est le cas pour la mariée ; pour les hommes, on enduit seulement les mains et les pieds de henné. C’est une coutume qui se pratique encore dans les campagnes mais qui a disparu en ville.

32Puis, en fonction du rendez-vous fixé le jour du café, on transporte les affaires envoyées par la famille de la mariée. Cette opération est effectuée par des gens spécialisés, que l’on appelle ‘abïd galwa, et deux femmes employées par la famille du marié. Ils transportent les affaires dans la maison du marié où se rend la tante maternelle de la mariée, ou sa sœur, en compagnie de deux autres femmes afin de ranger ces affaires dans la pièce de la mariée ; ceci s’appelle laylat al-saffa (« la nuit du rangement »). La famille du marié invite ses proches à assister à ce rangement ; on frappe sur les tambours, on lance des youyous, on chante, on sert du thé. Puis, les proches parentes de la mariée montent dans la pièce de celle-ci et commencent à ranger ces affaires. Une fois le rangement terminé, on permet à la famille du marié et à ses proches parentes de monter voir ce que contient la pièce. Tout cela au son des tambours. Quand ils ont bien vu, on ferme la pièce avec une clef que la famille de la mariée emporte jusqu’au jour des noces et l’on s’assure que la mère de la mariée ne verra pas ce rangement.

33Le lendemain du hakï s’appelle le mastā. Les cérémonies débutent dès six heures du matin : on lave la mariée et on la couvre ; les joueurs de tambours arrivent et on distribue le café. Puis, les quatre femmes spécialisées dans le henné passent à nouveau ce produit afin d’accentuer la couleur rouge des motifs. Quand cela est terminé, les invités quittent la maison et reviennent à midi pour le déjeuner, chacun apportant un présent selon ses possibilités : or, argent ou simples cadeaux. Lorsque tous les invités sont arrivés, en présence de la famille du marié, la famille de la mariée apporte un encensoir d’où s’exhale une agréable odeur, et des ciseaux pour couper un bout des cheveux de la mariée, devant et derrière. En général, c’est le frère ou la petite sœur de la mariée qui se livre à cette opération. Car l’enfant est pur et exempt de fautes. Si l’enfant ne peut exécuter correctement cette tâche, c’est la mère, la grand-mère ou une proche qui rectifie ce qu’il a coupé. Lorsque cette opération est terminée, les invités offrent les cadeaux. Puis, la famille de la mariée et celle du marié précèdent les invités et ils prennent ensemble le repas de midi.

34Après ce repas, ils vont accomplir la prière puis se dirigent vers la maison du marié ; ceci s’appelle ‘ard. Le père de la mariée vient alors donner en cadeau au marié une somme équivalente à celle donnée par la mère du marié à l’épouse de son fils.

35Après la cérémonie du don, on prend le marié pour lui raser complètement les cheveux. Puis, il va dans la cour de la maison et là, on enduit ses mains et ses jambes de henné. Ensuite, on l’accompagne au son des tambours jusqu’à l’étage -cela se passe généralement vers deux heures de l’après-midi - et, en lui couvrant la tête d’une sibāhiyya, on le conduit parmi les femmes qui vont s’agiter autour de lui ; ceci s’appelle hadānï.

36Après le hadānï, le marié va se laver et se préparer pour le cortège de mariage.

37Après avoir accompli la prière de l’après-midi avec d’autres personnes, il se dirige, en compagnie de ses invités, vers la maison de la mariée pour prendre le repas du soir. Devant les personnes rassemblées pour l’accueillir, le père de la mariée est là, au seuil de la maison, en signe de considération pour lui et pour son prestigieux cortège. Car, comme nous l’avons indiqué, parmi les présents se trouvent des hommes de religion et des personnes occupant une position sociale élevée.

38Le jour du mariage, le repas du soir se compose de riz ou de fetté, et de pain sur lequel on met de la sauce et de la viande. La part du marié comprend obligatoirement le cœur, le foie et une bonne tranche de viande, morceaux que les habitants de Sibām ont pour coutume de donner au marié.

39Après le repas du soir, la famille du marié quitte la maison, saluée par le père de la mariée et ses parents - cela se passe généralement vers quatre ou cinq heures de l’après-midi - et les cérémonies se déplacent dans la maison du marié. Là, dès huit heures du soir, on se livre au dān : la famille de la mariée vient pour une veillée au cours de laquelle on sert du café sucré.

  • 2 Ce muqbil est maintenant en possession de seulement deux ou trois personnes qui le prêtent aux mari (...)

40À onze heures du soir, la famille du marié égorge le bétail en présence et avec la participation du père de la mariée que l’on convie pour cela. Puis, le père de la mariée part chez lui. Quand il quitte la maison du marié, ce dernier le suit pour lui demander de bien vouloir lui amener son épouse en disant : « Nous voulons que la famille vienne ». Cette formulation reflète politesse et respect car le marié ne doit pas avoir l’audace d’appeler la mariée par son nom. Tout ceci se passe au son des tambours dans les deux maisons. À ce moment-là, les proches parentes du marié partent dans la maison de la mariée pour une veillée au cours de laquelle on la prépare. Celle-ci revêt un habit de soie appelé mash, de couleur rouge foncé ou jaune clair. On pose sur sa tête une sorte de couronne en forme de pyramide appelée mub-qil, faite de laine, ornée d’argent et de perles […]2. On ceint son front d’un bandeau et on la pare de bijoux […]. Autour de sa taille une ceinture d’argent, autour de son cou des chaînes, à ses oreilles des boucles, dans ses cheveux de l’argent.

41Quand on a fini de la préparer, elle va s’asseoir dans le salon, le visage couvert et là, une mendiante répète « Prière sur Muhammad » à tous ceux qui viennent l’embrasser.

  • 3 Sūratal-Fath, 48/11.

42Quant aux affaires de la mariée qui sont encore là, sa famille les envoie avec la famille du marié […]. À ce moment-là, la famille de la mariée sert seulement de l’eau. Quand vient le moment où elle doit sortir de la maison pour se rendre dans sa maison d’épouse, un cortège de femmes (silla) l’accompagne hors du salon - cela se passe vers une heure du matin. Dès que ses pas franchissent le seuil de la maison, on referme brutalement la porte derrière elle en disant : « C’est un départ sans retour ». Car sa vie se passera désormais dans la maison de son époux. Et le cortège s’ébranle vers la maison de son époux. Là, sur le seuil, la famille du marié égorge un mouton de la meilleure qualité et casse un récipient de terre en répétant : « Contre les envieux ». Après avoir franchi la porte, le cortège monte jusqu’au sixième étage ; là, la mariée s’installe et se met des vêtements ordinaires puis se rend dans la pièce de son époux où elle s’apprête une seconde fois avec l’aide d’une mu ‘arraba. Quand elle est prête, on appelle son mari qui attend avec les hommes à un autre étage. Avant que le marié n’entre dans la pièce de la mariée, sa mère, ou l’un de ses proches, lui lit une sourate du Coran, la sourate de la victoire (« nous t’avons accordé une victoire éclatante »3). Quand il pénètre dans la pièce, la mendiante dévoile le visage de la mariée et le marié lui donne en échange de cela une petite somme d’argent afin qu’elle quitte la pièce et les laisse en tête-à-tête. […]

43Dans l’intimité, le mari plie les affaires de la mariée et les dépose dans un coffre particulier. Tout ceci se passe à une heure avancée de la nuit, vers trois heures du matin, voire plus tard.

44Au matin, vers six heures, la famille va réveiller les mariés afin qu’ils prennent ensemble le petit déjeuner. Puis, après avoir embrassé la mère de la mariée sans rien lui donner, le marié va se préparer pour recevoir ses invités.

45La mariée fait, quant à elle, connaissance avec la famille du marié qui vient au cours de cette matinée ; ceci s’appelle sabāhiyya ou subhiyya.

46À neuf heures du matin, les hommes se rassemblent dans la maison du marié pour prendre un repas (gadā’). Après avoir salué les mariés, des hommes ayant transporté les affaires (’abïd salwā) vont inviter la famille de la mariée pour le repas. Le repas des femmes se déroule le même jour.

47Après le repas, le père de la mariée invite chez lui son gendre et les convives pour boire du thé et faire plus ample connaissance ; la maison du marié est ainsi laissée libre l’après-midi pour la fête des femmes.

48[…]

49A onze heures, les femmes prennent un repas (gadā ‘) à la suite duquel elles rentrent chez elles. A une heure de l’après-midi, le mari revient et monte auprès de sa femme. Dès qu’il entre, on referme brutalement la porte derrière lui en répétant : « Hors d’ici, l’envieux ».

50L’après-midi commence la fête des femmes, appelée naqd. On prépare la mariée, on la revêt de ses plus beaux habits et bijoux, et on lui voile le visage. Puis, du sixième étage, on l’accompagne jusqu’à la pièce de la monnaie, le visage couvert d’un voile fin et léger. Là, au cours de sa première danse, elle danse avec ses plus proches parentes ; on lui enlève le voile et on lui lance des pièces ; ceci s’appelle naqt. Après avoir dansé et chanté, les femmes partent toutes accomplir la prière du coucher du soleil chez elles.

51Puis la famille du mari prépare un repas réservé aux deux familles.

52Le lendemain de la subhiyya, appelé qahwa, le mari se rend en compagnie de son père et de sa mère chez son beau-père, le père de sa femme, et lui dit : « Aujourd’hui, vous déjeunez chez nous ; invitez qui vous voulez ». Si des invités se trouvent dans la famille de la mariée, la famille du marié se doit d’en inviter les proches en signe de respect et de considération.

53Vers midi viennent les joueurs de tambour qui déjeunent aussi. Le repas se compose de froment, de viande et de riz, sans fetté. Toute famille, quel que soit le groupe ou la classe auxquels elle appartient, doit faire ce repas.

54Dans l’après-midi, à un moment que l’on appelle rïha, les femmes viennent, lancent des youyous, tapent sur les tambours ; on sert du café et elles dansent jusqu’au coucher du soleil. À ce moment-là, elles partent et seule reste la famille de la mariée pour le repas du soir.

55Le surlendemain de la subhiyya, la famille de la mariée (son père, sa mère et ses sœurs) vient dans la maison du marié pour un déjeuner réservé seulement aux deux familles, à l’exclusion de tout autre invité.

56Et ainsi se terminent les quatre jours de mariage que les celles-ci ont préparé depuis deux ans ou parfois moins. La mariée reste dans la maison de son époux jusqu’à la nouvelle lune. L’après-midi, on fait une fête appelée naqd al-‘aqd : cela signifie que l’on défait les tresses de la mariée et qu’on les refait.

57Ce jour-là se produit l’inverse : c’est la famille de la mariée qui invite celle du marié. On frappe sur les tambours et l’on conduit la mariée en haut de la maison, en compagnie de la famille de son époux ; ceci s’appelle naqda.

58La fête de la fin d’après-midi s’appelle rïha ; la mariée danse, et les femmes aussi, jusqu’au coucher du soleil. Les invités quittent alors la fête pour rentrer chez eux.

59[…]

Bibliographie

Bibliographie

- Récits des habitants de Sibām

- ‘Alï « Aqïl b. Yahyā.

- al-Hikma, février 1980, 84, p. 5.

- al-Bakrï Salāh, Tarih Hadramawt al-siyāsï, 2e édition, 1956,I, p.75, p. 86, p. 121 ; II, p. 114-129.

- Bā Wazïr,Sa’ïd ‘Awd, Mùgāz tarih al-gazïra al-‘arabiyya, Dār al-tibāa, Aden, 2e édition, 1966, p. 52.

- al-Hamdānï, Si fat Gazïrat al-‘Arab, p. 17, Muhammad ‘Alï al-Akwa, (éd.).

- al-Sabāba, ‘Abd al-Qādir Muhammad, ‘Àdāt wa taqālld bi-al-Ahqāf, p. 136-158, Mansurāt al-markaz al-yamanî li-al-abhāt al-taqāfiyya wa al-atār wa al-matāhif, Hadramawt, Mukallā.

- al-Sātirï,Muhammad b. Ahmad b. ‘Umar, Adwār al-tārih al-hadramî, lre édition, 1972,1, p. 29.

Notes

1 Cette somme, appelée muhaddad, équivaut, en fonction de la loi 1920 à 10 riyāl de Marie-Thérèse dans les villes. Dans les campagnes, on continua à utiliser ces riyāl jusqu’en 1940, et dans le nord du pays jusqu’à la révolution.

2 Ce muqbil est maintenant en possession de seulement deux ou trois personnes qui le prêtent aux mariés.

3 Sūratal-Fath, 48/11.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

Auteur

Brigitte Marino (Traducteur)

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter