Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux et façons d’habiter, aujourd'hui

 | 
Jean-Charles Depaule

Une réorganisation des hiérarchies sociales traditionnelles : un café à paris

Lamia Radi

Texte intégral

1Le café est situé près du métro Villiers, dans le 17e arrondissement. Il appartient à un Marocain, qui le gère avec l’aide de sa femme. Le comptoir est face à l’entrée. Sur la droite, contre le mur, une petite table, deux chaises et un jeu électronique. Sur la gauche, une table et des chaises sont installées face à la vitre qui donne sur la rue ; trois tables s’alignent le long du mur perpendiculaire à la vitre. Au-delà, se trouve la cabine téléphonique. D’un modèle ancien, elle est en bois et fermée par une porte avec une vitre en verre dépoli. À côté de la cabine se trouvent les toilettes. Derrière le comptoir et ses rangées de bouteilles, est disposée une petite table où le propriétaire et la famille déjeunent. Au fond, une petite cuisine. Ce café, au premier regard, est semblable à tous les cafés parisiens : la radio est branchée sur les grandes stations françaises. Jamais une chanson orientale, pas une carte postale ou une affiche « souvenir du Maroc ». On n’y sert pas de thé à la menthe ni de plats arabes, sauf le couscous du vendredi midi.

2Dans la journée, sa clientèle est essentiellement composée des employés des bureaux environnants. En revanche, à partir de 17 heures, les habitués arrivent : des Français du quartier, certes, mais également des Marocains, venant des quatre coins de Paris, effectuant parfois jusqu’à une heure de route, n’habitant ni ne travaillant dans le quartier. Leurs âges, leurs niveaux socio-économiques en France comme au Maroc sont très divers ; le pompiste côtoie le golden-boy et le comptable. Leur seul point commun est qu’ils viennent tous, à une exception près, de la même région du Maroc, le Gharb, région rurale dotée de quelques villes moyennes comme Kénitra, Sidi Yahya du Gharb, Sidi Slimane…

3En conséquence, leurs familles (au sens large), au Maroc, entretiennent entre elles des relations de subordination en cascade, relations reproduites de façon très claire dans le café, un seul individu pouvant se permettre de ne pas respecter la hiérarchie instaurée parce qu’issu d’une autre région (Meknès). Il ne manque pas de le faire d’ailleurs, avec les conséquences que l’on verra sur la vie du groupe, en tant que catalyseur d’une réorganisation des hiérarchies sociales.

4On le verra, ces individus, dans un premier temps, reproduisent très fidèlement les structures sociales dont ils sont issus pour, dans un second temps, au fur et à mesure de leur perméabilité croissante aux normes françaises, organiser des hiérarchies sociales nouvelles. Ainsi la « modernité » (ici les valeurs véhiculées par l’Occident) est approchée à travers le filtre d’une logique « traditionnelle » (ici marocaine rurale). Le système tribal ou « patrimonialiste », qui se délite lentement dans cette région du Maroc, est réinvesti en France avec des outils modernes, tout en étant maintenu dans sa logique générale, mais remodelé à la mesure des besoins locaux de ce groupe.

L’organisation et la logique du système

5J’ai adopté deux types de démarche : l’observation participante et les entretiens en tête-à-tête. Concernant l’observation participante, dans la mesure où le café a été fermé à la fin de l’année 1992 pour une durée d’un an, mon corpus est surtout composé de matériaux datés de 1989 à 1992 et de souvenirs d’après-midi et de soirées passés là-bas. Il s’est donc plus agi ici d’un travail de compilation de souvenirs et de recomposition de situations.

6Des entretiens en tête-à-tête avec différents membres du groupe sont venus soutenir ce travail. Le café étant fermé et les événements relatés ayant eu lieu il y a quelques mois de cela, ils pouvaient considérer qu’il y avait « prescription » et céder au plaisir de me dévoiler les dessous d’une affaire dont le dénouement m’était apparu obscur à l’époque. Ces entretiens ont été menés dans un style absolument libre, dans la mesure où j’entretiens des relations d’amitié avec ces personnes et que je participe moi-même à cette organisation sociale « néo-patrimonialiste ».

7Poser des questions sur d’autres personnes n’a jamais provoqué de problèmes, dans la mesure où il est très courant, surtout à l’étranger, lorsque des personnes de la même région se rencontrent, de pratiquer ce que l’on nomme le tberrguig, c’est-à-dire le fait de parler des autres des heures durant, de colporter nouvelles et ragots. L’attitude la plus payante dans ce genre de situation est de louer une personne absente, de vanter ses qualités ; dans la majorité des cas, mon interlocuteur réplique en me révélant tout ce qu’il sait de plus négatif à propos de la dite personne, se rengorgeant de son haut degré d’information face à ma crédulité et à ma naïveté. C’est ainsi que, presque paradoxalement, on peut dire que, au regard de la qualité du matériau que j’ai récolté, ce fut un avantage que le café ait été fermé : cela m’a permis d’en apprendre beaucoup plus que s’il était demeuré ouvert.

8Le caractère très limité de ce corpus, composé d’une succession de moments, d’affaires et de récits, doit être souligné. C’est pourquoi il m’a été difficile de l’ordonner, de le cimenter jusqu’à en extraire une problématique centrale, nécessairement restrictive par rapport à l’ensemble des traits qui me sont apparus. Enfin, il convient de préciser que le groupe considéré se compose seulement d’une dizaine de personnes.

9Le premier constat que l’on est en mesure de faire est la reproduction apparemment à l’identique des rapports sociaux entretenus entre les individus fréquentant le café et ceux qu’ils entretiendraient au Maroc. Ainsi, le représentant de la famille régionalement dominante bénéficie d’un certain nombre de privilèges automatiques : il paie rarement ses consommations, les autres payant pour lui, d’autant que le patron du café lui est socialement subordonné. Les rapports qu’il entretient avec les autres membres du groupe sont largement dominés par des relations de clientélisme : c’est à lui que revient l’obligation morale de se charger d’un nouvel arrivant, de l’aider dans ses premiers pas à Paris, voire de le loger. En échange, l’autre lui devra une reconnaissance entière qui pourra se manifester sous la forme de services qu’il ne sera pas en droit de refuser de lui rendre.

10Autre exemple du maintien des rapports sociaux de type traditionnel, les rapports entre le représentant de l’élite et sa cousine : soucieux de protéger l’honneur de sa cousine, parce qu’il protège en même temps l’honneur de sa famille tout entière, il se doit d’être toujours présent lorsque celle-ci est au café. Celle-ci ne peut s’y rendre sans lui, qui remplit une fonction de chaperon et de garde du corps entre les « assauts » éventuels d’individus socialement inférieurs. C’est pourquoi il l’installe systématiquement dos au mur et dans un coin, afin qu’elle ne puisse être observée de dos (donc sournoisement) en même temps que cette place restreint les possibilités de l’approcher : autour d’une table de bistrot, si elle occupe une place, qu’il en occupe une seconde (en face d’elle pour lui bloquer le regard), et qu’un mur occupe le troisième côté de la table, il ne reste plus qu’un seul côté par lequel peuvent approcher « les autres », côté qu’il contrôle sans problème.

11On peut parler « d’adaptation créative » du traditionnel dans la mesure où, que ces personnes le veuillent ou non, en soient conscientes ou pas, l’environnement, la France fait, que dès le départ, la reproduction ne peut s’effectuer à l’identique. Elle est déjà une adaptation du traditionnel à un contexte moderne. En effet, si l’on reprend l’exemple de « l’élite » et de sa cousine, ce représentant de « l’élite » croit agir comme il agirait au Maroc, conformément aux normes et valeurs qui lui ont été inculquées. Cependant, il fait erreur car au Maroc, dans sa région rurale, la situation qu’il gère ici ne peut exister : il est en effet inconcevable dans cette région qu’un cousin conduise une femme de la famille dans un café. Les femmes ne fréquentent pas les cafés qui sont des lieux exclusivement masculins. Ainsi, quand il pense agir comme il l’aurait fait au Maroc, en réalité, il projette et agit comme il croit qu’il aurait agi au Maroc. Mais comme ce cas de figure n’existe pas au Maroc, il fait appel à des valeurs traditionnelles d’honneur et de vertu, et, en croyant maintenir la tradition, l’adapte déjà à l’environnement. Les autres individus jouent le jeu en n’adressant jamais la parole directement à la cousine sans la présence du cousin lors de la première entrevue, estimant montrer là leur bonne éducation, alors que cette pratique n’existe plus au Maroc depuis longtemps : face à une situation finalement nouvelle, la présence de la cousine du représentant de « l’élite » dans le café, ils réagissent tous en se repliant sur certains points forts de leur culture d’origine, puisant dans les marqueurs les plus traditionnels les attitudes à adopter. Ces marqueurs, parce que traditionnels, leur paraissent être les plus sûrs dans un environnement où, globalement, ils perdent assez rapidement leurs repères.

12Ainsi, il apparaît que, en croyant maintenir des formes sociales traditionnelles, reproduire à l’identique une hiérarchie rassurante parce que familière, déjà à ce premier niveau le traditionnel s’est adapté à son environnement. Il s’ensuit que les rapports sociaux dits « clientélistes », s’ils sont reproduits, le sont en étant adaptés à de nouveaux critères liés à l’environnement : les services que l’élite doit être en mesure de rendre reflètent les préoccupations d’un immigré en France - il s’agit d’une aide pour trouver un logement, un prêt pour avancer une caution, une intervention permettant à l’individu d’obtenir un visa pour son frère, etc.

13Progressivement, les personnes composant ce groupe sont de plus en plus imprégnées par les valeurs, les normes et les habitudes françaises. Leur comportement se modifie, notamment à l’égard des rapports sociaux entretenus tous les soirs autour de la bière ou du pastis quotidien. Le cadre clientéliste se maintient, avec ses habitudes et ses règles. Cependant, au sein de ce cadre vont se superposer de nouvelles valeurs, occidentales. Celles-ci, à terme, en multipliant les référents, vont introduire la confusion dans les comportements à adopter. La « fragilisation » du système de valeur de ces personnes ne vient pas d’une éradication du traditionnel, qui serait remplacé par des valeurs occidentales, mais plutôt de la coexistence de ces différentes grilles de lecture.

  • 1 Ce cas de figure familial est très fréquent au Maroc.

14Ainsi, une élite n’est plus seulement une élite par son sang, par son appartenance à une famille dominante, mais doit en même temps être dominante économiquement, socialement et en matière de diplômes si elle veut demeurer respectée. Or, ce groupe présente deux formes d’élites : bien que leurs représentants soient de la même famille, ils appartiennent à deux branches différentes : la branche qui, tout en gardant ses attaches régionales, s’est urbanisée et instruite, et la branche qui est demeurée à la campagne à vivre du revenu de ses terres1. En conséquence, la première est venue en France pour y poursuivre ses études, tandis que la seconde, venue en France en vacances a décidé de rester et se situe dès lors dans la catégorie socialement infamante au sein des immigrés, des clandestins. Par ailleurs, n’ayant reçu que des rudiments d’instruction et ne disposant que d’un savoir-faire agricole, cette dernière élite est condamnée aux emplois sans qualification.

15À l’opposé, les autres membres du groupe, à l’exception d’un homme d’une soixantaine d’années arrivé en France à la fin des années cinquante, sans qualification, analphabète et pompiste de son état, ont une moyenne d’âge qui se situe entre 28 et 35 ans et disposent tous d’une formation, plus ou moins poussée et technique. Tous savent lire, écrire et parler en français et en arabe. Tous sont en règle, travaillent, et font donc à terme l’objet d’une promotion sociale en France, promotion sociale visible sur trois ans : ils changent de logement, achètent voiture, télévision, chaîne hi-fi, changent leur tenue et augmentent et diversifient leurs sorties. Appartenant souvent à des familles modestes dont ils sont la première génération instruite, ils sont très sensibles aux symboles de réussite sociale, et donc aux valeurs occidentales de la fin des années quatre-vingt comme l’argent et les signes extérieurs de richesse.

16Face à cette situation, l’élite estudiantine (si l’on peut dire) se maintient socialement au sein du groupe, son statut d’étudiant, donc en marge de la vie active, lui permettant de continuer à se positionner en fonction du statut de sa branche familiale au Maroc, tout en tirant bénéfice de celui « prestigieux » d’étudiant. Sa place n’est pas remise en cause dans la mesure où les services qu’on en attend ne lui sont pas directement liés : on lui demandera seulement de transmettre et d’appuyer telle requête à tel membre de sa famille au Maroc. En revanche, en ce qui concerne l’élite rurale, en tant que non-diplômée et clandestine, sa situation en France, en dehors de toute considération du groupe, devient progressivement de plus en plus incertaine, comme celle de tout immigré clandestin, de surcroît sans qualification. Combinant ces deux handicaps, et sachant que toute promotion sociale lui est impossible dans le cadre français, cette élite va devoir faire face à une chute brutale de sa situation sociale comparativement aux jeunes de sa région : le fils du facteur au Maroc, travaillant comme comptable pour un traiteur parisien achète une 205 Peugeot, puis une bmw, tandis que le fils de la famille dominante travaille au noir dans les cuisines d’une pizzeria et squatte à tour de rôle chez les hommes du groupe.

17Se développe alors l’image, autrefois impensable, de l’élite rurale en terme de « profiteur », de « celui qui abuse ». En effet, face à un revenu très réduit, le maintien à tout prix de ses privilèges devient une forme de revenu. Non seulement l’élite rurale les maintient, mais les réclame, les exige, et déguise son manque d’argent par son statut social qui fait que le « petit-fils d’un caïd ne paie pas ». L’excès manifesté dans cette attitude tient à une frustration sociale intense, due elle-même au fait que cette élite rurale a elle aussi intégré les valeurs de la société qui l’entoure et qu’elle vit dès lors sa situation en termes de déchéance sociale.

18Ainsi, progressivement, l’environnement pénètre plus en avant le cadre de ces relations de type clientéliste, qui se délitent doucement, dans la mesure où le fondement de ce type de relation est la réciprocité, alors que cette branche de l’élite n’est plus en mesure d’offrir quoi que ce soit.

Les conséquences d’une « francisation » des individus

19La « base » ou les « hiérarchiquement subordonnés », suivant l’ordre traditionnel, comprennent rapidement que ce type de relation va se poursuivre mais à sens unique, pour le seul bénéfice du représentant de l’élite, qui lui, ne sera jamais en mesure de les aider dans leurs préoccupations, sachant que sa situation est bien plus précaire que la leur.

20Cependant, il est intéressant de souligner que l’on ne note aucun cas de révolte, de rupture de ces liens hiérarchiques. La rage au cœur, ils se font exploiter, mais ne remettent jamais en cause le système. Pour eux, ce n’est pas le système, le « patrimonialisme », qui est défaillant, c’est le représentant de l’élite qui ne remplit plus son rôle, d’où des dysfonctionnements généralisés. L’élite est même vaguement méprisée, mais hors de sa présence, pour ne plus avoir les moyens de ses devoirs et continuer d’exiger des privilèges. Or, traditionnellement, un privilège ne s’exige pas : il s’obtient de droit et d’évidence pour le patron, avec l’assentiment du client. C’est donc quelque chose qui doit aller de soi. Réclamer un privilège, c’est souligner sa déchéance, voire sa médiocrité dans la mesure où l’on n’est plus en mesure de l’obtenir par sa simple présence, et où l’on avoue que l’on en a vraiment besoin.

21L’absence de remise en cause met à notre sens en exergue les problèmes d’insertion des individus composant ce groupe dans la société française. En effet, si le système est maintenu malgré une élite défaillante, alors que le patron en est la pierre angulaire, c’est nécessairement parce que ce cadre répond à d’autres besoins que les seules relations de clientélisme (dans la mesure où ils ne peuvent tirer aucun bénéfice de la part de ce patron). Il fournit des repères identitaires aux personnes qui en font partie : la communication est facile et fraternelle parce que se déroulant entre des individus qui, même s’ils ne se sont connus qu’en France, sont rapprochés par des souvenirs communs, une même base culturelle, etc. Par ailleurs, ces liens permettent de se situer dans un groupe clairement organisé, donc rassurent. Rechercher ces liens, c’est dire en creux sa non-insertion à la société française qui est perçue comme un monde parallèle avec lequel on n’a que peu de rapports autrement que purement professionnels : « je les respecte, ils me respectent ». C’est pourquoi, à notre sens, on peut tracer de façon certaine une corrélation entre le degré d’attachement au système hiérarchique, le taux de fréquentation du café et le degré d’insertion dans la société française. Ainsi, celui qui ne dispose pas d’autres réseaux de communication que celui du café est là tous les soirs : le petit pompiste qui, après plus de quarante ans en France n’a jamais sympathisé avec un Français, l’élite rurale « clandestine » et déchue qui ne se sent vraiment protégée qu’à proximité du café, près de ses compatriotes, au point de ne pas avoir quitté la rue pendant deux ans, trouvant des petits boulots tout autour du café, mais aussi les derniers arrivés. Inversement, au fur et à mesure de leur insertion (entre trois et cinq ans), du développement de réseaux autres que le réseau régional, « le rassemblement » au café devient moins nécessaire. Ces personnes ne vont plus s’y rendre tous les soirs, mais une fois ou deux par semaine, prévenant lorsqu’ils arrivent, ce qui n’est pas sans provoquer des commentaires acerbes sur « l’ancien temps » où « il était tout le temps avec nous, seulement maintenant que cet âne fréquente des Français, il n’a plus de temps pour sa famille ». Fort heureusement une tournée a généralement raison de ces commentaires, et puis confusément, les personnes sentent que ce changement signifie un mieux pour l’individu concerné qui, de toutes les façons, finit toujours par revenir.

22En conséquence, les plus attachés au maintien du clientélisme sont les moins intégrés économiquement et socialement, tandis que les plus prompts à en distendre les liens sont ceux qui à la fois ont réussi économiquement, mais également affectivement en terme de diversification de leurs réseaux de pénétration de l’environnement : ainsi le patron lui-même s’en va quelquefois, laissant sa femme ou son neveu servir, et va voir ses amis à la sncf où il travaillait, ainsi que ses amis du club d’arts martiaux, sans jamais les amener au café ou proposer à quelqu’un de l’accompagner. Son attitude envers l’élite rurale et estudiantine est d’ailleurs révélatrice : il l’a invitée deux ou trois fois, puis a changé le « je t’invite, qu’est-ce que tu bois » en « qu’est-ce que tu bois » ; il ne présente pas la facture à l’élite, mais si celle-ci dit qu’elle paye, il accepte tout de suite au lieu de se lancer dans des joutes oratoires durant lesquelles chacun jure ses grands dieux qu’il ne laissera jamais payer l’autre. À partir de là, il accorde son respect à ceux qui lui sont hiérarchiquement supérieurs et qui payent, tandis qu’il enveloppe d’un silence impassible les abus des autres. Il accepte même de l’argent d’une femme marocaine de sa région, ce qui serait impensable au Maroc, quel que soit le statut social de la femme.

23Progressivement, les membres du groupe s’éloignent du représentant de l’élite rurale, supportant de plus en plus difficilement leur enfermement dans un cadre hiérarchique étroit et rigide qui les maintient en situation d’infériorité alors que partout ailleurs est reconnue leur promotion sociale. Les membres de ce groupe, de façon tacite, vont se liguer contre le représentant de l’élite rurale et entamer un travail de sape indirect où le téléphone joue un rôle essentiel : en moyenne, on appelle la région tous les deux ou trois jours. Les gens appellent à tour de rôle pour prendre des nouvelles du pays et en donner du café. Ainsi, tout ce qui se passe au café a de fortes chances d’être retransmis au pays dans les 72 heures. Il s’ensuit une sorte d’interaction, où les nouvelles d’un côté de la Méditerranée influencent la vie sur l’autre rive.

24Ainsi, la vie de ces émigrés en France, dans le café, influence directement la nature des relations traditionnelles entre les familles. D’abord, les enfants se connaissant en France, chaque famille entendant parler de l’autre par le biais des informations recueillies au café à Paris, décide de faire connaissance, prend l’habitude de se rendre visite, de commenter ensemble les nouvelles « de la France ». De la même façon, la promotion sociale d’une personne à Paris rejaillit sur sa famille au Maroc : la famille pauvre dont le fils réussit en France gagne en prestige, et est entraînée à son tour dans cette promotion ; le café vit au rythme des nouvelles de la région, problèmes de pluie, nature de la récolte cette année, qui épouse qui, on débat longuement pour savoir lequel des deux paysans qui se sont battus la veille au Maroc était dans son droit, bien que personne ne voie de qui il s’agit, à part celui qui a transmis la nouvelle.

25Les membres du groupe se servent de cet effet indirect du téléphone pour saper l’autorité et la légitimité de l’élite rurale qui, à leurs yeux, n’est plus digne de son rang : pendant que celle-ci téléphone pour dire que tout va bien, eux appellent leurs voisins ou des amis pour relater l’envers du décor. Ils se gardent bien en effet de raconter cela à leur propre famille, afin que l’on ne soit pas en mesure de déterminer qui a lancé la rumeur, la situation au Maroc étant différente et la famille dominante disposant encore d’un réel pouvoir régional sur les familles environnantes.

26Les individus appellent donc des amis, et, au cours des conversations durant le prélude où l’on demande des nouvelles de tout le monde, au lieu de répondre par un « ça va, je te remercie » ; quand vient le tour du représentant de l’élite rurale, ils soupirent « Ah, le pauvre, il s’en sort, il est courageux ; - Comment ça ? - Mais à propos de ses dettes, voyons !Tu n’étais pas au courant ? Promets-moi de te taire surtout », garantie la plus solide pour que la nouvelle se répande comme une traînée de poudre.

27Le discrédit progressif et le ridicule qui entourent le membre de l’élite au Maroc, grâce à l’action indirecte du téléphone, rejaillit à terme sur sa famille. D’où le développement par la famille d’un discours qui contredit les rumeurs : la famille raconte à qui veut l’entendre l’éblouissante réussite sociale de son rejeton et en tient pour preuve les bijoux que le fils a envoyés à sa mère, bijoux qu’elle arbore fièrement. En réalité, la mère les a achetés au Maroc, afin de limiter les nouvelles de la déchéance sociale de son fils, déchéance qui rejaillit sur elle-même, d’autant qu’elle est parallèle à la promotion sociale des représentants dans le café de familles modestes de la région.

28Ce phénomène de promotion sociale par l’émigration qui touche certaines couches modestes de la population, tandis que les élites traditionnelles, parce que restées traditionnelles dans un environnement changeant, accusent une déchéance sociale certaine à l’étranger et relative au Maroc, accélère le phénomène de détribalisation qui touche les zones rurales au Maroc. En effet, ce recul, même relatif, est signe d’une faiblesse par rapport au cours des événements, et est comparé au dynamisme des nouveaux entrepreneurs régionaux, les fortunes récentes, qui tentent de bâtir leurs propres réseaux de clientèle non plus sur des critères traditionnels, mais modernes, comme des gains économiques, des emplois, ou une prise en charge de la scolarisation des enfants.

29Face à l’attitude générale qui consiste à supporter les abus du représentant de l’élite rurale qui se cramponne à ses privilèges sans pouvoir honorer sa part du contrat, un seul ose à la fois le narguer, lui dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas et même parfois ce que les autres n’oseraient pas penser, mais auquel il fait penser en le disant.

30Il s’agit d’un Marocain vivant en France depuis près de seize ans. Parfaitement bilingue, il est totalement intégré à la société française, bien qu’il prenne toujours et tous les jours le temps de venir trinquer au café. « Meknassi », c’est-à-dire de Meknès, il n’appartient en aucune façon à la configuration sociale hiérarchique régionale. Ainsi, s’il insulte l’élite par exemple, cela n’a aucune répercussion sur sa vie ; en revanche, cela en a sur la famille de l’élite qui, mise au courant de l’altercation, est humiliée de n’avoir aucun recours. Par ailleurs, il est orphelin et très riche, ce qui finit de le délier de toutes obligations éventuelles ou de toute limite que ce soit dans son comportement ou dans son discours.

  • 2 Aroubi signifie paysan en marocain, mais ce terme est péjoratif.

31Parfaitement conscient de ces atouts, il se fait le confident de la rancœur de chacun et l’exprime plus tard à haute voix dans le café par une remarque de son cru. Tout le monde l’aime bien, parce qu’il est libre, comme peut l’être un homme à la fois complètement adapté et détaché de toute contrainte matérielle ; cette liberté est aussi ce qui le fait craindre de tous parce que sa liberté de parole n’a aucune limite. Vis-à-vis de l’élite, il glane les critiques des uns et des autres, y rajoutant les siennes propres et, fort de son éducation d’urbain, en profite pour tourner définitivement l’élite en ridicule, en tant que rurale. Il tourne son accent en dérision (accent de aroubi2), ainsi que ses habitudes (« alors, toujours pas sorti de ta rue ? »). L’élite a le droit de répliquer, mais elle n’a aucune prise sur lui.

32Ainsi quand le représentant de l’élite rurale demande/exige quelque chose de quelqu’un et que cette personne n’ose pas refuser, le « Meknassi » intervient en demandant, narquois : « Et pourquoi il la payerait cette tournée, c’est ton tour, tu n’as pas d’argent ? Au fait, tu gagnes combien ? », autant de paroles qui font battre précipitamment l’élite rurale en retraite. Dans le même temps, celui qui avait été pris à partie intervient précipitamment, paye en disant au « Meknassi » qu’il est honteux de l’entendre parler ainsi, que lui « ça lui fait plaisir de payer pour le fils de le petit-fils de… et le neveu de… ». En fait, dans son for intérieur, il jubile, parce qu’il sait que le mal est fait, que l’élite y réfléchira à deux fois avant de lui demander une nouvelle fois de payer, d’abord par crainte d’une nouvelle prise à partie, ensuite parce que le nombre de témoins de la scène fait que tout le monde y repensera nécessairement s’il répète sa demande. Enfin, le « subordonné » sait bien qu’il y aura aussi toujours quelqu’un pour appeler le Maroc dans la semaine et pour raconter l’altercation et, auquel cas, il est couvert vis-à-vis du « pays » dans la mesure où il a pris la défense de l’élite.

33Progressivement, ces tensions se répercutent au sein des relations qu’entretiennent les élites urbaines et rurales entre elles. Consciente de sa déchéance sociale, l’élite rurale veut se rapprocher de l’élite urbaine dont le crédit n’a pas été entamé. Cette attitude provoque une désolidarisation de cette dernière, inquiète à l’idée d’être associée à tous les écarts et abus de son encombrante filiation.

34C’est pourquoi, après avoir obtenu l’autorisation préalable du patriarche de la famille au Maroc, à qui l’élite urbaine a téléphoné en catastrophe pour lui soumettre son idée et s’assurer de son soutien quand le scandale arrivera au pays, celle-ci a effectué une mise au point publique dans le café. Publique, nécessairement, afin qu’il y ait suffisamment de témoins pour raconter une version plus ou moins objective de l’altercation, tandis qu’une mise au point en privé l’aurait exposée à devoir rivaliser avec la version concurrente de son adversaire.

35Il est intéressant de noter que l’élite urbaine a reçu l’aval de son patriarche, qui est prêt à affronter un scandale familial plutôt que de continuer à voir son nom associé aux tribulations d’un individu dont la région suit les mésaventures, au point que la maison familiale au Maroc a été rebaptisée « Santa Barbara » par les jeunes de la région.

36La mise au point ou l’affrontement se cristallisent autour de deux raisons : la première est financière, le représentant de l’élite urbaine refuse un jour de prêter de l’argent au représentant de l’élite rurale, sachant que celle-ci ne rembourse jamais. La seconde concerne un jeune homme arrivé récemment, sans logement mais avec un travail : le représentant de l’élite rurale lui avait promis de l’aider, ce dont elle était incapable, elle-même n’ayant pas de logis (ce que le nouvel arrivé ne savait pas). En revanche, elle se faisait inviter partout par ce jeune homme inexpérimenté. La situation s’est compliquée lorsque le représentant de l’élite urbaine, sympathisant avec le nouveau venu, s’est rendu compte de la situation et a pris le nouvel arrivant sous son toit, le soutirant à l’influence de l’autre élite. Par cet acte, il humiliait profondément son cousin rural en soulignant son absence de ressources et donc sa déchéance.

37Un grand débat avait suivi pour savoir que penser de cet affrontement contre nature. Dans tous les cas on louait l’attitude de l’élite urbaine envers le jeune arrivant, mais certains, et souvent les plus modestes socialement et économiquement, critiquaient qu’il ait pris à partie un membre de sa propre famille. Ils pouvaient comprendre qu’il aide un « client » de sa famille, mais pas au détriment de l’honneur d’un membre de sa famille. Ici encore le « Meknassi » a joué son rôle de déstabilisateur, d’iconoclaste, en expliquant dans un langage de charretier (« puisque c’est le seul que vous comprenez ») qu’ils étaient tous des idiots, des abrutis (mkal-khin) qui ne savaient que courber la tête (hni’rrass) et méritaient bien, finalement, de se faire exploiter.

38Officiellement, personne n’a pris position, mais l’histoire fut relatée avec force détails au Maroc. Enfin, il semble qu’elle cristallisa de la part du groupe la prise de conscience de son besoin de renouvellement de l’élite à sa tête, une élite aussi intégrée au Maroc qu’en France, mais également légitime « généalogiquement » et économiquement.

39Rappelons ici que nous sommes en présence d’un cas particulier et que je ne suis pas en mesure de définir si l’abandon dont a été victime l’élite, et que je vais étudier maintenant est de l’ordre de la spécificité, et en ce sens ne saurait être représentatif, ou si au contraire, ce cas illustre une pratique nouvelle dans les comportements des « nouveaux immigrés » en France.

40Dans le cas qui nous intéresse, l’abandon du représentant de l’élite rurale se fait à un moment où elle a épuisé toutes ses ressources et lassé toutes les patiences du groupe : chacun a au moins deux, si ce n’est trois griefs contre cette personne. Mais plus gravement, et c’est là qu’elle a fait une erreur, ses tribulations ont fini par mettre en danger le petit groupe qui a craint pour sa sécurité et sa tranquillité. Malgré sa situation de clandestin, à force de vivre sans problème avec les autorités françaises, sa peur du gendarme s’était progressivement atténuée. En revanche, les autres membres du groupe, légaux, avec un travail sérieux et des commencements de carrière regardaient cet individu d’un œil de plus en plus soucieux, tentant d’estimer la quantité de dégâts qu’il était en mesure de faire dans leur vie.

41Jamais aucun d’entre eux n’aurait osé lui attirer directement des problèmes. Ils se sont simplement éloignés progressivement de l’élite, en terme de solidarité intellectuelle, et le jour où, fatalement l’élite a fait une erreur, il n’y avait plus personne : ainsi, l’élite s’est fait arrêter un jour, lors d’un contrôle d’identité par les policiers du quartier qui, au bout de trois ans, avaient tout de même fini par remarquer le personnage. Comprenant que cette arrestation signifiait un aller simple pour le Maroc et un retrait sine die de son passeport, suivant les accords franco-marocains sur l’immigration en France, il tenta de faire appel aux membres du groupe et donna un nom et un numéro de téléphone. Passée la frayeur provoquée par l’annonce, au bout du fil « commissariat du 17e arrondissement, bonsoir », le jeune homme, s’entendant demander par un policier s’il connaissait une personne portant ce nom, a répondu par la négative. Vu le nombre de gens circulant dans cet appartement, gens de passage, gens en attente d’un logement, il était facile de prétexter que ce n’était pas soi qui avait répondu, mais un vague ami de passage qui effectivement ne le connaissait pas. La conversation s’est arrêtée là, et le lendemain, le représentant de l’élite était renvoyé au Maroc. Apprenant la nouvelle, le patron a offert le champagne à tous les habitués.

Conclusion

42C’est ainsi que se maintiennent des signes traditionnels mais auxquels sont attribués des sens nouveaux ou tout au moins différents. Ces jeunes immigrés des années quatre-vingt portent très souvent la barbe. Cependant, il ne s’agit absolument pas de la barbe islamique, longue et embroussaillée. Là, les barbes, si elles sont montantes sur le visage, sont portées très courtes et sont toujours très nettes dans leur tracé. La barbe ici a une valeur de symbole, mais de symbole d’arabité, d’une arabité prestigieuse et virile, dans la mesure où ces barbes reprennent le modèle de l’Arabe glorieux, comme Soliman le Magnifique. Or, Soliman le Magnifique était turc et non pas arabe, ce qui témoigne du fait que ces personnes puisent de façon éclectique dans un patrimoine arabo-musulman qu’ils ne maîtrisent pas.

43On peut dire que les référents traditionnels se maintiennent, mais avec l’attribution de nouveaux sens, dans la mesure où, au Maroc, cette dimension « arabe » de la barbe n’existe pas : la barbe est soit un signe de piété, soit une indication sur le fait que l’on est un homme.

44Inversement, on assiste à des erreurs sur le sens attribué aux signes occidentaux, d’où une erreur sur le sens de la modernisation et les modalités pour y parvenir. L’attachement se fait sur des signes qui, dès le départ, sont plus parlants pour eux que pour la société française : ils font ainsi de l’alcool la valeur cardinale de l’intégration, le symbole de la modernisation parce qu’il est un interdit dans leur société. D’où un quiproquo premier avec la société française. Croyant montrer ainsi leur intégration, ils boivent, et boivent même plus que les Français, dans la mesure où ils transgressent un interdit, ce qui provoque des excès, et où, l’alcool étant pour eux symbole de modernisation, ils s’acharnent à prouver qu’ils sont modernes. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’ils boivent surtout pendant le ramadan, c’est-à-dire qu’ils prennent le contre-pied systématique des interdits tracés par la religion musulmane. Cette attitude qui veut prouver leur modernisme est tellement systématique qu’elle revient à la reconnaissance en creux de tous ces tabous.

45Le café appartient pour eux à cette stratégie de modernisation, à cette quête de symboles signifiant leur intégration : ce café, on l’a vu, est un café occidental, pareil à tous les troquets parisiens. La seule dérogation à ce mode de vie a lieu en période de ramadan où, à l’heure de la rupture du jeûne et du ftour (repas), une table est dressée au fond du café, et qui le désire parmi les habitués peut s’asseoir et boire gratuitement la harira (soupe du ramadan), même si rares sont ceux qui auront effectivement jeûné ce jour-là. De la même façon, s’ils souhaitent aller boire un verre ailleurs, ils se rendent soit au Drugstore sur les Champs-Elysées, soit au café Coste aux Halles : toujours dans des endroits qui pour eux symbolisent la France « branchée », donc qui fait d’eux, dans la mesure où ils fréquentent ces endroits, des gens intégrés et modernes.

46Restent encore beaucoup de questions, comme celle de savoir si l’on peut considérer que ce café remplit le rôle d’interface entre ce groupe assez refermé sur lui-même et la société française, quels sont les rapports entretenus au sein du groupe suivant d’autres critères que la réorganisation des hiérarchies traditionnelles, comme les rapports hommes-femmes, ou les rapports entre différentes générations.

Notes

1 Ce cas de figure familial est très fréquent au Maroc.

2 Aroubi signifie paysan en marocain, mais ce terme est péjoratif.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter