Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux et façons d’habiter, aujourd'hui

 | 
Jean-Charles Depaule

Présentation

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1Les études réunies dans ce cahier traitent d’espaces habités, du Maroc au Yémen en passant par le sud de l’Algérie, par la Tunisie et un arrondissement de Paris. Il s’agit des meubles et des objets de l’habitation ou de l’organisation de celle-ci, de la manière dont un groupement non planifié de maisons se forme, se développe, est approprié, des échanges observables entre individus et groupes et des rituels qui les règlent, ou, hors du monde domestique, de territoires, comme celui, stratégique, que constitue pour des Marocains un café parisien où se nouent des réseaux qui, au-delà de la mer, les relient à leur pays.

2Qu’il apparaisse comme une simple toile de fond, comme un cadre, un support, ou comme le terrain où s’inscrivent et se négocient des relations sociales, voire comme une « matière » sur laquelle interviennent les habitants, les approches présentées ici s’attachent à l’espace. Elles proposent à son sujet une problématisation plus ou moins développée selon les cas, qui s’y prêtent inégalement, en essayant d’en évaluer la place, le rôle dans la vie quotidienne et l’impact sur les pratiques. Elles en reconstruisent les significations par des descriptions « en mouvement » qui restituent les déambulations d’une visite et les variations saisonnières ou quotidiennes affectant l’usage.

3Ces études montrent comment, dans sa diversité, l’espace s’articule à des temps eux-mêmes divers : les rythmes de l’existence la plus ordinaire, les temps forts que marque, par exemple, une cérémonie de mariage. Et éventuellement, en arrière-plan, la durée où s’expriment et se modèlent les changements culturels et sociaux, en particulier une tendance, générale, à l’individuation - des changements qui interagissent profondément, à des vitesses variables, avec les dispositions spatiales et les façons d’habiter.

4À cet égard il est notable que les auteurs ne postulent pas une opposition dichotomique entre tradition et modernité. Ils ne conçoivent pas ces deux notions de façon figée, et quand ils s’intéressent à leurs relations ils essaient plutôt, en mettant au jour le poids des ajustements et des résistances, d’en saisir la complexité et d’en restituer le caractère dynamique.

5Un autre trait commun mérite d’être relevé : les auteurs ne retiennent pas les seuls aspects fonctionnels ou constructifs. Que leur origine disciplinaire soit l’architecture, l’ethnologie ou la science politique, ils prennent en considération les dimensions à la fois matérielles et symboliques de l’espace, la manière dont il est structuré par des activités, par des dénominations (en arabe, en berbère) et par le partage entre lieux masculins et féminins.

6Pour la plupart, les textes de ce cahier sont issus de travaux qui ont été menés dans un cadre universitaire. Œuvres de jeunes chercheurs, ils constituent donc une étape de leur trajectoire scientifique qui depuis s’est poursuivie, un moment de leur démarche qui s’est développée et a connu de nouvelles maturations.

7Cet ensemble, qui devrait contribuer à la connaissance de l’espace habité en suggérant des comparaisons, a été enrichi par l’utile bibliographie établie par Abdelmajid Arrif.

8Nous n’avons pas tenté d’homogénéiser la transcription des mots arabes et berbères, nous contentant de veiller à sa cohérence pour chaque article.

Auteur

CNRS-IREMAM

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter