Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Les sources concernant les Libanais et autres Moyen-Orientaux en Argentine

Ignacio Klich

Texte intégral

1Des domaines où les études ethnographiques sur l’Amérique latine sont encore incomplètes, celui qui a suscité le moins d’intérêt de la part des universitaires est l’immigration à partir du Moyen-Orient - qui doit s’entendre ici comme les pays du Levant (Machrek) plus l’Afrique du Nord (Maghreb). Plusieurs facteurs importants semblent être responsables de ce triste état de choses.

  • 1 Juan Bailey et Freya Headlam (ed.), Intercontinental Migration to Latin America : a select bibliog (...)

2Premièrement, la pénurie de sources primaires a fait obstacle à l’étude, particulièrement pour des chercheurs qui considèrent le matériau oral comme un complément plus que comme un substitut à des documents et autres matériaux de ce type. Par exemple, une notice bibliographique de qualité sur l’immigration, publiée par l’une des plus célèbres pépinières de spécialistes de l’Amérique latine, ne contient pas plus de huit références sur les divers groupes provenant du Moyen-Orient : Arméniens, Arabes et en particulier Libanais, Palestiniens et Syriens. De même, l’utile bibliographie, contenue dans le travail de recherche historique de Magnus Mörner financé par 1’unesco et portant sur les migrations vers et en provenance d’Amérique latine contient encore moins de références sur les Moyen-Orientaux1. Il semble que certains auteurs, conscients du fait qu’il y a si peu de publications, ne soient que trop satisfaits d’écrire sur la base d’un ensemble de publications publiées si restreint. Ceci n’est pas seulement le cas pour les chercheurs latino-américains dont les difficultés seront détaillées plus bas ; le cas de certains chercheurs, dans les pays très développés, est plus grave, car ils sont très loin d’avoir exploité toutes les possibilités offertes par des bases de données et des fonds de bibliothèques qui restent inaccessibles à leurs homologues d’Amérique latine.

3Deuxièmement, le manque d’intérêt historique des Moyen-Orientaux eux-mêmes pour tout ce qui n’est pas la célébration de leur réussite, alors qu’ils sont arrivés dans ces pays avec aucun ou très peu de capital de départ, n’a pas nourri l’esprit de franchise. Au contraire, ils tendent à réagir d’une manière défensive face au mépris qu’ils ont rencontré et que, dans une certaine mesure, ils rencontrent encore de la part des élites locales, ce qui a gêné l’accès aux documents et aux personnes interrogées, de même qu’au riche ensemble de journaux intimes, carnets de notes et récits de voyage, dans la mesure où beaucoup de ceux qui ont été publiés ne sont pas facilement disponibles dans les bibliothèques publiques.

4C’est également le cas pour les organes de presse bilingues que les immigrants de langue arabe ont créés, particulièrement mais pas uniquement, dans les principaux pays d’accueil. De plus, ce dernier obstacle s’est trouvé compliqué par l’état incomplet des collections détenues par les bibliothèques nationales et par le transfert de collections entières vers des dépôts d’archives au Moyen-Orient. Par exemple, depuis les années soixante-dix, la collection complète du Assalam, qui fut pendant de longues années le doyen de la presse arabophone en Argentine, a été transférée vers l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, une institution de la Compagnie de Jésus de haut niveau. Plus récemment, celle du Diario Siriolibanès, le seul quotidien de langue arabe d’Argentine et organe officiel d’expression de ce groupe, a été déménagée à Damas. S’il est normal de regretter ce déplacement de collections complètes de revues arabes dans des lieux inaccessibles pour les rares bourses de recherche accordées à des chercheurs latino-américains, cela n’excuse pas l’absence de recherche systématique - qui reste à faire - sur les organes de presse toujours disponibles dans les bibliothèques de la région, nationales ou autres. C’est la même chose pour les autres sources bibliographiques, disponibles en Amérique latine et qui n’ont pas encore fait l’objet d’études de la part des chercheurs locaux.

5Troisièmement, à l’exception du Liban, les États arabes n’ont pas manifesté beaucoup d’intérêt envers leurs expatriés avant les années soixante-dix. Bien plus, quand ils ont fait preuve d’un certain intérêt, cela n’a pas entraîné un progrès de la recherche sur l’immigration, que ce soit par des chercheurs latino-américains ou par des chercheurs moyen-orientaux, mais s’est traduit par la mise en place d’organisations-paravents. Jusqu’ici, de tels réseaux institutionnels - c’est-à-dire l’Union culturelle mondiale libanaise créée par le gouvernement libanais (actuellement une annexe moribonde du ministère des Affaires étrangères), la Ligue maronite mondiale, inspirée par le Parti phalangiste, la Fédération des organisations arabes d’Amérique (fearab), financée par le parti Baas syrien, la Confédération des organisations palestiniennes d’Amérique latine et des Caraïbes (coplac), créée par l’olp, etc. - ont consacré plus d’attention à la collecte de fonds et à la mobilisation politique des expatriés et de leurs descendants qu’à la progression des connaissances.

  • 2 Alberto Tasso, 1989, p. 55. Seule parmi les chercheurs américains, une anthropologue a effectué de (...)

6Quatrièmement, les contacts limités entre l’Amérique latine et le monde arabe ont eu pour conséquence le fait que rares ont été les traductions en espagnol des études historiques sur le Moyen-Orient en général et sur les pays d’émigration en particulier. L’une des conséquences de cet état de choses a été une notable négligence dans la prise en compte des conditions de vie dans les pays de naissance, sauf pour Alberto Tasso qui est le seul parmi les auteurs latino-américains à reconnaître franchement cette lacune dans son travail2.

7Vu sous cet angle, ce n’est donc pas une coïncidence si les déclarations des leaders institutionnels et des politiciens contiennent des assertions qui, comme dans certaines études pionnières sur l’immigration arabe, n’ont que peu de rapport avec les faits, particulièrement en ce qui concerne (i) le pays de naissance des arabophones, (ii) leur identité ethnique et religieuse, (iii) les raisons qui les ont amenés à quitter le Moyen- Orient, (iv) le nombre de ceux qui se sont installés en Amérique latine, (v) les conditions rencontrées lors de leur installation dans la région.

8Du fait qu’ils ont été les premiers à s’intéresser à l’émigration de leur compatriotes, les auteurs libanais, maronites en particulier, ont eu tendance à assimiler tous les Moyen-Orientaux à des Libanais. Or, ceci est contredit par le fait que les Libanais, dans plusieurs États d’Amérique latine, n’ont pas représenté et ne représentent toujours pas la majorité parmi ceux qui ont des origines moyen-orientales. Par exemple, au Chili et au Honduras, les indices montrent que ce sont les Palestiniens qui sont les plus nombreux à être venus du monde arabe, tandis qu’en Argentine et au Venezuela, les Syriens, qui n’étaient pas forcément majoritaires pendant les premières périodes d’émigration, semblent être parvenus à une telle position.

  • 3 Parmi les exceptions, voir par exemple, Nellie Ammar, “They Came from the Middle East”, Jamaïca Jo (...)

9Concernant l’identité ethnique et religieuse des immigrants, au début, l’identification par les élites argentines et brésiliennes de certains juifs askhénazes avec des politiques radicales et/ou de la prostitution, par la suite couplée au conflit israélo-arabe, a eu pour résultat l’exclusion de référence explicite à la présence de juifs parmi les immigrants en provenance du monde arabe, que ce soit dans des publications anciennes ou plus récentes3 [Notons que, bien que cela ne soit pas dû à ce seul facteur, les guerres israélo-arabes fournissent aussi une explication à l’absence de référence aux chrétiens et aux musulmans orientaux dans la plupart des travaux sur les juifs en provenance des pays arabes]. Les juifs, cependant, ne sont pas le seul groupe ethnique non mentionné : en fait, il est très rare de trouver des références à propos des Arméniens et des Assyriens dans la littérature sur les immigrants en provenance des pays arabes, bien que beaucoup d’Arméniens soient arrivés en Amérique latine à partir de la Syrie et du Liban, tandis que les Assyriens venaient d’Irak. Ceci est corroboré par le fait que l’intolérance du catholicisme a, au début, incité les chrétiens orientaux à minimiser les différences entre leurs Églises de même qu’à favoriser l’auto-effacement des différences entre musulmans et druzes dans toute la région.

10La confiance quasi-exclusive accordée aux déclarations des nouveaux arrivants sur les raisons qui les ont poussés à émigrer fait son effet sur les auteurs, particulièrement ceux qui étaient dans l’incapacité ou qui ne se donnaient pas la peine de vérifier les faits exposés dans les mémoires et les entretiens historiques oraux. Dans ces récits, il existe une tendance à souligner l’importance de l’oppression ottomane en matière de religion ou de nationalisme, tandis qu’on insiste peu sur les conditions économiques existant dans les pays de naissance des expatriés.

11La quantification du flux en provenance du Moyen-Orient a été compliquée par les difficultés rencontrées pour accéder aux archives officielles sur l’immigration. Une fois cet obstacle franchi, les choses ne sont pas plus simples à cause de la manière imparfaite, peu précise ou variable avec laquelle la nationalité des immigrants orientaux est enregistrée ; que ce soit dans les registres d’entrée ou les recensements ou parce que les arrivées ne sont pas enregistrées. Dans l’ensemble, de tels facteurs, auxquels s’ajoute la croyance que plus un groupe ethnique est important numériquement, plus il a le droit d’avoir de l’influence, ont conduit à des estimations non-scientifiques de la part de toutes sortes de parties intéressées.

  • 4 Arab News, Riad, 28 mai 1989 ; La Prensa, Buenos-Aires, 28 août 1991 ; La Nacion, Buenos Aires, 28 (...)
  • 5 EFE, Jérusalem, 20 août 1980.
  • 6 Arab News, 8 janv. 1980.
  • 7 Ahmad Mattar, 1945, p. 87-104.
  • 8 En 1947, le chef du département latino-américain de l’Agence juive estimait à 500 000 le nombre d’ (...)
  • 9 Nabil Shaath, “High Level Palestinian Manpower”, Journal of Palestine Studies, hiver 1972, p. 81.
  • 10 Entretien de l’auteur avec Malik Twal à Amman, le 3 août 1985.

12Par exemple, les sources arabes en Argentine ont mentionné que le nombre de ceux qui viennent du Moyen-Orient s’élève à deux millions et demi - trois millions, dont 600 000 à 750 000 musulmans4, tandis qu’un diplomate de la République dominicaine déclare que presqu’un million de ses compatriotes est d’origine arabe5. Dans le cas du Brésil, un ministre saoudien en visite, de même qu’un ancien candidat à la présidence, d’origine libanaise, ont parlé de cinq millions de Brésiliens d’origine arabe6. Un tel penchant pour les estimations non étayées sur l’importance numérique des Orientaux et de leur descendance pourrait être sérieusement battu en brèche par des études démographiques dignes de ce nom, quand et si elles étaient entreprises. Certains auteurs académiques n’ont pas hésité à publier des estimations non-scientifiques, soit en recyclant des données non étayées, soit en créant ex nihilo. Par exemple, le travail - révélateur - d’un sociologue vénézuélien d’origine arabe montre une préférence marquée pour une auto-évaluation des Moyen-Orientaux et de leur descendance, chiffrée à 300 000 – 400 000e personnes. Quelle que soit l’imperfection des archives vénézuéliennes sur l’immigration, la prudence exige de ne pas rejeter les chiffres plus modestes contenus dans ces archives et milite en faveur de la prise en compte d’autres sources, c’est-à-dire l’auto-recensement des arabophones dans les Pays andins7, qui remet en question le bien-fondé des chiffres annoncés. Pour leur part, certains universitaires israéliens donnent des estimations relativement basses concernant les Latino-Américains d’origine arabe, qui semblent également entachées d’erreurs dans la mesure où elles ne tiennent pas compte des données pourtant librement accessibles dans les dépôts d’archives à Jérusalem, ce qui justifie certainement une révision à la hausse8. De telles minorations ont leur contrepartie dans la référence, de source palestinienne, à 500 000 personnes en Amérique latine qui peuvent prouver leurs racines palestiniennes. Ceci, cependant, est difficile à rapprocher des estimations de source arabe donnant le chiffre de 5 000 dans une étude de 1970, menée par le Centre de recherches de l’O.L.P.9 ou des 293 000 Palestiniens détenteurs de passeports jordaniens ou d’autres passeports en Argentine, Brésil et Chili dans les années quatre-vingt, selon le ministre jordanien des Affaires étrangères10.

13Pour ce qui est des conditions rencontrées par les immigrants en provenance du Moyen-Orient, il a été fait montre d’une certaine imagination dans la description de l’Amérique latine, dépeinte comme accueillante, pour des gens considérés généralement comme exotiques ou pire. Les hagiographes, cependant, ne prêtent que peu ou pas d’attention aux barrières qui ont été dressées à rencontre des immigrants en provenance du monde arabe, parmi l’ensemble des groupes jugés indésirables. On en trouvera la preuve ci-après, dans un catalogue, incomplet, de ces restrictions.

14La loi uruguayenne n° 2096 de juin 1890, aussi bien que les décrets de décembre 1894 et février 1915, interdisait “l’immigration d’Asiatiques et d’Africains”. S’y ajoute le décret d’octobre 1902, qui mettait en avant la nécessité de protéger les Uruguayens de la néfaste influence des “races inférieures”. En 1903-1904, Haïti a fermé ses portes aux Syriens et aux Libanais, interdit à tous les arabophones toute participation au petit commerce, instaura une période probatoire de dix ans pour ceux qui demandaient leur naturalisation et ordonnait l’expulsion de détenteurs de passeports émis par des États non reconnus avant mars 1905. En juin 1904, un décret présidentiel costaricain interdisait l’entrée “d’Arabes, Turcs, Syriens, Arméniens et Gitans”, au motif qu’ils causeraient “une dégénérescence physiologique” ainsi que la progression de “l’oisiveté et du vice”. Deux ans plus tard, un nouveau décret présidentiel excluait de cette dernière interdiction, les membres des “races” déjà installées au Costa Rica et indiquait qu’il serait possible d’étudier des demandes présentées au bénéfice de leurs familles.

15Sans toutefois renoncer aux possibilités contenues dans les précédents décrets, vers 1910, le Costa Rica ouvrit ses portes aux Arabes, Turcs, Syriens et Arméniens, “bien élevés” et possédant une fortune d’au moins mille colories.

16Conçu pour éviter le “métissage racial” (c’est-à-dire entre Blancs et Noirs surtout), un décret mexicain sur l’immigration de juillet 1927 réservait l’entrée des Noirs, Indiens, Syriens, Libanais, Arméniens, Palestiniens, Arabes et Chinois, à ceux disposant d’un capital au moins égal à dix mille pesos. Par la suite, une loi mexicaine sur l’immigration de novembre 1929, interdisait temporairement l’entrée de travailleurs étrangers, avec un assouplissement de cette restriction en novembre 1929 envers les Syriens, Libanais, Arméniens, Palestiniens, Arabes, Turcs, Chinois et Indiens.

17A partir de 1929, le Salvador considéra les Moyen-Orientaux comme des étrangers indésirables, tandis que le décret législatif n° 65 de septembre 1930 soumettait les immigrants turcs, palestiniens, arabes, syriens et libanais à un traitement discriminatoire. Non seulement ils devaient se faire ré-enregistrer chaque année, mais n’avaient pas le droit de traduire leurs noms en espagnol, ni même de les hispaniser.

18La législation nicaraguayenne de 1930 interdisait l’entrée aux “individus appartenant aux races chinoise, turque, arabe, syrienne, arménienne, noire et gitane”.

19Après avoir exigé des Arabes, Turcs, Syriens, Arméniens, Noirs et Chinois la présentation d’une caution de 2 500 dollars en 1929, la loi hondurienne n°134 de mars 1934 restreignait l’entrée des “Arabes, Turcs, Syriens, Arméniens, Palestiniens, Tchèques, Libanais et Polonais” à ceux qui pouvaient assurer aux autorités d’immigration qu’ils venaient “pour se consacrer à l’agriculture” sous peine d’être expulsés du pays s’ils ne commençaient pas leur travail dans l’agriculture ou dans une nouvelle entreprise dans les six mois de leur arrivée.

20Tandis que la loi guatémaltèque sur l’immigration de 1909 refusait l’admission aux Asiatiques, les décrets n° 1813 et n° 1823 de mai 1936 interdisant “la création de nouveaux ateliers, entrepôts, boutiques, marchés et de centres industriels et commerciaux (ou l’ouverture d’agences d’établissements déjà existants) qui pourraient être détenus ou dirigés par des individus des nationalités suivantes (y compris leur descendance guatémaltèque) : Turcs, Syriens, Libanais, Arabes, Palestiniens, Arméniens, Égyptiens, Perses, Afghans, Hindous et Polonais, ainsi que les membres des races provenant du continent africain””. L’admission annuelle de proches parents des Syriens de Jamaïque fut réduite à 16 en janvier 1936.

21Le décret colombien n° 397 de février 1937 imposait des conditions plus difficiles à remplir pour “les Bulgares, Chinois, Égyptiens, Estoniens, Grecs, Hindous, Lettons, Lituaniens, Marocains, Palestiniens, Polonais, Roumains, Russes, Syriens et Turcs” que pour les autres immigrants.

22Adoptées en avril-mai 1940, des ordonnances boliviennes défendaient aux consuls de prendre en considération des demandes de visa, y compris touristique, présentées par des candidats sémites. La Constitution panaméenne de 1941 contenait une interdiction de l’immigration de “personnes de race noire dont la langue maternelle n’était pas l’espagnol, de race jaune et de races provenant d’Inde, d’Asie Mineure et d’Afrique du Nord”.

  • 11 Archives nationales, Washington, Civil Reference Branch, RG 59, 815-55/978-999, Ambassade américai (...)

23Enfin, l’exemple des États-Unis a inspiré l’article 151 de la Constitution brésilienne de 1937 qui introduisait un système de quotas, limitant l’entrée d’immigrants, en fonction de leur nationalité, à raison de 2 % du nombre de ceux de la même nationalité, déjà entrés dans le pays entre 1884 et 1933. En plus de cela, les décrets 406 et 3019 de mai et août 1938 donnaient respectivement au gouvernement brésilien le pouvoir de limiter ou de suspendre l’entrée d’individus de certaines races ou origines en fonction de considérations économiques ou sociales11.

24Aucune de ces législations n’a jamais réellement représenté un moyen de dissuasion pour empêcher complètement l’immigration légale ou clandestine d’arabophones ou d’autres groupes jugés indésirables. En réalité, les immigrants orientaux de diverses ethnies, religions ou langues arrivèrent en Amérique latine mêlés au flux principalement ibéro-italien durant la période qui s’étend des dernières décennies du xixe siècle jusque dans les années cinquante. La plupart de ces arabophones venaient de l’Empire ottoman ou, après la Première Guerre mondiale, du Liban, de Syrie et de Palestine. Ils furent précédés par des vagues, moins nombreuses, de juifs généralement hispanophones, venant du Maroc ou d’Algérie.

25Quelque deux cents ans après l’épanouissement de la présence juive d’origine maghrébine au Brésil, des facteurs économiques et démographiques, combinés à une poussée de xénophobie due au conflit hispano-marocain (1859-1860) donnèrent un nouvel élan à des départs individuels vers l’Amérique latine, départs qui s’étaient taris précédemment. Poussés par une telle combinaison, davantage de juifs du Maroc et éventuellement aussi d’Algérie se décidèrent à rallier Gilbraltar, l’intérieur (Algésiras, Cadix et Malaga) et les Iles Canaries (Las Palmas et Santa-Cruz de Ténériffe), en vue de commencer une nouvelle vie de l’autre côté de l’Atlantique.

26Des conditions économiques favorables dans les lieux de destination finale et le fait que certains juifs marocains arrivaient du Portugal expliquent ce qui poussait les voyageurs à partir en direction du Brésil. Plus tard, l’Argentine et le Venezuela, et, dans une moindre mesure d’autres États d’Amérique latine, devinrent leurs destinations préférées. Une indication de l’ampleur de cette migration est fournie par le recensement argentin de 1914 qui enregistre la présence de presqu’un millier de maghrébins : 802 Marocains et 1245Algériens.

27Au contraire des Nord-Africains, le premier choix des hommes du Machrek était apparemment non l’Amérique latine, mais les États-Unis, probablement parce que ce pays a fait l’objet de plus d’attention dans les livres de géographie et la presse en langue arabe au xixe siècle. Quoi qu’il en soit, les facteurs économiques et autres qui poussèrent des quantités grandissantes de Libanais, Syriens et Palestiniens à quitter leurs foyers dès les années 1870, tandis que, aux États-Unis, les exigences sanitaires devenaient plus sévères et que des quotas étaient instaurés, incitèrent les agents de voyage à réorienter beaucoup de leurs clients du Machrek vers les pays au sud du Rio Grande. L’absence de liens directs entre les lieux de naissance de ces immigrants et les principaux ports latino-américains entraînait la nécessité de leur transbordement en France, en Italie, en Espagne ou d’autres pays européens. De plus, les restrictions imposées par les autorités ottomanes obligeaient les voyageurs à déguiser leur destination finale en déclarant l’Égypte comme but de leur voyage. D’où le fait que nombre de ceux qui ont été répertoriés dans les registres d’immigration comme égyptiens étaient en fait d’origine libanaise, syrienne et palestinienne, de même que d’innombrables Algériens étaient en fait marocains.

28Les principaux pays d’immigration d’Amérique latine, l’Argentine et le Brésil, étaient eux aussi parmi les destinations préférées des Libanais, Syriens et Palestiniens. Les archives argentines contiennent 180 000 mentions de personnes en provenance du Machrek entre 1890 et 1950. En tant que “salles d’attente” pour les arabophones et autres individus désireux d’entrer aux États-Unis, Cuba et le Mexique virent également l’arrivée de milliers de personnes venant du Machrek. Il n’est donc pas surprenant que Washington ait pressé d’une manière répétée les autorités cubaines et mexicaines de coopérer pour endiguer cette contrebande humaine. Cela ne veut pas dire que tous les arabophones qui arrivèrent dans ces pays cherchaient à en repartir ou prévoyaient de contrevenir aux règlements nord-américains, dans le domaine sanitaire et autre, tout comme leurs homologues arrivant à Montevideo ne prévoyaient pas tous de contourner la directive de 1928 du ministère argentin des Affaires étrangères, destinée à endiguer l’entrée d’Orientaux.

29La plupart des arabophones étaient chrétiens, en particulier grecs catholiques (melkites) et maronites ou orthodoxes. Il est cependant indéniable qu’il y avait également les fidèles d’autres confessions chrétiennes, de même que des musulmans (alaouites, chiites et sunnites), des druzes et des juifs. En fait, l’émigration des juifs arabophones d’Alep, de Damas et de Beyrouth se produisit à la même époque que celle de leurs homologues ladinos de Turquie continentale, des Balkans et des îles de la Méditerranée orientale. Par ailleurs, la politique ottomane, celle des Jeunes-Turcs, en particulier, provoqua également l’exode arménien, soit directement à partir de la Turquie, soit à partir des pays qui virent arriver chez eux les Arméniens cherchant refuge. Le fait que les États latino-américains reçurent à peu près autant d’étrangers turcs que d’arabophones est mis en lumière par le fait que, entre 1901 et 1924, Cuba a admis environ 14 000 émigrants du Machrek, dont 5 807 étaient répertoriés comme Turcs et 8 128 comme Arabes, Syriens ou Palestiniens.

  • 12 Les chiffres du gouvernement israélien amenèrent Yoram Shapira à écrire qu’“un nombre considérable (...)
  • 13 Il y a M. Dijour, “Jewish Migration in the Post-War Period”, Jewish Journal of Sociology, June 196 (...)

30La plupart des hispanophones et des arabophones arrivèrent avant 1930, date où la combinaison de la crise économique et du nationalisme en Amérique latine engendra une plus grande sélectivité dans les questions d’immigration. Cependant, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les Palestiniens de la région, autant que les juifs du Maghreb et du Machrek, représentaient un pôle d’attraction puissant pour la nouvelle vague de leurs compatriotes. Les réfugiés palestiniens à l’issue de la première guerre israélo-arabe (1948-1949) partirent pour le Brésil, le Venezuela et d’autres pays12, tandis que les juifs du Maroc et d’Égypte se rendirent au Brésil, au Chili et en Uruguay13. La réinstallation de ces juifs d’Afrique du Nord fut l’une des conséquences du déclin de la présence française au Maghreb, de la guerre israélo-égyptienne de 1956 et des craintes liées à l’essor du panarabisme nassérien dans le monde arabe.

  • 14 Il n’est donc pas surprenant que les Arabes et les Arméniens aient cherché à souligner que la Turq (...)
  • 15 Habalian, op. cit.
  • 16 “Los Libanenses en la Republica Oriental del Uruguay”, Revista Diplomatica Argentina, avril 1924.
  • 17 Voir, par exemple, Samuel Halphon et J. Sabah, Enquête sur la population israélite de l’Argentine, (...)

31Connus sous le nom de Turcos (Turcs) - un sobriquet utilisé, ironie involontaire, à la fois pour les Turcs, les Arabes et les Arméniens14 - les arabophones étaient également appelés Moros (Maures) à Cuba, probablement à cause de l’influence persistante de l’Espagne sur l’île. Mais un grand nombre de ces immigrants tendait à ressentir cette dénomination comme péjorative, particulièrement quand la fin de l’Empire ottoman eut pour résultat que les Syriens et les Libanais arrivaient désormais avec des documents de voyage français et que les Palestiniens étaient porteurs de documents émis par les autorités britanniques dans le cadre de leur mandat sur cette région. Plus récemment cependant, certains des immigrés provenant du Moyen-Orient sont arrivés à admettre aussi l’existence d’une signification moins péjorative du terme Turco15. Au contraire, beaucoup de Libanais, spécialement les Maronites, étaient soucieux de souligner leur identité francophone, avant même la Première Guerre mondiale, de la même manière que de nombreux juifs marocains se décrivaient eux-mêmes comme des catholiques d’Andalousie. Il semble que cela ait été surtout le cas en Uruguay, où prédominent des catholiques maronites au sein de l’élite syro-libanaise. La protection française avant le démembrement de l’Empire ottoman leur fut utile pour pallier les conséquences néfastes de l’orientation anti-asiatique de la législation16 sur l’immigration de ce pays. En ce qui concerne le fait que les juifs du Maghreb feignaient d’être catholiques, une telle pratique n’était pas rare dans le Nouveau Monde, que ce soit en Amérique latine ibérique ou les États-Unis anglo-saxons17.

32Si on met de côté les nombreux problèmes qui ont causé ce retard dans l’étude de l’immigration des Moyen-Orientaux en Amérique latine, il faut cependant relever que divers aspects de leur vie dans la région ont fait l’objet de recherches par un petit groupe de spécialistes, anthropologues, géographes, historiens, linguistes et sociologues, particulièrement en Amérique latine (Argentine, Brésil, Cuba, Mexique, Venezuela) mais aussi ailleurs (Liban, Europe et États-Unis).

33Il ne faudrait pas non plus sous-estimer l’importante contribution des experts en langue et littérature arabes. Celle-ci a été mise en vedette dans les travaux de pionnier de C. Nijland, Robin Ostle et Margot Scheffold qui portent sur la production littéraire mahjar (des pays d’émigration) en Amérique latine, spécialement les auteurs de poésie et de prose vivant en Argentine et au Brésil. A un moindre degré, c’est aussi le cas pour les critiques littéraires latino-américains, tels que Sergio Macias, Teresa Estevez Brasa, Moshe Nes El et Estela Valverde, qui ont attiré l’attention des lecteurs sur les personnages arabes et d’autres éléments, présents dans la littérature régionale, que ceux-ci aient été utilisés par des auteurs tels que Roberto Arlt, Jorge Amado, Gabriel Garcia Marques et Octavio Paz, parmi les plus célèbres écrivains de romans d’Amérique latine ou par les descendants d’anciens immigrants, comme l’Argentin Jorge Asis, le Brésilien Milton Hatoum, etc. Notons toutefois que la plupart des universitaires et critiques mentionnés ne vivent pas en Amérique latine.

  • 18 H. Laurens van der Laan, “A Bibliography on the Lebanese in West Africa, and an Appraisal of the L (...)

34Il reste qu’il manquait toujours une bibliographie relative aux Moyen-Orientaux d’Amérique latine, outil qui fait défaut depuis longtemps aux chercheurs et aux étudiants. Par contraste, celles sur les Libanais en Afrique et en Amérique du Nord existent depuis dix à vingt ans, tandis que les projets de bibliographie les plus complets sur les juifs d’Amérique latine remontent à 199018.

  • 19 Pour l’Argentine, le Brésil et le Chili seulement, voir Ignacio Klich, “Introduccion a las funetes (...)

35Grâce à l’exploration de la littérature sur les Arméniens, Assyriens, Libanais, Maghrébins, Palestiniens et Syriens de toutes croyances, cette combinaison inédite à ce jour permettra non seulement d’élargir d’une manière significative la gamme des matériaux disponibles mais elle sera également utile à ceux qui désirent travailler sur un groupe spécifique, en leur donnant la possibilité de replacer celui-ci dans le contexte plus général des migrations des différents groupes en provenance du Moyen-Orient. Comme tel, ceci peut encourager des études futures et, espérons-le, produire des résultats plus riches. Indéniablement, cette bibliographie a tiré profit d’autres tentatives antérieures ; il est cependant certain que la plupart des 500 sources énumérées ci-après n’ont jamais été réunies en un même ensemble dans les bibliographies publiées par d’autres auteurs19.

36Celle-ci comprend un corps de sources primaires, généralement des publications officielles (c’est-à-dire les recensements), en plus des importants auto-recensements, des journaux intimes et des mémoires écrits par les immigrants eux-mêmes.

37Les sources secondaires ont été limitées aux références contenues dans les encyclopédies, aux articles dans les périodiques et dans les revues universitaires ; on y trouve aussi les travaux, non publiés, présentés dans le cadre universitaire : dissertations et exposés d’étudiants en licence, maîtrise ou doctorat, ainsi que des biographies et autres livres rédigés par des universitaires, des journalistes et des écrivains de fiction.

38Il est nécessaire de souligner que ces articles et ces livres peuvent être vitaux pour l’étude d’un ou plusieurs groupes venant du Moyen-Orient ; soit parce qu’ils peuvent contenir des remarques allusives quoique pertinentes, soit parce qu’ils permettent d’attirer l’attention du lecteur sur le fait que certaines des expériences en Amérique latine, vécues par des musulmans du sous-contient indien et d’Asie du Sud-Est, peuvent présenter un intérêt pour l’étude de leurs coreligionnaires orientaux. En revanche, la sélection des références encyclopédiques, des dissertations et des œuvres de fiction citées ci-après, a été faite seulement en fonction de leur lien avec les Moyen-Orientaux. Des critères de sélection aussi arbitraires peuvent rendre justice à un auteur et néanmoins être injustes pour un autre.

  • 20 Nélida Elena Boulgourdjian, Leticia Otero, Pedro Gitz, Claudia Cortese et Alberto Pineiro, “El gen (...)

39Pour ce qui est de la présentation, la liste des matériaux considérés comme d’intérêt général est suivie de celle des références relatives à chaque pays pris individuellement, avec la mise à jour et la réédition de celles prévues pour le futur. Inutile de dire qu’il serait également très intéressant d’essayer de faire un inventaire des articles de presse, comme cela a été fait par Maralit Bejarano dans le cas de La Luz, revue sépharade de langue espagnole ou par l’équipe dirigée par Nélida Boulgourdjian qui a centré son attention sur le traitement de la question arménienne par la presse argentine20.

40Bien sûr, il reste beaucoup à faire pour combler les lacunes dans notre connaissance des divers groupes ethniques et religieux qui se sont installés dans toute la région et d’en arriver au niveau des travaux bibliographiques effectués sur les arabophones partis pour l’Afrique de l’Ouest, à peu près à la même époque, ou sur les autres groupes d’immigrants en Amérique latine. Les travaux déjà publiés ne sont pas les seuls ni nécessairement les plus importantes sources pour l’étude d’un aspect spécifique d’un groupe d’immigrants. Les travaux de pionnier de Maria Elena Vela et de Lilia Bertoni en Argentine, de Jan Suter dans le cas du Salvador ou de Dario Euraque pour celui du Honduras, montrent que, lorsqu’elles sont accessibles, de telles sources peuvent être complétées par les documents non diffusés par les autorités d’immigration des pays hôtes, aussi bien que l’information brute ou déjà traitée provenant des recensements nationaux, régionaux ou municipaux.

41En plus, le fait de passer au crible les données recueillies par les chambres de commerce régionales ou autres, et les données bancaires et financières, a donné de très bons résultats pour Fernando Dahse dans le cas du Chili, pour Louise Fawcett de Posada et Eduardo Posada Carbo en Colombie, pour Jon Suter au Salvador, aussi bien que pour Dario Euraque au Honduras.

42On peut dire la même chose de l’étude des dossiers de naturalisation par Maria Cruz Burdiel de la Heras, qui a fourni des éclaircissements sur l’immigration libanaise au Costa Rica et celle des registres des mariages, grâce aux travaux pionniers de Diane Epstein, qui ont permis une avancée dans l’histoire sociale des juifs maghrébins d’Argentine.

43Le fait d’étudier les archives ecclésiastiques et celles des organisations communautaires, comme l’ont fait par exemple Gladys Jozami en Argentine, Clark Knowlton au Brésil, Euridice Charon et Gladys Perdomo à Cuba, ainsi que Antonio Seluja Cecin en Uruguay, a été particulièrement enrichissant pour ceux qui ont pu avoir accès à ces documents.

  • 21 Pour les travaux basés sur les archives diplomatiques argentines, brésiliennes, françaises, libana (...)

44Parcourir les archives diplomatiques ne s’est pas montré moins prometteur, particulièrement celles des Etats moyen-orientaux et américains, mais aussi celles de l’Empire ottoman - comme l’ont fait d’une part, Elie Safa et Kohei Hashimoto qui ont travaillé respectivement sur les archives des ministères des Affaires étrangères libanais et français et, d’autre part, Engin Akarli et Kemal Karpat en Turquie -, celles des autorités mandataires britannique et française ou celles des Espagnols au Maroc, comme le montre le travail de Juan Bta Vilar21.

45Enfin, les entretiens et questionnaires, la principale source utilisée, entre autres, par Alberto Tasso en Argentine et par Teresa Cuevas Saba, Miguel Manana Plasencio et Luz Maria Martinez Montiel au Mexique, peuvent aider à répondre aux questions que les autres sources ne permettent pas de traiter. Il est bien connu que l’efficacité de tels outils, qui ont la faveur des anthropologues et des sociologues, repose inévitablement sur la bonne connaissance par l’enquêteur des données et des perceptions émanant des documents et des sources secondaires.

Notes

1 Juan Bailey et Freya Headlam (ed.), Intercontinental Migration to Latin America : a select bibliography, Institute of Latin American Studies, Londres, 1980, p. 16 sq ; Magnus Mörner Adventurers and Proletarians : The Story of Migrants in Latin America, Pittsburgh, 1985, p. 149 sq.

2 Alberto Tasso, 1989, p. 55. Seule parmi les chercheurs américains, une anthropologue a effectué des recherches parmi les Palestiniens de Jordanie et de Cisjordanie occupée, pour son important travail de recherche sur la présence de ce groupe en Amérique Centrale. Voir Nancie L. Gonzalez, 1992.

3 Parmi les exceptions, voir par exemple, Nellie Ammar, “They Came from the Middle East”, Jamaïca Journal, vol. 4, n° 1, 1970, p. 3 ; Michel Allard, 1948 (1973), p. 11 ; Elie Habalian D., mai 1991, p. 8-9 et 35-36.

4 Arab News, Riad, 28 mai 1989 ; La Prensa, Buenos-Aires, 28 août 1991 ; La Nacion, Buenos Aires, 28 mars 1992. Pour des auto-estimations minorées sur les musulmans en Argentine, voir, par exemple, Islam, Buenos-Aires, vol. III, n° 7, p. 27 ; S.A.H. Ahsani, 1984, p. 457.

5 EFE, Jérusalem, 20 août 1980.

6 Arab News, 8 janv. 1980.

7 Ahmad Mattar, 1945, p. 87-104.

8 En 1947, le chef du département latino-américain de l’Agence juive estimait à 500 000 le nombre d’Argentins d’origine arabe. Le même chiffre est donné pour 1970 par certains auteurs israéliens. Pour l’estimation de 1947, voir les Archives centrales sionistes, Jérusalem, S25/7502, Moises Toff à Moshe Shertok, n.d.

9 Nabil Shaath, “High Level Palestinian Manpower”, Journal of Palestine Studies, hiver 1972, p. 81.

10 Entretien de l’auteur avec Malik Twal à Amman, le 3 août 1985.

11 Archives nationales, Washington, Civil Reference Branch, RG 59, 815-55/978-999, Ambassade américaine à Département d’État. Lelio Marmora, déc. 1988, p. 380-381 ; Ma. Cruz Burdiel de Las Heras, La emigracion libanesa en Costa Rica, Madrid, 1991, p. 37-41.

12 Les chiffres du gouvernement israélien amenèrent Yoram Shapira à écrire qu’“un nombre considérable (d’Arabes) au Venezuela et 8 000 de ceux qui sont au Brésil sont des réfugiés de la guerre de 1948”. Bien que cela ne soit pas mentionné par Shapira, il existe d’importants indices montrant que les diplomates israéliens - et d’autres émissaires aussi - étudièrent la possibilité de réinstaller en Amérique latine les réfugiés palestiniens aussi bien que leurs famille restées en Cisjordanie. Yoram Shapira, “External and Internai Influences in Latin American-Israeli Relations” in Michael Curtis et Susan Aurelia Gitelson (éd.), Israel in the Third World, New Brunswick, 1976, p. 164 ; Ignacio Klich, avril 1994, p. 115-141.

13 Il y a M. Dijour, “Jewish Migration in the Post-War Period”, Jewish Journal of Sociology, June 1962, p. 77-78.

14 Il n’est donc pas surprenant que les Arabes et les Arméniens aient cherché à souligner que la Turquie n’était pas un Etat arabe ou que les Arméniens n’étaient ni turcs ni sémites. Voir, par exemple, Narciso Binayan, 1974, p. 7.

15 Habalian, op. cit.

16 “Los Libanenses en la Republica Oriental del Uruguay”, Revista Diplomatica Argentina, avril 1924.

17 Voir, par exemple, Samuel Halphon et J. Sabah, Enquête sur la population israélite de l’Argentine, 1909-1910, Jewish Colonization Association, Londres ; Walter P. Zenner “Chicago’s Sephardim : A Historical Exploration”, American Jewish History, hiver 1989-90, p. 225.

18 H. Laurens van der Laan, “A Bibliography on the Lebanese in West Africa, and an Appraisal of the Literature Consulted”, Kroniek van Afrika, 3, 1975, p. 283-95 ; Mohamed Sawaie (éd.), “Arabic-Speaking Immigrants in the United States and Canada : A Bibliographical Guide with Annotation”, Lexington, 1985 ; Judith Laikin Elkin et Ana Lya Sater (ed.), Latin American Jewish Studies : An Annoted Guide to the Literature, Westport, 1990.

19 Pour l’Argentine, le Brésil et le Chili seulement, voir Ignacio Klich, “Introduccion a las funetes para la historia de los mesorientales en America Latina”, Temas de Africa y Asia, 2, 1993. Voir aussi Bailey et Headlam, op.cit. ; Môrner, op. cit. : Elkin et Sater, op. cit. ; Michael W. Suleiman, avril 1994.

20 Nélida Elena Boulgourdjian, Leticia Otero, Pedro Gitz, Claudia Cortese et Alberto Pineiro, “El genocidio armenio en la prensa argentina, 1890-1900”, Buenos Aires, 1988.

21 Pour les travaux basés sur les archives diplomatiques argentines, brésiliennes, françaises, libanaises, ottomanes, espagnoles et nord-américaines ou qui contiennent des références à celles-ci, voir, par exemple, Elie Safa, L’Emigration libanaise, Beyrouth, 1960 ; Brenda Gayle Plummer, oct. 1981 ; Kemal H. Karpat, 1985 ; Louise Fawcett de Posada, 1991 ; Kohei Hashimoto, 1992 ; Ignacio Klich, october 1993 ; Juan Bta Vilar, 6-8 nov. 1993 ; Jeff Lesser, “Brazil and the Assyrian Question”, contribution présentée au XVIIIe Congrès international de LAS A, Atlanta, 10-13 mars 1994.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter