Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Les émigrants et leurs nations recompositions identitaires et nouvelles mobilisations des Arabes d’Argentine

Élisabeth Picard

Texte intégral

  • 1 Gladys Jozami, citée par J.-P. Tailleur, “Les Arabes en Argentine : poids ethnique et discrétion”, (...)

1La linguistique, l’économie, l’histoire, la sociologie, toutes les social sciences s’accordent sur la trajectoire de la communauté arabe d’Argentine. Plutôt qu’une diaspora dont la configuration et le fonctionnement doivent être analysés en priorité en relation avec son espace d’origine, celle-ci est une communauté d’immigrants dont l’histoire, longue de près d’un siècle, s’oriente vers l’intégration dans le pays d’accueil. Ce phénomène est confirmé par l’étude des fluctuations de cette migration, dont les plus fortes cohortes sont arrivées à Buenos Aires dans les deux premières décennies du xixe siècle. L’immigration arabe a ensuite continué sous le double effet du régime mandataire français au Liban et en Syrie, et de la crise économique de 1929. Mais elle avait déjà sensiblement diminué. Les dernières arrivées significatives datent des années quarante et du début des années cinquante. Elles prolongent le phénomène migratoire plus qu’elles ne le renouvellent, et marquent son achèvement : “depuis 1977, moins de deux cents Syro-Libanais sont entrés dans le pays chaque année”1.

  • 2 Les personnes originaires de Yabrud sont plutôt installées dans la province de la Rioja, celles de (...)
  • 3 Au moins ces choix n’étaient-ils pas aléatoires. Ils m’avaient été recommandés par des collègues a (...)

2Les observations rapportées dans ce texte portent donc sur la troisième (et, très rarement, sur des individus de la deuxième) génération. Or, en même temps qu’ils ont fait souche sur des territoires bien précis2, les immigrants venus du Proche-Orient ont subi des mutations identitaires drastiques : déperdition de l’usage de la langue arabe, nombreuses conversions de l’islam au christianisme, ou au moins christianisation des noms. Le repérage des Arabes est en soi un exercice difficile, qui donne lieu à des appréciations statistiques contradictoires et réclame une réflexion sérieuse sur les critères de l’identité. D’emblée, je dois signaler une limite importante de cette enquête. Elle n’a été menée qu’auprès de membres d’associations caritatives, culturelles et politiques à référence arabe, et plus particulièrement de responsables au sein de ces organisations - soit des individus exceptionnellement informés et motivés. Elle ne porte que sur quelques organisations arabes de quelques régions de l’Argentine, et constitue donc un coup de sonde, en aucun cas un échantillon3.

  • 4 En juin 1996, principalement à Buenos Aires, Puerto Iguaçu, Jujuy et Tucuman, avec le soutien du C (...)
  • 5 Plusieurs des contributions à cet ouvrage le montrent, ainsi que le travail “ethnopsychanalytique” (...)

3Plus aléatoire est la recherche que j’ai amorcée sur les relations entretenues par ces communautés avec le Liban et la Syrie d’aujourd’hui4, puisque la recomposition identitaire qui les a travaillées depuis un siècle passe par des processus d’occultation et de reniement de leurs origines5. Leurs stratégies d’invention, de légitimation et de négociation identitaires sont déployées principalement et presqu’exclusivement dans l’espace argentin auquel ces acteurs revendiquent sans ambiguïté leur appartenance collective et surtout individuelle.

  • 6 Ce séjour était le second que j’effectuais en Argentine, mais le premier, en 1991, n’avait duré qu (...)

4En centrant mon enquête sur la situation politique en Syrie et au Liban vue par mes interlocuteurs arabes d’Argentine, j’ai cherché à compenser ma médiocre connaissance de leur société locale6 et, tout en m’appuyant sur les études consacrées à ces communautés, tenté d’en renouveler l’approche. Investigatrice venue d’Europe, je me suis efforcée de les entraîner dans un espace plus lointain encore, celui du Proche-Orient, et de me servir de leur relation à cet espace comme un analyseur de leur situation. Qui d’entre nous était le plus proche du Liban et de la Syrie ? Moi, qui fréquente ces pays depuis vingt ans régulièrement et qui, au yeux de mes interlocuteurs, étais censée détenir une connaissance savante au point que, d’enquêtrice, je me suis plusieurs fois muée en conférencière ? Ou ces interviewés dont les passions politiques et les fantasmes profondément enracinés révélaient un attachement insoupçonné ?

5Dans un premier temps, en rapportant les images et les jugements proposés par les Arabes d’Argentine, je serai tentée d’appliquer à leur propos l’image de la “butte témoin”, tant on retrouve parmi ces groupes des configurations identitaires qualifiées de “traditionnelles” au Proche-Orient. J’introduirai ensuite les éléments nouveaux susceptibles d’induire une recomposition politique de la communauté : moins la guerre du Liban (comme j’en avais fait l’hypothèse) que l’irruption sur la scène argentine du conflit israélo-arabe dans une logique de globalisation. Pour tenter de comprendre cette recomposition, je présenterai quelques uns de ses vecteurs dominants et de ses axes problématiques. Finalement, ce “détour par l’extérieur” argentin me conduira à m’interroger sur les nationalismes en mutation à l’est de la Méditerranée.

Le socle de l’appartenance communautaire

  • 7 Il y a aussi en Argentine quelques centaines d’Arabes originaires des régions qui sont aujourd’hui (...)

6Trois configurations géopolitiques se sont succédées dans l’espace dont sont originaires mes interlocuteurs arabes d’Argentine - le Liban et la Syrie actuels7. Quand les premiers d’entre eux se sont exilés (ou leurs pères), ils quittaient un vaste Empire dont ils ne connaissaient pas les frontières et, lorsqu’il y avait une frontière, comme entre le gouvernorat du Mont Liban et le reste du Bilâd esh-Shâm, elle faisait surtout sens pour les douaniers et les soldats. “Turcs”, “Syro-Libanais”, “Libanais” (parce que la majorité de ces émigrés furent des chrétiens) - l’appellation était fluctuante et elle le resta bien après la création de deux Etats séparés par le mandataire français en 1920.

7Dans l’espace argentin, la distinction entre Liban et Syrie ne porte à conséquence que tardivement, dans le courant des années trente, en écho à la montée des forces politiques indépendantistes dans chacun des deux pays d’origine. Nombre des “clubs de Homs” à Buenos Aires et dans les provinces prennent alors le nom de “club syrien”, tandis que des associations spécifiques sont créées par des émigrés maronites - telle l’Association patriotique libanaise de Buenos Aires (1936). Partout, cependant, subsistent des associations “arabes” ou “syro-libanaises” dont le fonctionnement oblitère la distinction entre les deux États. Cette persistance ne sera pas sans effet sur l’appréhension par les Arabes argentins de la “troisième configuration” qui se dessine depuis la guerre du Liban et plus spécialement depuis l’adoption des accords de Taëf en 1989 : celle d’un Liban étroitement lié à la Syrie par une relation inégale.

  • 8 “O es un error impensada o es un error ideologico”, commente l’évêque maronite d’Argentine Mgr Cha (...)

8Au cours de cette brève enquête, j’ai été témoin d’un incident dont la signification m’apparaît trop manifeste pour qu’il ait été purement fortuit. Le compte-rendu de ma rencontre avec un groupe de descendants d’émigrés à Jujuy a été soigneusement calligraphié dans le livre d’or de la Sociedad sirio-libanesa locale au soir d’un débat nourri (25 juin), à ceci près que l’adjectif libanes avait malencontreusement disparu du texte et ne fut rajouté qu’à la demande d’un participant originaire d’un village maronite du Liban sud. Pour sa part, le “secrétaire de séance” (originaire lui aussi du Liban sud, mais d’un village chiite) paraissait tenir la différence pour négligeable. Quelques mois plus tôt, l’indignation des membres du Club libanes de Buenos Aires avait été soulevée à la découverte de la mention “Republica Sirio-Libanesa” sur un programme officiel de la foire Expo Arab ‘95 !8

  • 9 Plus exactement, la création de la section argentine de la FEARAB puisqu’il existe une Fearab Arge (...)
  • 10 Entretien avec Antonio Aramouni, président de la Chambre de commerce argentino-libanaise, Buenos A (...)

9Ces anecdotes illustrent un contexte général. Qu’elle les qualifie comme autrefois de “Turcs” (turcos) ou aujourd’hui d’Arabes, avec la même connotation péjorative, la société argentine, catholique, créole et castillanophone considère les immigrés de Syrie et du Liban comme un tout indistinct. Cette confusion est entretenue par certains des intéressés eux-mêmes, comme en témoigne la création en 1985 de la fearab (Federacion de Entidades Argentino Arabes)9 dans laquelle les membres originaires de la Syrie actuelle sont amplement majoritaires et qui aurait pour objectif, selon certains, de regrouper les multiples organisations communautaires sous la houlette d’une direction proche de l’ambassade et du gouvernement syriens10.

  • 11 Entretien avec le chargé d’Affaires de la République arabe syrienne Nader Nader, Buenos Aires, 13 (...)
  • 12 Entretien avec l’ambassadeur du Liban Riad Qantar, Buenos Aires, 13 juin.

10Pourtant, les ambassades de Syrie et du Liban n’interviennent que sur un mode marginal dans le champ des institutions arabes d’Argentine, ou alors sur un mode occulte. D’abord, parce que ces ambassades gèrent des relations et des échanges somme toute restreints11. Ensuite, parce que ces États accordent moins de crédit à la diplomatie de type classique qu’à l’activation de réseaux privés et personnalisés pour toucher les émigrés. Surtout, les Arabes d’Argentine, qui n’obéissent pas à une logique de diaspora, n’ont qu’une relation fort distendue avec lesdites ambassades : deux mille Argentins seulement (dont certains sont décédés depuis longtemps) sont inscrits sur les registres de l’ambassade du Liban, chiffre dérisoire en regard des dizaines de milliers de personnes qui pourraient y prétendre12.

  • 13 D’autant plus qu’ils découvraient ma faiblesse en espagnol et que nous cherchions une langue de co (...)
  • 14 Un des projets exposés par le Secrétaire général de la Casa Libanesa de Tucuman est d’y faire ente (...)

11Outre la distance, temporelle autant que géographique, qui sépare les Arabes d’Argentine de leurs racines proches-orientales, la confusion ou l’indifférence quant à l’attachement à une entité souveraine clairement définie a une autre explication. Pour ce qui est de la nationalité, au sens juridique de la société internationale, et à celui de la citoyenneté conçue comme un ensemble de droits et de devoirs, ils sont argentins, sans ambiguïté. Corrélativement, ils conçoivent leur lien identitaire avec le Proche-Orient sur un double mode, majeur et mineur, supra et infra-étatique, qui fait écho aux modes d’insertion et de mobilisation des sociétés dont ils sont originaires. D’un côté, ils font référence à une vaste communauté ethnique et culturelle, à un attachement d’ordre anthropologique (la cuisine ; les règles matrimoniales) plus que politique (la référence à l’arabisme est loin d’être partagée par tous). Un grand nombre de mes interlocuteurs ont exprimé d’emblée13 leur regret de ne pas savoir, ou de mal parler l’arabe et il n’est pas une institution communautaire où le projet d’offrir des cours d’arabe aux jeunes générations n’ait été évoquée. Le thème connexe de la musique revenait fréquemment - une musique arabe dont l’écoute rapprocherait de la langue “maternelle”14 - ainsi que celui de la recherche de livres (en particulier d’histoire) traitant du monde arabe. Cet intérêt pour l’histoire, qui s’inscrit dans une mode planétaire de recherche des racines, explique qu’on trouve les mêmes articles de type Reader’s digest dans Lubnan, la revue du Club libanes de Buenos Aires que dans Candil del NOA, le périodique de la fearab du nord-ouest argentin ou El Mesaje del Islam : une page d’archéologie, une autre d’islamologie, une troisième qui synthétise en vingt lignes le règne d’un souverain ou la destinée d’un héros, etc.

  • 15 Plusieurs de mes interlocuteurs ont exhibé des cartes postales reçues du Proche-Orient et rédigées (...)
  • 16 Dix-huit des vingt personnes que j’ai interrogées sur leur trajectoire s’étaient rendues au Proche (...)

12D’un autre côté, les références micro-sociologiques sont celles du village, et aussi celles de la famille, ce qui porte une autre signification. Chacun de mes interlocuteurs prend d’abord soin de préciser exactement d’où il vient. Même s’il est coupé du village d’origine depuis plusieurs générations et empêché de prendre contact par le barrage de la langue15, il porte en lui une image mythifiée de sa patrie, la terre de ses pères : les paysages, la maison, la vie quotidienne. Ceux qui sont retournés récemment16 évoquent tous le choc de la (re)découverte et les réajustements en profondeur qu’ils ont dû opérer : celui-ci est surpris de rencontrer le port du voile chez les jeunes dans une bourgade mixte de la vallée de l’Oronte. Celui-là s’émerveille des immeubles de plusieurs étages visités en 1996, là où il avait quitté une maison de torchis au milieu des années trente. Une troisième découvre la banalité de la guerre à Arab Salim (Liban sud) lors de sa première visite en 1990, une guerre dont ses cousins ne parlaient jamais depuis quinze ans, ni au téléphone, ni dans leurs lettres.

13Mais, au-delà du lieu imaginé, l’important se situe ailleurs, au niveau de la famille, dans renonciation d’un patronyme qui donne, même à un médecin réputé, même à un fonctionnaire à la brillante carrière, même à un négociant qui brasse des affaires jusqu’aux États-Unis, sa véritable assise. L’Argentin arabe maintient ainsi son lien généalogique avec le Proche-Orient syro-libanais en même temps qu’il en perpétue le mode de fonctionnement, puisqu’il conserve intacte la référence à la famille élargie - ‘â’ila. Justement, cette référence est le vecteur de dynamiques transterritoriales qui jouent à rencontre de l’enracinement villageois et contribuent à brouiller l’appréhension des entités politiques de la scène contemporaine. Un druze originaire de Salima (haut Metn) précise qu’il a aussi de la famille dans la banlieue de Damas et au Jabal el ‘Arab. La chiite qui rend visite à sa famille à Arab Salim mentionne que celle-ci est originaire de Baalbek. Le cheikh sunnite de la Beqaa a des cousins à Damas, tandis que les orthodoxes des villes de la Syrie centrale comptent des parents installés à Beyrouth depuis des décennies.

  • 17 F. Barth, “Ethnic groups and boundaries”, in Process and form in social life, Londres, Routledge (...)
  • 18 Entretien à Tucuman, 27 juin.
  • 19 Le sheikh el-Kadri, ancien imâm du Centre islamique qu’il a fondé à Cordoba, dit avoir célébré nom (...)

14Druze, chiite, chrétien… C’est bien autour des référents communautaires que se sont conservées les identités des Arabes d’Argentine, la référence localiste souffrant d’être à la fois porteuse d’ambiguïté et incomplète. Bien sûr, ces identités sont passées par de nombreuses réinventions et transgressions de la frontière communautaire puisque, comme l’enseigne Fredrik Barth17, celle-ci sert moins à conserver intacte la pureté du groupe qu’à permettre aux stratégies individuelles et collectives de mieux rebondir. J’ai évoqué plus haut un thème déjà traité par plusieurs chercheurs : celui des nombreuses conversions d’émigrés musulmans au catholicisme, religion dominante en Argentine. Ce thème est revenu dans la bouche de plusieurs de mes interlocuteurs, en particulier d’un responsable (alaouite) de la Jam’iyya islamiyya de Tucuman, qui m’a assuré que, parmi les Arabes, les Alaouites étaient plus nombreux que les chrétiens dans la province, mais que nombre d’entre eux avaient opéré des conversions de convenance au maronitisme18. Pourquoi ne pas croire à cet exemple de taqiya (dissimulation admise dans le chiisme) parfaitement congruent avec un mouvement général d’intégration ? Mes interlocuteurs ont aussi évoqué le mariage de jeunes musulmanes avec des chrétiens et justifié cette bid’a à la fois par la nécessité (la rareté des conjoints musulmans potentiels) et par le caractère parfois bigot mais souvent agnostique, de la société argentine19.

15En tout état de cause, les appartenances communautaires sont bien là, sous-jacentes et prêtes à surgir au détour d’une phrase chez celui qu’on interroge à propos du Proche-Orient, à tel point que je fais l’hypothèse qu’elles constituent le premier critère de positionnement de mes interlocuteurs arabes d’Argentine face à la situation politique au Liban et en Syrie aujourd’hui, et en particulier aux relations syro-libanaises. J’en ai rencontré de nombreuses preuves, mais l’illustration la plus riche est venue d’une séance collective de discussion à Jujuy.

  • 20 Au sens de “originaires” de localités situées dans la République arabe syrienne ou dans la Républi (...)

16Sept membres actifs de la Sociedad sirio-libanesa, dont son président, ont répondu ce soir-là à mes questions et débattu pendant près de quatre heures de leur pays d’origine. L’atmosphère était conviviale - maté, chocolat chaud et sandwiches, on m’a même offert de mâcher de la coca - au point que l’interprète censée m’assister est elle-même entrée dans ce forum quadrilingue pour évoquer un ancien fiancé, originaire de Tripoli. Le groupe comptait quatre “Syriens” et trois “Libanais”20. Deux maronites, trois grecs-orthodoxes, un druze et un chiite. A l’exception des maronites, tous avaient visité la Syrie et/ou le Liban au cours des cinq dernières années : bien logiquement, ces individus qui avaient accepté de consacrer leur soirée à ce débat étaient particulièrement motivés et intéressés par son thème. Dans l’ensemble, ils appartenaient à une catégorie socio-professionnelle homogène : médecins, experts-comptables, juges et fonctionnaires de la province.

  • 21 Sur ce thème connu je me réfère à L. Chabry, Pouvoir et minorités au Proche-Orient, Paris, Maisonn (...)

17Plus que les autres variables de leur identité d’origine - syrien/libanais, chrétien/musulman, citadin/villageois - la variable communautaire qui dépasse la référence localiste et élargit l’appartenance familiale, m’a permis de comprendre, voire d’ordonner, les interprétations et les prises de position des uns et des autres. Le maronite de Tartous et celui de la frontière avec Israël expriment une même méfiance de nature idéologique à l’égard du régime de Hafez el-Assad. Le premier ramène dans la discussion la pomme de discorde qu’est l’absence de relations diplomatiques entre Damas et Beyrouth, le second juge avec mépris le système “socialiste” instauré par les Ba’thistes depuis le milieu des années soixante. Le druze déclare envier les régions chrétiennes du nord de Beyrouth qui, du moins en est-il persuadé, sont “libres”, c’est-à-dire qu’elles échappent encore à la présence militaire syrienne comme c’était le cas lors de sa visite en 1986. Le chiite n’a d’autre ennemi qu’Israël. Quant aux orthodoxes, leurs désaccords entre eux sur les avantages et les inconvénients d’un pouvoir à la fois minoritaire et autoritaire reproduisent à l’identique la position ambivalente de leurs coreligionnaires sur la terre de leurs ancêtres21.

  • 22 Il existe sur ce thème une riche étude d’Estela Valverde, “Integration and identity in Argentina : (...)
  • 23 Par Pedro Brieger, sociologue de l’Université de Buenos Aires, 1996 ; texte français non publié.

18C’est pourquoi la petite communauté arabe de Jujuy présente les caractéristiques de ce que les géologues appellent “butte témoin”, isolat intact sur lequel le chercheur découvre des couches ailleurs enfouies sous de nouvelles constructions historiques, bouleversées par des guerres ou des révolutions. Entre eux se déclinent les règles codées de la différence et du voisinage, celles-là mêmes qui structurent les sociétés arabes à l’est de la Méditerranée. Un bref aperçu des lieux de cultes et des diverses organisations caritatives et culturelles de Tucuman, peut-être la ville d’Argentine où la sociabilité arabe est la plus dense, confirme ce caractère de conservatoire du communautarisme après soixante à quatre-vingts années de présence22. L’intérêt pour les origines et la préoccupation du maintien de la différence y ont abouti à la multiplication des institutions, par exemple des lieux de culte catholique de divers rites, alors que la pratique religieuse est pourtant marginale. Cette représentation de la société comme société communautaire se retrouve aussi dans une interview de l’“imam” Mahmoud Husain, directeur du Centre des hautes études islamiques de Buenos Aires23 qui détaille complaisamment pour son interlocuteur les “secteurs” sunnite, alaouite, druze et chiite de la “communauté islamique de Buenos Aires”.

Les résonances de la crise du Proche-Orient

  • 24 Liban déraciné, op. cit., 1987 (1978), p. 646.

19Peut-être voici une dizaine, une quinzaine d’années, mes observations se seraient-elles arrêtées là. Commentant son étude d’“ethnopsychanalyse” publiée pour la première fois en 1972, Sélim Abou avait insisté sur ce caractère résiduel de l’attachement des Arabes à la patrie de leurs pères : “les émigrés [libanais], du moins ceux des deux Amériques et de l’Australie, se considèrent comme des citoyens à part entière de leurs patries d’adoption. Ils ne souhaitent entretenir avec leur pays d’origine que des relations culturelles”.24 La nostalgie de la musique, la transmission des recettes culinaires et, surtout, des formes de socialisation qui obéissent à une tradition intériorisée des clivages communautaires - tout ce qui restait d’un riche héritage se diluait dans le folklore et dans l’éparpillement d’une société argentine elle-même segmentée.

20Seulement, comme le reste du monde, les Arabes d’Argentine ont été rattrapés par la “mondialisation”, la “globalisation”, tous ces gros mots qui signifient le rapprochement par l’information et les échanges matériels de régions pourtant éloignées par l’espace et la temporalité.

21Contrairement à mon attente, la guerre du Liban a très peu diffusé ses effets dans les communautés syriennes et libanaises du pays qui ne se sont guère, en retour, mobilisées en faveur d’un protagoniste ou un autre. Peut-être cette guerre, qui anticipait les conflits identitaires de l’ère post-bipolaire, vint-elle trop tôt aussi par rapport aux phénomènes de diffusion du “temps mondial”. La plupart des informations et des interprétations publiques de la guerre du Liban en Argentine ont transité par les États-Unis. Comme elles étaient rares et combinées avec le silence (pudique ? obligé ?) de la famille restée au pays, elles provoquèrent une méconnaissance et même une indifférence à l’égard de la crise. L’exception, qui confirme la règle et qu’on n’a pas manqué de me citer maintes fois, est celle de quelques personnalités en vue d’origine maronite, identifiées comme “Kataëb”, qui prirent individuellement parti pour le camp dominé par les chrétiens (Front libanais et Forces libanaises).

22Un élément déterminant de l’explication du silence des Arabes d’Argentine réside dans les chiffres mêmes de l’émigration liée à la guerre au Liban. A la différence du Canada et de l’Australie, voire du Brésil, le pays, qui est englué dans une crise économique et souffre d’un taux de chômage élevé (18 %), n’est plus une terre de refuge, et on a compté à peine quelques centaines de jeunes Libanais accueillis dans leur famille d’outre Atlantique entre 1975 et 1990. Encore bon nombre sont-ils repartis lorsque leur situation politique ou économique s’est éclaircie. Le principal vecteur d’une revivification identitaire et d’un renouvellement idéologique - une jeune génération motivée - a donc fait défaut. C’est pourquoi les lectures de la guerre du Liban proposées par mes interlocuteurs tant à Jujuy qu’à Tucuman ou Buenos Aires reproduisaient l’archétype des affrontements maronito-druzes de 1860, intégrant rarement les mutations récentes de la scène libanaise (la mobilité sociale, l’hypertrophie beyroutine) non plus que celles du contexte régional (le problème palestinien) et international (la rivalité soviéto-américaine au Proche-Orient).

  • 25 A Buenos Aires, les émigrants (sunnites) originaires de Yabrud et Nebek en Syrie sont regroupés da (...)
  • 26 Entretien avec sheikh Abdul Karim (Santiago) Paz, imam de la mosquée al-Tauhid, 19 juin. Voir auss (...)
  • 27 Cette compétition était évoquée dès 1992 par I. Klich, “Criollos and Arab speakers in Argentina. A (...)

23Les témoignages, et plusieurs indices concrets, indiquent que la révolution iranienne a déclenché des processus d’une autre ampleur. Ce contraste paraît surprenant, à première vue, puisqu’il n’y a pas de communautés iraniennes en Argentine et que, parmi les Arabes, la chrétienté avait pris le pas sur l’islam, numériquement et publiquement. Mais on voit bien là à l’œuvre les phénomènes de globalisation : en 1983, un financement saoudien et l’accord du Club Yabrudense25 permettent la construction de la mosquée al-Ahmad près du Centre islamique de Buenos Aires. Deux ans après, sont inaugurées la mosquée al-Tauhid dans le quartier Flores, et la mosquée al-Shahid à Tucuman, avec le soutien de l’Iran26. Les deux pays phares de l’islam ont transporté jusqu’en Amérique latine leur rivalité pour le leadership de la umma27, rivalité dont il sera intéressant d’observer les effets sur les recompositions identitaires et les mobilisations locales.

24Autre effet de la mondialisation, la “diffusion” jusqu’en Amérique latine du conflit israélo-arabe à travers ses composantes du terrorisme et de la guerre des médias. A trois reprises, il fait irruption sur la scène argentine, si bien que les communautés arabes sont rattrapées par cette part de leur histoire qu’elle avaient ignorée : en 1992, avec l’attentat contre l’ambassade d’Israël, en 1994, lors de la destruction du siège de l’amia (la Fédération des institutions israélites du pays) qui fait plusieurs dizaines de victimes, et, tout récemment, au printemps 1996, lorsque les nouvelles de l’opération israélienne contre le Liban “Raisins de la colère” et du massacre de Cana s’étalent sur les écrans de télévision.

  • 28 Les débordements des guerres, américaine contre le “terrorisme”, et israélienne contre l’“intégris (...)

25Entre errements policiers et déchaînements médiatiques après les attentats de Buenos Aires28, chacun, dans ces communautés, fut atteint par les accusations portées indistinctement contre les “Arabes”, les “musulmans”, les “chiites”, les “fondamentalistes”, les “pro-Iraniens”, le “Hezbollah”, etc. Et, de “coupable”, chacun se transforma ensuite en “victime” durant l’attaque israélienne contre le Liban.

  • 29 A Tucuman la manifestation sur la place Independencia avait été organisée par 18 associations diff (...)
  • 30 L’ambassade du Liban a récolté 85 000 $ et l’Ordre de Malte 150 000 $. Entretien avec l’ambassadeu (...)
  • 31 En islam, cette catégorie n’existe pas. Si condamnable soit-il, un kâfir reste musulman.
  • 32 Mais ses propositions lors de sa visite officielle à Damas en 1994 ont été reçues assez fraîchemen (...)
  • 33 Sur ce thème voir J. Elkin & G. Merkx (dir.), The Jewish presence in Latin America, Boston, Allen (...)

26Sur un fond de crise économique, et au stade de la troisième génération - celle qui est réputée chercher à renouer avec les racines ancestrales refoulées par la précédente - les secousses de la politique internationale auraient-elles provoqué un électrochoc chez les Syro-Libanais et suscité une (re)mobilisation à la fois sur la scène argentine et en direction du Proche-Orient ? C’est du moins ce qu’ont suggéré, et parfois affirmé, mes interlocuteurs. Pour la première fois après des décennies de présence, l’émotion de Cana a réuni plusieurs centaines de manifestants le 23 mars 1996 devant les Tribunales de Buenos Aires, à l’endroit même où s’affiche régulièrement l’amia29. Chaque association est allée de son tract dénonçant le “terrorisme israélien”, et des collectes ont été organisées à travers tout le pays30. Alors que l’Argentine est présidée par un “ex-musulman”31 originaire de Syrie qui ambitionne de se poser en médiateur entre la Syrie et Israël32, les Arabes prenaient conscience de leur marginalité sur la scène publique argentine en comparaison de la sur-représentation de la communauté juive33, et surtout en considération de leur présence, à titre individuel, dans la fonction publique, les affaires, la vie intellectuelle, etc.

Des nationalismes en mutation

27D’une manière un peu systématique et surtout largement hypothétique, je voudrais évoquer trois topos de la re-mobilisation arabe en Argentine. Leur intérêt provient en particulier de ce qu’ils regroupent des acteurs qui dépassent ou ignorent le cadre communautaire (confessionnel) lorsqu’ils réagissent à leur situation d’émigrés, lorsqu’ils s’expriment sur la situation au Proche-Orient et, surtout, lorsqu’ils prennent des initiatives pour répondre aux nouveaux défits de l’époque. Sans me risquer à pronostiquer leur avenir sur la scène argentine, je suggère de les prendre pour analyseurs du sens des mutations en cours à l’est de la Méditerranée.

  • 34 Entretien à Buenos Aires, 18 juin.
  • 35 A l’instar de la famille de sa mère, Zulema Yoma, Carlito s’était proclamé musulman. Il s’est tué (...)

28Il s’agit en premier lieu de la ré-islamisation des Arabes d’Argentine : des conversions, mais surtout un retour à l’expression publique de la foi et à l’observation des préceptes religieux. Ce sont par exemple les petits enfants adolescents du cheikh el-Kadri qui, dit-il, se déclarent musulmans, prient et jeûnent tous, alors que ses trois enfants ont chacun épousé un(e) chrétien(ne) et mené des vies fort laïques34. Ce sont les deux filles d’un entrepreneur chiite de Jujuy et d’une chrétienne bolivienne, qui entreprennent, à la fin des années quatre-vingt, de contacter divers imams du pays afin de parfaire leur formation religieuse, et fondent à leurs frais un Centro islamico local. Un autre signe tangible est l’extraordinaire floraison des programmes religieux musulmans sur les radios privées en fm, “En-Nur”, “La Qiblah”… L’étude de Gladys Jozami, qui s’ouvre sur l’évocation des funérailles musulmanes et chrétiennes à la fois de Carlos Menem Jr., tragique émule de Basel el-Assad35, montre bien la nouveauté et l’ampleur du phénomène, dont je retiens certaines caractéristiques.

  • 36 Le nombre des druzes est négligeable.

29C’est un islam “écuménique”, et tous mes interlocuteurs musulmans sans exception, sunnites, chiites et alaouites36, assurent tenir les différences de rite et de secte pour insignifiantes. Ce trait résulte certainement des stratégies à la fois concurrentes et similaires des deux grands États prosélytes, Arabie Saoudite et Iran, qui cherchent l’un comme l’autre à attirer dans leur giron les musulmans de toute origine. Mais il est surtout à mettre au compte de la médiocre culture religieuse de la communauté, liée d’ailleurs à sa méconnaissance de l’arabe, ainsi qu’au peu de préoccupation dogmatique des “nouveaux intellectuels” de l’islam argentin.

30C’est aussi un islam communautaire, dans lequel se retrouvent des individus qui se regroupent et se solidarisent pour affronter le monde extérieur, devenu plus hostile : en raison d’une situation économique dégradée, de repères sociaux brouillés (le néo-péronisme de Menem fait de nombreux déçus), et surtout des accusations portées contre eux collectivement en écho au conflit du Proche-Orient. Assumée, l’identité musulmane est alors retournée contre la menace extérieure. Elle revalorise l’individu et le groupe en s’appuyant sur l’héritage et la puissance de la umma. Elle s’affirme dans la sphère publique. Et si la question n’a pas été posée (sinon par des groupuscules intégristes chrétiens) de sa compatibilité avec l’identité nationale argentine, il n’en est pas moins vrai qu’elle prétend dépasser celle-ci.

  • 37 La Gazeta, 13 juin 1982. Je remercie Zuleima Haidar de m’avoir communiqué la belle photo publiée p (...)
  • 38 Alors que la Casa libanesa en compte 300 et que la Sociedad sirio-libanesa dominée par les orthodo (...)
  • 39 Il est héritier d’une lignée aristocratique criola de latifundiaires et d’officiers supérieurs.

31Trois de mes interlocuteurs paraissent emblématiques de ce nouvel islam argentin, plus bricoleur et politique que savant et quiétiste : Zuleima Haidar, qui prête serment “la mano en el Coran” lors de sa prise de fonction comme ministre (du Parti justicialiste) du Bien-être social de la province de Jujuy37 ; Hassan Shaaban, brillant médecin originaire de Tartous, qui revendique huit cents membres à l’Asociacion culturaly cultopan-islamica (Jam’iyya islamiyya) de Tucuman dont il est responsable38 ; et Abdel Karim Paz-Bullrich que ses origines européennes39 et sa formation en Iran ont propulsé au rang de porte-parole des institutions islamiques du pays au moment des crises mentionnées plus haut. Tous trois sont allés à plusieurs reprises au Moyen-Orient. Ils sont à la fois sans complaisance à l’égard des régimes arabes et extrêmement critiques d’Israël. Faisant partie de l’élite de la communauté (seul cheikh Abdel Karim peut être considéré comme un militant islamiste), chacun d’entre eux est influent dans son milieu. Même si leur engagement stricto sensu dans les questions politiques du Proche-Orient n’a pas dépassé la signature de pétitions et l’envoi de dons, leur discours, qui ne diffère pas sensiblement de l’un à l’autre alors qu’ils proviennent de trois milieux fort éloignés, s’inscrit dans un puissant courant islamiste mondial.

  • 40 “Papa me réveillait tous les matins avec le slogan tahya ya Sûriyya !”, raconte un professeur d’un (...)
  • 41 Dont la trajectoire est emblématique de l’histoire tourmentée du Proche-Orient puisqu’il est né en (...)

32Le second topos à partir duquel s’esquisse une re-mobilisation des Arabes, est celui de la référence “grand syrienne”. Comme je l’escomptais au vu de la courbe migratoire, l’attachement à la Grande Syrie (ou au Croissant fertile qui englobe aussi l’Irak et Chypre) est largement un phénomène résiduel, même si ses convergences idéologiques avec le péronisme (autoritarisme, populisme, laïcisme..) ont contribué à l’entretenir. En Argentine, il a connu son apogée entre les années trente-cinq et cinquante-cinq, grâce en particulier à l’exil à Tucuman et à Buenos Aires de l’idéologue et fondateur du Parti social nationaliste syrien, Antoun Saadé. Pour plusieurs de mes interlocuteurs, il fait d’ailleurs partie de leur petite enfance, remémoré par les photos et les insignes aujourd’hui poussiéreux conservés par ces Jam ‘iyyât thaqâfiyya sûriyya où les jeunes viennent prendre des cours de dabké tandis que les vieux échangent leurs souvenirs autour d’un maté40. J’ai dit plus haut que le journal El Watan, tenu par un militant de la première heure du psns41, avait peu de lecteurs et plus guère de ressources. En outre, les scissions et brouilles qui ont rythmé l’histoire du Parti au Liban ont contribué à refroidir les ardeurs militantes dans les provinces argentines. La tournée d’Issam Mehayri, alors président du Parti, en 1985, n’a pas laissé que de bons souvenirs, pour des raisons que je n’ai pu éclaircir sinon que plusieurs qawmiyyûn (nationalistes grands syriens) se sont déclarés “loyalistes”, c’est-à-dire fidèles à la direction libanaise à laquelle n’appartient pas Mehayri aujourd’hui.

  • 42 La zawbara, “foudre” à quatre branches tournoyant dans le sens des aiguilles d’une montre, est l’e (...)
  • 43 Entretien à Buenos Aires, 14 juin.

33Sur cet héritage désuet sont venues s’inscrire des trajectoires individuelles dont la découverte suggère de reconsidérer la signification et la fonction de l’attachement transnational grand syrien des Arabes d’Amérique latine. Tamara Lally, fille et belle-sœur de militants du psns, est née à Yabrud au début des années soixante, lors d’un “retour” de sa famille en Syrie (1954-1973). Bénéficiant de la double nationalité, elle redécouvre la Syrie en 1980 et, après des études de science politique à l’université du Salvador à Buenos Aires, elle obtient en 1987 une bourse du parti Ba’th pour faire à Damas une thèse sur les problèmes du Moyen-Orient. Son récit indique à la fois qu’elle a bénéficié d’un traitement de faveur - elle a été reçue non seulement par Abdallah el-Ahmar, un des vice-présidents du pays, mais aussi par George Qaysar et Iskandar Luka, deux conseillers privés du Président - et qu’elle se présentait, et était reconnue, comme une militante du psns. En particulier, durant son séjour en Syrie, elle a porté au cou une zawbara en or42. Tamara Lally illustre l’extrême proximité du Ba’th et du psns, proximité occultée en Syrie où ce dernier parti reste officiellement interdit depuis 1955. “Ils sont tous deux laïcos, dit-elle, défenseurs de l’unité du Proche-Orient et, face à Israël et aux États-Unis, il sont dans la même tranchée” (nafs el-khandaq)43. A distance, elle énonce et défend ouvertement les ambitions proches-orientales de Hafez el-Assad - le non-dit par excellence de la politique syrienne depuis 1970.

  • 44 Entretien à Tucuman, 26 juin.
  • 45 Sortant du baccalauréat, il a été inscrit en 1972 en faculté de Lettres à Bordeaux. Il a passé cet (...)

34Les deux autres interlocuteurs auxquels je fais référence ne tiennent pas un autre discours. Plus, le premier le développe à propos de ses rencontres fréquentes avec les plus hautes autorités syriennes durant les mois qu’il passe chaque année dans sa patrie d’origine. Il raconte comment, reçu à Damas avec d’autres responsables de la communauté syrienne émigrée en Amérique latine par Hafez el-Assad en 1995, il a coupé spontanément la parole au Président qui mentionnait “la Syrie et le Liban” en s’écriant “Monsieur le Président, ce “et” n’est pas nécessaire (el-wa much lâzim) ”, faisant sourire de plaisir son illustre interlocuteur44. Le second, originaire de la montagne libanaise, m’explique avec conviction que l’objectif de faire du Liban une patrie (watan) a échoué dans la guerre civile et que, Libanais et Syriens constituant un seul peuple (il dit qawm et non sha’b, comme dans la terminologie ba’thiste), ils devraient être réunis en un seul État. Corrélativement, la dérive de l’antisionisme à l’antisémitisme, fréquente chez mes interlocuteurs, est chez ce dernier consciente et argumentée45.

  • 46 “Il est le plus grand proprétaire du sud de la province”, dit de l’un d’eux un des mes interlocute (...)

35Ni l’un ni l’autre n’appartiennent à la vieille émigration du début du siècle. Le Syrien ne vit en Argentine que depuis les années cinquante, période de l’interdiction du psns mais aussi des nationalisations nassériennes. Le Libanais est arrivé dans la seconde moitié des années soixante-quinze, “pour fuir la misère”. L’un et l’autre comptent aujourd’hui parmi les plus grosses fortunes d’une province atteinte par la crise de l’économie sucrière. Ils s’honorent d’être au premier rang dans le commerce de textile, l’hôtellerie, les concessions automobiles mais aussi les acquisitions foncières46. L’un comme l’autre, enfin, évoquent leurs excellentes relations avec les autorités de la province, en particulier avec le gouverneur, un ancien militaire qui s’est distingué à l’époque de la junte. Ils se vantent aussi d’avoir l’oreille de décideurs politiques à Buenos Aires et, à ce titre, se présentent comme une connexion importante des réseaux qui relient entre eux des milieux argentins et proche-orientaux sur un fond de valeurs partagées : ordre, nationalisme ethnique, libre entreprise…

  • 47 Entretien avec le père Mansour, directeur du Collegio Maronito, Buenos Aires, 12 juin ; entretien (...)

36Résiduel, peut-être, le troisième type de mobilisation renvoie à l’histoire de la guerre et de la paix inachevée au Liban. Contrairement à mes présupposés, l’Argentine n’a guère été durant la guerre du Liban un foyer de soutien idéologique et financier pour les protagonistes “libanistes” du conflit, Kataëb et pnl, Front libanais, Forces libanaises, Armée du Liban Sud et in fine, Aounistes. Comme je devais rapidement le découvrir, l’élan de quelques individus n’est pas en cause mais la masse critique et, plus encore, la proximité avec le Liban ont fait défaut. Or, pour garder la force du lien diasporique, ces deux éléments sont nécessaires, comme en témoigne la passivité de la communauté libanaise du Brésil qui compte pourtant ses membres par millions (et leur richesse par millions $ !). Plusieurs interlocuteurs ont mis en avant la complexité de la guerre, et l’ignorance dans laquelle les a maintenus leur famille au pays. Certains aussi ont évoqué la chape de silence qui s’est abattue ensuite sur le Liban, faite d’amnésie et de crainte du nouveau pouvoir47.

  • 48 En français. Mon interlocuteur parle précisément de Nabih Berry, président chiite du Parlement, an (...)
  • 49 Lubnan, déc. 1995, p. 7.
  • 50 Antonio Aramouni, “El Libano : un pais que resurge de la cenizas de la guerra”, La Nacion, 11 avri (...)

37En suscitant des réactions collectives de défense, les crises des années quatre-vingt-dix leur offrent l’occasion de se positionner vis-à-vis du Liban d’après Taëf. En premier ressort, leurs appréciations sont plutôt optimistes. Ce que tous voient quand ils se rendent au Liban, ce sont les chantiers, les routes, les nouveaux immeubles, les hommes d’affaires qui dînent en traitant de gros contrats au moyen de leur cellulaire - la reconstruction. La nouvelle équipe gouvernementale leur paraît dotée de toutes les qualités qui ont fait la fortune du pays dans les années cinquante et soixante. Les chefs de communauté leur semblent avoir “mis de l’eau dans leur vin” 48pour surmonter les dissensions. D’ailleurs, à l’occasion de la visite officielle du président du Conseil Hariri en novembre 1995, Aleco Adem (ancien militant des Kataëb) a salué, au nom de la Union cultural argentino libanesa (ucal) les efforts de “don Rafic… reconstruyendo la economia y permitiendo al Libano volver a ser el pais de antes”49. Quelques mois plus tard, le président de la Chambre de commerce argentino-libanaise dresse pour La Nacion un tableau enthousiaste de la reprise économique libanaise, brisée par l’attaque israélienne50. L’émotion partagée autorise, en ce début d’hiver 1996, le nouveau président du Club libanes de Buenos Aires à annoncer la relance des activités culturelles et militantes de la collectivité, et le resserrement des liens avec le Liban.

  • 51 En français. Le reste de la phrase est en anglais.
  • 52 La résolution 520 du CS-ONU porte sur l’évacuation de toutes les années étrangères du Liban.
  • 53 Plusieurs de mes interlocuteurs à Buenos Aires m’en ont parlé. Cette rumeur contradictoire était i (...)

38Pourtant, personne ne nie que les appels au retour, et surtout à investir, multipliés par Rafic Hariri et le ministre de l’Émigration, Ali Jalil, qui l’accompagnait, sont tombés dans le vide. Non seulement la communauté libanaise d’Argentine n’est pas très riche mais, au fond, la confiance et la réconciliation affichées “pour l’honneur” vacillent. En privé, l’élite chrétienne exprime vite son pessimisme : “j’ai peur51, dit cet interlocuteur, que la majorité musulmane n’en vienne à changer le système politique du Liban. La vie était bonne avant la guerre mais les relations entre chrétiens et musulmans se sont détérioriées avec la guerre”. Et cet autre : “on met toujours en avant la résolution 425 qui ordonne à Israël d’évacuer le Liban. Nous voulons aussi l’application de la 520”52. Si toute la communauté se sent concernée, si la sympathie pour le Liban est partagée, l’appréciation des processus en cours (le resserrement des liens entre Damas et Beyrouth) et les perspectives proche-orientales (les conditions d’une paix syro-israélienne) alimentent une opposition marginale, mais déterminée. En s’appuyant sur l’Union culturelle libanaise mondiale, bien implantée parmi les Libanais d’Amérique du nord, cette tendance domine encore les institutions libanaises en Argentine, au point d’avoir provoqué en avril 1996 la démission d’un vingtaine de membres de l’ucal qui tenteraient depuis de fonder une “ligue” avec le soutien de l’ambassade de Syrie53. Et cette petite crise, écho de tensions majeures entre ministère des Emigrés et uclm, vient rappeler les enjeux de la construction nationale au Liban.

*

39Mon détour par l’espace de l’exil argentin des Arabes de Syrie et du Liban ne doit être pris que pour ce qu’il est : une tentative d’appréhender par le biais d’entretiens ponctuels, les recompositions identitaires et les nouvelles mobilisations dans les années quatre-vingt-dix.

40Un siècle après les arrivées massives d’émigrants arabes en Argentine, l’appartenance communautaire des individus et des familles résiste à l’attraction nivelante de la majorité hispanique et catholique. Elle est repérable en tant que mode d’organisation de la vie matérielle et des sociabilités de groupes variés, de la capitale aux provinces les plus reculées du nord-ouest. Pourtant, les bouleversements de la mondialisation et l’irruption de la crise du Proche-Orient dans les rues de Buenos Aires ont donné une nouvelle impulsion aux processus identitaires, rendant obsolète la conception ottomane de la “nation” (millet) qui s’était perpétuée jusqu’alors. C’est la première leçon que je voudrais rapporter du cône sud au champ d’observation de la Méditerranée orientale, où tant d’analystes n’imaginent qu’une réponse aux échecs de l’État-nation : celle du repli communautaire.

41En Argentine, la recherche d’une réponse aux effets déstabilisateurs du terrorisme a produit en peu d’années ses effets de mobilisation collective. Des dizaines d’associations qui n’avaient jamais coopéré et se concurrençaient même parfois, ont protesté ensemble contre le mitraillage de civils libanais à Cana en mars 1996. Chacun des trois horizons mobilisateurs que j’ai repérés chez les personnes interrogées est riche de son contenu référenciel, innovant en raison des types d’acteurs qu’il fait intervenir, perturbant en raison des recompositions qu’il appelle dans les équilibres sociaux, économiques et politiques, tant dans l’émigration que dans le pays d’origine.

42La réislamisation est le plus spectaculaire des trois, dans un pays latin, européen, chrétien, s’il en fût ! D’autant que l’attention est particulièrement alertée par l’ouverture, la modernité, la détermination de l’engagement des nouveaux acteurs qui la portent. Comment ne pas être attentifs aux liens tissés entre ces acteurs et les centres moyen-orientaux du revivalisme islamique ? Comment ne pas s’interroger sur les modalités de leur insertion, à la fois ici et là-bas, dans la société politique ?

43Trop rapidement classé au rayon des vieilleries fascisantes de l’entre-deux guerres, le nationalisme grand syrien a été discrètement réactualisé par la stratégie de Hafez el-Assad depuis 1970, et carrément à l’ordre du jour depuis la guerre du Liban. L’Argentine, qui fut toujours un foyer majeur du psns, apporte à ce renouvellement une dimension inattendue et complémentaire. Celle de l’accompagnement des utopies politiques par des intérêts économiques et financiers. Y a-t-il des réseaux psns à l’œuvre dans d’autres espaces de l’émigration ? A quelle configuration mondiale peut-on les rattacher ? L’examen des projets nationaux du Proche-Orient nécessite de ne pas négliger cette dimension discrète.

44Enfin, l’attachement de certains chrétiens (de certains musulmans aussi, parfois) à un ordre ancien balayé par la guerre, leur protestation souvent vaines dans les salons ou les cafés de Buenos Aires, n’ont pas d’effet direct sur la politique du Liban de leurs origines. Ils sont “seulement” l’écho d’une grave et ancienne crise de la chrétienté, d’une détérioration récente à laquelle manque une réponse nationale innovante au sujet de questions aussi fondamentales que les droits de l’homme et la démocratie.

45Un autre détour serait nécessaire, par le Canada peut-être, où la forte émigration arabe des vingt dernières années bouillonne de ces questions entraperçues en Argentine. En Amérique du nord, les organisations d’émigrés sont puissantes et leur impact sur les espaces politiques d’origine - Syrie et Liban - est autrement efficace. Car il me faudra, surtout, tenter d’aller repérer dans ces deux pays mêmes, les réactions aux images changeantes que le miroir argentin a renvoyées de leurs nations introuvables.

Notes

1 Gladys Jozami, citée par J.-P. Tailleur, “Les Arabes en Argentine : poids ethnique et discrétion”, Hommes et migrations 1197, avril 1996, p. 41.

2 Les personnes originaires de Yabrud sont plutôt installées dans la province de la Rioja, celles de Mehardé sont dans le nord-ouest (Jujuy, Salta) ; Tucuman compte une majorité venue des muhâfazât de Hama et de Lattaquié, etc. Cf. Liliana ‘Asfoura de Adad, Identidad religiosa de los migrantes sirios y libaneses en laprovincia de Tucuman (1895-1914), communication au VIIe congrès de l’ALADAA, Santiago du Chili, 1995.

3 Au moins ces choix n’étaient-ils pas aléatoires. Ils m’avaient été recommandés par des collègues argentins travaillant sur l’émigration syro-libanaise de longue date. On trouvera le nom des organisations visitées dans le texte.

4 En juin 1996, principalement à Buenos Aires, Puerto Iguaçu, Jujuy et Tucuman, avec le soutien du CNRS et du CONICET. Je remercie le CEMLA qui m’a accueillie et pilotée, et tout particulièrement mes collègues Gladys Jozami et Jorge Bestene.

5 Plusieurs des contributions à cet ouvrage le montrent, ainsi que le travail “ethnopsychanalytique” de Selim Abou, Immigrés dans l’autre Amérique, paru en 1972 et rebaptisé Liban déraciné, Paris, Pion, 1978. L’occultation fréquente de l’identité musulmane des émigrés a été étudiée par G. Jozami, “The Argentine of Manifest Islam”, The Americas 52, juil. 1996.

6 Ce séjour était le second que j’effectuais en Argentine, mais le premier, en 1991, n’avait duré que dix jours. De plus, ma connaissance de l’espagnol est rudimentaire. Mes interlocuteurs et moi avons utilisé le syro-libanais, le français et parfois l’anglais, en fonction de leurs connaissances, et bien souvent plusieurs de ces langues, et même l’espagnol, au cours d’un même entretien. Je signalerai la langue des citations. A Jujuy, une interprète français-espagnol m’a assistée lors du débat avec les membres de la Sociedad sirio-libanesa.

7 Il y a aussi en Argentine quelques centaines d’Arabes originaires des régions qui sont aujourd’hui la Jordanie, les Territoires palestiniens et Israël.

8 “O es un error impensada o es un error ideologico”, commente l’évêque maronite d’Argentine Mgr Charbel, dans un entretien à Lubnan 2, déc. 1995.

9 Plus exactement, la création de la section argentine de la FEARAB puisqu’il existe une Fearab Argentina, au sein de la Fearab America, toutes deux actuellement dirigées par des Argentins. Entretien avec Abdul Karim Paz, 19 juin ; et Cien Anos de historia de la inmigracion sirio libanesa 1890-1990, Fearab de Tucuma, s.d. (1992).

10 Entretien avec Antonio Aramouni, président de la Chambre de commerce argentino-libanaise, Buenos Aires, 18 juin.

11 Entretien avec le chargé d’Affaires de la République arabe syrienne Nader Nader, Buenos Aires, 13 juin. L’Argentine exporte essentiellement du maté vers la Syrie qui lui envoie un peu de coton. Elle importe pour 3 millions $ par an du Liban, essentiellement de l’huile de tournesol.

12 Entretien avec l’ambassadeur du Liban Riad Qantar, Buenos Aires, 13 juin.

13 D’autant plus qu’ils découvraient ma faiblesse en espagnol et que nous cherchions une langue de communication.

14 Un des projets exposés par le Secrétaire général de la Casa Libanesa de Tucuman est d’y faire entendre “de la musique arabe en permanence pour s’y habituer” (entretien en espagnol).

15 Plusieurs de mes interlocuteurs ont exhibé des cartes postales reçues du Proche-Orient et rédigées en arabe, dont ils avaient appris par cœur la traduction. Le livre d’or de la réception de membres de la FEARAB par la Ligue des amis des émigrants à Homs en février 1994 comporte autant de messages en anglais qu’en arabe. Cf. Candil de NOA 2 (2), p. 17-19. Le dernier périodique bilingue (espagnol arabe) d’Argentine, Al-Watan est entièrement rédigé par une seule personne, originaire de Jaffa, et souffre d’un perte d’audience et de ressources.

16 Dix-huit des vingt personnes que j’ai interrogées sur leur trajectoire s’étaient rendues au Proche-Orient depuis cinq ans. Mais il faut se garder d’en tirer une leçon statistique puisque c’est précisément ce type d’interlocuteur que j’ai recherché.

17 F. Barth, “Ethnic groups and boundaries”, in Process and form in social life, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1981, p. 198-227.

18 Entretien à Tucuman, 27 juin.

19 Le sheikh el-Kadri, ancien imâm du Centre islamique qu’il a fondé à Cordoba, dit avoir célébré nombre de ces mariages. Entretien à Buenos Aires, 18 juin.

20 Au sens de “originaires” de localités situées dans la République arabe syrienne ou dans la République libanaise d’aujourd’hui. Tous les participants étaient argentins et aucun n’avait la double nationalité.

21 Sur ce thème connu je me réfère à L. Chabry, Pouvoir et minorités au Proche-Orient, Paris, Maisonneuve et Larose, 1982 ; ainsi qu’au chapitre de Michel Seurat, “les populations, l’État et la société”, in A. Raymond (dir.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, Éditions du CNRS, 1980, p. 87-141.

22 Il existe sur ce thème une riche étude d’Estela Valverde, “Integration and identity in Argentina : the Lebanese of Tucuman”, in A. Hourani & N. Shehadi (dir.), The Lebanese in the world : a century of emigration, Londres, I. B. Tauris, 1992, p. 315-337.

23 Par Pedro Brieger, sociologue de l’Université de Buenos Aires, 1996 ; texte français non publié.

24 Liban déraciné, op. cit., 1987 (1978), p. 646.

25 A Buenos Aires, les émigrants (sunnites) originaires de Yabrud et Nebek en Syrie sont regroupés dans le quartier Constitution.

26 Entretien avec sheikh Abdul Karim (Santiago) Paz, imam de la mosquée al-Tauhid, 19 juin. Voir aussi L. Carloza, La immigration sirio y libanesa en la provincia de Buenos Aires a traves de sus instituciones ethnicas, Buenos Aires, Fondation Los Cedros, 1995.

27 Cette compétition était évoquée dès 1992 par I. Klich, “Criollos and Arab speakers in Argentina. An uneasy pas-de-deux 1888-1914”, in The Lebanese in the world, op. cit., p. 259. Cf. aussi Olivier Roy, L’échec de l’islam politique, Paris, Le Seuil, 1992. J’ai retrouvé une situation similiaire à Foz de Iguaçu (Brésil) avec la présence récente de deux importants lieux de culte. La mosquée et le centre culturel sunnites, construits avec des fonds saoudiens et tenus par des sheikhs égyptiens, rivalisent avec la hussayniyyé chiite tenue par des Iraniens de Meshed, auprès des quelque cinq mille Libanais et Palestiniens arrivés depuis quinze ans dans la ville.

28 Les débordements des guerres, américaine contre le “terrorisme”, et israélienne contre l’“intégrisme” (on peut inverser les deux termes) sur le continent sud américain méritent une autre étude.

29 A Tucuman la manifestation sur la place Independencia avait été organisée par 18 associations différentes. Entretien avec M. Turbay, Secrétaire général de la Casa Libanesa, 26 juin.

30 L’ambassade du Liban a récolté 85 000 $ et l’Ordre de Malte 150 000 $. Entretien avec l’ambassadeur Riad Qantar, 13 juin. Les membres de la Sociedad de Jujuy ont réuni 3 000 $. Plusieurs interlocuteurs m’ont indiqué avoir fait transiter leur don par le canal familial ; d’autres, moins nombreux, par un parti politique.

31 En islam, cette catégorie n’existe pas. Si condamnable soit-il, un kâfir reste musulman.

32 Mais ses propositions lors de sa visite officielle à Damas en 1994 ont été reçues assez fraîchement par le Président Assad, tandis qu’à Jérusalem on niait l’avoir mandaté en quoi que ce soit.

33 Sur ce thème voir J. Elkin & G. Merkx (dir.), The Jewish presence in Latin America, Boston, Allen & Unwyn, 1987.

34 Entretien à Buenos Aires, 18 juin.

35 A l’instar de la famille de sa mère, Zulema Yoma, Carlito s’était proclamé musulman. Il s’est tué en hélicoptère en mars 1995. Candil de NOA a publié dans son n° 5 (1995) un panégérique très semblable à celui de Basel, qu’on trouve dans le numéro 2 (1994) : “simbolo naciente de paz, balsamo de una generacion y otra, … impregnado con el rocio vivificante de el cielo sonriente y feliz” (pour Basel). “Su mirada profunda, segura, serena de amor, prometia tanto…” (pour Carlito).

36 Le nombre des druzes est négligeable.

37 La Gazeta, 13 juin 1982. Je remercie Zuleima Haidar de m’avoir communiqué la belle photo publiée par ce journal.

38 Alors que la Casa libanesa en compte 300 et que la Sociedad sirio-libanesa dominée par les orthodoxes revendique l’adhésion de 150 familles.

39 Il est héritier d’une lignée aristocratique criola de latifundiaires et d’officiers supérieurs.

40 “Papa me réveillait tous les matins avec le slogan tahya ya Sûriyya !”, raconte un professeur d’université dont la famille est originaire de Rabah, près de Homs.

41 Dont la trajectoire est emblématique de l’histoire tourmentée du Proche-Orient puisqu’il est né en 1924 d’un père originaire de Marach, en Cilicie (“une ville de Grande Syrie”, dit-il), à Jaffa, ville qu’il dut fuir le 2 mai 1948.

42 La zawbara, “foudre” à quatre branches tournoyant dans le sens des aiguilles d’une montre, est l’emblème du PSNS.

43 Entretien à Buenos Aires, 14 juin.

44 Entretien à Tucuman, 26 juin.

45 Sortant du baccalauréat, il a été inscrit en 1972 en faculté de Lettres à Bordeaux. Il a passé cette année à militer en collaboration avec d’autres “nationalistes arabes et français”. Entretien à Conception, 26 juin.

46 “Il est le plus grand proprétaire du sud de la province”, dit de l’un d’eux un des mes interlocuteurs. Entretien à Buenos Aires, 28 juin.

47 Entretien avec le père Mansour, directeur du Collegio Maronito, Buenos Aires, 12 juin ; entretien avec Anibal Jozami, président de la fondation Foro del Sur, Buenos Aires, 17 juin ; entretien avec le sheikh el-Kadri, Buenos Aires, 18 juin ; entretien avec maître Felipe Jarjura Tobias, président du Club Libanes, Buenos Aires, 18 juin ; entretien avec Antonio Aramouni, président de la Chambre de commerce argentino-libanaise, Buenos Aires, 19 juin.

48 En français. Mon interlocuteur parle précisément de Nabih Berry, président chiite du Parlement, ancien chef de la milice Amal.

49 Lubnan, déc. 1995, p. 7.

50 Antonio Aramouni, “El Libano : un pais que resurge de la cenizas de la guerra”, La Nacion, 11 avril 1996.

51 En français. Le reste de la phrase est en anglais.

52 La résolution 520 du CS-ONU porte sur l’évacuation de toutes les années étrangères du Liban.

53 Plusieurs de mes interlocuteurs à Buenos Aires m’en ont parlé. Cette rumeur contradictoire était invérifiable.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter