Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Des histoires et récits de vie aux pratiques anthropologiques : des individus, des minorités et des migrants

Michel Nancy

Texte intégral

1Les sociologues et anthropologues français ont longtemps sous-estimé et peu utilisé l’approche biographique dans leurs deux disciplines. Pourtant, au-delà des critiques que nous pouvons porter et dont nous parlerons plus loin, cet outil méthodologique représente un important moyen d’investigation dans la tradition nord-américaine. Le désintérêt des chercheurs français pour cette démarche ne peut être interprété seulement comme le refus d’une technique “peu objective”, mais plutôt comme celui d’un objet qui remet en question la distance qualifiée de spécifique de l’ethnologue qui étudie les sociétés qui lui sont “lointaines”.

  • 1 En 1970 le sociologue nord-américain Norman K. Denzin a proposé une distinction qui nous paraît de (...)

2A partir de 1980, malgré certaines réserves, un mouvement s’amorce, tendant à valoriser les sources orales, pour les historiens travaillant sur l’histoire sociale du xxe siècle, et sur les récits de vie pour les sociologues et les anthropologues. Peu à peu une convergence interdisciplinaire se met en place, tournée vers une approche ethno-historique, au centre de laquelle se pose la question du changement social et de ses acteurs. En nous aidant de l’exemple du phénomène migratoire, nous nous proposons de montrer comment les sources orales et les histoires de vie amènent à repenser cette question dans des termes nouveaux tant pour les sociologues que pour les anthropologues en réconciliant l’observation et la théorisation1.

3Aussi bien en sociologie qu’en histoire sociale, on redécouvre ces dernières années la valeur de l’entretien rétrospectif approfondi, mais avec deux regards différents. Le sociologue s’intéresse plus aux “récits de vie” ; quant à l’historien ce sont les “sources orales” qu’il recueille. En fait, ces deux démarches se rencontrent souvent sur un terrain de recherche commun, parti d’hypothèses différentes.

4Nous admettrons dans ces réflexions méthodologiques et théoriques que la sociologie comme d’autres disciplines se trouve confrontée au pluralisme des théories et des méthodes. Aussi les récits de vie, “redécouverts”, sont-ils utilisés de multiples façons. Mais en même temps, parce qu’ils nous amènent à nous placer au point d’articulation des êtres humains et des positions sociales, de la culture et de la pratique, des rapports socio-structurels et des dynamiques historiques, nous sommes confronté à la diversité de leurs utilisations.

5Nous nous proposons, à partir de réflexions méthodologiques soulignant l’intérêt des sources orales, de voir comment le changement social se réalise, au travers de l’articulation complexe entre l’État et les minorités en l’illustrant par l’exemple argentin. Réparti dans le texte, le prisme des flux migratoires sera le support de nos interrogations. Nous essaierons enfin de voir en quoi et comment les logiques de reproduction sociale se trouvent au carrefour de bien des disciplines, obligeant ainsi le chercheur à un effort de synthèse, remettant en cause des a priori méthodologiques et des présupposés théoriques.

6Le risque majeur reste la dispersion à partir de données éloignées les unes des autres. Notre souci actuel est de faire un bilan pour mieux recentrer le travail à mener. Il ne s’agit ici que d’un essai sur des réflexions constantes, liées au cheminement de nos différents travaux.

Réflexions méthodologiques

  • 2 De façon plus générale, ne doit-on pas considérer que tous les éléments de la “réalité sociale” - (...)

7En fait, pour le sociologue “déçu” par l’empirisme quantitatif de l’enquête par questionnaire, par l’agrégation de masses de données séparées de leurs origines et se présentant comme des coupes transversales, dont toutes les références temporelles et personnelles ont été éliminées, le récit de vie paraît offrir des informations qui, par leur nature même, forment une totalité cohérente et enracinée dans une expérience sociale réelle. A l’évidence, cette démarche pousse le sociologue à aller plus loin dans sa recherche2.

8En disant cela, notre intention n’est pas de persuader qu’il faille basculer d’une recherche de faits, déterminée par la théorie, à une théorisation inspirée par les faits.

9De la même façon, nous ne prétendons pas que les récits de vie peuvent être lus directement comme des séquences de faits mémorisés. Au regard de notre expérience nous ne pensons pas qu’il soit possible de maintenir une distinction nette entre des interprétations “subjectives” et des “faits” objectifs, car les deux sont en réalité imbriqués.

  • 3 Au cours d’un travail collectif mené durant trois années au Moyen-Orient, sur les problèmes migrat (...)

10Nous sommes persuadé que c’est au travers de la nature intrinsèque de l’histoire de vie comme donnée empirique, que la dimension “temps” se réintroduit. Au niveau d’un individu, d’une famille, d’un groupe d’un village, les cycles de vie, la mobilité sociale, l’opposition entre tradition et changement, ne peuvent plus être figés artificiellement et démontés comme des “horloges”. Il devient nécessaire de les prendre pour ce qu’ils sont : des processus sociaux et historiques, et de les analyser comme tels3. Pour les fondateurs de la sociologie il allait de soi que le présent faisait partie de l’Histoire. Le récit de vie fournit ainsi aux sociologues une méthode qui porte ce postulat inscrit dans sa structure.

11De leur côté, les historiens n’ont bien évidemment pas oublié la dimension temporelle. Mais le recours à l’entretien lui-même, le recueil personnel de témoignages oraux sur le terrain, a constitué une innovation essentielle. L’avantage des historiens, de ce point de vue, consiste dans la souplesse de la méthode. Ils utilisent toutes les sources qu’il leur est possible de découvrir et s’efforcent d’en tirer le meilleur parti. Il est évident qu’en travaillant de cette façon on fait un choix délibéré, en prenant le risque de recueillir des sources historiques éparses et biaisées, et d’autant plus insuffisantes que l’époque est éloignée.

12A l’origine de cette démarche, nous retrouvons tous les efforts des ethnologues et anthropologues pour utiliser les traditions orales séculaires de sociétés sans écriture, afin de reconstruire par exemple l’histoire de l’Afrique précoloniale en l’absence de documentation écrite. Si nous poussons plus loin, nous notons que certains historiens s’intéressent à l’histoire politique et sociale contemporaine, à partir de témoignages oraux et ce, pour diverses raisons : archives inaccessibles, mémoires collectives ouvrières et paysannes non-écrites… Parallèlement, pour la période contemporaine, un travail est mené à partir d’archives et de documents disponibles.

13Le résultat de cette double approche a eu pour résultats un constat incontournable : il devenait indispensable de croiser ces deux matériaux, sans rigidité méthodologique excessive. Ceci ouvrait des perspectives tout à fait renouvelées.

14Ce qu’il faut bien appeler un mouvement rejoint des objectifs très proches de ceux fixés par les sociologues.

15A partir du moment où nous admettons que le présent doit être étudié dans une perspective temporelle, il devient indispensable d’obtenir des informations suffisantes pour décrire les termes utilisés dans le présent du ou des acteurs, à partir des mécanismes sociaux d’il y a quarante ou cinquante ans. C’est ce que nous avons fait pour notre étude au Moyen-Orient, où il nous a fallu remonter à l’Empire ottoman dans l’histoire villageoise, clef nécessaire pour comprendre les flux migratoires traversés par ces villages. De la même façon en Argentine, nous sommes remontés en 1890.

16Ainsi, parmi les très nombreuses “études de communautés” qui se sont fondées très longtemps sur une opposition schématique entre un présent modernisateur et un passé traditionnel, ce courant socio-historique, dans lequel nous nous situons, se distingue par une reconstitution des rapports de classe et de pouvoir qui est aussi fouillée pour le passé que pour le présent.

17Bien qu’il se développe, ce type d’études est relativement peu fréquent. En règle générale les sociologues, encore maintenant, se contentent d’étudier le présent.

18Certains pourtant se sont souciés d’une étude historique qui serait l’équivalent pour le passé récent de leur enquête sur le présent. Dans la mesure où ils n’en trouvent aucune, ils entrent dans le champ des spéculations.

19Cette démarche explique, pour une large part, que pour la sociologie de la famille, une école de pensée toute entière s’est construite sur la base “d’une croyance” fausse selon laquelle l’industrialisation et l’urbanisation auraient déterminé la transformation des familles étendues en petites familles nucléaires de l’époque actuelle. Cette école de pensée a dominé la sociologie de la famille pendant des dizaines d’années, alors qu’il aurait suffi d’une brève recherche empirique pour démontrer que dans la plus grande partie de l’Europe, c’est la forme nucléaire de la famille qui a été la plus répandue tant dans le passé qu’à l’heure actuelle.

  • 4 “Jub” en arabe, lignée.

20Pour éclairer notre propos, reprenons rapidement l’exemple de notre étude sur les villages libanais. Nos hypothèses de départ étaient basées sur le présent : les différents courants migratoires de ces villages vers les pays du Golfe (Arabie Saoudite et Koweït). Très vite, en passant les questionnaires, nous avons réalisé que la réalité sociale se montrait plus complexe. Au cours des entretiens approfondis, pour la période dite de mémoire d’homme nous avons “rencontré” la dimension historique de l’histoire sociale du village. L’étude du présent migratoire ne rendait pas compte du long processus des flux migratoires des villageois multiples et historiquement situés. Malgré le souci de privilégier systématiquement l’articulation départ-arrivée, en y incluant au départ l’histoire agricole, avec ses rapports de force et ses lignes de partage, comme à l’arrivée la recomposition de l’espace villageois sous une nouvelle forme, il nous manquait le traitement des sources orales pour chacune des familles, mais aussi d’une famille à l’autre (d’un “jub”4 à un autre, avec les alliances au départ et à l’arrivée). Nous avions bien évidemment à notre disposition quelques sources écrites concernant les villages et d’autres, plus nombreuses, pour l’Empire ottoman. Mais nous ne pouvions trouver dans ces sources concernant le passé ce que nous cherchions au présent.

21Sur le plan purement technique, nous avons été confronté, avant même de passer aux interprétations, au problème général de la perception qui est commun à tous les entretiens comme sources sur le social, mais également au problème spécifique de la mémoire avec ses faiblesses et ses points forts.

22Quoi qu’il en soit, dès les premiers entretiens, la richesse des matériaux apparut immédiatement. Il devenait clair pour nous que cette approche convenait au mieux à ce que nous cherchions à savoir : contribuer à la construction d’une histoire sociale du passé récent qui soit fiable, en disposant d’entretiens “à la source”.

23Dans le cas libanais, les récits de vie nous ont permis de comprendre les différentes situations sociales du village : de celle d’un “bek” (aristocrate terrien) décrite par ses fils, jusqu’à celle du paysan pauvre. La juxtaposition de ces descriptions avait pour objectif de rompre avec les simplifications que toute présentation générale d’une structure sociale globale rend inévitables, mais aussi de rendre sensible le domaine de variations des expériences vécues dans différents groupes familiaux.

24En fait, chacune des descriptions d’un cas particulier, en même temps qu’elle illustre de façon concrète la structure sociale globale, transmet à travers son individualité le caractère à la fois unique et représentatif de chaque cas, révélant une réalité plus complexe pour l’interprétation sociologique et historique. Autrement dit, nos entretiens “d’histoire orale”, tout en fournissant des matériaux à une généralisation ethno-sociologique descriptive, tendait à déborder ce niveau et à poser des questions nouvelles à d’autres niveaux. Pour les Moyen-Orientaux en Argentine, la situation est sensiblement différente, mais les processus sociaux restent les mêmes.

De l’intérêt des “récits de vie”

25Il nous faut maintenant poser une question essentielle : nous pensons que ce que chaque récit de vie contient de matériaux empiriques ne peut être pleinement compris que restitué dans le cadre social à l’intérieur duquel il s’inscrit. Ce n’est pas une tautologie que de dire cela, car en fait une série de paramètres extérieurs, dont nous avons parlé, donne son sens à chacune des histoires orales qui, sans elles, n’éclairerait pas le changement social.

  • 5 Que ce soit au Moyen-Orient, au Maghreb ou en Argentine nous avons fortement ressenti ce phénomène (...)

26Par rapport au recueil de données par questionnaires ou entretiens semi-directifs, la méthode des récits de vie a au moins le mérite de nous mettre face à la “violence” qui peut être faite à la conscience d’autrui, lorsque nous lui proposons nos propres catégories5.

27Elle nous offre également un début de solution en préservant les récits de nos informateurs qui, lorsqu’ils sont publiés, peuvent être confrontés à nos propres interprétations.

28De manière encore plus directe, les matériaux d’histoire orale peuvent, à la limite, montrer que nos présupposés sont tout simplement faux. En tant que chercheurs, nous sommes trop souvent conduits à généraliser à partir de notre propre expérience et à considérer comme allant de soi que cette expérience a été également celle d’autres groupes à d’autres périodes, ou bien à l’inverse, à croire à son caractère absolument unique. Le cas de la famille nucléaire pour la sociologie de la famille représente, comme nous l’avons rappelé plus haut, un exemple type. Après avoir intériorisé ce simple fait, qui paraît a priori évident, tout un échafaudage de spéculations sociologiques s’est effondré.

29Notre étude d’une question sociologique particulière, le phénomène migratoire, a tiré profit d’un processus systématique de recueil de récits de vie, sous-tendu bien entendu par des préoccupations théoriques. Notre travail a bénéficié à la fois de l’intervalle de temps plus long couvert par les entretiens de type “histoire orale” auprès de deux générations que ce soit en Argentine ou au Moyen-Orient et de la flexibilité intrinsèque à la méthode. C’est cette flexibilité qui constitue à notre avis l’intérêt de ses potentialités.

30Tout ceci a une conséquence importante : le recueil de récits de vie sur le terrain, par l’enquêteur lui-même est l’un des moments méthodologiquement les plus fiables d’un processus continu de vérification d’une part et de reformulation d’autre part, d’hypothèses qui conduisent inévitablement à des théorisations et des questions nouvelles.

31De plus, par le retour aux premiers récits de vie, s’il le faut aux premières informations, l’on arrive à une démarche sociologique à l’intérieur de laquelle la théorie est à la fois vivante et solidement ancrée dans la réalité sociale étudiée.

32Nous trouvons ici l’un des points forts de la méthode biographique, qui est de permettre à la fois l’étude des formes de conscience populaire (ouvrière ou paysanne) et de leurs cheminements, retracés à partir des trajectoires de vie individuelles.

  • 6 Au point que ce village est surnommé “la petite Moscou rouge”.

33Ainsi, à propos de l’influence du culturel, notre travail dans un village du sud Liban (Kfar-Rumman) à dominante musulmane chiite, nous a montré, grâce aux sources orales, qu’au travers de crises économiques dures, l’influence du Parti communiste libanais avait grandi6. Ainsi grâce aux récits de vie individuels ou familiaux, nous avons pu comparer les poids respectifs des influences économiques et des influences religieuses sur la collectivité villageoise, entraînant des lignes de partage dures, avec des conséquences sur deux ou trois générations, comme chez les Syro-Libanais en Argentine.

34Il est difficile, jusqu’à présent de penser conceptuellement la nature du changement social d’ensemble. Chaque fois que l’on essaie de décrire les causes du changement social, c’est en des termes issus de l’expérience sociale, à partir de pressions collectives et institutionnelles plutôt que personnelles, ou bien d’effets d’idéologies abstraites agissant au travers des réseaux des élites, des syndicats ouvriers, paysans ou d’autres groupes de pression organisés. Bien évidemment toutes ces forces sont des agents importants qui expriment ouvertement, explicitement et implicitement, des contradictions profondes de l’organisation sociale et économique.

35Pourtant cela n’explique pas tout, comme nous essayons de le montrer. Il manque en effet un troisième élément. Il s’ajoute l’effet cumulatif des pressions individuelles au changement. Et c’est cette dimension (les décisions prises par des individus), qui ressort immédiatement dans les récits de vie. Décision de quitter son village, de se déplacer dans l’espace, d’émigrer, d’abandonner son activité dont les conditions sont devenues intolérables, pour en chercher une autre ; d’épargner pour créer un commerce, de fonder un foyer à l’intérieur ou à l’extérieur de son milieu social, de son groupe, de sa culture (endogamie/exogamie-resserrement ou rupture anthropologique) de satisfaire ou non à la reproduction sociale restreinte ou élargie en ayant des enfants. Les configurations changeantes de millions de décisions conscientes prises au niveau individuel ont peut-être autant de poids sur le changement social que les actes des instances politiques et économiques au niveau global.

36L’examen des changements sociaux qui se sont produits sur un long terme (depuis un siècle) en Europe occidentale montre que les pressions collectives et institutionnelles représentent la part la plus significative des changements sociaux profonds (État, syndicats, expression des minorités). Pourtant, encore une fois, il y a des changements profonds comme celui de la productivité ou de la taille des familles, de certains cas de flux migratoires, qui reposent en grande partie sur les décisions de l’ensemble des acteurs (face aux systèmes) ; décisions que ni les économistes, ni les sociologues, ni les démographes n’ont su analyser jusqu’ici, ce qui montre l’extrême difficulté de prévoir une évolution au-delà du futur proche. L’exemple de la chute du bloc de l’Est est, à cet égard, une grande leçon qui nous remet en question toutes disciplines confondues.

Du côté des minorités : quelques repères

37Nous devons voir maintenant ce qu’il en est du côté des minorités et de leurs stratégies à l’intérieur de ce puzzle trop souvent étudié dans sa totalité mais pas assez dans sa diversité ou alors séparément. En effet, si l’existence de systèmes organisés et cohérents est un fait, la liberté des acteurs en est un autre. Comment ces deux réalités s’articulent-elles et quelles sont les lignes de partage entre acteurs et systèmes ?

38Il n’y a pas si longtemps, en Europe, et plus récemment encore en Orient, les minorités n’étaient perçues que comme minorités religieuses. La conception récente de l’État-nation qui remonte à la fin du xviiie siècle fait progressivement émerger au cours du xixe siècle et au début du xxe siècle en Europe des “minorités nationales”, basées entre autres sur des critères ethniques ou linguistiques. Jusque-là, ces spécificités à l’intérieur d’un État avaient été tenues pour mineures. Il est évident que dans le temps historique, toutes les civilisations et les sociétés n’ont pas eu les mêmes conceptions de ce problème des minorités. Pourtant, le plus souvent, le facteur de différenciation religieuse était et reste encore fondamental. En fait, les premières manifestations du nationalisme moderne datent d’il y a deux siècles seulement, avec la Révolution américaine (1776) mais surtout la Révolution française de 1789. Ce passage d’une société fondée sur le bon vouloir du Prince à une société plus juste basée sur des principes d’égalité et de solidarité change radicalement l’histoire de l’humanité. C’est donc dans ce nouveau contexte idéologique et historique que s’inscrit la conception de l’État-nation, avec une nouvelle vision du monde. Ce modèle a pour ambition d’être démocratique, étant fondé sur le principe de la souveraineté du peuple et de l’individu. Au cours du xxe siècle, l’État-nation s’impose progressivement à l’ensemble du monde. Les empires, qu’ils soient espagnol ou portugais, en Amérique du Sud, ottoman, austro-hongrois puis, jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, coloniaux, laissent la place à des États qui se veulent nations. Seulement ce “modèle initial unique” fondé au départ sur la démocratie et le consensus est initié la plupart du temps, non sur la base de la souveraineté populaire, mais sur celle de la construction de l’État. En fait, une population homogène constitue une exception et cette hétérogénéité a pour corollaire l’absence de conscience nationale. En Europe, le premier “gros choc” des remodelages en fonction des nationalités survient. L’Europe centrale, après la disparition de l’Empire des Habsbourg, se trouve remodelée tant bien que mal sur le modèle de l’État-nation (Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, etc.).

  • 7 Sudètes en Tchécoslovaquie, minorités hongroises d’une part, juifs, Tziganes et Allemands de la Vo (...)

39Après ce découpage, pour le moins hâtif au bon vouloir des vainqueurs, de très nombreux problèmes de minorités subsistent7 dont les uns seront les prétextes et les autres les victimes de la Seconde Guerre mondiale. Au lendemain de celle-ci, la charte des Nations-Unies proclame dans son article 55 : “l’égalité des droits des peuples et leur droit à disposer d’eux-mêmes (ainsi que) le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race de sexe, de langue ou de religion”.

  • 8 Un bon exemple nous en est donné par les conquêtes coloniales qu’elles soient britanniques ou fran (...)

40Traiter des minorités dans le monde contemporain revient à examiner l’une des données essentielles et très complexes de la géopolitique à l’échelle mondiale. Nous avons face à face les droits de l’homme qui défendent les droits des individus et les États qui règlent souverainement tout ce qui concerne “leurs affaires intérieures”. Nous devons faire le constat qu’au bout de deux siècles, les minorités n’ont pas de droits effectifs reconnus par juridiction internationale (l’exemple des Kurdes et des Palestiniens entre autres est frappant à cet égard). En définitive, dans tous les cas, leur sort dépend du “bon vouloir” ou du degré de démocratie de l’État, de sa puissance et des intérêts stratégiques régionaux. Il existe donc une ligne de partage qui fait que dans les États non démocratiques, les minorités souffrent (ce n’est pas toujours vrai par exemple pour les Blancs d’Afrique du Sud) de discrimination et d’oppression, alors que dans les “États démocratiques”, leur situation, sans être parfaite, est à l’opposé. En fait ce problème des “minorités” dans le monde actuel s’articule autour de deux questions : d’une part, en ce qui concerne les droits de l’homme, celle de leur oppression, en tant que membres d’un groupe, et d’autre part, à l’échelle des États, en particulier des nouveaux États (nous entendons par là, ceux n’ayant pas encore mené à bien leur intégration nationale), celle de la dissidence, d’éventuelle sécession ou “d’ethnostratégie déstabilisatrice”, utilisée à son encontre par d’autres États8. Lorsque nous employons le terme de minorités, nous pensons à la dimension ethnique, religieuse et linguistique. Ces trois paramètres peuvent séparément ou en même temps caractériser une minorité. Nous retiendrons ici quelques idées concernant les situations les plus variées que connaissent les minorités dans le monde d’aujourd’hui :

  • il existe des minorités historiques installées depuis longtemps sur un territoire donné et environnées ou recouvertes en partie par des populations ayant envahi ensuite ce territoire. Très souvent, ces minorités trouvent refuge dans les zones de montagne9, ou dans toutes les zones peu convoitées,
  • il existe également des populations minoritaires introduites de force dans un espace nouveau (par exemple les Noirs d’Afrique sur le continent américain),
  • nous avons également des minorités quittant leur pays pour des raisons religieuses, politiques et devenant, quand elles ne s’assimilent pas, des minorités en diaspora. Dans ce cas, nous pouvons les considérer comme des minorités non territoriales,
  • à l’inverse, l’histoire montre le cas de minorités pouvant s’assimiler10. Cela implique la disparition de la mémoire collective. Il y a alors perte d’identité et dilution dans la culture de la population majoritaire. Ici le paramètre essentiel reste celui de la “durée”, et il existe des variations qui peuvent être considérables dans le degré d’intégration et de conservation d’un patrimoine religieux et culturel. Dès lors, l’intégration peut être pour de nombreuses minorités (surtout territoriales), une étape précédant une progressive assimilation.
  • 11 Cf. l’excellent ouvrage de P. Georges, Géopolitique des minorités, Paris, PUF, 1985.

41Une minorité ethnique, linguistique ou religieuse se définit d’abord par sa conscience de “groupe” dans la longue durée (nous le voyons bien avec les Kurdes). Nous ne pouvons donc parler de minorité sans mémoire collective. A l’échelle du temps et de l’histoire, les exemples sont nombreux, de groupes qui furent plus ou moins brièvement minoritaires avant de “se fondre” dans un ensemble social plus vaste. Pourtant en abordant le problème des minorités à l’intérieur de l’État-nation, il faut nous intéresser en priorité à la volonté de survie d’un groupe, mais aussi aux différentes stratégies mises en œuvre pour préserver son identité et son appartenance. Les solutions sont chaque fois spécifiques et dépendent, entre autres, du contexte politique des situations historiques. Un groupe (ou une minorité) peut désirer une association de type fédéral, confédéral, ou l’autonomie. Il peut y avoir également sécession, qui ne peut s’exprimer qu’en termes de rapport de forces. Ce point est très important car il pose le problème de la définition de minorités/majoritaires dans un État et qui n’ont pas le pouvoir, et de minorités/minoritaires dans un État-nation et qui monopolisent le pouvoir11.

42En fait, le problème des minoritaires est d’être reconnus comme tels, avec leurs droits qui sont de deux ordres : d’une part l’égalité en droit et en fait avec la majorité de la population de l’État dont ils sont citoyens et, d’autre part, une reconnaissance par ce même État de leur identité, ainsi que de leur appartenance. Ce va et vient social entre État-nation et minorités touche tous les domaines, en priorité : la langue, l’école, la liberté d’expression, etc.

43En tant qu’entité sociale dans un ensemble qui l’englobe, la minorité est “en soi” un ordre juridique surdéterminé par l’ordre de l’État. Nous trouvons ici cette dualité entre raison (d’État) et valeurs (du groupe). Cette dualité peut aller loin. Elle peut se manifester par des pratiques très différentes de la part de l’État, qui va du respect jusqu’à la répression la plus féroce (l’extrême étant le génocide). Encore une fois, tout cela dépend des États-nations, de leur homogénéité et de la période historique.

44L’ensemble des membres des groupes sociaux minoritaires apparaissent ainsi au carrefour d’injonctions contradictoires qui viennent d’une part de l’entité sociale d’origine et d’autre part de l’ordre dominant.

45Ces deux ordres dont nous avons parlé ne présentent pas que des contraintes. En tant que groupe, la minorité ne représente qu’un “lieu” d’identification parmi d’autres dans la société globale. Cette dernière représente un espace d’interactions d’autant plus nombreuses et complexes que le groupe a une fonction sectorielle réduite. Dans un État démocratique, ces interactions peuvent s’épanouir. A ce moment-là, le minoritaire “profite” de la situation et de son statut de citoyen, de producteur, de consommateur, etc.

Les logiques de reproduction sociale des élites libanaises et syriennes en Argentine (1890-1990)

46Les caractéristiques d’un mouvement migratoire, et en particulier la manière dont il apparaît comme un phénomène de transformation et de changement social, dépendent tout aussi bien des conditions historiques et économiques qui déterminent le départ et l’arrivée, que des objectifs que se fixent les migrants et des moyens dont ils disposent pour les atteindre.

  • 12 Turcos, terme qui désignait et désigne encore les Arabes en Argentine.
  • 13 Formulation utilisée par l’un de nos interlocuteurs, Abdalah Desuke, universitaire d’origine égypt (...)

47Dans l’enquête que nous avons menée en Argentine sur les migrants libanais et syriens, il nous a d’abord fallu repérer les moments forts des différentes périodes migratoires, sur un peu plus d’un siècle. Les premiers Arabes ont véritablement commencé à arriver vers 1880, mais le gros de l’immigration s’est produit au début du xxe siècle, jusqu’à la Première Guerre mondiale. Lors du deuxième recensement national argentin réalisé en 1895, 873 Turcos12 étaient recensés. Ces immigrants, petits commerçants pour la plupart, venaient pour des raisons économiques ou “pour fuir l’impérialisme ottoman et le colonialisme franco-britannique”13.

48Les immigrants originaires du Moyen-Orient se sont installés soit dans la capitale et sa périphérie, soit dans les provinces andines et septentrionales, au nord-ouest du pays.

49Les discussions sur le nombre de migrants aux différentes périodes n’arrivent pas à aboutir à des chiffres précis. Nous retiendrons quelques ordres de grandeur : environ 250 arabophones ont émigré entre 1890 et 1950. A la fin des années quarante, ils étaient estimés à 400 000. Deux tiers d’entre eux étaient d’origine syrienne, le tiers restant étant constitué principalement de Libanais et d’environ un millier de Palestiniens. Ceci dit, il reste difficile d’établir des comptes précis dans la mesure où la collectivité arabe en Argentine est composée d’une dizaine de groupes communautaires distincts, des druzes… aux orthodoxes.

50Certains universitaires d’origine arabe pensent qu’il y a actuellement près de 3trois millions d’Argentins d’origine arabe, soit 10 % de la population totale. On peut estimer raisonnablement que le chiffre tourne autour d’un million et demi à deux millions.

  • 14 Gladys Jozami, citée par J.P. Tailleur, “Les Arabes en Argentine, poids ethnique et discrétion”. H (...)

51Ces statistiques difficiles à vérifier incluent des Argentins ayant des origines autres que le Moyen-Orient car, comme l’explique Gladys Jozami14 “on peut difficilement penser que cette communauté soit passée de 400 000 membres à trois millions en 2 générations, en particulier si l’on tient compte du fait que l’immigration a été avant tout masculine”. Contrairement à d’autres communautés (juive par exemple) qui tiennent des statistiques précises, les institutions arabes, moins homogènes, n’ont pas réalisé d’études sur leur communauté et n’ont pas archivé la documentation nécessaire à la réalisation de ce type de recherche.

52En fait, tout le problème est de savoir combien d’Argentins d’origine arabe gardent encore un sentiment d’appartenance à leur communauté. Cette population qui compte aujourd’hui des descendants de quatrième et de cinquième générations, se trouve dans un processus d’intégration pratiquement accompli.

53Pourtant, notre travail auprès des “élites” d’origine moyen-orientale à Buenos Aires et à Salta dans la province du nord-ouest, montre que les réseaux et noyaux arabes chrétiens ou musulmans existent, au travers de clubs, d’associations, de centres, et s’étendent dans le champ politique et même à la présidence avec A. Menem, syrien musulman d’origine.

54Les objectifs fixés pour le travail sur le terrain concernent l’étude des stratégies familiales, communautaires, ethniques et individuelles sur un siècle avec une typologie la plus fine possible par appartenance confessionnelle et pays d’origine. D’un côté avec les entretiens approfondis, les généalogies familiales, les biographies sociales, et de l’autre avec l’analyse de contenu des sources historiques écrites (familiales, associatives ou de l’État).

55Les rencontres avec les associations et les entretiens (cf. liste des personnalités rencontrées) couvraient les trois périodes de l’émigration libanaise et syrienne vers l’Argentine en même temps que les différents types d’insertion et de diversification professionnelle en Argentine. Déterminée par les circonstances du démarrage des filières dans les deux pays (Liban et Syrie) ainsi que par les clivages sociaux et politiques de départ qui diffèrent profondément d’un cas à l’autre, chacune de ces périodes est également marquée par les conditions particulières de l’activité et de la présence arabe (en milieu rural ou urbain) en Argentine. A cet égard, il est frappant de constater qu’à la diversité des conditions de départ et/ou d’arrivée correspond une relative identité de réponse dans les modalités de socialisation des flux migratoires.

  • 15 Selim Abou, Liban déraciné, immigrés dans l’autre Amérique, Paris, Plon, 1978, 664 p.

56Comme le souligne Selim Abou15, la première vague de migrants se distingue par la non-spécialisation et leur diffusion sur le marché du travail, d’abord dans le nord-ouest, ensuite à Buenos Aires et dans les provinces limitrophes, et des occasions d’activité qui, jouant sur plusieurs points d’ancrage simultanés, ont permis de démultiplier les possibilités des nouveaux venus. Au départ (en 1890-1910) cette situation n’excluait pas que certains membres des deux communautés aient acquis une position de force dans le petit commerce et c’est encore cette stratégie de démultiplication des possibilités de travail que l’on voit à l’œuvre dans le redéploiement géographique des deux communautés au cours des deux autres périodes (1920-1950 et 1950-1990). Pour la dernière période, on passe du commerce aux professions libérales, universitaires, industrielles et politiques.

  • 16 M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977.

57Notre étude, dans son attention à une analyse stratégique des acteurs, et dans l’utilisation qu’elle fait des attitudes, implique en effet que les individus développent des comportements en fonction du passé (leur socialisation, leurs expériences passées), mais aussi en fonction de l’avenir. Ils tiennent compte des opportunités présentes et futures, dans les jeux qu’ils jouent, en fonction desquelles ils orientent leurs stratégies : “en grossissant l’analyse on pourrait dire que ce qui est explicatif des attitudes (des Moyen-Orientaux en Argentine), et ce que le chercheur s’efforce de saisir à travers elles, ce n’est pas tant le passé des individus en tant qu’il conditionne leurs comportements présents, que ces comportements et, à travers eux, la nature et les règles de jeu qui les orientent”16.

58A l’évidence, nos entretiens montrent que le passé, dans le cas des Arabes en Argentine, reste flou et ne représente qu’un repère mobilisateur pour un avenir dans le couple argentino-arabe. Pourtant au-delà d’un présent actif, toute la symbolique de l’appartenance et des origines joue un rôle non négligeable que nous avons essayé de faire émerger au cours des rencontres avec nos interlocuteurs d’ascendance libanaise ousyrienne.

L’enquête

59Elle s’est déroulée principalement à Buenos Aires, la capitale fédérale, mais aussi à Salta dans la province du nord-ouest, autre lieu d’arrivée des migrants venus du Moyen-Orient au siècle dernier. Au départ, notre enquête se proposait d’étudier les points d’articulation entre les pays de départ (Liban-Syrie) et le pays d’arrivée (Argentine). En fait, compte tenu de la longue histoire migratoire, de l’éloignement et de la perte de la langue, nous avons travaillé sur les élites arabes en Argentine au travers des clubs, associations et familles. Un certain nombre d’entretiens montre un lien, parfois étroit, avec le pays de départ. Nous nous proposons ici de ne traiter les migrants que dans le pays d’arrivée. Sans reprendre dans le détail le trajet que nous avons suivi sur le terrain, il faut résumer les thèmes abordés au cours des entretiens. Au début de chaque interview nous avons essayé (la mémoire des enquêtés était parfois défaillante) de reconstruire l’arbre généalogique de la famille depuis son arrivée en Argentine. Ensuite les thèmes abordés étaient les suivants :

60L’histoire migratoire, l’arabité chrétienne, l’arabité musulmane, les clubs syriens, libanais et syro-libanais avec leurs similitudes et leurs différences, les problèmes d’identité (confessionnelle, sociale et politique), l’appartenance (nationale, communautaire), la langue arabe avec tous les problèmes d’éducation, les liens avec le pays de départ, les associations et leur rôle, les mariages sur quatre générations, les activités économiques, secteurs et ramifications, l’endogamie simple entre chrétiens et chez les musulmans, l’exogamie complexe d’une confession à l’autre et avec d’autres migrants, italiens et espagnols, les sentiments identitaires, le problème de la double appartenance, l’identité argentine et le sentiment national.

61Nous avons retenu quatre profils de vie pris dans l’échantillon qui nous ont semblé représentatifs des différents vécus, toutes confessions confondues, ainsi que des appartenances par pays (Liban, Syrie). Les discours sont parfois hétérogènes mais révélateurs de l’ensemble des contradictions de cette population d’origine arabe en Argentine. Nous avons laissé de côté les généalogies familiales qui feront l’objet d’une autre publication.

62Les personnalités que nous avons retenues représentent au niveau des élites un poids important, chacune dans son secteur ou milieu d’activité.

Julio-César Jozami

63Orthodoxe d’origine libanaise, 50 ans, célibataire, docteur en économie internationale, entrepreneur en import-export, restauration de luxe, président de la Chambre de commerce argentino-arabe.

64C’est un migrant de deuxième génération. Son père a vécu la plus grande partie de sa vie au Liban et son “argentinité” tient plus à sa mère venue dans les années vingt. Élevé en milieu orthodoxe, il n’a pas ressenti de rivalité avec les musulmans. Par contre, il nous précise que l’un de ses oncles est membre fondateur des Phalanges libanaises. Il ajoute que pour son père l’arabité orthodoxe était plus authentique que l’arabité maronite, ce qui faisait souvent l’objet de discussions familiales animées. Dans son enfance, il n’avait pas la perception claire de la différence entre maronites et orthodoxes. Sa famille entretenait des relations riches et fructueuses avec les musulmans. Dans son inconscient il y avait une nette différence entre les musulmans du reste de l’Empire ottoman et les musulmans libanais.

65Il revendique une triple identité : arabe, argentine et occidentale (éducation française, il parle couramment la langue). Il affirme qu’il arrive à gérer ces trois dimensions identitaires, au-delà du politique mais pas de l’économique. Par ailleurs, il ne voit pas de contradiction entre son argentinité et ses racines culturelles françaises.

66Sa vision et son vécu de la communauté libanaise en Argentine sont complexes. Par devoir, il adhère aux différents clubs et associations syriens et libanais, mais ne s’y investit pas car les activités ne l’intéressent pas. Par contre il le fait parce qu’il pense “que ses racines arabes sont centrales pour lui”.

67Pour des raisons bien évidemment liées à son origine arabe, l’important pour lui ce sont les échanges commerciaux très intéressants avec le monde arabe (Golfe compris). Il se garde bien de faire de la politique et s’en tient uniquement aux échanges économiques (la Chambre de commerce couvre d’importantes activités surtout avec les pays du Golfe). En contrepoint il revient sur les clubs, précisant qu’il participe financièrement mais ne veut pas de responsabilité. Après avoir expliqué que la Chambre de commerce argentino-arabe existe depuis soixante-trois ans, il explique le rôle central qu’il joue et l’ensemble des actions qu’il mène (missions, expositions sur le Moyen-Orient, conférences, délégations, forums). Il admet tout de même que le politique et l’économique sont liés d’une certaine manière et qu’il faut user souvent de beaucoup de diplomatie à l’égard de la fearab (Federation de Entitades Argentino-Arabes - Fédération qui regroupe tous les clubs, associations et industries syro-libanais) patronnée par la Syrie. Il essaie de ne pas trop s’impliquer et évite de faire de la politique inter-arabe au profit de l’un ou de l’autre. Il s’est fixé une ligne de conduite - s’exclure des conflits régionaux et se comporter, en tant que président de la Chambre de commerce argentino-arabe, de la même façon avec les uns ou les autres (y compris avec l’Irak).

68Il faut préciser qu’à l’intérieur de la Chambre de commerce, il y a également des Argentins d’origine italienne et espagnole, ce qui rend difficile une politique uniquement argentino-arabe. Libanais d’origine, il suit de très près la reconstruction du Liban menée par l’équipe d’Hariri (en particulier la reconstruction de Beyrouth). Pour en terminer avec la Chambre de commerce, il pense que la fearab ne devrait pas intervenir dans les échanges commerciaux. A ce propos, étant un proche du président Menem, il semble que leurs points de vue soient proches.

69Interrogé sur l’écho migratoire, il dit qu’il ne faut pas intervenir dans les différends entre les pays arabes (‘attitude prudente, compte tenu de sa position). Il croit que l’on doit penser comme citoyen argentin et non comme un Arabe syrien ou libanais. Il faut d’abord penser aux intérêts de l’Argentine vis-à-vis du monde arabe et, pour cela ne pas prendre de position catégorique sur les conflits.

70Pour élargir son espace relationnel, il s’efforce d’entretenir des liens d’amitiés avec le président du Centre islamique d’Argentine (A. Desuke dont nous parlerons plus loin) et certains centres islamiques régionaux, surtout du nord-ouest. En fait, il a constitué un maillage social large, utile et très lié au monde arabe sur le plan économique, en tenant compte du fait qu’au Moyen-Orient, il y a une minorité chrétienne dans un océan musulman alors qu’en Argentine la minorité musulmane est plongée dans un océan chrétien. Sur le plan de l’État argentin sa position est la suivante : il s’agit d’un État-nation sous-tendu par une pluralité pluri-ethnique. En comparaison, il cite les États-Unis qui n’est pas un État-nation mais un État pluri-ethnique. Par contre, et de façon contradictoire, il pense que les Américains sont plus américains que les Argentins, parce qu’ils ont brûlé leurs vaisseaux en arrivant pour construire un pays neuf sans arrière-pensée et sans lien avec l’Europe (ceci doit être nuancé avec la colonisation anglaise). Il n’empêche que cette façon d’agir a permis l’émergence d’un marché intérieur fort aux USA, alors que, de son point de vue, les allers-retours permanents avec l’Espagne ont été négatifs. Enfin, son avis est clair : l’État-nation argentin est encore en construction et beaucoup de travail reste à faire.

71En résumé, on peut dire que ce notable arabe en Argentine, représente un maillon du réseau qui gravite autour du pouvoir du président Carlos Menem, mais aussi du lobby arabe important au Congrès argentin. Sa position sociale forte lui donne les moyens d’entretenir des liens étroits avec le Moyen-Orient. Il fait partie de ce que l’on pourrait appeler le groupe de pression arabe en Argentine, même s’il s’en défend. Sur le plan humain on sent bien qu’il reste partagé entre ses racines arabes et son argentinité. A terme, nous pouvons envisager qu’il deviendra un ambassadeur itinérant entre l’Argentine et le Moyen-Orient. Pour terminer, une anecdote significative de son imaginaire complexe. Le nom de Jozami serait celui d’une fleur d’Arabie Saoudite, porté par une tribu bien avant la période islamique !

Antonio Aramouni

72Maronite d’origine libanaise du village d’Aramoun, 64 ans, docteur en sciences économiques, président de la Chambre de commerce et d’industrie argentino-libanaise, conseiller expert auprès d’entreprises, fondateur de l’Union culturelle libanaise mondiale.

73Cet homme sage et mesuré dans ses propos représente le cas d’une élite marquée par une forte double appartenance. C’est un migrant de deuxième génération malgré son âge. S’il doit choisir entre son argentinité et sa libanité, sans hésiter il est argentin, mais son cœur, son sang et sa pensée sont libanais. Sans être bilingue, il est le seul de la famille (à part ses parents) à maîtriser l’arabe dialectal et littéraire. Il ne tient pas à couper les ponts avec le Liban et entretient même la maison familiale vieille de plusieurs siècles à Aramoun (il y est retourné six fois avant et après la guerre). Il a des contacts réguliers par courrier avec le reste de la famille vivant au Liban.

74Par contre, ses frères, ses sœurs et ses enfants ne parlent pas un mot d’arabe. Paradoxalement, l’ensemble de la famille est totalement intégré à la société argentine avec des alliances et des mariages hispano-arabes et italo-arabes. “Pour la reproduction, c’est parfait” : tous ses enfants et ceux de la famille sont universitaires ou dans les affaires. Il gère son cabinet d’expertise avec ses deux fils.

75Mon interlocuteur connaît tous les Arabo-Argentins que j’ai pu rencontrer et qui sont liés par des liens personnels ou par les associations. Concernant la Chambre de commerce argentino-libanaise il fait un historique rapide et nous parle de la division difficile de la Chambre de commerce arabe, syro-libanaises du départ. Pour lui, il est évident que les raisons politiques et la pression de la Syrie ont joué un grand rôle. Il nous livre ensuite son sentiment sur l’historique de l’arrivée des Syriens et des Libanais depuis un siècle. Les trois lieux d’installation Salta, Tucuman et Jujuy sont logiques, climatiquement et socialement. Il précise qu’au début il y avait une majorité de chrétiens syriens et peu de musulmans. La volonté de s’associer tient pour lui à la distance énorme entre la langue arabe et les langues latines (espagnol, italien). Chrétiens et musulmans confondus, la langue arabe, au début du siècle, représentait le moyen de préserver une identité. De ce point de vue la mission maronite (1901) a joué un grand rôle sur toute la communauté. Il y eut ensuite la mission orthodoxe, syrienne, jusqu’aux années vingt-trente, la langue arabe était un facteur d’union, qui préservait la culture moyen-orientale. En Uruguay, la communauté a fait de même. Il précise que ces missions religieuses sont beaucoup plus anciennes que les ambassades et qu’au départ elles regroupaient les migrants originaires de la Syrie et du Liban. La situation a bien évolué depuis et il reproche au pouvoir syrien d’avoir occupé le Liban avec un argument faussement légal. “Désespoir” des Libanais à propos de cette situation et espoir d’une union fraternelle des deux peuples. Il nous dit enfin que la famille Aramouni est la seule en Argentine. Pour la petite histoire, il compare les vues syriennes sur le Liban aux vues chiliennes sur la Patagonie argentine !

76En fait, dit-il, il représente un trait d’union entre Syriens et Libanais (il connaît bien le président Menem) et on le consulte régulièrement pour régler des conflits entre les deux communautés. Avec beaucoup de diplomatie, il essaie de préserver les deux identités et de tout faire, comme l’évêque maronite, pour que la nouvelle génération retrouve ses racines.

Aleco Adem

77Maronite, né en 1933 à Zouk Mikail dans le Kesrouan au Liban, commerce d’import-export, Président de l’Union culturelle libanaise argentine.

78Cet homme est engagé et a toujours gardé un lien fort avec le pays de départ. L’histoire de sa famille explique en partie son vécu. Depuis 1862, date d’arrivée de son grand-père en Argentine (l’un des premiers migrants moyen-orientaux) le va et vient entre le Moyen-Orient et l’Argentine avec des arrêts à Marseille n’a pas cessé. Sans entrer dans le détail de son histoire familiale, il faut souligner le caractère très particulier de ces allers-retours permanents. Pour sa part, il s’installe définitivement à Buenos Aires en 1960 et s’y marie en 1962. Il est arrivé en Argentine avec de l’argent gagné à Beyrouth avec un oncle. Il achète plusieurs magasins sur place, et met en place une filière lucrative : exportation de cuir vers l’Asie et importation de jouets du Japon.

79Il explique que l’Union culturelle libanaise mondiale et argentine est la seule qui est habilitée à représenter l’émigration libanaise (il est vice-président pour le continent sud-américain). L’objectif principal de cette association est, dit-il, de sauver le Liban des “mains syriennes”. Il déclare que les Syriens veulent actuellement diviser l’immigration dans tous les pays et en particulier en Argentine. Il nous parle de la dernière réunion à Santiago du Chili, qui a proposé aux gouvernements arabes de prendre position sur le conflit. Son point de vue est clair, les Syriens devraient se retirer de la Bekaa et du Liban. Mon interlocuteur se met à parler en militant phalangiste, Kataeb et membre des Forces libanaises, et dénonce les pratiques syriennes au Liban en déclarant qu’ils essaient de “mettre la main” sur le ministère des Émigrés libanais (par le biais entre autre de la fearab). Il déclare que les Américains sont les “cons” les plus grands face aux Syriens. Ce point sur les immigrés lui semble important dans la mesure ou l’on peut évaluer les immigrés d’origine libanaise à près de dix millions sur les deux continents américains, sur cinq générations. Pour lui la cinquième génération a complètement oublié le Liban. En ce qui le concerne, il n’a pas coupé les ponts. Sa fille fait ses études au Liban et lui-même “voyage” deux fois par an au Liban.

80Il est Libanais avant tout, et tous ses enfants “voyagent” une fois par an au Liban. Sa fille va se marier au Liban et toute la famille libanaise d’Argentine va se déplacer pour l’événement. Tous ses enfants sont libanais (il les a inscrits au Consulat) avec la carte d’identité libanaise. Ses enfants sont aussi argentins mais ils “sentent quelque chose” du Liban. Son fils aîné était réticent sur ses racines libanaises mais maintenant, il vont y aller tous les ans. Ils parlent tous l’arabe à la maison en Argentine, mais ne savent pas lire et écrire. Il ne veut pas couper ses liens avec son origine libanaise.

81Il se considère argentin en Argentine, mais il doit préserver “son Liban”. Il est argentin avant tout, mais il a deux cultures.

82Questionné sur les “ambiguïtés” du club syrien de Buenos Aires, il pense qu’il n’existe pas de différence entre les chrétiens (maronites, syriaques, orthodoxes…). Pour lui il n’y a pas de nation arabe : nous sommes des Libanais, eux sont des Syriens c’est tout “simple”. Il y a une civilisation arabe, mais pas de nation arabe. Je suis libanais, et le Syrien est syrien. Sur le mythe de la “umma” dans le Golfe tout est faux !

83Il est autant argentin que libanais. Comme A. Desuke, sa proximité avec le pays de départ est forte. Son engagement militant rejoint l’histoire familiale sur un siècle vécu et engagé entre l’Argentine et le Liban. D’autres interlocuteurs interrogés le considèrent comme libanais d’abord et argentin ensuite. Ses liens politiques et idéologiques avec le Liban le poussent à agir comme un maronite de base éloigné mais proche des événements.

84Il semble un peu comme A. Desuke vivre une double identité d’appartenance très forte.

Abdel Desuke

85Sunnite d’origine égypto-syrienne, 45 ans, docteur en sciences économiques, Professeur d’université, membre du comité du centre islamique de Buenos Aires.

86Il est né en Argentine comme sa femme syrienne. Père de six enfants nés en Égypte et en Syrie. Son père était commerçant à Buenos Aires. Sa femme professeur de littérature est un membre actif du centre islamique. Toute la famille est totalement arabisée. Il se soucie de préserver l’identité arabe. Les mariages avec des Espagnols ou Italiens n’ont pas entamé cette volonté. Au contraire, il a réussi à convertir à l’islam les hommes et les femmes qui sont entrés dans la famille. Son père est né dans la vallée de la Bekaa, mais son village d’origine se situe à Nabatieh au sud Liban. L’ensemble de la famille possède des diplômes universitaires : médecins, avocats, professeurs.

87Ceux qui sont entrés dans la famille par les mariages se sont mis à l’apprentissage de la langue arabe. Une partie de sa famille est venue quelques années en Argentine mais est repartie à Alexandrie en Égypte et à Damas en Syrie.

88Il se dit argentin et refuse une double identité, mais son cœur reste égyptien et sa mère syrienne garde un fort sentiment arabe. Tout en étant argentin il se reconnaît à travers ceux qui souffrent comme les Palestiniens au Moyen-Orient.

89Il distingue trois périodes migratoires sur un siècle avec une différence entre les deux guerres. Il pense que les Français et les Anglais ont changé l’histoire et la mentalité des Arabes. Pour la période antérieure il nous parle de la brutalité ottomane (fermeture d’écoles, d’hôpitaux….).

90Pour lui il s’agit d’une “nuit brûlante” avec les quatre siècles de la domination ottomane. Même si les Français sont des impérialistes ils ont fait beaucoup de choses sur le plan social et culturel. Compte tenu de son origine égyptienne, il ne veut pas trancher sur les conflits syro-libanais. Il se dit “africain” mais de sensibilité syrienne. Il constate que le mot chrétien en Argentine est plus “valorisant” que le mot musulman. Il précise que 20 % à 30 % des Libanais chrétiens comprennent le français (cf. présence française au Liban) ce qui entraîne une inégalité de langue entre musulmans et chrétiens. La filière du lycée français de Buenos Aires a joué un grand rôle pour les chrétiens. Malgré tout il pense que l’intégration des Arabes chrétiens et musulmans en Argentine est un fait.

91Revenant sur la conversion à l’islam, il précise que c’est un “choix”, surtout dans l’Argentine catholique. L’individu n’est pas pris en “traître”. Il maintient que c’est par la persuasion et l’honnêteté que les conversions à l’islam se sont faites. Concernant les centres islamiques, il précise que les activités ne sont pas seulement religieuses, mais associatives également. Il n’en reste pas moins que le but reste de conserver la religion. Dans le cadre de cet état pluri-ethnique il n’y a pas de discrimination religieuse en Argentine, mais chacun a son Église. Pour lui il existe une cohésion forte entre les Arabes en Argentine et une réaction commune contre les Israéliens.

92Sur le Centre islamique il nous parle des différentes activités : crèches, mosquée, école. Il souligne les liens forts avec les clubs et associations sur le plan social et spirituel, ainsi que les relations régulières et officielles avec les chrétiens. Il nous rappelle que la création des centres islamiques date que soixante-dix ans, et, que l’arabisme est plus fort dans la capitale que dans les autres provinces d’Argentine.

93Par ailleurs, il signale que les activités marchandes entre musulmans, chrétiens et juifs sont multiples et riches.

94Revenant sur le Centre islamique il souligne les liens réguliers avec les centres islamiques du Moyen-Orient et la participation au Congrès islamique mondial.

95Pour lui, il n’existe pas de différence entre l’arabité chrétienne et musulmane en Argentine. De plus, il a constaté un rapprochement entre les Arabes libanais et syriens après la guerre du Golfe.

96La présidence de Carlos Menem représente un accident de l’histoire argentine. Il n’empêche qu’un musulman est devenu Président, les Arabo-Argentins en sont fiers.

97Personnage complexe A. Desuke représente l’élite musulmane, intégrée mais ne voulant pas perdre son identité arabo-musulmane. Il est en Argentine mais aussi au Moyen-Orient. Pour lui “las raices” ne doivent pas se perdre. Il mène une action continue pour que le patrimoine culturel et religieux soit préservé. Il connaît également le président Menem et œuvre pour que les liens avec le Moyen-Orient se renforcent.

Conclusion

98L’exemple du travail mené en Argentine nous paraît correspondre aux interrogations et remises en question soulevées au début de cet article, d’une part sur les sources orales et d’autre part, sur le problème de l’État face aux minorités quelles qu’elles soient.

99En effet, on saisit bien le type de difficulté qu’il nous faut affronter : il consiste à rendre compte des incessantes et réciproques conversions qui s’opèrent, par le biais de pratiques sociales toujours singulières, entre des systèmes composites mais institutionnels de repérage et de comportements, d’opposition ou d’assemblage, sans que l’on puisse entièrement réduire ces zones où surgissent des manières de faire et de s’organiser relativement inédites, à de simple “reflets” des conditions matérielles objectives d’existence et les hiérarchiser sous cet angle, ni y voir la manifestation d’une “expressivité symbolique” pure et simple en dehors de tout ancrage objectif. La notion de stratégie nous paraît particulièrement adaptée à faire le lien entre ces deux aspects.

100De proche en proche, du fait même que l’émigration recompose le jeu des régularités globales objectives qui s’exercent sur chacun, tout en suscitant de nouvelles formes de solidarité, de régulation et de contrôle, elle nous situe au cœur même des processus par lesquels les “acteurs” interviennent sur leur environnement social pour le conformer à leurs objectifs et faire qu’il réponde aux problèmes qu’ils rencontrent, problèmes auxquels ils ne peuvent pas ne pas apporter une solution. Ce faisant, ils retrouvent des solutions et des manières de faire plus anciennes, lesquelles, loin d’apparaître comme des “survivances”, sont la réactivation dans des contextes radicalement nouveaux de pratiques dont les significations se sont transformées. Le problème est moins celui de la réalité objective des représentations qui sous-tendent ces pratiques, que celui de leur efficacité symbolique et de leur capacité à se combiner avec des phénomènes considérés sous un autre angle : politique, familial, religieux, économique etc.

101A partir de là, il nous faut considérer autrement l’ensemble des phénomènes sociaux. Désormais, l’analyse porte sur l’articulation de plusieurs registres de détermination, lesquels n’exercent pas tous le même type de contraintes, ne se traduisent pas de la même manière au niveau des comportements et des pratiques, ménagent ou non des marges d’initiatives et de contrôle aux populations concernées, apparaissent ou pas dans le prolongement des tendances ou des expériences antérieures : itinéraire personnel et familial, “histoire sociale” et communautaire, évolution des conditions générales de l’activité, etc. Tel niveau de détermination, réel ou symbolique, prescrit ou acquis, ne saurait a priori être considéré comme plus déterminant qu’un autre vis-à-vis de tel ou tel aspect des pratiques sociales, puisque c’est précisément la logique des enchaînements, des conjonctions ou des divergences qui les réunit ou les oppose qu’il s’agit de mettre en évidence et d’analyser. Nous ferons donc l’hypothèse que la façon dont les groupes sociaux tentent de contrôler les comportements de leurs membres pour faire face aux situations nouvelles tout en préparant l’avenir, dépend du mode et du type d’agencement entre les différents niveaux, circuits, champs ou domaines de la pratique qui se combinent dans le champ de l’expérience des histoires de vie et constituent de ce fait autant de sous-structures régies par leurs logiques propres, lesquelles ne convergent pas forcément avec la logique des autres sous-systèmes, ni chacune avec une logique unitaire d’ensemble.

102Nous terminerons en soulignant fortement que, si la sociologie, à l’exemple de l’anthropologie reconnaissait plus souvent à l’expérience humaine, dont les récits de vie ne sont que l’une des formes possibles d’expression, une valeur cognitive, elle y gagnerait beaucoup. Pour notre part nous avons fait ce choix, mais il suppose une sérieuse remise en question dans notre démarche de chercheur.

Annexe : Liste des personnes rencontrées

103MEHRI Cherbel, Libanais, maronite ; ADEM Aleco, Libanais, maronite ; ARAMOUNI Georges, Libanais, maronite ; ABUD Omar, Syrien, orthodoxe ; CHEDID Saad, Syrien, orthodoxe ; ANGEL Hugo, Syrien, orthodoxe ; SAADE George, Libanais, maronite ; ANAIS Heickmat, Libanais, musulman chiite ; SALAS Carlos, Libanais, orthodoxe ; TAMRA Jallil, Syrien, musulman chiite ; DESUKE Abdallah, Égypto-syrien, musulman chiite ; BESTANI Simon, Libanais, maronite ; Père JALLIL Syrien, musulman chiite ; JOZAMI J. César, Libanais, orthodoxe ; BESTENE Jorge Omar, Druze ; JOZAMI Gladys, Libanaise, orthodoxe.

Institutions visitées

104Club syrien, Association culturelle syrienne, Club libanais, Union culturelle libanaise mondiale, Chambre de commerce argentino-libanaise, Chambre de commerce argentino-arabe, Centre islamique, Force libanaise phalangiste, Parti social nationaliste syrien (PSNS), Ambassade du Liban, Évêché maronite BA, Association syro-libanaise de Salta, Évêché orthodoxe de Salta, Centre d’études internationales d’Afrique et d’Asie

Notes

1 En 1970 le sociologue nord-américain Norman K. Denzin a proposé une distinction qui nous paraît devoir être rappelée, entre “life history” et “life story”. Par ce dernier terme il désigne l’histoire d’une vie telle que la personne qui l’a vécue la raconte. Quant au terme “life history”, Denzin propose de le réserver aux études de cas portant sur une personne donnée et comprenant non seulement son propre récit de vie mais aussi toutes sortes d’autres documents le concernant.

2 De façon plus générale, ne doit-on pas considérer que tous les éléments de la “réalité sociale” - si “matériels” et “donnés d’avance” qu’ils paraissent de prime abord, sont socialement construits et socialement maintenus, c’est-à-dire le produit de conflits et de rapports de pouvoir entre des individus et des groupes, bref, des acteurs sociaux. C’est la stratégie de recherche du sociologue, à savoir le choix de son terrain et de son niveau d’analyse, qui réintroduit la ligne de partage entre cette partie de la réalité sociale qu’il peut considérer comme une donnée, et celle qu’il lui faudra explorer et expliquer en tant que construction sociale.

3 Au cours d’un travail collectif mené durant trois années au Moyen-Orient, sur les problèmes migratoires, nous avons pu mesurer l’importance de ce problème dont nous rendons compte dans un ouvrage Communautés villageoises et migrations de main d’œuvre au Moyen-Orient, E. Longuenesse, G. Beaugé, M. Nancy, Paris, Sindbad, 1986, 238 p.

4 “Jub” en arabe, lignée.

5 Que ce soit au Moyen-Orient, au Maghreb ou en Argentine nous avons fortement ressenti ce phénomène de “violence” faite à la conscience de l’autre.

6 Au point que ce village est surnommé “la petite Moscou rouge”.

7 Sudètes en Tchécoslovaquie, minorités hongroises d’une part, juifs, Tziganes et Allemands de la Volga d’autre part, etc.

8 Un bon exemple nous en est donné par les conquêtes coloniales qu’elles soient britanniques ou françaises qui tout au long de la période impériale se sont servies d’ethnostratégie.

9 A cet égard, les montagnes libanaises représentent un microcosme exemplaire de zones refuges pour des minorités religieuses.

10 “L’assimilation”, bien qu’étant largement remise en question aujourd’hui, est un “droit”. Ce problème revêt une grande importance pour les migrants maghrébins en France et le débat sur la citoyenneté et la nationalité en porte témoignage.

11 Cf. l’excellent ouvrage de P. Georges, Géopolitique des minorités, Paris, PUF, 1985.

12 Turcos, terme qui désignait et désigne encore les Arabes en Argentine.

13 Formulation utilisée par l’un de nos interlocuteurs, Abdalah Desuke, universitaire d’origine égyptosyrienne et secrétaire général du Centre islamique de la République argentine.

14 Gladys Jozami, citée par J.P. Tailleur, “Les Arabes en Argentine, poids ethnique et discrétion”. Hommes et migrations, 1197, avril 1996.

15 Selim Abou, Liban déraciné, immigrés dans l’autre Amérique, Paris, Plon, 1978, 664 p.

16 M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter