Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

L’identité nationale de ceux qu’on appelle les migrants turcs en Argentine

Gladys Jozami

Texte intégral

  • * Le texte publié est extrait d’une conférence présentée par l’auteur au cours des Ve journées d’His (...)

1Note portant sur l’auteur*

2“Turcs”, “Syro-Libanais”, “Arabes”, “Syriens”, “Libanais”, “Palestiniens”, “Jordaniens”, “Irakiens”, comment les appeler ?

3La simplicité apparente du problème se heurte à une réalité conflictuelle dans laquelle interviennent d’une part les événements internationaux consécutifs à la chute de l’Empire ottoman en Méditerranée sud-orientale et de l’autre, la méconnaissance occidentale en ce domaine.

4Nous avons l’intention de reconstruire le processus historique de formation et de transformation de l’identité ethnique des migrants de langue arabe, à travers les noms qu’ils se sont eux-mêmes donnés, et à travers celui que d’autres leur ont attribué.

5En 1988, après plus d’un siècle d’existence de la “communauté arabe”, les Argentins de cette origine sont encore regardés avec curiosité par la presse nationale.

  • 2 El Nuevo Periodista, n° 200, 22 au 28 juillet 1988, avec note de couverture.

6Le détonateur fut probablement l’arrivée des “Arabes au pouvoir”, à travers le candidat à la présidence de la République du parti justicialiste, Carlos Saúl Menem2. Jusqu’alors, les investigations journalistiques sur cette collectivité avaient été rarissimes. On coexistait avec elle. A l’occasion, on faisait allusion individuellement à certains de ses membres.

7En Argentine, l’usage du stéréotype Turco était généralisé, dont le signifié variait, en passant par des gradations qui renvoient à un sens fortement discriminatoire, jusqu’à l’utilisation populaire, positivement connotée, du terme.

8Lorsque nous nous référons à Eduardo Falú, Jorge Cafrune, Miguel Angel Estrella, Victor Massuh, Jorge Asis, Jorge Manzúr, Nicolás Sarquís, Leonardo Favio, Vicente Saadi, Fernando Naadra et bien d’autres, de qui parlons-nous ? Est-il légitime de les appeler Turcos ou Arabes ? Comment eux-mêmes se sentent-ils ?

  • 3 Gustavo Beliz, Menem, Argentina hacia el año 2000.

9Dans l’article auquel nous faisons allusion, “les Arabes au pouvoir”, le choix de couverture de la revue s’est arrêté à une silhouette vêtue à la mode du golfe Persique et couverte de l’écharpe présidentielle argentine. De qui cette image est-elle représentative ? De Carlos Menem, de sa communauté ? Pourtant, lorsque l’actuel Président parle de son origine, il accentue dans ses déclarations des traits qui imposent son identité argentine. Ainsi, il définit l’identité nationale comme « l’accumulation d’éléments culturels hétérogènes véhiculés par l’immigration »3 (Il s’assume en tant qu’Argentin, ses parents étaient immigrants).

  • 4 Juan-José Saer, Juan-José Saer, Celtia, Buenos-Aires, 1986, Editorial Galerna, p. 9-10.

10Juan José Saer, l’un des meilleurs écrivains argentins de sa génération dit : “le gêne national c’est l’enfance” ; et lorsqu’il renvoie aux traits les plus marquants de sa biographie, il souligne : “je suis né à Serodino, province de Santa Fe… mes parents étaient des immigrants syriens…”4. Ces deux images révèlent un besoin de distanciation du stéréotype à l’aide duquel on a voulu les représenter.

11Si la deuxième génération s’assume comme “argentine”, comment les migrants de langue arabe ont-ils pu s’auto-identifier ? Quelle dénomination les textes officiels leur ont-ils attribuée et comment les appelait le peuple argentin ?

12A la fin du xixe siècle, à l’occasion du deuxième recensement national, huit cent soixante-seize immigrants originaires de l’Empire ottoman résidaient en Argentine. C’est à ce moment-là qu’on les appela Turcos, puisque la majorité proposait ce terme en réponse aux questions que les recenseurs leur posaient.

13En admettant l’incidence que différents paramètres auraient pu exercer dans les réponses des migrants, tels que leur niveau d’alphabétisation et celui des recenseurs, ou l’obstacle d’une langue différente, la majorité assumait son identité ottomane, comme cela pouvait apparaître sur leurs passeports, et une quantité non négligeable se définissait comme Arabes ou Syriens. En 1895, on rapporte le cas d’un médecin installé à Chamical (province de La Rioja), nommé Elias Labaké qui revendique son identité ottomane mais identifie clairement sa province comme le Liban et sa religion comme melkite.

14A l’évidence, le concept d’Arabe doit être plus rigoureusement articulé. Sont actuellement appelés Arabes les cent cinquante millions d’individus qui habitent la région allant de l’Atlantique et comprenant tout le nord de l’Afrique (Maghreb), jusqu’à l’océan Indien (Machrek).

15L’arabité apparaît clairement au viie siècle de notre ère. Ce terme renvoyait spécifiquement à l’homme du désert : le Bédouin.

  • 5 Carmen Ruiz Bravo, “La controversia ideolόgica nationalismo árabe, nacionalismos locales”, Oriente (...)

16Le viie siècle assimile l’Arabe au Bédouin et, pendant les conquêtes, il adopte une autre connotation, celle de musulman. La plupart des gens n’ont jamais saisi la différence qui pouvait exister entre arabo-musulman et arabo-bédouin. L’Argentine ne fait pas exception5.

  • 6 Nous avons comparé les informations saisies pendant les recensements avec l’histoire orale et avon (...)

17Les migrants de langue arabe qui vivent en Argentine depuis la fin du siècle dernier ont assumé leur nationalité ottomane car ils étaient originaires de hameaux, de villages et de villes qui faisaient partie de l’Empire ottoman. Bien que les facteurs précédemment cités puissent avoir influé sur les réponses faites aux recenseurs, il est intéressant de souligner que les migrants ayant un meilleur niveau d’alphabétisation utilisaient un adjectif local de référence : ils s’appelaient Sirios. C’est par cette dénomination que se désignèrent par exemple les membres de familles maronites de Santiago del Estero6.

18Ces immigrants avaient une identité locale et religieuse bien définie, ils ne répondaient pas encore à la définition du terme “nation” telle qu’élaborée par la culture européenne, mais ils avaient bien conscience de leur propre identité locale ou régionale préalable à la création d’un Etat-nation.

19En résumé, les archives de la Direction de l’immigration les appelèrent Turcos dès 1899 et continuèrent à les appeler ainsi lors du deuxième recensement de 1895. Mais déjà entre 1899 et 1912, la dénomination de Sirios remplaça celle de Turcos.

  • 7 Memoria de inmigraciόn, 1899, p. 79.

20Les archives de 1899 donnèrent le nom d’“immigration syrienne” au chapitre qui leur était consacré et la définirent de la façon suivante : au sein de la population exotique qui nous vient de l’extérieur on distingue l’élément chrétien, originaire de la partie asiatique de l’Empire ottoman. Ces Turcs de la province de Syrie appartiennent à la religion catholique de rite maronite ; depuis plusieurs années, ils affluent de façon assez considérable7.

21Le troisième recensement national (1914) les a classés parmi les “Ottomans”, tandis que le très influent journal Assalam parle de “Syriens en Argentine” et les définit comme une “collectivité ottomane établie dans ce pays et composé en majorité de Syriens, Macédoniens, Albanais, et d’autres peuples de Turquie européenne”.

  • 8 Alejandro Schamun, Los Sirios en Argentina, Buenos Aires, 1910.

22Pour Assalam, en 1910, la collectivité musulmane installée en République argentine fut classée en fonction de ses origines provinciales ou régionales : Turcs, Syriens, Arabes, Libanais et Ottomans. Turcs car ils étaient nés en Turquie ; Syriens parce qu’ils venaient de la province de Syrie ; Arabes, car ils parlent la langue du même nom ; Libanais, puisqu’une partie d’entre eux est originaire du gouvernorat du Mont Liban ; enfin Ottomans, parce que d’un point de vue politique, ils appartiennent dans leur ensemble à l’État ottoman et que ceci réaffirme la seule et vraie désignation que doivent porter officiellement les résidents ottomans en Amérique : celle d’Ottomans, compte tenu de l’entité politique appelée Empire ottoman8.

  • 9 La Siria Nueva, p. 19.

23Tandis que les élites cherchent à réaffirmer leur identité ottomane, en soulignant que les statistiques officielles de la capitale et des provinces véhiculent toutes la même erreur de classification quand elles présentent les Ottomans sous autant de nationalités en fonction de leur région ou province d’origine9, les migrants qualifient leurs institutions communautaires de “syriennes” ; à l’occasion du recensement provincial de 1909 réalisé avec l’appui de la collectivité elle-même, la population de langue arabe de la province de Catamarca s’auto-qualifie de “syrienne”. Pour les autres Argentins, ces “étrangers exotiques” étaient de simples Turcos.

24Certains groupes qui au départ étaient appelés syriens, se sont ensuite appelés syro-libanais. Le journal syro-libanais employa cette dénomination dans le dessein de consolider cette unité collective (1929).

25Les élites qui dirigeaient la collectivité se sentirent stimulées par le mouvement nationaliste arabe. L’“arabisme” ou le “panarabisme”, s’enracine dans l’existence d’une entité historico-culturelle arabe et se fonde sur la mémoire de l’expansion arabe et la création de l’empire qui, durant près de huit siècles, constitua la “puissance” mondiale majeure tant d’un point de vue territorial que militaire, religieux, intellectuel, scientifique ou artistique.

  • 10 Cf. Carmen Ruiz Bravo, op. cit.

26L’impact de la controverse idéologique - nationalisme arabe, v. nationalismes locaux10 - eut des échos en Argentine. Si le recensement national de 1947 établissait déjà une distinction entre les nationalités syrienne et libanaise, les organisations communautaires pénétrées d’un certain arabisme continuèrent à se nommer “syro-libanaises” et celles qui subirent l’impact d’influences nationalistes libanaises continuèrent à s’auto-désigner comme “libanaises”. Mais la grande masse des migrants restait sourde aux sirènes nationalistes. Au cours de nos entretiens, nous avons remarqué la plus ou moins grande influence exercée par ce nationalisme, notamment chez les réfugiés politiques arrivés après 1920 ; cette influence était plus notable à l’intérieur du pays grâce aux journaux bilingues.

27Quand les migrants parlent de leur terre, ils emploient le mot pago (pays), où vivent les paisanos (les “pays”). Voilà des allusions à forte teneur locale, puisque le pago représente leur lieu d’origine - hameau, village ou ville. C’est pour cela qu’ils sont de Hama, Hafar, Feirusi, Homs, Qattin et tant d’autres endroits, et qu’ils donnent ces noms à certaines de leurs associations avant les années trente ; ce sont des paisanos qui appartiennent à un même pago. Et lorsque les rares migrants survivants font allusion à leurs compatriotes, ils utilisent des expressions telles que « il n’y a plus d’Arabes ».

28Nous avons peu à peu constaté que le problème d’identité était lié au processus de décolonisation du monde arabe, c’est pour cela que les descendants de ceux qui, il y a un siècle déclarèrent leur nationalité ottomane, reconnaissent aujourd’hui que leurs origines se trouvent au Liban, en Syrie, en Palestine, en Jordanie ou en Irak.

  • 11 Gladys Jozami, “Aspectos demográficos y comportamiento espacial de los migrantes arabes en el NOA” (...)

29Les premiers migrants syriens se qualifient aujourd’hui d’“Arabes”, qu’ils soient musulmans ou chrétiens ; avec les Libanais, les nuances sont modifiés. Alors que les chrétiens maronites en général se proclament Libanais, les chrétiens orthodoxes se définissent comme “Libanais arabes”11.

  • 12 C’est ainsi que Carlos Menem s’est lui-même défini lors de la conférence prononcée au Club syrien (...)
  • 13 Le triomphe politique de Carlos Menem a été le résultat de son propre acharnement et non celui de (...)

30A cette époque particulière que vit la communauté face à la présence d’un président argentin d” ‘ascendance syrienne”12 ; le thème des racines est à nouveau d’actualité. Il faudrait observer dans quelle mesure le “phénomène Menem”13 a un effet mobilisateur de la conscience ethnique d’un groupe intégré sur la scène nationale.

31Nous avons établi une différence nette entre les immigrants et leurs enfants. Les premiers ressentaient fortement leur identité locale et religieuse, mais pour la grande majorité de leurs descendants argentins, ces problèmes ne les concernent pas et se perdent dans le brouillard de la question des “origines”. Leurs parents ou grands-parents sont ou furent “arabes”, “syro-libanais” ou “turcs”, à l’instar de l’appellation qui leur est donnée par la majeure partie de la communauté nationale.

Notes

* Le texte publié est extrait d’une conférence présentée par l’auteur au cours des Ve journées d’Histoire de la ville de Buenos-Aires, consacrées à l’“immigration en Argentine” et organisées par l’Instituto Historico de la ciudad de Buenos-Aires au Centro Cultural San-Martin du 15 au 17 août 1988. Ce texte fait partie d’un projet plus ambitieux dédié à l’“immigration arabe en Argentine”.

2 El Nuevo Periodista, n° 200, 22 au 28 juillet 1988, avec note de couverture.

3 Gustavo Beliz, Menem, Argentina hacia el año 2000.

4 Juan-José Saer, Juan-José Saer, Celtia, Buenos-Aires, 1986, Editorial Galerna, p. 9-10.

5 Carmen Ruiz Bravo, “La controversia ideolόgica nationalismo árabe, nacionalismos locales”, Oriente 1918-1952. Instituto Hispano Arabe de Cultura, Madrid, 1976.

6 Nous avons comparé les informations saisies pendant les recensements avec l’histoire orale et avons eu recours à des informateurs de la troisième génération au sein des familles nommées.

7 Memoria de inmigraciόn, 1899, p. 79.

8 Alejandro Schamun, Los Sirios en Argentina, Buenos Aires, 1910.

9 La Siria Nueva, p. 19.

10 Cf. Carmen Ruiz Bravo, op. cit.

11 Gladys Jozami, “Aspectos demográficos y comportamiento espacial de los migrantes arabes en el NOA”, in Estudios Migratorios Latinoamericanos, cemla, n° 5, Buenos Aires, 1987, p. 61.

12 C’est ainsi que Carlos Menem s’est lui-même défini lors de la conférence prononcée au Club syrien de Buenos Aires, le 26 août 1986.

13 Le triomphe politique de Carlos Menem a été le résultat de son propre acharnement et non celui de son environnement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 621k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter