Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

La quête des racines et l’identité nationale

Saad Chedid

Texte intégral

1A Abdala Salman el Id, ami qui motiva et encouragea cette recherche.

  • 1 Gustavo Beliz, Menem, Argentina hacia el año 2 000, Buenos-Aires, 1986, Editorial Galerna, p. 101- (...)

Gustavo Beliz : A propos : l’Argentine a-t-elle acquis son identité nationale ?1
Carlos S. Menem : C’est déjà fait, mais il se trouve que beaucoup d’Argentins sont encore en train de la chercher. Je n’irais pas jusqu’à affirmer que l’Argentin est seulement celui qui vit en province ou bien l’autochtone. Pour moi, l’être national est constitué par l’accumulation d’éléments culturels hétérogènes véhiculés par l’immigration. Je vous assure qu’il y a beaucoup d’Argentins qui cherchent encore notre identité car ils vivent en regardant vers l’extérieur, peut-être à l’instar de leurs ancêtres migrants nostalgiques qui regrettaient leur terre natale. Cette attitude n’est pas non plus exempte de sottise. Regardez ce qui s’est passé avec les cultures incas. On commençait tout juste à les mettre en valeur en Amérique latine alors qu’elles étaient déjà étudiées dans les université françaises. C’est seulement à ce moment-là que notre continent a commencé à apprécier ses propres richesses.
G. B. : Alors, comment pouvons-nous aider à trouver cette identité nationale tellement estimée ?
C. S. M. : En assumant nos racines, et en regardant vers objectif l’avenir.

2Ces derniers temps, la société argentine et en particulier les jeunes descendants d’immigrants découvrent le besoin de chercher leurs racines. Découvrir leurs racines est devenu pour eux une sorte d’obsession qui exige une véritable introspection. Journaux et revues, programmes de radio et de télévision soulèvent le problème de la quête des racines toujours en référence aux différents groupes d’immigrants.

3L’environnement social entraîne malheureusement nos jeunes à défendre l’idée qu’en remontant au-delà de leur ascendance maternelle et paternelle ils trouveront, et ils trouvent forcément, après un angoissant cheminement, leurs propres racines dans celles de leurs parents.

4Ils ne comprennent pas qu’il s’agit d’un processus d’aliénation qui aboutit à l’élimination de leur propre patrie, c’est-à-dire la terre, le territoire national, le continent où ils sont nés.

5Notre société nationale est une société culturellement colonisée. Puissamment. Voici quelques-uns des présupposés qui, chez nos jeunes, conditionnent le questionnement de leurs origines :

6a) On nous apprend depuis l’enfance - version officielle des textes scolaires et apparentés - que nous existons depuis la “découverte” de l’Amérique par Christophe Colomb.

7Mais, en paraphrasant le Christ, on pourrait dire que “l’Amérique existait avant que Colomb ne fût”. Et tout le mystère de la “découverte” serait alors simplifié par une indication bien plus correcte du type : “depuis que Christophe Colomb est arrivé en Amérique”.

8Notre manque de connaissance sur l’histoire de notre pays et sur celle de l’Amérique d’avant Colomb est presque total. Et le peu d’informations dont nous disposons est limité au champ archéologique, nonobstant les cas du Pérou et du Mexique qui demeurent des exceptions.

9b) Il existe une vieille tradition, certainement nourrie par les immigrants espagnols, qui a soutenu et soutient encore l’idée singulièrement aliénante attribuant à l’Espagne le rôle de notre “mère patrie”.

10Les autochtones ne s’y sont pas rangés, non plus que les descendants d’immigrants d’autres nationalités qui se trouvent mis à l’écart à cause de ce concept ; les uns, parce qu’ils ne reconnaissent d’autre mère-patrie que leur propre terre : l’Amérique, et les autres, parce qu’ils donnent le nom de “mère-patrie” à la patrie de leurs parents.

11c) On surestime pour des raisons électoralistes, le rôle des immigrants dans la construction de notre patrie. Ce qui laisse à penser que les autochtones n’ont pratiquement pas existé et que nous n’existons pas en tant qu’Argentins.

12d) Une abondante littérature développée au travers de publications périodiques, présente différents groupes ethniques ou religieux politisés de façon militante et appelant une reconnaissance particulière. A l’extrême limite, il semblerait que ceux-ci se reconnaissent dans l’ethnie, la culture ou la religion de leurs parents immigrants, laissant au second plan leur propre nationalité argentine ; de surcroît, ces groupes commettent la lourde erreur de confondre l’ethnie, la culture ou la religion de leurs parents immigrants avec leur nationalité, en solidarité avec les épreuves passées ou présentes qu’ont subies leurs ancêtres et leurs compatriotes.

13e) A cela, nous devons ajouter que la mode européenne a installé le “pluralisme” comme donnée fondamentale de la coexistence démocratique ; en d’autres termes, elle a posé le devoir inévitable de s’accepter à travers le maintien permanent et définitif de nos divergences culturelles et autres, sous peine de nous transformer en une société totalitaire. On met l’accent sur les différences, sur des spécificités qui s’affirment avec agressivité face à un danger inexistant : celui d’être absorbés par la communauté nationale.

14En fait ce “pluralisme” suscite un accroissement de l’aliénation, puisqu’on en profite pour insuffler de nouvelles règles donnant un caractère étranger à notre structure culturelle. Tout cela a plongé ces jeunes dans une confusion totale quant à la question de notre identité nationale.

15Dans les années quatre-vingt-dix Nicolas Cόcaro ancien camarade de la Faculté de philosophie des années cinquante publia un article dans le journal La Naciόn intitulé “Ilôts dans la communauté argentine”. D’un ton mesuré et précautionneux et avec l’évidente volonté de ne pas froisser de susceptibilités, il y indiquait que “les immigrants qui ont fait tant de bien à notre sol, quelles que soient leurs origines, cohabitent sur tout notre territoire national au sein de nombreux cercles fermés”. Suivait son analyse sur la façon dont les enfants étaient éduqués par ces immigrants, sur leur déracinement, sur le fait qu’ils ne se reconnaissent pas dans la patrie de leurs parents. N. Cout notre territoire national au sein de nombreux cercles fermés”. Suivait son analyse sur la façon dont les enfants étaient éduqués par ces immigrants, sur leur déracinement, sur le fait qu’ils ne se reconnaissent pas dans la patrie de leur le visage définitif de l’Argentin auquel nous rêvons qui motivait la rédaction de cet article.

16Les réflexions qui suivent visent à répondre à cet ancien camarade et à servir au débat sur la définition de l’identité nationale.

17Pour ma part, celle-ci m’a été dévoilée par un moine indien dans le temple où je passais la nuit à Calcutta avant mon voyage à Santiniketan (je parcourais alors l’Inde à pied en quête de la Vérité - avec le désir naïf de suivre les traces du Mahatma Gandhi) ; la vie me l’a confirmée plus tard.

18Je me souviens qu’il était déjà très tard et que j’avais terminé mon bol de riz. Je me promenais dans les jardins du temple lorsqu’un son léger, semblable à un sifflement, m’alerta, venant de la partie supérieure de la terrasse.

19Je montais les escaliers et là, irradié par la clarté de la lune, assis en tailleur selon l’usage indien, se trouvait un moine qui s’intéressa à moi, voyageur étranger. Vinrent alors les inévitables questions, répétées mille et une fois au cours de ma marche à travers l’Inde :

  • “Comment vous appelez-vous ? D’où venez-vous ? Quel âge avez-vous ? Qui êtes-vous ? Qu’avez-vous étudié ? Où ça ? De quel endroit d’Inde venez-vous ? Où allez-vous ? … Êtes-vous quelqu’un en quête de la vérité ?
  • Saad Chedid. Je suis Argentin, d’Amérique du Sud. Etudiant. Philosophie. Je viens de Sevagram, de l’ashram de Aryanayakam. Je vais à Santiniketan… Oui.
  • Retournez sur la terre où vous êtes né. Vous y trouverez les réponses à vos questions. Vous y trouverez la vérité. Si Brahma a voulu que vous naissiez en Argentine, c’est là-bas que vous y trouverez vos réponses. Pas ici. Vous êtes peut-être retourné en Inde parce que vous y avez vécu dans une vie antérieure, mais maintenant votre place se trouve là où vous êtes né. Retournez-y : c’est là-bas que vous trouverez vos réponses”.
  • 2 Nous ne tomberons pas ici dans la facilité de penser que seuls les Occidentaux furent des envahiss (...)

20Nous, Américains, parlons encore le langage du colonisateur. La majeure partie des habitants d’Amérique a été exterminée. Leurs cultures, leurs langues américaines - mapuche et toba, inca et guarani, quechua et aymara, hopi et lakota, toltèque et maya… et tant d’autres ! - furent effacées. C’est ainsi que l’on concevait la conquête en ce temps2. Mais la chose ne s’est pas passée de la même façon dans toute l’Amérique.

21Les filles de leurs filles et les fils de leurs fils s’en souviennent encore… et ces souvenirs se perpétueront dans la mémoire de leurs descendants américains. Un beau jour, nous redonnerons vie nous aussi à l’ancestrale culture américaine, en y associant harmonieusement les cultures des envahisseurs-colonisateurs et celles des immigrants. Culture entrelacée de musiques, d’ethnies et de nations regagnées pour toujours sur la broderie du temps, gardienne de la mémoire fidèle des spécificités.

  • 3 Edmundo O’Gorman. La invencion de América, Mexico, Fondo de cultura economica, 1958. Georg Frieder (...)

22Nous devons défaire l’énorme toile d’araignée de désordres et d’ambiguïtés tissée après la “Découverte”. Nous devons déconstruire une sémantique dont les significations sont basées sur une conception du monde, de l’homme et de la vie qui avait et a un sens pour les Européens (les “découvreurs”)… et qui, aujourd’hui encore, est importante pour eux3.

23C’est pour cela que nous devons défendre désormais une sémantique décolonisatrice. Une sémantique propre à notre conception du monde, de l’homme et de la vie d’aujourd’hui, pour laquelle l’arrivée des Européens en Amérique fut une étape d’une singulière importance.

24“Indes occidentales”, “Nouveau Monde”, “Indiens”, “Amérique hispanique”, “Amérique ibérique”, “Amérique indienne”, “Amérique latine” et beaucoup d’autres termes similaires sont des conceptualisations qui nous permettent de savoir comment les colonisateurs et, à travers eux, les autres pays du monde nous voyaient et nous voient, nous comprenaient et nous comprennent. Un pays que nous-mêmes connaissons au travers du prisme de l’Europe.

  • 4 John L. Phelan, El origen de la idea de América, Cuadernos de Cultura Latinoamericana, Mexico, Uni (...)

25Quant à nous ? Je dirais que le mot Amérique est un substantif. Tous les autres termes sont des adjectifs qualificatifs que nous collent et nous apposent les Européens, qu’ils soient espagnols, français, italiens ou autres, selon leur convenance et leurs intérêts. Il en est de même pour les controverses dont l’enjeu est notre domination ; le langage y joue bien sûr un rôle éminent4.

26Mais les vérités premières sont simples… et profondes. Simples à comprendre si nous décidons d’avoir confiance en nous, avec humilité et sans crainte, pour comprendre la réalité qui nous entoure et les noms qu’on lui donne.

27Celui qui donne un nom domine. Mais aussi, celui qui domine donne un nom. Ne laissons pas les autres nous donner un nom et nous dominer. Donnons-nous nous-mêmes un nom, humblement et avec réalisme.

28Ce continent est l’Amérique : du nord, centrale et du sud. Ses habitants en sont les Américains.

29D’un point de vue national, nous sommes ce que les circonstances politiques ont fait de nous lors du démembrement impérialiste et colonial de la patrie américaine : Argentins, Uruguayens, Chiliens, Brésiliens, Péruviens, Boliviens, Canadiens, Guatémaltèques, Panaméens, Mexicains, Cubains, etc., etc.

30Un pays américain a bien assumé avec force le fait de s’appeler États-Unis d’Amérique. Son “destin manifeste” ambitieux l’a amené vers une auto-appellation incorrecte. Ces États-Unis étaient et ne sont que quelques États qui se sont unis seulement dans une partie de l’Amérique : celle du nord. Leur dénomination est porteuse de confusions car leurs habitants n’ont pas d’appellation nationale mais continentale. D’un point de vue national, ils ne sont pas “américains” non plus que habitants des “États-Unis” puisque d’autres pays américains s’appellent aussi États-Unis du… Brésil, du Mexique, etc.

31Un jour nous serons des Américains appartenant à une nation continentale. A l’ère, pas si lointaine, de la continentalité. Dans cette inexorable marche vers l’unité finale, mondiale.

32Alors, pour les descendants d’immigrants, découvrir nos racines ne reviendra-t il pas à se retrouver dans l’histoire de notre patrie (c’est-à-dire sur la terre où nous sommes nés) ? Retrouver ceux qui, appartenant au tronc commun de l’immigration de nos pères et de leurs compatriotes, et s’abritant sous les lois et les réglementations de la République argentine, élaborèrent des modes de coexistence qui leur permirent de s’enraciner et de collaborer avec les hommes et les femmes nés sur ce continent à la construction de notre pays ?

33Essayons de nous atteler à cette recherche. Pour cela, nous devons nous décider à éliminer les appellations erronées, intéressées et déformantes. Celles qui nous obnubilent et nous interdisent de nous concevoir dans notre identité nationale qui, par ailleurs, n’a rien d’insaisissable ou de mystérieux.

34D’un point de vue national, nous sommes argentins, et rien d’autre. Nous sommes nés en République argentine et c’est simplement pour cela que nous sommes argentins. Car c’est ainsi qu’on appelle tout habitant né dans notre patrie.

35Tout autre ajout d’un adjectif qualificatif venant s’agréger au substantif “argentin” créerait des désordres, nous tirerait vers l’ambiguïté si nous devions le considérer comme substantif. D’autres appellations s’y ajouteraient, qui nous permettraient de comprendre ces multiples identités qui font de notre être un “être humain” : identités raciales, culturelles, religieuses, d’origine ou d’ascendance, et bien d’autres encore.

Nous les natifs de République argentine, nous avons comme :

  1. identité nationale : argentine
  2. identité d’origine (ou d’ascendance) : espagnole, italienne, libanaise, chinoise, syrienne, coréenne, allemande, japonaise, palestinienne, etc.
  3. identité culturelle : américaine, avec une colonisation occidentale très forte
  4. identité religieuse : chrétiens, juifs, musulmans, hindous, bouddhistes, etc.
  5. identité raciale : blancs, noirs, etc.
  6. identité politique de partis : péroniste, radicale, socialiste, etc.

36Des appellations telles qu’“italo-argentin”, “franco-argentin”, “arabo-argentin”, “judéo-argentin” où se mêlent de façon égalitaire des corrélats nationaux, culturels et religieux ne servent qu’à jeter le trouble.

37Or ce désordre langagier - parfois utilisé à dessein par ces “cercles fermés” auxquels faisait allusion Nicolas Cόcaro, afin de ne pas laisser les enfants s’éloigner de la sphère du groupe, nous amène, nous les descendants de nos chers parents immigrants en vertu de cet amour filial si naturel et compréhensible, à surestimer le groupe au détriment de la communauté nationale.

38C’est bien à un groupe qu’appartenaient les immigrants, au point de l’adopter comme une “seconde patrie”, mais pas nous, leurs descendants, qui sommes la communauté nationale.

39Les immigrants, même une fois intégrés, ont continué à regretter vivement la patrie où ils étaient nés. Nous, leurs descendants, regrettons pour nos enfants cette patrie que nous avons construite.

  • 5 J’emploie le terme de classe tel que le fait Georges Devereux, c’est-à-dire uniquement dans son se (...)

40Le groupe est sans doute une référence d’identité, d’origine ou d’ascendance, et l’une de nos multiples identités de classe5. Il peut aussi être une référence d’identité ethnique, comme dans le cas des kollas, des tobas et des mapuches ; ou d’identité religieuse, comme chez les juifs ou les bouddhistes ; ou enfin d’identité raciale, comme chez les Mongols ou chez les Noirs.

  • 6 Georges Devereux, Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Flammarion, 1985, p. 208.

41Dans son étude sur “l’identité ethnique”, ses bases logiques et ses “dysfonctionnements”6, Georges Devereux indique justement que :

“Une accentuation outrancière de l’une des nombreuses identités “de classe” que l’on possède - telle l’identité ethnique - vise simplement à empêcher l’effondrement d’un Soi fêlé, et d’une prise de conscience incertaine et vacillante de sa propre identité en tant que personne. La tendance courante à clamer son identité ethnique ou de classe - son emploi en tant que béquille est une indication irrécusable de l’effondrement imminent du seul sens valable de l’identité : du fait qu’on est différent - et que l’on remplace par la plus archaïque pseudo-identité qu’on puisse imaginer. Je ne crois pas que la prétendue “crise d’identité” de notre âge puisse être résolue par un recours au soutien artificiel des identités collectives : ethnique, de classe, religieuse, professionnelle ou tout autre “identité de soutien”.”

42Pour terminer en affirmant de façon très précise :

“L’acte de formuler et d’assumer une identité de classe massive et dominante -et cela quelle que soit cette identité - constitue le premier pas vers une telle renonciation “défensive” à l’identité réelle. Si l’on est rien qu’un Spartiate, qu’un capitaliste, qu’un prolétaire, qu’un bouddhiste on est bien près de n’être rien du tout, et donc de ne pas être du tout.”

43Maintenant, nous pouvons avancer davantage, peut-être dans la bonne direction, vers la quête de nos racines et de notre identité nationale.

44Nous ne devons pas chercher nos racines hors de notre patrie. Nos racines se trouvent ici, sur la terre américaine, la terre mère, dans le cadre de notre nationalité argentine depuis le moment de la fondation de la République argentine en tant que pays indépendant et souverain.

  • 7 « Aussi différents que soient les uns des autres les peuples non occidentaux de ce monde par leur (...)

45Et nos racines remontent pour l’essentiel aux Américano-Argentins qui ont reçu ces immigrants - nos parents et leurs compatriotes - et les ont incorporés de manière effective et affective au tronc commun, la patrie de leurs ancêtres qui, en d’autres temps avant l’arrivée des envahisseurs et colonisateurs, portait des noms oubliés -dieux, révélations et textes sacrés, terres et villes saintes que nous ne connaissons pas, et que nous devons commencer à arracher à l’oubli pour nous assumer pleinement au sein de l’ancestralité américaine ; il nous faut l’imbriquer et la conjuguer harmonieusement avec l’héritage des vieux immigrants qui sont venus retrouver leur dignité d’êtres humains, pleinement libres, lorsqu’il fuyaient les conflits qui s’étaient déclenchés dans leurs patries envahies et colonisées par d’autres conquérants et d’autres empires7.

46Nous devons aussi, depuis notre terre américaine, réintégrer l’histoire des patries et des mondes culturels de nos parents immigrants. A partir de là, il nous sera possible de trouver la patrie terrestre dans laquelle nous nous réaliserons comme êtres humains.

47On peut ainsi dépasser toutes les frontières forgées artificiellement par d’autres êtres humains qui, à travers des constructions passagères tantôt culturelles, tantôt religieuses, tantôt idéologiques, tantôt nationales ont davantage visé à trouver les arguments et instruments de la division, de l’affrontement et de la haine qu’à recréer une solidarité.

48Alors chacun reconnaîtra son passé, sa race, son histoire, sa religion, sa patrie, sa nationalité, tout en incorporant le monde culturel de ses parents au sien, son propre monde n’étant plus confronté ou en conflit avec celui de ses parents -puisque il aura été internationalisé nationalement à travers soi-même.

Notes

1 Gustavo Beliz, Menem, Argentina hacia el año 2 000, Buenos-Aires, 1986, Editorial Galerna, p. 101-102.

2 Nous ne tomberons pas ici dans la facilité de penser que seuls les Occidentaux furent des envahisseurs et des colonisateurs. Au cours de l’histoire de l’humanité, tous les peuples du globe ont été conquis et conquérants, persécutés et persécuteurs. Nous considérons en revanche que c’est seulement en assumant la vérité des faits à travers leurs multiples facettes, d’un côté et de l’autre, que nous pourrons atteindre la position qui nous permettra de comprendre notre situation et de mieux résoudre les problèmes que nous vivons.

3 Edmundo O’Gorman. La invencion de América, Mexico, Fondo de cultura economica, 1958. Georg Friederici, El Caracter del descubrimiento y de la conquista de América, Mexico, Fondo de cultura economica, 1973. Antonello Gerbi, La disputa del Nuevo Mundo, Historia de una polémica 1750-1900, Mexico, Fondo de cultura economica, 1982. Alberto Armani, Ciudad de Dios y ciudad del sol, Mexico, Fondo de cultura economica, 1982. Alejandro Garcia, Civilizacion y salvajismo en la colonizacion del « Nuevo Mundo », Madrid, Universidad de Murcia, Facultad de Lettras, 1986.

4 John L. Phelan, El origen de la idea de América, Cuadernos de Cultura Latinoamericana, Mexico, Universidad Nacional Autonoma de Mexico, 1979. Voir les autres cahiers de la collection sous la direction de Leopoldo Zea, dont la lecture demeure incontournable pour la connaissance de notre continent. Julian Juderias, La leyenda negra, Madrid, Editora Nacional, 1974. William Maltby, Inglaterra y la leyenda negra, Mexico, Fondo de Cultura Economica, 1982. Philip Wayne Powell, Tree of hate, New York, Basic Book, 1971.

5 J’emploie le terme de classe tel que le fait Georges Devereux, c’est-à-dire uniquement dans son sens logique-mathématique et non pas au sens de classe sociale.

6 Georges Devereux, Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Flammarion, 1985, p. 208.

7 « Aussi différents que soient les uns des autres les peuples non occidentaux de ce monde par leur race, leur langue, leur civilisation, leur religion, et si un Occidental vient à leur demander leur opinion sur l’Occident, ils répondront que… celui-ci a été l’agresseur suprême des temps modernes ; et chacun exposera alors sa propre expérience de l’agression occidentale pour la brandir contre lui », Arnold Toynbee, El Mundo y el Occidente, Madrid, Aguilar, 1953, p. 8.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable