Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Note préliminaire à l’étude du code des boissons dans les communautés syrienne et libanaise d’Argentine

Hélène Desmet-Grégoire

Texte intégral

1Dans le cadre du projet de recherche intitulé “Facteurs et manifestations de l’identité des Syro-Libanais en Argentine” mis en place en 1990-1991 (après deux missions à Buenos Aires), nous nous sommes intéressée aux habitudes alimentaires et sociales des communautés syrienne et libanaise, en nous attachant en particulier à l’étude des boissons. Comment ce thème s’est-il imposé à nous ?

  • 1 Voir Les objets du café. Proche-Orient, Méditerranée, Paris, Presses du CNRS, 1989.
  • 2 M. Douglas (ed.), Constructive Drinkings. Perspectives on Drink from Anthropology, Cambridge Unive (...)

2Nos recherches sur le café (techniques, objets, sociabilité)1 nous ont fait aborder l’ensemble bien défini des boissons chaudes stimulantes non fermentées (café, thé, maté, chocolat), à propos desquelles on retrouve le besoin universel de l’espèce humaine de se réchauffer, de stimuler par l’infusion ou la décoction de substances végétales non seulement le corps physique mais aussi le corps social, ces boissons s’intégrant aux représentations symboliques et servant souvent à communiquer avec la ou les divinités2. Loin de l’ivresse engendrée par la consommation de boissons alcoolisées, on peut dire, de façon générale, que ces boissons excitantes favorisent paradoxalement la convivialité, libèrent la parole et, à l’inverse, peuvent aussi permettre la rêverie dans une halte prise sur le temps de l’activité.

  • 3 J. Cobbi, H. Desmet-Grégoire, “Objets du café au Proche-Orient, objets du thé au Japon : intérêt d (...)

3Si nous avons traité ce thème dans une perspective comparative3 à propos du café (Proche-Orient) et du thé (Japon), en ne considérant que les aires culturelles envisagées étaient fort lointaines et qu’au-delà des objets peu d’autres questions avaient été soulevées.

4Le processus de diffusion et d’adoption du café que nous avons étudié dans le Proche-Orient et en France, nous a permis d’appréhender le thème particulièrement intéressant de l’intégration d’une nouvelle boisson dans les habitudes alimentaires et plus largement sociales d’un groupe.

5Les boissons sont bien des marqueurs privilégiés de l’identité individuelle mais aussi collective : leur place dans les rythmes quotidiens, dans les rites d’hospitalité, dans l’ensemble des formes de sociabilité, au sein de l’espace privé comme de l’espace public, et leur forte connotation symbolique en font l’un des éléments privilégiés pour l’étude d’un groupe social.

6La rencontre avec des chercheurs argentins spécialisés dans l’étude des communautés syrienne et libanaise, et notre propre travail sur place à propos du maté nous ont fortifiée dans l’idée que l’étude de cette boisson au sein du groupe choisi, serait révélatrice non seulement de ses pratiques mais de ses valeurs identitaires.

  • 4 T. Oberti, Historia y Folklore del Mate. Fondo Nacional de los Artes. Buenos Aires, 1979, p. 39.

7En Argentine, le maté est aujourd’hui encore, la boisson la plus répandue, sorte de boisson emblématique, empruntée par les premiers colonisateurs aux Indiens qui savaient infuser la feuille d’ilex paraguayensis dont la carte géo-botanique comprend le nord de l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Brésil4.

  • 5 El Mate, prologo y comentario de Amaro Villanueva, Buenos Aires, s.d.

8Appelé parfois “le thé du Paraguay” ou “le thé des Jésuites”, le maté (quecha mati) tient son nom du récipient dans lequel la boisson était faite, lagenaria vulgaris, de la famille des cucurbitacées. Il se répandit largement en Argentine et en Urugay, où une véritable “civilisation du maté” se fit jour : “le maté représente le symbole de l’hospitalité du Rio de la Plata ; symbole exprimé chez d’autres peuples par la tasse de thé, la tasse de café ou le verre de bon vin”5.

9Infusion bue à toute heure du jour, il est essentiel que l’eau utilisée ne soit pas bouillante afin que les propriétés excitantes de la feuille (yerba), dont la quantité choisie est proportionnelle à la contenance du récipient utilisé, puissent se libérer lentement.

10Les objets nécessaires à la préparation et à la consommation du maté sont d’origine végétale : calebasse creusée et aménagée d’un orifice dans lequel on place la bombilla, sorte de tige creuse pourvue d’un filtre à son extrémité. Mais l’habitude de servir le maté dans des récipients fabriqués ou des tasses s’est répandue en particulier à la faveur des grandes exploitations agricoles où l’infusion était versée en quantité aux ouvriers. De même, dès le xviiie siècle, des pièces de porcelaine furent fabriquées (dans les manufactures européennes en particulier) qui reproduisaient fidèlement les défauts du végétal. Les collections du Musée José Hernandez à Buenos Aires renferment de nombreux mate d’argenterie de provenances diverses : on peut relever la présence d’un récipient d’argent guilloché, d’origine française, de la deuxième moitié du xixe siècle (pièce n° 273).

11La bouilloire pour faire chauffer l’eau (caldera ou pava) accompagnait ces objets : elle pouvait être de laiton, d’aluminium ou de fonte (jusqu’aux modèles actuels électriques et aux bouteilles isothermes).

  • 6 P. Mantagazza, Rio de La Plata e Tenerife, viaggi et studi, Milano, ed. Brigola, 1876.

12En 1867, Pablo Mantagazza fut le premier à évoquer le langage du maté, signalant qu’il était aussi riche que le langage des fleurs en Europe : “Le maté entre de tant de manières dans les habitudes de la vie argentine, que son nom équivaut à celui d’infusion et s’applique à toutes sortes de boissons. Préparé de mille façons, il s’adapte aux goûts capricieux des habitants, aux exigences du moment et des maladies”6.

  • 7 A. Ebelot, La Pampa, Buenos Aires, 1870 (rééd. 1943).

13Par ailleurs, des formes de sociabilité spécifiques se sont constituées autour de cette boisson : signalons “la ronde du maté”, nom donné à “la réunion animée où l’on partage également le maté et la parole”7. Dans les confiteria, établissements proches des cafés, le maté est également servi : l’apparition du mate-express fut décriée par les amateurs attachés aux traditions ; signalons aussi le titre d’un article paru en 1929, “Las confiterias de Buenos Aires desnaturalizan el mate”…

14Ces quelques indications ne sont qu’une introduction aux études bibliographiques et muséographiques qu’il serait possible de poursuivre sur place : nombreuses sont les sources disponibles sur ce thème (même si elles sont parfois dispersées : récits de voyage, etc.), et il existe des collectionneurs privés prêts à mettre leurs richesses à la disposition des chercheurs. De même, des recherches dans les collections des musées européens (Espagne mais aussi Suisse, etc.) compléteraient utilement ce travail muséographique commencé dans les musées de Buenos Aires.

  • 8 C. Fabre-Vassas, La boisson des ethnologues, Terrain, 13 Octobre 1989, p. 13.

15Si ces recherches générales doivent être poursuivies, il n’en reste pas moins que le thème que nous voulons étudier plus précisément est bien l’introduction du maté dans les habitudes alimentaires des communautés syrienne et libanaise chez qui le café était la boisson la plus consommée et la plus valorisée. “L’introduction d’une boisson nouvelle est pour l’ethnologue une situation passionnante car elle donne à voir dans toute sa force la plénitude sémantique du boire. Un breuvage inconnu entraîne toujours des reclassements à chaque étape de sa diffusion. Adopter, c’est remodeler le monde des pratiques, redistribuer les significations. Alors, certains rapports sont amenés au jour, les codes se révèlent et se vérifient”8.

16Un protocole d’enquête a été élaboré et a commencé à être appliqué auprès de quelques représentants de la communauté libanaise, qui a fait apparaître clairement la dualité des boissons, le maté apparaissant comme plus spécifique d’une consommation familiale, privée, le café étant réservé aux invités ou étant bu dans les clubs et associations libanais, essentiellement masculins, qui semblent reproduire la sociabilité des cafés du Proche-Orient (jeu de tric trac, journaux, échange de nouvelles…).

  • 9 Ibid, p. 7.

17Par ailleurs, la question du retour au pays fut abordée au cours de ces entretiens avec l’importation au Liban (en particulier chez les druzes) de la yerba mate et des objets accompagnant sa consommation. Dans cette perspective aussi, il est apparu fondamental “de s’attacher […] à toutes les boissons réelles, à leurs différences, à leurs rapports, aux conditions de leur adoption […] de les saisir, si possible, dans le cycle complet de leur consommation puisque tel est l’espace de leur présence et donc de leur sens”9.

18En Argentine même, les enquêtes devront être complétées au sein de ces communautés, afin d’établir (éventuellement) une différenciation entre la consommation masculine et féminine, entre les différentes classes d’âge, des spécificités régionales et communautaires, etc. De même, leur multiplication permettra de parvenir à des estimations plus précises sur lesquelles pourront s’appuyer des enquêtes de type qualitatives (biographies, monographies).

19Un premier sondage à la Chambre de commerce argentino-arabe de Buenos Aires, à propos des exportations de l’Argentine vers le Liban et la Syrie pour l’année 1988, a révélé l’existence d’exportations de yerba mate vers ces deux pays :

  • 355 kg de yerba mate (dans des récipients d’une contenance nette de 2 kg), soit 17 516 U$ vers la Syrie,
  • 343 260 kg vers le Liban, soit 692 691 U$ (deuxième produit d’exportation après le maïs, en valeur totale).

20Les chiffres concernant le Liban sont révélateurs d’un certain engouement pour ce produit introduit par des Libanais revenus au pays : d’ailleurs, nos informateurs nous ont signalé ce phénomène étonnant de paysans libanais consommant du maté (dans le récipient en calebasse muni de la bombilla) alors qu’ils ne sont jamais allés en Argentine.

21Notre intérêt s’est alors porté sur le phénomène d’emprunt et de diffusion d’une nouvelle boisson au sein de la communauté d’origine, sur l’éventuelle substitution d’une boisson par une autre, ou sur leur cohabitation et sur les rites quotidiens et les formes de sociabilité qui se développèrent de part et d’autre de l’océan dans un mouvement d’aller et de retour.

22Parallèlement au travail à peine engagé en Argentine (qui devra donc être continué), des enquêtes dans les deux pays d’origine seraient à même d’élargir la perception du champ des pratiques mais aussi celui des représentations en pénétrant, à travers les boissons concernées, au cœur même de l’univers social qu’il faudra étudier dans une perspective dynamique autour de l’introduction du maté.

  • 10 A. Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole. La Mémoire et les Rythmes, Paris, A. Michel, 1965, p. 112

23Il est difficile et prématuré, au point où nous en sommes, d’aller au-delà de ces simples repères, mais il apparaît que les pistes ainsi dégagées sont prometteuses. Si “à partir de la perception identificatrice, présente dans toute opération alimentaire, se sont édifiés des systèmes de référence culturels qui appartiennent au plus profond de la personnalité ethnique”10, la recherche entreprise permettra de mettre en lumière quelques traits propres à ces communautés quant aux modes et aux rituels de consommation, à la convivialité et à la sociabilité.

24A partir des boissons (maté/café), on en arrive aux manifestations d’une identité ethnique perçue entre changements et traditions dans un conteste d’acculturation que les acteurs paraissent maîtriser (au moins dans ce domaine relevant des habitudes alimentaires) : la perception, par les intéressés eux-mêmes, des changements survenus dans leur alimentation (en particulier les boissons) est révélatrice de l’image qu’ils ont de leur propre identité. Dans quelle mesure, boire du maté dans un village de la montagne libanaise ou offrir du café “turc” à un hôte de passage à Buenos Aires, marquent une intégration ou l’affirmation d’une différence originelle ? Seules des études de terrain permettront de parvenir à des résultats.

  • 11 Ibid.

25Si “toute pratique culinaire est mise en rapport avec un style de vie, [et si] la nourriture tend sans cesse à se transformer en situation”11, il est clair que l’étude des boissons et des manières de boire chez les Syriens et les Libanais d’Argentine issus de l’immigration, renvoie à celle du système alimentaire de la culture d’origine, sa cohérence s’inscrivant dans une logique et une histoire qu’il conviendra de préciser dans un “avant” et un “après”, un “ici” et un “ailleurs”.

26C’est dans ce sens que nous voudrions poursuivre les enquêtes amorcées lors de notre première mission en 1990, dans une perspective spatio-temporelle large puisqu’il nous semble essentiel de considérer ces boissons dans le cycle complet de leur consommation mais aussi dans les modalités de leur diffusion, en essayant de définir la réalité et sa projection dans l’imaginaire, d’un temps du maté et d’un temps du café, pour les groupes considérés.

Notes

1 Voir Les objets du café. Proche-Orient, Méditerranée, Paris, Presses du CNRS, 1989.

2 M. Douglas (ed.), Constructive Drinkings. Perspectives on Drink from Anthropology, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1987.

3 J. Cobbi, H. Desmet-Grégoire, “Objets du café au Proche-Orient, objets du thé au Japon : intérêt d’une démarche comparative”, Cahiers de l’IREMAM, 1, p. 5-24.

4 T. Oberti, Historia y Folklore del Mate. Fondo Nacional de los Artes. Buenos Aires, 1979, p. 39.

5 El Mate, prologo y comentario de Amaro Villanueva, Buenos Aires, s.d.

6 P. Mantagazza, Rio de La Plata e Tenerife, viaggi et studi, Milano, ed. Brigola, 1876.

7 A. Ebelot, La Pampa, Buenos Aires, 1870 (rééd. 1943).

8 C. Fabre-Vassas, La boisson des ethnologues, Terrain, 13 Octobre 1989, p. 13.

9 Ibid, p. 7.

10 A. Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole. La Mémoire et les Rythmes, Paris, A. Michel, 1965, p. 112.

11 Ibid.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter