Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Hommage à Estela Biondi-Assali (1944-1994)

Hélène Desmet-Grégoire

Texte intégral

1Ma rencontre avec Estela Biondi-Assali, chercheur au conicet, s’est faite par l’intermédiaire du Professeur Oscar Traversa, Directeur de l’Institut d’anthropologie et de folklore de Buenos Aires, qui m’avait généreusement autorisée à travailler dans son Institut lors de mon séjour dans cette ville, en janvier 1990.

2Dès le premier contact, il apparut clairement qu’une commune volonté de collaborer nous animait l’une et l’autre, au fur et à mesure que nous nous faisions part mutuellement de nos recherches et de nos objectifs de travail à court et à long terme. S’étant déjà rendue en France, à l’Université de Toulouse Le Mirail, où elle avait publié un article dans la revue « Caravelle » en 1989, elle était heureuse de connaître l’existence et les orientations de recherche de l’iremam.

3Très rapidement, elle invita plusieurs de ses collègues directement intéressés dans la recherche et l’étude des communautés syrienne et libanaise d’Argentine, à participer à la préparation d’une collaboration franco-argentine :

  • une première réunion eut lieu le 9 février 1990 avec les trois participants susnommés accompagnés de Gladys Jozami et de Leïla Mir-Candall. C’est au cours de cet échange que purent se mettre en place les grands axes de ce qui allait devenir l’accord de coopération franco-argentine entre le conicet et le cnrs.
  • par la suite, le professeur Fernando Devoto et Michel Camau, alors directeur de l’iremam, signèrent la demande officielle de recherche en coopération internationale qui fut acceptée.

4Il n’est qu’à parcourir le curriculum vitae d’Estela Biondi-Assali et la liste de ses publications pour apprécier la qualité et l’originalité de ses recherches sur la communauté arabe d’Argentine, thème encore peu développé quand elle commença à s’y intéresser. Il n’est pas question pour moi de me substituer à nos collègues argentins pour en faire état et les commenter, ils sont plus à même de les situer dans le contexte des sciences humaines en Argentine.

5Me souvenant de son séjour à Aix-en-Provence où j’ai eu la joie de l’accueillir le 25 novembre 1991, je me contenterai de souligner avec quelle satisfaction elle découvrit les nombreuses possibilités offertes aux chercheurs étrangers par l’iremam, et avec quelle joie elle rencontra ses collègues français.

6La conférence qu’elle donna, en français, le 6 décembre 1991 sur le thème « Modes d’insertion des émigrés syriens et libanais en Argentine » fut suivie d’un échange fructueux à propos de la permanence et des changements des normes sociales et politiques originelles.

7Elle profita de son séjour en France pour aller à Paris afin de rencontrer des collègues linguistes avec qui elle voulait collaborer. De retour en Argentine, elle fit connaître l’iremam et diffusa ses travaux dans les milieux universitaires et scientifiques concernés.

8Par delà les regrets que sa disparition fait naître en nous, il reste que l’avancement des recherches dans le domaine où elle excellait doit se poursuivre dans le même esprit d’ouverture et de découverte qui l’avait animée : c’est bien la voie qui semble avoir été prise puisque le renouvellement de l’accord de coopération est acquis, et que les échanges entre chercheurs français et argentins se poursuivent.

9La publication de ce numéro spécial des Cahiers de l’iremam dans lequel se trouve l’un des derniers articles qu’elle a rédigés, lui est dédiée.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable