Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Croissance des enfants d’âge préscolaire d’origine maghrébine, nés en France

F. Rovillé-Sausse

Texte intégral

Introduction

1Les mesures anthropométriques les plus courantes de la taille, du poids et du périmètre crânien sont toujours utilisées en consultation pédiatrique, car elles sont extrêmement simples à réaliser, et l’évolution individuelle de ces paramètres est un bon critère d’appréciation du développement physique de l’enfant. Aussi, ces mesures sont-elles prises lors de chaque consultation médicale. Reportées aux courbes de référence (M. Sempé et al, 1979), leur évolution chronologique permet d’appréhender un éventuel retard de croissance, ou un excès pondéral… etc… Sachant que les rythmes de croissance staturo-pondéraux des jeunes Maghrébins diffèrent de ceux des Français (F. Belatèche, 1982 ; J. Djamai, 1975 ; R Le Roux, 1985), il semblait intéressant de connaître le devenir des jeunes enfants originaires d’Afrique du Nord, mais qui sont nés et qui grandissent en France.

Sujets et méthode

2Les résultats proposés ici proviennent de l’étude séquentielle basée sur un échantillon de 735 enfants nés et grandissant à Paris ou dans la banlieue parisienne, et dont les deux parents maghrébins, nés et ayant vécu en Afrique du Nord, sont arrivés en France depuis moins de dix ans.

3Les enfants ont tous moins de six ans au moment de l’enquête et les données anthropologiques et biométriques ont été recueillies dans les dossiers médicaux des centres de Protection maternelle et infantile (PMI). Pour l’étude du développement somatique, trois paramètres biométriques ont été retenus (taille, poids et périmètre crânien) qui ont été évalués de façon systématique lors des consultations médicales successives. Ils ont été relevés tous les mois (plus ou moins une semaine) de la naissance à 12 mois, puis tous les deux mois (plus ou moins une semaine) de 14 à 24 mois, enfin tous les six mois pour la taille et le poids (toujours avec une marge d’une semaine) jusqu’à 72 mois, à âge fixe déterminé en fonction de la date de naissance. La prévention n’est plus prise en charge par la PMI au-delà de six ans. Une base de quelques 50 000 données métriques est ainsi constituée. On connaît également, pour chacun des enfants, la durée de la gestation, le mode d’allaitement, sa place au sein de sa fratrie, l’âge de ses parents au moment de sa naissance, et l’activité professionnelle éventuelle de la mère. Les jumeaux, les prématurés, ainsi que les enfants présentant une anomalie congénitale, ont été exclus de l’élaboration statistique des moyennes.

Résultats

4Les 735 enfants se répartissent en 382 filles et 353 garçons. Si les familles ne sont pas complètes au moment de l’enquête, on connaît toutefois le rang de naissance de chaque enfant. Les rangs de naissance élevés sont assez fréquents (tableau 1). L’espace intergénésique minimum enregistré est de un an (18 %), le maximum étant de 16 ans (un seul cas), avec une médiane à 4 ans (32 %). On connaît l’âge des parents au moment de la naissance de leur enfant. Le plus jeune père avait 23 ans, le plus âgé 68 (médiane à 36 ans) ; la mère la plus jeune avait 15 ans, la plus âgée 39 (médiane à 26 ans). Pour les enfants de rang 1, les pères avaient entre 23 et 68 ans (médiane à 33 ans), et les mères avaient entre 15 et 37 ans (médiane à 24 ans). Sur l’ensemble des mères d’origine maghrébine, 21 % seulement exercent une activité professionnelle. Parmi les enfants dont la mère travaille, 47 % sont gardés par leur mère ou un membre de leur famille, 20 % vont en crèche familiale (nourrice), et 33 % fréquentent la crèche collective ou la halte-garderie.

Tableau 1. Répartition ( %) des rangs de naissance

Tableau 1. Répartition ( %) des rangs de naissance

5Les statures des pères se situent entre 160 et 195 cm (médiane : 172 cm) et celles des mères entre 148 et 160 cm (médiane : 174 cm). Les poids paternels vont de 57 à 98 kg (médiane : 70 kg) et les poids maternels de 48 à 96 kg (médiane : 60 kg). Comme on pouvait s’y attendre (I. Cortinovis et al.), on ne constate pas de corrélation entre les statures ou les poids des parents et les mesures de leurs enfants au moment de la naissance.

6La durée de gestation, exprimée en semaines d’aménorrhée, se situe entre 30 et 42 semaines, dans cet échantillon, avec un mode à 40 semaines tant chez les filles que chez les garçons. Plus des deux tiers des enfants (69 %) sont nés entre 39 et 41 semaines. 92 % des enfants sont nés à terme, c’est-à-dire entre 37 et 42 semaines d’aménorrhée ; 8 % sont prématurés, et nés entre 30 et 36 semaines ; aucun cas de postmaturité (l’accouchement est déclenché à 42 semaines).

Tableau 2. Répartition ( %) des durées de gestation selon le sexe

Tableau 2. Répartition ( %) des durées de gestation selon le sexe

7Il est généralement admis que chez les mères bien nourries, l’allaitement au sein peut satisfaire les besoins du nourrisson jusqu’à six mois, voire même huit mois (B. A. Underwood et al., 1982 ; C. A. Ahn et al., 1980). Au Maghreb, les enfants sont allaités traditionnellement plus longtemps qu’en Europe occidentale (tableau 3). Les enfants de la population étudiée ici se trouvent dans une situation intermédiaire : proportionnellement moins nombreux à être nourris au sein (et durant une période plus courte) que les enfants nés au Maghreb, ils sont aussi plus souvent allaités par leur mère que les nourrissons français.

Tableau 3. Distribution ( %) de la durée d’allaitement maternel

Tableau 3. Distribution ( %) de la durée d’allaitement maternel

8Taille, poids et périmètre crânien ont été mesurés à partir de la naissance, et jusqu’à six ans pour la plupart des enfants suivis. L’évaluation statistique des moyennes a été faite garçons et files séparés. L’évolution de ces paramètres (tableau 4 et figures 1-3) est évaluée en fonction de l’âge chronologique et comparée aux données françaises de référence. On constate, pour les mesures considérées, que les moyennes dans les deux communautés sont très proches, tant chez les filles que chez les garçons. Les quelques différences ponctuelles de moyennes ne sont pas significatives (0,7 < p < 0,9). Comparées aux références françaises, les courbes de croissance séquentielle des enfants nés en France de parents maghrébins montrent une grande similitude, et on peut donc remarquer qu’à schéma nutritionnel égal ces deux populations très proches ont des rythmes de croissance parfaitement identiques. La population d’origine maghrébine étudiée ici s’éloigne en cela du modèle classique rencontré au Maghreb, où, si la croissance est généralement satisfaisante durant les premiers mois de la vie, on observe ensuite un fléchissement des courbes au moment du sevrage. Le poids chute à ce moment-là par la survenue de diarrhée ; le lait n’est pas toujours compensé au moment du sevrage par un apport protéino-énergétique suffisant, les repas étant composés alors essentiellement de céréales (F. Hafidi et al., 1994) ne couvrant pas tous les besoins des enfants d’âge préscolaire. Les auteurs parlent alors de malnutrition. Les déficits pondéraux ne peuvent être appréciés par le poids seul ; il faut tenir compte de la taille. L’indice de corpulence (indice de Quételet) Poids/Taille2 (où le poids est exprimé en kg et la taille en m) est considéré comme étant un bon indicateur de l’état nutritionnel (M.F. Rolland-Cachera, 1991). La courbe d’évolution de cet indice, en fonction de l’âge chronologique, croît régulièrement, et rapidement, durant les premiers mois de la vie, chez les populations sans problèmes alimentaires particuliers, passant d’une valeur de 13,5 à 18 kg/ m2 en moyenne chez les enfants d’origine maghrébine étudiés ici (figure 4 : courbe 1). Par contre, l’évolution de cet indice est très irrégulière dès l’âge du sevrage, chez les enfants souffrant de malnutrition (figure 4 : courbe 2 présentant un exemple de croissance de l’indice de corpulence chez des enfants malnutris en Algérie. Cet état de malnutrition ne se rencontre pas dans la population d’enfants nés en France, chez qui le sevrage progressif est accompagné d’une diversification alimentaire équilibrée, sans suppression en particulier des substances lactées indispensables à l’organisme. Précisons que par “sevrage”, il faut entendre ici arrêt de l’allaitement maternel. Il est important (et rassurant) de noter, d’autre part, que nous avons pu remarquer, dans notre échantillon, que le choix de l’allaitement maternel ou artificiel n’avait pas d’incidence à long terme sur la croissance des enfants. Les nourrissons nés à terme, mais de petit poids sont préférentiellement nourris au biberon. Le poids de naissance moyen chez eux est de 3,2 kg ; il est en moyenne de 3,5 kg chez les nouveau-nés nourris au sein. On peut penser que les enfants plus graciles, voire trop faibles pour téter efficacement, voient leur croissance surveillée avec une attention plus grande, et dans ce cas leurs mères choisiront l’allaitement artificiel. Le lait maternisé présente l’avantage d’être stable dans sa composition protéino-calorique, et la quantité absorbée est parfaitement mesurable. On sait que la qualité du lait maternel peut varier d’une femme à l’autre et que son absorption n’est pas quantifiable avec précision. La figure 5 montre que l’évolution pondérale durant les premières semaines de l’enfant (nouveau-nés à terme) varie en fonction du mode d’allaitement choisi. Les enfants de poids de naissance en moyenne plus faible reçoivent un lait maternisé, et “rattrapent” à deux semaines le poids de ceux qui sont nourris au sein, puis les dépassent légèrement. L’allaitement artificiel, plus stable, semble responsable d’une vitesse de croissance accélérée durant le premier mois de la vie. Les différences de rythme de croissance sont nettes entre les deux groupes. Aucun enfant ne reçoit d’alimentation mixte à ce moment-là. Par contre, à deux mois, les nourrissons nourris au sein reçoivent très souvent un complément de lait maternisé et on note une homogénéisation progressive des modes d’alimentation à laquelle correspond une tendance globale à l’atténuation des différences dans les proportions corporelles.

Fig. 1 Evolution chronologique de la taille des enfants de parents maghrébins à celle des français (ici les filles)

Fig. 2 Evolutions chronologiques comparées du poids des enfants nés en France, de parents maghrébins et français (ici les filles)

Fig. 3 Périmètres crâniens comparés des enfants, nés en France de parents maghrébins et français (ici les garçons)

Tableau 4 : Taille, poids et périmètre cranien des enfants nés en France de parents originaires du Maghreb.

Tableau 4 : Taille, poids et périmètre cranien des enfants nés en France de parents originaires du Maghreb.

Fig. 4 Evolution de l’indice de corpulence chez les enfants nés en France de parents maghrébins (courbe 1) et les enfants nés en Algérie (courbe 2) d’après Bélatèche, 1982

Fig. 5 Evolution pondérale des enfants de parents d’origine maghrébine, en fonction du mode d’allaitement entre 0 et 3 mois

Conclusion

9En résumé, nous pouvons dire que dans le cas de bonnes conditions sanitaires et de grossesses bien suivies, les caractéristiques à la naissance seront identiques pour les nourrissons, qu’ils soient nés en France de parents français ou originaires d’Afrique du Nord. Il en va de même pour la croissance séquentielle des principaux paramètres anthropométriques évalués de façon suivie jusqu’à l’âge de six ans. Quelque soit l’âge d’arrêt de l’allaitement maternel, lorsqu’il a eu lieu, le sevrage est progressif et accompagné d’un changement et d’une diversification alimentaire n’ayant aucune conséquence désastreuse sur la croissance de ces enfants. Leur situation nutritionnelle est satisfaisante et leur croissance harmonieuse, comparée aux références dont les courbes figurent dans tous les carnets de santé. Nous avons noté également que le choix de l’allaitement, maternel ou artificiel, durant les semaines qui suivent la naissance n’a pas d’incidence sur le plan anthropométrique au-delà de trois mois.

Bibliographie

Références

Ahn C. A. et Mac Lean W.C., 1980, Growth of the exclusively breast-fed infant. Am. J. Clin. Nutr., 33, 183-192.

Belateche F., 1982, Devenir nutritionnel de l’enfant algérien de 0 à 36 mois dans un secteur urbain de la région d’Alger (El-Medania 1973-1981), thèse, Université d’Alger. Institut des sciences médicales.

Cortinovis I., Bossi A. et Milani S., 1993, Longitudinal growth charts for weight, length and head-circumference of Italian children up to three years, Acta med. auxol, 25, 13-29.

Djamai J., 1975, Résultats d’une enquête parmi les enfants de 0 à 3 ans de la PMI de Birkadem, thèse médecine, Alger.

Hafidi F., Dillon J.-C, Bourg H. et Dalal A., 1994, Les lipides, l’équilibre alimentaire et la croissance chez l’enfant d’âge préscolaire de Marrakech, Actes du colloque international “Conception, naissance et petite enfance au Maghreb : approches anthropologiques”, Marrakech, 53-54.

Le Roux P., 1985, Expérience de 16 mois de protection maternelle et infantile dans un secteur de l’est Algérien, thèse médecine, Caen.

Rolland-Cachera M.F., 1991, Méthode d’évaluation de l’état nutritionnel chez l’enfant : application au cas de l’obésité, Bull, et Mém. de la Soc. d’Anthrop. de Paris, n.s. 3, n° 3- 4, 191-200.

Sempé M., Pédron G. et Roy-Pernot M.P., 1979, Auxologie : méthode et séquences, Théraplix, Paris.

Uunderwood B.A. et Hofvander Y., 1982, Appropriate timing for complementar feeding of the breast-fed infant, A review, Acta Paediatr. Scand., suppl. 294.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition ( %) des rangs de naissance
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 2. Répartition ( %) des durées de gestation selon le sexe
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 3. Distribution ( %) de la durée d’allaitement maternel
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 1 Evolution chronologique de la taille des enfants de parents maghrébins à celle des français (ici les filles)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 2 Evolutions chronologiques comparées du poids des enfants nés en France, de parents maghrébins et français (ici les filles)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 3 Périmètres crâniens comparés des enfants, nés en France de parents maghrébins et français (ici les garçons)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 4 : Taille, poids et périmètre cranien des enfants nés en France de parents originaires du Maghreb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Légende Fig. 4 Evolution de l’indice de corpulence chez les enfants nés en France de parents maghrébins (courbe 1) et les enfants nés en Algérie (courbe 2) d’après Bélatèche, 1982
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 5 Evolution pondérale des enfants de parents d’origine maghrébine, en fonction du mode d’allaitement entre 0 et 3 mois
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2937/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteur

Roville-Sausse Françoise, Laboratoire d’anthropologie biologique, Musée de l’homme, Collège de France, Paris, France.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter