Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Alimentation, croissance et développement d’enfants marrakchis de 0 à 1 an

Étude prospective longitudinale en milieu urbanisé

Najat Belkeziz et Hélène Pagezy

Texte intégral

Sujets et méthodes

1La présente étude complète celle d’H. Amor Baali puisqu’elle concerne une approche plus globale à la fois des processus de croissance et de développement de nourrissons vivant en milieu urbanisé. Deux cohortes d’enfants, totalisant 191 nouveaux-nés provenant de la maternité de Ibn Tofaïl à Marrakech, ont été suivies de 1985 à 1987. Les critères de sélection incluent le fait d’être né à Marrakech, non prématuré, sans malformation congénitale et de peser à la naissance entre 2,5 et 4 kg. Ce travail a consisté en un suivi mensuel de ces enfants de la naissance à un an, à la date anniversaire ± 3 jours, soit au dispensaire le plus proche, soit à domicile. L’examen comprenait un questionnaire sur l’état de santé de l’enfant, les modalités de sevrage, le développement psychomoteur (tenue de la tête, station assise acquise, station debout avec appui, marche indépendante), complété par un certain nombre de mensurations comme la stature en position allongée, le poids, le périmètre crânien et le périmètre brachial. Sur les 191 enfants recrutés, l’effectif n’était plus que de 126 après le premier mois, et 92 à la fin de la première année de vie, soit 48 garçons et 44 filles.

2Dans les familles enquêtées, les hommes (âge médian 30-39 ans) sont en moyenne de 10 ans plus âgés que les femmes (âge médian 20-29 ans). Les professions des parents et leur niveau d’instruction se répartissent selon les tableaux la et b. L’intervalle protogénésique qui sépare le mariage (âge moyen 18,6 ans) de la première naissance ne dépasse pas un an chez 62 % des femmes et excède 3 ans chez 7 % d’entre elles seulement. La fécondité est élevée (tableau 2), ce phénomène s’expliquant en partie par la précocité de l’âge au mariage.

3Sur 356 grossesses, on a relevé 7 % de fausse couches et 3,6 % de morts-nés. La mortalité intra-utérine atteint donc 10,6 %. Ce sont les femmes de plus de 30 ans qui sont les plus touchées (8,3 % contre 4 % chez les moins de 30 ans). Sur 30 décès enregistrés, 96 % concernent les enfants de moins de 5 ans.

4Ces résultats se rapprochent de ceux obtenus en 1982 sur les 20 dispensaires de Marrakech. Sur 1 482 décès enregistrés, 94 % ont lieu avant l’âge de 5 ans. Le pourcentage de fausses-couches est de 10 %, celui de morts-nés de 2,9 %, ce qui correspond à une mortalité intra-utérine de 12,9 % (Crognier et Zarouf, 1987).

Tableau 1a Profession des parents des nourrissons de l’enquête croissance de la ville de Marrakech, 1985-87

Tableau 1a Profession des parents des nourrissons de l’enquête croissance de la ville de Marrakech, 1985-87

Tableau 1b. Niveau d’instruction des parents des nourrissons de l’enquête de croissance de la ville de Marrakech, 1985-87

Tableau 1b. Niveau d’instruction des parents des nourrissons de l’enquête de croissance de la ville de Marrakech, 1985-87

Tableau 2. Fécondité des femmes de l’enquête croissance et développement de la ville de Marrakech, 1985-87

Tableau 2. Fécondité des femmes de l’enquête croissance et développement de la ville de Marrakech, 1985-87

5La plupart des maisons sont organisées autour d’une cour sur laquelle s’ouvrent les pièces d’habitation. Dans la classe défavorisée, chaque pièce est habitée par un ménage, le centre de la maison étant réservé aux activités collectives. L’habitat collectif en lotissement ou en immeuble n’est pas fréquent ; 42 % des familles enquêtées sont propriétaires de leur maison. Ces maisons se trouvent surtout dans les quartiers de Sidi Youssef Ben Ali, Aïn Yetti et le quartier industriel. Chaque logement possède en moyenne 2,3 pièces, occupées chacune par 2,9 personnes. Presque tous les logements (94 %) sont équipés à l’électricité et possèdent l’eau courante (89 %). Seules 12 % des familles doivent chercher l’eau aux bornes-fontaines. Les quartiers de Sidi Youssef Ben Ali, Aïn Yetti, Douar Akyoud et Mellah sont sous équipés : l’assainissement et l’équipement en égout sont défectueux.

Tableau 3. Critères de classement des familles en classe moyenne ou défavorisée

Tableau 3. Critères de classement des familles en classe moyenne ou défavorisée

6La profession des parents et un certain nombre de critères socio-économiques ont permis de diviser de façon raisonnée l’échantillon en deux groupes, une classe moyenne et une classe défavorisée (tableau 3). Chaque enfant a été affecté dans une des deux classes citées lorsque sa famille présentait au moins 3 critères parmi les 5 retenus. En les testant sur une vingtaine de familles connues, ces critères se sont révélés pertinents.

Alimentation et sevrage des enfants marrakchis

Régime alimentaire de la femme allaitante

7Sachant que la production de lait et dans une moindre mesure la teneur en certains nutriments dépend de la qualité du régime alimentaire de la mère (Gunther et Stannier, 1951 ; Thomson et Hytten, 1966 ; Sosa et col., 1976 ; Stanfïeld, 1977 ; Prentice et col., 1980), il est important du point de vue biologique que la femme soit soumis à un régime adapté aux besoins du nourrisson.

8Dans la plupart des sociétés, les femmes allaitantes doivent suivre certaines prescriptions, consistant à la fois en des restrictions et des recommandations. Ces prescriptions font en général référence aux domaines symbolique et empirique (mauvais goût du lait, émission de selles plus liquides). Certaines d’entre elles sont également connues d’autres cultures. Ainsi, on évitera que la femme marrakchie qui allaite ne consomme certains épices, les radis, l’oignon et l’ail, censés donner mauvais goût au lait ; par ailleurs, les raisins, figues et certains légumes tels que choux, petits pois et fèves vertes sont censés provoquer la diarrhée de l’enfant.

9Inversement la femme qui allaite doit boire beaucoup de lait et de laitages, de soupes d’orge, de blé, de maïs préparées à l’huile d’olive, de bouillons de viande. Couscous, pâtes, crêpes, légumes secs tels que lentilles et haricots secs, poissons, aliments riches en protéines et/ou calories, seront consommés fréquemment afin d’accroître la production de lait.

(AC : âge à l’introduction du premier aliment de complément. AS : âge au sevrage définitif.)
Fig. 1 Age à l’introduction du premier aliment de complément et âge au sevrage définitif des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique

10Le jour de l’accouchement, on donne à la jeune mère une galette grillée et sucrée, mélangée avec des noix, amandes et grains d’anis, plat devant favoriser la montée de lait.

Fig 2 Pourcentages ayant consommé au cours du mois différentes catégories de farine par tranche d’âge d’un mois

11Dans la classe moyenne le régime de la femme allaitante, constitué de légumes, viande, fruits, poissons, semble suffisamment riche et diversifié. Dans la classe défavorisée, par contre, certaines familles ont une préférence pour un régime riche en légumes frais cuisinés en sauce. D’autres familles plutôt pour des légumes secs, haricots, fèves, lentilles, accompagnant les sardines fraîches, poisson relativement bon marché. En été, la consommation de légumes secs diminue, le régime de la mère devenant insuffisant.

Modalités de sevrage de l’enfant marrakchi

12Un questionnaire détaillé a été proposé aux femmes de façon à connaître la durée de l’allaitement, la nature du régime alimentaire de chaque enfant, ainsi que l’âge à l’introduction d’un nouvel aliment parmi les plus fréquemment consommés. Les modalités de sevrage (âge à la première introduction d’un produit, nature et succession des aliments présentés) sont importantes non seulement du point de vue nutritionnel, mais encore du point de vue digestif (Shahani et col., 1980) et de la résistance aux infections (Lestradet et Desjeux, 1977), car le sevrage doit suivre la maturité fonctionnelle du nourrisson.

13A Marrakech, la plupart des enfants sont allaités à la demande. Le début du sevrage est précoce : 1,4 mois dans la classe moyenne, 1,6 mois dans la classe défavorisée (figures 1a et b) et consiste en lait du commerce, soit en poudre, soit frais et dilué. Les quantités de lait données à l’enfant comme la proportion d’enfants le recevant sont plus élevées dans la classe moyenne, surtout après 6 mois (tableau 4). Viennent ensuite le jus d’orange, la bouillie légère de riz moulu, les biscuits, les soupes de légumes, d’autres sortes de bouillies et certains fruits (tableau 5 et tableau 6). Enfin l’enfant reçoit du pain et des produits animaux. A partir du 10ème mois, il participe au repas familial.

14L’étude longitudinale de la consommation alimentaire a permis de connaître l’âge à la première introduction des principaux aliments.

Les bouillies (figure 2)

15Les farines du commerce caractérisent la classe moyenne. Dans la classe défavorisée, elles ne figurent dans le menu que de 10 % des enfants : elles sont remplacées par des bouillies préparées à la maison, soupe d’orge, de semoule de blé ou de maïs, présentées dès le 3ème mois à l’enfant. Les bouillies de farine grillée, les pois chiches et les fruits secs moulus apparaissent de façon épisodique dans les deux groupes.

Les biscuits

16Il s’agit le plus souvent de gâteaux que l’on trouve dans le commerce, présentés à l’enfant dès le 2ème mois dans la classe défavorisée, trempés dans du thé ou dans du lait ; à partir de 3 mois dans la classe moyenne, mélangés à la verveine dans un biberon.

Le riz

17Le riz moulu est donné sous forme de bouillie légère dès l’âge de 1 mois dans la classe défavorisée, de 2 mois dans la classe moyenne.

Tableau 4. Quantité moyenne de lait de vache consommée par jour et par enfant selon le niveau socio-économique

Tableau 4. Quantité moyenne de lait de vache consommée par jour et par enfant selon le niveau socio-économique

N : nombre d’enfants par classe d’âge ; NC % proportion d’enfants consommant le lait de vache.

Tableau 5. Age à l’introduction de nouveaux aliments au cours du sevrage. Enfants marrakchis, classes moyenne et défavorisée.

Tableau 5. Age à l’introduction de nouveaux aliments au cours du sevrage. Enfants marrakchis, classes moyenne et défavorisée.

La conclusion sur la classe moyenne ou défavorisée est fonction du % d’enfants de la classe consommant l’aliment.

Les légumes

18Ils sont proposés à l’enfant dès l’âge de 3 mois sous forme de soupe légère. A partir de 10 mois, la proportion d’enfants recevant cette soupe diminue dans la classe défavorisée tandis que l’enfant comence à participer aux repas familiaux et que son régime s’enrichit en pain, sauce et bouillie.

Le pain

19Il représente la base de l’alimentation marocaine. Il se consomme trempé dans de la sauce, du thé ou de l’huile d’olive sucrée. Bien souvent, dès les premiers mois l’enfant reçoit à sucer un mélange de pain et d’huile d’olive légèrement sucré, enfermé dans un petit sachet de tissu.

La viande

20La viande est introduite dès 5 mois dans la classe moyenne, 8 mois dans la classe défavorisée. On choisit de préférence un morceau de boeuf ou de mouton dépourvu de graisse. Les enfants de la classe moyenne ont davantage accès à la viande puisque 37 % d’entre eux la consomment dès 9 mois, hachée et accompagnée de légumes, contre 4 % seulement dans la classe défavorisée. Outre son prix élevé, on peut supposer que l’interdit lié à la consommation de viande avant l’apparition des 4 incisives dans certaines tribus berbères sont des facteurs explicatifs des différences observées selon les milieux.

Le poisson

21Le poisson frais est introduit à partir de 5 mois dans la classe moyenne (poissons blancs, merlan, sole), de 6 mois dans la classe défavorisée (sardines fraîches). A 10 mois, 38 % des enfants de la classe moyenne et seulement 4 % de la classe défavorisée consomment des poissons blancs ; ce rapport s’inverse en ce qui concerne les sardines, consommées par 52 % des enfants de la classe défavorisée et par 11 % seulement de la classe moyenne. La consommation de sardines est favorisée par le passage de marchands ambulants dans les quartiers pauvres, vendant ce poisson à un prix très abordable.

Le yaourt

22Le yaourt est introduit dès 1 mois dans la classe défavorisée, 4 mois dans la classe moyenne. A partir du 6ème mois, la proportion d’enfants consommant des yaourts est plus élevé dans ce dernier groupe.

Les fromages

23Le fromage est proposé aux enfants dès 4 mois dans chacune des deux classes. L’achat de ce produit demande un effort pécuniaire de la part des mères issues de milieux pauvres, effort répondant aux conseils de diététique reçus dans les dispensaires.

Les œufs

24L’âge à la première introduction d’œufs est de 4 mois dans la classe moyenne, 5 mois dans la classe défavorisée qui, par ailleurs, en consomme moins souvent.

Les fruits

25Les fruits proposés aux jeunes enfants de moins de 6 mois sont les bananes et les pommes pelées, parfois cuites et écrasées. On évite le raisin, les melons, les pastèques, les abricots et les figues, fruits susceptibles de provoquer des diarrhées.

Tableau 6. Pourcentage ( %) d’enfants ayant consommé les aliments de complément suivants par tranche de 3 mois d’âge

Tableau 6. Pourcentage ( %) d’enfants ayant consommé les aliments de complément suivants par tranche de 3 mois d’âge

Cl m : classe moyenne ; Cl d : classe défavorisée.

26Le sevrage définitif a lieu à 10,6 mois en moyenne, 9,5 mois dans la classe moyenne, 11,8 mois dans la classe défavorisée. Il est un peu plus précoce chez les garçons (11 mois) que chez les filles (11,6 mois). Certaines mères espèrent retarder une nouvelle grossesse en prolongeant l’allaitement. Dans la classe moyenne, la moindre durée d’allaitement s’explique en partie par les activités salariées des femmes. La période critique pour l’enfant se situe après 9 mois : au sevrage nutritionnel et affectif s’ajoute l’effet des maladies infectieuses et parasitaires.

27En Algérie, Tabutin (1970) note une différence de 3 mois dans l’âge au sevrage définitif entre la ville (11,3 mois) et la campagne (14,4 mois). En Tunisie, Redjeb (1973) a mis en évidence une moindre durée d’allaitement dans les milieux aisés par rapport à la classe défavorisée.

28Sur 92 cas de sevrage définitif, les mères invoquent le tarissement de la production de lait (24 cas), une nouvelle grossesse et une maladie de la mère dans 4 et 2 cas, une contre indication médicale temporaire dans 1 cas. Les 61 cas restants ne semblent pas liés à un motif particulier.

29Sur les 61 sevrages définitifs non imposés, la mère a décidé brusquement d’interrompre l’allaitement dans 62 % des cas, de diminuer progressivement la fréquence des têtées dans 26 % des cas, les derniers 12 % n’étant pas liés à un motif particulier. Le sevrage progressif concerne plutôt les familles peu nombreuses et les jeunes mères. L’âge au sevrage définitif varie avec le groupe ethnique, les croyances religieuses et l’activité des parents. Les mères d’origine berbère attendent souvent que leur enfant ait percé ses 4 incisives. D’autres femmes pensent que le sevrage ne doit pas se faire au cours d’un mois impair car l’enfant risquerait de rester unique. Les femmes qui optent pour un allaitement prolongé le font souvent en liaison avec les prescriptions du Coran qui recommandent aux “mères qui veulent un allaitement complet de nourrir leurs enfants deux années pleines”.

30Le sevrage définitif reste un rite important. Traditionnellement, les seins sont avec un produit piquant, piment ou poivre dans le but d’en éloigner l’enfant. Le jour du sevrage, on distribue à tous les membres de la famille réunis des œufs durs, amandes, noix et pois chiches grillés. Ce rite signifie une interruption dans le mode d’alimentation de l’enfant et une étape importante dans sa socialisation : la relation mère-enfant s’estompe, tandis que les relations avec certains membres de la famille prennent de l’importance. C’est ainsi que les sœurs et la grand-mère prennent en charge l’enfant sevré, permettant à l’enfant de mieux faire face au traumatisme affectif.

31En conclusion, d’une façon générale l’alimentation de l’enfant marrakchi est variée et le sevrage progressif. Le choix des mères quant aux produits proposés, dépend de leur prix, de leur disponibilité et de leur facilité de préparation. Elles présentent successivement à l’enfant des produits laitiers, biscuits, riz et légumes, puis le pain et enfin des produits animaux. Les œufs et les abats de volaille ne sont pas donnés au jeune enfant pour des raisons culturelles.

32Entre classes sociales, on note une différence dans les modalités de sevrage. La classe moyenne présente plutôt des bouillies du commerce prêtes à la consommation. Les bouillies préparées à domicile, moins chères, sont plutôt choisies par les mères des milieux défavorisés. Elles sont servies au petit déjeuner et au repas du soir dans la plupart de ces familles dont le régime alimentaire semble par ailleurs carencé en aliments protidiques. La viande et les œufs sont remplacés par des féculents, des bouillies et du riz. Les légumes, biscuits et fromages également sont moins souvent consommés dans ce groupe. A Marrakech, le sevrage peut accentuer les problèmes nutritionnels, l’enfant évoluant dans un environnement infectieux et parasitaire contraignant. Par ailleurs, les femmes salariées ne peuvent allaiter à la demande au-delà des 2 mois de congé de maternité qui leur sont octroyés.

33A partir du l0ème mois, l’enfant commence à participer au repas familial. Certains plats lui sont indigestes parce que trop épicés. Dans les deux classes, le riz, les biscuits, les bouillies du commerce, les soupes de légumes et même le lait se font plus rares. Le sevrage définitif qui a lieu à 10,6 mois accentue le déficit en protéines, surtout dans la classe défavorisée. Ainsi la période qui commence après le 9ème mois doit être considérée comme critique pour l’enfant issu d’un milieu modeste.

Tableau 7. Proportion d’enfants ( %) ayant fait un épisode infectieux selon le niveau socio-économique et selon l’âge. Test de Student

Tableau 7. Proportion d’enfants ( %) ayant fait un épisode infectieux selon le niveau socio-économique et selon l’âge. Test de Student

34Au plan psychique, le sevrage définitif se passe dans des conditions plutôt favorables. L’enfant qui continue à vivre auprès de sa mère est progressivement pris en charge par les autres membres de la famille contrairement à ce qui se passe dans certaines sociétés africaines où le sevrage est associé à une séparation brutale de la mère.

Episodes infectieux et soins aux nourrissons

35Les épisodes infectieux relevés pendant la première année de vie des enfants sont les diarrhées, gastro-entérites, otites, conjonctivites, éruptions cutanées, infection des voies respiratoires supérieures, constipation et infections buccales. Le diagnostic se fait lors d’une visite médicale ou chez une guérisseuse ou encore découle des connaissances empiriques de la mère. Dans ce cas il s’agit surtout de diarrhées, d’éruptions cutanées et de rhinites.

Incidence des épisodes infectieux

Selon le niveau socio-économique

36Sur un total de 546 épisodes infectieux, 257 ont été relevés dans la classe moyenne et 289 dans la classe défavorisée (tableau 7). La fréquence des diarrhées, otites et conjonctivites est plus élevée dans la classe défavorisée. Par contre, les infections des voies respiratoires supérieures, constipation et éruptions cutanées sont relativement plus fréquentes dans la classe moyenne.

Selon l’âge

37Avant 6 mois, les épisodes infectieux les plus fréquents sont les infections des voies respiratoires supérieures, la constipation, la conjonctivite et les infections buccales. Après 6 mois, les diarrhées augmentent, tandis que diminuent les infections des voies respiratoires, constipation et conjonctivite.

Les soins

38578 épisodes de soins ont été relevés au cours de l’enquête, 282 dans la classe moyenne et 296 dans la classe défavorisée. Les soins varient en fonction des moyens financiers des familles et des attitudes de la mère face au système de représentations. On peut distinguer deux grands types de recours thérapeutiques : ceux mettant en jeu le système biomédical d’une part et, d’autre part, les soins traditionnels dispensés par les ferragates (guérisseuses d’enfants) ou par la grand-mère et la mère. Dans le cas des diarrhées on peut avoir recours à la diététique. Le choix d’un certain type de soins par rapport à un autre varie selon le niveau socio-économique (tableau 8).

39Dans la classe défavorisée, les traitements biomédicaux sont le plus souvent incomplets. Quand la mère revient de chez son médecin, elle a son ordonnance en main et le cœur chagriné : déjà inquiète pour la santé de son enfant, elle est découragée par le coût du traitement. Elle n’achètera qu’une partie de la prescription, ou sollicitera une ferragate qui la rassurera et traitera l’enfant par des infusions d’herbes, et des massages à l’huile d’olive ou de cade.

Tableau 8. Type de recours selon l’origine sociale des familles

Tableau 8. Type de recours selon l’origine sociale des familles

578 épisodes infectieux, 282 pour la classe moyenne, 296 pour la classe défavorisée.

Maladies soignées par les ferragates

40Certaines “maladies” de l’enfance décrites par un ensemble de symptômes comme ech-chem, es-serra, el-khdïb, tira, relèvent plus particulièrement du domaine des ferragates.

41Ech-chem (sentir), est une maladie dont les symptômes sont des cris incessants de l’enfant, une diarrhée “verte” et la fontanelle qui reste béante. Cette maladie est contractée au contact de femmes portant sur elles des produits de sorcellerie, herbes, talisman, etc. L’odeur même des produits peut rendre malade l’enfant. C’est pourquoi certaines mères évitent de faire sortir leur enfant, surtout les derniers jours de l’an lunaire considérés très favorables à la sorcellerie. Selon Hilali (1986) pour la région d’El Zaouzia, d’autres maladies sont liées au “mauvais oeil” :

42Es-Serra (ombilic) est une maladie dont les symptômes sont des diarrhées accompagnées de fièvre et d’un ballonnement de ventre.

43El-Khaïb (sang vicié) est une maladie très redoutée des mères. L’enfant bleuit, est pris de contractures musculaires. Appelée en urgence, la guérisseuse pratique des incisions à l’aide d’une lame de rasoir au bas-ventre de l’enfant pour faire évacuer le “mauvais sang”.

44Tira (engoulevent) est une maladie provoquée par le passage de cet oiseau maléfique au-dessus de la tête de l’enfant ou au-dessus de la maison. Les yeux de l’enfant vont enfler, il sera pris de diarrhée et de vomissements.

45Il est à noter que la “maladie de l’oiseau” se retrouve dans la nosologie de diverses sociétés d’Afrique centrale (Pagezy, 1988 ; Gami, 1992), de même que la “maladie de la fontanelle” (Gami, 1992).

46En conclusion, la fréquence de maladies graves comme les diarrhées et le moins bon accès aux soins biomédicaux sont des facteurs susceptibles d’agir sur la croissance et l’état de nutrition des enfants de la classe défavorisée après l’âge de 6 mois. Le recours aux soins biomédicaux sont de ce fait plus rares dans les milieux défavorisés qui font davantage confiance à la médecine traditionnelle.

47Evolution du développement psychomoteur en fonction de l’âge et du niveau socio-économique

48La première année de vie est peut-être la plus importante pour le développement psychomoteur. La sécurité affective que procure une mère disponible, tournée essentiellement vers son enfant est, durant les premiers mois, une condition essentielle à son développement physique, intellectuel et affectif.

49En Afrique, dans les milieux traditionnels, l’enfant n’est jamais seul mais toujours en contact avec une ou plusieurs personnes de son entourage. La présence permanente de personnes, les stimulations multiples, sont probablement des facteurs favorisant l’éveil de ces nourrissons (CIE, 1979). Rutter (1979) suggère que le facteur le plus important pour le développement de l’enfant est davantage d’ordre affectif que cognitif. La privation d’une ambiance de chaude affection aurait une influence sur tous les aspects de la croissance physique (Masse, 1977). Néanmoins, une malnutrition sévère pendant une période critique du développement pourrait avoir des conséquences néfastes, que des stimulations sensorielles ne sauraient compenser (Frankova et Barnes, 1968 ; Barnes et col., 1970 ; Levistky et Barnes, 1972 ; Barnes 1976).

50Des différences entre sociétés ont été observées au niveau du développement psychomoteur, comme l’acquisition de la tenue de la tête, de la position assise, de la position debout ou de la marche. La précocité des Africains par rapport aux Européens a été décrite par de nombreux auteurs comme Geber (1958, 1975, 1978) en Ouganda. Geber (1973) attribue cette avance au climat d’affection et de sécurité dans lequel vit le jeune enfant, allaité à la demande et en contact physique permanent avec sa mère, ainsi qu’à la richesse des stimulations visuelles et verbales qu’il reçoit. Néanmoins on a observé des différences entre milieu rural et urbain, les enfants vivant en milieu rural étant plus précoces.

51A Marrakech, le suivi régulier d’enfants au cours de leur première année de vie a permis de connaître les dates à l’acquisition des différents stades du développement psychomoteur : tenue de la tête, station assise, station debout sans appui, marche indépendante. Pour chacune de ces étapes ont été calculés les P25, P50, et P90 de l’échantillon total et de sous-échantillons en fonction du sexe et du milieu socio-économique (tableau 9).

Tableau 9. P25, P50 et P90 des différentes étapes de développement psychomoteur des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique

Tableau 9. P25, P50 et P90 des différentes étapes de développement psychomoteur des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique

Classe moyenne : Filles n = 29, 24, 23, 21. Garçons : n = 30, 27, 24, 20 ; Classe défavorisée : filles n = 22, 22, 20, 17 ; garçons n = 29, 26, 25, 22.

52Par rapport aux références nord américaines NCHS (figure 3), excepté pour l’apparition de la première dent, les distributions obtenues sont centrées sur un P50 voisin (Amirhakimi, 1974), avec un P25 légèrement plus tardif ; la distribution plus tassée (P90 plus précoce) traduit un rythme différent dans l’acquisition des étapes du développement psychomoteur.

53En fonction du sexe, on constate une légère avance des filles sur les garçons pour la station assise, debout sans appui et marche indépendante (Hutt, 1972 ; Smith et al., 1930 cité par Hindley, 1966).

54En fonction du niveau socio-économique (figure 4) les enfants de la classe défavorisée présentent un retard par rapport à ceux de la classe moyenne surtout en ce qui concerne l’âge à la station debout sans appui et à la marche indépendante.

Fig. 3 Différentes étapes du développement psychomoteur des enfants de Marrakech (échantillon total) comparées aux références nord-américaines

Etude de cas

55Quatre garçons et une fille ont marché très tardivement (après 16 mois). L’examen des dossiers a permis de constater que ces enfants avaient été atteints de troubles sérieux pendant leur première année de vie :

Fig. 4 Différentes étapes du développement psychomoteur des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique

premier cas

56Ce garçon a marché à 17 mois. Sa croissance pondérale a été stoppée suite à une déshydratation sévère dès le premier mois de vie. Le tarissement de la sécrétion lactée de la mère n’a pu être compensé par l’introduction de lait de vache, denrée trop onéreuse : l’enfant n’en recevait qu’un verre par jour, dilué dans de l’eau et réparti en deux prises. Entre 10 et 11 mois, l’enfant a souffert de carence affective : suite à l’hospitalisation de sa mère, il a été confié à une voisine.

deuxième cas

57Neuvième enfant de famille et non désiré par sa mère, ce garçon n’a marché qu’à 16 mois. Malnutri pendant les 3 premiers mois de vie, il a présenté des troubles digestifs accompagnés de vomissements. Il a été également atteint d’une otite précoce.

troisième cas

58Ce garçon n’a marché qu’à 16 mois. Dès le 6ème mois son régime alimentaire, à base de semoule de blé, de mie de pain trempé dans du thé ou de sauce accompagné de très peu de lait, apparaît mal adapté aux besoins biologiques d’un enfant de cet âge. Cet enfant a manifesté dès 6 mois de très fréquents troubles consistant en des diarrhées et vomissements.

quatrième cas

59Ce garçon n’a marché qu’à 16 mois. Sa mère fut durant cette période très souvent hospitalisée pour soigner des rhumatismes. Durant ces périodes d’hospitalisation, l’enfant fut confié à une voisine. Son sevrage, imposé par la maladie de la mère, a été de ce fait très précoce.

cinquième cas

60Cette fille n’a marché qu’à 16 mois. Allaitée tandis que sa mère était enceinte, elle a présenté un arrêt de croissance pondérale qui a duré 4 mois, suivi d’un arrêt de croissance staturale qui a duré 2 mois. Cette fillette, malnutrie, aurait dû être hospitalisée mais sa mère a préféré la soigner à domicile.

61De l’examen de ces dossiers, il est possible de dégager l’importance de facteurs nutritionnels et psychosociaux dans les troubles du développement psychomoteur : malnutrition précoce, surtout au cours des premiers mois de malnutrition de longue durée, 4 mois et plus ; diarrhées et vomissements fréquents ; mère qui allaite alors qu’elle est enceinte ; enfant non désiré ; enfant séparé de la mère de façon précoce. Ces observations semblent conforter l’hypothèse que les facteurs psychosociaux interfèrent fortement avec les modalités d’alimentation et les épisodes infectieux sur la croissance et le développement de l’enfant.

Croissance et état nutritionnel de l’enfant marrakchi

62Certaines mensurations, comme le poids, la stature, le périmètre bracchial sont considérées comme de bons indicateurs de l’état de nutrition (Tanner, 1976 ; Nabarro, 1985). Le périmètre crânien est une mesure qui présente un intérêt jusqu’à l’âge de deux ans environ. Lié à l’accroissement du volume cérébral, son développement est très rapide au cours des premiers mois puis se ralentit après 18 mois.

Croissance de l’enfant marrakchi

63Les mensurations des enfants marrakchis ont été comparées selon le sexe ou le niveau socio-économique. Dans la plupart des cas, nous avons eu recours aux percentiles, les P3, P10, P50, P90 représentant les valeurs atteintes par 3 %, 10 %, 50 % (médiane de la distribution) et 90 % des personnes de l’échantillon. Les différents centiles ont été calculés par tranche d’âge d’un mois. Les valeurs obtenues ont été ajustées aux courbes de type y = a + b log x, l’ajustement étant d’autant meilleur que le coefficient de correspondance R2 entre les valeurs mesurées et ajustées était proche de 1.

Tableau 10. Valeurs ajustées du P50 du poids (en g) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

Tableau 10. Valeurs ajustées du P50 du poids (en g) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

N : effectif
Cl M : classe moyenne
Cl D : classe défavorisée
TOTAL : effectif total

64Poids : Les pesées ont été effectuées au moyen d’un pèse-bébé SECA, sensible à 10 g, les enfants portant des vêtements légers. A partir de 2 mois le poids des enfants de la classe défavorisée s’écarte des valeurs de la classe moyenne (tableau 10), surtout chez les filles où, dès 7 mois le P50 de la classe défavorisée se rapproche du P10 de la classe moyenne.

65Stature : La stature a été mesurée en position allongée sur une planche munie à chaque extrémité d’une planchette verticale, l’une fixe, l’autre coulissant le long d’une règle graduée en centimètres, l’enfant étant maintenu en position allongée par sa mère et par l’opératrice. On peut estimer l’erreur de mesure à ± 0,5cm. Comme pour le poids, on n’observe pas de différence entre niveaux socio-économiques durant les deux premiers mois (tableau 11) puis les courbes s’écartent, en particulier celles des garçons pour lesquels le P50 de la classe défavorisée se rapproche du P10 de la classe moyenne, surtout après 10 mois.

66Périmètre crânien : Le périmètre crânien a été mesuré au moyen d’un ruban métrique au niveau de sa plus grande largeur (bosses frontales et pariétales). Bien que légèrement inférieures dans la classe défavorisée (tableau 12), les valeurs du périmètre crânien restent proches dans les deux classes quel que soit l’âge.

Tableau 11. Valeurs ajustées du P50 de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

Tableau 11. Valeurs ajustées du P50 de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

N : effectif
Cl M : classe moyenne
Cl D : classe défavorisée
TOTAL : effectif total

Tableau 12. Valeurs ajustées du P50 du périmètre crânien (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

Tableau 12. Valeurs ajustées du P50 du périmètre crânien (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

N : effectif
Cl M : classe moyenne
Cl D : classe défavorisée
TOTAL : effectif total

Tableau 13. Valeurs ajustées du P50 du périmètre brachial (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

Tableau 13. Valeurs ajustées du P50 du périmètre brachial (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique

N : effectif
Cl M : classe moyenne
Cl D : classe défavorisée
TOTAL : effectif total

Tableau 14. Valeurs ajustées du poids en g des enfants marrakchis selon le sexe

Tableau 14. Valeurs ajustées du poids en g des enfants marrakchis selon le sexe

1985 : présente enquête
1971 : enquête nationale 1971
NCHS : P50 des références NCHS

Tableau 15. Valeurs ajustées de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe

Tableau 15. Valeurs ajustées de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe

1985 : présente enquête
1971 : enquête nationale 1971
NCHS : P50 des références NCHS

67Périmètre du bras : Le périmètre du bras a été mesuré au moyen d’un ruban métrique à mi-distance entre l’acromion et l’olécrane. Toutes les mesures de périmètre brachial sont plus basses dans la classe défavorisée (tableau 13), le P50 de cette classe se rapprochant du P10 de la classe moyenne dès 5 mois chez les garçons, 2 mois chez les filles.

68Les courbes de poids ont été comparées à celles de l’enquête nationale de croissance de 1971, effectuée dans toutes les régions du Maroc auprès d’enfants de 0 à 4 ans. Par rapport aux résultats de 1971, nos valeurs de poids (tableau 14) sont supérieures à celles de l’enquête nationale dès l’âge de 1 mois. La stature est comparable aux valeurs de 1971 chez les filles, légèrement supérieure chez les garçons marrakchis de notre enquête dès le 6ème mois. On peut supposer que le meilleur état de nutrition actuel des enfants peut s’expliquer par l’amélioration des conditions de vie depuis 15 ans, en particulier en ce qui concerne la santé, l’hygiène, l’éducation nutritionnelle et l’alimentation, dont a bénéficié l’ensemble de la population marocaine.

69Comparés aux valeurs de référence américaines NCHS (1976) établies à partir d’une étude transversale sur 200 enfants de chaque sexe et âge, bien nourris, âgés de 0 à 36 mois, il s’avère que, jusqu’à 6 mois (7 mois pour les garçons), le poids des enfants de Marrakech est supérieur aux références NCHS ; après cet âge, les références NCHS dépassent les valeurs marocaines. En ce qui concerne la stature, les valeurs marocaines sont toutes situées en dessous des valeurs américaines, et cette différence s’accentue à partir du 3ème mois.

Fig. 5 Pourcentage d’enfants dont le poids est inférieur au P10

Fig. 6 Pourcentage d’enfants dont le poids est inférieur au P3

Evolution de l’état nutritionnel des enfants marrakchis

70L’évaluation rapide de l’état nutritionnel des enfants de notre échantillon s’est fait en calculant le pourcentage d’enfants dont la mensuration est inférieure au P10 (malnutrition modérée) ou au P3 (malnutrition sévère) des références NCHS. Il est admis que dans la population de référence, 3 % des enfants ont des mesures inférieures au P3, 10 % au P10. La différence des pourcentages trouvés dans nos échantillons avec ces 3 % ou 10 % déterminera l’importance de la malnutrition. Compte-tenu de la critique attachée à l’utilisation de références non locales comme normes, nous nous efforcerons plutôt de suivre l’évolution du pourcentage d’enfants malnutris entre la naissance et un an afin de mettre en évidence l’âge critique à partir duquel l’enfant se trouve dans une situation de plus grande vulnérabilité pour en rechercher les causes.

71Prenons le poids (figures 5 et 6)

en fonction du sexe

72P10 : jusqu’à 7 mois le poids des enfants marrakchis suit le même canal de croissance que les enfants des références NCHS. A partir de 7 mois le pourcentage d’enfants dont le poids est inférieur au P10 croît pour atteindre 22 % à 10 mois chez les garçons, et 31 % à 12 mois chez les filles.

73P3 : jusqu’à 9 mois le poids des enfants marrakchis suit le même canal que les enfants NCHS. De 9 à 12 mois, 11 % des garçons et 21 % des filles ont un poids inférieur au P3 NCHS.

en fonction du niveau socio-économique :

74P10 : dans la classe moyenne, la proportion des enfants dont le poids est inférieur au P10 NCHS n’atteint pas 10 % (pourcentage normal) quel que soit l’âge. Dans la classe défavorisée, on observe la même chose jusqu’à 6 mois. C’est à partir du 7ème mois que la proportion d’enfants dont le poids est inférieur au P10 dépasse 10 % pour atteindre 39 et 40 % des garçons et des filles aux 11ème et 12ème mois.

75P3 : Dans la classe moyenne, la proportion des enfants dont le poids est inférieur au P3 des références NCHS n’atteint pas 3 % ( % normal) quel que soit l’âge. Dans la classe défavorisée on observe la même chose jusqu’à 6 mois. C’est à partir du 7ème mois que la proportion d’enfants dont le poids est inférieur au P3 dépasse 3 % surtout entre 9 et 12 mois.

76De ces observations on peut conclure à une détérioration de l’état nutritionnel des enfants dès le 6ème mois et qui devient importante après 9 mois, surtout dans la classe défavorisée. L’analyse de ces résultats se comprend mieux lorsque l’on tient compte de facteurs tels que les modalités de sevrage et la fréquence d’épisodes infectieux des enfants examinés. En effet, le sevrage s’accompagne d’une réduction de produits laitiers dans la classe défavorisée qui pratique aussi un sevrage plus brutal.

Etude de cas

77Les études de cas présentent, à notre avis, un grand intérêt car elles permettent de souligner des faits qui n’apparaissent pas dans les études épidémiologiques ou qui les confortent. C’est pourquoi nous avons extrait de l’histoire de croissance de certains enfants des faits ayant une valeur d’exemple.

78L’histoire du premier enfant (n° 190) illustre bien l’amélioration de l’état de nutrition (poids passant du P50 NCHS à 1 mois au P97 entre 2 et 3 mois) en relation avec l’amélioration du régime maternel. Motivée par l’envie de produire une grande quantité de lait, celle-ci a augmenté sa ration de légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots secs) pour accompagner les sardines consommées en grande quantité. A partir du 5ème mois, la mère, sans réduire le nombre des têtées, est revenue à son régime habituel, constitué essentiellement de légumes verts en sauce. Elle n’a pratiquement plus consommé de sardines. La courbe de l’enfant s’est infléchie pour se rapprocher à nouveau du P50. Notons que cet enfant a été nourri exclusivement au sein jusqu’à 7 mois, ce qui est peu fréquent.

79Un autre enfant (n° 91) est un exemple typique de malnutrition due à la fois à un régime alimentaire inadapté et une carence affective. Neuvième de la famille, cet enfant n’était pas désiré. Sa courbe de poids, bien que dépassant le P50 NCHS à la naissance, s’infléchit à partir de 1 mois pour chuter au-dessous du P3 jusqu’au 7ème mois. Dès le 3ème mois, la mère s’est rendu compte que sa production de lait était insuffisante mais n’a pu supplémenter l’enfant par du lait du commerce, faute de moyens financiers. Celui-ci a dû se contenter d’une soupe d’orge. Il devint de plus en plus faible tandis que se faisaient plus fréquents les épisodes de vomissement. Conduit à la consultation, il a enfin pu bénéficier de soins médicaux et d’un supplément alimentaire approprié ; sa courbe de poids s’est alors infléchie pour s’approcher du P50 NCHS à 9 mois.

80Le cas de l’enfant (n° 187) illustre une malnutrition consécutive à la grossesse de la mère, fait connu depuis longtemps. Le poids de cet enfant, proche du P50 NCHS à la naissance, descend au dessous du P3 dès le 2ème mois, et surtout après 7 mois. De modérée avant 4 mois (< P10 NCHS), la malnutrition devient sévère à partir de 6 mois (< P3 NCHS). Parallèlement, la croissance staturale se ralentit et l’enfant devient chétif à partir du 7ème mois, le retard s’accentuant après 10 mois. Entre 7 et 12 mois, l’enfant est toujours allaité bien que sa mère soit enceinte. Il fait une otite. Son régime alimentaire, pauvre en protéines, consiste alors essentiellement en lait de vache, bouillie de riz moulu et biscuits. Pour des raisons financières, les aliments protidiques sont tardivement introduits : à 9 mois seulement cet enfant a reçu du jaune d’œuf et à 10 mois des sardines.

81Le dernier cas (n° 83) concerne un enfant dont la détérioration de l’état de nutrition semble être en relation avec la prise de pilule de sa mère. Jusqu’à 2 mois, cet enfant présente une courbe de poids normale, située au-dessus du P50 NCHS. C’est alors qu’entre le 2ème et le 5ème mois la mère prend la pilule. La croissance pondérale de l’enfant se ralentit. Entre le 5ème et le 7ème mois, la mère interrompt la pilule et l’enfant rattrape sa courbe de poids. Elle reprend la pilule au 7ème mois et l’enfant manifeste à nouveau un ralentissement pondéral, bien que son régime alimentaire n’ait pas changé.

82L’examen des dossiers de l’ensemble des enfants dont les mères étaient sous pilule pendant la période de lactation a permis de constater que parmi les 27 mères qui ont pris la pilule pendant les 6 premiers mois d’allaitement, 19 utilisaient une pilule normale, et 8 une pilule minidosée. Sur ces 19 femmes, 14 ont dû sevrer leur enfant avant 6 mois par manque de lait ; celles qui ont pu allaiter plus longtemps la prenaient en fait de façon irrégulière. Des études ont montré que des œstrogènes donnés aux femelles d’animaux à des doses relativement élevées peuvent avoir un effet réducteur de la quantité de lait produite. Ce type d’hormone est parfois utilisé par les femmes ne désirant pas allaiter. Par contre les hormones progestatives n’auraient pas d’effet sur la lactation (Kamal et al., 1969 ; Karim et al., 1971) ; certains chercheurs pensent même qu’elles peuvent la stimuler quantitativement ou en prolongeant la durée possible de sécrétion (CIE, 1972 ; Gomez et al., 1967). Le type de pilule prescrit est important lorsque la femme allaite. Pour le bien de l’enfant, il serait souhaitable que ces femmes utilisent des pilules minidosées ou encore une autre forme de contraception.

Conclusion

83Les études sur la croissance des enfants sont particulièrement bienvenues car elles concernent la fraction de la population qui représente l’avenir. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux travaux se soient consacrés à de telles études ayant comme objectifs d’établir des références locales, d’évaluer l’état nutritionnel des enfants, ou de déterminer les périodes biologiquement les plus contraignantes, et les catégories de la société les plus menacées de malnutrition.

84La détermination des causes d’une éventuelle détérioration de l’état nutritionnel doit permettre d’agir de façon efficace, particulièrement dans les pays en développement qui sont aussi les plus touchés par la malnutrition. La comparaison des courbes de poids des enfants marrakchis avec les références américaines NCHS, comme l’évaluation de leur état nutritionnel montre que cette période critique se situe après le 6ème mois, période caractérisée par une incidence élevée des épisodes infectieux et par le changement de régime alimentaire lié au sevrage, tandis que diminue (ou se tarit) la lactation.

85La croissance des enfants selon le niveau socio-économique montre que durant les deux premiers mois, les courbes de poids de la classe défavorisée et celles de la classe moyenne sont presque superposables. A ces âges, la grande majorité des enfants sont exclusivement nourris au sein. Après 2 mois, ceux de la classe défavorisée présentent des poids inférieurs à ceux de la classe moyenne, la distance entre les deux classes s’accentuant à partir du 6ème mois.

86L’évaluation de l’état nutritionnel des enfants met en évidence un état de malnutrition modérée après le 6ème mois dans la classe défavorisée, qui s’accentue au 9ème mois, ce que l’on n’observe pas dans la classe moyenne. Cette différence pourrait être attribuée aux facteurs suivants :

87- facteurs nutritionnels

88L’enquête sur la consommation alimentaire effectuée parallèlement à l’étude longitudinale de croissance montre qu’il existe à partir du 9ème mois une déficience des produits laitiers dans la classe défavorisée. Les protéines animales et notamment les viandes apparaissent moins souvent dans le régime, aux dépens de produits riches en glucides (pain trempé dans du thé ou de la sauce). Les soupes de légumes se font également plus rares. A cet âge, les enfants de la classe défavorisée participent déjà aux repas familiaux, souvent trop épicés.

89- facteurs liés au milieu pathogène

90D’après notre étude, l’incidence des épisodes diarrhéiques est plus élevé dans la classe défavorisée. Les médicaments prescrits par le médecin traitant sont réduits par les parents de l’enfant pour cause d’indigence. Les soins traditionnels qui représentent 42 % des soins aux enfants appartenant aux bas niveaux socio-économiques sont peu efficaces tandis qu’ils sont susceptibles d’avoir un effet néfaste sur la santé.

91- facteurs psychologiques

92Dans la classe défavorisée où les familles sont aussi plus nombreuses, le sevrage définitif s’accompagne souvent d’une séparation brutale de la mère, élément traumatisant.

93Afin d’améliorer l’état nutritionnel des enfants issus de la classe défavorisée, il serait souhaitable que soient prises les mesures suivantes :

  • les enfants en très bas âge devraient, lorsque la mère manque de lait, être entourés de soins particuliers et recevoir au niveau des dispensaires une ration supplémentaire de lait permettant de leur assurer un bon départ de croissance.
  • une infrastructure médicale plus développée faciliterait l’accès aux soins médicaux. Par exemple le quartier de Sidi Youssef Ben Ali qui compte 76 788 habitants ne possède que 3 dispensaires et un centre de santé, ce qui est insuffisant ; d’autant plus que ce quartier n’est pas correctement approvisionné en eau potable par rapport aux autres quartiers moins populeux.
  • compte-tenu de ce que les enfants issus de milieux défavorisés ne sont pas carencés en stimulations sensorielles, verbales et visuelles, ni en affection mais plutôt en stimulations cognitives, on pourrait procurer dans le cadre de la surveillance nutritionnelle quelques jouets, ce qui aurait en plus pour effet de fidéliser les mères.
  • la présente étude semble montrer que la prise de pilule pourrait influencer la production lactée pouvant conduire à un sevrage précoce. On pourrait conseiller aux femmes allaitantes de changer de moyen contraceptif ou du moins choisir des pilules minidosées.

94Pour conclure, et comme cela a été proclamé dans la déclaration des droits de l’enfant de 1959 : “L’enfant pour mieux se développer a droit à une alimentation suffisante et à des soins adéquats. Pour réaliser un développement harmonieux, il a besoin d’être entouré d’amour et d’affection.

Bibliographie

Références

Barnes, R.H., Moore, A.V. et Pond W.G., 1970, “Behavioural abnormalities in young adult pigs caused by malnutrition in early life”, in J. of Nutr., vol. 100, 145.

Barnes, R.H., 1976, “Dual role of environmental deprivation and malnutrition in retarding intellectual development”, in Amer. J. Clin. Nutr, 29, 912.

C.I.E, 1979, La stimulation du langage et de l’intelligence chez les jeunes enfants.

Crognier E. et Zarouf, M., 1987, “Fécondité, mortalité et milieu socio-économique dans la ville de Marrakech”, in Rev. de la Fac. des sciences, Sciences de la vie, anthropologie, n° spécial 3, 7-62.

Frankova S. et Barnes, R.H., 1968, “Effect of Malnutrition in early life on avoidance conditioning and behaviour of adults rats”, in J. of Nutr., vol. 96, 485.

Gami, N., 1992, “Transformation du système alimentaire des BatekeKukuya du Congo liées à leur migration du milieu rural au milieu urbain”, thèse de doctorat, spécialité Sciences de l’homme et de la société, Université d’Aix-Marseille III, 315 p.

Geber, M., 1958, “The psychomotor development of African children in the first year and the influence of maternal behaviour”, in J. Soc. Psychol., 47, 185-195.

Geber, M., 1973, “L’environnement et le développement des enfants africains”, in Enfance, n° 3-4, 145-174.

Geber, M., 1975, “Attitudes parentales en Afrique et plus spécialement en Ouganda, en milieu rural et urbain”, Conférence internationale, 11-15 mai.

Geber, M., 1978, “Le développement des nouveaux-nés africains”, in J. of Paediatrics, vol. 81, 31-46.

Gomez, R.C., Ibarrapolo, A.A., Faundes, A. et Guiloff, E., 1967, Actes de la 8ème conférence internationale de FIDF, Santiago, 328-334.

Gunther, M. et Stannier, J.E., 1951, “The volume and composition of the milk”, in Studies of undernutrition, in Medical research Council, Special Report Series, n° 275, 379.

Hilali, M.K., 1986, “Etude biodémographique et sanitaire de la région d’El Azzaouia, zone péri-urbaine (province de Marrakech, Maroc)”, thèse de 3ème cycle, Dép. Sc. de la vie, Fac. des Sc, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 151 p.

Hindley, C.B., 1967, “Racial and sexual differences in age of walking : analysis of the Smith and al. (1930) data”, in J. Genet. Psychol, vol. 111, 161-167.

Huit, C, 1972, “Sex difference in human development”, in Hum. develop., 15, 153.

Kamal, I., Hefnawi, F., Ghoneim, M., Younis, N., Tagui, A. et Abdallah, M., 1969, “Clinical biochemical and experimental studies on lactation. Chemical effects of gestagens on lactation”, in American J. Obstet.-Gynec, vol. 105, 324-334.

Karim, M., Ammar, R., El Mahjoub, S., El Ganzoury, B., Fikri, F. et Abdou, I., 1971, “injected progestagen and lactation”, in Birt. Med. J., n° 1, 200-203.

Lestradet et Desjeux, J.F., 1977, “La prévention des affections grâce à l’allaitement maternel”, in Cahiers de Nutrition et Diététique, vol. 12, n° 1, 60-62.

Levistky, D.V. et Barnes, R.H., 1972, “Nutritional and environmental interactions in the behaviour development of the rat : long term effects”, in Science, 176, 68.

Masse, N.P, 1977, “Développement physique de l’enfant normal”, in Pédiatrie Sociale, Ed. R. Mande, 69-91.

Ministère de la Santé publique, 1971, “Enquête nationale sur l’état nutritionnel des enfants de moins de 4 ans”, in Bull, de la Santé publique, Rabat, 50 p.

Nabarro, D., 1985, “Evaluation de l’état nutritionnel d’un enfant. Première partie : Evaluation anthropométrique régulière des enfants et des nourrissons”, in CIE, vol. 35, n° 4, 290-301.

National Center for Health Statistics (NCHS), 1976, “Growth charts, vital and health statistics”, serie 11, in Health Ressources Administration DHEW, Rockville, Maryland.

Pagezy, H., 1988, “Contraintes nutritionnelles en milieu forestier équatorial liées à la saisonnalité et la reproduction : réponses biologiques et stratégies de subsistance chez les ba-Oto et les ba-Twa du village de Nzalekenga (lac Tumba, Zaïre)”, thèse de doctorat es-sciences, Université d’Aix-Marseille III, 489 p.

Prentice, A.M., 1980, “Dietary supplementation of Gambian nursing mothers and lactation performances”, in Lancet, 8200, 886-887.

Redjeb, N., 1973, “Evolution de la pratique de l’allaitement maternel en Afrique”, intervention au colloque sur l’allaitement maternel, in C.I.E., Paris, 49.

Rutter, N., 1979, “Maternai deprivation 1972-78 : new findings, new concepts, new approaches”, in Child development, 50, 283-305.

Shahani, K.M., Kwan, AJ. et Friend, B.A., 1980, “Role and significance of enzymes in human milk”, inAm. J. Clin. Nutr., 33, 1861-1868.

Sosa, R., Claus, M. et Urutia, J.J., 1976, “Feed the nursing mother, there by the infant”, in J. of Paediatrics, vol 88, n° 4, 668-670.

Stanfield, J.P., 1977, “La relation de la mère et de l’enfant”, in Aspects nutritionnels en alimentation et nutrition, vol. 3, n° 4, 18-20.

Tabutin, D., 1970, “Quelques données sur l’allaitement en Algérie du Nord”, Intervention au colloque sur l’allaitement maternel, in C.I.E, 47-50.

Tanner, J.M., 1976, “Growth as a monitor of nutritional status”, in Proc Nutr. Soc, 35, 315-322.

Table des illustrations

Titre Tableau 1a Profession des parents des nourrissons de l’enquête croissance de la ville de Marrakech, 1985-87
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 1b. Niveau d’instruction des parents des nourrissons de l’enquête de croissance de la ville de Marrakech, 1985-87
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 2. Fécondité des femmes de l’enquête croissance et développement de la ville de Marrakech, 1985-87
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 3. Critères de classement des familles en classe moyenne ou défavorisée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende (AC : âge à l’introduction du premier aliment de complément. AS : âge au sevrage définitif.)Fig. 1 Age à l’introduction du premier aliment de complément et âge au sevrage définitif des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig 2 Pourcentages ayant consommé au cours du mois différentes catégories de farine par tranche d’âge d’un mois
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 4. Quantité moyenne de lait de vache consommée par jour et par enfant selon le niveau socio-économique
Légende N : nombre d’enfants par classe d’âge ; NC % proportion d’enfants consommant le lait de vache.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 5. Age à l’introduction de nouveaux aliments au cours du sevrage. Enfants marrakchis, classes moyenne et défavorisée.
Légende La conclusion sur la classe moyenne ou défavorisée est fonction du % d’enfants de la classe consommant l’aliment.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau 6. Pourcentage ( %) d’enfants ayant consommé les aliments de complément suivants par tranche de 3 mois d’âge
Légende Cl m : classe moyenne ; Cl d : classe défavorisée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 7. Proportion d’enfants ( %) ayant fait un épisode infectieux selon le niveau socio-économique et selon l’âge. Test de Student
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 8. Type de recours selon l’origine sociale des familles
Légende 578 épisodes infectieux, 282 pour la classe moyenne, 296 pour la classe défavorisée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 9. P25, P50 et P90 des différentes étapes de développement psychomoteur des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique
Légende Classe moyenne : Filles n = 29, 24, 23, 21. Garçons : n = 30, 27, 24, 20 ; Classe défavorisée : filles n = 22, 22, 20, 17 ; garçons n = 29, 26, 25, 22.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 3 Différentes étapes du développement psychomoteur des enfants de Marrakech (échantillon total) comparées aux références nord-américaines
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 4 Différentes étapes du développement psychomoteur des enfants de Marrakech selon le niveau socio-économique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 10. Valeurs ajustées du P50 du poids (en g) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique
Légende N : effectifCl M : classe moyenneCl D : classe défavoriséeTOTAL : effectif total
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 11. Valeurs ajustées du P50 de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique
Légende N : effectifCl M : classe moyenneCl D : classe défavoriséeTOTAL : effectif total
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 12. Valeurs ajustées du P50 du périmètre crânien (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique
Légende N : effectifCl M : classe moyenneCl D : classe défavoriséeTOTAL : effectif total
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 13. Valeurs ajustées du P50 du périmètre brachial (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe et le niveau socio-économique
Légende N : effectifCl M : classe moyenneCl D : classe défavoriséeTOTAL : effectif total
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 14. Valeurs ajustées du poids en g des enfants marrakchis selon le sexe
Légende 1985 : présente enquête1971 : enquête nationale 1971NCHS : P50 des références NCHS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 15. Valeurs ajustées de la taille allongée (en cm) des enfants marrakchis selon le sexe
Légende 1985 : présente enquête1971 : enquête nationale 1971NCHS : P50 des références NCHS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5 Pourcentage d’enfants dont le poids est inférieur au P10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 6 Pourcentage d’enfants dont le poids est inférieur au P3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2924/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteurs

Belkeziz Najat, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Pagezy Hélène, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter