Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Déterminants environnementaux de la croissance, du développement cognitif et de l’accomplissement scolaire dans les pays en développement

Francis Johnston

Texte intégral

Introduction

1Il est communément admis que l’environnement exerce une influence majeure sur la croissance des enfants, notamment sur celle des enfants de secteurs désavantagés des nations en développement.

2Dans de telles sociétés, la croissance commence à faiblir autour de l’âge de six mois chez les enfants nourris au sein (plus tôt encore si le sevrage est déjà intervenu) et se manifeste par un schéma de développement que caractérise un petit format corporel et des réserves réduites de graisse et de tissu musculaire. La croissance défaillante de la petite enfance est le résultat d’une déficience nutritionnelle chronique qui agit en synergie avec une maladie infectieuse persistante et qu’exacerbe à un degré encore inconnu, un stress psychologique (Scrimshaw, Taylor et Gordon 1968 ; Mata 1985). Ainsi, la petite taille adulte de groupes pauvres des pays en développement peut-elle être attribuée beaucoup plus aux milieux qui ont entouré leur enfance qu’à des facteurs génétiques.

3Bien que l’hérédité joue un rôle dans la croissance, ce dernier est nettement moins important que celui de l’environnement, dans les populations que touchent malnutrition et maladies (Martorell 1985, 1989). Ceci est exprimé par la figure 1 reprise de Martorelle (1985), qui présente les statures moyennes d’enfants de 7 ans de statut socio-économique (SSE) élevé ou bas, dans diverses nations en développement. Il est clair que le SSE explique plus de variabilité de la stature que n’en assume l’appartenance ethnique. Qui plus est, la colonne à droite de la figure qui donne la stature moyenne des enfants d’après le standard de référence de l’Organisation Mondiale de la Santé (USNCHS), indique que les groupes aisés du Tiers-Monde possèdent les mêmes potentialités de croissance que les enfants des pays développés. En d’autres termes, lorsque les différences de milieu sont minimisées, les facteurs génétiques ne jouent pas un rôle important, au moins jusqu’à 7 ans.

4Le terme “environnement” a été utilisé dans de nombreux contextes, généralement pour exprimer une grande variété de phénomènes, de conditions, de forces qui entourent et influencent l’individu. Il peut être utilisé dans le sens d’un événement spécifique souvent subtil, qui affecte une personne donnée à un moment particulier — son micro-environnement — ou il peut signifier au niveau macroscopique, un ensemble de facteurs qui nous concernent tous - l’environnement global. Quel que soit le sens dans lequel on l’entende, il est reconnu que tous les organismes vivants subissent des altérations de leur physiologie et de leur comportement en relation avec l’environnement qu’ils rencontrent.

Fig. 1 Statures moyennes à sept ans, des enfants de classe socio-économique aisée ou pauvre (d’après Martorell, 1985)

5En ce qui concerne le rôle de l’environnement dans la croissance des enfants en condition de pauvreté, Benjamin Bloom l’a défini dans un travail classique comme “…les conditions, les forces et les stimuli externes qui touchent l’individu” et l’a décrit comme un réseau de forces s’étendant des “…interactions sociales immédiates, jusqu’aux forces institutionnelles et culturelles les plus lointaines… [qui]…entourent, absorbent l’individu et jouent sur lui”(Bloom, 1964 : 187).

6Bloom est peut-être plus connu pour avoir formulé le concept de l’environnement “puissant” : celui qui a une plus forte probabilité “d’induire certaines expériences qu’un autre (187-188). Peu d’individus ayant la possibilité d’échapper aux effets d’un environnement puissant”, il s’en suivra que 90 à 95 % du groupe en subiront une influence semblable. Dans le cas d’un désavantage socio-économique, l’individu est “complètement inclus dans une situation qui le contraint de toutes parts en vue d’une issue particulière” (212) résultant en un abaissement des distributions des variables, quelles qu’elles soient.

7De nombreux traits dominants caractérisent les milieux urbains pauvres du Tiers-Monde. D’abord, on trouve l’infériorité économique, qui est une incapacité à partager pleinement les ambitions économiques de la société ou plus simplement encore une incapacité à obtenir les ressources nécessaires pour vivre normalement. De plus, les pauvres sont socio-culturellement marginalisés ; alors qu’ils partagent les valeurs et les aspirations de la société dans son ensemble, ils ne sont pas admis à jouer un rôle dans les décisions qui affectent leur existence. Par ailleurs, leur statut social, économique et politique d’infériorité rend très difficile l’amélioration de leurs conditions, même dans les nations qui facilitent la progression sociale (Huss-Ashmore et Johnston, 1985). De telles situations produisent une large sous-population de personnes appauvries, jeunes et vieilles, qui n’ont pas accès aux richesses de leur société et qui ne peuvent avoir d’initiatives ni de contrôle politique sur l’amélioration de leur sort. De ce fait, elles migrent fréquemmment vers les grandes villes en espérant un mieux-être, y induisant le déséquilibre entre le nombre d’habitants et la possibilité d’une assimilation correcte (Beaujeu-Garnier 1978) et accroissent la disparité des revenus, la réduction des services et la diminution de l’efficacité du tissu urbain.

8Les implications de tels environnements sur le développement humain sont considérables. La suite de ce texte en donnera une illustration en prenant comme exemple une étude longitudinale de la croissance et du développement effectuée à “El Progreso”, communauté désavantagée d’un faubourg de Guatemala City.

L’étude et son cadre

9En 1978-79, des chercheurs guatémaltèques et nord-américains ont entrepris d’étudier les effets du milieu sur la croissance physique, le développement cognitif et la réussite scolaire des enfants d’El Progreso. Cette communauté qui comptait alors 7 500 habitants, avait été édifiée afin d’aider à reloger les victimes d’un fort tremblement de terre survenu en 1976. La collecte des données commença en 1980, avec les mensurations et les observations effectuées sur un échantillon combiné d’enfants qui la première année de l’étude, avaient respectivement 1, 3, 5 et 7 ans. Des examens annuels des cohortes de 3, 5 et 7 ans ont continué depuis.

Fig. 2 Schéma de l’étude

10Les buts de la recherche sont décrits en détail dans Johnston et al. (1987) et Johnston et Low (1994) et son schéma conceptuel est représenté par la figure 2. Il indique que sept catégories de données ont été rassemblées chaque année : la croissance physique -le développement cognitif- le stimulus familial -la progression scolaire- les caractéristiques sociales, économiques et démographiques de la famille -les données d’observation et ethnographiques- des données visant des objectifs particuliers. Quatre cent soixante dix enfants choisis au hasard d’après des données de recensement ont été examinés à chacun de leurs anniversaires depuis dix ans.

Caractéristiques socio-économiques d’El Progreso

11Le tableau 1 montre la distribution de quelques indicateurs socio-économiques pour les 470 familles des cohortes 3, 5 et 7 ans. Les données indiquent de bas niveaux éducatifs et un fort analphabétisme. Seulement 3 % des mères et 14 % des pères ont achevé l’école élémentaire (six ans). On voit que 49 % des foyers ont des sols en terre battue et un tiers utilise du petit bois comme combustible de cuisine. La plupart ne comporte qu’une ou deux pièces. Le médiocre niveau de bien-être matériel est aussi illustré par la figure 3, qui mentionne le nombre d’appareils électriques par foyer ; bien que l’électricité soit installée partout, 43 (9 %) n’en disposent pas et 101 (21,5 %) n’en possèdent qu’un seul (invariablement une radio).

Tableau 1. Indicateurs de statut socio-économique (SSE) dans 470 familles de la 1ère année de l’étude à El Progreso

Tableau 1. Indicateurs de statut socio-économique (SSE) dans 470 familles de la 1ère année de l’étude à El Progreso

Fig. 3 Nombre d’appareils électriques au foyer (1ère année de l’étude)

12La contraception est relativement peu fréquente, environ un tiers des mères de la cohorte 5 ans (chez lesquelles l’information a pu être rassemblée) disent n’y avoir jamais eu recours. La distribution du nombre d’enfants s’étend de 1 à 12, avec un mode et une médiane de 4. On doit cependant se rappeler que ces chiffres ne sont pas représentatifs de toute la communauté puisque la condition pour participer à l’enquête est qu’une femme ait déjà au moins un enfant ; il n’en demeure pas moins que le nombre des femmes qui n’ont jamais été enceintes est très faible. Les infections sont fréquentes et entre 1 et 2 ans, les enfants présentent une moyenne de six épisodes diarrhéiques par an.

La croissance physique

13Le déficit de croissance est évident à tous âges. La figure 4 montre la distribution de la taille couchée et du poids corporel des 81 enfants de la cohorte 1 an, lors de l’examen effectué au voisinage ou à la date de leur premier anniversaire. Les données sont exprimées sous forme de z-scores avec des moyennes de 0 et des écart-types de 1, sur la base des données de Référence internationale du Centre de statistiques pour la santé des Etats-Unis (USNCHS). Seulement 7 des 81 enfants se placent sur la moyenne de référence pour le poids ou au-dessus (z-scores >=0) et seulement 6 pour la taille. La moyenne du groupe se place entre le 5ème et le 10ème percentile des valeurs de référence.

Fig. 4 z-scores de taille et de poids à 12 mois

14Ce déficit se poursuit jusqu’à l’âge de 11 ans, comme l’indique la figure 5. Trois observations peuvent être faites. Tout d’abord, si l’on se place relativement aux références USNCHS, on observe un rattrapage de croissance succédant aux valeurs basses de la petite enfance. Même ainsi, la moyenne reste très basse. Deuxièmement, les z-scores pour la stature sont inférieurs à ceux du poids dans les deux sexes, suggérant que la croissance linéaire est plus affectée que la masse corporelle.

Fig. 5 z-scores de stature et de poids par sexe et par âge, de 1 à 11 ans

15Enfin, les z-scores sont plus bas chez les garçons que chez les filles dans chaque dimension, ce qui peut refléter une plus grande sensibilité des garçons à l’environnement ou au contraire une plus forte résistance des filles à des conditions adverses.

Croissance physique, développement cognitif et environnement

16Le statut socio-économique a été établi à partir d’un vaste questionnaire et des analyses exploratoires ont visé à déterminer d’une part les associations entre mesures et d’autre part, quelles caractéristiques parentales et familiales représentaient au mieux ces associations, dans le but d’établir un indice. Quatre variables furent retenues : le nombre d’appareils électriques, le type de combustible de cuisine (propane, butane, charbon de bois, petit bois) et les années de scolarisation du père et de la mère. Chaque variable fut échelonnée suivant la distribution, en quartiles ou tertiles et pour chaque sujet, les valeurs furent sommées de façon à construire un indice de SSE pouvant prendre des valeurs de 4 à 14. Le tableau 2 montre les médianes des années de scolarité des parents et du nombre d’appareils électriques, lorsque le SSE est classé en trois catégories : quartile 1 (n=75), quartiles 2 & 3 (n=264) et quartile 4 (n=81). Les foyers du quartile inférieur sont typiquement ceux de parents sans scolarité et n’ayant qu’un appareil électrique, soit en fait une radio. Ceux du quartile le plus élevé ont des parents ayant suivi 5 ou 6 années d’école et dans lesquels on trouve 4 appareils électriques. La figure 6 indique la stature moyenne selon trois niveaux de SSE (quartiles 1, 2 et 3, 4) à l’âge de 7 ans, qui est celui pour lequel se trouvait le plus grand nombre d’enfants (n=420) de chacune des trois cohortes.

Tableau 2. Médianes des années de scolarité parentale et nombre d’appareils électriques par quartile de SSE

Tableau 2. Médianes des années de scolarité parentale et nombre d’appareils électriques par quartile de SSE
  • * Analyse non paramétrique de la variance de Krustal-Wallis

Note **

Fig. 6 Stature à 7 ans par quartile socio-économique

17Les écarts sont importants et significatifs pour les deux sexes (p<0,001), montrant la forte association qui existe entre le SSE du foyer et la stature à 7 ans. Du quartile le plus bas au quartile le plus élevé, la différence moyenne est de 5 cm environ.

18Le développement cognitif a été estimé au moyen de la version en langue espagnole du test de QI de Weschler, après adaptation de certaines questions au contexte de vie local. Le test préscolaire (WPSSI) a été utilisé à 3 et 4 ans et le test scolaire (WISC) de 5 à 11 ans. Le but n’était pas de comparer le QI de ces enfants avec celui de leurs pairs des pays développés, mais d’utiliser les scores dans l’analyse des effets des différences socio-économiques dans la communauté. La variation en QI a été mise en rapport avec le SSE et la stature, celle-ci étant prise comme indicateur du statut nutritionnel. Les figures 8 et 9 montrent les effets de la stature et du SSE sur le QI des garçons et des filles de 7 ans, cet âge étant à nouveau choisi afin d’avoir le plus grand effectif et de minimiser les effets de cohorte. Les différences par SSE sont claires, étant de 15 points de QI du groupe le plus petit au groupe le plus grand. Simultanément, dans chaque groupe socio-économique, il y a un gradient affirmé de QI par stature dans les deux sexes. Le QI moyen augmente avec chaque groupe statural dans cinq groupes sur six (trois groupes par sexe), la seule exception étant celle des garçons des foyers les plus pauvres.

Fig. 7 QI - WISC moyen des garçons de 7 ans par quartile de stature et par SSE

Fig. 8 QI - WISC moyen des filles de 7 ans par quartile de stature et par SSE

Fig. 9 z-scores moyens ajustés pour le sexe à l’âge de 7 ans, par SSE et par score de stimulation maternelle

Les effets améliorateurs de l’interaction maternelle

19Toute considération ayant trait au rôle de l’environnement socio-économique sur le développement des enfants pauvres des nations en développement, est confrontée à la difficulté de mise en œuvre de programmes d’amélioration du niveau économique des familles. Faibles PNB, vulnérabilité face à la géopolitique mondiale et systèmes sociaux cloisonnés et rigides concourent à édifier des barrières aux développements nationaux, ainsi qu’au mieux être social et économique des couches pauvres. Dans ces conditions, la mise en lumière des effets socio-économiques sur la croissance et le développement ne peut que laisser les chercheurs et les hommes politiques dubitatifs quant aux chances de succès de programmes d’aide aux familles.

20Autrement dit, y-a-t-il une quelconque évidence qu’il existe des attitudes qui puissent aider à dépasser l’effet dépressif de puissants environnements socio-économiques ?

21Cette question a été approfondie à El Progreso en inventoriant les aspects de l’environnement impliqués dans le développement cognitif (programme HOME : Home Observation for the Measurement of the Environment ; Caldwell et Bradley, n. d.). Huit échelles adaptées au contexte d’el Progreso ont été utilisées pour quantifier une série de variables, depuis le confort du foyer jusqu’à l’interaction de la mère avec son enfant.

22Dans le cadre de notre interrogation sur les rapports materno-infantiles, on a utilisé des sous-échelles du HOME qui reflétaient le comportement des mères. Elles s’adressent aux aspects suivants - responsabilité sociale - fierté, affection et tendresse - stimulation du comportement scolaire - exemple de maturité sociale et encouragement à le reproduire. Leur somme produit une échelle comprenant 24 points. La figure 9 montre les moyennes des z-scores ajustés par sexe pour le QI-WISC, par quartiles de scores maternels HOME au sein des groupes SSE. Des scores de QI élevés sont associés aux scores HOME élevés, ce qui suggère que les attitudes maternelles favorables peuvent accroître le développement cognitif, même chez les enfants des foyers les plus démunis des communautés désavantagées du Tiers-Monde.

Accomplissement scolaire, SSE et stimulation maternelle

23L’ultime variable considérée dans notre étude, est celle du parcours scolaire. Des tests d’aptitude à la lecture conçus et validés par le Colegio Americano de Guatemala furent proposés aux enfants scolarisés ; ils mesurent la compréhension et la rapidité de lecture et depuis de nombreuses années ont été utilisés dans de nombreuses écoles publiques et privées du Guatemala. A El Progreso, les tests furent passés en novembre, à la fin de l’année scolaire et vitesse et compréhension furent additionnées pour donner un score total. Ce score représente une bonne mesure de l’acquisition de la lecture car une corrélation de 0,723 existe entre lui et le niveau de langage de fin d’année selon lequel les enseignants répartissent les 140 meilleurs élèves, sur la base des résultats de chaque classe.

Tableau 3. Moyenne de stimulation maternelle et acquisition de la lecture par quartile de SSE

Tableau 3. Moyenne de stimulation maternelle et acquisition de la lecture par quartile de SSE

24Les analyses suivantes concernent les enfants ayant été classés premiers n=161, avec une moyenne d’âge de 8,6 ans. Le tableau 3 présente la stimulation maternelle et les scores de lecture moyens par quartiles de SSE : quartile 1 (n=25), quartile 2&3 (n=103) et quartile 4 (n=33). Les différences en score de lecture par SSE sont significatifs avec la probabilité de 0,01 (F=4,78) tandis que les différences fonction de la stimulation maternelle sont à la limite de la signification (F=2,886, p=0,059). Bien que cela n’apparaisse pas dans le tableau, une analyse de régression montre un effet significatif de la stimulation sur le score de lecture (b=1,14 p=0,03).

Fig. 10 Association entre score de stimulation maternelle et l’acquisition de la lecture, à l’intérieur des quartiles de SSE

25Considérant ces relations entre acquisition de la lecture, groupe socio-économique et stimulation familiale, on a régressé le score d’acquisition sur celui de la stimulation par catégories socio-économiques et les résultats sont exposés dans la figure 10.

26Ils indiquent nettement le mode d’interaction : la stimulation maternelle n’a pas d’effet dans les trois quartiles socio-économiques les plus élevés (SSE 2, 3 et 4), car les lignes de régression ne diffèrent pas significativement de zéro. Par contre, les scores de lecture des enfants les plus pauvres de la communauté (SSE 1) s’accroissent avec l’accroissement des niveaux de stimulation maternelle (p=0,07).

27Les effets positifs de la stimulation maternelle agissent donc à la fois de façon additive et interactive. Un effet additif est constaté quant au développement cognitif (figure 9), dans la mesure où, à l’intérieur de chaque groupe socio-économique, les enfants bénéficiant d’une stimulation maternelle élevée obtiennent de meilleurs résultats aux tests de QI. L’effet est additif parce qu’il s’exprime à l’identique dans les divers groupes de SSE et cela nous amène à conclure que les effets positifs de la stimulation sont “ajoutés” à ceux des SSE. Il est aussi intéressant de noter que les différences entre quartiles de scores de stimulation sont plus grandes pour les enfants les plus pauvres de notre étude : ceux du quartile SSE 1. Comme on le voit dans la figure 9, les différences entre les quartiles 1 et 4 sont de 1,99 unités pour le quartile SSE1 et seulement 0,55 et 0,52 pour les deux quartiles les plus élevés. Autrement dit, de plus hauts niveaux de stimulation maternelle sont associés à des scores cognitifs plus élevés dans les foyers les plus pauvres, que ce n’est le cas dans ceux jouissant de meilleures conditions matérielles.

28Par ailleurs, stimulation et SSE présentent une interaction dans l’acquisition de la lecture (figure 10). Dans les quartiles 2 et 3 et 4, les augmentations de stimulation maternelle ne jouent pas sur le score de lecture, contrairement au cas des foyers les plus démunis dans lesquels leur effet peut atteindre plus d’un écart-type entre la stimulation la plus faible et la plus élevée.

Conclusion

29L’une des hypothèses de base qui a sous-tendu cette étude longitudinale de la croissance, de la cognition et de l’accomplissement scolaire d’enfants guatémaltèques de milieu urbain démuni, est celle de l’oppression du puissant environnement auquel ils ont été exposés. Bien qu’ils montrent toujours une variabilité dans les caractéristiques de leur développement, leurs distributions ont glissé vers le bas, c’est-à-dire vers des valeurs plus faibles que celles qui auraient été attendues dans d’autres circonstances. On a de plus formulé l’hypothèse que les modes de variation entre enfants seraient liés aux variations de l’environnement au niveau intra-communautaire.

30Les analyses effectuées montrent que ce puissant environnement est de type économique, comme le signalent le type de la maison, les possessions matérielles et les niveaux d’éducation parentaux (notamment paternel), lesquels sont associés aux niveaux de “richesse” dans la communauté. La croissance physique, le développement cognitif et l’accomplissement scolaire sont tous associés au SSE d’une manière similaire et invariablement directe. Ces résultats suggèrent que les interventions se traduisant par un mieux-être économique sont susceptibles de donner aux parents une gamme de choix plus ample qui en définitive auront des effets positifs sur le développement physique et sur la performance scolaire de leurs enfants.

31En même temps, on sait que les programmes destinés à combattre les différentiels économiques et sociaux sont d’application difficile dans les pays en développement qu’oppressent le manque de capitaux, des PNB faibles et de maigres perspectives d’amélioration générale des conditions du plus grand nombre, surtout dans un contexte d’inquiétude, de répression ou de hiérarchies socio-politiques.

32Etant donné les réalités géopolitiques, il est important (comme le montrent les données de notre enquête), de réaliser que des gains particuliers en développement cognitif et en réussite scolaire peuvent être accomplis par le développement de comportements spécifiques chez les parents. Alors qu’il semble que de telles attitudes soient impuissantes à surmonter les puissants effets du déficit économique observé à El Progreso, leur promotion sera associée à de meilleurs résultats scolaires, spécialement chez les plus pauvres des pauvres. Peut-être des progrès peuvent-ils être accomplis de cette façon, qui bien que plus lents que souhaités, ont la potentialité non seulement de contrarier les effets d’un environnement si désastreux, mais à long terme, de le changer.

Remerciements

33Cette recherche a été subventionnée pour parties par l’International Development Research Centre, le Population Council, la Fundacion de la Universidad del Valle de Guatemala, et la Fondation pour la recherche de l’Université de Pennsylvanie. Elle a bénéficié de la collaboration, des conseils et de l’aide des personnes suivantes : Setha M. Low, co-principal chercheur, Yetilu de Baessa, Maria Regina Vecinos, Barry Bogin, Robert E. Klein, Robert B. MacVean, Bruce C. Newman, William Reid.

Bibliographie

Références

Beaujier-Garnier, J., 1978, Large Overpopulated Cities in the Underdeveloped World. Geography and a Crowding World, Wilbur Zelinsky, Lawrence A. Kosinski, and Richard M. Prothero eds, 269-278, New York, Oxford University Press.

Bloom, B. S., 1964, Stability and Change in Human Characteristics, New York, John Wiley.

Caldwell, B. M. & Bradley R. H., n.d., Home Observation For Measurement of the Environment, Center For Child Development and Education, Little Rock, University of Arkansas.

Huss-Ashmore, R. & Johnston F. E., 1985, Bioanthropological Research in Developing Countries, Annual Review of Anthropology 14, 475-528.

Johnston, F. E., Low S. M., de BAESSA Y. et MACVEAN R. B., 1987, “Interaction of Nutritional and Socioeconomic Status as Determinants of Cognitive Development in Disadvantaged, Urban Guatemalan Children”, American Journal of Physical Anthropology, 73, 501-506.

Johnston, F. E. et LOW S. M., 1994, Children of the Urban Poor : The Biosocial Ecology of Physical Growth, Cognitive Development, and School Achievement in a Disadvantaged, Urban Guatemalan Community, Denver, Westview Press.

Martorell, R., 1985, “Child Growth Retardation : A Discussion of its Causes and its Relationship to Health”, in Nutritional Adaptation in Man, Kenneth Blaxter and John C. Waterlow eds, London, Libbey, 13-30.

Martorell, R., 1989, “Body size, adaptation, and function”, Human Organization, 48, 15-20.

Mata, L., 1985, “Environmental Factors Affecting Nutrition and Growth”, in Nutritional Needs and Assessment of Normal Growth, Michael Gracey & Frank Falkner eds, New York, Raven, 165-184.

Scrimshaw N. S., Taylor C. & Gordon J., 1968, Interaction of Nutrition and Infection, Geneva, World Health Organization.

Notes de fin

* Analyse non paramétrique de la variance de Krustal-Wallis

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Statures moyennes à sept ans, des enfants de classe socio-économique aisée ou pauvre (d’après Martorell, 1985)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 2 Schéma de l’étude
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 1. Indicateurs de statut socio-économique (SSE) dans 470 familles de la 1ère année de l’étude à El Progreso
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 3 Nombre d’appareils électriques au foyer (1ère année de l’étude)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 4 z-scores de taille et de poids à 12 mois
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 5 z-scores de stature et de poids par sexe et par âge, de 1 à 11 ans
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 2. Médianes des années de scolarité parentale et nombre d’appareils électriques par quartile de SSE
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 6 Stature à 7 ans par quartile socio-économique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 7 QI - WISC moyen des garçons de 7 ans par quartile de stature et par SSE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 8 QI - WISC moyen des filles de 7 ans par quartile de stature et par SSE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 9 z-scores moyens ajustés pour le sexe à l’âge de 7 ans, par SSE et par score de stimulation maternelle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 3. Moyenne de stimulation maternelle et acquisition de la lecture par quartile de SSE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 10 Association entre score de stimulation maternelle et l’acquisition de la lecture, à l’intérieur des quartiles de SSE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Johnston Francis, Department of anthropology, University of Pennsylvania, USA.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter