Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Grossesse, naissance et enfance. Us et coutumes chez les Bédouins Ghrib du Sahara tunisien*

Gilbert J.M. Claus

Texte intégral

Les Bédouins Ghrib : quelques remarques préliminaires

  • * Le présent article est le fruit de recherches menées à l'aide de subsides provenant du Fonds natio (...)

1À l’heure actuelle, la population Ghrib est estimée à quelques 7 000 individus. La zone où ils vivent, située au sud-est du lac salé Chott al-Djerid, couvre à peu près 6 000 km2 et fait partie de ce qu’on appelle le territoire Nefzaoua.

2En fait, la tribu Ghrib constitue une confédération de 9 sous-groupes : les Ghenayma, les Thwamer, les Awlad Ali, les Jerarda, les Awlad Nwaycer, les Chitawa, les Slaa, les Fdiliyin et les Gherisiyin. On sait fort peu de chose concernant leurs origines. Certains groupes revendiquent une origine marocaine, alors que d’autres (les Jerarda, les Awlad Ali et les Awlad Nwaycer) prétendent avec vigueur qu’ils sont les véritables fondateurs de la tribu Ghrib, et qu’ils sont originaires de la partie méridionale de la péninsule Arabique. Il y a quelques décennies à peine, tous étaient éleveurs, et leur travail, ainsi que leur cadre de vie, était dominé par l’élevage des dromadaires, des chèvres et des moutons, à quoi s’ajoutaient le commerce des caravanes, et les razzias ou expéditions de pillage. De nos jours, cependant, seul un nombre limité de Bédouins Ghrib continuent à errer avec leurs bergers et leurs troupeaux, alors que la majeure partie d’entre eux se sont tournés vers l’agriculture oasienne ; des populations se sont ainsi fixées à El-Faouar, Zarsine, Ghidma, Redjim Maatoug et Hezwa.

La stérilité

3La stérilité est sans aucun doute le plus grand défaut qu’une femme puisse présenter. Tôt ou tard elle sera répudiée par son mari, et une fois divorcée, il ne lui restera plus qu’à se remarier avec un veuf, plus âgé qu’elle, et qui ne cherche qu’à trouver une bonne ménagère pour s’occuper de lui et de ses enfants. Dans ce cas, il est possible que le manque de fécondité soit compensé par un physique avenant et par une ardeur manifeste au travail. Normalement un mariage sans enfants ne tient pas. Dans la plupart des cas, la faute est imputée à la femme ; il est rare que l’homme soit tenu pour responsable de la stérilité du couple. Un mari déclarera sans aucune réserve, en compagnie d’autres personnes et même en présence de son épouse, qu’aussi longtemps qu’une femme ne met pas des enfants au monde, quddâmhâ l-bâb mah’lûl dîman, la porte restera toujours ouverte pour elle : façon euphémique de parler de la répudiation.

4Afin de prévenir ou de combattre la stérilité, une femme inféconde, ‘âgra, peut avoir recours à différents moyens prophylactiques :

  • la visite de la femme stérile à un saint, ûlî, dans le but d’implorer sa baraka ou bénédiction,
  • le fait de porter sur elle un h’irz, un charme écrit par un meddeb, professeur dans une école coranique. Ce charme se présente sous forme d’un petit sac contenant un bout de papier sur lequel sont écrits des versets du Coran,
  • le fait de se laver tout le corps avec une infusion obtenue à partir de feuilles d’‘alga (Henophyton deserti)1 réduites en poudre et bouillies dans l’eau,
  • la fumigation des parties génitales avec la fumée d’un caméléon brûlé dans un petit chaudron.

La grossesse

5L’annonce de la grossesse apporte la joie dans l’entourage immédiat du couple, et a un effet rassurant, tant sur les jeunes mariés que sur leurs parents. La femme a prouvé sa fécondité et a ainsi augmenté de façon considérable ses chances de connaître une vie conjugale stable et durable.

6Mis à part les plus proches parents, la femme ne révélera son secret qu’à ses meilleurs amis. Les étrangers ne remarqueront la chose qu’à la modification de son aspect physique.

  • 2 Les termes désignant une femme enceinte sont : mrâ ‘ayyâna, mrâ râfa’a, mrâ h’âbla.
  • 3 C’est ce qu’affirme également Champault D., La naissance à Tabelbala (Sahara algéro-marocain), dan (...)

7La raison d’être d’une telle réserve, spécialement durant les premiers mois de la grossesse, est de protéger le d’nâ, le fœtus, des influences néfastes que des indésirables pourraient exercer. L’interruption de la grossesse ou une éventuelle maladie de la femme enceinte2 sont toujours imputées à des influences extérieures3.

8Le mari et la famille la plus proche feront tout ce qu’ils peuvent pour aider la femme durant les trois premiers mois de sa grossesse. Au cours de cette période, il se peut qu’elle présente certains symptômes physiques, tetwah’h’em : tantôt elle a une forte envie pour certaines nourritures, tantôt c’est exactement l’inverse.

  • 4 Cf. à ce propos Zouari A., La naissance à Sfax dans la société traditionnelle, dans Cahiers des ar (...)

9Cette période est dangereuse tant pour la mère que pour l’enfant. Les gens craignent que s’ils ne cèdent pas aux chahwa, aux envies d’une femme enceinte, cela se répercutera sur l’enfant qu’elle porte, et que cela lui nuira. Ne pas satisfaire les envies cause donc du tort au bébé. On veillera également à ce que la femme ne soit pas effrayée à la vue de personnes handicapées ou d’animaux difformes, de peur que les malformations observées ne soient transmises à l’enfant4 :

10“Pendant les quatre premiers mois, la future mère est choyée par son entourage et par son mari qui essaient de satisfaire toutes ses envies. En effet, un désir non satisfait risquerait d’entraîner une malformation du nouveau-nés. Il est d’ailleurs conseillé de ne pas parler de personnes anormales devant une femme enceinte et de lui éviter les émotions provoquées par la vue d’un animal ou d’un être humain d’une laideur repoussante. Car ce genre d’émotion pourrait avoir une influence néfaste sur l’évolution du fœtus. La contemplation des images est également à éviter car si l’on souhaite avoir des enfants aussi beaux que ceux qu’on voit sur les images, on craint de les avoir inertes comme les images”.

11Enfin, elle ne se rendra jamais en un lieu où est exposé un défunt.

12Durant la même période, elle s’abstiendra de manger les choses suivantes :

  • gabbâr (Capparis Spinosa L.), des câpres5
  • za’ter (Thymus Bleicherianus Pom.), du thym6
  • fîjel (Ruta montana L.), de la rue7
  • klîl (Rosmarinus officinalis), du romarin8.

13Passés les trois mois, la femme peut manger n’importe quoi, sans restriction aucune.

  • 9 Cf. infra, Cas exceptionnels : Grossesse prolongée.
  • 10 Champault D., op. cit., 1953, 92 : “C’est à partir du troisième mois qu’il devient dangereux d’éve (...)

14Il faut éviter de déranger une femme enceinte dans son sommeil. Le fait d’enfreindre cette règle peut causer la mort de l’enfant dans le sein de sa mère9, ou provoquer une naissance prématurée10.

15Si la femme est enceinte pour la première fois, bekr, l’entourage doit être encore davantage prudent. Un mari qui rentre chez lui après une longue période d’absence, et qui trouve sa femme endormie, ne doit pas la réveiller lui-même de peur de l’effrayer. S’il y a des enfants qui jouent dans les environs, il demandera à l’un d’eux de réveiller sa femme et d’informer celle-ci de son retour. S’il n’y a personne, il allumera un feu dans l’espoir qu’elle entende le crépitement.

16Le danger réel lié à l’état de grossesse trouve son expression dans le proverbe suivant :

l-mrâ h’âmel sâg l-barra wa sâg fi l-gbar

17Une femme enceinte a un pied dans le monde des vivants et un autre dans la tombe.

18En été, il est recommandé qu’une femme enceinte se baigne fréquemment à une source ou à un puits. Elle doit également se rendre tous les vendredis sur la tombe de ses proches parents.

  • 11 À propos du sens du terme baraka, cf. Chelhod J., La baraka chez les Arabes ou l’influence bienfai (...)

19Quoique cela ne constitue pas une obligation pour elle, il lui est recommandé de visiter la tombe d’un saint afin d’implorer sa baraka pour le bien-être du bébé11.

20Si la femme a eu des problèmes durant une précédente grossesse, si la naissance a eu lieu avant terme ou si l’enfant était mort-né, dans ce cas elle ne peut pas omettre la visite au saint. En entrant dans le sanctuaire, elle invoque, targhath, le saint avec les paroles suivantes :

yâ sîdî h ‘mîd jîbli ûlîd
jîtek nijrî ‘ammer h’ejrî

21Oh Sidi Hmid donne-moi un enfant,

22Je me suis précipitée vers toi, fais que je sois enceinte !

23Après avoir répandu sur la tombe de la zummîta, de l’orge grillée à même le sol, allumé un cierge, et promis de faire un wa’da (normalement le wa’da consiste en un gaça’a châh, une grande écuelle de bois remplie de nourriture, et une chèvre ou un mouton) de sacrifier quelque chose après une heureuse issue, elle quitte les lieux en disant :

jînâ zâyrîn in châ’llâh inrawh’u nâyrîn
bjâh ‘allâh wa ç-çâlh’în

24Nous avons rendu visite et nous espérons revenir rayonnantes de bonheur, par Dieu et par les Saints !

25Du quatrième au huitième mois, il n’y a ni prescriptions ni restrictions particulières pour la femme enceinte.

26Ce n’est qu’au cours du neuvième mois que les mains et les pieds sont enduits de henné. En appliquant la pâte, la femme prononce les paroles suivantes :

khallî nh’ennî bâch yh’enn ‘alîya rabbî

27Qu’il me soit permis de m’enduire de henné afin que mon Seigneur ait pitié de moi !

  • 12 On attribue de nombreuses vertus prophylactiques au henné. Cf. Vonderheyden M., Le henné chez les (...)

28Pleine de confiance, la femme est persuadée que l’usage du henné facilitera l’accouchement.12

29Tout au long de ces mois, elle prépare les vêtements de l’enfant : 1’‘açâba, un petit bandeau, le durrâ’a, une petite chemise, et les gumât’a, des langes.

Les signes qui prédisent le sexe de l’enfant

30Ainsi que nous le verrons plus loin à propos de l’accouchement, chaque femme souhaite de tout son cœur donner naissance à un garçon. Ce n’est qu’alors qu’elle sera pleinement acceptée et admise au sein de la famille de son mari.

31Mettre au monde un garçon implique tout simplement la continuation du lignage par la lignée mâle, exigence à laquelle toute femme doit faire face si elle désire plaire à son mari, et si elle désire le garder. Le proverbe est clair à ce sujet :

l-ûled ‘amâra wa t’-t’ufla khçâra

  • 13 Cf. Bayram A., La naissance à Tunis dans les milieux de la bourgeoisie traditionnelle, dans Cahier (...)

32Un garçon apporte la prospérité, une fille la ruine !13

33Durant la grossesse, la femme ne négligera pas de consulter une teggâza, une diseuse de bonne aventure, pour se faire prédire le sexe de l’enfant. Avant de dévoiler ses prédictions, la diseuse invoque Allah de la façon suivante :

sabagt sîdî guddâm îdî
yâ rabbî l- ‘amal ‘alîk yâ jdûd

34J’ai consulté le Seigneur avant de me consulter moi-même.

35Ô Seigneur, Tu es (notre) recours ! Ô ancêtres !

36À quoi la femme répond :

râkî idhâ kân çadagtînî nh’ennîk
kân kadhibti nah’regek bil-’âfiya

37Si tu m’as dit la vérité, je t’en saurai gré,

38si tu m’as menti, je te brûlerai dans le feu !

39Abstraction faite de l’avis de la diseuse de bonne aventure, la femme peut déterminer elle-même le sexe de l’enfant sur base des signes suivants :

  • signes annonçant un garçon :
    • la femme s’assied toujours les jambes croisées,
    • l’enfant se situe dans la partie droite du sein,
    • la mère souffre de convulsions dans l’abdomen,
    • elle sent des mouvements à partir du cinquième mois, son visage s’amincit, les vaisseaux sanguins deviennent visibles, et son ventre prend de l’ampleur ;
  • signes annonçant une fille :
    • en s’asseyant, la femme étend les jambes,
    • l’enfant se situe dans la partie gauche du sein,
    • des douleurs se manifestent dans le ventre et dans la partie supérieure du corps,
    • après trois mois, la mère sent de légers mouvements, le ventre ne grossit pas, et le visage jaunit.

L’activité sexuelle avant, pendant et après la grossesse

40Lorsqu’une femme a ses menstrues, ‘âda ou h’îd’a, l’homme s’abstiendra de tout commerce sexuel avec elle.

41Les gens disent que celui qui ne respecte pas cette règle tombera certainement malade, et qu’il souffrira de mard’ l-mislân, une inflammation de la colonne vertébrale. Pour pouvoir guérir, il devra avoir des relations sexuelles avec une négresse ou avec une ânesse.

42Une autre règle dit qu’au cours des relations intimes, la femme doit être pure, sinon l’enfant né de tels ébats risque d’émettre durant toute sa vie une mauvaise odeur.

43Avant d’approcher sa femme, le mari doit invoquer Dieu afin d’être protégé contre le chayt’ân, le diable, et contre les t’âlh’în, des démons qui vivent sous terre. L’invocation est formulée comme suit :

‘a’ûdhu bi-llâh min ch-chayt’ân r-rajîm
bismi-llâh r-rah’mân r-rah’îm

44Je cherche mon refuge en Dieu contre le damné Satan,

45au nom de Dieu, le Charitable, le Miséricordieux.

46Le fait d’omettre cette invocation expose la femme au danger, et, de surcroît, cela risque également de nuire à l’enfant.

  • 14 Champault D., op. cit., 1953, 91-92, a rapporté la même vision des choses en Algérie : “Les relati (...)

47Un homme continue à avoir des relations sexuelles avec sa femme jusqu’à la naissance. Il est persuadé que cela sera profitable tant pour la mère que pour le fœtus. Le commerce intime élargira le kharga, le vagin, facilitant ainsi l’accouchement. En plus de cela, le fœtus reçoit par le rah’em, l’utérus, du zal ou du sperme, qui est considéré par certains comme faisant office de nourriture pour l’enfant à naître14.

48Après l’accouchement, l’homme s’abstiendra de relations sexuelles durant quarante jours. Cette période est estimée nécessaire pour qu’une femme en couches puisse recouvrer sa force et sa santé.

La naissance

49Quand une femme est enceinte pour la première fois, elle reçoit, peu avant la naissance, la compagnie de sa mère. Qui, sinon sa propre mère, pourrait mieux prendre soin d’elle ? Après l’isolement, la nâfsa, femme en couches, reste auprès de sa mère de dix à quarante jours afin de se reposer et de recouvrer ses forces. Entre temps la mère s’occupe de tout.

50Aussitôt que se manifestent les signes avant-coureurs de l’accouchement, il est fait appel à une gâbla, une sage-femme. Les signes sont les suivants : la femme devient angoissée, son visage se crispe, et les premières girçân, contractions, apparaissent.

51Du moment que l’aide de la sage-femme a été requis, le mari se retire et erre dans le voisinage, ou vaque à ses occupations comme si de rien n’était. Parfois il est si honteux qu’il se couvre la face et qu’il s’isole durant deux ou trois jours. La demeure se remplit de femmes, parentes et amies accourent, accompagnées de leurs enfants. Tant les garçons que les filles, s’ils n’ont pas atteint l’âge de six ans, peuvent assister à la naissance.

52A l’exception du mercredi, tous les jours de la semaine sont favorables pour la naissance. Les gens prétendent qu’un garçon né un mercredi ne sera jamais un homme, et qu’il sera zît’î, impuissant. Si la femme accouche d’une fille un mercredi, l’enfant ne sera pas en mesure d’avoir des relations sexuelles, et ne laissera jamais la trace d’une défloraison : mâ ‘andhâch çbâh’, elle n’a pas d’hymen.

53Il n’est pas nécessaire que la sage-femme soit une parente de la parturiente. Le seul critère valable dans l’esprit de ceux qui font appel à elle, est la compétence acquise par la pratique.

54La gâbla commence immédiatement à préparer le lieu où la femme accouchera. Elle attache au poteau de la tente (ou au plafond) une corde, à laquelle la parturiente pourra s’agripper. Elle veille à pouvoir disposer d’un ktib, le cadre en bois d’un bât, et d’une jellam, une paire de ciseaux. Le cadre en bois est placé au-dessus de l’enfant afin de le protéger de l’assistance. La paire de ciseaux doit protéger la parturiente contre les maladies. L’objet reste durant quarante jours à portée de main de la femme en couches. Si l’enfant meurt durant l’accouchement, la sage-femme prend la paire de ciseaux et les ferme d’un coup sec au-dessus du corps de l’enfant, afin qu’un tel malheur ne se reproduise plus jamais ; elle remplit un bol d’eau, et creuse un trou pour y enterrer tout de suite le placenta.

55Quand les douleurs de l’enfantement se manifestent, les femmes posent leurs mains sur la tête de la parturiente, et prononcent les paroles suivantes afin de faciliter l’accouchement :

khlâç r-râs wa mujîbat n-nâs
Tu as accompli le devoir que Dieu a imposé à tous les humains.

56Au cours de l’accouchement, la femme est assise sur les talons, tout en empoignant fermement la corde. Parfois elle saisit une houlette de berger pour s’appuyer dessus.

57Deux femmes, une de chaque côté de la parturiente, la soulèvent par les bras et la secouent, yinfd’unhâ.

  • 15 Sur les différents usages du sibh’a en Afrique du Nord, cf. Belguedj M.S., Le chapelet islamique e (...)
  • 16 La sage-femme encourage la parturiente en répétant sans cesse : yâ nabbî yâ rasûl allâh yâ muh’amm (...)

58La sage-femme, après avoir placé un sibh’a, un chapelet de La Mecque15 autour du cou de la femme en couches, prend place en face d’elle, relève ses vêtements, l’encourage16, et lui demande de contracter ses muscles afin d’expulser, tedh’em, l’enfant.

59Après avoir saisi le bébé, la sage-femme coupe le çurra, le cordon ombilical, à l’aide d’un couteau ou d’une lame de rasoir. Si la mère a donné naissance à un garçon, les femmes présentes poussent des sons aigus, comme de longues trilles (le youyou), afin de manifester leur joie, et s’écrient en chœur :

mabrûk hât-terrâs
Béni soit le jeune homme !

60Si c’est une fille, elles manifestent leur joie d’une façon beaucoup plus modérée, sans trilles, en disant modestement :

mabrûk hâl-h’at’t’âba
Bénie soit la femme ramasseuse de bois !

  • 17 La même expression, mabrûk hâl h’at’t’âba est également utilisée en Algérie : cf. M. Gaudry, La so (...)

61À la naissance, un garçon est traité avec beaucoup plus de respect qu’une fille. Il est déjà considéré comme un jeune homme en âge de se marier, terras, alors que la fille est sur-le-champ projetée dans les réalités de la vie quotidienne : elle est considérée comme une h’at’t’âba, une femme qui ramasse du bois à brûler17.

62Tout le monde félicite ensuite l’accouchée dans les termes suivants :

l-h ‘amdu l-llâh silkti ‘âl khîr
Allah soit loué ! L’accouchement s’est bien déroulé !

63La sage-femme enveloppe le cordon ombilical dans un bout de tissu, et le donne à la mère. Une fois le cordon séché, la mère, si elle veut que l’enfant apprenne plus tard le Coran par cœur, déposera le bout de tissu dans la mosquée, ou l’insérera dans un exemplaire du Coran. Toutefois, si elle préfère que son fils devienne un berger respecté, elle pendra la pièce de tissu au cou d’une chèvre, d’un mouton ou d’un dromadaire. Parfois le cordon ombilical est pendu au cou d’une femelle pleine, afin qu’elle puisse par la suite plus facilement mettre bas.

  • 18 D’après MZALI M.S., Deux usages indigènes relatifs à l’accouchement et au divorce, dans Revue tuni (...)

64La sage-femme enterre le khlâça, le placenta, dans le trou appelé masgat’ r-râs, l’endroit où est tombée la tête18.

65Dans le cas d’un accouchement difficile, les femmes posent sur la tête de la mère une rog’a, un morceau de peau que l’on met sous le moulin à bras pendant qu’on moud, afin de recueillir la farine. Cette pratique confère à l’enfant le surnom de bû rog’a, né avec la rog’a, possesseur de la rog’a. Ce surnom, qui peut durer toute la vie, rappelle une naissance difficile. Une autre pratique qui se rapporte à la rog’a est celle qui consiste à y envelopper le nouveau-né immédiatement après la naissance, au cas où, lors d’un précédent accouchement, la mère aurait eu un enfant mort-né. Tandis qu’elles couvrent la tête, la sage-femme dit :

râhî fullâna kufrat
Oh ! Madame [elle appelle la parturiente par son nom] a injurié Dieu !

66Pendant l’accouchement, la femme ne peut pas boire de l’eau, et il lui est interdit de crier. Quant aux autres femmes présentes, elles ne peuvent ni faire du bruit, ni se disputer.

  • 19 Sur les influences bénéfiques et les vertus attribuées aux odeurs, cf. Gobert E.-G, Les magies ori (...)
  • 20 Pour d’autres moyens d’accélérer et de faciliter l’accouchement, cf. Graf de la Salle M., Contribu (...)

67Si l’enfant ne vient pas rapidement, la sage-femme jette des graines de poivrier dans un petit encensoir de terre cuite rempli de charbons ardents, soulève un pan de la robe de la mère, et l’encense par-dessous19, tandis que l’assistance invoque Allah. Entre temps on donne à la parturiente un œuf bouilli, qu’elle doit manger avec la coquille. Elle doit également lécher de la poudre de thym, za’ter, une plante censée faciliter l’accouchement. Pour hâter l’accouchement, on utilise aussi les plumes d’un oiseau multicolore appelé tbîb. Dans ce cas, la sage-femme mêle les plumes avec de la résine de benjoin dans un encensoir, et encense les parties sexuelles de la parturiente20.

  • 21 L’indifférence et la déception qui accompagnent la naissance d’une fille sont relatées de façon po (...)

68Si l’enfant est un garçon, on prépare 1’‘açîda, une bouillie à base de farine et d’eau, servie avec du dhân, du beurre fondu, ou de l’huile, le tout mêlé à du sucre. Si toutefois il s’agit d’une fille, on ne prépare rien du tout, et tout le monde retourne chez soi21 :

69“Dès que la matrone a reçu la petite fille, l’une des femmes de la maison, généralement une grand-mère, se charge de porter la nouvelle au père… Il la voit apparaître et, déjà, devine qu’il n’a pas lieu de se réjouir : point de youyou d’allégresse, nulle précipitation, elle vient à lui sans hâte et lui dit, en manière de consolation : “Celui qui t’a donné une fille peut te donner un garçon, car, Dieu soit loué, la mère est saine et sauve !” Le père reçoit la nouvelle sans colère, avec toute l’indifférence qu’elle comporte ; elle n’est évidemment, annoncée à personne et le silence tombe sur l’événement”.

Les premiers soins apportés à la mère et à l’enfant

70Immédiatement après l’accouchement, la sage-femme encense les parties génitales de la femme en couches afin de la protéger contre la maladie. Si elle était malade avant l’accouchement, la sage-femme prononce les paroles suivantes pendant qu’elle répand l’encens :

sbib l-gd’â majmûl fîl-h’ufra
La cause du mal est enterrée dans le trou,
c’est-à-dire, puisse la maladie être à jamais enterrée avec l’arrière-faix.

71Si la femme tombe malade après l’accouchement, les gens disent :

tgurçat ‘âl l-h’ufra

72Elle a été piquée au-dessus du puits.

73Si la maladie persiste, la femme en couches doit tenir une paire de ciseaux dans la main droite afin de couper symboliquement la douleur. Chaque fois que la douleur se manifeste, elle invoque le Prophète : yâ nbî yâ nbî, “Ô Prophète ! Ô Prophète !” Si la maladie persiste, les visiteuses lui disent :

farh’î frâchek wa hizzî mâ fih lawwh’îh fi zebbâla
Réjouis-toi de ta couche, prends ce qu’il y a dedans, et jette-le sur le tas d’ordures !

74A quoi la femme malade répond :

lawwah’t l-ûjd ‘mâ lawwah’tch l-frâh’a

75J’ai jeté seulement la douleur, je n’ai pas jeté la joie !

76Les complications qui peuvent se manifester pendant ou après l’accouchement sont imputées aux dimensions des parties génitales du mari : ‘âl ‘ah ‘zâm r-râjel, littéralement “en proportion avec la ceinture de l’homme”, un euphémisme pour désigner les parties génitales de l’homme.

  • 22 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit.. 1934, 102-103.

77Après avoir coupé le cordon ombilical, la sage-femme souffle de la poudre de kammûn (Cuminum Cyminum L.), de cumin22, dans le visage du nouveau-né, et lui chuchote à l’oreille droite le chahâda ou la profession de foi – “J’affirme qu’il n’y a point de Dieu sauf Allah, et que Mahommed est l’Apôtre d’Allah” - à quoi elle ajoute :

râk msarrah’ ‘alâ mâ h’ibb wa ‘alâ mâ dibb wa ‘alâ mâ tedîr l-beldîya wa l-’arab

78Tu es libérée, fais ce que tu veux, occupe-toi de ce que tu veux, et intéresse-toi à ce que font les gens de la ville et les habitants du désert.

79Le couteau avec lequel elle a coupé le cordon est placé sous la tête de l’enfant. Après, on l’utilisera pour abattre un animal, et on le jettera en même temps que le premier morceau de viande découpée.

  • 23 À propos du khôl, cf. Gobert E.-G, Le kohl, dans Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1923, 90 (...)

80Lorsque la région ombilicale est devenue tout à fait sèche, la sage-femme l’enduit de koh’l, khôl, parfois mêlé à de l’huile23. Ensuite elle parfume l’enfant avec de l’encens de romarin, en prononçant les paroles suivantes :

‘ukruf bkhûrek mâ yukrufah h’add
Respire l’odeur agréable que personne n’a respirée auparavant !

81Avant l’accouchement, la parturiente se parfume afin que le nouveau-né puisse sentir sa mère. Au cas où elle ne l’aurait pas fait, l’enfant doit être tenu à l’écart de toute visiteuse agréablement parfumée, et ce durant quarante jours, afin de l’empêcher de mourir.

  • 24 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit., 1934, 77, n° 169.

82Parfois elle met un peu de résine h’eltît (Thapsia)24 dans le nez et l’anus de l’enfant, afin d’empêcher son esprit de s’évader.

83Avant de langer le nouveau-né, la sage-femme le lave avec de l’eau uniquement. Au début, l’emploi du savon est à éviter, parce qu’on prétend que le fait de laver un enfant dès le commencement avec de l’eau et du savon le rend timide et timoré.

84Après avoir essuyé l’enfant avec une serviette douce, elle lui fixe un fin bandeau autour de la tête et commence à l’envelopper. Elle étend une grande pièce de tissu, gumât’a, sous son corps, depuis le cou jusque sous les pieds, et l’emmaillote de façon serrée, de sorte qu’il garde les jambes droites et les bras tendus vers le bas, le long des côtés. Enfin, elle fixe fermement le lange à l’aide d’une corde. A présent, elle passe l’enfant à sa mère afin que celle-ci lui donne le sein. Après la tétée, la sage-femme installe l’enfant sous un cadre de bois afin de le protéger contre des visiteuses distraites.

  • 25 Cf. Monteil V., Contribution à l’étude de la flore du Sahara occidental, t. II, Paris, 1953, 80, n (...)

85Si l’enfant semble être à moitié inconscient ou apathique à la naissance, la sage-femme le plonge dans un mélange d’eau, de rtem (Retama raetem) pilé, et de mrûkh (Genista Sahara)25.

86La période de convalescence dure quarante jours. Durant tout ce temps, l’accouchée se repose et dort à l’endroit où elle a enfanté.

87Après l’accouchement, la mère reçoit de son mari la nfâsa. Ce présent se compose de fenugrec, de haricots, de petits poissons séchés, de gousses d’ail, de pois chiches, d’huile, de graisse et d’œufs.

88Les visiteuses lui apportent du thé et du sucre, et lui présentent leurs meilleurs vœux de la façon suivante :

mabrûk mâ zâdek
Soyez félicitée (bénie) pour ce qui s’est ajouté à vous !

89À quoi la mère répond :

ibârek fîk wa l-’agba lîk
Qu’Allah vous bénisse et que le prochain accouchement soit le vôtre !

90Et la visiteuse de répondre :

lîk l-h’amed ‘âl khîr khlâç râsek
Soyez louée pour la bonne issue de votre accouchement !

91Enfin, la mère conclut :

yah’mad rayak ‘âl khîr
Qu’Allah fasse que vos souhaits se réalisent pleinement !

  • 26 Un demi çâ’ équivaut à peu près à 1,70 litre.

92En échange des services rendus, la sage-femme reçoit une partie du nfâsa, et souvent aussi de l’argent. En plus de cela elle est fort respectée, et l’enfant, en grandissant, la considérera comme une seconde mère. Lors du ‘îd l-fit’r, la fête qui marque la fin du jeûne du Ramadan, l’enfant lui offre le cadeau appelé rûs l-fat’r mtâ’ gaççâçat ç-çurra, le rûs l-fat’r pour la femme qui coupa le cordon ombilical. Ce rûs l-fat’r consiste en un demi çâ’ de blé moulu, d’orge ou d’une autre céréale26.

L’annonce au père

93Peu importe qui informe le mari : cela peut être un parent ou une personne étrangère à la famille.

94Si la femme a donné naissance à un garçon, et spécialement s’il s’agit de son premier enfant, le père sera immédiatement informé de la bonne nouvelle. Dans ce cas, il se rend aussitôt chez lui, et une fois entré dans la demeure, il congratule son épouse et lui offre le nfâsa.

  • 27 Si l’homme est en train de travailler, il ne s’arrêtera même pas.

95La naissance d’une fille, au contraire, passe pratiquement inaperçue, et on ne se presse pas d’annoncer la nouvelle au père. Une fois informé, il ne se hâtera pas de rentrer à la maison, et il n’est pas rare qu’il reste même absent durant une semaine ou plus27.

Cas particuliers

Naissances simultanées

96Lorsque deux femmes enceintes doivent accoucher à peu près au même moment, elles se rencontrent peu avant la naissance et s’enduisent la tête l’une de l’autre avec de l’huile, ou se maquillent réciproquement les yeux avec du khôl.

  • 28 Dans la région du Sahel (Tunisie), les deux sœurs échangent leurs boucles d’oreilles ; cf. Renon A (...)

97Deux sœurs qui accouchent au même moment échangent leurs h’adîda, leurs bracelets, et les placent sous la tête de l’enfant28.

Avortement

  • 29 Pour d’autres moyens contraceptifs ou remèdes abortifs, cf. Champault D., op. cit., 1953, 91, D. C (...)

98Si la femme désire avorter, bâch tet’ayyah’ d’-d’nâ, elle peut, afin de perdre le fœtus, soit manger des feuilles de fîjel, de rue, soit boire de l’‘at'n, de l’urine de dromadaire29.

99Si la femme fait involontairement une fausse couche, elle enterrera le sbâga, le fœtus, sous la girba, l’outre (qui est toujours rangée au même endroit), afin d’éviter tout avortement à l’avenir.

100Si la femme a tendance à faire des fausses couches, elle peut avoir recours à une série de moyens afin de remédier à ce mal :

  • introduire dans l’anus les substances suivantes :
    • du khôl (à condition qu’il n’appartienne pas à une femme divorcée),
    • de la poudre obtenue en pilant de la sole de dromadaire brûlée,
    • du pollen de dattier,
    • du fenugrec brûlé et pilé.
  • absorber le contenu d’un œuf mélangé à du cumin noir brûlé.
  • attacher un cadenas fermé à sa ceinture dès qu’elle est présumée enceinte ; le cadenas sera ouvert au cours du neuvième mois de la grossesse, mais la mère doit continuer à le porter jusqu’à la naissance ; ce cadenas ne peut être fermé ou ouvert que par une personne appelée Mohammed ou Ali30.
  • porter une pierre qui provient d’une prison. La femme perfore la pierre et l’enfile à sa ceinture ; une fois que la grossesse a atteint le neuvième mois, la mère se débarrasse de la pierre.

Naissance prématurée

101Si la mère donne naissance à un enfant après une grossesse de sept mois seulement, la sage-femme enveloppe le çaghîr çubû’î, l’enfant né après une période de gestation de sept mois, dans du poil de dromadaire.

102L’enfant est entièrement couvert, si bien qu’il ne peut voir ni le soleil, ni la lune. Il est maintenu dans cet état durant deux mois, jusqu’à ce que soit atteint le terme d’une grossesse normale.

Grossesse prolongée

  • 31 Cf. également Louis A., op. cit., t. II, 1963, 194 et note 37, et W. Jansen, Het slapende kind. De (...)

103D’une femme dont la grossesse excède nettement la période de gestation normale sans que la naissance ait lieu, on dit que d’nâ râged fi bat’n ‘ummuh, que l’enfant dort dans le sein de sa mère31.

104Afin d’activer l’accouchement, la femme a recours aux moyens suivants :

105- elle fait bouillir la tête d’une chèvre ou d’un mouton avec du romarin, du thym, de la rue et des câpres. Après avoir absorbé cette décoction, elle fait plusieurs culbutes sur un vêtement appartenant à son mari, tout en prononçant les paroles suivantes :

‘in châ llâh ç-çaghîr ithûr
Il est à espérer que l’enfant s’éveillera !

106Si cela n’aide pas, la mère demandera à deux femmes de l’assister. Celles-ci, une de chaque côté, la prennent par le bras droit et par le bras gauche, et la secouent énergiquement afin de faire descendre la décoction vers l’abdomen. Dans ce cas, l’enfant sera toujours mort à la naissance :

  • elle grille une sole de dromadaire, la réduit en poudre, et l’absorbe. Ensuite, elle projette la tête trois fois vigoureusement en arrière : teglib l-frû, elle retourne la cavité crânienne (de l’enfant), afin de l’éveiller
  • elle absorbe du murr çubr. Ce remède est composé de murr, de myrrhe, et de çubr, d’aloès32. La mère mélange les deux ingrédients dans un peu d’eau, pétrit la pâte, et en fait sept petites boules, qu’elle avale une à une avec de l’eau. Le goût est très amer (murr), et le remède demande un peu de patience (çubr) avant de produire des résultats33.

Fârsî

107L’enfant se trouve dans une position inversée, et se présente les pieds d’abord.

  • 34 Contrairement à ce que l’on croit en Algérie : “Les enfants qui se présentent par les pieds au lie (...)

108Ceci est considéré comme un mauvais présage, l’annonce d’infortunes ou de calamités pour les parents. Ils peuvent eux-mêmes tomber malades, leurs animaux peuvent tomber malades, ils peuvent perdre ce qu’ils possèdent, etc.34.

Jumeaux

109Donner naissance à des jumeaux, thwâma, n’est pas du tout souhaitable. Des jumeaux alourdissent les tâches domestiques, et causent beaucoup de désagréments à la mère, en particulier lorsqu’elle leur donne le sein.

110D’une femme qui a accouché de jumeaux, on dit :

âh l-miskîna jâbet thwâma gismhum ‘alâ rabbî
Oh ! la pauvre femme ! Elle a accouché de jumeaux ; leur sort est dans les mains du Seigneur !

Zâyda

111zâyda signifie littéralement “addition, surplus”.

112En fait, il s’agit d’une partie supplémentaire, soudée à une autre partie du corps, en général à un doigt ou à un orteil. Une telle malformation est considérée comme un signe de bon augure, annonçant un bonheur ou un succès futur. C’est la raison pour laquelle le zâyda est souvent appelé zâydat khîr, appendice du bien.

Les quarante jours

113Les quarante jours qui suivent l’accouchement sont particulièrement dangereux, tant pour la mère que pour l’enfant. Le proverbe dit :

gbar nâfsa yibqâ ‘arba’în yûm mah’lûl
La tombe d’une femme en couches reste ouverte durant quarante jours !

  • 35 À propos de la préparation de la bouillie d’‘açîda et des circonstances dans lesquelles elle est p (...)

114C’est pour cette raison que la mère doit manger une nourriture substantielle : des œufs, du lait, du miel, de l’huile d’olive, du fenugrec et des pois chiches. Très souvent, les femmes prépareront pour elle du chelwîcha, du barkûkc et de la bouillie d’açîda35. Le chelwîcha se compose d’œufs brouillés frits dans une sauce faite de graisse, d’oignons et d’ail. Le barkûkch ressemble au couscous, mais les grains sont plus gros. Les deux plats se préparent sans poivre.

115L’enfant lui-même est entouré des soins les plus attentifs, et l’on a recours à toutes sortes de moyens prophylactiques pour le protéger contre les influences néfastes.

Le premier jour

116La sage-femme revêt l’enfant d’une durrâ’a, une petite chemise faite d’une pièce de tissu au milieu de laquelle il y a une ouverture pour y glisser la tête. L’enfant porte cette durrâ’a pendant sept jours. Elle fixe également un mince bandeau autour de la tête du bébé, afin de lui donner une forme agréable.

Le deuxième jour

117La mère prend l’enfant par les pieds, et ainsi, la tête en bas, elle le balance un petit peu en chantant :

çîd khuchch l-mrâh’ hizz l-krûma û râh’
Lion, entre dans la bergerie, attrape le cou [d’un animal] et disparais !

118On prétend qu’en faisant cela, l’enfant, une fois adulte, aura un cou mince.

Le troisième jour

119La sage-femme vient pour la dernière fois laver, oindre et langer l’enfant.

120Si la mère a donné naissance à un garçon, elle fixe une khlâl, une fibule, à son ‘açâba, son turban de femme. A cette fibule sont attachés les objets suivants :

  • une fûlat l-’ajim, une gemme de couleur rouge foncé en forme de fève, et originaire du Soudan (barr l-’ajim),
  • une mucht’a fud’d’a, petite main de Fât’ima en argent,
  • un h’ûta, petit poisson métallique,
  • une wad’a, coquille de cauris (porcelaine)36,
  • un çurrat çab’a wa ‘ichrîn, sachet contenant plusieurs sortes d’herbes (vingt-sept).

121La fibule se porte durant quarante jours.

122La mère porte à nouveau une ceinture, mais cette fois-ci elle est de couleur rouge. Une fois passée la période de quarante jours, elle reprendra la ceinture habituelle, qui est blanche.

123Au cours des trois premiers jours, on veillera à ce qu’aucun feu ne quitte la demeure. Si quelqu’un demande du feu, on le lui refusera de peur que la peau de l’enfant ne se couvre de pustules lachlûch.

Le septième jour

124La chemisette durrâ’a est remplacée par une kedwâra, longue petite chemise blanche munie de manches et d’une ouverture par devant.

125Par-dessus le fin bandeau qui avait été fixé sur la tête le premier jour, la mère en place à présent un deuxième, appelé ‘açâbat l-’usbû’, le bandeau du septième jour.

  • 37 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit.. 1934, 96, n° 214.

126À ce second bandeau sont fixées de petites gousses d’ail, généralement au nombre de trois, mais parfois jusqu’à douze. Il arrive aussi que la mère y colle quelques cristaux de bt’ûl, une résine jaune qui diffuse une odeur agréable, ou de lubân, une autre résine de couleur jaunâtre37. Tout ceci sert à protéger l’enfant du mauvais œil.

  • 38 Cf. id., p. 193-194, n° 456.

127La mère attache un collier çrâyer au cou de l’enfant. Ce collier est composé d’une ficelle à laquelle sont accrochés quelques çurra, de petits sachets. Ceux-ci contiennent de la gomme h’élût, du chîh’ (Artemis judaïca L.)38, du fîjel, du kammûn, du h’enna, et du rmâd z-zebbâla, cendres provenant d’un dépôt d’ordures. Ce genre d’endroits est un des lieux de prédilection des jnûn, esprits bénéfiques ou maléfiques qui habitent sur terre. Le fait de porter un peu de rmâd protégera l’enfant grandissant lorsqu’il jouera sur un dépôt d’ordures.

128Une çurra est également attachée à son poignet droit, et une autre à sa jambe gauche.

129Le même jour, l’enfant reçoit un nom. Auparavant, si c’était un garçon, on l’appelait Mohammed ou Ali ; si c’était une fille, on l’appelait Fatima. On attend ainsi de donner un nom définitif jusqu’à ce qu’on soit assuré de la viabilité du nouveau-né.

130Le nom peut être donné par le père, par la mère ou par un des grands-parents. Cependant, dans la plupart des cas, c’est le grand-père paternel qui a le dernier mot. Au cas où le père n’aime pas du tout le nom choisi, il peut le changer, au moment de l’enregistrement, sans en informer son entourage. Si l’enfant pleure au moment de recevoir son nom, les parents consulteront un maître du Coran, qui, après avoir consulté l’un ou l’autre de ses livres religieux, proposera un autre nom.

131La mère porte à nouveau ses cheveux en tresses. Ses parentes lavent ses vêtements, et teignent ses mains et ses pieds avec du henné. A partir de cet instant, elle s’habille normalement.

132Désormais on laisse parfois l’enfant dormir seul, sans toutefois négliger de placer au-dessus de lui le cadre de bois, et de poser sous sa tête le couteau qui a servi à couper le cordon ombilical.

Le quarantième jour

  • 39 Toutefois, à Sfax (Tunisie) et dans la région autour de cette ville, c’est la sage-femme, assistée (...)

133Pour la première fois, on coupe les cheveux de l’enfant : yh’assenûh, “on l’embellit”. Cette opération doit être confiée à une personne qui s’appelle Mohammed ou Ali39.

134Des cheveux coupés on fait une petite boule, qui est attachée à la manche droite de la kedwâra de l’enfant, en même temps qu’une wad’a, quelques fûlat l-’ajim, des morjân, petits morceaux de corail, et un petit sachet contenant :

  • du jedra, parfum fait de fleurs de myrte,
  • des gronfd, clous de girofle,
  • des mah’lab, noyaux de mahaleb, sorte de cerisier sauvage (Prunus mahaleb)40,
  • de la mardgûcha (Origanum majorna L.), marjolaine41,
  • du kammûn ‘aswad (Nigella sativa L.), cumin noir42,
  • du kammûn ‘akhd’ar (Cuminum cyminum L.), cumin vert43.

135Tous ces remèdes prophylactiques forment un tout, appelé jaglûl, pendentif. Dans le cas d’un enfant mâle unique, un wuld chûg (un garçon que les parents ont ardemment désiré, l’accomplissement du vœu le plus cher), l’enfant portera le jaglûl jusqu’à l’âge de cinq ans.

136En plus de cela, l’enfant reçoit autour du cou un jlâb, un collier fait de matières censées posséder des propriétés prophylactiques.

137L’‘açâbat l-’usbû’ est remplacé par h’açâbat l-’arba’în, le bandeau du quarantième jour. La mère y attache quelques cauris et quelques grains de corail.

138Parfois 1’‘açâbat l- ‘arba ‘în est abondamment décoré de rubans de tissu multicolores. À côté des coquillages et des grains de corail, on peut souvent y trouver un nawwâr, un petit triangle formé de trois cauris, avec au centre un grain de corail.

139En outre, les femmes attachent à ce bandeau une petite main de Fât‘ima en argent, quelques fûlat l-‘ajim, une ou plusieurs petites cornes, etc.

140La mère fixe au médius de la main droite de l’enfant une amulette ‘ayyâcha. Celle-ci est composée de trois cauris si l’enfant est un garçon ; dans le cas d’une fille, une seule coquille suffit. D’après ce que les femmes m’ont raconté, les trois coquilles de cauris de l’amulette ‘ayyâcha (littéralement “le porteur de vie”) symbolisent les parties sexuelles de l’enfant mâle, verge et testicules, alors que l’unique cauris de 1’‘ayyâcha de la fille représente la vulve.

141Contrairement à l’‘açâbat l-’usbû’, l’açâbat l-’arba’în et l’ayyâcha, dont l’usage est fort limité dans le temps, le collier jlâb se porte jusqu’à l’âge de deux ans.

142Le quarantième jour, l’enfant reçoit des membres de sa famille un certain nombre de vêtements, à savoir :

  • une sûrîya, chemisette,
  • une kedwâra, chemise,
  • une t’art’ûra, cape de forme conique,
  • un mah’arma, mouchoir,
  • des t’rûfa, langes.

143Avant d’habiller l’enfant de ses vêtements neufs, la mère les glisse sous son corsage, et les asperge de gouttes de lait provenant de son sein droit. En habillant l’enfant, elle lui parle en ces termes :

mabrûkât ‘alîk biç-çah’h’a wa s-sirrâr
Puissent-ils t’apporter bonne fortune, santé et charme !

144Parfois la mère perce le lobe de l’oreille de l’enfant, et y attache une ballût’a, une petite boucle d’oreille, qui sera portée jusqu’à l’âge de six ans.

145Pour la première fois, l’enfant quitte la demeure, et sa mère l’emmène rendre visite aux voisins, qui lui offrent le présent appelé nh’îla. Celui-ci se compose de thé, de sucre, d’œufs, de parfums, et de temps en temps d’argent. Lorsqu’elle présente l’enfant aux femmes, ces dernières lui souhaitent tout le bien possible, en prononçant les paroles suivantes :

rabbî ikhallîh in châ’ llâh t’wîl ‘umr wa qalîl ‘udher
Que le Seigneur lui accorde une longue vie sans soucis !

146À quoi la mère répond :

in châ’ llâh tarja’ likumfî l-farh’
Il est à espérer que vous connaissiez, vous aussi, ce bonheur !

147Lorsque la mère se remet aux tâches ménagères, au moment de quitter la demeure pour aller chercher de l’eau pour la première fois, elle pose son bracelet h’adîda à côté de l’enfant. À son retour, elle prend le bébé dans les bras, et le serre contre son sein droit de sorte que quelques gouttes de lait tombent soit à terre, soit sur l’enfant. En faisant cela, elle prononce les paroles suivantes :

  • 44 L’eau symbolise la protection et la sécurité.

jît min l-mâ lâ’swâ lâ blâ
Je suis revenue du puits, il n’y a ni mal ni infortune !44

148Ensuite, elle allaite son enfant.

La protection de l’enfant contre le mal

149Au cours des premières années de sa vie, sa fragilité fait de l’enfant une proie aisée pour des influences maléfiques venant de l’extérieur.

  • 45 En guise de complément aux notes précédentes, cf. également Abou-Bekr A., Notes sur les amulettes (...)

150Beaucoup de maux, de malaises et de maladies sont attribués à des jnûn, des esprits, et au n-nafs, le mauvais œil, également appelé l-’în. Les gens croient qu’ils peuvent les combattre en utilisant toutes sortes de moyens : des colliers, des amulettes, des coquilles de cauris, des décoctions, des petits poissons métalliques, des petites cornes en plastique, des petites mains de Fât’ima, des pièces de monnaie, des fragments d’os, etc., auxquels ils attribuent des propriétés prophylactiques45.

151À côté du recours à ces objets, la mère déposera toujours quelques grains de sel sous l’oreiller de l’enfant, afin de neutraliser les influences néfastes émanant de l’œil de visiteurs jaloux. Cela parce que la mère ignore, lorsqu’une personne se présente pour voir l’enfant, et que celle-ci exprime son admiration devant la santé rayonnante du rejeton, s’il s’agit d’un sentiment sincère, ou d’une manifestation de jalousie.

152Malgré les soins attentifs qu’elle prodigue à son enfant, la mère, convaincue de l’omniprésence des influences néfastes, le munira de toutes sortes de moyens de défense.

153J’ai déjà traité des moyens prophylactiques que la femme utilise pour se protéger elle-même et son enfant durant les quarante premiers jours : khlâl, ‘açâbat l-’usbû’, ‘açâbat l-’arba ‘în, çurra, çrâyir, jlâb et ‘ayyâcha. Tous ces objets sont portés par l’enfant (à l’exception du khlâl) pendant qu’il reste en permanence près de sa mère, et qu’il jouit en fait d’une double protection : d’une part en portant les objets mentionnés ci-dessus, d’autre part grâce aux yeux attentifs de sa mère.

154Toutefois, cette situation change complètement lorsque le bébé commence à ramper et à marcher. Ces modes de locomotion permettent à l’enfant non seulement d’échapper à l’attention de sa mère, mais aussi de s’exposer aux influences des jnûn, et du mauvais œil des personnes envieuses.

155Pour faire face à cette nouvelle situation, la mère, dès que l’enfant pourra ramper, lui glissera à la cheville droite un khalkhâl nh’âs, un fin anneau de cuivre. De cette façon le bébé sera protégé contre les esprits malveillants, lorsqu’il ira jouer dans un de leurs lieux de rencontre préférés. Les esprits habitent de préférence les dépôts d’ordures, les angles des tentes ou des maisons, et les endroits où il y a des excréments humains ou du sang provenant d’un animal abattu.

156La mère lui accrochera également au cou un collier jlâb plus grand, afin de le protéger davantage.

157A côté de l’anneau à la cheville et du plus grand collier, elle lui confectionne également quelques h’jâb, amulettes, et les attache à un vêtement de l’enfant grandissant.

158Ces amulettes, à l’exception du sachet aux vingt-sept herbes, sont portées par l’enfant jusqu’au moment du sevrage, ou même avant. Une fois capable de manger seul, de se déplacer et de parler, il est considéré comme assez fort pour résister aux influences maléfiques.

159D’habitude, la mère demande à un meddeb de confectionner pour elle un h’irz, un petit sac contenant des textes du Coran, et qui sera accroché aux vêtements du bébé. Cette amulette agit comme un substitut pour toutes les protections précédentes, et se porte jusqu’à l’âge de six ans. Lorsque l’enfant tombe malade, ou lorsqu’il est circoncis, on ressort les amulettes et elles sont portées jusqu’à la guérison.

160Les objets dont sont confectionnés les jlâb, h’jâb, jaglûl et autres amulettes prophylactiques, sont précieusement conservés afin de pouvoir servir à l’avenir. Cela concerne tout spécialement les cauris et les grains de rosaire de La Mecque.

Les premières dents de l’enfant

  • 46 La même vision des choses prévaut en Algérie et au Maroc : cf. Champault D., op. cit., 1969, 338, (...)

161Les gens préfèrent que les lût’anîyât, les dents inférieures, apparaissent en premier lieu. Si ce sont les d’ah’akât, les dents supérieures, qui apparaissent d’abord, on considère cela comme un signe de mauvais augure pour le bébé46.

162On prétend que si les d’ah’akât apparaissent en premier lieu, l’enfant restera faible durant trois ou quatre ans, et qu’il sera constamment exposé aux maladies.

163On dit également que les lût’anîyât, souvent appelées salîmât, porteuses de bonne fortune, règlent l’implantation des dents supérieures.

164Si les dents tardent à percer, la mère aura recours aux remèdes suivants :

  • elle préparera une décoction de rue et de fenugrec, et la donnera à boire à l’enfant,
  • elle fera absorber par l’enfant la préparation liquide de harîsa. Le harîsa est obtenu à partir d’orge trempée et pilée, qui est ensuite bouillie dans de l’eau, avec de la rue, du fenugrec, du romarin, des câpres, de la viande de dromadaire et de la graisse. La mère mange la partie solide de la préparation, afin que celle-ci se répande dans son lait. Une partie du harîsa est parfois distribuée parmi les voisins. On le considère comme un excellent fortifiant, de là le proverbe :

ch-châ’yer wa lh’am l-ba’îr imereg ç-çaghîr min ga’ir l-bîr
L’orge et la viande de dromadaire font sortir l’enfant même du fond d’un puits !

165À côté des remèdes mentionnés, la mère peut aussi enduire les gencives d’un jus provenant de retem (Retema duriaeiginista barbara) pilé et de semences de fenugrec.

166L’apparition des premières dents s’accompagne généralement de douleurs, mard’ îenbît s-senîn, mal causé par les dents qui percent. Afin de soulager la douleur, on donne à l’enfant une mixture à base de henné et d’eau. Parfois la mère applique sur la melghîgha, le sommet de la tête de l’enfant, un d’umîda, un emplâtre, de tguft, d’absinthe.

167Elle attache également autour du cou de l’enfant un petit sachet rempli de kircha (non identifié), qu’il peut sucer et mordiller.

168Durant la période où l’enfant fait ses premières dents, la mère lui donne de la nourriture molle. Il ne mange que la l-bâba, “la partie intérieure”, la mie du pain, et souvent, sa mère mâche la nourriture avant de la lui donner.

169Lorsque vers l’âge de sept ans les dents de lait commencent à tomber, l’enfant prend la dent dans sa main, regarde le soleil, et la jette derrière lui par-dessus sa tête, en disant :

lawwah’tek sinn h’alîb lawwah’nî sinn dhîb
Je t’ai jeté une dent de lait, jette-moi une dent de renard !

170Quand une dent de lait est caduque, mais que l’enfant a peur de l’extraire, il arrive parfois que, durant son sommeil, la mère l’arrache. Lorsque l’enfant se réveille, elle lui dit :

khnabhâ l-fâr
La souris a volé ta dent !

Les premiers pas de l’enfant

171Comme on pense qu’il existe un rapport entre d’une part la qualité de la nourriture et de l’allaitement du bébé, et d’autre part le moment où il tente de faire ses premiers pas, on n’en fait pas un drame s’il ne peut pas encore marcher seul à l’âge d’un an et demi. On ne se fait vraiment du souci que si l’enfant n’est pas encore capable de se déplacer librement, une fois atteint l’âge de deux ans.

172Dans ce cas, la mère place l’enfant dans un ‘abâr, un panier tressé en feuilles de dattier découpées en rubans, et que deux jeunes garçons promènent de demeure en demeure en chantant :

yâ l-h’ebchîyâ d-debchî ‘n châ llâhfullân yibdâ yemchî
Ô mon cher petit, il est à espérer que tu [ils mentionnent le nom de l’enfant] puisses commencer à marcher !

173Parfois les jeunes garçons sont suivis d’une bande d’enfants. À chaque demeure, les habitants leur offrent le ma’rûf, un présent qui consiste essentiellement de couscous. Quand la petite troupe revient à la maison, la mère dont l’enfant a été transporté prépare le couscous et le distribue aux enfants.

174Avant que l’enfant soit capable de se déplacer librement, il passe par les phases suivantes :

  • tagh’îm : la phase dans laquelle l’enfant ne parvient qu’à s’accroupir ; il s’assied sur son derrière, et n’est capable ni de se lever, ni de se déplacer à quatre pattes. Parfois la mère élève un bah’bûra, un petit rempart de sable autour de l’enfant, et lui donne quelques chiffons qu’il peut effilocher.
  • bat’h’ân : l’enfant se met à ramper, sans encore pouvoir s’appuyer solidement sur ses mains et sur ses pieds.
  • temrîd : l’enfant rampe librement.
  • teddîch : l’enfant fait plusieurs tentatives pour se lever, avance un petit peu, et tombe. L’entourage encourage l’enfant dans ses efforts pour se redresser, en lui adressant les paroles suivantes :

dâdâch dâdâch ‘ikbir wa ‘âch
Avance, avance, grandis et vis !

  • tebdîl l-khat’wa : l’enfant avance déjà de quelques pas.
  • machî : l’enfant marche librement sans aucune aide.

L’allaitement et la création de liens particuliers

175Aussitôt que l’enfant commence à pleurer, la mère l’allaite, et il n’est pas question de lui donner le sein à intervalles réguliers, ou à des heures précises.

176Si une femme n’a pas assez de lait, çfîla, pour nourrir son enfant, elle peut faire une des choses suivantes :

177- Confier son bébé à une autre femme qui vient d’avoir un enfant, afin qu’elle l’allaite. Dans ce cas, la nourrice observera une alternance lors des tétées : une fois elle donnera le sein droit à son propre enfant et le gauche à l’autre, et la fois d’après elle inversera les rôles.

  • 47 Cf. aussi Gaudry M., op. cit., 1929, p. 103, et G. Marcy, L’alliance par collation (tâd’a) chez le (...)

178Un garçon et une fille qui sont nourris simultanément par la même femme, rad’în h’alîb wâh’ed, sucent le même lait, et sont considérés comme frère et sœur, si bien qu’une fois adultes les deux enfants ne pourront jamais se marier47.

179Pour cette raison, et parce que les mariages entre cousins sont tenus en haute estime chez les Ghrib, un homme ne permettra pas à sa femme d’allaiter les enfants de son frère.

180- Nourrir son enfant avec du lait de chèvre, de brebis ou de dromadaire. Le lait, auquel on a ajouté du sucre, est bouilli, et ensuite versé dans une chekwa, une outre en peau d’animal dépilée et tannée, servant à battre le beurre. Une des ‘irwat ch-chekwa, des “pattes”, dont les ouvertures ont été fermement ficelées, est légèrement relâchée, et placée dans la bouche du bébé pour lui permettre de sucer le lait ainsi préparé.

181Le biberon à tétine de caoutchouc est un objet récemment importé, et ne sert qu’à remplacer l’outre. Jusqu’à une date récente, le lait en boîte et le lait en poudre étaient pratiquement inconnus.

182Afin de stimuler la sécrétion de lait, la femme peut avoir recours aux moyens suivants :

  • préparer de 1’‘açîdat l-fûl, une bouillie obtenue en faisant bouillir de la farine de grosses fèves dans de l’eau,
  • manger le matin un pis d’animal bouilli, qui, enveloppé dans une peau, a été au préalable exposé durant toute la nuit à la lumière de la lune,
  • manger du façça (Medicago), du trèfle48,
  • manger des pois chiches et des haricots blancs bouillis,
  • enduire ses tétons, h’elma, avec le pollen d’un dattier mâle.

183Si une femme nourrit deux enfants à la fois, elle donnera son lait par priorité au plus jeune.

184Une mère ne doit pas nourrir son enfant à qui elle donne le sein, le jour où elle accouche d’un autre enfant.

Le sevrage

  • 49 Ceci conformément au Coran, sourate II, verset 233.

185Le sevrage, fat’mân, a lieu à l’âge de deux ans pour un garçon, et à l’âge de dix-huit mois pour une fille49. On prétend qu’une fille sevrée à l’âge de deux ans deviendra une chayt’âna, une personne susceptible, ou râshâ gâççî, têtue.

186Certaines femmes, cependant, fixent le moment du sevrage en fonction de la durée des menstrues. Si celles-ci durent trois à cinq jours, le sevrage aura lieu à dix-huit mois ; mais si elles durent plus longtemps, l’enfant sera sevrée à l’âge de deux ans.

187Afin de déshabituer l’enfant de se nourrir au sein de sa mère, cette dernière peut avoir recours aux moyens suivants :

  • elle enduit ses tétons de murr çubr,
  • elle pose un khumfâs, sorte de coléoptère, sur sa poitrine pour décourager l’enfant lorsqu’il veut téter,
  • elle attache une épingle sous ses vêtements, pour piquer l’enfant lorsqu’il essaie de téter. Elle prévient l’enfant en disant :

râhî l-girrâça yâ ûlîdî
Fais attention à ce qui pique, mon enfant !

  • elle enduit ses seins avec du fah’m, du charbon de bois, ou de la h’wâg, de la suie, pour dissuader l’enfant de téter,
  • elle bouge ses mains sous ses vêtements pour faire peur au bébé,
  • elle porte ses vêtements à l’envers, devant derrière, de sorte que l’enfant ne puisse pas trouver les seins.

188Sevrer un enfant prend de quatre à cinq jours. La mère prive d’abord l’enfant d’un sein, ensuite de l’autre.

189Le jour le plus approprié pour commencer le sevrage est le samedi, de préférence le premier ou le dernier samedi du mois.

190Les femmes éviteront de sevrer leur enfant au mois de février, parce qu’elles associent la brièveté de ce mois avec la brièveté de la vie de l’enfant.

191Lorsque la mère commence le sevrage, elle prépare tôt le matin un pain, auquel est mêlé du chebb, de l’alun, qui est utilisé pour éloigner les jnûn et pour protéger l’enfant contre le mauvais œil. Parfois, et dans le même but, elle invite un meddeb à inscrire le nom d’Allah sur le pain. Quand le pain est cuit, elle le frappe contre la labba, la partie supérieure de la poitrine d’un dromadaire, en prononçant les paroles suivantes :

kibbrî mûlâk gidd galb l-ba ‘îr
Rends ton maître grand et fort, aussi grand et fort que le cœur d’un dromadaire !

192ou encore :

khabat’nâ l-khubza ‘âl labbat l-ba’îr
ikbir mûlâ l-khubza ‘âl gidd galb l-b’îr
Nous frappons le pain contre la poitrine d’un dromadaire,
Rends le maître du pain aussi grand et fort que le cœur d’un dromadaire !

193Quand l’enfant est sevré, on lui coupe les cheveux. On lui pend également une amulette autour du cou, tandis que sa mère porte un nouveau collier, appelé terbî’a. Le terbi’a consiste en une h’irz, une amulette portant une inscription, et une petite main de Fât’ima en argent.

194Les mains de l’enfant sevré sont teintes au henné, et on lui donne un œuf colorié au henné pour le divertir.

  • 50 ‘arây r-rûs signifie littéralement “les chauves”. Les garçons ont d’habitude le crâne rasé jusqu’à (...)

195Une fois le sevrage terminé, la mère cuit un pain et le partage entre les ‘arây rrûs, les petits enfants50. Après avoir mangé le pain, ils disent à la mère :

rabbî içabbrah
Puisse le Seigneur lui accorder patience !

196Un enfant à peine sevré est nourri avec des nourritures molles : des œufs, du kisra marfûsa, du pain trempé dans un mélange d’huile et de sucre, etc. Le père lui donne parfois des sucreries pour distraire son attention.

197Si la mère estime que l’enfant sevré n’avale pas assez facilement ses nouveaux aliments, elle recommencera à lui donner le sein pendant un certain temps.

La coiffure

198Les cheveux sont coupés ou rasés, soit avec un t’agt’aga, de petits ciseaux, soit avec un mus lâm, un rasoir. D’habitude, c’est un homme qui coupe les cheveux des garçons. Jusqu’à l’âge de trois ans, on ne laisse qu’une chûcha ou gachât’a, une touffe de cheveux au sommet du crâne.

  • 51 Cf. aussi Goobert E.-G., op. cit., 1969, La mèche des cheveux, 114-120, Laugel A.M.M. et Marçais P (...)

199Beaucoup de femmes trouvent cela joli, d’autres pensent que si l’enfant meurt, les anges le saisiront par cette touffe de cheveux pour l’emmener au ciel. On dit aussi que cette touffe protège l’enfant contre le mauvais œil51.

200À partir de l’âge de trois ans, la coiffure des garçons se différencie de celle des filles.

201Les cheveux d’un garçon sont en général coupés très court ; parfois on rase complètement le crâne, mh’assen.

202D’autres façons de porter les cheveux pour un garçon sont le ta’jîn et le dûr. Dans le cas du ta’jîn, on rase les cheveux sur le crâne, mais on se contente de ne couper qu’un peu les cheveux qui se trouvent autour. Dans le cas du dûr, on fait exactement l’inverse : on rase les cheveux sur les côtés, tandis qu’on ne coupe qu’un petit peu ceux du crâne. Cette dernière coiffure n’est d’application que lors d’une circoncision ou d’un mariage. Les cheveux du mt’ahhar, le garçon qui doit être circoncis, et ceux du ‘arîs, le futur marié, sont coupés de cette façon-là.

203En général on ne coupe jamais les cheveux d’une fille. Les mèches des deux côtés de la tête, ainsi que celles de derrière, sont tressées, et forment un certain nombre de petites grûn, tresses. Les cheveux de devant sont seulement coupés, de façon égale, et forment une gussa. Il arrive qu’une fille ait sept tresses ; celle du milieu s’appelle khzil.

204Tant que la jeune fille n’est pas mariée, toutes les tresses tombent derrière les oreilles. Après le mariage, cependant, elle porte une tresse devant chaque oreille. Les deux tresses de devant s’appellent alors aussi khzil.

205Une coiffure intermédiaire est la gussa avec la chûcha. Cette façon de porter les cheveux est plutôt inhabituelle. Les cheveux sont rasés, à l’exception de ceux qui se trouvent juste au-dessus du front, et qui sont coupés de manière à former une gussa, et de la touffe qui se trouve au sommet du crâne, la chûcha.

Autres coutumes

206En rapport avec l’hygiène, la mère apprend à l’enfant grandissant de se laver le visage, les oreilles et les mains immédiatement après s’être levé le matin.

207Il doit se laver les mains avant chaque repas, et une fois celui-ci terminé, il lui faut se rincer la bouche, se laver les mains avec de l’eau et du savon (s’il y en a), et ensuite soigneusement les essuyer. On utilise rarement le savon pour se laver le visage. S’il n’y a pas d’eau, on se nettoie les mains avec du sable.

208Après avoir fait ses besoins, on se nettoie l’anus avec du sable et de l’eau. On enseigne à l’enfant de n’utiliser dans ce cas que le médius de la main gauche. Le geste qui consiste à montrer à quelqu’un la paume de la main gauche tournée vers le haut, avec le médius dressé est considéré comme une insulte extrêmement obscène et provocatrice.

209Aussitôt qu’un enfant est capable de proférer le mot irr, cri utilisé pour inciter un âne à avancer, ou de jouer au berger, il doit commencer à dormir seul. Certaines femmes n’attendent pas que ces signes se manifestent, et abandonnent leur enfant bien plus vite à son sort, en disant :

hemmel wa rabbî ikemmel
Abandonnez le petit à son sort, le Seigneur prendra bien soin de lui !

210Parfois la mère, ou une autre femme, prend l’enfant dans ses bras pour le bercer. Pendant qu’elle l’endort, elle exprime sa tendresse et son amour en chantant une rubbâja, une berceuse. Des berceaux ou d’autres moyens de bercer un enfant sont inconnus chez les Ghrib.

211Si un enfant est jaloux, çaghîr mummî, d’un jeune frère ou d’une jeune sœur, sa mère attachera une khalkhâl l-mummî à l’une de ses chevilles. Il s’agit d’une corde faite de la vulve d’une chèvre. A part cela, on fixe également une amulette temîma dans les cheveux de l’enfant jaloux. Celle-ci est faite de deux grains de corail, d’un petit anneau noir et d’une coquille de cauris.

212Une femme qui a accouché d’un ou de plusieurs enfants mort-nés, ou dont un ou plusieurs enfants sont morts en bas âge, rassemblera chaque jeudi soir (selon la chronologie musulmane, chaque vendredi soir) tous ses enfants, afin de leur faire respirer l’odeur bénéfique obtenue en faisant brûler vingt-sept herbes. Le but de cette pratique est de protéger les enfants contre le mauvais œil.

Légendes des photographies

213Photographie 1

214Avant d’emmailloter le nouveau-né, la sage-femme ou la mère prend garde de bien allonger les bras et les jambes le long des côtés. Ensuite elle fixe soigneusement le lange à l’aide d’une corde fabriquée à partir d’un mélange de laine de mouton, de poil de chèvre et de poil de dromadaire.

215Photographie 2

216Pour le protéger contre les faux pas des personnes distraites, un arçon de bât de dromadaire est placé au-dessus du nouveau-né.

217Photographie 3

218Femme portant un turban auquel est fixée une fibule, signe qu’elle a mis au monde un garçon. Une gemme de couleur rouge, une petite main de Fatima en argent et deux cauris complètent cette fibule. Tous ces objets auxquels on attribue des vertus prophylactiques sont censés neutraliser les effets d’éventuels regards malveillants.

219Photographie 4

220‘açâbat l-'arba‘în ou « turban du quarantième jour », sur lequel la mère a fixé (de g. à dr.) : cinq petits cauris symbolisant la main de Fatima, deux pièces en argent doré, une petite corne noire en plastique, une grande coquille de cauris, une petite main de Fatima très détaillée, une clef, quelques perles de verre et de corail, une coquille spiralée et une pièce de monnaie. Tous ces objets sont chargés de protéger l’enfant contre les influences néfastes des mauvais esprits et de conjurer éventuellement les regards malveillants des personnes rendant visite au bébé.

221Photographie 5

222Père portant son bébé sur le bras. Une amulette ‘ayyâcha est fixée à la main droite de l’enfant, une autre est attachée à l’épaule gauche ; autour du cou se trouve un collier fait de petits sachets. Le tout sert à protéger l’enfant du mauvais œil.

Notes

1 Beaussier M. et Ben Cheneb M., Dictionnaire pratique arabe-français, 1931, 671.

2 Les termes désignant une femme enceinte sont : mrâ ‘ayyâna, mrâ râfa’a, mrâ h’âbla.

3 C’est ce qu’affirme également Champault D., La naissance à Tabelbala (Sahara algéro-marocain), dans Journal de la société des africanistes, 1953, 91 : “Mais à aucun moment, une femme ne doit elle-même faire part de son attente, sous peine de susciter des jalousies qui nuiraient à l’enfant. Cette attitude de silence est strictement observée par l’entourage”.

4 Cf. à ce propos Zouari A., La naissance à Sfax dans la société traditionnelle, dans Cahiers des arts et traditions populaires (Tunis), 1971, 9.

5 Chevalier A., Les productions végétales du Sahara et de ses confins Nord et Sud, dans Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, 12 (1932), 831.

6 Renaud H.P.J. et Colin G.S., Tuh’fat al-’ah’bâb. Glossaire de la matière médicale marocaine, Paris, 1934, 74-75, n° 163.

7 Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit., 1934, 159, n° 364.

8 Beaussier M., op. cit., 1931, 873.

9 Cf. infra, Cas exceptionnels : Grossesse prolongée.

10 Champault D., op. cit., 1953, 92 : “C’est à partir du troisième mois qu’il devient dangereux d’éveiller une femme enceinte : on risque alors de troubler dans leur travail les anges qui “font” l’enfant dans le ventre de sa mère”

11 À propos du sens du terme baraka, cf. Chelhod J., La baraka chez les Arabes ou l’influence bienfaisante du sacré, dans Revue de l’histoire des religions, 1955, 68-88.

12 On attribue de nombreuses vertus prophylactiques au henné. Cf. Vonderheyden M., Le henné chez les musulmans de l’Afrique du Nord, dans Journal de la société des africanistes, 1934, p. 35-61 (le henné utilisé lors de la naissance, p. 50-52), et 179-202.

13 Cf. Bayram A., La naissance à Tunis dans les milieux de la bourgeoisie traditionnelle, dans Cahiers des arts et traditions populaires (Tunis), 1971, 7 : “La femme qui donne naissance à un garçon est plus considérée et plus aimée par ses beaux-parents, aussi lui souhaite-t-on toujours un garçon”. Cela vaut également pour l’Algérie ; cf. Gaudry M., La femme chaouïa de l’Aurès. Étude de sociologie berbère, Paris, 1929, 97 : “L’homme tient toujours à être père, pour maintenir plus sûrement son épouse dans les liens du mariage, pour l’“attacher”, comme on dit en Aurès, et père d’un garçon pour mieux assurer la conservation de son patrimoine”.

14 Champault D., op. cit., 1953, 91-92, a rapporté la même vision des choses en Algérie : “Les relations sexuelles ne sont pas interrompues : le liquide séminal passant pour nourrir le fœtus et avoir une influence bénéfique sur l’évolution de la grossesse”.

15 Sur les différents usages du sibh’a en Afrique du Nord, cf. Belguedj M.S., Le chapelet islamique et ses aspects nord-africains, dans Revue des études islamiques, 1969, 291-322.

16 La sage-femme encourage la parturiente en répétant sans cesse : yâ nabbî yâ rasûl allâh yâ muh’ammad, Ô Prophète ! Ô Messager d’Allah ! Ô Mohammed ! Chez les Bédouins Ghrib je n’ai pas trouvé le type d’invocations courant au Maroc ; cf. Jouin J., Invocations pour l’enfantement, Hespéris, 1953, 343-357.

17 La même expression, mabrûk hâl h’at’t’âba est également utilisée en Algérie : cf. M. Gaudry, La société féminine au Djebel Amour et au Ksel, Alger, 1961, 125.

18 D’après MZALI M.S., Deux usages indigènes relatifs à l’accouchement et au divorce, dans Revue tunisienne, 1918, 222-224, l’enterrement du placenta à l’endroit même de l’accouchement pourrait être une survivance de la pratique qui consistait à brûler vivantes les filles aussitôt après leur naissance, pratique qui datait des temps préislamiques. D’après Pâques V., L’arbre cosmique dans la pensée populaire, Paris, 1964, 434, l’usage d’un couteau ou d’une paire de ciseaux, la formule de salutation mabrûk du père à son fils nouveau-né, et l’enterrement du placenta à l’endroit même de l’accouchement auraient une signification symbolique, et feraient allusion à la représentation mythique de l’arbor vitae ou arbre de vie.

19 Sur les influences bénéfiques et les vertus attribuées aux odeurs, cf. Gobert E.-G, Les magies originelles, Aix-en-Provence, 1969, 15-22.

20 Pour d’autres moyens d’accélérer et de faciliter l’accouchement, cf. Graf de la Salle M., Contribution à l’étude du folklore tunisien. 2. Croyances et coutumes relatives aux meubles et ustensiles de la maison ainsi qu’aux provisions alimentaires, dans Revue africaine, 1946, 106, M. Gaudry, op. cit., 1961, 183, et Zouari A., op. cit., 1971, 24.

21 L’indifférence et la déception qui accompagnent la naissance d’une fille sont relatées de façon poignante par GAUDRY M., op. cit., 1929, 60.

22 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit.. 1934, 102-103.

23 À propos du khôl, cf. Gobert E.-G, Le kohl, dans Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1923, 90-93.

24 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit., 1934, 77, n° 169.

25 Cf. Monteil V., Contribution à l’étude de la flore du Sahara occidental, t. II, Paris, 1953, 80, n° 254.

26 Un demi çâ’ équivaut à peu près à 1,70 litre.

27 Si l’homme est en train de travailler, il ne s’arrêtera même pas.

28 Dans la région du Sahel (Tunisie), les deux sœurs échangent leurs boucles d’oreilles ; cf. Renon A., La mère et l’enfant, 2. L’attente, Tunis, 1946, 35.

29 Pour d’autres moyens contraceptifs ou remèdes abortifs, cf. Champault D., op. cit., 1953, 91, D. Champault, Une oasis du Sahara nord-occidental : Tabelbala, Paris, 1969, 313, et De Lens A.R., Pratiques des harems marocains. Sorcellerie, médecine, beauté, Paris, 1925, 41-42.

30 Cette pratique par laquelle le fœtus est symboliquement retenu dans le sein de la mère est également en usage aux îles Kerkena (Tunisie) ; cf. Louis A., Les Îles Kerkena (Tunisie). Étude d’ethnographie tunisienne et de géographie humaine, t. II, Les “Jours”, 1963, 205.

31 Cf. également Louis A., op. cit., t. II, 1963, 194 et note 37, et W. Jansen, Het slapende kind. De maatschappelijke betekenis van een oud geloof (“L’enfant endormi. La signification sociale d’une vieille croyance”), dans de Moor E., Vrouwen in het Midden-Oosten (“Les femmes au Moyen-Orient”), Bussum (Pays-Bas), 1982, 113-133.

32 Pour le murr, un extrait du Balsamodendron myrrha Nees, cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit., 1934, p. 118-119, n° 265, et pour le çubr, l’aloès, cf. id., 131, n° 294.

33 On trouvera un autre remède dans de Lens A.R., op. cit., 1925, 42.

34 Contrairement à ce que l’on croit en Algérie : “Les enfants qui se présentent par les pieds au lieu de se présenter normalement par la tête… promettent d’être voyants ou marabouts” ; cf. Champault D., op. cit., 1953, 100.

35 À propos de la préparation de la bouillie d’‘açîda et des circonstances dans lesquelles elle est préparée, cf. Marçais W. et Guiga A., Textes arabes de Takroûna. I. Textes, transcriptions et traduction annotée, Paris, 1925, 193-195.

36 À propos des propriétés prophylactiques attribuées à ces objets, cf. Champault D. et de Langle M., Notes sur l’emploi de quelques matériaux d’origine marine en Afrique du Nord, dans L’Ethnographie, 1964-1965, 88-118, Champault D. et Verbrugge A.R., La main. Ses figurations au Maghreb et au Levant, Paris, 1965, E.-G. Gobert, op. cit., 1969, L’amitié des pierres et leur étrange fortune, p. 31-88, et Le pudendum magique et le problème des cauris, 37-198, et Marçais W. et Guiga A., op. cit., 1925, 324, note 9.

37 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit.. 1934, 96, n° 214.

38 Cf. id., p. 193-194, n° 456.

39 Toutefois, à Sfax (Tunisie) et dans la région autour de cette ville, c’est la sage-femme, assistée de quelques autres femmes, qui coupe les cheveux de l’enfant. Cela se passe le septième jour après la naissance. Cf. Zouari A., op. cit., 1971, 26.

40 Cf. Beaussier M. et Ben Cheneb M., op. cit., 1931, p. 230, et E.-G. Gobert, Tunis et les parfums, Alger, 1962, 53-54.

41 Cf. Renaud H.RJ. et Colin G.S., op. cit., 1934, 113, n° 253.

42 Cf. id., 192-193, n° 454.

43 Cf. id., p. 102-103, n° 229.

44 L’eau symbolise la protection et la sécurité.

45 En guise de complément aux notes précédentes, cf. également Abou-Bekr A., Notes sur les amulettes chez les indigènes algériens, troisième congrès de la FSSAN, Constantine 30 mars-1er avril 1939, t. I, Revue africaine, 1937, 309-318, et Champault D., Un collier d’enfant du Sahara algéro-marocain, dans Journal de la société des africanistes, 1956, 197-209.

46 La même vision des choses prévaut en Algérie et au Maroc : cf. Champault D., op. cit., 1969, 338, A.M. Goichon, La vie féminine au Mzab, t. I, Paris, 1927, 37-38, et Legey, Essai de folklore marocain, Paris, 1926, 112. Dans un seul cas, cependant, j’ai noté exactement le contraire, à savoir que l’apparition des incisives inférieures avant les supérieures est considérée comme un signe de la mort, cf. Hardy G. et Brunot L., L’enfant marocain, Paris, 1925, 31.

47 Cf. aussi Gaudry M., op. cit., 1929, p. 103, et G. Marcy, L’alliance par collation (tâd’a) chez les Berbères du Maroc Central, dans Actes du 2ème Congrès de la FSSAN, Tlemcen, 1936, t. II, 957-973.

48 Cf. Renaud H.P.J. et Colin G.S., op. cit., 1934, 157, n° 359.

49 Ceci conformément au Coran, sourate II, verset 233.

50 ‘arây r-rûs signifie littéralement “les chauves”. Les garçons ont d’habitude le crâne rasé jusqu’à l’âge de douze ans.

51 Cf. aussi Goobert E.-G., op. cit., 1969, La mèche des cheveux, 114-120, Laugel A.M.M. et Marçais Ph., Les coiffures à Tindouf (Sahara occidental), dans Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, Alger, 1954, 113-121, et tout particulièrement 115, la coiffure appelée hsânt-en-njâma, qui assurerait celui qui la porte d’une plus grande longévité, et Westermarck E., Ritual and Belief in Morocco, t. II, Londres, 1926, 416.

Notes de fin

* Le présent article est le fruit de recherches menées à l'aide de subsides provenant du Fonds national pour la recherche scientifique (FNRS, Bruxelles), du ministère de l’Education nationale et de la culture néerlandaise (Bruxelles), du ministère de l’Education nationale (Tunis) et de la Fondation Wenner-Gren pour la recherche anthropologique (New York) ; il ne reflète qu'une partie seulement d'un projet de recherche beaucoup plus vaste et d'une étude beaucoup plus détaillée sur les Bédouins Ghrib, tant dans le domaine linguistique que sur le plan de l'anthropologie culturelle. Le travail sur le terrain, au sein même de la tribu a commencé au printemps 1973, et est toujours en cours.

Table des illustrations

Légende Photo 1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Photo 2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Photo 3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Photo 4
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Photo 5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

Auteur

Claus Gilbert J.M., Universiteit Gent, Department of Languages and Cultures Near East and North Africa, Gent, Belgique.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter