Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Le recours au système de soins dans les premiers mois de la vie conjugale

M. Gharbi, T. Bachtarzi, M.T. Nacer, Z. Bouzidi et A. Soukhal

Texte intégral

Introduction

1La constatation d’une prescription parfois abusive des inducteurs de l’ovulation au sein d’une population dont les femmes sont en âge de reproduction (15-49 ans) et dans laquelle la fréquence des couples stériles est de 3,02 % (enquête de santé de la wilaya de Annaba, résultats non encore publiés), nous a motivé à mener cette étude transversale. En effet, en plus de leurs coûts onéreux, chacun de ces produits ne présente ni innocuité, ni sécurité totale [5]. Si on leur ajoute les implications psychologiques et les perturbations émotionnelles profondes que peut engendrer l’idée d’infécondité, on comprendra l’ampleur du désastre que risque de provoquer une conduite médicale incertaine.

2Par prescription abusive, nous entendons le cas de femmes consultant pour un problème de fécondité durant la première année de leur vie conjugale et chez lesquelles une thérapeutique à base d’inducteurs de l’ovulation est prescrite de façon systématique, sans qu’ait eu lieu aucune démarche médicale préalable d’identification du phénomène qui concerne pourtant les deux partenaires, dans 39 % des cas où l’homme et la femme présentent chacun des troubles de leur fonction de reproduction.

3La responsabilité de la femme apparaît seule dans un tiers des cas et celle de l’homme dans un cinquième des cas [9]. De même, les statistiques de la fécondité naturelle des mariages nous montrent que 65 % des couples conçoivent dans les 6 mois, 80 % dans les 12 mois et 90 % dans les deux ans [6].

4Afin de cerner ce problème, notre travail s’est fixé comme objectif de :

  • déterminer la fréquence de ce type de recours,
  • essayer d’élucider des facteurs favorisants,
  • sensibiliser les acteurs concernés sur les capacités de la nature à répondre aux sollicitations du couple.

Matériel et méthode

5L’enquête, de nature descriptive, a été effectuée auprès d’un échantillon de femmes mariées primipares, venant accoucher à la maternité du centre hospitalo-universitaire de Annaba où s’effectuent 74,4 % des naissances annuelles de la wilaya. Le reste des accouchements a lieu pour 14,6 % dans les maternités périphériques et pour 11,0 % à domicile.

6Pour des raisons de financement, nous avons été contraints à ne cibler que ce type de population et par conséquent les résultats ne peuvent être extrapolés à la population générale. Cependant, cette insuffisance ne nous empêche pas d’avoir une certaine approche de la situation en matière de consommation médicale des stimulateurs de l’ovulation. Le critère “primipare” est choisi afin d’éviter les biais de mémorisation. Ainsi, toute femme mariée, primipare, recrutée pendant les mois de février et mars de l’année 1993 a été interrogée au moyen d’un questionnaire de 24 items par une enquêtrice sage-femme. La taille de l’échantillon est de 154 femmes soit environ le 1/80ème de l’ensemble des accouchées de l’année 1993. Les femmes résidantes en dehors de la région de Annaba et venant accoucher au sein de cette maternité ont été exclues de l’étude.

7Au cours de l’interrogatoire, on a demandé à la femme si avant de devenir enceinte, elle-même et/ou son conjoint ont consulté un médecin ou une sage-femme ? A quelle période ? Si oui, quelle a été la conduite préconisée ? De même le questionnaire comportait une partie s’intéressant aux conditions socio-économiques du couple (âge actuel, âge au mariage, niveau d’instruction, profession …) et d’autres éléments pouvant déterminer le recours à ce type de consultation (type de la famille, causes de consultation, opinion sur les femmes sans enfants…).

Résultats

8Les calculs confirment les constatations : 42 femmes (27,3 %) de la population interrogée, avaient consulté un médecin pour raison d’infécondité durant la première année de la vie conjugale. 104 femmes (67,5 %) ont répondu par la négation, alors qu’au-delà d’un an c’est-à-dire pour 8 femmes (5,2 %), le recours était justifié. Pour simplifier, ce dernier groupe ne sera pas considéré dans la suite de l’analyse. L’étude portera donc sur 146 femmes seulement.

Tableau 1. Ensemble des femmes ayant ou non recouru à des consultations pour infécondité selon l’âge au moment de l’enquête

Tableau 1. Ensemble des femmes ayant ou non recouru à des consultations pour infécondité selon l’âge au moment de l’enquête

9Parmi les femmes consommatrices de soins durant la première année, 62 % ont consulté une à trois fois un médecin, 38 % l’ont fait à quatre reprises et plus. Quant aux conjoints, seulement 36 % (15 hommes) ont vu un médecin et dans 93 % des cas cette consultation intervenait secondairement après celle de l’épouse. La décision de consulter émane de la femme pour 45 % des cas et du couple pour 26 % ; elle est subie dans 28 % des cas, dont 7 % sous la pression du mari et 21 % sous celle des parents et beaux parents.

Tableau 2. Moment de recours durant la première année du mariage

Tableau 2. Moment de recours durant la première année du mariage

10Après plusieurs consultations de la femme, 27 % des maris décident enfin de consulter à leur tour ; 13 % le font sous la pression de la conjointe et 60 % à la suite de l’intervention du médecin traitant.

11Au cours de cette étude, 17 femmes (40 %) ont consulté un médecin au cours des trois premiers mois de mariage et 69 % au cours du premier semestre (tableau II). Chez 40 % de l’échantillon consultant, un traitement a été prescrit directement, pour 38 % un bilan biologique a été demandé et la prise en charge médicale n’a été différée que pour seulement 21 % d’entre-elles. Un spécialiste en gynécologie obstétrique du secteur para-public a été consulté dans 90 % des cas (tableau 3).

Tableau 3. Conduite préconisée selon la catégorie du corps médical consulté

Tableau 3. Conduite préconisée selon la catégorie du corps médical consulté

12Contrairement à ce qui est rencontré dans la littérature, certains caractères socio-économiques étudiés semblent ne pas influencer ce mode de soin (tableau 4). En effet, à part leur moyenne d’âge (consultantes = 26 ans et non consultantes = 25 ans), les deux types de femmes présentent un profil analogue : femme au foyer, mariée en moyenne à 23,5 ans, niveau d’instruction moyen. Au moment du mariage, les maris sont âgés de 30 ans pour les premières et de 29 ans pour les secondes ; ils sont de niveau d’instruction moyen et appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des employés. Les deux types de couples résident dans une famille de structure élargie.

13Pour l’ensemble de l’échantillon, le nombre moyen d’enfants encore désirés est de deux et le nombre d’enfants d’une famille idéale est en moyenne de trois.

14Si 64 % des non-consultantes ont été enceintes dès les trois premiers mois de mariage et 91 % au cours de la première année, ce n’est pas le cas des consultantes, chez lesquelles on ne note des grossesses qu’à partir du deuxième trimestre (17 %) et pour 50 % durant la première année.

15La question “pourquoi avez-vous consulté si précocement” a livré quarante réponses parmi lesquelles 52,5 % des femmes disent que c’est parce qu’elles aiment beaucoup les enfants, 40 % incriminent des troubles du cycle menstruel,… et 7,5 % la pression de l’entourage.

16Quant au pourquoi de non-consultation des maris (27 hommes), 37 % des femmes n’ont pas donné de réponse, 44 % voient dans l’infécondité un problème de la femme, 11 % des conjoints désirent encore patienter et dans 7,4 % il s’agit d’un refus du mari ou de ses parents parce que l’homme est “toujours fécond”.

17Concernant l’opinion des personnes interrogées sur les femmes sans enfants, 76 % de celles ayant recouru au système de soins pensent que ce sont des femmes incomplètes ; pour 19 % c’est le destin et 5 % restent sans opinion. Par contre dans le second groupe les avis sont respectivement 53 %, 17 % et 13 %. 16 % estiment en outre que la relation conjugale en sera fragilisée.

Discussion

18En stérilité, les deux facteurs thérapeutiques les plus importants sont la relation médecin-patiente et le temps [1], ces deux impératifs n’ont pas été respectés chez 71 % de l’échantillon consultant. En agissant de la sorte et en privilégiant le maintien de la clientèle à l’application de la connaissance scientifique et à la dimension humaine, le médecin omet qu’il peut éventuellement créer une infécondité psychogène et iatrogénique [8]. En effet, la demande d’examens complémentaires ou la prescription d’un traitement à un stade précoce, ne feront que conforter l’idée de la femme qu’elle est dans l’incapacité de procréer.

19L’inquiétude et la crainte d’infécondité font place à une angoisse et à d’autres troubles psychologiques pouvant être des facteurs alimentant l’obstacle à la fécondité [3]. Ce que peuvent traduire les 50 % de grossesses survenues durant la première année chez les consommatrices de soins contre 91 % chez les non consultantes.

Tableau 4. Recours ou non à des soins dans la première année de mariage et variables socio-économiques (en %)

Tableau 4. Recours ou non à des soins dans la première année de mariage et variables socio-économiques (en %)

20Dans cette étude, certains facteurs socio-économiques tels que l’âge du couple, le niveau d’instruction, le revenu, le type de famille, influençant d’habitude de manière non-négligeable la fertilité, ne semblent pas intervenir. Deux variables peuvent expliquer cette absence d’influence : la taille réduite de l’échantillon et l’importante fréquence des grossesses survenues dès les trois premiers mois de mariage chez plus de la moitié des non consommatrices (64 %).

21Le problème peut se situer au niveau des composantes psychoaffectives et socioculturelles de la société locale. Malgré les transformations des conditions de vie, l’évolution socio-économique et culturelle de la société, la famille algérienne reste encore de manière générale attachée à la maternité, et la fécondité de la femme demeure une valeur culturelle importante. Bien que des changements se soient opérés dans l’institution du mariage et qu’une succession de grossesses ne soit plus visée, laissant la place au bonheur et à l’épanouissement du couple (dimension idéale de la famille avec trois enfants), la véritable intégration de la femme ne se fait qu’au prix de la première naissance, quel que soit le sexe. L’infécondité est vécue comme une anomalie et une tare dévalorisante. 60 % de l’ensemble de l’échantillon voient dans la femme sans enfants une femme incomplète et malheureuse. Dans notre société la fécondité reste beaucoup plus un phénomène de groupe qu’une affaire individuelle. Bien que la famille nucléaire tende à se répandre, elle reste rarement isolée, les liens avec la famille d’origine demeurent encore serrés et le couple se trouve très souvent sous l’influence de pressions extrinsèques importantes. Le couple n’est pas libre de réagir de façon individuelle face à un problème qui le concerne seul.

22Ainsi, la peur de l’exclusion parfois définitive par le divorce, surtout lorsque la femme est incriminée, les critiques dévalorisantes ou humiliantes, les pressions familiales, traditionnelles, psychologiques, demeurent plus puissantes que l’éducation, l’instruction, l’autonomie socio-économique et les nouvelles valeurs dont a bénéficié la femme algérienne et la poussent au recours précoce à des consultations beaucoup plus subies que désirées. D’où la réponse mitigée de 52,5 % des femmes au pourquoi de la consultation précoce.

23Tant que l’enfant constitue l’élément matériel consolidant la relation conjugale (opinion de 11,5 % des interrogées) et la procréation le moyen majeur d’intégration de la femme dans la cellule familiale, ces recours persistent, la balle est alors dans le camp des praticiens. Aussi, il conviendrait au clinicien dans sa mission sociale, de veiller à la vocation médicale par la prévention du déchirement de l’unité fondamentale de la société qu’est la famille. En d’autres termes, il ne faut pas donner une raison biologique à la répudiation.

24Quant à l’homme, si dans la plupart des cas il ne veut pas consulter ou consulte tardivement par crainte de se savoir stérile, même informé de l’infécondité masculine, la peur d’être la cause de l’absence de conception l’amène à différer les consultations. Profitant ainsi de la non-distinction au sein de notre population entre fertilité et puissance, il fait de l’infécondité l’apanage de la femme, idée d’ailleurs acceptée par 44 % des consultantes.

25La crainte d’une dépréciation sociale ressentie souvent de manière profonde, aussi bien par le conjoint que par ses parents, aboutit parfois au refus catégorique de recourir au médecin (7,4 % des cas), confirmant ainsi l’accusation à tort de la femme.

Conclusion

26Deux composantes émergent de cette étude :

  • le désir impérieux de la maternité dès les premiers mois de mariage, dû principalement à des motifs psychosociologiques, comportement à notre avis difficile à modifier, nos femmes continueront toujours à consulter de façon précoce.
  • le non respect du facteur temps en infécondité et la prescription hâtive des inducteurs de l’ovulation par nos cliniciens. C’est à ce niveau qu’on peut intervenir. Il y a lieu de donner au praticien lors de sa formation, la conscience que tout acte thérapeutique a un aspect éducatif qui le valorise. Devant toute consultation précoce, son rôle demeure d’informer, d’expliquer, de lever l’inquiétude et de rassurer sa patiente, tout en différent une prise en charge médicale immédiate. Car prescrire hâtivement pour provoquer la fécondité, revient à justifier en quelque sorte l’incompétence du corps humain à exprimer la fonction naturelle de la procréation.

Bibliographie

Références

Cabau, A., Krulik, D., Reboul, J., 1990, “La femme stérile, le médecin et le temps”, Jour, gynecol. obstet. biol. reprod., 19, 102-106

Cabau, A., Krulik, D., Reboul, J., 1990, “Stérilité de cause hormonale et stérilités inexpliquées (traitement par le cyclofenil - Etude contrôlée à double insu)”, Jour, gynecol. obstet. biol. reprod., 19, 96-101.

Canon-Yannotti, M., 1991, “A propos des stérilités psychologènes”, Rev. fr. gynecol. obstet, 86, 12, 741-746.

Ducot, B., Spira, A., thonneau, P., Toulemon, L., Leridon, H., 1991, “Difficultés à concevoir-discussion méthodologique à propos de l’enquête INED-INSERM réalisée en France en 1988 sur 3 181 femmes âgées de 18 à 49 ans”, Jour, gynecol. obstet. biol. reprod., 20, 643-650.

Gompel, A., 1986, Les inducteurs de l’ovulation - physiologie de la reproduction, Mauvais Jarvis, Paris, Flammarion, 2ème édition, 641-653.

Lansac, J., Lecomte, P., 1984, “Couple stérile”, in Gynécologie pour le praticien, SIMEP SA, France 2éme édition, 306-325.

Le Lizin, R., 1991, “Stérilités psychogènes”, Rev. fr. gynecol. obstet., 86, 2, 67-69.

Lopes, P., 1991, “La stérilité psychogène : un mythe”, Rev. fr. gynecol. obstet., 86, 2, 77 - 80

Tonneau, P., Marchand, S., tallec, A., Ferial, M.-L., Ducot, B., Lansac, J., Lopes, P., Tabaste, J.-M., Spira, A., 1991, Prévalence de l’infécondité et principales causes. Résultats d’une enquête multicentrique française réalisée en 1988-1989. Stéril. Fertil.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Ensemble des femmes ayant ou non recouru à des consultations pour infécondité selon l’âge au moment de l’enquête
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 2. Moment de recours durant la première année du mariage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 3. Conduite préconisée selon la catégorie du corps médical consulté
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 4. Recours ou non à des soins dans la première année de mariage et variables socio-économiques (en %)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteurs

Gharbi M., Hôpital Ibn Sina, CHU Annaba, Algérie.

Bachtarzi T., Hôpital Ibn Sina, CHU Annaba, Algérie.

Nacer M.T, Hôpital Ibn Sina, CHU Annaba, Algérie.

Bouzidi Z., Hôpital Ibn Sina, CHU Annaba, Algérie.

Soukhal A., Hôpital Ibn Sina, CHU Annaba, Algérie.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter