Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Fécondité, mortalité et possibilité d’accès aux soins sanitaires dans une population du Haut-Atlas (Azgour, cercle d’Amizmiz, Marrakech)

Abdellatif Baali, Mohamed Loukid et Hakima Amor

Texte intégral

Introduction

1Le Maroc, comme d’autres pays en voie de développement, connaît une croissance démographique rapide. Conscient des effets d’une telle croissance, le gouvernement marocain a organisé des programmes sanitaires visant à diminuer la mortalité infantile par l’amélioration des conditions sanitaires et à réduire la fécondité par la sensibilisation des couples à la pratique de la planification familiale. Pour saisir l’impact de ces programmes sur les comportements féconds des femmes et sur le niveau de mortalité des enfants, nous nous sommes demandé dans quelle mesure, la proximité ou l’éloignement de la population d’un centre médical peut affecter véritablement ces paramètres.

Matériel et méthode

2La population étudiée appartient à la commune d’Azgour, située sur le flanc nord du Haut-Atlas occidental à environ 70 km au ssw de la ville de Marrakech et à une altitude moyenne comprise entre 1 500 et 2 000 m (figure). Les habitants font partie de la tribu berbère des Guedmiwa, l’une des grandes tribus du Haut-Atlas de la région de Marrakech. La population est répartie en huit douars ou villages. Les conditions écologiques lui fournissant une eau abondante, cette région a une vocation agricole caractérisée par une agriculture extensive sur des parcelles aménagées le long des rives de l’oued Erdouz qui traverse la vallée. Le centre médical (dispensaire) par rapport auquel nous avons étudié la fécondité et la mortalité différentielles a été créé en 1962. Il est animé par deux infirmiers et comporte un équipement sanitaire limité ne permettant que des soins primaires).

3La structuration de l’espace de cette vallée est la suivante :

  • à l’entrée de la vallée, le bourg d’Azgour, chef-lieu de la commune où se trouve situé le dispensaire (groupe 1)
  • les douar Tnirt et Anerni (groupe 2) sont situés sur la partie Est de la vallée et à une distance de 4 km du dispensaire,
  • Les douars Ait Ihla, Talat, Mdinat, Ait Daoud et Anamrou (groupe 3) se trouvent en amont de la vallée, à une distance de 10 km du dispensaire.

4Par ailleurs, la population de la vallée d’Azgour est une population jeune à croissance démographique rapide (plus de 51 % de la population avaient moins de 20 ans en 1985). C’est en effet, la fécondité importante des femmes qui peut expliquer la rapidité de la croissance démographique : en fin de vie féconde, une femme a mis au monde 8.17 enfants en moyenne. Cette forte fécondité résulte de caractères “structurels” que l’on retrouve dans les populations à fécondité dite “naturelle” : un âge au mariage et à la première naissance précoce (17,7 ans et 19,3 ans) associés à des intervalles intergénésiques courts. Les programmes de planification familiale entrepris ces dernières années ont très peu affecté la vie féconde des femmes de la vallée (7,2 % des femmes ont déclaré avoir eu recours à un moyen contraceptif). De même, la généralisation du mariage précoce ouvre les perspectives d’une fécondité importante, que l’on pourrait qualifier de naturelle, vu la faible utilisation de moyens contraceptifs ; seule la mortalité infanto-juvénile assure un frein à la croissance démographique (mortalité infantile : 184 ‰ ; mortalité juvénile 120 ‰) (Baali, 1994).

5L’étude porte sur un échantillon de 507 femmes appartenant aux 8 villages de la vallée. Pour chaque femme, nous avons reconstitué l’ensemble de sa vie féconde depuis son premier mariage jusqu’au moment de l’enquête (1985), ce qui nous a permis d’étudier la fécondité et la mortalité infantile et juvénile (1-5 ans). Pour le paramètre de fécondité, nous avons calculé, pour chaque douar et par classe d’âge des femmes, le taux de fécondité qui est le nombre total de naissances vivantes rapporté à l’effectif des femmes du même groupe d’âge (ou personnes années). En ce qui concerne la mortalité, elle est décrite globalement par le taux de mortalité, quotient des décès sur le nombre des naissances vivantes.

6La mortalité avant un âge donné peut être également caractérisée d’une façon plus synthétique par la probabilité de survivre jusqu’à cet âge (Pressat, 1973). Cette probabilité est par définition, la probabilité de ne pas mourir au cours des tranches d’âge antérieures.

Résultats

Fécondité et proximité du dispensaire

7Le schéma de la descendance au début de la vie génésique est identique pour les femmes des trois douars ; la fécondité est maximale à l’âge de 20-24 ans (tableau 1). L’absence de différence de natalité avant cet âge, peut être attribuée à l’âge moyen au premier mariage des femmes des différents groupes de douars qui est presque le même (tableau 2). Cependant, au-delà de cet âge, on constate une fécondité différentielle entre les femmes des différents groupes de douars. Le taux de fécondité augmente au fur et à mesure que l’on s’éloigne du dispensaire. Par conséquent, les femmes des deux groupes 2 et 3 s’avèrent plus fécondes que celles du groupe 1, malgré un âge moyen des femmes et une durée moyenne de vie matrimoniale plus faibles (tableau 2).

Tableau 1. Taux de fécondité ( ‰) par classe d’âge des femmes et par groupe de douars

Tableau 1. Taux de fécondité ( ‰) par classe d’âge des femmes et par groupe de douars

- : non significatif
** : p>0.001 , 2 ddl

Tableau 2. Paramètres biodémographiques par groupe de douars

Tableau 2. Paramètres biodémographiques par groupe de douars
  • * Nombre et proportion des femmes ayant eu recours à un moyen contraceptif.
  • moyenne calculée pour les femmes d’âge ≥45 ans.

Note **
Note **
1 : non significatif ; 2 : p<.02 ; 3 : p<.001 (Test F)

8Cette variation de fécondité peut trouver son origine dans une différence de comportement des femmes à l’égard de l’utilisation de la contraception. Les femmes des douars les plus proches du dispensaire sont vraisemblablement plus sensibilisées à la pratique de la planification familiale en raison de la fréquence élevée des visites à domicile effectuées par l’infirmier itinérant. Ces visites consistant en une sensibilisation des femmes à la planification familiale (diffusion des moyens contraceptifs,…) ne concernent, en effet, que les familles situées dans un rayon de 5 km autour du dispensaire. Suite à cette situation la fréquence des femmes ayant utilisé des moyens contraceptifs, au cours de leur vie conjugale en particulier la pilule distribuée par l’infirmier, diminue avec l’éloignement du dispensaire (tableau 2). Les femmes du groupe 3, le plus distant, semblent pour cette raison, être à l’écart de ces campagnes de sensibilisation à la contraception organisées dans la région.

9L’utilisation de contraceptifs peut être à l’origine de l’augmentation des valeurs moyennes des différents intervalles intergénésiques. Un tel résultat a été observé par Naber (1989) et Baali (1994) chez les femmes de la même vallée.

Mortalité des enfants et proximité du dispensaire

10Les résultats du tableau 3 montrent que les taux de mortalité infantile et juvénile enregistrés dans les douars en amont excèdent largement ceux calculés pour le douar Azgour (groupe 1). Ceci signifie que plus les enfants résident loin du dispensaire, plus ils sont exposés au risque de décès au cours des cinq premières années de leur vie. Les enfants du douar Azgour bénéficiant plus que leurs homologues des autres douars de la vallée, des soins médicaux et des consultations mensuelles du médecin de la circonscription d’Amizmiz effectuées dans le dispensaire de la région, détiennent les taux de mortalité les plus faibles. Ce fait témoigne donc de la grande possibilité de la population du douar Azgour de bénéficier et d’accéder aux soins offerts par le dispensaire.

Tableau 3. Nombre de décès et taux ( ‰) de mortalité infantile et juvénile (l-5ans) par groupe de douars

Tableau 3. Nombre de décès et taux ( ‰) de mortalité infantile et juvénile (l-5ans) par groupe de douars

11L’insuffisance de moyens de transport modernes, la difficile communication entre les différents douars, essentiellement pendant les périodes de pluies et des crues, en plus de la surcharge de la mère en travail domestique et agricole, font qu’une femme originaire d’un douar très distant du dispensaire a plus de difficultés pour faire bénéficier son enfant des soins médicaux offerts par le centre de santé.

12La variation des probabilités de survivre des enfants par groupe de douars et par tranche d’âge est résumée dans le tableau 4. Il en ressort qu’au cours de la première année, les enfants des groupes de douars 1 et 2 ont presque les mêmes chances de survivre et ce n’est qu’au-delà de cet âge que les différences vont en s’accentuant. Les enfants du groupe 3, par contre, expriment dès le premier mois de leur vie, les valeurs des probabilités de survivre les plus faibles. Ces valeurs se maintiennent ainsi durant les cinq premières années de leur vie. L’impact du dispensaire, facteur de discrimination entre les trois groupes de douars, semble expliquer cette mortalité différentielle. Son action en terme de cause à effet étant difficile à mettre en évidence, nous pensons qu’elle est favorisée par des différences de comportement en regard de la médicalisation. Pour cela, nous avons considéré le lieu d’accouchement et la fréquence de vaccination (tableau 5).

13Même si les fréquences d’accouchement à domicile sont prépondérantes dans la vallée, on assiste toutefois à un gradient croissant des accouchements à l’hôpital en se rapprochant du dispensaire. Les femmes du douar Azgour montrent une fréquence d’accouchement à l’hôpital trois fois plus importante que celle des douars de l’amont de la vallée. En ce qui concerne la vaccination, les différences entre groupes de douars sont plus marquées : plus de deux enfants sur trois des deux groupes 2 et 3 n’ont reçu aucun vaccin contre un tiers seulement à Azgour. De tels résultats traduisent clairement la relation entre le niveau de médicalisation de la population et sa proximité du dispensaire.

Tableau 4. Probabilités de survivre des enfants par âge et groupe de douars

Tableau 4. Probabilités de survivre des enfants par âge et groupe de douars

Tableau 5. Lieu d’accouchement, vaccination par groupe de douars

Tableau 5. Lieu d’accouchement, vaccination par groupe de douars

Discussion et conclusion

14La fécondité des femmes et la mortalité infantile sont des variables toujours complexes à analyser en terme de causalité, tant les facteurs qui les déterminent sont nombreux : facteurs socio-économiques, culturels, sanitaires et génétiques.

15La mortalité est l’expression des conditions du milieu, qu’il soit naturel, culturel ou sanitaire. La fécondité est à la fois le reflet de l’état physiologique des populations et de l’ensemble des traditions et coutumes qui régissent la constitution de la famille. Les populations d’agriculteurs présentent généralement une fécondité plus élevée que celle des populations de chasseurs-cueilleurs ou d’horticulteurs (Bentley et al., 1993) ou que celle des populations urbaines, en général pour des raisons économiques opposées. L’adoption de comportement non malthusiens par les populations agricoles semble donc indispensable au développement de l’économie agricole (Boserup, 1988). Dans les pays en voie de développement, une fécondité différentielle entre le milieu urbain et le milieu rural est aussi confirmée (Chimère-Dan, 1990 ; Crognier, 1993).

16Les comportements reproducteurs, sanitaires et hygiéniques des familles de la population d’Azgour induisent une fécondité et une mortalité infantile et juvénile élevées ; néanmoins, on peut constater des différences inter-familiales ou interdouars qui semblent être aussi bien influencées par les ressources économiques que par les conditions sanitaires mises à la disposition de la famille. Ceci rejoint les théories de l’écologie démographique (Low, 1993) montrant qu’il existerait, et ce davantage sur un plan individuel que collectif, une forte corrélation entre fécondité, mortalité et niveau de ressources socio-économiques, culturelles et sanitaires (niveau de vie, niveau d’instruction, possibilité d’accès aux structures médicales,…).

17L’association entre le niveau de médicalisation des familles (lieu d’accouchement, vaccination, contraception…) et la proximité du dispensaire démontre, en quelque sorte, l’impact de la structure médicale pour induire une fécondité et une mortalité différentielles. Ceci laisse présager que tout mouvement vers un abaissement du niveau de ces deux paramètres démographiques devrait être accompagné d’un véritable plan de développement économique, social et par l’élargissement de la couverture médico-sanitaire pour atteindre les populations les plus isolées.

Bibliographie

Références

Baali, A., 1994, “Etude anthropobiologique d’une population berbère semi-isolée du Haut-Atlas (Vallée d’Azgour, Cercle d’Amizmiz, Marrakech, Maroc)”, thèse d’Etat, Université Cadi Ayyad, Faculté Sciences-Semlalia, Marrakech.

Bentley, G.R., Goldberg, T. et Jasienska, G., 1993, “The fertility of agricultural and non agricultural traditional societies”, Population studies, 47, 269-281.

Boserup, E., 1988, “Population, growth, innovation and resource exploitation”, in J. Landers et V. Reynolds (eds), Fertility and ressources, Cambridge, Cambridge University Press, 118-125.

Chimere-Dan, O., 1990, “Determinants of rural and urban fertility differentials in Nigeria”, Journal Biosocial Sciences, 22, 293-303.

Crognier, E. 1993, “From countryside to town in Morocco : ecology, culture and public health”, in L.M. Shell, M.T Smith et A. Bilsborough (eds), Urban ecology and health in the third world, Cambridge, Cambridge University Press, 115-128.

Loow, B.S., 1993, “Ecological demography : a synthetic focus in evolutionary anthropology”, Evolutionary Anthropology, 1, 5, 177-187.

Naber, N., 1989, “Etude du comportement fécond d’une population féminine de la Haute vallée d’Azgour (Cercle d’Amizmiz, Province de Marrakech)”, thèse de 3ème cycle, Université Cadi Ayad, Faculté des Sciences, Marrakech.

Pressat, R., 1973, L’analyse démographique. Concepts, Méthodes, Résultats, Paris, Presses Universitaires France.

Notes de fin

* Nombre et proportion des femmes ayant eu recours à un moyen contraceptif.

moyenne calculée pour les femmes d’âge ≥45 ans.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Taux de fécondité ( ‰) par classe d’âge des femmes et par groupe de douars
Légende - : non significatif** : p>0.001 , 2 ddl
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 2. Paramètres biodémographiques par groupe de douars
Légende Note **Note **1 : non significatif ; 2 : p<.02 ; 3 : p<.001 (Test F)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 3. Nombre de décès et taux ( ‰) de mortalité infantile et juvénile (l-5ans) par groupe de douars
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 4. Probabilités de survivre des enfants par âge et groupe de douars
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 5. Lieu d’accouchement, vaccination par groupe de douars
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteurs

Baali Abdellatif, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Loukid Mohamed, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Amor Hakima, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter