Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Variation de la fécondité au cours des générations dans une population du Haut-Atlas (Azgour, Amizmiz, Marrakech)

Abdellatif Baali, Gilles Boëtsch et Mohamed Kamal Hilali

Texte intégral

Introduction

1Les phénomènes reproductifs au sein des populations maghrébines font l’objet de travaux de plus en plus nombreux et confirment les oppositions déjà observées ailleurs entre villes et campagnes. Ces études concernent la fécondité, la mortalité infanto-juvénile et surtout le problème du contrôle des naissances. Ce dernier aspect est aujourd’hui au centre des nombreux débats qui concernent l’évolution de la population mondiale (Le Caire, 5-13 juin 1994 : 3e conférence mondiale sur la population). Pour les populations musulmanes, les interprétations des règles de l’islam et leur application dans un contexte de planification familiale varient d’un pays à l’autre (par exemple la Tunisie et l’Algérie, pays musulmans voisins, n’ont pas la même vision du phénomène). Pour le Maroc, ce problème a déjà été abordé dans sa dimension sociologique (Bowen, 1980).

2Les études sur la reproduction des populations maghrébines s’appuient généralement sur les milieux urbains et sont effectuées par des démographes ; les études sur le milieu rural sont moins nombreuses. Par contre, l’approche anthropologique du processus reproductif est en pleine expansion (Boëtsch, 1995).

Présentation de la population

3La population étudiée est une population berbère de la tribu Guedmiwa vivant dans la vallée d’Azgour (Cercle d’Amizmiz), vallée située sur le flanc nord du Haut-Atlas occidental, à environ 70 km au sud-sud-ouest de la ville de Marrakech, à une altitude située entre 1 500 et 2 000 m (carte 1). Cette région est caractérisée par un climat de type méditerranéen et par une situation géographique qui lui fournit une eau abondante. Les habitants pratiquent une agriculture extensive sur des parcelles aménagées le long des rives de l’oued Erdouz qui traverse la vallée (carte 2). La densité de population est aujourd’hui de 34 hab/km2.

4L’habitat est de type groupé, le douar est une unité essentielle dans la vie d’un individu puisqu’il est à la fois une division tribale, un finage, une communauté économique et une structure de parenté réelle ou mythique.

5La population de la vallée d’Azgour est répartie en huit douars de dimensions démographiques inégales : le plus grand, Tnirt, abrite 100 familles (683 personnes) et le plus petit, Talat, 27 familles (170 personnes). Les conditions de vie dans cette vallée présentent une grande homogénéité : 77 % des hommes travaillent dans le secteur agricole et les 23 % restant sont soit commerçants, soit artisans. Le secteur tertiaire (fonctionnaires) est fort peu développé : il ne représente que 0,5 % des emplois.

Fig. 1 Situation de la vallée d’Azgour

Fig. 2 Localisation des douars de la vallée d’Azgour

6La dimension du ménage est assez faible (6 personnes en moyenne) ; elle peut s’expliquer par une superficie de terres agricoles assez réduite pour les exploitations (tableau 1). Ces conditions de vie et de ressources sont bien sûr des éléments importants dans la dynamique évolutive de cette population (Baali et al., sous presse). La reconstitution de l’histoire de cette population ne s’est pas faite à l’aide de recensements, mais a été l’objet d’un minutieux travail de terrain mené entre 1985 et 1990 par Abdellatif Baali et Kamal Hilali.

L’évolution de la population depuis 1930

7Elle a connu un accroissement régulier et rapide depuis 1930. Nous savons que deux facteurs peuvent être responsables de ce processus : une fécondité élevée non équilibrée par la mortalité infantile ou un solde migratoire positif. L’effectif de la population de la vallée n’était que de 1 402 habitants en 1930 ; il s’est accru de 237 % en 55 ans, ce qui correspond à un accroissement annuel moyen de 1,48 % (tableau 2). Le rythme de croissance n’a pourtant pas été constant entre 1930 et aujourd’hui car des phases d’accélération et de ralentissement peuvent être mises en évidence. Les premières s’observent entre 1950 et 1959, puis entre 1970 et 1979, les secondes entre 1940-1950, en raison de facteurs d’ordre climatique (sécheresse) ou socio-politique (guerre). En ce qui concerne la période 1980-1985, le ralentissement de la croissance démographique semble imputable au processus migratoire ainsi qu’à un début d’impact des programmes de planification familiale entrepris dans la région.

La structure de la population

8Que ce soit pour l’année 1930 ou pour l’année 1985, la pyramide des âges de la population d’Azgour présente toutes les caractéristiques des populations jeunes à croissance rapide : une base élargie, indiquant une natalité élevée et un sommet étroit indiquant une population peu vieillie. Il s’agit des caractéristiques des populations en explosion démographique : en 1985, 51 % de la population avaient moins de 20 ans, contre seulement 45 % en 1930, et 4,5 % avaient plus de 65 ans contre 2,7 % en 1930. Cet accroissement relatif du nombre de personnes âgées souligne que l’impact de la médicalisation commence à se faire sentir de manière significative dans le milieu rural marocain.

9La répartition par sexe montre qu’il existe un phénomène de féminisation de la population, phénomène qui va en accentuant depuis les trente dernières années : il s’explique par une surmortalité des enfants de sexe masculin (groupe 0-14 ans) et par un développement de la migration masculine depuis la fermeture de la mine d’Azgour (cuivre et tungstène) dans les années 60. L’émigration était encore faible dans les années 30 (2,4 % de la population), puisque le bilan migratoire arrivait à être positif (+1,5 %) à cette époque : les mines d’Azgour et d’Erdouz attiraient quelques travailleurs et leur famille dans la vallée. Par contre, l’émigration atteindra 7 % de la population pour la période 1970-79.

La reproduction de la population : la fécondité et ses déterminants

L’âge au premier mariage

10Il est bien connu que l’âge au premier mariage est un facteur important du contrôle des naissances dans les populations à fécondité naturelle (Cantrelle et Ferry, 1979 ; Knodel, 1983). Dans la population berbère de la vallée d’Azgour, l’âge moyen des individus au premier mariage présente une faible variabilité : il se situe vers 17,8 ans (± 2 ans) pour les femmes et vers 23 ans (± 3 ans) pour les hommes. Il ressort de cette constatation qu’une diminution de la fécondité ne peut être imputable à un âge tardif au mariage, mais au développement de la planification familiale.

Le taux net de fécondité des femmes selon la classe d’âge, la génération et la dimension de la fratrie

11Le taux net de fécondité est plus élevé dans la vallée d’Azgour que dans l’ensemble des régions rurales de la province de Marrakech (CERED, 1987) tout du moins pour les classes d’âge les plus jeunes. Cette précocité est le résultat d’un âge au premier mariage assez bas comme nous venons de le voir, et d’un intervalle protogénésique assez faible, comme nous le verrons plus loin. Si l’on compare les taux de fécondité selon les générations, on observe une concentration de la période de fécondité active au cours du temps des classes d’âge les plus âgées vers les classes les plus jeunes. Bien que la fécondité des classes d’âge les plus récentes ne soit pas encore achevée, on voit, sur la courbe de taux cumulés (figure 3) que la descendance finale sera moins nombreuse pour les deux dernières générations. Ceci exprime deux éléments nouveaux : d’une part les femmes désirent moins d’enfants, mais elles les souhaitent les avoir plus précocement.

12La dimension de la famille tendrait à confirmer ce phénomène : au cours du temps, la taille de la fratrie tend à diminuer entre les génération G1 et G2. Il est fort probable que cette tendance se confirmera dans les générations les plus jeunes (Cf. figure 4).

Fig. 3 Taux de fécondité cumulé par classe d’âge

Fig. 4 Variation du taux de fécondité selon la classe d’âge

L’âge des femmes à la première naissance et utilisation d’un contraceptif selon la génération

13L’âge à la première naissance est l’expression du début de la vie génésique des femmes ; il paraît assez constant chez les femmes de cette population, confirmant ainsi le fait que la réduction de la fécondité ne passe pas par un allongement de l’âge à la première naissance, comme cela est le cas en milieu urbain. La limitation des naissances procède donc bien d’une planification familiale de la part des femmes ; en tout cas, dans la région voisine d’Amizmiz, l’âge des femmes à la dernière naissance semble avoir régressé de près de 9 ans entre les générations de femmes âgées et de femmes jeunes (Varea, 1993). Pourtant, le taux déclaré d’utilisation de contraceptifs est encore faible, même s’il est en progression des femmes de plus de 40 ans aux plus jeunes : 2 % des femmes de + de 50 ans, 6 % entre 40 et 49 ans, 10 % entre 30 et 40 ans et 7 % de moins de 30 ans déclarent avoir utilisé un moyen contraceptif au cours de leur vie féconde.

Discussion et conclusion

14La fécondité des populations humaines est déterminée par des facteurs aujourd’hui bien connus parmi lesquels on trouve l’âge au mariage, la durée de vie matrimoniale et l’intervalle intergénésique, ce dernier étant à son tour influencé par l’infécondité post-partum (Gross et Eastman, 1985) dont la durée se modifie suivant les comportements culturels associés à l’allaitement maternel induisant de grandes variabilités inter et intra-populationnelles (Leslie et Gage, 1989). A ces paramètres se rajoutent les facteurs de santé et de bien-être qui exercent eux aussi, une grande influence sur les capacités reproductives des individus et des populations.

15La mise en place de la planification familiale modifie fondamentalement les poids respectifs des facteurs culturels agissant sur le niveau de fécondité du groupe, alors qu’il semblait encore exister un potentiel de facteurs de hausse de fécondité dans les campagnes des pays du Maghreb. C’est en tout cas ce qui a été observé dans l’Algérie rurale des années 70 (Kouaouci, 1992), où le développement de la médicalisation a favorisé dans un premier temps le recul de l’avortement et de la stérilité des femmes et permis un accroissement du niveau de fécondité. Mais dans un second temps, le facteur contraceptif a eu un impact régulateur contrebalançant le meilleur état physiologique des femmes : une étude menée dans un groupe de femmes en Tunisie montre qu’un accroissement de 1 % de la durée d’utilisation de la pilule entraînait la diminution de 14 % du taux de fécondité (Stablab et al., 1990).

16Mais l’utilisation de la pilule n’est que le reflet de l’éducation des femmes, puisque dans le même groupe, celles qui ont fait des études primaires et secondaires voient respectivement leur taux de fécondité chuter respectivement de 10 % et 21 % par rapport aux femmes qui n’ont pas reçu d’instruction.

Bibliographie

Références

Baali A., Hilali K. et Boetsch G., 1996, “Agricultural property, matrimonial structures, and reproductive behaviors of the Guedmiwa Berbers (Azegour Valley, Marrakech, Morocco)”, International Journal of Anthropology.

Boetsch, G., 1995, “Les recherches sur la biologie des populations du Maghreb (1975-1994)”, Annuaire de l’Afrique du Nord 1993, Paris, CNRS, 325-360.

Bowen, 1980, “Islam and family planning in Morocco”, The Maghreb Review, VI(1), 20-29.

Cantrelle, P. et Ferry, B., 1979, “Approche de la fécondité naturelle dans les populations contemporaines”, in H. Leridon et J. Menken, (eds), Natural fertlility, Liège , Orina Edition, 315-370.

Gross, B.A. et Eastam, C.J., 1985, “Prolactin and the return of ovulation in breast-feeding women”, Journal of Biosocial science, suppl. 9, 25-42.

Knodel, J., 1983, “Natural fertility : age pattern, level and trend”, in R. Bulatao & R. Lee (Eds), Determinants of fertility in developing countries, New-York, Academic press, 61-102.

Kouaouci A., 1992, “Tendances et facteurs de la natalité algérienne entre 1970 et 1986”, Population, 2, 327-352.

Leslie, P.W. et Gage, T.B., 1989, “Demography and human population biology : Problems and progress”, in Little M. A., Haas J.D. (eds), Human population biology : a transdisciplinary science, New-York, Oxford, Oxford university press, 15-43.

Stablab A., Belloumi, A., Seklani, M. et Moreland, S., 1990, Les déterminants de la fécondité en Tunisie, Tunis, Ministère de la Santé publique.

Varea, C, 1993, “Marriage, age at last birth and fertility in a traditional morrocan population”, Journal of Biosocial science, 25, 1-15.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Situation de la vallée d’Azgour
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 2 Localisation des douars de la vallée d’Azgour
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 3 Taux de fécondité cumulé par classe d’âge
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 4 Variation du taux de fécondité selon la classe d’âge
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteurs

Baali Abdellatif, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

Boetsch Gilles, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Hilali Mohamed Kamal, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter