Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Les déterminants de la mortalité infantile dans la province de Marrakech

Daniel Bley et Patrick Baudot

Texte intégral

Introduction

1Engagés dans un processus d’accès à la modernité, les populations des pays en développement sont en pleine transition démographique et présentent partout une diminution de leur mortalité générale alors que la maîtrise de leur fécondité reste encore très incertaine.

2Les démographes ont l’habitude de partager la vie humaine en deux grandes périodes s’étendant pour la première de la conception à l’âge d’un an, et pour la seconde jusqu’à la mort. Cette division n’est pas arbitraire, car la mortalité de la première année, remarquable par son importance en nombre, apparaît comme très liée à la mortalité totale.

3La mesure du niveau de mortalité des enfants n’est toutefois pas suffisant pour évaluer le niveau de développement d’une population ; il faut aussi établir la liste des déterminants de la mortalité et tenter d’en apprécier l’impact.

4Ce sont les déterminants socioculturels de la mortalité en général et de celle des enfants en particulier qui constituent sans doute l’ensemble de facteurs le plus étudié et le mieux connu. Citons par exemple la dimension de la fratrie, le rang de naissance, la résidence urbaine ou rurale, les revenus du ménage, l’instruction de la mère, la CSP du père, le type d’allaitement, les modalités de sevrage, les vaccinations.

5Pourtant, il ne faut pas non plus négliger les déterminants géographiques et écologiques, même si leur impact sur la mortalité est souvent plus difficile à évaluer et encore sujets à des controverses qui découlent d’un ancien débat sur le déterminisme du milieu. Parmi eux, le climat peut occuper une place prépondérante, comme l’indique une recherche déjà ancienne évaluant le poids respectif des différents facteurs influant sur la mortalité des enfants (Garenne et Cantrelle, 1984).

6Etant donné qu’il existe tout un ensemble de facteurs qui régissent le niveau et la structure de la mortalité infantile, plusieurs auteurs ont tenté d’élaborer des modèles des déterminants de la mortalité des enfants. L’un des plus récents (Barbieri, 1991), reprend celui déjà établi par Mosley et Chen (1984). Il envisage deux grands ensembles de déterminants (ceux qui appartiennent à l’environnement écologique et les déterminants socio-économiques, culturels, politiques) qui condidonnent l’exposition au risque de maladie. Exposition au risque dont - selon le degré de résistance des populations, leur niveau de morbidité, l’efficacité des thérapies mises en œuvre- dépendra en dernier ressort l’intensité de la mortalité. Le système de santé, dépendant des déterminants socio-économiques, intervient dans ce schéma au plan de la résistance des populations (infrastructures existantes et politiques de prévention) et des actions thérapeutiques développées pour les personnes malades. Tabutin et Gourbin (cf. supra), présentent un nouveau modèle qui prend en compte le cadre historico-géographique, politico-économique, communautaire et familial, sanitaire.

7Bien qu’il soit difficile de quantifier tous les paramètres qui interagissent sur la mortalité des enfants, et surtout ceux qui relèvent du domaine du culturel, nous nous proposons de discuter le poids respectif des déterminants de la mortalité infantile à partir d’un ensemble de données provenant de plusieurs enquêtes réalisées dans la province de Marrakech (Maroc).

Les terrains d’enquête

8La région de Marrakech est un lieu privilégié pour l’étude anthropologique des populations car on y rencontre une grande diversité de situations, en plusieurs domaines :

  • économique et social : importants contrastes dans les niveaux de vie, l’accès aux soins médicaux…
  • culturel : nombreux groupes ethniques, à dominance arabe ou berbère, comportements reproductifs traditionnels ou modernes…
  • géographique et climatique : plaines semi-arides, zones de haute montagne, avec tous les intermédiaires. En effet, la province de Marrakech présente une population qui vit dans des conditions écologiques très contrastées sur le plan climatique. Ainsi, la ville de Marrakech (altitude : 200 m) est située dans une plaine aride et chaude tout en n’étant qu’à 50 km à vol d’oiseau du point culminant de la chaîne atlasique (4 167 m).

9Nos résultats proviennent de plusieurs enquêtes réalisées par les chercheurs de l’UPR 221 du CNRS et de 1ER Ecologie humaine de l’Université Cadi Ayyad, avec la collaboration des services de santé de la province de Marrakech. Deux d’entre elles concernent un échantillon de familles de la ville et de la province de Marrakech (Bley et Baali, 1987 ; Bley et Baudot, 1988 ; Baudot et Hilali, 1987). Deux autres ont été menées sur la totalité de la population de quelques douars ruraux, situés à la périphérie de la ville de Marrakech de El Azzouzia, ainsi qu’à Azgour, dans une vallée du Haut-Atlas (Hilali, 1986 ; Iggar, 1986 ; Naber, 1989).

10Les enquêtes avaient été conçues pour réunir, en plus des résultats démographiques et biologiques, des paramètres descriptifs de l’environnement familial des femmes enquêtées, ce qui nous laissait la possibilité d’effectuer une analyse différentielle de la mortalité infantile en fonction de critères socio-économiques.

11Malgré le soin porté au recueil des données, il faut signaler les difficultés des conditions d’enquête : difficulté d’aborder la mort des enfants, problème de l’omission (volontaire ou non) de certains décès, imprécision dans la datation des événements.

12Pour obtenir des données qui soient les plus fiables possibles, nous avons utilisé comme enquêteurs les infirmiers itinérants des différents secteurs de la province. Il s’agit, à notre sens, du personnel d’enquête qui est le plus qualifié pour collecter des informations concernant la mortalité, puisque le plus sensibilisé à ces questions, en même temps qu’il est aussi celui qui a une bonne connaissance de la population et qui se trouve reconnu par elle.

Le niveau général de mortalité infantile

13D’après les recensements nationaux, le quotient de mortalité infantile (ensemble du pays) est de 75,7 ‰ pour les années quatre-vingt-six/quatre-vingt-sept. On trouve une très forte surmortalité infantile rurale (89,7 ‰) par rapport au milieu urbain, composé dans ce cas par les grandes villes (45,5 ‰).

14On notera aussi que la mortalité régionale est supérieure à la moyenne nationale (de 4 ‰ en milieu urbain et de 9,3 ‰ en milieu rural). Ces différences sont explicables, selon nous, par une meilleure qualité des infrastructures dans le nord du pays, mais également par des conditions naturelles plus extrêmes au Sud.

15Au-delà des différences régionales, l’évolution de la mortalité marocaine va dans le sens d’une amélioration générale et présente une diminution de son niveau de mortalité infantile, ce que confirment les résultats des Enquêtes démographie et santé (EDS) avec un taux de 57 ‰.

16Dans la ville de Marrakech, pour traiter les résultats de notre enquête, on a effectué une stratification selon la profession du mari. Le secteur tertiaire est constitué principalement par les fonctionnaires. Les artisans et les commerçants, formant un groupe trop hétérogène, en ont été exclus. Il convient d’ailleurs de remarquer que, l’enquête ayant été menée dans les dispensaires de la ville, il est probable que seule la partie la moins favorisée du secteur tertiaire soit présente ici, l’autre partie faisant appel à la médecine privée. La conséquence est une surestimation probable des taux de mortalité de cette catégorie et donc une sous-estimation des contrastes entre catégories socio-économiques. Les différences sont cependant sensibles, puisque le taux global de mortalité infantile passe de 71 ‰ dans la catégorie tertiaire à 84 ‰ chez les ouvriers.

17Les inégalités apparaissent plus nettement lorsqu’on examine la situation du quartier d’El Azzouzia. Cette zone périurbaine, située au débouché des égouts de la ville et à proximité du dépôt d’ordures, est extrêmement polluée. Elle est cependant habitée par des familles de paysans immigrés, chassés par la sécheresse de leur habitat d’origine, qui y trouvent de l’eau à volonté et un éventuel travail d’appoint à la ville toute proche. L’eau de boisson provient de puits pollués par les rejets urbains (la nappe phréatique est peu profonde). On atteint alors un taux global de mortalité infantile de 122 ‰ (Hilali, 1986). Ainsi, malgré la présence d’équipements sanitaires modernes accessibles à tous, l’importance de la mortalité infantile varie pratiquement du simple au double dans la ville de Marrakech et sa périphérie.

18La situation s’aggrave lorsqu’on s’éloigne de la ville. A l’exception de quelques centres urbains dotés d’un médecin, d’un hôpital rudimentaire et des médicaments les plus courants, l’infrastructure sanitaire se limite en milieu rural à des dispensaires mal équipés et peu nombreux (environ 1 infirmier pour 10 000 personnes). Il n’est donc pas étonnant de noter une augmentation des taux globaux de mortalité infantile, qui atteignent 160 ‰ en région de montagne et même 205 ‰ dans la vallée d’Azgour où a été relevé le plus fort taux de mortalité infantile et qui pourtant possède un dispensaire, avec des camions desservant tous les villages de la vallée plusieurs fois par semaine. Aussi peut-on penser que les inégalités de mortalité observées dans le milieu rural dépendent beaucoup plus du climat que des conditions économiques ou sanitaires. D’autant qu’en milieu rural, le niveau d’instruction des parents, leur profession et leurs revenus sont des variables souvent liées et que les stratifications économiques y sont négligeables. En ce qui concerne le niveau d’instruction de la mère, qui selon de nombreux auteurs est une variable très discriminante pour la bonne santé des enfants, nos données ne nous permettent pas d’envisager cet aspect, car la presque totalité des femmes du milieu rural répondent n’avoir reçu aucune instruction.

19On retiendra donc la grande variabilité des taux de mortalité infantile parmi les populations qui résident dans la province de Marrakech. Des évolutions dans le sens d’une indéniable amélioration sont à remarquer, en particulier chez les femmes des catégories sociales du tertiaire et chez celles qui sont jeunes. Ailleurs, les niveaux de mortalité sont encore élevés, avec cependant un net clivage entre les populations rurales et urbaines, à l’avantage de ces dernières.

Les méthodes d’étude de la structure de la mortalité infantile

20“L’étude de cette structure de la mortalité infanto-juvénile est un objet en soi, indépendamment du niveau de la mortalité, car elle peut aider à mettre en évidence des facteurs de mortalité, en isolant des âges à haut risque. Dans ce sens, son étude est en quelque sorte plus révélatrice que la simple étude du niveau de mortalité” (Garenne et Cantrelle, 1984).

21Pour étudier la structure de la mortalité infantile, la méthode biométrique de J. Bourgeois-Pichat (1946, 1951, 1952) est très pratique. Elle permet de distinguer deux grandes catégories de décès infantiles : les décès “exogènes” et les décès “endogènes”.

22Selon l’auteur, les décès endogènes “sont dus à des causes antérieures à la naissance ou résultent de la naissance elle-même”. La mortalité endogène serait donc essentiellement un prolongement de la mortalité prénatale, causée par des facteurs semblables : mauvaise constitution de l’embryon, hygiène et santé de la mère pendant la grossesse, ainsi que les décès résultant de difficultés liées à l’accouchement.

23La définition de la mortalité “exogène” est plus simple, puisqu’elle regroupe l’ensemble des décès survenus du fait du milieu dans lequel vit l’enfant. Parmi les causes exogènes les plus courantes, on peut relever les infections d’origines diverses (principalement des appareils digestif et respiratoire), les maladies épidémiques, les accidents, la nutrition (insuffisante ou inadaptée).

24Distincts par leurs causes, les décès endogènes et exogènes se différencient également par l’âge auquel ils frappent les jeunes enfants.

25Les décès endogènes étant concentrés sur le premier mois, la totalité (ou la quasi-totalité) des décès survenant entre 1 et 12 mois sont donc de nature exogène.

26Le principe de la méthode biométrique repose sur le fait que la répartition des décès exogènes au cours du temps ne se fait pas de manière aléatoire, mais selon une distribution précise, qui est une fonction de l’âge.

27Il a été trouvé qu’on obtenait un ajustement presque parfait des décès cumulés entre 1 et 12 mois (P e (n) = a log3 (n+1), P e (n) représentant les décès exogènes cumulés à l’âge n exprimé en jour). Graphiquement, les décès cumulés exogènes de 1 à 11 mois en fonction de l’âge (ou plus exactement d’une fonction logarithmique de l’âge) se répartiront donc selon une droite. La prolongation de cette droite jusqu’à l’origine, c’est-à-dire jusqu’à la naissance, donnera une estimation des décès exogènes entre 0 et 1 mois.

28Dans les pays à climat tempéré, l’alignement des décès en fonction de l’âge se fait généralement bien (Henry et Levy, 1962 ; Gauthier et Henry, 1958). En revanche, il existe dans les pays à climat chaud une répartition des décès selon l’âge qui n’est pas linéaire, la courbe de décès présentant une cassure qui correspond à un accroissement exceptionnel des décès de nature exogène. Ce phénomène a été mis en évidence par Biraben et Henry (1957) dans les pays du pourtour méditerranéen. Des études postérieures ont confirmé ces premiers résultats, aussi bien dans la région méditerranéenne (Tabutin, 1976 ; Bchir, 1976) qu’en Afrique sub-saharienne (Cantrelle et Léridon, 1971). Il s’agit d’une surmortalité exogène dont l’origine est alimentaire, qui survient dans les premiers mois de vie et essentiellement en saison chaude.

29Malgré ses imperfections, et à défaut de statistiques de causes de décès précises et fiables, la méthode biométrique reste une technique intéressante pour étudier la structure de la mortalité infantile. Elle permet surtout d’effectuer des comparaisons entre populations et de conduire des analyses différentielles au sein d’une même population.

30C’est ce que nous avons tenté de faire dans la province de Marrakech, en fonction des déterminants socio-économiques et géographiques.

La catégorie socioprofessionnelle

31Tout d’abord, soulignons la difficulté d’effectuer une classification des activités professionnelles dans une nation où la vie économique est un mélange d’archaïsme et de modernité, avec la présence d’un chômage endémique et de fortes disparités ville-campagne. En effet, les individus sont souvent amenés au gré de conditions économiques conjoncturelles, à changer d’emploi. Parfois, ils en exercent plusieurs qui peuvent être de nature différente. Surtout, il existe toute une catégorie de “petits métiers” dont l’exercice est bien souvent temporaire et qui sont difficiles à classer.

32Dans une grande ville comme Marrakech, délimiter des catégories socioprofessionnelles n’est pas chose aisée : beaucoup d’emplois sont mal définis, souvent temporaires, ou peuvent recouvrir des réalités sociales très différentes. Nous avons opté pour une définition limitative des professions du tertiaire, ne comprenant que les carrières des services publics, de l’enseignement et des banques. Dans un pays où la situation de l’emploi est aléatoire, elles se démarquent de l’ensemble des autres professions par leur caractère permanent et représentent un groupe social en développement rapide. Par contre, nous avons considéré les professions de l’artisanat et du commerce, habituellement classées dans le secteur tertiaire, comme un groupe particulier ; dans un centre urbain comme Marrakech, elles correspondent à une activité traditionnelle exercée par un nombre important d’individus formant un ensemble social nettement défini et cependant très différent des autres catégories du tertiaires.

Structure de la mortalité infantile, lieu de naissance et durée d’allaitement selon le secteur d’activité du chef de ménage (ville de Marrakech)

Structure de la mortalité infantile, lieu de naissance et durée d’allaitement selon le secteur d’activité du chef de ménage (ville de Marrakech)

33L’analyse de la mortalité infantile selon la profession du chef de ménage illustre nos remarques précédentes. Si l’on avait respecté la définition classique nous n’aurions pu mettre en évidence le comportement démographique moderne des femmes du secteur tertiaire, par l’absence de surmortalité exogène.

34Ce clivage peut s’expliquer en examinant les comportements des groupes professionnels selon le lieu d’accouchement, la durée de l’allaitement et la fréquence des enfants vaccinés. On notera que les groupes tertiaires et artisans-commerçants, bien que les plus proches et les plus favorisés sur le plan économique, diffèrent considérablement dans leurs comportements. Les femmes dont le conjoint exerce une profession du tertiaire accouchent en plus forte proportion à l’hôpital et allaitent leurs enfants moins longtemps que les femmes du groupe artisan-commerçant. Ce résultat indique bien qu’on ne peut pas négliger l’influence des mentalités et des habitudes culturelles.

35Par ailleurs, dans le monde rural, on peut éliminer immédiatement des facteurs classiques de la mortalité des enfants, tels que le niveau d’éducation de la mère ou la classe sociale du ménage, tant celui-ci est dépourvu de stratification dans ces domaines. Les mères alphabétisées ne se trouveront qu’en ville, et encore en faible effectif ; quant au niveau socio-économique, s’il existe des ruraux aisés, ils sont bien rares et souvent réinstallés en ville.

Les zones géographiques

36Dans la province de Marrakech, on rencontre toute une succession de climats. Cela n’est évidemment pas sans influence sur les populations, en particulier dans le domaine de la santé. Bien qu’il n’existe pas de statistiques de causes de décès, on a toutes les raisons de penser que les différents climats sont à l’origine du développement de pathologies distinctes, sinon par leur nature, du moins dans leur fréquence.

37Nous avons découpé la région de Marrakech en trois zones :

  • La zone 1, correspondant aux régions montagneuses. La transition entre plaine et montagne se fait très rapidement et l’altitude du piémont est à peu près constante sur toute la zone et égale à 1 000 m. (villes d’Amizmiz et Imintanout, basses vallées de l’Ourika et du Zat). Par convention, on prendra donc 1 000 m. comme altitude de référence pour délimiter plaine et montagne.
  • La zone 2 est celle des régions rurales de plaine, correspondant au “Haouz de Marrakech”, à l’exception de l’urbain défini ci-dessous.
  • La zone 3 ou zone urbaine comprend un ensemble de localités qui se dégagent nettement de la masse quant à leur équipement : électricité, eau courante, présence d’un centre de santé avec médecin et infirmiers expérimentés (infirmiers d’Etat, sages-femmes). On notera également un accès facile et la présence d’un effectif plus ou moins important de fonctionnaires originaires des grandes villes.

38Nous avons opté pour une présentation graphique des résultats et nous avons regroupé les courbes selon leur ressemblance : les courbes type urbain (figure 1), type rural plaine (figure 2) et type rural montagne (figure 3).

39Dans le premier cas, on retrouve les courbes caractéristiques des pays méditerranéens. La répartition des décès infantiles se caractérise par une “cassure” qui dégage une surmortalité exogène. Cette dernière apparaît à l’âge de 4 mois à Marrakech, de 5 mois dans les autres centres urbains de la province.

40On retrouve cette surmortalité exogène en région de montagne (zone 1 et Azgour), mais à un âge beaucoup plus tardif : respectivement 9 et 7 mois.

Structure de la mortalité infantile selon les grandes zones géographiques dans la province de Marrakech fig.l - urbain, fig. 2 - rural-plaine, fig. 3 - rural-montagne

41En secteur rural de plaine (zone 2) et à El Azzouzia, semble apparaître une structure intermédiaire entre celles des deux premières familles de courbes. Il n’existe pas de passage brusque de la mortalité exogène “normale” à la surmortalité exogène. L’augmentation se fait en deux étapes : 5 et 9 mois pour la zone 2, 3 et 7 mois pour El Azzouzia.

42Nous avons aligné la courbe des décès en fonction de l’âge par 3 droites. Ceci permet de dégager deux types de surmortalités : une surmortalité de 1er ordre, qu’on appellera SI, et une surmortalité du 2ème ordre SII. SI s’apparente à la surmortalité mise en évidence en milieu urbain, SII à la surmortalité des régions de montagne.

43Cette constatation appelle plusieurs remarques :

  • La surmortalité du 1er ordre (SI) n’apparaît que dans les zones à climat chaud : Marrakech, autres centres urbains, El Azzouzia et zones rurales de plaine. L’âge auquel elle commence à toucher les enfants, soit entre 3 et 5 mois nous amène à l’identifier à la surmortalité classique des pays chauds qu’on attribue essentiellement aux infections d’origine alimentaire. On remarquera d’ailleurs que ces âges correspondent approximativement à ceux de l’introduction de compléments nutritionnels à l’allaitement maternel.
  • Le second type de surmortalité (S2) est d’une interprétation plus délicate. Il n’est pas limité à une région précise, puisqu’on le trouve aussi bien en montagne qu’en secteur rural de plaine.

44On peut éliminer, comme nous l’avons déjà noté, l’influence des facteurs classiques de la mortalité des enfants, tels que le niveau d’éducation de la mère ou la classe sociale du ménage. Le rôle de l’ethnie en tant que variable explicative de variations régionales dans la mortalité infanto-juvénile, mis en évidence en Afrique sub-saharienne (Akoto et Tabutin, 1989) ne semble pas avoir d’influence au Maroc, où l’existence même de la notion de tribu n’est plus admise qu’à titre anecdotique par les observateurs de la société marocaine (P. Pascon, 1986).

45Peut-être s’agit-il plus simplement d’un élément d’opposition entre urbain et rural, les paramètres de la “modernité” citadine disparaissant ou s’atténuant au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’aire d’influence de la ville.

46Le climat, par contre, constitue probablement un facteur tout à fait primordial pour expliquer à la fois le niveau et la structure de la mortalité infantile.

47De toute évidence, la qualité de l’eau potable est bien meilleure en montagne qu’en plaine, où l’on rencontre une forte mortalité due aux maladies diarrhéiques.

48Le climat aura aussi une influence directe, surtout par l’intermédiaire de la température, mais également par les précipitations (n’oublions pas que le climat est de type méditerranéen, avec des précipitations essentiellement sous forme d’orage). Il est évident qu’une température élevée aura pour conséquence de favoriser la prolifération des germes, que ce soit dans l’eau ou dans les aliments.

49L’incidence des diarrhées infantiles sera donc différente selon la localisation géographique, plaine ou montagne.

50Pour en revenir aux courbes de Bourgeois-Pichat, il paraît donc tout à fait légitime d’associer la surmortalité des zones chaudes (SI) aux infections d’origine alimentaire, que ce soit par l’intermédiaire de l’eau ou des autres aliments.

51L’absence de SI en montagne ne doit pas pour autant être interprétée par une absence d’infections d’origine alimentaire : celles-ci sont simplement intégrées à la mortalité exogène “normale”, et ne sont pas cause de surmortalité.

52Outre son influence sur les types de maladie qui viennent d’être décrits, le climat agira aussi directement sur les infections du système respiratoire.

53Une des très rares études fiables sur les causes de mortalité au Maghreb porte sur Tebessa, dans le nord-est de l’Algérie, pour les soixante-quatorze/soixante-quinze (Garros et Vallin, 1977) qui montre que si les maladies diarrhéiques arrivent largement en tête des causes de mortalité infantile (35 % des décès à moins d’un an), les maladies de l’appareil respiratoire arrivent en seconde position, portant la responsabilité de 28 % des décès infantiles (grosse majorité de pneumonies).

54Il est donc établi que les maladies de l’appareil respiratoire, en particulier les broncho-pneumonies, constituent la seconde grande cause de décès infantiles. Ne pourrait-on pas les relier à SII, le second type de surmortalité, plus tardif ? Plusieurs éléments jouent en faveur de cette hypothèse : l’âge d’apparition de SII, la comparaison montagne - rural - urbain.

55L’absence de SII en milieu urbain s’explique facilement par une bien meilleure isolation des domiciles et également par la proximité des services de santé, comme le fait justement remarquer D. Tabutin (op. cit.) “certaines maladies d’hiver (rhumes, grippes, bronchites) ne sont pas graves si elles sont enrayées de suite, mais peuvent sinon être mortelles”. Contrairement à la surmortalité d’été (SI) due aux infections alimentaires pouvant tuer en quelques jours, une bronchite ne s’aggravera que petit à petit, les enfants des villes seront le plus souvent soignés, pas ceux des campagnes qui finiront pour partie par en mourir.

Conclusion

56Il est intéressant de revenir sur les avantages de l’emploi de la méthode biométrique de Bourgeois-Pichat, mais aussi d’en souligner les limites.

57Par exemple, la méthode biométrique a permis de mettre en évidence, dans la région de Marrakech, un pourcentage élevé de mortalité endogène (de 23,8 % à Marrakech jusqu’à 58,5 % en montagne). Il semble que la cause essentielle en soit le tétanos ombilical qui frappe les enfants au cours du premier mois de la vie (Crognier, 1992). Un travail sur une région du Sénégal (Leroy et Garenne, 1989), fait d’ailleurs apparaître le même phénomène avec un tétanos ombilical qui correspond à 30 % de la mortalité néonatale. Dans ce cas, l’explication de l’intensité de la mortalité endogène est à rechercher dans l’interprétation même de la méthode utilisée. En effet, le tétanos néonatal provoque des décès dans les premières semaines de la vie, mais il s’agit d’une cause exogène due aux mauvaises conditions d’asepsie au cours de l’accouchement et plus particulièrement lors de la coupure du cordon ombilical.

58Malgré ces quelques imperfections, la méthode biométrique reste très utile pour apprécier la structure de la mortalité infantile, considérée comme un bon indicateur du niveau de développement général d’une population.

59Dans les études sur la région de Marrakech, l’utilisation de cette méthode a montré, dans une étude antérieure (Bley et Baali, 1987), qu’on ne décelait en milieu urbain aucune surmortalité pour les décès infantiles des femmes de moins de 30 ans (la courbe de Bourgeois-Pichat s’aligne par une seule droite). En milieu rural, nos résultats font bien ressortir une évolution de la mortalité infantile qui découle d’une disparition progressive des surmortalités, en commençant par SII, plus sensible à une médicalisation de base.

60On remarquera aussi, à propos du poids respectif des différents déterminants de la mortalité infantile, qu’il existe un clivage fort entre urbain/rural, un déterminisme du milieu qui s’exprime essentiellement à travers le rôle du climat, une influence des comportements qui vient nuancer l’impact des conditions économiques des familles.

61Dans ce type d’étude, il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques sociales et économiques ainsi que les spécificités culturelles des populations étudiées. Cette connaissance est le seul garant d’une interprétation pertinente des résultats (Bley, 1988).

62On retiendra surtout, en dernier ressort, le rôle joué par le milieu naturel, déterminant essentiel dans l’état de santé des populations. C’est dans ce sens que le déterminisme géographique prend alors toute sa dimension (Besancenot, 1995) et que l’approche conjuguée de la géographie de la santé et de l’anthropologie devient une nécessité pour l’étude du niveau et des modalités de la mortalité infantile dans un pays comme le Maroc.

Bibliographie

Références

Akoto, E. et Tabutin, D., 1989, “Les inégalités socio-économiques et culturelles devant la mort” in Mortalité et société en Afrique, Paris, INED, 35-63.

Barbieri, M., 1991, “Les déterminants de la mortalité des enfants dans le Tiers-Monde”, Les dossiers du CEPED, 18, 40 p.

Baudot, P. et Hilali, K., 1987, “Analyse de la mortalité des enfants dans trois circonscriptions rurales de la province de Marrakech”, Revue de la Faculté des Sciences de Marrakech, n° spécial Anthropologie, 89-108.

Baudot, P. et Bley, D., 1990, “Structure de la fécondité et de la mortalité infantile dans la province de Marrakech”, in “La transition démographique dans les pays méditerranéens”, Cahiers de la Méditerranée, 40 (2), 149-166.

Baudot, P. et Bley, D., 1992, “Climat et structure par âge de la mortalité infantile. Le cas du Maroc”, in Besancenot J.P. (ed) Risques pathologiques, rythmes et paroxysmes climatiques, Paris, John Libbey Eurotext, 391-398.

Bchir, M., 1967, “Données récentes sur la structure de la mortalité infantile”, Revue Tunisienne de Sciences Sociales, 10, 43-60.

Biraben, J.-N. et Henry, L., 1957, “La mortalité des jeunes enfants dans les pays méditerranéens”, Population, 4, 615-644.

Besancenot, J.-P, 1995, “La géographie de la santé en question. Introduction”, Espace, Populations, Sociétés, 1, 15-17.

Bley, D.,1988, “Aspects méthodologiques des enquêtes fécondité et mortalité infantile dans les pays en développement : l’exemple marocain”, Bull. Mém. Soc. Anthrop. Paris, t. 5, n° 1-2, 83-94.

Bley, D. et Baali, A., 1987, “La mortalité infantile et juvénile. Analyse différentielle en fonction de l’environnement socio-économique”, Revue de la faculté des sciences de Marrakech, n° spécial, 63-88.

Bley, D. et Baudot, P., 1986, “Some recent trends in infant mortality in the province of Marrakesh, Morocco : a demographic transition in process”, Social Biology, 33, 4-5, 322-325.

Bourgeois-Pichat, J., 1951, “La mesure de la mortalité infantile : I- Principes et méthodes”, Population, 2, 233-248.

Bourgeois-Pichat, J., 1952, “La mesure de la mortalité infantile : II- Les causes de décès”, Population, 3, 459-480.

Bourgeois-Pichat, J., 1946, “De la mesure de la mortalité infantile”, Population, 1, 53-68.

Cantrelle, P. et Leridon, H., 1971, “Breast feeding, mortality in childhood and fertility in a rural zone of Senegal”, Population Studies, 3, 503-533.

Crognier, E., Bernis, C, Elizondo, S. et Varea, C, 1992, “Reproductive patterns as environmental markers in rural Morocco”, Collegium Antropologicum, 1, 89-97.

Garenne, M. et Cantrelle, P., 1984, “Eléments pour une analyse des facteurs de la mortalité infanto-juvénile”, Cahiers de l’ORSTOM, série sciences humaines, XX, 2, 311-320.

Garros, B. et Vallin, J., 1977, “La mortalité par causes en Algérie : le cas de Tebessa”, Population, 4-5, 807-833.

Gautier, E. et Henry, L., 1958, La population de Crulaï, paroisse normande, Paris, PUF, 269 p.

Henry L. et Levy, C, 1962, “Quelques données sur la région autour de Paris au xviiième siècle”, Population, 312-315.

Hilali, K., 1986, “Etude biodémographique et sanitaire d’une population périurbaine de la zone d’El Azzouzia”, thèse 3ème cycle, Université Cadi Ayyad, Marrakech, 151 p.

Iggar, A., 1986, “Etude de la mortalité infantile et juvénile d’une population berbère de haute montagne : la vallée d’Azgour”, mémoire de CEA, Université Cadi Ayyad, Marrakech, 21p.

Leroy, O. et Garenne, M., 1989, “La mortalité par tétanos néonatal : la situation à Niakhar au Sénégal” in Mortalité et société en Afrique, Paris, INED, 154-167.

Mosley, W.H. et Chen, L.C. 1984, “An analytical framework for the study of child survival in developing countries”, Population and Development Review, 10, 25-49.

Naber, N. 1989, “Etude du comportement fécond d’une population féminine de la haute vallée d’Azgour”, thèse de 3ème cycle, Université Cadi Ayyad, Marrakech, 91 p.

Pascon, P., 1986, “Population et développement. Eléments de psychologie d’une démographie volontaire au Maroc”, Bulletin Economique et Social du Maroc, 6, 155-156 et 195-209.

Tabutin, D. 1976, Mortalité infantile et juvénile en Algérie, Paris, INED, 275 p.

Varea, C, Crognier, E., Bley, D., Boetsch, G., Baudot, P., Baali, A. et HIilali, M.K. 1995, “Determinants of contraceptive use in morocco : stopping behaviour in traditional populations”, Journal of Biosocial Science, 28, 1-13.

Table des illustrations

Titre Structure de la mortalité infantile, lieu de naissance et durée d’allaitement selon le secteur d’activité du chef de ménage (ville de Marrakech)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Structure de la mortalité infantile selon les grandes zones géographiques dans la province de Marrakech fig.l - urbain, fig. 2 - rural-plaine, fig. 3 - rural-montagne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteurs

Bley Daniel, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Baudot Patrick, Université de Provence, Faculté Saint-Charles, Laboratoire population-environnement, Marseille, France.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter