Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Étude des causes de la mortalité en bas-âge dans le gouvernorat de Monastir

Abdallah Bchir, M.S. Soltani et A. Mtiraoui

Texte intégral

Introduction

1Pour mesurer l’état de santé d’une population, on a souvent recours aux indicateurs de mortalité. Le taux de mortalité infantile est très utilisé en santé publique, car il est très sensible aux changements socio-économiques et aux mesures d’intervention sanitaire (Newland, 1982 ; Jenicek et Clevoux, 1982 ; OMS, 1981 ; El Mabrouk, 1990). Son estimation à partir des statistiques de l’état-civil est cependant limitée dans les pays en voie de développement, à cause de la sous-déclaration et de la non-spécification des causes de décès. On a donc souvent recours aux enquêtes de terrain pour déterminer le niveau et les causes de la mortalité infantile. Les statistiques hospitalières peuvent aussi par ailleurs fournir des renseignements utiles sur les causes de décès, quand ces derniers surviennent essentiellement dans les hôpitaux.

2Dans ce travail, nous nous proposons d’explorer les causes de décès en bas âge à travers l’étude des décès survenus dans tous les hôpitaux d’une région sanitaire (Monastir) en Tunisie.

Matériel et méthode

3Le gouvernorat de Monastir compte 321 433 habitants dont 20 % sont âgés de moins de 20 ans. Le taux d’urbanisation y est de 100 % (ONFP, 1988) et 96 % de la population ont accès à l’eau potable. Il compte 840 lits d’hospitalisation, répartis entre un CHU et 3 hôpitaux de district (ministère de la Santé publique, 1993).

4Un système de surveillance de la mortalité y a été implanté, qui s’articule autour de deux axes : Le recueil systématique nominatif de tous les décès enregistrés dans les municipalités de la région et l’investigation de tout décès survenu dans l’un des hôpitaux, en utilisant un modèle de fiche de décès inspiré de celui recommandé par l’OMS (1981). Notre population d’étude se compose de tous les décès de moins d’un an, survenus durant les années quatre-vingt-dix/quatre-vingt-onze dans les hôpitaux du gouvernorat de Monastir. Nous avons sélectionné les décès d’enfants dont les parents sont résidants du gouvernorat, car le CHU draine plusieurs malades d’autres régions que celle de l’étude.

5Pour l’analyse des causes de décès, nous avons adopté la classification internationale des maladies (9e révision : OMS, 1977).

Résultats

6Au cours de la période de l’étude, nous avons recensé 410 décès de moins d’un an déclarés à l’état-civil. Le taux de mortalité infantile (MI) moyen est estimé à 25,2 ‰ naissances vivantes. Sur cet ensemble, 319 (77,8 %) sont survenus dans les hôpitaux et 91 (22,2 %) à domicile. Les décès de moins d’un an représentent le tiers de l’ensemble des décès du gouvernorat.

Mortalité infantile selon l’âge et le sexe

7Les décès de sexe masculin représentent 55,6 % (N=173) contre 44,4 % (N=138) chez le sexe féminin. Les décès survenus au cours de la première semaine de la vie représentent 52,2 % des décès. La période néonatale par ses deux composantes rassemble 72 % de la MI, contre 28 % pour la mortalité post néonatale.

Mortalité infantile selon les hôpitaux

8D’une manière générale, 70 % des décès des résidents du gouvernorat de Monastir sont enregistrés en dehors des hôpitaux ; toutefois en ce qui concerne les décès en bas âge, ce sont 77,6 % d’entre eux qui surviennent à l’hôpital.

Mortalité infantile selon le terme et le poids de naissance

9A travers une autre étude sur la MI dans la région de Monastir parmi une cohorte de naissances vivantes (Soltani et al, 1993), nous avons étudié la relation du poids de naissance et du terme avec la mortalité infantile (tableau 1).

10La prématurité constitue un facteur de risque de la mortalité infantile. En effet, le quotient de mortalité infantile (QMI) de 19,2 ‰ pour les nouveau-nés à terme passe à 377 ‰ chez les prématurés (tableau 1). Le risque de décès est d’autant plus important que l’âge gestationnel est plus faible. Le risque relatif de 37,3 pour les grands prématurés (âge <= 28 semaines) passe à 28,6 entre 29 et 32 semaines et à 8,3 pour ceux nés entre la 33e et la 36e semaine de gestation.

11Le faible poids de naissance constitue aussi un haut risque de mortalité infantile, en effet, le QMI qui n’est que de 14,6 ‰ pour les nouveau-nés pesant plus de 2 500 g à la naissance s’élève à 245,3 ‰ pour les FPN. L’étude du risque relatif de décès en fonction de différentes catégories de poids (tableau 1) montre que ce risque est plus important pour les très faibles poids à la naissance (TFPN) (53) que pour ceux pesant entre 1 500 et 1 999 g (26,2) ; le risque relatif de 6,2 pour ceux ayant un PN de 2 000 à 2 499 g est comparable à celui des nouveau-nés de PN > 5 000 g (4,1). Le risque de décès le plus faible (0,3) est enregistré dans la catégorie 4 000-4 999 g.

Tableau 1. Mortalité infantile et caractéristiques du nouveau-né

Tableau 1. Mortalité infantile et caractéristiques du nouveau-né

DC : décès FPN : faible poids à la naissance
NV : naissances vivantes QMI : quotient mortalité infantile.

Causes de décès

12Les causes de décès ont été classées selon la 9e classification internationale des maladies (OMS, 1977). Pour les deux sexes et par ordre de fréquence décroissante, les cinq premières causes de décès chez les enfants de moins d’un an sont :

  • Les affections périnatales 59,1 %
  • Les anomalies congénitales 16,6 %
  • Les maladies infectieuses 11,9 %
  • Les maladies endocriniennes, métaboliques et de la nutrition 4,4 %
  • Les maladies respiratoires 3,1 %

13La hiérarchie des causes de décès varie selon la période de la vie (tableau 2). Si les affections périnatales et les anomalies congénitales prédominent comme causes de décès au cours de la période néonatale (précoce et tardive), elles cèdent la place aux maladies infectieuses, nutritionnelles et respiratoires au cours de la période postnatale.

14Parmi les affections périnatales, la prématurité et le faible poids de naissance représentent 55,9 % des décès. Quant aux anomalies congénitales, elles sont dominées par les malformations cardio-vasculaires (20,7 %), digestives (15,1 %) et ostéo-musculaires (11,3 %). Les maladies infectieuses sont dominées par les septicémies (57,9 %) et les diarrhées (28,9 %). Les malnutritions protéino-caloriques dominent les maladies nutritionnelles et métaboliques, qui représentent 3,8 % de l’ensemble de la mortalité infantile.

Tableau 2. Causes de décès selon la période de la vie

Tableau 2. Causes de décès selon la période de la vie

Discussion et conclusion

15La mortalité infantile en Tunisie et dans la région du Sahel demeure élevée, malgré la diminution importante de ces dernières décennies. En effet, la mortalité infantile en Tunisie est passée de 175 ‰ en 1950-55, à 51,6 ‰ en 1984-1985 (Gueddana, 1988). Une diminution jusqu’à moins d’un tiers de la valeur antérieure, corollaire de l’amélioration des conditions socio-économiques, des conditions de l’habitat et de l’infrastructure sanitaire. Depuis 1985, elle a continué de baisser pour atteindre 30 ‰ dans certaines régions, notamment au Sahel (Sousse, Monastir, Dhidah et al., 1995).

16La confrontation de ces données de mortalité infantile avec les résultats des enquêtes antérieures, montre que le profil de la MI a changé aussi bien quant à ses composantes qu’à ses causes. Pour ce qui est des composantes, elle a d’abord été dominée par la mortalité post néonatale qui a peu à peu cédé la place à la mortalité néonatale (tableau 3). Pour ce qui est des causes, elles étaient au cours des années quatre-vingt, surtout représentées par les maladies infectieuses, notamment les diarrhées et les infections respiratoires aiguës (plus de 50 % des décès), alors que dans l’enquête nationale prospective sur la mortalité infantile de 1988 (tableau 4), les affections périnatales n’y provoquaient qu’un décès sur cinq et les malformations congénitales ne comptaient que pour 5 % des décès.

Tableau 3. Evolution des composantes de la mortalité infantile

Tableau 3. Evolution des composantes de la mortalité infantile

Tableau 4. Causes delà mortalité infantile en pourcentages (enquête nationale 1988)

Tableau 4. Causes delà mortalité infantile en pourcentages (enquête nationale 1988)

17Donc, il ressort que la MI en Tunisie est en transition, puisqu’elle se rapproche, tant au niveau de ses composantes qu’au niveau de ses causes, du profil de la MI dans les pays occidentaux.

18Au terme de ce travail, il nous semble que les actions prioritaires à entreprendre pour réduire la MI sont :

  • une meilleure surveillance prénatale, avec une amélioration de la prise en charge de la femme enceinte, tant au niveau de l’orientation recours entre 1ère et 2e ligne, qu’au niveau de l’augmentation de la couverture de l’accouchement en milieu assisté.
  • l’amélioration des soins aux bébés
  • La formation et l’information des sages-femmes.
  • La lutte contre les maladies infectieuses et la malnutrition.

Bibliographie

Références

Bchir A., Soltani M.S., Mtiraoui A., Bchir J. et al., 1986, Evolution de la mortalité infantile durant la dernière décennie dans une délégation du Sahel tunisien, La revue de pédiatrie, t. XXXII, n° 4.

Belaid A., 1990, “Mortalité infantile dans la région sanitaire de Monastir”, thèse de médecine, Monastir.

Ben Romdhane H., Zouaoui B. et Nacef T., 1983, La mortalité infantile en Tunisie, solution actuelle et critique des sources des données, Maghreb médical 19, 76-78.

Dhidah L. et al., 1995, “Mortalité infantile et transition épidémiologique”, Journée sur la mortalité infantile, Faculté de médecine de Sousse.

El Mabrouk J., 1990, “La mortalité hospitalière pédiatrique, analyse des facteurs de risque et des tendances futures”, thèse de médecine, Sousse.

Gueddana N., Ben Aicha, N., et Jerraya S., 1988, “Un enfant et deux Tunisies”, Enquête nationale sur la mortalité et morbidité infantiles, Tunis, S impact, 280 p.

Jenicek M. et Clevoux R., 1982, Mesure de la santé de la collectivité et indicateurs de santé. Epidémiologie, principes techniques, applications, Edi Sem Inc, 43-78

Ministère de la Santé publique, 1993, Rapport sur les activités hospitalières de l’année 1992, Direction des études et de la planification, 51 p.

Newland K., 1982, Mortalité infantile et santé des sociétés, Forum mondial de la santé, vol. 3, 3, 364-367.

Office national de la famille et population, 1988, Indicateurs démographiques, socioculturels et sanitaires du gouvernorat de Monastir, 21 p.

Organisation mondiale de la santé, 1977, 9e classification internationale de maladies et des causes de décès, vol. 1 et 2.

Organisation mondiale de la santé, 1981, Stratégie mondiale de la santé pour tous d’ici l’an 2000, Genève, 90 p.

Soltani M.S., Bchir A., Gueddiche R. et al, 1993, “Facteurs associés à la mortalité infantile, parmi une cohorte de 7661 naissances vivantes”, Revue maghrébine de pédiatrie, vol. III, n° 6.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Mortalité infantile et caractéristiques du nouveau-né
Légende DC : décès FPN : faible poids à la naissanceNV : naissances vivantes QMI : quotient mortalité infantile.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 2. Causes de décès selon la période de la vie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 3. Evolution des composantes de la mortalité infantile
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 4. Causes delà mortalité infantile en pourcentages (enquête nationale 1988)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteurs

Bchir Abdallah, Faculté de médecine, CHU, Service de médecine communautaire, Monastir, Tunisie.

Soltani M.S., Faculté de médecine, CHU, Service de médecine communautaire, Monastir, Tunisie.

Mtiraoui A., Faculté de médecine, CHU, Service de médecine communautaire, Monastir, Tunisie.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable