Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conception, naissance et petite enfance au Maghreb

Le remplacement des générations, un aspect essentiel de la vie des populations humaines

Emile Crognier et Abdellatif Baali

Texte intégral

1Le thème de l’enfant et celui de l’enfance sont de puissants organisateurs de la vie collective, dans la mesure où s’identifiant à la pérennisation du groupe, ils sont associés au problème du remplacement des générations qui forme lui-même un aspect majeur de la structure et de l’évolution des sociétés ou des populations humaines.

2L’histoire de notre espèce nous montre à tout moment en effet, et ceci dès la plus ancienne préhistoire, quelle importance déterminante fut celle des essors ou des replis démographiques dans les rapports des groupes humains entre eux, qu’il s’agisse d’ethnies ou qu’il s’agisse de nations. On sait également combien les fluctuations démographiques constituent en permanence un défi à la stabilité sociale, économique et politique au sein de toute société.

3Ces successions de mouvements dans l’effectif des populations humaines que nous transmettent les dénombrements et les taux démographiques, traduisent en fait un enchaînement de phénomènes qui, de la biologie de la fécondité la plus primitivement enracinée dans la nature de notre espèce à certaines attitudes psychosociales pouvant émaner d’un aléatoire culturel non ancré dans la logique d’un intérêt collectif, modèlent les paramètres reproductifs. Étudier la signification de l’enfant dans la société est donc se placer à un point de rencontre interdisciplinaire où se mêlent notamment biologie humaine, démographie et sociologie.

4C’est qu’en effet, le mécanisme par lequel l’être humain assure sa descendance met en jeu tous les éléments biologiques, culturels et sociaux de sa nature… Qui plus est, lorsque le raisonnement prend pour objet la connaissance des modes de reproduction des groupes humains et non ceux de l’individu en tant que tel, la force des aspects inhérents aux structures grégaires de notre espèce : le partage collectif d’opinions, de croyances et leur application à un canevas de rapports sociaux, s’impose à l’évidence aux côtés des aspects décidément plus aisés à circonscrire que sont ceux des caractéristiques biologiques et de leur rapport aux conditions de l’environnement.

5Le remplacement des générations est d’abord une affaire de fécondité, c’est-à-dire de fonctionnement harmonieux des mécanismes de procréation et de gestation chez l’individu. On rappellera à ce sujet les données réunies par Yerushalmi et traitées par Penrose (1959) sur les statistiques concernant la fécondité des populations européennes et nord-américaines dans les années cinquante. Sur 100 grossesses commencées, 85 arrivent à terme ; parmi ces dernières 3 % aboutissent à une morti-natalité et 2 % à une mortalité néonatale. 4 autres pour cent mourront avant d’avoir atteint la maturité reproductive. C’est donc seulement 76 % des conceptions initiales qui produisent un individu sexuellement mûr. Parmi cette progéniture, 20 % ne se marient pas et 10 % supplémentaires n’ont pas d’enfants. C’est donc finalement 56 conceptions nouvelles qui résultent de 100 conceptions initiales, même dans des populations jouissant d’une haute qualité de protection sanitaire et sociale. Hasard et sélection restent donc puissamment installés au cœur du mécanisme de la reproduction.

6Ces écarts individuels dans ce qu’il est convenu d’appeler le “succès reproductif” sont bien sûr d’une importance extrême pour l’évolution biologique des groupes humains dans les cas ou des différences marquées s’établissent entre sous-groupes sociaux ou plus encore dans les sociétés polyethniques (on connaît bien à ce sujet l’exemple des Canadiens français). Dans d’autres cas, ceux des isolats humains, devenus rares de nos jours alors qu’ils ont sans doute constitué l’ordinaire des agrégations sociales aux temps préhistoriques, les écarts individuels en succès reproductif ont été de puissants acteurs de la constitution des patrimoines génétiques collectifs.

7A cet aléatoire de l’aptitude individuelle à la reproduction, s’ajoute au niveau du groupe, l’impact des conditions du milieu et celui des comportements. Les cartes des zones d’infécondité en Afrique sub-saharienne par exemple, rendent compte du premier de ces facteurs, habituellement conséquence des fortes endémies tropicales telles que l’ont perçu par exemple Pennington et Harpending (1991) chez les Herero de Namibie. Dans certains cas cependant, les facteurs s’additionnent, comme dans le cas de l’infécondité des Nzakara de la République centrafricaine étudiés par Retel-Laurentin (1971), où le fardeau des endémies tropicales s’accroissait d’une coutume matrimoniale antiféconde que constituait la pratique d’une gérontogamie polygyne.

8Dans la plupart des cas cependant, les différences interpopulationnelles de fécondité expriment plus la diversité des cultures que celle des variations biologiques de fécondité. C’est ainsi que Smith (1988), reprenant les données et la thèse de Hajnal (1965), oppose la tradition des cultures ouest-européennes dans lesquelles les femmes se marient tard et dont une part reste célibataire, à celles d’Europe du sud-est chez lesquelles le mariage féminin est à la fois précoce et général. Dans le premier cas, la règle est que les nouveaux ménages puissent être économiquement indépendants avant que le mariage soit célébré, ce qui va de pair avec le maintien d’un haut standard économique et d’une fécondité réduite parce que retardée. Dans le second cas, la généralisation d’un mariage féminin précoce ouvre la possibilité d’une vaste fécondité matrimoniale, mais l’équilibre entre les ressources disponibles et la population à nourrir serait assuré via un haut niveau de mortalité.

9Ces différences intra ou interpopulationnelles de la fécondité, ont encore plus fréquemment leur origine dans le degré relatif de pénétration des concepts culturels, économiques et sociaux de l’ère moderne, qui induisent le processus bien connu de transition démographique. Un exemple typique de ces changements est celui qui concerne les populations Inuit du Groenland. En 1953, leur statut politique a été égalisé avec celui de la population danoise et il s’ensuivit en un petit nombre d’années, un flux sans précédent d’investissements publics (des équipements collectifs comme des routes, des hôpitaux, des écoles, des activités industrielles et surtout l’attribution à chaque personne d’un revenu considéré comme indispensable pour maintenir un standard de vie décent). L’effet fut, en moins de vingt ans, le passage d’une fécondité de type naturel, caractérisée par un taux de fécondité totale élevé (6 à 7 enfants par femme), une longue durée de la période reproductive et un taux de mortalité infantile également élevé (aux alentours de 150 ‰), à une fécondité réduite (2,4 enfants par femme en 1975) et à une division par trois du taux de mortalité infantile (Hansen, 1979).

10Si l’on cherche à ordonner l’impact relatif de cinq déterminants proximaux de la fécondité tel que l’ont réalisé Bongaarts et Potter (1983), on constate que les deux déterminants décisifs du taux de fécondité totale sont l’âge au mariage et la durée de l’aménorrhée post-partum : deux paramètres qui sont essentiellement contrôlés par des attitudes culturelles, alors que la fréquence des fausses-couches, l’effet des variations de l’âge de la ménopause et celui des variations de fécondabilité, apparaissent fort secondaires. Problème biologique par essence, le remplacement des générations apparaît donc chez l’être humain comme un complexe résultat de facteurs, dont une part n’est pas exempte de calcul.

11L’hypothèse qu’il existe des stratégies reproductives dans les sociétés humaines et que ces stratégies sont destinées à accroître la valeur adaptative des populations par rapport à un environnement donné (environnement lato sensu, naturel et social), est donc à l’ordre du jour. Posant le problème de la variation des comportements parentaux d’aide et de protection de l’enfant au travers des sociétés humaines et n’étant pas dénuée de rapport avec les hypothèses d’évolution sélective des comportements sociaux et de la sélection de groupe, elle est actuellement au cœur d’un débat très dynamique dans lequel la biologie évolutive, la sociobiologie et l’anthropologie sont impliquées.

12Autour des questions inhérentes au remplacement des générations et notamment autour de celles qui traitent de l’enfant, c’est donc une pléiade de thèmes de grande importance pour la compréhension des groupes humains qui sont abordés :

  • modalités de la pérennisation des patrimoines génétiques par les formes d’élaboration des générations successives
  • affinement des connaissances sur les mécanismes physiologiques de la fécondité, en particulier de la fécondité féminine
  • étude des composants économiques et sociaux dans la constitution de la famille
  • étude des facteurs environnementaux associés aux états féconds comme à la morbidité et à la mortalité de la prime enfance
  • étude du poids des traditions et plus généralement des influences culturelles dans l’orientation des comportements génésiques et à un degré d’abstraction plus élevé, dans l’établissement de stratégies d’adaptation de la fécondité aux circonstances rencontrées par le groupe social.
  • étude des conditions environnementales, sociales, économiques et culturelles de la croissance et du développement de l’enfant
  • enfin et d’abord, tout à la fois, étude des évolutions démographiques qui témoignent du fonctionnement du système complexe qui est mis en œuvre pour faire se succéder des générations d’êtres humains.

13Les textes qui se succèdent dans le présent ouvrage, abordent l’un ou l’autre de ces aspects. Ils expriment essentiellement des travaux de chercheurs en sciences sociales et humaines, avec une volontaire dominante anthropologique.

Bibliographie

Références

Bongaarts, J. et Potter, R., G., 1983, Fertility, biology and behavior : an analysis of the proximate déterminants, New-York, Académie Press.

Hajnal, J., 1965, “European Marriage Patterns in Perspective”, in D.V. Glass & DEC Eversley (eds), Population in History : Essays in Historical Demography, London, Edward Arnold.

Hansen, O., 1979, “From natural to controled fertility : studies in fertility as a factor in the process of economic and social development in Greenland c. 1851-1975”, in H. Leridon & J. Menken (eds) (Belgique), Natural fertility, Ordina, 495-547.

Pennington, R., & Harpending, H., 1991, “Infertility in Herero pastoralists of Southern Africa”, American Journal of Human Biology, 3, 135-153.

Penrose, L., S., 1959, “Natural selection in Man. Some basic problems”, in D. F. Roberts & G. A. Harrison (eds), Natural selection in human populations, Pergamon Press, 1-11.

Retel-Laurentin, A., 1974, Infécondité en Afrique noire. Maladies et conséquences sociales, Paris, Masson Pbl.

Smith, R., M., 1988, “Natural fertility in pre-industrial Europe”, in P. Diggory, M. Potts & S. Teper (eds), Natural human fertility, Mac-Millan Press, 70-78.

Auteurs

Crognier Emile, UMR 6578 “Adaptabilité humaine : biologie et culture”, CNRS-Université de la Méditerranée, Marseille.

Baali Abdellatif, Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences Semlalia, Département de biologie, Laboratoire d’écologie humaine, Marrakech, Maroc.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter