Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Regards extérieurs, imagination de l'autre et identités

Les Touaregs vus d’Italie

Vanni Beltrami

Texte intégral

1La bibliographie italienne concernant les Touaregs apparaît très limitée et il est nécessaire, pour pouvoir en tracer les contours, de l’insérer dans une bibliographie plus large : celle du Sahara. A l’époque coloniale, en effet, un rapport continuel et discret fut entretenu avec les Kel Ajjer dans le territoire de Ghat. Cependant, les deux périodes de l’occupation effective du Fezzan — comme celles de la présence militaire à Kufra et au Tibesti nord-oriental — furent trop brèves pour qu’elles puissent laisser une trace significative dans l’imaginaire collectif italien.

2Cette première occupation du sud libyen, à la suite de la guerre italo-turque de 1911-1913, ne fut que partielle et temporaire à cause de l’explosion de la guerre européenne de 1914. Une présence véritable ne fut assurée dans le Fezzan qu’après 1920. A ce sujet, il faut noter que l’intérêt des intellectuels et de l’opinion publique pour l’Afrique fut toujours dirigé plutôt vers l’Erythrée et la Somalie — occupées dès le xixe siècle — ainsi que vers la Tripolitaine et la Cyrénaïque — plus accessibles et mieux connues — avec un éclat d’enthousiasme pour l’Ethiopie entre 1936 et 1941, année qui marqua la fin des aventures coloniales de l’Italie.

3Pour en revenir au thème qui nous intéresse, il est pourtant possible d’identifier des éléments spécifiques en se rapportant à la bibliographie saharienne en langue italienne. Celle-ci comporte des œuvres qui peuvent être classées selon la période concernée et le thème traité en six parties :

  1. l’époque de l’occupation coloniale
  2. la géopolitique de l’Afrique du Nord
  3. la préhistoire et l’archéologie
  4. l’anthropologie
  5. le voyage culturel, le tourisme, la photographie
  6. l’économie et la politique à l’époque actuelle.

4En ce qui concerne l’époque coloniale, on constate que les œuvres qui parlent de quelque manière que ce soit du Fezzan et de Ghat — et par conséquent de la population locale en général et des Touaregs en particulier — sont exclusivement d’approche militaire pendant les années treize/quinze. Durant la deuxième occupation (1920-1941) qui fut plus longue, la bibliographie mérite plus d’attention en ce qu’elle réunit non seulement des mémoires intéressant l’armée d’occupation, mais aussi les résultats d’un nombre considérable d’observations scientifiques par des universitaires qualifiés. Ainsi, à côté de Il Fezzan du colonel Gigliarelli — commandant de la zone militaire sud — et de Gadamès par le Major Perugini, on trouve Note ed impressioni di viaggio nel Fezzan par le commissaire civil Zoli, L’insediamento umano nella Libia occidentale et Le oasi del Fezzan par le professeur Scarin, Il Sahara Tripolitano par Enrico Petragnani, fonctionnaire du Bureau colonial, Il grande problema saharico par le professeur Vincenzo Bottone-Palazzo, Italia e Francia nel Sahara par Cesare Salvati et finalement l’ensemble imposant des études de la Reale Società Geografica Italiana, publié dans Sahara Italiano : Fezzan ed Oasi di Ghat, gros volume dont les auteurs (Attilio Mori, Desio, Scarin, Migliorini, Beguinot, Gini, Mordini, Zavattari, Cipriani, Ettore Rossi, Caputo, Pace, Corti, Graziosi, Scortecci et Fantoli) ont fait avancer dans les années vingt et trente la connaissance du territoire dans toutes les disciplines, y compris l’anthropologie physique et sociale des sédentaires et des nomades.

5On retrouve encore quelques informations intéressantes en ce qui concerne la population du Fezzan dans des textes sur l’Afrique du Nord, tels que Sahara, genti e paesi de M. Quadrone, Razze e popoli della terra (vol. II) par le professeur Biasutti et Il problema idrico e della popolazione nei territori desertici africani par Bottone-Palazzo déjà cité. Parmi les historiens et les géographes du début du xxe siècle jusqu’à nos jours, les professeurs Minutilli, Ceccherini, Romain Rainero, Angelo Del Boca, Salvatore Bono et beaucoup d’autres ont consacré une partie de leurs études à la Libye et à ses habitants du présent et du passé.

6Le Sahara, ainsi que l’Afrique du Nord en général, a été — et continue d’être — l’objet d’une importante activité des chercheurs italiens dans le domaine de la préhistoire et de l’archéologie (phénicienne, libyque, garamante, cyrénaïque et romaine) avec les professeurs Ardito Desio, Paolo Graziosi, Fabrizio Mori, Barbara Barich, Sabatino Moscati, Salvatore Puglisi, Pietro Romanelli, Sandro Stucchi et beaucoup d’autres. Dans les Quaderni di Archeologia della Libia, Origini, Africa, Quaderni de l’Istituto Italiano di Cultura di Tripoli, La Ricerca Scientifica, Antropologia et bien d’autres revues, on peut lire une grande quantité de comptes rendus sur l’art rupestre saharien, les gisements lithiques, les monuments pré-islamiques, les populations anciennes, ainsi que les villes historiques de Sabratha, Leptis Magna, Cyrene, Apollonia, Garama, etc. qui se trouvent dans le territoire libyen. Mais les matériaux de ces recherches sont aussi en rapport avec d’autres territoires, tels que le Sahara algérien, nigérien, tchadien et malien : parmi les chercheurs à signaler, professionnels et amateurs, notons Anati, Fedele, Turco, Pesce, Lorenzi, Calegari, Castiglioni, Negro, Baistrocchi et — si vous le permettez — moi-même.

7En ce qui concerne les Touaregs, soulignons que c’est dans le domaine de l’anthropologie de l’anthropologie que les auteurs italiens ont proposé les travaux scientifiques les plus remarquables. Je voudrais également vous indiquer Uomini e montagne del Sahara par Mario Fantin ; I Tuareg attraverso la loro poesia orale par Giancarlo Castelli-Gattinara ; Fiabe del Popolo Tuareg aux éditions Mondadori ; Studi di etnologia della Libia, aux soins du ministère italien des Affaires étrangères ; et je signale aussi les travaux de Barbara Fiore sur la médecine traditionnelle dans l’Adrar et de Pietro Laureano sur l’espace oasien ; enfin, un peu effrontément, mes contributions sur le Sultanat de l’Aïr (Una Corona per Agadès), sur l’azalay de Bilma, sur la tradition d’Abalessa et sur les bijoux des Touaregs au Niger (La croix d’Agadez, in Encyclopédie berbère).

8Si le matériel des agences de tourisme — bien que copieux — ne mérite pas grande attention, les livres de photographies sont très intéressants et d’une grande valeur artistique : la vie du désert y est largement illustrée et si les Touaregs sont connus en Italie au moins d’un point de vue formel, le mérite en revient aux photographes et aux éditeurs. Une grande bibliographie de voyageurs italiens en Afrique existe aussi, mais pour ce qui concerne le Sahara et les nomades, elle n’est pas globalement intéressante, à quelques exceptions près : du poète Ungaretti, il faut signaler les poèmes en prose de Il deserto et, d’Alberto Moravia, les reportages sur le Sahara.

9Si le public italien connaît de manière générale le Sahara et les “hommes bleus”, je ne puis dire qu’il en est de même pour les situations politiques qui concernent les populations nomades d’Afrique et les Touaregs en particulier. La presse quotidienne depuis toujours se contente d’accepter les informations réduites que l’on trouve sur ce thème dans la presse de langue française. Il existe très peu d’ouvrages qui ont traité de quelque manière que ce soit des thèmes de la sécheresse et de ses conséquences, de l’oppression et de la marginalisation politique, de l’exil et de la résistance qui caractérisent la vie des nomades dans les pays entre lesquels le Sahara a été partagé depuis 1960. Le journaliste Attilio Gaudio est l’auteur de Sahel, le piste della fame et Eugenio Turri a vu son Uomini delle tende : i pastori nomadi tra ecologia e storia, tra deserto e bidonville publié par les Edizioni di Comunità, qui ont développé leur intérêt pour des ouvrages concernant les problèmes sociaux et la liberté individuelle et collective. Une association nommée “Transafrica” a publié — à travers une diffusion scolaire — des cahiers aux titres significatifs : “I Tuareg ad un bivio, fra sviluppo e sterminio” et “La questione Tuareg”. Enfin, la Fondazione Internazionale Lelio Basso per il Diritto e la Liberazione dei Popoli, qui organise les sessions du Tribunal Russel, a édité la traduction en italien de l’ouvrage Touaregs, exil et résistance, paru en France sous la direction d’Hélène Claudot-Hawad. C’est toujours aux soins de la Fondazione Internazionale Lelio Basso qu’est parue, à nouveau, la traduction de Tourne-tête, le pays déchiqueté, Anthologie des chants et poèmes touaregs de résistance de 1980 à 1995, par Hawad et Hélène Claudot-Hawad, aux Editions L’Harmattan, Italia.

10En conclusion, les documents d’un véritable intérêt scientifique sur le milieu saharien et ses habitants du passé et du présent sont finalement assez nombreux en langue italienne, mais il s’agit de documents destinés aux spécialistes. D’ailleurs, s’il est vrai qu’une affection particulière pour l’Afrique a toujours existé en Italie, avec une représentation plutôt romantique du désert et des Touaregs en tant que minorité attractive, malheureusement l’information fournie par les médias n’a pas permis aux Italiens de réellement connaître les problèmes actuels de cette partie de l’humanité. Les efforts de divulgation par des organismes tels que la Fondazione Basso et l’Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente cependant persistent et représentent la raison pour laquelle je suis ici, aujourd’hui, avec vous.

Bibliographie

Bibliographie

AA. VV.

1934, Le Sahara italien : Guide de la section officielle à l’Expo sur le Sahara, Paris.

AA.VV. 1937, Sahara Italiano : Fezzane e Oasi di Ghat, Roma, Reale Società Geografica Italiana.

ANATI, E.

1976, Metodi di rilevamento e analisi dell’arte rupestre, Capo di Monte, Studi Camuni.

BAISTROCCHI, M.

1986, Antiche civiltà del Sahara, Milano, Mursia.

BARICH, B.

1974, La serie stratigrafica dello Uadi Tin-Torha nell’Acacus, Origini, VIII.

BELTRAMI, V.

1984, La carovana del sale e l’albero del Tenere, “Africa” 39, p. 656-662.

1987, Repertorio preistorico-archeologico del territorio dell’Air ed aree limitrofe, Roma, Collana Studi, Istituto Italo-Africano.

1989, Il silfio cirenaico dall’antichità classica all’odierna farmacopea sahariana, “Sahara” 2, p. 87-94.

1993, La corona di Agades, 2a ed., Roma, Istituto Italo-Africano.

1994, Croix d’Agadez, Encyclopédie Berbère, Aix-en-Provence, vol. XVI.

1995, Il monumento di Abalessa e la tradizione dei Tuareg Kel Hoggar : una questione non risolta, “Africa”, n° 50, p. 75-93. 1995, Breviario per nomadi, 2a ed., Roma, Vascello.

BONO, S.

1981, Storiografia e fatti occidentali sulla Libia, Tripoli, Quaderni Istituto Italiano di Cultura.

BOTTONE-PALAZZO, W.

1931, Il grande problema saharico, Palermo, Trinacria.

BRUGNATELLI, V.

1994, Fiabe del popolo Tuareg, Milano, Mondadori.

CALEGARI, G. 1989, Taourdei, memorie di antichi cavalieri del Sahara, Milano, Centro Studi Archeologia Africana.

CASTELLI-GATTINARA, G. C.

1992, I Tuareg attraverso la loro poesia orale, Roma, CNR.

CASTIGLIONI, A. et A. et NEGRO, G. C.

1986, Fiumi di pietra, Varese, Lativa.

DEL BOCA, A.

1988, Gli italiani in Libia, Bari, Laterza.

DESIO, A.

1928, Il grande erg libico, Roma, Reale Società Geografica. 1942, Il Tibestì nord-orientale, Roma, Reale Società Geografica.

FANTIN, M.

1970, Uomini e montagne del Sahara, Bologna, Tamari.

1971, Tuareg, Tassili, Sahara, Bologna, Tamari.

FEDELE, F. et TURCO, G.

1982, Preistoria del Tenere, Bra, Museo Craveri.

GAUDIO, A.

1987, Sahara, settimila anni di storia, Bergamo, Moizzi.

1993, Uomini blu, il dramma dei Tuareg fra storia e futuro, Firenze, Archivio.

GIGLIARELLI, U.

1932, Il Fezzan : rapporto coloniale, Tripoli, Tipografia RCTC.

GRAZIOSI, P.

1962, Arte rupestre del Sahara libico, Firenze, Vallecchi.

LAUREANO, P.

1995, La piramide rovesciata : il modello dell’oasi per il pianeta terra, Torino, Bollati-Beringhieri.

MARIMONTI, L., et MARCHELLI, M. G.

1993, Viaggio in Sahara, Novara, De Agostini.

MINUTILLI, F.

1912, Tripolitania, Cirenaica e Fezzan, Torino, Bocca.

MORAVIA, A.

1981, Lettere dal Sahara, Milano, Bompiani.

MORI, F.

1965, Tadrart, Acacus, Torino, Einaudi.

MOSCATI, S.

1966, Il mondo dei fenici nell’Africa del nord, Milano, Saggiatore.

PERUGINI, I.

1928, Gadames, Tripoli, Tipografia, RCTC.

PETRAGNANI, E.

1928, Il Sahara Tripolitano, Roma, Sind. Arti Grafiche QUADRONE, E.

1938, Sahara, genti e paesi, Milano, Treves.

RAINERO, R.

1983, L’opposizione ali-impresa di Tripoli, Tripoli, Quaderni Istituto Italiano di Cultura.

ROMANELLI, P.

1959, Storia delle province romane dell’Africa, Roma, Erma.

SALVATI, C.

1929, Italia e Francia nel Sahara, Milano, Libreria Italia.

SCARIN, E.

1934, Le oasi del Fezzan, Bologna, Zanichelli.

1940, L’insediamento umano nella Libia occidentale, Roma, Ministero Africa Italiana.

STUCCHI, S.

1976, Il giardino delle Esperidi, Quaderni Archeologia della Libia.

TURRI, E.

1978, Nomadi : gli uomini dei grandi spazi, Milano, Fabbri.

1986, Uomini delle tende : i pastori nomadi tra ecologia e storia, tra deserto e bidonville, Ivrea, Edizioni di Comunità.

ZOLI, C.

1926, Nel Fezzan, Milano, Alfieri.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter