Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Regards extérieurs, imagination de l'autre et identités

Le monde arabe et musulman vu d’Autriche par une anthropologue qui s’intéresse au monde touareg1

Sylvia Haas

Texte intégral

  • 1 Je remercie Ralph Fichtner qui a bien voulu relire et corriger le texte et sa traduction, ainsi qu (...)

1Dans les pays de langue germanique, l’Institut d’anthropologie sociale de Vienne, en Autriche, est certainement l’un des plus éminents en ce qui concerne les recherches anthropologiques sur le monde arabe et musulman. Les travaux de cet Institut consistent avant tout en études empiriques et comparatives, concernant l’histoire ainsi que les problèmes de la période contemporaine. Les recherches sur le monde arabe et musulman à Vienne remontent à une tradition qui prend racine dans les années soixante-dix du siècle dernier et qui s’est nourrie à deux sources : d’une part, l’orientalisme de la fin du xixe siècle ; d’autre part, les théories anthropologiques des diverses écoles avant et après la période du nazisme. Depuis 1975, cet héritage hétérogène s’est transformé en une synthèse adaptée à des théories anthropologiques qui inspirent la plus grande partie des recherches actuelles.

Une tradition bien ancrée en Autriche : l’étude du monde arabe et musulman

2Je tenterai de dégager les grands traits du développement de la recherche sur le monde arabe et musulman à Vienne. Même si les mises en garde contre une acceptation non critique des résultats de la recherche passée sont fondées, il faut convenir qu’un grand nombre des connaissances issues de la dernière période de l’Empire des Habsbourg sur l’orientalisme académique sont d’une importance considérable. L’orientalisme viennois, orienté sur l’islam, débuta quand l’alliance entre l’Empire ottoman et l’Empire des Habsbourg commençait à se dessiner. Ce fut Joseph Freiherr von Hammer-Purgstall (1774-1856) qui initia les études linguistiques sur la langue perse.

3Vers la fin du xixe siècle, David Heinrich Müller créa les fondements décisifs des études orientalistes de Vienne. Dans son travail, il combinait analyse de textes et les voyages d’exploration et transmit ses connaissances à de nombreux étudiants. Ce fut lui qui organisa la grande expédition de l’“ Académie impériale et royale des sciences” en l’an 1899 vers l’Arabie du Sud (Südarabien-Expedition der Kaiserlich-Königlichen Akademie der Wissenschaften zu Wien). Lors de ce voyage, les chercheurs purent recueillir un nombre considérable de données empiriques.

4Eduard Glaser (1855-1908) concentra ses recherches, au cours de plusieurs séjours, sur le nord du Yémen qui était en ce temps sous le pouvoir de l’Empire ottoman. Il peut être défini comme un chercheur averti qui combinait humanisme et empirisme. Son héritage archéologique, épigra-phique, linguistique, ethnologique et historique sur le monde arabe fut un apport capital pour les scientifiques du début du xxe siècle jusqu’à nos jours (Dostal, 1990 et 1992).

5L’héritage de Müller et Glaser, à savoir la combinaison des analyses historiques et des travaux de terrain, fut repris et développé de façon intense à partir des années trente par la “Völkerkunde”. Le personnage le plus important de cette période fut l’abbé Joseph Henninger, appartenant à la “Societas Verbi Divini”. Malgré ses origines et son éducation allemandes (fait courant chez les représentants de l’école de Vienne), il était en étroite liaison avec la recherche autrichienne de “l’école de Vienne” (Kulturkreislehre) ainsi qu’avec Maria Höfner qui occupait la chaire de l’Arabie du Sud à Graz (jusqu’en 1971), supprimée à la retraite de cette dernière. Sa contribution la plus notable consiste en la compilation érudite de toutes les sources accessibles sur l’histoire du monde arabe. Il se consacra aussi à la réflexion comparative et au changement historique à long terme (Henninger, 1981 et 1989).

6Un autre grand scientifique fut Robert von Heine-Geldern. Il inaugura la recherche sur les anciennes civilisations “Hochkulturen” en utilisant le concept de diffusion par stimulus : “Stimulusdiffusion” (Heine-Geldern von, 1923). Ce concept de diffusion eut une influence essentielle sur l’œuvre de son élève Walter Dostal. Le travail scientifique de celui-ci se caractérise par une orientation explicite vers les enquêtes empiriques sur le terrain et les théories récentes de l’anthropologie sociale. C’est dans cette période que se profila la fin irrévocable de “l’Ecole de Vienne” (Haekel, 1956). W. Dostal put profiter des influences de Heine-Geldern et de Joseph Henninger. Peter Fuchs, un scientifique viennois de la même génération que Walter Dostal, et qui avait été professeur d’ethnologie à Göttingen, s’imposa quant à lui dans la recherche sur les cultures de l’Afrique du nord-ouest et notamment celles des Hadjerai et des Touaregs (Fuchs, 1953, 1983).

7La période entre 1948 et 1963 marque la phase décisive de l’orientation nouvelle des recherches sur l’Orient. Cette génération se libérait des anciennes écoles orientalistes et se basait sur les recherches empiriques. Les travaux de terrain s’élargissaient aussi du point de vue géographique. A côté de la péninsule Arabique, on commençait à s’intéresser à l’Afrique du Nord, à l’Asie centrale et au Moyen-Orient. L’héritage de Müller et de Glaser s’enrichit des travaux de la génération de Walter Dostal qui utilisait l’enquête de terrain pour une analyse dialectique entre constantes de l’histoire et processus de changement. Lors de sa prise de fonction à la chaire de l’Institut für Völkerkunde, Walter Dostal orienta cet institut vers l’anthropologie sociale. Parmi ses travaux, on trouve des recherches sur l’anthropologie de la péninsule Arabique ainsi que sur les méthodes et les théories de l’anthropologie sociale (Dostal, 1983, 1981, 1985, 1992). Ce sont les résultats de ces recherches qu’il a réussi à transmettre à ses élèves. Pour lui, une enquête sur le terrain doit se baser sur une connaissance solide des méthodes de l’anthropologie et de la langue concernée. Le nombre de plus en plus élevé de thèses de doctorat sur le monde arabe est le fruit de cet engagement, jusqu’à sa retraite, le 1er octobre 1996.

8Aujourd’hui, c’est André Gingrich, doctorant puis assistant du professeur Dostal, qui continue cette tradition. Depuis son habilitation scientifique à l’Institut d’anthropologie sociale de Vienne, il concentre son attention sur trois domaines de l’anthropologie : d’abord, la comparaison interculturelle, dans le monde musulman, des relations entre sexes et des systèmes de représentations des formes suprarégionales de pouvoir et de savoir ainsi que des processus d’interaction entre les différents groupes locaux (Gingrich, 1994). Une autre approche touche à l’analyse comparative de la territorialité, du cultuel et de la société dans le cadre d’un projet de recherche sur les “cultes des montagnes” au Tibet bouddhiste, soutenu par le Fonds FNF (Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung). Sa recherche dans cette région est centrée sur la forme locale des influences contrastées entre religions avec écriture, l’une monothéiste (islamique) et l’autre polythéiste (bouddhiste). Depuis quelques années, enfin, il se penche sur les théories de l’ethnicité au Moyen-Orient, en Europe et au-delà, sur le développement du nationalisme et les idéologies supranationales (islamisme, pan-arabisme) (Gingrich, 1994).

Un champ nouveau : le monde touareg

9Après ce bref aperçu sur la situation de la recherche sur le monde arabe et musulman à Vienne, la suite de ma communication concernera la deuxième partie du titre : “présentation par une anthropologue qui s’intéresse au monde touareg”. L’orientation de l’anthropologie autrichienne du passé vers des régions comme l’Afrique du Nord a été plutôt marginale. Comme l’Autriche n’a jamais eu d’action colonisatrice hors de l’Europe, ce qui apparaît aujourd’hui comme un avantage considérable, les contacts avec ces régions “exotiques” ont été très restreints. A cause des relations étroites avec l’Empire ottoman, l’Autriche d’autrefois a concentré toute sa recherche scientifique concernant le monde musulman sur la péninsule Arabique. Etudiants et professeurs se sont limités à cette région à la fois pour des raisons de méthode scientifique et de tradition. Ce fut seulement après la Deuxième Guerre mondiale et après le déclin de la Wiener Schule de l’abbé Wilhelm Schmidt, dans les années cinquante, que l’anthropologie autrichienne a élargi son horizon vers d’autres régions du Moyen-Orient. Le nouveau climat de liberté de choix a encouragé de jeunes scientifiques à s’orienter vers les nouvelles méthodes et théories anthropologiques et par la suite vers de nouveaux horizons géographiques. Ce furent souvent des zones vierges pour la communauté scientifique de l’Institut de Vienne.

10Aujourd’hui, les intérêts des anthropologues viennois portent sur presque toutes les régions du monde musulman (par exemple la Turquie, l’Afrique du nord-ouest, la péninsule arabe), bien que certaines régions ne soient pas traitées (par exemple l’Iran et les Balkans). Pendant les dernières décennies la communauté scientifique a intensifié ses contacts internationaux avec une participation accrue à de nombreux colloques et congrès. Très récemment, sous la direction de Walter Dostal, la même communauté pouvait se connecter à l’autoroute de l’information, qui lui a fourni un mode de communication extrêmement rapide.

11Malgré ces changements importants, la situation pour une scientifique autrichienne qui a centré une grande partie de son attention sur le monde touareg, reste assez compliqué. La distance géographique avec les grands centres de recherche et les bibliothèques spécialisées en la matière rendent les échanges intellectuels difficiles. La quête de la littérature récente en langues étrangères (notamment en français) reste hasardeuse. Si d’un côté le manque d’interlocuteurs sur un même terrain de recherche est un problème important, d’un autre côté, la grande diversité des régions étudiées et des méthodes appliquées par les chercheurs autrichiens fournissent un stimulus utile pour avancer dans nos champs respectifs. On apprend vite à voir plus clairement les corrélations et les concordances du présent et du passé, dans le développement historique des sociétés différentes comme par exemple les Touaregs de l’Afrique du Nord et les Bédouins de la péninsule Arabique. Le regard devient plus aigu pour percevoir les différences substantielles. Avec ces approches, on arrive à une anthropologie qui, en plus de la primauté des études régionales, concentre ses efforts sur des études touchant aux méthodes et aux théories, tout en tenant compte de l’importance fondamentale de l’étude empirique basée sur la connaissance des langues appropriées.

12Quel désir peut exprimer une anthropologue autrichienne qui s’intéresse au monde touareg ?

13Mon itinéraire personnel vers le domaine touareg est parti de mon intérêt pour la problématique des minorités du “monde arabe et musulman”, incluant tous les aspects du débat sur la position de la femme dans les sociétés musulmanes. Si l’Afrique du Nord a toujours attiré mon attention, la société des Touaregs est devenue pour moi la meilleure possibilité de combiner mes intérêts de recherche, généraux et particuliers. Pendant une dizaine d’années, j’ai passé les mois d’été avec mon époux et notre fils dans l’Ahaggar pour des enquêtes. Nos domaines privilégiés de recherche sont les processus de changement (Haas Sy. et Sie., 1989). J’ai étudié avant tout les aspects sociaux ainsi que la position de la femme en transition, tandis que mon époux s’est intéressé à la situation économique. J’ai introduit dans mon propre travail les aspects économiques dans la mesure où ils ont une influence sur le changement de la position de la femme dans la société. Les transformations politiques avec la montée de la violence en Algérie ont beaucoup influencé nos recherches dans la région. Pour l’instant, nous dépendons essentiellement de nos notes. La politique et les opérations militaires au Mali et au Niger ont eu encore un autre effet. En tant qu’anthropologue s’intéressant aux Touaregs, on se sent préoccupé par les problèmes actuels, et les objectifs de la science pure doivent prendre un certain retrait devant ces problèmes.

14Le colloque d’Aix-en-Provence pourrait être un point de départ pour établir un réseau d’informations et de coopération qui puisse inclure l’Autriche : informations sur la bibliographie la plus récente, échange des articles publiés et des idées non publiées, informations sur la situation politique et économique des pays qui nous intéressent, enfin solidarité avec ce peuple qui lutte. A une époque où le réseau mondial de communication devient réalité, toutes les portes s’ouvrent pour établir cette coopération internationale.

Bibliographie

Bibliographie

DOSTAL, W.

1981, Ein Modell des Öko-kulturellen Interaktionssystems, Zeitschrift für Ethnologie 106/1, 2, p. 43-50.

1983, The traditional architecture of Ras al-Khaymah (North). Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe B (Geisteswissenschaften), 54, Wiesbaden.

1985, Egalität und Klassengesellschaft in Südarabien. Ein Beitrag zur sozialen Evolution. Wiener Beiträge zur Kulturgeschichte und Linguistik, t. XX. Wien - Horn.

1990, Eduard Glaser - Forschungen im Yemen. Eine quellenkritische Untersuchung in ethnologischer Sicht. Österreichische Akademie der Wissenschaften, Veröffentlichungen der Arabischen Kommission n° 4, Sitzungeberichte der phil.-hist. Kl. 545, Wien.

1992, Ethnographica Jemenica - Auszüge aus den Tagebüchern Eduard Glasers mit einem Kommentar versehen. Österreichische Akademie der Wissenschaften, Sitzungsberichte der phil.-hist. Kl. 593, Wien.

1992, Mecca before the time of the prophet. Attempt of an anthropological interpretation. Der Islam 61/2, p. 193-231.

FUCHS, P.

1953, Im Land der verschleierten Männer, Wien. 1983, Das Brot der Wüste. Sozio-Ökonomie der Sahara-Kanuri von Fachi. Studien zur Kulturkunde, t. 67, Wiesbaden.

GINGRICH, A.

1994, Nationalismus und Staatenbildung in der arabischen Welt am Beispiel des Jemen. In Bruckmüller, E. S. Linhart und C. Mährdel (eds.), Nationalismus. Wege der Staatenbildung in der außereuropäischen Welt. Historische Sozialkunde 4, Verlag für Gesellschaftskritik. Wien, p. 101-118.

1994, Südwestarabische Sternenkalender. Eine ethnologische Studie zu Struktur, Kontext und regionalem Vergleich des tribalen Agrarkalenders der Munebbih im Jemen. Wiener Beiträge zur Ethnologie und Anthropologie, t. 7, Wien.

1995, Spirits of the Border : Some remarks on the connotation of jinn among the Munebbih. Studi Arabici 14.

GINGRICH, A. et HAAS, S.

1996, Vom Orientalismus zur Sozialanthropologie : Ein Überblick zu österreichischen Beiträgen für die Ethnologie der islamischen Welt. Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien (MAGW), Bd. 125/126, 1995/96. Wien, p. 115-134.

HAAS, Sy. et HAAS, Sie

1989, Kinship relations and social Organisation amont Twareg. Modification or displacement of traditional structures ? In Gingrich, A. et al. (eds.), Social Change and Evolution. Wiener Beiträge zur Ethnologie und Anthropologie, 5, p. 101-109.

HAAS, Sy., HAAS, Sie. et ALAMINE, M.

1996, Tuareg, “Die blauen Ritter der Sahara”, Südwind, Magazin für Entwicklungspolitik, nr.

HAEKEL, J.

1956, Zum heutigen Forschungsstand der historischen Ethnologie, in Haekel, Hohenwart-Gerlachstein, Slawik (eds.), Die Wiener Schule der Völkerkunde - The Vienna School of Ethnology. Festschrift anläßlich des 25-jährigen Bestandes des Institutes für Völkerkunde der Universität Wien (1929-1954)), Horn - Wien, p. 17-90.

HEINE-GELDERN, R. von.

1923, III. Südostasien. 4. Fremde Kultureinflüsse. Die Hochkulturen. In Buschan, G. (ed.), Illustrierte Völkerkunde in zwei Bänden, Stuttgart, p. 948-968.

HENNINGER, J.

1981, Arabia Sacra. Aufsätze zur Religionsgeschichte Arabiens und seiner Randgebiete. Orbis Biblicus et Orientalis, 40, Freiburg.

HENNINGER, J.

1989, Arabia varia, Aufsätze zur Kulturgeschichte Arabiens und seiner Randgebiete. Orbis Biblicus et Orientalis, 90, Freiburg.

Notes

1 Je remercie Ralph Fichtner qui a bien voulu relire et corriger le texte et sa traduction, ainsi qu’André Gingrich de l’Institut d’anthropologie sociale à Vienne. Pour une présentation détaillée de la recherche anthropologique autrichienne sur le monde arabe et musulman, voir Gingrich et Haas, 1996.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable