Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Regards extérieurs, imagination de l'autre et identités

Les Touaregs des Français

Jean-Robert Henry

Texte intégral

1. Atlas de Gueudeville, début du XVIIIe siècle

  • 1 J.R. Henry, 1983, 1984, 1988.

1Cette brève contribution n’a qu’un caractère exploratoire et non systématique. Elle a pour point de départ trois études menées au milieu des années quatre-vingt sur la littérature de fiction française relative au désert. A partir d’un corpus de plusieurs centaines de romans, nous avions tenté d’analyser la place que tenait le désert dans l’imaginaire français, à travers notamment le personnage du “héros” saharien français et son incarnation du rapport civilisation/désert1.

2Toujours à partir de sources françaises, je voudrais ici m’intéresser à la construction – et à la déconstruction – du personnage du Touareg, qui est la figure la plus visible, comme héros ou anti-héros, posée en face de celle du saharien français, renvoyant au second plan tous les autres sahariens d’origine, sédentaires ou nomades, comme les Maures ou les Chaambas.

3La démarche se veut descriptive et chronologique. Il s’agit de repérer les grands moments de la construction de l’image(rie) des Touaregs, en essayant de montrer que :

  • le personnage du Touareg est sans cesse réinventé en fonction d’un face à face avec le “Saharien” français, et avec les attentes de la société française à l’égard du désert ;
  • cette reconstruction se prolonge jusqu’à nos jours, le rapport de notre imaginaire au désert et à ses hommes n’étant pas clôturé par la décolonisation.

4Pour ce premier repérage, nous n’introduirons pas de coupure entre les divers types de littératures : savante, de voyage ou de fiction. Chacune d’entre elles partage avec les autres de nombreuses intertextualités, qui ne sauraient cependant faire ignorer les décalages entre les faits, les récits et les romans. Deux exemples viennent immédiatement à l’esprit : d’une part, la fin dramatique de la mission Flatters, où les récits reconstitués des survivants ont beaucoup brodé sur ce qu’on ne savait pas, et où la fiction s’est emparée de cette incertitude pour exalter la dramatisation ; d’autre part, les faits d’armes du lieutenant Gardel, relatés très sobrement dans ses rapports, mais qui sont devenus homériques par leur passage au roman chez Joseph Peyré et Louis Gardel.

Le peuple inconnu

5Au début, les Touaregs ne sont connus que par une assonance approximative, un nom mystérieux porté par les habitants des terrae incognitae du centre de l’Afrique.

6Les cartes du xviiie siècle situent au centre du Sahara les Terga (“dont le pays est fort tempéré et produit beaucoup d’herbes”), ainsi que les Lemta ou Lumptunes (“une nation superbe et brutale”, “d’où sont sortis les Morabitins nommez Almoravides par les historiens” (ill. 1). Une carte de 1826 parle de Touaricks, et les situe de façon à peu près correcte, même si le centre du désert est complètement rétracté. Le même mot est utilisé par René Caillé, qui, à l’occasion de son voyage à Tombouctou en 1828, rapportera une des premières descriptions des Touaricks de cette région, “belliqueux mais cruels”, à l’expression “sauvage et barbare”, qui font peser sur les autres peuplades un “joug avilissant et ruineux”.

7Jusqu’au xixe siècle, la représentation iconographique des populations sahariennes, quand elle existe, laisse libre cours à l’imagination. En dessous des “habitants de Barbarie et des “peuples du Biledulgerid”, que les voyageurs connaissent suffisamment pour en donner des images fidèles, on évoque des “peuples du Sahara” confrontés aux bêtes féroces et vivant dans un décor imaginaire tiré tout droit d’Hérodote (ill. 2). On connaît davantage le bédouin d’Orient et son “chameau arabesque” (ill. 3).

La figure de l’étrange

8A partir de la conquête de l’Algérie, les Touaregs deviennent une réalité plus concrète pour les Français, même si les contacts restent indirects ou limités. Cependant la connaissance de cette réalité ne la désenchante pas, et les Touaregs vont incarner la “figure de l’étrangeté”, sur un double registre.

9D’une part, les Touaregs sont des indigènes atypiques à tous points de vue par rapport à la population que les Français côtoient en Afrique du Nord. Ils sont nomades, berbères, guerriers. Leurs mœurs sont spécifiques (un islam tiède qui n’a pas tué la coutume, un statut de la femme hors du commun). Ils jouissent d’une identité culturelle forte, portée par une langue orale et écrite. Leur costume aussi est étrange, ainsi que tout leur mode de vie, qualifié hier d’» exceptionnel” par Daumas, et encore aujourd’hui de “fascinant” par l’Encyclopedia Universalis.

2. In Mannesson-Mallet, Description de l’univers, 1683

3. Origine allemande inconnue, xviiie siècle

LE TOUAREG.
4. In Christian, L’Afrique française, 1846

10Mais d’autre part, les Touaregs apparaissent peut-être encore plus étranges par certaines ressemblances qu’ils offrent avec “nous” : moins par leur appartenance raciale, qui a fait gloser les anthropologues du siècle dernier, que par leurs formes d’organisation sociale (féodaux, serfs, esclaves), les Touaregs nous rappellent un temps révolu de notre propre histoire, celui de la chevalerie, qui n’a pas fini de fasciner les Occidentaux modernes. S’y ajoutent la forme et la nature des armes, et la fréquence des motifs d’art décoratif cruciformes. Déjà René Caillé notait, malgré son peu de complaisance pour les Touaricks, que leurs boucliers avaient la forme de ceux des anciens chevaliers...

11La première description plus détaillée des Touaregs du Hoggar est indirecte. C’est celle de Daumas dans Le grand désert (1848) qui emprunte la forme d’une fiction, pour faire dire à un Chaamba ce qu’il sait de ce peuple. En fait, ce sont les mêmes informations, indirectes et discutables, qu’a recueillies la Direction des affaires arabes, et qui figurent dans un autre ouvrage de Daumas, Etudes géographiques sur le Sahara algérien (1845).

12Le tableau des Touaregs est contrasté : beaucoup de jugements moraux dénoncent ces “pillards nomades”, ces “pirates” du désert, qui “ne vivent que du bien des autres”, ces “sauvages sans loi divine et sans lois humaines”. Mais les Touaregs sont aussi une “race vigoureuse, d’une énergie et d’une sobriété à toute épreuve”. Hommes de mauvaise parole, et féroces dans les combats, ce sont des guerriers “audacieux”.

5. “Touaregs”. Dessin de Hadamard d’après des photographies de M. le docteur Puig, in Duveyrier, Voyage dans le pays des Beni-Mzab, Le tour du monde, 1961, II, p. 185.

13Si leur costume est décrit comme original, l’iconographie contemporaine reste encore fantaisiste (ill. 4, 1846). Elle ne changera qu’avec les premières observations d’après nature.

14Henri Duveyrier fut un des premiers à séjourner longuement chez les Touaregs du nord, entre 1859 et 1861, à donner d’eux une appréciation largement positive, et à rapporter des images d’après nature (ill. 5) :

“Le peuple que les Arabes appellent Touareg, et qui, lui, se donne le nom d’Imohagh, ce peuple à la face voilée que son costume, sa langue et ses mœurs rendent un objet de curiosité pour les autres nations musulmanes, appartient à la race berbère, parente elle-même des anciens Egyptiens...”

15Décrivant les grandes castes de la société touarègue : nobles, serfs, esclaves, Duveyrier rend hommage au courage et aux manières des nobles, vante leur sens de l’honneur et de l’hospitalité ; il s’efforce de lever les accusations portées contre eux. Il observe avec sympathie la place originale que tiennent leurs femmes dans la société et le fonctionnement démocratique de celle-ci. C’est lui qui accentuera la référence au modèle chevaleresque :

  • 2 Le tour du monde, 1861, 2ème semestre, p. 192.

“Je ne pouvais m’empêcher d’admirer ces chevaliers des temps modernes, montés sur leurs dociles et légers dromadaires, marchant silencieux et immobiles sur leurs selles comme des fantômes2.”

16Ce regard compréhensif et informé d’un tout jeune explorateur ne suffit pas à transformer la perception dominante. Les Touaregs restent un peuple étrange, suscitant des sentiments mêlés d’attirance et de peur. Leur image est devenue plus familière au public depuis le développement de contacts avec l’Algérie colonisée, qui amènera même quelques individus jusqu’à Alger en 1880 (ill. 6). Mais leur espace demeure difficile à approcher et à “pénétrer”. On leur reproche de refuser ou de freiner par ruse la “pénétration saharienne”, acquise pour les Français au niveau des grandes puissances, et incarnée par le projet de chemin de fer transsaharien (1878).

17L’ambiguïté du rapport aux Touaregs est bien soulignée par l’ambiance de la première mission Flatters (1879-1880). Si ces nomades rappellent les “chevaliers errants du moyen âge”, leur aspect “n’est rien moins que rassurant” ; ils inspirent à tous un “respect mêlé de crainte” (ill. 7). Leur “mauvaise foi” et leur “cupidité” sont soulignées. Au total, la mission doit faire demi-tour, après une entrevue dont l’image traduit bien le rapport de forces ressenti par les Français (ill. 8).

6. Photo non datée (Alger), environ 1880

7. “Un Touareg sur son Mehari”, Voyage de la mission Flatters (première mission), Henri Brosselard, 1883

8. Voyage de la mission Flatters (première mission), Henri Brosselard, 1883

Une férocité à réduire

18L’échec et le massacre de la seconde mission transsaharienne Flatters en 1881 vont avoir un retentissement considérable, et durablement marquer l’imagerie française des Touaregs. Les circonstances du drame, ainsi que les conditions de la lente agonie des survivants vont accoler aux Touaregs une image de férocité et de traîtrise, qui ne fera plus place, comme à l’époque de Duveyrier, à une tentative de compréhension interne de cette société et de ses formes de résistance. Des dizaines de “récits” plus ou moins romancés vont entretenir le souvenir de cet épisode et de la “barbarie” touarègue bien après les faits, et même bien après la “pacification” de la région. Ce n’est que progressivement que le thème de la culpabilité des Touaregs cédera la place, dans les ouvrages de fiction, à celui du “suicide” de Flatters, de sa quête du danger.

19Pendant une vingtaine d’années, le Sahara fera figure d’espace impénétrable. Les tentatives individuelles seront vouées à des échecs (mort des missionnaires en 1886, puis du marquis de Mores en 1896) qui renforceront l’image de férocité des Touaregs. Ceux-ci deviennent le principal obstacle aux ambitions françaises, et la littérature qui leur est consacrée le reflète bien. Elle accentue la barbarie et la traîtrise de cet ennemi, et surévalue sa puissance. Toute escarmouche dans le désert devient une “victoire contre les Touaregs” (M. 9).

9. Supplément illustré du Petit Journal, 28 mars 1897

20Le rôle attribué à ces adversaires terrifiants justifie la mise en place d’un processus de “pacification” et de “pénétration” avec des moyens importants. En 1893, les Français occupent Tombouctou. En 1898-1899, la mission Foureau-Lamy traverse le Sahara jusqu’au Tchad, en résistant aux attaques des Touaregs. In Salah est occupée en 1899, et en 1902 a lieu le célèbre combat de Tit, qui oppose de part et d’autre des effectifs très limités, et s’achève par la victoire du lieutenant Cottenest. Les Touaregs laissent cent morts sur le terrain, ce qui pour eux est une saignée considérable et les conduit à accepter la “paix française”. En 1905, les premières traversées automobiles du Tanezrouft montrent que cette paix est bien réelle.

21Face au discours sur la sauvagerie des Touaregs, les voix discordantes sont rares. Henri Duveyrier proteste vainement contre l’image qui fait d’eux “une variété de bête fauve”, et demande à ce que l’on ne confonde pas leur “droiture” avec la “cruauté” et la “duplicité” des tribus arabes. Emile Masqueray, en 1890, parle également avec sympathie de ces nomades qui “ont réalisé l’idéal de la vie légère et rapide qui convient à leur ciel”. Revenant sur les thèmes qui lui sont chers, il voit dans les sociétés touarègues “des cristallisations sociales, et comme des échantillons d’un monde que nous avons oublié”, celui de “la Germanie de Tacite” et de “la Grèce homérique” :

22 “Ce sont bien des barbares, mais des barbares de notre race avec tous les instincts, toutes les passions, et toute l’intelligence de nos arrière-grands-pères. Leurs mœurs nomades sont celles des Gaulois qui ont pris Rome (...). Aussi rien n’est plus intéressant que de les questionner tant sur nous que sur eux-mêmes.” (M. 10).

  • 3 G. Donnet (le voyage date de 1894).

23La littérature scolaire ou didactique s’écarte elle aussi des excès de la littérature populaire, et s’efforce d’évoquer avec mesure la réalité touarègue, à mi-chemin des complaisances abusives et des calomnies. Parfois, un auteur se demande même s’il n’y a pas une part de légitimité dans l’action des Touaregs. Ainsi, Gaston Donnet, dans un ouvrage destiné à être distribué comme livre de prix, observe-t-il3 :

10. Photo prise en 1887 à Alger, illustrant l’article de E. Masqueray sur “Les Touaregs”, in L’Algérie artistique et pittoresque, Alger, Gervais, Courtellemont, 1890.

11. Le Petit Journal, 26 novembre 1905

“...franchement, devra-t-on s’étonner outre mesure que des peuplades aussi jalouses de leur indépendance nous traitent en ennemi ? L’occupation d’El Goléah, la création de postes fortifiés dans l’extrême sud algérien, et plus tard la prise de Tombouctou et de Bassikounou, expliquent amplement, sans les excuser, ces nombreux crimes.”

24Estimant que le Touareg tue parce que poussé par la misère et par le struggle for life, le même auteur considère toutefois que le prestige français dans le désert, amoindri aujourd’hui, ne se relèvera qu’en montant une véritable opération militaire.

25Les progrès de la “pacification française” du Sahara feront l’objet d’une médiatisation intense, sans commune mesure avec les moyens militaires réellement déployés. Les journaux populaires illustrés reproduisent à plaisir ces images de “soumission” des Touaregs (ill. 11), qui témoignent des victoires de la France, mais aussi de sa générosité et de sa capacité à apprivoiser ces féroces nomades dont on produit quelques spécimens à Paris (ill. 12). C’est ce thème de la soumission et de l’apprivoisement qui dominera jusqu’à la Première Guerre mondiale l’image des Touaregs, non sans parfois un retour à l’image de traîtrise, comme à l’occasion du retentissement donné à l’assassinat du Père de Foucauld.

12. “La caravane de Touareg au Vélodrome d’hiver”, in Le Petit Journal, 4 juin 1904

La figuttre romantique

26La figure romantique du Touareg est la plus connue, car elle a fourni la matière d’une énorme littérature romanesque après la Première Guerre mondiale. De Pierre Benoît à Roger Frison-Roche, le “roman saharien” devient au lendemain de la guerre —pour oublier l’horreur des tranchées ?— un genre prisé de la littérature française, plusieurs fois récompensé par des prix prestigieux. Si tous ces romans ne mettent pas en scène des Touaregs, à commencer par le plus célèbre et le plus achevé d’entre eux, L’escadron blanc, une majorité d’entre eux se déploie bien dans l’univers touareg, construisant un héros saharien à la mesure de la grandeur du héros français qui lui est confronté, chacun s’enrichissant de la dimension homérique de l’autre, dans un décor qui pousse tantôt au merveilleux comme dans L’Atlantide, tantôt au sublime.

27Plutôt négatifs jusque-là, les stéréotypes attribués aux Touaregs se changent en traits positifs. Courageux, ascétique, loyal, fidèle, parfaitement adapté au milieu naturel, le Touareg devient non sans ambiguïté l’accompagnateur, le guide, l’auxiliaire du Saharien français, son initiateur au désert. “Seigneur du désert”, “chevalier sans éperon”, il est le refuge vivant de valeurs archaïques, qui nous met en communication directe avec le passé, “notre” passé. A l’occasion, quand la fiction se libère du réalisme, il est le dernier témoin, le réceptacle fragile de civilisations disparues, chargé de nous transmettre un héritage, des Garamantes ou de Rome, qui n’attendait que notre visite avant de disparaître à jamais.

13. In L’illustration, 23 mai 1931

14. Ligne du Hoggar

28Cette thématique n’est pas propre à la littérature reconnue. La littérature populaire, aussi bien que la littérature pour enfants va exploiter à fond cette veine. Sur un mode plus discret, la littérature de voyage ou d’exploration y pousse aussi : entre le Frison-Roche qui conquiert les sommets du Hoggar et le romancier, l’espace de l’imaginaire est parfois très mouvant. L’anthropologie de vulgarisation n’échappe pas non plus à sa part de rêve : entre Antinéa, l’inconnue d’Abalessa, ou les poétesses des tentes, les figures de femmes touarègues finissent par se confondre. Quant au discours savant proprement dit, s’il reste plus autonome et réaliste, il est par définition un discours de compréhension d’une société, qui ne va pas à l’encontre de cette valorisation de l’image du Touareg.

  • 4 Peintre attitré des Touaregs, Emile Dubois sait suggérer par ses oeuvres des fantasmes différents  (...)

29Plus que tout autre, plus même parfois que le colonisateur, le Touareg sera donc, dans les années trente, le personnage emblématique de l’Empire colonial français, celui qu’on exhibe dans les expositions coloniales (ill. 13)4 ou sur les publicités touristiques (ill. 14).

D’une mort annoncée à l’éternel retour

30Ce romantisme survivra à la guerre, même si la planète du Petit prince n’a rien de commun avec la Montagne des écritures, mais il résistera moins bien à l’odeur de pétrole et à la décolonisation.

31Dans les années soixante et soixante-dix, se multiplient les titres de romans et d’essais annonçant la fin du mode de vie touareg ou son avilissement au contact de la modernité économique et politique. La famine qui sévit au Sahel fait même anticiper par beaucoup leur prochaine disparition physique. Mais, de dernier Touareg en dernier nomade ou en dernier rezzou, ce peuple n’en finit pas de mourir. La guerre du Sahara va faire l’effet dans ce contexte d’une divine surprise, même si elle ne concerne que les lointains cousins des Touaregs. Redonnant un avenir au désert (c’est le titre du roman de Le Clezio) et à l’aventure nomade, elle apparaît comme une revanche sur la modernité perverse des Etats, à laquelle plus d’un esprit bien-pensant est tenté de s’identifier.

32Mais là aussi, la mode passe et l’intérêt s’émousse à mesure que la guerre s’ensable. Le retour occidental au désert passe de moins en moins par la prise en considération du combat des nomades. Il reste obsessionnellement fixé sur nos propres attentes, qui continuent à faire du désert tantôt une terre d’évasion, tantôt un espace à conquérir. Dans les deux cas, le Touareg ne joue qu’un rôle accessoire.

33Dans la tentation exotique, il reste toujours posé comme un personnage archaïque, anti-moderne, authentifiant un décor de rêve, dont les beaux livres d’Alain Sèbe donnent la vision la plus achevée. Rehaussée par la technique photographique, l’image du désert devient presque à la limite une image de synthèse, celle d’une terre sans hommes, qui fait peu cas des Touaregs d’aujourd’hui, vivants ou mourants, pour devenir exclusivement un espace de déploiement de notre imaginaire. Même les ouvrages de vulgarisation sur le mode de vie touareg, pour adultes ou pour enfants, entretiennent davantage un souvenir qu’ils ne cherchent à témoigner d’une réalité actuelle.

34Une autre forme d’appropriation imaginaire du désert par l’Occident reste celle de l’espace vierge à conquérir, ou à traverser. On a beaucoup parlé ailleurs des fantasmes du Paris-Dakar. Ils montrent que la décolonisation a plutôt aggravé cette appropriation occidentale du désert, dans laquelle le Touareg n’est plus un obstacle à la “pénétration” transsaharienne. Il est seulement, à nouveau, l’accessoire du rêve occidental, un label authentifi-cateur du décor. Avant sa mort accidentelle, Mano Dayak, compagnon de route du fondateur du Paris-Dakar, s’était spécialisé dans cette diffusion sympathique mais occidento-centrée de l’image des Touaregs.

Remarques provisoires de conclusion

35Il est clair que l’image des Touaregs a beaucoup changé dans les représentations françaises. C’était une image presque entièrement à construire, puisqu’au début on ne connaissait d’eux qu’un nom, avec sa très forte charge de mystère, susceptible de s’ouvrir à une grande variété de représentations.

36Cette image a oscillé entre deux représentations extrêmes : la figure de “chevalier du désert”, incarnation des valeurs archaïques, et la figure du sauvage féroce et rapace. Deux images qui cohabitent dès le début, et qui sont troublantes, car elles articulent aussi deux projections de nous-mêmes, qui nous renvoient à notre passé et à nos pulsions.

37Indépendamment d’une connaissance objective du monde des Touaregs, l’équilibre entre ces deux pôles de représentations a beaucoup varié en fonction de nos propres attentes du désert, mais aussi en fonction de notre “possession du désert”. Le dernier Touareg, c’est aussi le dernier méhariste, le dernier convoi, la décolonisation, la fin du “Sahara français”.

38Cependant, si notre imaginaire touareg s’est révélé plus romantique qu’à propos de tout autre colonisé de l’ancien domaine français, cela tient aussi à deux facteurs qu’il ne faut pas négliger. L’un, relativement objectif, est l’incontestable particularité des Touaregs, soulignée déjà par Ibn Khaldoun, et qui les différencie de tous les autres habitants du nord de l’Afrique. L’autre, beaucoup plus subjectif, est la fascination qu’exercent sur les Européens des similitudes avec eux-mêmes qu’ils croient constater chez les Touaregs. Dans l’espace anti-civilisationnel et sauvage par excellence qu’est le désert, les Européens rencontrent des hommes qui semblent les derniers survivants de civilisations disparues, mais familières à notre culture : l’Egypte, Rome, voire les croisés. Au-delà d’un monde arabe hostile, les Européens caressent l’illusion de retrouver avec le désert des Touaregs un espace ami, quitte à attribuer aux Touaregs des origines mythiques qui n’ont rien à voir avec leurs propres mythes d’origine. La désillusion sera grande, ainsi que le malentendu : ce sont ces “chevaliers du désert”, porteurs de croix, qui frapperont Flatters (ill. 15). Après la pacification, et le besoin d’oublier les horreurs de la guerre européenne, le rêve reviendra plus fort que jamais, avec sa quête romantique des parentés. Mais au détriment, le plus souvent, d’une reconnaissance des Touaregs “pour eux-mêmes”.

15. In G. Fronval, Le drame du transsaharien, Paris, Ed. Tallandier, 1933

Bibliographie

Bibliographie

HENRY, J.-R.

1983, Le désert nécessaire, in Autrement : Désert, Paris, novembre 1984, Romans sahariens et imaginaire français, in Baduel, P. R. (éd.), Enjeux sahariens, Paris, Ed. du CNRS.

1988, Le désert dans l’imaginaire français, in Basfao, K. (éd.), Imaginaires de l’espace, espaces imaginaires, Casablanca, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines I.

Revue Le tour du monde, 1861, Paris.

DONNET, G.

1894, En Sahara. A travers le pays des maures nomades, Paris, E. Gaillard.

Notes

1 J.R. Henry, 1983, 1984, 1988.

2 Le tour du monde, 1861, 2ème semestre, p. 192.

3 G. Donnet (le voyage date de 1894).

4 Peintre attitré des Touaregs, Emile Dubois sait suggérer par ses oeuvres des fantasmes différents : la même peinture, à quelques détails près, illustre la couverture de L’agonie d’une mission (1938), et de L’appel du Hoggar (1936).

Table des illustrations

Légende 1. Atlas de Gueudeville, début du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende 2. In Mannesson-Mallet, Description de l’univers, 1683
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende 3. Origine allemande inconnue, xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende LE TOUAREG.4. In Christian, L’Afrique française, 1846
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende 5. “Touaregs”. Dessin de Hadamard d’après des photographies de M. le docteur Puig, in Duveyrier, Voyage dans le pays des Beni-Mzab, Le tour du monde, 1961, II, p. 185.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende 6. Photo non datée (Alger), environ 1880
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende 7. “Un Touareg sur son Mehari”, Voyage de la mission Flatters (première mission), Henri Brosselard, 1883
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 8. Voyage de la mission Flatters (première mission), Henri Brosselard, 1883
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende 9. Supplément illustré du Petit Journal, 28 mars 1897
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Légende 10. Photo prise en 1887 à Alger, illustrant l’article de E. Masqueray sur “Les Touaregs”, in L’Algérie artistique et pittoresque, Alger, Gervais, Courtellemont, 1890.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende 11. Le Petit Journal, 26 novembre 1905
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 12. “La caravane de Touareg au Vélodrome d’hiver”, in Le Petit Journal, 4 juin 1904
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende 13. In L’illustration, 23 mai 1931
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende 14. Ligne du Hoggar
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende 15. In G. Fronval, Le drame du transsaharien, Paris, Ed. Tallandier, 1933
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2862/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter