Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Gestions de l'invisible et identités

Regards chretiens et monde touareg

La société des missionnaires d’afrique

Karima Direche-Slimani

Texte intégral

  • 1 Périodique hebdomadaire, n° du 1er avril au 17 juin, paru sous le titre Voyage chez les Touaregs-A (...)
  • 2 Présenté par J. Lanfry dans le t. V, p. 133-201.

1L’objectif de cet article est la présentation d’un carnet de voyage, plus exactement d’une lettre-journal de soixante pages intitulée Voyage chez les Ajjers, mai-juillet 1880, rédigée par le père Richard et adressée à son supérieur, Monseigneur Lavigerie, archevêque d’Alger. Ce carnet a déjà fait l’objet de deux publications ; une première, en 1881, dans les Missions catholiques1, une seconde, en 1948, dans les Travaux de l’Institut de recherches sahariennes2.

2Des lectures multiples et à plusieurs niveaux s’imposent face à ce récit qui est à la fois récit de voyage avec une description ethnographique, géographique et géologique d’une précision remarquable (comme le xixe siècle colonial en a beaucoup produit), récit d’aventures émaillé d’anectodes, de suspens et d’humour (même si celui-ci n’est pas toujours volontaire) ou récit de l’Européen (missionnaire de surcroît) sur un espace et une société très peu connus et à découvrir. Le père Richard possédait de plus un réel talent d’écrivain : une écriture vive, alerte, une structure du récit intéressante, une observation détaillée. Tous les éléments réunis qui font d’un simple récit de voyage, un récit de qualité.

  • 3 Cité par le Père Cussac, 1940.

3Le regard du père Richard sur le monde saharien est celui de son époque ; un regard chargé d’à priori, de préjugés et filtré par la grille d’observation et d’analyse du xixe siècle colonial mais, en même temps, un regard avide de nouveauté, perplexe mais pas forcément méfiant devant l’étrangeté, laissant échapper parfois des lueurs d’admiration. C’est cette dualité (et non cette contradiction) qui est intéressante, dualité qui a existé chez tous les explorateurs-aventuriers mais qui est rendue plus intéressante par le message d’un apostolat chrétien qui se veut universel. L’évangélisation devient, de cette manière, le pendant religieux de la colonisation même si leurs liens ont toujours été conflictuels et houleux. L’ambiguïté de ces liens a été consacrée par la formule célèbre de Gambetta, président du Conseil, qui disait à Lavigerie (auquel il ne vouait pas une grande amitié) : “l’anticléricalisme, c’est pour la France, Monsieur, ce n’est pas un article d’exportation !”3.

La Société des missionnaires d’Afrique

Contexte historique et politique

4La fin des années 1870 et le début des années 1880 s’illustre par l’exploration du Sahara et plus généralement celle de tout l’espace intérieur de l’Afrique occidentale. C’est l’ère des explorateurs connus (Henri Duveyrier) et moins connus (Camille Douls, Oscar Lenz, Léopold Panet...), et des missions (mission Flatters, mission Tourneau-Duperré, mission Monteil, mission Foureau-Lamy), dont certaines ne sont jamais arrivées à terme. C’est une situation politique confuse où les aires d’influence coloniale ne sont pas encore délimitées ; il faudra attendre l’extrême fin du xixe siècle et les premières années du xxe siècle pour que la France établisse sa domination assurée avec la répression sanglante des révoltes touarègues. En 1880, le Sahara est donc loin d’être “pacifié” et on ne parle pas encore de colonisation mais cela n’empêche pas un immense intérêt de la part des Européens et la naissance de projets grandioses. Pour la France, la pénétration saharienne constitue le moyen de revitaliser le sentiment national brisé par la défaite de 1870 contre l’Allemagne. Pour une France traumatisée par la défaite et par la perte de l’Alsace-Lorraine, l’expansion coloniale en Afrique saharienne contribue à créer un espace de réconciliation nationale, de grandeur retrouvée de la patrie, l’espace de toutes les possibilités et des projets les plus audacieux. Ainsi s’élabore le projet ferroviaire du Transsaharien qui relierait Alger à Tombouctou (sur le modèle encourageant des Etats-Unis qui avaient réalisé en 1869 la première liaison Atlantique-Pacifique). Le fait que l’ensemble des territoires sahariens n’ait été ni vraiment exploré ni conquis et surtout la grande révolte des tribus des Ouled Cheikh du nord du Sahara en 1864 ne semblent pas effrayer les quelques hommes qui se sont aventurés dans cet espace encore inconnu (c’est toujours et encore l’ère de l’aventure et des aventuriers).

5C’est dans ce cadre peu encourageant et guère favorable que Lavigerie, archevêque d’Alger, fonde la mission du Sahara en 1874 dont le but premier était d’atteindre Tombouctou et le Soudan. Le Sahara, ou les territoires du Sud, comme on les désignait à l’époque, était la porte ouverte à une action beaucoup plus large d’évangélisation de l’Afrique noire et il était donc nécessaire d’établir des postes qui seraient des points de départ des opérations missionnaires : Ghardaïa, Djelfa, El-Goléa, Ouargla, Touggourt, Ain Sefra avec la tentative de pénétration du Grand Erg oriental. L’installation au Sahara était surtout pour Lavigerie l’occasion de donner un coup d’envoi à sa grande campagne anti-esclavagiste (qu’il mènera jusqu’à sa mort) et de répondre ainsi aux attaques anti-cléricales virulentes dans la France de la IIIème République contre le clergé catholique considéré comme rétrograde et réfractaire à tout progrès.

6Berbérophile acharné, Lavigerie a tenté d’appliquer aux Touaregs le mythe berbère (tel qu’il était en train de l’expérimenter en Kabylie) qui voulait que les Touaregs ne pratiquent la religion musulmane que tièdement et ne demandent qu’à retrouver leur religion originelle (le christianisme) ; les Touaregs représentaient à ses yeux l’élément d’intégration et de réussite de la religion chrétienne en pays hostile et ne demandaient donc qu’à participer à la rénovation de l’Eglise d’Afrique dans toute sa grandeur, telle qu’elle existait à l’époque de Saint-Augustin.

Le personnage du père Richard

7Le père Richard avait 34 ans en 1880. Robuste, jeune, d’une grande vitalité, saharien convaincu, il avait déjà parcouru tout le Sahara pacifié, parlait couramment l’arabe et apprenait la langue touarègue. Il se distinguait certainement du profil classique du missionnaire par son caractère dynamique et audacieux et s’était déjà fait vertement réprimandé par ses supérieurs pour des initiatives jugées trop hasardeuses (mais en même temps il faisait souvent preuve d’humilité). Tout comme Lavigerie, il était convaincu que le Sahara était la porte ouverte à de nombreuses conversions et pratiquait un activisme missionnaire sans relâche. Mais en même temps, il était capable d’une grande finesse dans sa manière d’aborder le Sahara et dans ses relations avec les Touaregs. Le Sahara et le peuple touareg exerçaient sur lui une réelle fascination mais avec les préjugés de son époque : les jugements caricaturaux et les certitudes inébranlables de “l’homme civilisé” sur une société considérée comme primitive et barbare.

8Tout au long du récit, il oscille constamment entre une vision conciliante et accommodante des Touaregs (comme il aimerait les voir) et une vision plus distante et inquiète (car il prend conscience parfois que les choses ne sont pas aussi simples qu’elles ne le paraissent) ; mais toujours dans une bonne humeur et un optimisme certain.

Aller toujours plus loin dans le Sahara

L’espace étudié

9En 1878, une expédition missionnaire qui avait tenté de rejoindre Tombouctou avait été massacrée entre El-Goléa et In-Salah et cette route avait été fermée provisoirement pour des raisons de sécurité. Lavigerie envisagea donc un autre itinéraire : Tripoli, Ghadamès (oasis lybienne) et Rhat (oasis, au nord-est de l’actuelle ville de Djanet). Ainsi, le Tassili des Ajjers (en plein territoire touareg) sera exploré en 56 jours. Le carnet de voyage couvre la période du 21 mai au 16 juillet 1880.

Les motivations du voyage

10Il s’agit avant tout d’un voyage de reconnaissance où l’on doit baliser l’espace, établir des relations privilégiées avec les tribus touarègues considérées comme des intermédiaires privilégiés, réunir les éléments les plus favorables et nouer des amitiés qui permettraient une installation aisée des missionnaires dans des postes avancés. Le but ultime de cette expédition était de fonder un poste missionnaire dans l’oasis de Ghat et d’installer une petite communauté d’enfants esclaves rachetés par la Mission et éduqués dans la foi chrétienne (Slimani-Direche, 1987). Il part en compagnie d’un autre missionnaire, le père Kermabon, avec deux Touaregs de la tribu des Ifour’as, un chaambi de Ouargla et cinq chameaux.

L’itinéraire parcouru et les rencontres

11Le père Richard avait longuement étudié le parcours de Duveyrier mais il n’emprunte pas son itinéraire. Fidèle à son esprit aventureux, il préfère, avec ses guides, emprunter une route qui n’avait été explorée par aucun Européen.

12Sur sa route, il fera des rencontres : la première tribu croisée sera celle des Imenr’assaten qui avait une sérieuse réputation d’hommes farouches et difficiles à aborder. Ils seront parfaitement reçus par leur chef Fénaït auquel ils remettent les lettres d’introduction que le consul de France à Tripoli avait réussi à obtenir de Cheikh Tijani (chef de la zaouia de la Tijania). Le père Richard avait su jouer des relations de la Mission et ne s’était pas lancé au hasard. Ils auront même l’opportunité d’avoir des relations avec le chef de la confédération des Ajjers, Ikhenoukhen. Ils auront également l’occasion de séjourner dans la tribu des Ifour’as et dans celle des Our’aren.

13Ces rencontres successives sont à chaque fois l’occasion d’une peinture de caractères, d’une description détaillée de situations, des mœurs et du milieu...

Les Touaregs, alliés ou adversaires ? Entre fascination et inquiétude

14Les représentations du monde saharien du père Richard ne se distinguent pas des représentations classiques coloniales de l’époque. Sa vision des Touaregs ne se différencie pas vraiment de l’imagerie véhiculée par ses contemporains : inquiétants, pillards, désunis, sans parole...

15A noter, la quasi-absence de connaissance des structures politiques des Touaregs et des équilibres politiques. Il se situe tout à fait dans la représentation historique coloniale de l’époque : l’impossibilité et l’incapacité des Touaregs à s’unir et à oublier leurs conflits internes (assimilés à des pillards rebelles mus uniquement par des intérêts personnels), individus sans histoire, sans organisation politique au-delà de celle de la tribu. Ceci explique certainement l’inconscience qui caractérise la deuxième expédition de 1881 qui se terminera dans la tragédie par l’assassinat des pères Richard, Morat et Pouplard le 20 décembre dans le Grand Erg sur la route de Ghat (alors que les autorités militaires chargées de la pacification avaient interdit vigoureusement toute tentative de pénétration du Grand Erg, la mission Flatters ayant été massacrée en février 1881). Les attestations de décharge des trois missionnaires pour pouvoir circuler plus librement, retrouvées dans les archives de la maison-mère à Rome, ôtaient ainsi la responsabilité des autorités militaires avec une naïveté confiante. Ils étaient convaincus qu’ils n’avaient rien à craindre et qu’ils pouvaient circuler en toute sécurité.

16La structure du récit est rythmée par un constant mouvement de balancier entre admiration et méfiance, fascination et répulsion.

Admiration

17L’admiration se manifeste par exemple à propos des Ifour’as et de leur sobriété : “Il n’est pas rare de voir des Touaregs rester deux ou trois jours sans manger, se contentant d’un peu d’eau et d’un cran de plus à leur ceinture”, sobriété que le père Richard relie immédiatement à celle de la foi chrétienne :

“La consigne au Sahara est de n’être pas difficile. Cette consigne du reste est tout à fait chrétienne et des cœurs de missionnaires doivent s’estimer heureux d’avoir ainsi de temps en temps de bonnes mortifications à offrir à Jésus-Christ, leur divin maître.”

Méfiance

18Par contre, la méfiance reste présente. Ainsi, chez les Imenr’assaten :

“Les Touaregs viennent alors nous visiter tous vêtus de ce qu’ils ont de mieux et en armes : épées lance et poignard de bras. Ce ne sont point les salutations longues et bruyantes des Arabes, non. Tout est froid, laconique et dit de la plus grosse voix possible. Ni enthousiasme chez le visiteur, ni de quoi en faire naître chez celui qui reçoit la visite.”

Curiosité intéressée

19Une autre remarque concerne la curiosité intéressée, chez les Ifour’as,

“il n’est pas jusqu’à la rebaza (imzad), sorte de violon à une corde, que celles-ci (femmes du camp) n’aient apporté avec elles, pour nous donner une idée de leur talent musical. Rien de bien merveilleux assurément comme harmonie ; mais ces violonistes font preuve du moins de beaucoup d’oreille et d’une assez grande dextérité.”

Confiance

20A propos de la confiance :

“Assurément, nos Touaregs n’ont pas l’intention de nous faire périr en route ; ils nous sont assez dévoués. (...) Nous nous sommes présentés avec notre faiblesse et notre pauvreté, et nous avons été admis. Point de bruit de guerre au sujet de notre passage. Pas la moindre émotion, le moindre trouble au sujet de l’invasion de ces deux voyageurs français ! Oui, c’est bien le bras du bon Dieu qui a fait notre force, et qui a donné une nouvelle preuve de son assiduité à soutenir notre mission naissante.”

La référence au moyen-âge et à la féodalité

21Le moyen-âge est le repère historique classique commun à toutes les descriptions des officiers et des explorateurs du Sahara. La référence à la féodalité revient très souvent ; elle permet de donner un visage familier à un monde inconnu et de le définir :

“(...) Il tient à briller par ses bonnes manières devant les dames, à recevoir leurs félicitations pour s’être bien battu, à leur plaire en un mot, par sa bravoure et sa dextérité ; tout autant de sentiments qui nous reportent au moyen-âge, ou du moins nous le rappellent un peu.”

Regard touareg sur les missionnaires

22Le père Richard rapporte quelques éléments d’une conversation avec des Imenr’assaten :

“(...) Vous, Français, vous vous faites l’illusion en croyant que les Touaregs sont vos plus redoutables ennemis et vous les craignez trop. Sans doute parmi nous, comme partout ailleurs, il y en a qui ne rêvent que meurtres et pillages ; mais ceux-là sont nos ennemis comme les vôtres ; et ce n’est pas à de telles gens qu’il faut se confier. (...) mais n’oubliez pas que ceux qui ne veulent pas vous voir vous mêler à nous sont à Ghadamès. Ces négociants craignent pour leur commerce ; et vous aurez beau leur dire que vous ne faites pas du commerce, ils se défieront toujours de vous et chercheront par tous les moyens possibles de vous éloigner de nous.”

23Ces propos se sont adaptés à la vision des missionnaires ; le père Richard ne perçoit que ce que les autres sont en mesure de lui montrer et n’entend que ce que les autres veulent bien lui dire. Cette méconnaissance, cette approche pelliculaire feront précipiter l’aventure dans la tragédie. Malgré son pragmatisme, son manque total d’angélisme, il ne perçoit que les réalités les plus élémentaires. Ce qui expliquera sa confiance totale lorsqu’il entreprendra le second voyage avec ses deux autres compagnons. Il s’agit de plaquer sur un espace et des sociétés une idéologie qui se veut irréfutable et de vouloir faire appliquer une greffe à tout prix. Les Touaregs sont perçus uniquement comme les habitants d’un espace à normaliser, à “humaniser” et non comme un groupe historique avec son épaisseur sociale et politique et son opacité, cécité mentale coloniale qui est à l’origine du drame des tribus touarègues, relayée par celle des Etats-Nations.

24Le père Richard s’inscrit dans cette logique coloniale ; il est à sa manière l’un des figurants (sinon l’acteur inconscient) de ce drame et apporte sa pierre à l’édifice. Et ce carnet de voyage si vif, si curieux de l’espace et des hommes qu’il découvre, est une preuve magistrale de cette vision simpliste et réductrice du monde si normalisée dans le contexte colonial. En cela, il n’est pas daté, il n’est pas démodé ; car il nous renvoie à nous-même, face à l’identité de l’autre comme source d’altérité.

Bibliographie

Bibliographie

CUSSAC, Père

1940, Un géant de l’apostolat, le cardinal Lavigerie, Paris, Librairie missionnaire.

DIRECHE-SLIMANI, K.

1987, Une action missionnaire en Algérie (Kabylie-Sahara) et en Tunisie pendant la période coloniale (1873-1950), DEA d’histoire, Université de Provence.

LANFRY, J.

1948, Voyage chez les Ajjers, mai-juillet 1880, Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, t. V.

de MONTCLOS, X.

1975, Lavigerie, le christianisme et la civilisation, Approche historique d’une idéologie (xviie au xxe siècle), in Civilisation chrétienne, Paris.

RENAULT, F.

1992, Le Cardinal Lavigerie, 1825-1892, in L’Eglise, l’Afrique et la France, Paris, Fayard.

Notes

1 Périodique hebdomadaire, n° du 1er avril au 17 juin, paru sous le titre Voyage chez les Touaregs-Azguer dans le Sahara par le R.P. Richard, missionnaire d’Alger.

2 Présenté par J. Lanfry dans le t. V, p. 133-201.

3 Cité par le Père Cussac, 1940.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter