Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Rapports socio-politiques et identités

Les Nouaji, “Touaregs” du Tafilalet marocain

Anna Maria Di Tolla

Texte intégral

1Le Tafilalet est un des plus importants remparts berbère et berbérophone de la région présaharienne du sud-est du Maroc. L’uniformité relative qui caractérise la vie humaine dans le Tafilalet résulte du mélange de familles et de tribus d’origines diverses, de plusieurs accrochages entre “envahisseurs” et autochtones, de l’opposition des sédentaires des plaines et des montagnes et des nomades venus du désert par le Haut-Atlas et l’Anti-Atlas, la voie des oasis du Drâa et de la Daoura ou les routes du Touat.

Les composantes de la population du Tafilalet

2Les groupes sociaux actuels de la population du Tafilalet sont essentiellement :

  1. les Berbères, autochtones du Tafilalet et descendants des deux grandes confédérations berbères médiévales des Zenata et des Sanhajia. Actuellement les Berbères du Tafilalet sont représentés par deux grandes tribus :
    • les Aït Yafelmann auxquels appartiennent les Aït Izdeg, les Ait Mergad, etc. ;
    • les Ait Atta d’où les Ait Khebbach sont issus pour la plupart. Les Ait Atta, qui nomadisent aujourd’hui entre le Haut Dra’, l’Atlas, le Tafilalet et le désert, sont en partie composés de Sanhajia voilés (de Messoufa en particulier). On sait en outre que Moulay ‘Ali, l’ancêtre de la dynastie alaouite au Maroc épousa vers le xve siècle une descendante des Almoravides établie à Sijilmasa (La Chapelle (de), 1930 : 66, note 6). La ville historique de Sijilmassa, au cœur des palmeraies de la région, était un important centre de commerce du Maroc saharien aux xie et xiie siècles au temps des Berbères sahariens qui sont connus sous le nom d’Almoravides. Aujourd’hui, le Tafilalet est une région active, même si Sijilmassa a disparu. Le déclin de Sijilmassa n’a pas marqué la fin du commerce du Tafilalet, puisque dans le voisinage immédiat des ruines de la cité, la ville de Rissani et le centre commercial d’Abou Am ont hérité de la tradition de Sijilmassa (Meunié D. Jacques, 1982) ;
  2. les Africains, d’origine subsaharienne, immigrés au Tafilalet à une époque imprécise, ou importés comme esclaves à travers les voies carava-nières transsahariennes ;
  3. les Arabes, ou bien les Chorfa et les Dowi Mnia (les premiers se disent venir d’Arabie et descendants du prophète Mohamed ; ils se seraient installés dans le Tafilalet autour de la deuxième moitié du xiiie siècle (Chorfa Saadiens et Alaouites), en particulier dans les ksours Ahnuss, al-Mrani, Ouled al-Halim, etc. ; les autres, les Dowi Mnia, nomades et guides de caravanes, se sont installés à une époque récente, surtout dans le district du Ghorfa, où ils sont propriétaires fonciers ;
  4. les Harratines sont la population qui résulte d’un brassage entre populations de l’Afrique sub-saharienne et du monde arabo-berbère. D’origine incertaine, les Harratines sont, très probablement, les descendants des anciennes populations du Maghreb, Numides et Ethiopiens. Ils s’occupent des travaux de champs (hamassa) chez les propriétaires fonciers.

3A ces groupes principaux, s’ajoutent les Nouaji, la plupart nomades du Drâa installés récemment dans la région du Tafilalet, après les graves problèmes de sécheresse qui ont touché le Sahara depuis les années soixante-dix. Certains travaillent au Bureau militaire de Rissani ou dans les mines de plomb à Taouz. Quelques familles sont contraintes de vivre aux marges de la société du Tafilalet, travaillant dans les champs des propriétaires fonciers de la région et d’autres encore ont combattu et sont morts pour le Front Polisario.

L’assimilation des Nouaji aux “Touaregs”

4Pendant un séjour d’étude au Tafilalet dans les années quatre-vingt-douze/quatre-vingt-treize, nous avons remarqué que le groupe des Nouaji se dit appartenir aux Touaregs. C’est ainsi également que les désignent les Berbères et les Arabes de la région. Malheureusement, nous n’avons pas suffisamment d’informations pour décrire les traits réels de cette appartenance, soit dans leur langage, leur habitudes, leur mœurs, leur statut social. Ces traits, d’ordre linguistique, mythique ou sociologique, vont, il est vrai, en s’effritant peu à peu, plus ou moins rapidement, dans un pays qui a fini par acquérir, après de longues luttes internes, une unité de langue, de croyances et de culture. Nous chercherons ici à indiquer quelques phases des mouvements des Nouaji selon des informations historiques et quelques données recueillies sur le terrain.

5Les Nouaji appartiennent à la tribu saharienne des Arib (La Chapelle (de), 1931 ; Lefébure, 1986 : 139), confédération arabe d’origine Beni-Hassan et donc appartenant aux Maâqil que l’on dit arrivés d’Orient dans le Zab avec la grande invasion du xie siècle (La Chapelle (de), 1931 : 445). Du Zab au xiie siècle, certains passèrent dans la Basse Saoura et au Touat. Vers le Ktawa, le Nord de l’Iguidi est appelé la “terre des Arib”, où ils auraient planté des palmeraies, construit des puits dans l’Erg Chech et commandé la route du Touat à Taoudenni. A travers leurs relations commerciales, certains poussèrent jusqu’au Soudan ; d’autres revinrent vers l’Algérie ; la plupart remontèrent vers le Drâa où ils s’installèrent au xive siècle. Selon Ibn Khaldoun (1925 : 115-116), “au xive siècle les Maâqil forment une des plus grandes tribus arabes de la Mauritanie occidentale et habitent les déserts du Maghreb-al-Aksa. Les Beni Hassan possèdent les contrées situées dans le Sous al-Aksa et des pays voisins, le besoin de trouver des pâturages suffisants pour leurs troupeaux les oblige à parcourir le désert, jusqu’aux lieux qu’habitent les tribus de porteurs du litham, telles que les Goddala, les Messoufa et les Lemtouna”.

  • 1 Les Arabes qui subsistent dans le Drâa n’y jouent plus aucun rôle politique. Ils sont inféodés aux (...)

6Au xviie siècle, à cause de dissensions avec les Aït Atta1, ils se dispersèrent dans le désert jusqu’à Tindouf. Au cours de ces multiples déplacements, se sont agglomérés à eux des “Maures” (terme utilisé en français pour désigner les habitants hassanophones de l’ouest saharien, Caratini, 1989 : 20), Arabes ou Berbères. Leur retour dans le Drâa remonte probablement au xviiie siècle, lorsque Caillé les a rencontrés dans les territoires du Drâa : “les Arib sont tributaires de l’empire du Maroc” (1965, I : 36-40) et apparaissant entièrement nomades, vivant de caravanes vers le Soudan. Ils n’allaient alors au Drâa que sous l’escorte des Ait Atta, auxquels ils payaient des redevances, et ils étaient vêtus “comme ceux des bords du Sénégal, excepté qu’ils mettent par-dessus leur coussabs, une couverture de laine fabriquée dans le pays d’el Drah ou de Tafilalet” (ibidem). Les gens de Rissani distinguent les femmes Nouaji par la couleur vive du voile (guna) qu’elles portent sur le costume nommé melhefa. Ibn Battu ta mentionne le sultan de Takadda, un berbère nommé Izar qui portait une grande pièce d’étoffe (malhaf) (Cuoq, 1975 : 320). Le terme melhefa ou melhafa dérive probablement de malf - milaff comme l’ont dit Levtzion et Hopkins (1986 : 480) : “a Nord African word for a fine woollen cloth, possibly named after the city of Amalfi. Milaff is a learned vocalization assimilating the word to the root LFF, ‘wrap’”.

7Les Arib fréquentaient le Tafilalet, où les négociants leur donnaient des chargements à transporter sur leurs chameaux. Ils venaient échanger des chameaux, moutons, chèvres, peaux, contre des dattes, du sucre, du thé, des céréales. Du Soudan, ils revenaient avec des esclaves, des chameaux. Au début du xixe siècle, depuis leur soumission à Tabelbala, ce trafic s’est restreint avec le Tafilalet (La Chapelle (de), 1931 : 449). Un acte passé en 1880 entre un Arib (de la tribu de Gouacem) et un commerçant du Touat pour un transport de tabac vers Arouan et le Soudan est cité par Martin (1923 : 150).

8Les Nouaji forment la fraction la plus importante et la plus riche de la tribu et sont liés au Tafilalet car leur ancêtre éponyme Sidi Naggi était un disciple du saint Sidi el Ghazi du Tafilalet (La Chapelle (de), 1931 : 445).

  • 2 Ils sont arabophones, beaucoup connaissent le berbère des Ait Khebbach appris au cours de leur con (...)
  • 3 Les Tekna sont classés, en pays maure, hassan. Ils correspondraient aux Berbères Guezzoula et conq (...)
  • 4 C’est la dbiha (de l’arabe dabaha, “égorger”) qui permet aux Rgaybat de sortir de leur territoire (...)

9Au début du xixe siècle et il y a encore quelques décennies, les Nouaji qui aujourd’hui habitent les qsurs de Rissani et du Tafilalet, étaient semi-nomades et gravitaient autour de l’oued Drâa. Leurs campements se déplaçaient dans une aire de parcours déterminée suivant l’état des pâturages et les marchés. A l’ouest du Tafilalet, ils fréquentaient les régions de la Daoura jusqu’au Maider et aux Kem-Kem2. Ils fréquentaient sûrement les pistes transsahariennes (Ross, 1971 : 271-304) lesquelles reliaient Abou ‘Am au Soudan au xxe siècle (La Chapelle (de), 1931 : 444 ; renseignements recueillis également chez les Nouaji de Rissani pendant une enquête en 1992). La première passait à travers la Basse Vallée du Drâa par Tazarine, Tarhbalt, Tagounite jusqu’à Zagora et Tata ou Aqqa. De là une route tournait vers le Tindouf pour traverser le désert par Taoudenni (où se trouvait la mine de sel), Arouan et Timbuctu (aux mains des Touaregs depuis 1737, cf Caratini, II : 66) ; l’autre partait de Aqqa pour Guelmime, Tiznit jusqu’au marché d’Agadir. La deuxième piste allait aussi du Tafilalet à la vallée du Drâa, mais à travers le Ktawa, la terre d’Arib jusqu’à Taoudenni. Pendant ces déplacements, les Nouaji avaient des relations avec les nomades sahariens : Berabich, Ouled Bou Sbaa, Kounta, Tekna3 et surtout avec les Rgaybat avec qui ils avaient des relations de protection et/ou d’alliance4.

10En conclusion, les Nouaji ont cherché à s’intégrer dans une société marquée par des rapports de tension qui ont conduit à des jeux d’alliances et de conflits, à la recherche d’un équilibre sur le territoire pour la distribution des ressources. Leur cas est intéressant pour comprendre en profondeur la raison (ou les raisons) pour laquelle ils se disent et sont dits “Touaregs”.

Bibliographie

Bibliographie

CAILLE, René

1965, Journal d’un voyage à Tombouctou et à Jenné dans l’Afrique centrale, t. III, Ed. Anthropos, Paris.

CARATINI, S.

1989, Les Rgaybât (1610-1934), t. 1 et 2, Paris, L’Harmattan.

CUOQ, J.M. 1993, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale au VIIIe et au xvie siècle, Paris, CNRS.

GAUDIO, A.

1993, Les populations du Sahara occidental, Paris, Karthala.

IBN KHALDOUN

1925, Histoire des Berbères, Paris, Geuthner.

LA CHAPELLE, F. (de)

1930, Esquisse d’une histoire au Sahara occidental, in Hespéris, XI, Paris, Larose, fasc. 1-2, p. 35-95.

1931, Extrait de l’étude du Lieutenant de La Chapelle sur le Sahara occidental (1929), d’après ses notes prises à Tabelbala, in Bulletin du Comité de l’Afrique française, p. 444- 455.

LEFEBURE, C.

1986, Aït Khebbach, impasse Sud-Est. L’involution d’une tribu marocaine exclue du Sahara, in ROMM, p. 41-42, p. 137-157.

LEVTZION N, HOPKINS, J.F.P.

1986, Corpus of early arable sources for West African History, Cambridge, Cambridge Univ. Press.

MARTIN, A.G.P.

1923, Quatre siècles d’histoire marocaine : au Sahara de 1504 à 1902, au Maroc de 1894 à 1912, Paris, Librairie Alcan.

MEUNIE, D. J.

1982, Le Maroc saharien des origines à 1970, Paris, Librairie Klincksieck, 2 vol.

ROSS, E. DUNN

1971, The trade of Tafilalt : commercial change in Southeast Morocco on the eve of the Protectorate, in African Historical Studies, XV, p. 271-304.

SPILLMANN, G.

1931, Villes et tribus du Maroc, vol. IX : Tribus berbères, t. II. (Districts et tribus de la Haute vallée du Draa), Paris, Champion.

Notes

1 Les Arabes qui subsistent dans le Drâa n’y jouent plus aucun rôle politique. Ils sont inféodés aux Ait Atta qui forment la caste dirigeante (Spillmann, 1931, p. 95).

2 Ils sont arabophones, beaucoup connaissent le berbère des Ait Khebbach appris au cours de leur contact fréquent, La Chapelle (de), 1931, p. 444.

3 Les Tekna sont classés, en pays maure, hassan. Ils correspondraient aux Berbères Guezzoula et conquérants Maâqil Dowi Hassan (Caratini, I, p. 52).

4 C’est la dbiha (de l’arabe dabaha, “égorger”) qui permet aux Rgaybat de sortir de leur territoire en toute sécurité et elle peut être acquise par le sacrifice rituel d’un mouton devant la tente d’un personnage influent dont on sollicite la protection et/ou l’alliance (Caratini, I, p. 65).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable