Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Rapports socio-politiques et identités

Les relations touaregs/sédentaires à travers le regard du colonisateur français

Afrique occidentale française, fin du XIXe-années vingt

Florence Camel

Texte intégral

  • 1 Je pense essentiellement à J. P. Olivier de Sardan, E. Bernus, H. Claudot-Hawad, J. Gallais, dont l (...)

1La discordance constatée entre le discours du colonisateur français au début de la pénétration coloniale dans la zone qui devait devenir l’Afrique occidentale française (AOF) et celui d’ethnologues ou de géographes à une période plus récente1 sur la nature des relations Touaregs-sédentaires amène à s’interroger sur l’élaboration de l’imagerie coloniale dans ce domaine. La vision développée à la fin du xixe siècle tend à opposer radicalement deux modes de vie, deux économies, voire deux classes sociales : des nomades pasteurs subsistant grâce à leur élevage et asservissant des sédentaires agriculteurs devant leur fournir de gré ou de force les autres denrées nécessaires (céréales, étoffes,...). Or, cette vision manichéenne opposant les Touaregs prédateurs et esclavagistes aux sédentaires laborieux et pressurés (en l’occurrence, essentiellement les Songhays et les Hausas) ne fut pas sans conséquence sur la politique mise en place par le colonisateur à l’égard des Touaregs en AOF.

  • 2 J. Gallais, 1975, 189, tableau 42.

2Étudier les relations Touaregs-sédentaires suppose que l’on s’interroge sur la pertinence de la distinction nomades-sédentaires et pasteurs-agriculteurs. En effet, on tend classiquement à associer nomades et pasteurs d’un côté, sédentaires et agriculteurs de l’autre alors que de nombreuses nuances ont été apportées à ces deux notions par des études récentes. Les recherches de J. Gallais ont montré par exemple, la variété des modes de vie des habitants du Gourma (intérieur de la boucle du Niger, actuel Mali) en fonction d’une double échelle combinant le degré de mobilité (qui permet de distinguer nomades, petits nomades, partiellement sédentaires et sédentaires) et le degré de pastoralisme (qui définit pasteurs, éleveurs, éleveurs-cultivateurs et cultivateurs) ; en croisant les deux données, on peut distinguer des nomades pasteurs, des petits nomades pasteurs, des pasteurs partiellement sédentaires, mais aussi des sédentaires éleveurs, des sédentaires éleveurs-cultivateurs, etc2. L’exemple du Gourma met en évidence la variété et la complexité des situations existantes, alors que notre étude se propose de montrer que la vision dégagée par les premiers colonisateurs français caricaturait à l’extrême les deux systèmes socio-économiques ; le nomade était généralement défini comme un éleveur contraint de se déplacer pour assurer la subsistance de son troupeau, le sédentaire comme un cultivateur qui vivait sur le champs qu’il mettait en valeur. Dans cette conception, les deux systèmes socio-économiques étaient également opposés de façon trop radicalement manichéenne, les sédentaires étant globalement considérés comme les esclaves des Touaregs.

3Les limites chronologiques de cette étude sont justifiées d’une part par les débuts de la pénétration coloniale dans l’ancienne AOF (fin du xixe siècle) et d’autre part par les lendemains des révoltes touarègues de 1915-1918 (soit les années vingt), qui ont secoué successivement le Gourma, la région Iwellemeden, et l’Air. Ces soulèvements ont, en effet, fait apparaître les relations Touaregs-sédentaires aux yeux du colonisateur français sous un jour nouveau ; alors que depuis le début de l’occupation française, on s’obstinait à ne voir dans ces relations que des rapports de dominants à dominés et des rapports de prédation, des signes manifestes de solidarité entre les deux groupes ont été perçus et sont attestés par les archives coloniales.

Quelques éléments de réflexion sur la nature des relations Touaregs-sédentaires

4Une réflexion sommaire sur la nature des relations entre Touaregs et sédentaires menée à l’aide des travaux de J. Gallais, d’E. Bernus, de J.-P. Olivier de Sardan, et d’H. Claudot-Hawad nous semble nécessaire afin de mettre en place le cadre existant et de le comparer à celui dressé par les Français à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Nous retiendrons deux éléments principaux permettant de définir ces relations dans tout ce qu’elles ont de complexe et d’ambivalent : les rapports de domination des Touaregs sur les sédentaires (qui avaient retenu toute l’attention du colonisateur) mais aussi la complémentarité économique et culturelle réciproque d’un groupe par rapport à l’autre.

5Les rapports de domination des Touaregs sur les sédentaires sont, en effet, indéniables mais demandent à être précisés. L’allégeance des sédentaires aux Touaregs se concrétisait d’après J. Gallais (1975 : 196) par un double prélèvement, matériel et humain. Le premier consistait en un impôt payé par les sédentaires ou ponctionné de force par les Touaregs, impôt consistant en animaux, grains, etc. Le prélèvement “humain” aurait été fourni lors de razzias organisées dans ce but. J. Gallais décrit ces prélèvements sous le nom de “terguit” qu’il traduit par “l’aide en grains et captifs”. Cependant, d’après H. Claudot-Hawad et Hawad (1982), les captifs ne pouvaient être razziés qu’en situation de guerre, dans des communautés étrangères avec lesquelles n’existaient aucun lien d’allégeance, ni aucune relation d’ordre politique ou économique.

  • 3 Voir J. P. Olivier de Sardan, 1976, 30-34 (pour la description des razzias exercées par les Rhataff (...)

6Les sédentaires fournissaient ainsi le groupe des captifs qui étaient soit gagnés à la guerre, soit achetés sur les marchés d’après J. P. Olivier de Sardan (1976 : 146). Ceux-ci étaient ensuite installés dans la famille, à laquelle ils étaient peu à peu culturellement intégrés, ou encore regroupés dans un village de captifs près des champs de culture : les captifs songhays de Sassalé (Anzourou, Niger) dont J.P. Olivier de Sardan (1976) a recueilli les témoignages en fournissent un exemple. On peut ainsi distinguer différentes catégories professionnelles d’iklan, captifs de tente ou domestiques, captifs de brousse ou berger, et captifs de village ou cultivateurs, dont les situations matérielles et le degré d’indépendance vis-à-vis du “maître” était variable. Il y a bien là un rapport de prédation incontestable, mais il est utile de rappeler que les Touaregs n’étaient pas les seuls à effectuer ce genre d’opérations, et à posséder des captifs. En outre, la contrepartie offerte par les Touaregs à leurs captifs a souvent été passée sous silence alors que les prélèvements effectués ne se justifiaient qu’en regard de la protection militaire offerte aux sédentaires contre les diverses attaques ou pillages extérieurs. Les récits paysans recueillis par J.P. Olivier de Sardan (1976) témoignent ainsi des tributs versés de gré ou de force par les captifs songhays du village de Sassalé (Anzourou, Niger) aux Touaregs Rhataffanes (rattachés au groupement Iwellemeden) à la fin de l’hivernage et qui symbolisent leur statut de dépendance. Mais ces mêmes témoignages attestent aussi de la protection que les Rhataffanes accordaient aux habitants du village en cas de pillages exercés par les Kel Aïr (groupement politique de l’Aïr, région du nord Niger)3. Il y avait donc là une sorte d’échange de services, échange contrôlé certes, et imposé par le groupe militairement dominant, en l’occurrence, les Touaregs.

7Cependant, des complémentarités économiques et culturelles ont également été mises en évidence. C’est un lieu commun aujourd’hui de reconnaître la complémentarité des économies nomade et sédentaire. Dans un article paru en 1976, “Economie history and development drought and the sahelian economies of Niger”, S. Baier (repris par E. Bernus, 1981) soulignait l’existence de réseaux d’échanges entre les économies sahélo-soudanienne (échanges bétail-mil) et saharo-soudanienne (sel, dattes-mil) ; les Touaregs avaient installé en zone soudanienne une infrastructure commerciale, constituée de petites communautés où ils pouvaient échanger les produits du désert contre du grain et des productions locales, ces petits centres permettant aux Touaregs de traverser la savane où ils trouvaient toujours des relais. Le titre du paragraphe de l’étude de S. Baier décrivant ainsi les relations et les échanges entre ces deux zones économiquement complémentaires est d’ailleurs intitulé de façon très significative : “The Hausa-Touareg economy”.

  • 4 ”Kel Tamasheq” signifie, en langue touarègue, ceux qui parlent le Tamasheq, la langue touarègue. C’ (...)
  • 5 E. Bernus, 1981, p. 62.

8Dans le domaine de la culture, des éléments de fusion sont perceptibles entre les deux cultures, touarègue d’une part, songhay ou hausa, d’autre part. E. Bernus évoque le mépris réciproque des deux cultures l’une envers l’autre, néede la cohérence et de l’identité très nettement affirmée de l’une et de l’autre. Le mépris des sédentaires envers les Touaregs est perceptible dans les récits paysans de l’Anzourou, qui décrivent ces derniers comme ne travaillant pas, comme étant susceptibles et sans pitié ; cependant, cette image demeure ambiguë puisque les Songhays reconnaissent aussi que les Touaregs respectent le courage d’autrui, ne cherchent jamais à humilier sans raison... Les Touaregs de leur côté méprisent les cultivateurs méridionaux qu’ils considèrent comme rustres, manquant d’usage et méconnaissant les règles de la bienséance ; “de plus, les Kel Tamasheq4 ont toujours conservé un sentiment de supériorité, lié à leurs exploits guerriers du passé”5. Cependant, E. Bernus a aussi constaté au Niger des emprunts réciproques d’une culture à l’autre : la cosmogonie songhay a, en effet, intégré des génies touaregs, des relations de parenté à plaisanterie existent entre certains Touaregs et Songhays, et les Touaregs ont intégré dans leur langue des éléments empruntés à la langue hausa.

  • 6 H. Claudot-Hawad, 1994, p. 152. Voir aussi l’article supra d’H. Claudot-Hawad dans ce recueil.

9H. Claudot-Hawad met en avant l’intégration des “autres” dans la sphère culturelle touarègue, réfutant ainsi une opposition radicale entre Touaregs et sédentaires. Le fait que les Songhays et les Hausas soient dénommés précisément en langue touarègue (respectivement ihatan et itefenen) indique que ces groupes sont reconnus par les Touaregs comme appartenant à leur mouvance, et qu’ils entretiennent avec eux des échanges, contrairement aux iwenanen, qui sont considérés comme des sauvages, vivant repliés sur leur culture et refusant tout lien avec l’extérieur. Songhays et Hausas intégrant peu à peu des éléments de la culture touarègue progressent vers l’état de tshikruru (terme désignant ceux qui ont réussi à modeler une synthèse originale entre les deux cultures). En outre, la culture touarègue rend indispensable l’existence de cet “autre” dans l’affirmation de l’identité car “l’’intérieur’ n’évolue que s’il est confronté à l’’extérieur’ qui en est le contrepoids indispensable”6. Ainsi les deux cultures, loin de s’opposer radicalement, sont en fait complémentaires, l’existence de l’autre étant nécessaire à l’élaboration, à l’existence et à l’affirmation de chacune de ces identités.

  • 7 Nomades et commandants, 1993, p. 161.

10Ainsi, à la veille de la colonisation française, on pouvait parler d’un équilibre entre les deux groupes Touaregs et sédentaires, équilibre maintenu par la domination des premiers sur les seconds certes, mais équilibre dans le sens d’une certaine stabilité dans les relations entre Touaregs et sédentaires. P. Loiseau, ancien administrateur dans la boucle du Niger dans les années cinquante, reconnaissait lors du colloque “Nomades et commandants : administration et sociétés nomades dans l’ancienne AOF” que “l’économie des nomades éleveurs et caravaniers, transportant spécialement le sel, était complémentaire de celle des sédentaires, à l’origine essentiellement cultivateurs de légumes et de tabac, de mil mais surtout de riz. Un certain équilibre existait à notre arrivée”7. La vision qui se dégage des écrits coloniaux de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle est pourtant assez éloignée de cet équilibre constaté a posteriori seulement.

Les relations Touaregs-sédentaires vues par les premiers colonisateurs français

  • 8 A. Richer, 1924, préface. Voir aussi à ce sujet l’étude de J.R. Henry dans ce recueil.

11Avant de décrire en détail ces rapports tels que les a présentés le colonisateur français à la fin du xixe et au début du xxe siècle, il est utile de dire un mot du regard porté par les Français sur les Touaregs, qui a pu constituer un véritable “mythe”. Il est en effet incontestable que, dès les débuts de la pénétration coloniale, les Français ont manifesté une fascination particulière pour les Touaregs. M. Delafosse en donne une parfaite illustration (parmi beaucoup d’autres) dans la préface qu’il a rédigée au livre du docteur Richer consacré aux Iwellemeden : “Parmi les cent peuples divers qui, à l’heure actuelle, dans toutes les parties du monde, vivent à l’ombre de notre drapeau [...], celui des Touaregs a toujours éveillé parmi nous une curiosité particulière qui, peu à peu, s’est doublée d’une sympathie spéciale”8. On ne peut s’empêcher de relever le flou des termes utilisés (“curiosité particulière”, “sympathie spéciale”) et l’absence de précisions quant aux motivations de cette fascination mais, en l’absence d’étude consacrée à ce sujet passionnant, nous nous contenterons pour le moment de ne retenir que la réalité du fait.

  • 9 Cap. Dario, Des moyens qui semblent, en Aïr, devoir assurer progressivement le recrutement en Touar (...)
  • 10 Lt Jean, 1909 : 37.

12Pourtant la description de la société touarègue qui ressort des écrits des premiers colonisateurs n’est pas vraiment élogieuse, ce qui nous fait dire que la réalité des sentiments français à l’égard des Touaregs était en fait plus complexe et probablement plus ambiguë qu’il n’y paraît au premier abord, si l’on ne s’en tenait qu’aux témoignages de ces administrateurs. Quatre traits principaux caractérisaient la société touarègue aux yeux des Français au début du siècle : celle-ci était une société féodale par sa hiérarchie sociale, une société fragmentée en “confédérations”, une société anarchique où les chefs n’étaient pas (ou très peu) obéis, enfin, et c’est l’aspect qui nous intéresse ici, une société pillarde et prédatrice. Les pillages (appelés “rezzous”) étaient considérés comme une des manifestations de l’anarchie régnant dans cette société, le seul mobile reconnu étant l’appât du gain. On parle ainsi couramment des “instincts pillards”9 des Touaregs ou de leurs “dispositions de piraterie”10. A cette image de pillards impénitents était associée celle de prédateurs ; en effet, les Français ont considéré que les pillages ne s’effectuaient pas uniquement de tribu à tribu mais aussi et surtout parmi les sédentaires, pillages auxquels les premiers colonisateurs ont été plus particulièrement sensibles car ils constituaient, à leurs yeux, une forme d’asservissement contraire aux principes de 1789.

  • 11 Cap. Cortier, 1910, p. 232.
  • 12 Lt Jean, 1909, p. 189.

13Partant de cette vision de Touaregs pillards et prédateurs, le colonisateur français a limité leurs relations avec les sédentaires à un rapport de prédation concrétisé par des ponctions réalisées sur le cheptel et sur les populations sédentaires elles-mêmes pour se fournir en bétail et en esclaves (iklan). C’est l’impression qui ressort de la description offerte par le capitaine Cortier des relations entre les Iwellemeden et les sédentaires du fleuve : “La proximité du Niger, où se trouvaient les villages sonraïs qu’ils avaient asservis, leur permettait d’avoir sans bourse délier, le riz ou le mil nécessaire à leur existence, les étoffes, le bétail, les chevaux, même les esclaves”11. Les Touaregs ont aussi été présentés, dans certains écrits, comme de méchants esclavagistes maltraitant leurs serviteurs ; les nobles touaregs, selon le lieutenant Jean “sent[ai]ent à ce point leur supériorité sur [leurs captifs] qu’ils n’[avaient] pas l’humanité de les considérer comme des hommes”12.

14La description donnée par le capitaine Cortier (ci-dessus) peut être mise en parallèle avec les récits livrés par les paysans songhays du village de Sassalé, qui attestent que les impôts levés par les Touaregs l’étaient souvent sous forme de razzias. Cependant, la compensation offerte en contrepartie, la protection offerte contre les pillages extérieurs, n’a pas été perçue par le colonisateur, qui n’a ainsi retenu que l’aspect prédateur de la relation Touaregs-sédentaires. Il est vrai qu’à l’époque qui nous intéresse (fin xixe-début xxe siècles), la pénétration coloniale était récente voire inachevée dans les régions les plus septentrionales et orientales de l’AOF ; rappelons que l’occupation de Tombouctou ne datait que de 1894, celle de Tahoua de 1900, et la création des postes proprement sahariens comme Taoudeni, Agadez et Bilma ne fut réalisée qu’en 1906. La société touarègue était forcément encore très mal connue et la vision que les colonisateurs en ont donné dans leurs premiers écrits ne pouvait être que superficielle et partielle.

  • 13 R. Chudeau, 1910, p. 404.

15Il faut tout de même signaler une voix discordante dans le discours général qui condamne les Touaregs comme oppresseurs des sédentaires cultivateurs, c’est celle de R. Chudeau, ethnologue avant la lettre, qui, conscient des sentiments négatifs de ces contemporains vis-à-vis des nomades pasteurs en général, affirmait en 1910 qu’» on a beaucoup exagéré [...] en parlant du conflit permanent qui existerait entre les pasteurs et les agriculteurs”13. Il évoquait, au contraire, la réciprocité des échanges Touaregs-sédentaires, car il considérait que les pasteurs nomades avaient besoin des céréales produites par les sédentaires et que ces derniers étaient intéressés par les produits de l’élevage des nomades. Cependant, cet auteur ne représente qu’une voix discordante que la politique officielle de l’administration coloniale ne semble pas avoir suivie.

  • 14 Note-circulaire n° I, janv. 1913, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan (...)
  • 15 Rivet, 1912, p. 157.

16En effet, la tendance générale de la politique coloniale au début du xxe siècle fut de systématiquement privilégier les sédentaires cultivateurs par rapport aux nomades pasteurs. Les instructions que le commandant de la région de Tombouctou, le lieutenant-colonel Sadorge, donnait aux commandants de cercle en 1913 sont claires sur ce point : “il est de notre devoir tant au point de vue économique qu’au point de vue politique, de favoriser l’action de l’agriculteur plutôt que celle du pasteur”14. Le même type de considérations avaient cours au Niger à la même époque, le commandant Rivet s’en est fait le porte-parole en 1912 : “Les sédentaires sont nos administrés les plus intéressants comme étant les plus utiles, les seuls travailleurs et producteurs. Dans la politique intérieure de ce territoire, il est indispensable d’être guidé par cette considération qui doit avoir pour nous la force d’un principe”15.

  • 16 Note-circulaire n° 1, janv. 1913, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan (...)
  • 17 Idem.

17Les arguments qui justifiaient une telle prise de position sont essentiellement économiques. Les régions sahariennes ne présentaient aucun intérêt économique pour les Français et les Touaregs (et leur élevage, essentiellement, semble-t-il, l’élevage caprin) étaient, en outre, rendus en grande partie responsable des progrès de la désertification. “Alors que [le pasteur] dévaste les couverts et cause la dessication du sol et la progression du désert, l’agriculteur multiplie les cultures protectrices” affirmait le commandant de la région de Tombouctou en 191316. Les administrateurs se sont alors fait un devoir de sauvegarder les régions qui leur semblaient économiquement utiles en ne favorisant pas le développement de l’élevage touareg. Il faut dire aussi que les sédentaires, plus nombreux que les Touaregs, fournissaient une part plus importante de l’impôt et méritaient donc qu’on leur consacre plus d’attention. Enfin, le lieutenant-colonel Sadorge considérait que les Français avaient un intérêt politique à privilégier les sédentaires, en ce sens où “notre action politique s’exerce beaucoup plus facilement sur le sédentaire que sur le nomade”17. Cette considération semble être la conclusion tirée de la période de la conquête où les régions touarègues ont été les dernières conquises à cause de leur éloignement mais aussi en raison de la résistance manifestée par certains groupements touaregs (le massacre de la mission Flatters en Algérie en 1881 et la victoire touarègue de Tacoubao sur les troupes du lieutenant-colonel Bonnier venu occuper Tombouctou en 1893 sont encore dans toutes les mémoires à ce moment).

  • 18 Deux zones de dissidence s’étaient formées aux confins occidentaux (sud marocain) et orientaux (Tib (...)
  • 19 Cap. Arnaud, cap. Cortier, 1908, p. 251.

18Le seul intérêt reconnu aux régions touarègues à cette époque était de permettre la protection des régions sédentaires et de leurs productions agricoles contre les pillages venus du nord18. Les territoires sahariens étaient, en effet, considérés “comme de véritables ‘marches-frontières’ interposées entre les sédentaires des riches vallées du Sénégal et du Niger et les tribus pillardes qui nomadisent dans les terres légères du Sahara”19. L’occupation des régions touarègues ne répondait donc qu’à un objectif purement stratégique, servir d’écran protecteur aux cultivateurs méridionaux contre les pillages venus des zones de dissidence, alors que celle des régions méridionales a pu être motivée par des raisons économiques (exploitation de l’arachide, de l’huile de palme..., pouvant trouver un débouché dans les industries de lubrifiants métropolitaines). Aucun soupçon de volonté de “développement” ne semble effleurer l’esprit du colonisateur français pour ce qui concerne les régions touarègues alors que l’on cherche à faire porter tout l’effort sur les cultures des zones sédentaires méridionales.

19Si l’économie touarègue a été largement délaissée par les premiers administrateurs français, la société touarègue fut, elle aussi victime, de la vision dégagée au début de la pénétration coloniale présentant les Touaregs comme des prédateurs et des esclavagistes. Les sédentaires étant volés et réduits à l’esclavage, il convenait, dans l’esprit des idées de 1789 et à la suite de l’abolition de cette institution en 1848, de “libérer” ces esclaves de leur asservissement. Des arguments civilisateurs et humanitaires ont été mis en avant pour justifier cette politique ; on insistait largement sur l’inhumanité de la condition des captifs touaregs (voir plus haut ce qu’en disait le lieutenant Jean en 1909) alors que cette opinion (probablement motivée par la seule existence de la servilité sans que le colonisateur ne se soit interrogé sur la réalité et la diversité de cette condition) est aujourd’hui en partie remise en cause. En effet, on a vu qu’une analyse plus fine de la condition des iklan permet de distinguer entre plusieurs catégories dont les conditions de vie ne sont pas équivalentes. C’est pourquoi nous sommes tentée de considérer que les véritables motivations pour séparer les captifs des tribus touarègues étaient autres : la “libération” des captifs a pu apparaître d’abord comme un moyen de briser la force touarègue qui avait prouvé sa capacité de résistance pendant la conquête, elle fut aussi probablement un moyen d’augmenter les recettes de l’impôt puisque les captifs libérés payaient désormais leur impôt aux Français et non plus à leur maître touareg.

  • 20 Il faut tout de même préciser que cette mesure ne concernait pas que les Touaregs (puisque ceux-ci (...)
  • 21 Note-circulaire n° 4, nov. 1912, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan 8

20Quel que soit le degré de sincérité des arguments donnés par le colonisateur, des mesures ont été effectivement prises pour enlever les captifs aux tribus touarègues. Des “villages de liberté”, destinés à recueillir les anciens esclaves “libérés” ont été créés dans ce but20. Dans les régions touarègues, on assista à la naissance de tels villages en 1900 à Kabara (cercle de Tombouctou), Djin-Djin et Goundam (cercle de Goundam), et en 1908 à Bamba, Bourem, Dori, Zinder, Tahoua, Agadez et Niamey. Cependant, ces villages n’attirèrent finalement qu’un nombre limité d’anciens captifs et, parmi ceux qui sont venus s’y installer, un certain nombre ont déserté assez vite pour rejoindre leurs anciens maîtres. Cet échec des “villages de liberté”, qui amena l’administration coloniale à les fermer progressivement entre 1908 et 1911, semble prouver l’erreur de jugement concernant la condition réelle des captifs qui avait prévalu à leur fondation. A la suite de cet échec, la politique française dans ce domaine devint plus circonspecte. Sans se déclarer favorable au maintien de la captivité, le commandant de la région de Tombouctou, conseillait, en 1912, non plus de libérer systématiquement les captifs touaregs mais de recueillir les éventuelles plaintes pour mauvais traitements et d’étudier chaque cas particulier ; les captifs conservaient le droit de quitter le campement de leur maître et de s’installer dans une autre circonscription, mais à la condition d’en faire une demande expresse au commandant de cercle, celui-ci se réservant le droit d’intervenir pour freiner un exode qui deviendrait trop important21. C’est une politique de surveillance et du cas par cas qui est alors recommandée aux administrateurs dans ce domaine dès 1912. Cependant, l’image manichéenne qui tend à opposer les Touaregs pilleurs aux sédentaires cultivateurs laborieux, et qui a conduit les premiers colonisateurs à marginaliser les Touaregs en faisant porter les premiers efforts de “développement économique” sur les sédentaires ne fut revue qu’à la lueur des événements qui ont secoué l’AOF durant la Première Guerre mondiale.

Les nuances apportées par les révoltes touarègues de 1915-1918

  • 22 Pour plus de détails concernant l’épisode des révoltes touarègues pendant la Première Guerre mondia (...)

21Pendant la Première Guerre mondiale, l’AOF a été secouée par plusieurs mouvements de révolte qui se sont succédés de 1915 à 1918. Les Bambara du Dédougou se sont soulevés dès février 1915 mais ont été rapidement réprimés en trois semaines. La révolte de l’ouest Volta ou du Bélédougou suscita une inquiétude plus grande parmi les autorités coloniales, étant donné le nombre et la diversité des populations soulevées (Marka, Gourounsi, Minianka,...) et la pénurie de personnel qui commençait à se faire sentir à un moment où de nombreux officiers et tirailleurs étaient appelés sur le front européen ; le mouvement éclos en novembre 1915 ne fut éteint qu’en juillet 1916. Les Ahel Sidi Ali s’enflammaient à leur tour de février à juillet 1916, puis le nord Dahomey entre avril 1916 et avril 1917. Le premier foyer de révolte touarègue éclata en décembre 1915 dans le Gourma, suivi rapidement du soulèvement des Iwellemeden derrière leur amenokal (chef de groupement politique), Firhoun, à partir de février 1916 ; ces deux mouvements de révolte ont été réprimés respectivement en juin et mai 1916, à la suite de quelques combats meurtriers pour les Touaregs, notamment la bataille d’Andéramboukane en mai 1916, qui mit fin au soulèvement des Iwellemeden. C’est le siège mis devant Agadez par Kaosen (Touareg de l’Aïr) et la révolte qui embrasa par la suite toute la région de l’Air qui inquiétèrent le plus longtemps les autorités coloniales d’AOF entre décembre 1916 et la fin de l’année 1918 ; le siège du poste fut levé en mars 1917, mais les troupes françaises poursuivirent leur répression dans l’Air pendant plusieurs mois ensuite, pourchassant les derniers révoltés réfugiés dans ce massif montagneux22.

  • 23 Rapport sur les chefs de village coupables de complicité dans la révolte du Gourma, Rechaussat, sep (...)
  • 24 Rapport politique, Territoire militaire du Niger, 1er trim. 1917, AOM, 2G 17-12/14mi1684.

22Or, c’est à l’occasion des soulèvements dans les régions touarègues (Gourma, Iwellemeden et Aïr) que des signes manifestes de collaboration entre Touaregs et sédentaires sont apparus aux yeux du colonisateur français. Les archives coloniales attestent de plusieurs exemples dans chacune des régions concernées. Ainsi, les rapports du Haut-Sénégal-Niger attestent que les Songhays envoyaient des chevaux, du mil et des lances aux Touaregs révoltés du Gourma. La même constatation était faite dans le cercle de Gao ; un rapport “sur les chefs de village coupables de complicité dans la révolte du Gourma” fut envoyé aux autorités supérieures par le commandant de cercle23, où il estimait que tous les villages du fleuve, dans le cercle de Gao, avaient plus ou moins comploté avec les révoltés en leur fournissant un ravitaillement en grains ainsi que des renseignements sur les itinéraires des troupes coloniales. En outre, dans ce même cercle, certains villages passèrent à l’offensive directe en mai 1916 en attaquant un détachement de tirailleurs conduit par un adjudant indigène dans la région du fleuve : la réplique des troupes coloniales au combat de Zaïna-Gabéro laissa 354 morts sur le terrain. En juillet 1916, lors des derniers soubresauts de la révolte du Gourma, certains villages de la région du Séréré étaient signalés complices des Touaregs Kel Oulli. Pendant la révolte de l’Air, les autorités coloniales ont signalé une campagne lancée par Kaosen pour tenter de rallier à sa cause les sédentaires du sud ; des émissaires, sur lesquels on aurait trouvé des lettres de Kaosen, auraient été arrêtés dès la fin de l’année 1916. En outre, le ravitaillement des révoltés de cette région était assuré par les sédentaires du Damergou, obligeant les autorités coloniales à prendre des mesures afin de tenter d’affamer les Touaregs en Aïr : “Des instructions précises ont été données à tous les sédentaires pour interdire d’une façon absolue les transports de mil vers le nord où nomadisent les Touaregs rebelles”24.

  • 25 Rapport politique annuel, Haut-Sénégal-Niger, 1916, AOM, 2G 16-7/14mi1681.

23La complicité étant constatée et avouée par le colonisateur, la répression fut sévère pour certains groupes sédentaires, autant qu’elle le fut pour les Touaregs en général. De nombreux villages complices des Touaregs ou supposés tels furent détruits sur le passage des colonnes de répression. Ce fut notamment le cas dans le Séréré lors du passage de la colonne Rechaussat devant anéantir définitivement les derniers rebelles touaregs dans cette région. Le rapport d’opérations de cette colonne donne le nom de huit villages qui furent “châtiés” (selon les propres termes du rapport) sur le chemin. Dans le cercle de Gao, les conditions de soumission imposées aux sédentaires après le combat de Zaïna-Gabéro furent du type de celles infligées aux Touaregs : amende égale au montant de l’impôt d’une année, destitution et mise en résidence obligatoire à Gao de certains chefs de village, internement dans une colonie côtière des chefs des trois villages principalement mis en cause25.

24Les explications fournies par les autorités coloniales face à cette situation, pour elles, inédite, sont de deux ordres. D’une part, elles ont considéré que la lenteur de la réaction des troupes françaises (due à la multiplication des foyers de révolte, particulièrement dans les premiers mois de 1916) et leur manque de moyens en cette période de rapatriement vers la métropole ont contribué à encourager le développement des révoltes et à entraîner les sédentaires derrière les Touaregs. Il est vrai que de nombreux officiers européens et de nombreux tirailleurs avaient été envoyés sur le front européen diminuant d’autant la capacité de répression des troupes coloniales ; c’est pourquoi, les autorités militaires avaient donné ordre de ne pas disperser les efforts et de différer les actions sur certains terrains d’opération ; c’est ainsi que la répression de la révolte du Gourma fut suspendue un moment, le temps de permettre l’étouffement de l’agitation dans le Dédougou.

25D’autre part, dans le droit fil de la vision élaborée aux débuts de la pénétration coloniale concernant les rapports manichéens Touaregs-sédentaires, les Français ont souvent mis en avant la peur éprouvée par les sédentaires de représailles de la part des Touaregs s’ils ne suivaient pas leur mouvement, pour expliquer la complicité entre les deux groupes de population. C’est l’explication qui est fournie dans les rapports concernant les actions menées par les sédentaires du cercle de Gao, qui avaient fait preuve d’une mauvaise volonté manifeste pendant quelques mois, puis avaient dévoilé leur hostilité au grand jour en participant à l’attaque du 24 mai 1916 à Zaïna-Gabéro. Un rapport du Territoire militaire du Niger affirme clairement au sujet des relations des sédentaires du cercle de Zinder avec les révoltés touaregs que les premiers “craignent tôt ou tard des représailles s’ils ne deviennent pas leurs complices [...]. La vengeance des Touaregs étant infiniment plus à craindre que n’importe laquelle de nos répressions”. Ces explications tendent à donner une image des sédentaires assez opportuniste, image justifiée par le revirement d’attitude constaté lors du renversement des rapports de force en faveur du colonisateur français. Les rapports coloniaux se félicitent, par exemple, que la nouvelle de la levée du siège d’Agadez (mars 1917) ait été accueillie avec joie par les Hausas. On peut toutefois se demander si cette précision n’était pas donnée uniquement pour se donner bonne conscience après l’hécatombe humaine qu’avaient entraînée les révoltes parmi les Touaregs : les Hausas au moins étaient soulagés grâce aux Français... Les villages du Séréré auraient eux aussi changé d’attitude après la défaite touarègue d’Aghiar (en juillet 1916), qui mit définitivement fin à la révolte dans le Gourma. Plus que l’opportunisme des sédentaires, cette attitude peut aussi fournir une preuve des relations qui pouvaient exister entre les Touaregs Kel Oulli et les villages du fleuve : les Touaregs s’avouant vaincus, c’est l’ensemble des groupes placés dans leur orbite qui stoppe toute résistance.

26Devant ces signes évidents de collaboration entre Touaregs et sédentaires et par peur de l’ampleur que pourrait prendre le mouvement de rébellion, la parade choisie par les autorités coloniales fut de susciter la discorde entre les groupes de population apparus au colonisateur comme provisoirement complices. C’est en quelque sorte, le “diviser pour régner” des débuts qui réapparut à l’occasion de ce moment de panique parmi les autorités coloniales.

27Lors de l’instruction des procès de chefs touaregs interpellés, les dénonciations furent encouragées, les témoignages systématiquement recherchés du côté de la partie que l’on savait ou que l’on supposait adverse. Ainsi, les renseignements devant conduire à prouver la culpabilité de deux chefs touaregs ayant prêté une oreille attentive aux premières paroles séditieuses dispensées par un religieux touareg dans le Gourma en juin 1915, furent obtenus auprès d’un chef songhay, entre autres témoins. Or, le rapport d’instruction estimait que ce chef “avait tout à craindre d’eux [les Touaregs] en cas de soulèvement” ; le fait de recueillir le témoignage de ce personnage, que l’on sait ne pas être impartial, laisse planer un doute sur l’équité de la justice dite indigène en AOF...

  • 26 Rapport politique, Territoire militaire du Niger, 1er trim. 1916, AOM, 2G 16-13/14mi1682.

28Au Territoire militaire du Niger, une politique de dissuasion fut lancée auprès des sédentaires du Damergou afin de les décourager de rejoindre Kaosen en Aïr. Des télégrammes furent envoyés aux cercles de Madaoua, Gouré, N’Guigmi faisant savoir que des Hausas faits prisonniers par Kaosen étaient envoyés en Tripolitaine pour y être vendus, et ordre avait été donné aux administrateurs d’en donner connaissance aux populations des cercles. Au sujet de cette opération, un rapport du Territoire de 1916 parlait d’une “campagne tendancieuse et officielle” qui devait être poursuivie26.

  • 27 Rapport d’inspection des colonies Demaret concernant la Région de Tombouctou, fév. 1919, AOM, Affai (...)

29Enfin, il a évidemment été fait appel aux sédentaires pour renforcer les effectifs des colonnes militaires de répression. Des Mossis ont ainsi été sollicités pour repousser une attaque touarègue dans la région de Kaya, au sud de la boucle du Niger. Mais ce sont les Kourfeyes de la région de Filingué qui ont fourni l’aide la plus consistante dans la répression des Iwellemeden ; ces cavaliers ont participé en grand nombre au combat d’Andéramboukane en mai 1916, combat qui fut meurtrier et décisif pour ce groupement touareg. Les efforts fournis par les sédentaires étaient alors récompensés par des dons en nature pris parmi les dépouilles des rebelles ; les Kourfeyes ont ainsi reçu 1 000 chameaux en récompense de leur aide à ce combat précis27. Il faut tout de même préciser que, dans ce domaine (la participation d’auxiliaires indigènes aux colonnes de répression), c’est parmi les Touaregs eux-mêmes que les troupes coloniales ont trouvé le plus grand nombre d’auxiliaires. Pour poursuivre l’exemple de la répression Iwellemeden, des Kel Ahaggar (Algérie) et quelques Kel Adagh étaient aussi présents à Andéramboukane et sont repartis avec une partie du cheptel des vaincus. Dans l’Aïr, les Kel Gress, puis les Kel Ferwan, ont fourni bon nombre d’auxiliaires qui ont participé à la recherche des derniers révoltés dans le massif.

  • 28 Rapport du cercle de Gao, avril 1920, Archives nationales de Koulouba, fonds ancien 1E 37.

30Il semblerait aussi que le renversement des rapports de force en faveur des Français et la défaite de plus en plus flagrante des Touaregs aient été l’occasion pour certains groupements sédentaires de s’enrichir des dépouilles des vaincus. En 1920, le commandant de cercle de Gao affirmait que, “en 1916, les sédentaires profitèrent des événements qui troublèrent le cercle pour s’enrichir considérablement en bétail qu’ils n’eurent que la peine de prendre aux nomades insurgés”28. C’est à nouveau l’image (plutôt négative) des sédentaires opportunistes qui se dégage de ces considérations. Mais il est vrai, on l’a vu, que des Touaregs avaient aussi adopté le même comportement dans ce moment de “débandade”, où les Touaregs se faisaient battre par un adversaire plus fort qu’eux par son armement et peu à peu par son nombre (grâce au recrutement d’auxiliaires de plus en plus nombreux). Mais, cet adversaire qui était surtout encore loin de contrôler toutes les régions, ne voyait peut-être pas d’un mauvais œil le pillage des groupes touaregs par leurs anciens complices d’hier : les Touaregs n’en sortiraient que plus affaiblis et l’autorité coloniale ne s’imposerait que mieux parmi ces populations entre-déchirées.

31Cette analyse de la vision portée par le colonisateur français sur les relations Touaregs-sédentaires met en évidence un aspect de l’ambiguïté des sentiments des Français à l’égard des Touaregs : alors que les premiers colonisateurs témoignaient à leur égard d’une attirance, d’une fascination particulière, la politique officielle des débuts du xxe siècle consistais à privilégier les sédentaires (qui représentaient des intérêts économiques supérieurs) les Touaregs étant présentés comme des oppresseurs asservissant les sédentaires. Les révoltes touarègues ont sans conteste révélé au colonisateur français l’existence de relations autres que prédatrices et dominatrices entre Touaregs et sédentaires. La complicité est attestée clairement par les archives coloniales malgré l’image très manichéenne qui se dégage des écrits datant des premiers temps de la pénétration française. La collaboration Touaregs-sédentaires a fonctionné un temps et a contribué à l’amplification des mouvements de révolte touaregs de 1915 à 1918. En revanche, il est difficile de démêler, à travers ces archives, encore empreintes de clichés manichéens, les motivations réelles de l’engagement de certains sédentaires hausas ou songhays auprès des Touaregs.

32La situation à laquelle on aboutit dans les années trente semble finalement assez paradoxale : d’une part, les révoltes ont entrouvert les yeux du colonisateur sur la réalité des relations Touaregs-sédentaires mais cet épisode suivi d’une répression qui a anéanti la population et l’économie touarègues a contribué aussi à bouleverser les rapports de force existants auparavant : les Touaregs hier dominants sont globalement apparus économiquement ruinés dans les années vingt alors que les sédentaires ont souvent bénéficié du partage des dépouilles des révoltés.

Bibliographie

Bibliographie

ARNAUD cap., CORTIER, cap.

1908, Nos confins sahariens : étude d’organisation militaire, Paris, Larose, 512 p.

BAIER, S.

1976, Economic history and development : drought and the sahelian economies of Niger, in African economic history n° 1, p. 1-16.

BERNUS, E.

1981, Touaregs nigériens : unité culturelle et diversité d’un peuple pasteur, mémoire ORSTOM n° 94, 508 p.

BERNUS, E., BOILLEY, P., CLAUZEL, J., TRIAUD, J.L. (eds)

1993, Nomades et commandants : administration et sociétés nomades dans l’ancienne AOF, Paris, Karthala, 246 p.

BOUCHE, D.

1968, Les villages de liberté en Afrique noire française 1887-1910, Paris, Mouton.

BOURGEOT, A.

1995, Les sociétés touarègues, Paris, Karthala, 544 p.

CHUDEAU, R.

1910, Le bassin du moyen-Niger, in La Géographie, n° 6, juin, p. 389-408.

CLAUDOT-HAWAD, H.

1986, La conquête du “vide” ou la nécessité d’être nomade chez les Touaregs, in ROMM, n° 41-42, Aix-en-Provence, Edisud, p. 397-412.

1993, La coutume absente ou les métamorphoses contemporaines du politique chez les Touaregs, in Les Cahiers de l’IREMAM, n° 4, Aix-en-Provence, p. 67-85.

1994, Regard touareg, Autrement n° 72, janv., p. 148-153.

CLAUDOT-HAWAD, H. et HAWAD, M.

1982, Coups et contre-coups : l’honneur en jeu chez les Touaregs, in AAN, XXI, Paris, Editions du CNRS. CORTIER, cap.

1910, Le pays des Touaregs Ioulliminden, in La Géographie n° 4, avril, p. 221-236.

GALLAIS, J.

1975, Pasteurs et paysans du Gourma : la condition sahélienne, mémoire du CEGET, Bordeaux.

JEAN, Lt.

1909, Les Touaregs du sud-est : l’Aïr, Paris, Larose, 361 p.

OLIVIER de SARDAN, J.P.

1976, Quand nos pères étaient captifs... Récits paysans du Niger, Nubia, 190 p.

RICHER, A.

1924, Les Touareg du Niger (région de Tombouctou - Gao) : les Oulliminden, Paris, Larose, 359 p.

RIVET, O.

1912, Notice illustrée sur le Territoire militaire et le bataillon de tirailleurs de Zinder, Lavauzelle, 204 p.

Notes

1 Je pense essentiellement à J. P. Olivier de Sardan, E. Bernus, H. Claudot-Hawad, J. Gallais, dont les ouvrages sont indiqués en bibliographie.

2 J. Gallais, 1975, 189, tableau 42.

3 Voir J. P. Olivier de Sardan, 1976, 30-34 (pour la description des razzias exercées par les Rhataffanes parmi les captifs de Sassalé) et p. 38 pour la protection accordée en cas de pillages venus de l’Air.

4 ”Kel Tamasheq” signifie, en langue touarègue, ceux qui parlent le Tamasheq, la langue touarègue. C’est ainsi que, selon E. Bernus, se désignent eux-mêmes les Touaregs.

5 E. Bernus, 1981, p. 62.

6 H. Claudot-Hawad, 1994, p. 152. Voir aussi l’article supra d’H. Claudot-Hawad dans ce recueil.

7 Nomades et commandants, 1993, p. 161.

8 A. Richer, 1924, préface. Voir aussi à ce sujet l’étude de J.R. Henry dans ce recueil.

9 Cap. Dario, Des moyens qui semblent, en Aïr, devoir assurer progressivement le recrutement en Touaregs de nos unités méharistes, 1909, AOM, Aix-en-Provence, 5D 5/14mi422.

10 Lt Jean, 1909 : 37.

11 Cap. Cortier, 1910, p. 232.

12 Lt Jean, 1909, p. 189.

13 R. Chudeau, 1910, p. 404.

14 Note-circulaire n° I, janv. 1913, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan 8.

15 Rivet, 1912, p. 157.

16 Note-circulaire n° 1, janv. 1913, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan 8.

17 Idem.

18 Deux zones de dissidence s’étaient formées aux confins occidentaux (sud marocain) et orientaux (Tibesti et sud libyen) du Sahara à la suite de la conquête française ; ces dissidents envoyaient régulièrement des rezzous dans les régions soumises à l’autorité française. Pour plus de détails concernant la dissidence du sud marocain, voir la thèse de R. Aouad-Badoual,”Les incidences de la colonisation sur les relations Maroc - Afrique noire”, chap. V, et notre maîtrise”L’administration des nomades de la Boucle du Niger (Soudan français) au lendemain de la dernière révolte touareg, 1918-1945”, p. 23-26.

19 Cap. Arnaud, cap. Cortier, 1908, p. 251.

20 Il faut tout de même préciser que cette mesure ne concernait pas que les Touaregs (puisque ceux-ci n’avaient pas l’exclusivité de cette pratique) : tout captif était invité à quitter sa famille d’accueil pour venir vivre dans ces villages. Voir à ce sujet l’ouvrage de D. Bouche, 1968.

21 Note-circulaire n° 4, nov. 1912, Service historique de l’armée de terre, Vincennes, Carton Soudan 8.

22 Pour plus de détails concernant l’épisode des révoltes touarègues pendant la Première Guerre mondiale, nous renvoyons le lecteur à notre thèse en préparation.

23 Rapport sur les chefs de village coupables de complicité dans la révolte du Gourma, Rechaussat, sept. 1916, Archives nationales de Koulouba, fonds ancien 1E 100.

24 Rapport politique, Territoire militaire du Niger, 1er trim. 1917, AOM, 2G 17-12/14mi1684.

25 Rapport politique annuel, Haut-Sénégal-Niger, 1916, AOM, 2G 16-7/14mi1681.

26 Rapport politique, Territoire militaire du Niger, 1er trim. 1916, AOM, 2G 16-13/14mi1682.

27 Rapport d’inspection des colonies Demaret concernant la Région de Tombouctou, fév. 1919, AOM, Affaires politiques 3048.

28 Rapport du cercle de Gao, avril 1920, Archives nationales de Koulouba, fonds ancien 1E 37.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter