Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Rapports socio-politiques et identités

Réseaux d’échange des maures bérabishs de l’azaouad a l’époque coloniale

Rita Aouad-Badoual

Texte intégral

1Il s’agit ici d’évoquer certains aspects de l’histoire d’un groupement nomade saharien, les Maures Bérabishs de l’Azaouad, à l’époque précoloniale et au cours des premières décennies de la période coloniale, en privilégiant un point de vue qui puisse aider à mieux appréhender l’espace dans lequel il évolue, et les relations qu’il entretient avec d’autres groupes nomades.

2L’Azaouad est une vaste zone désertique qui s’étend au nord de Tombouctou jusqu’à la latitude d’Araouane. Cette région apparaît comme un très bon exemple de zone de confluence des mondes maures et touaregs, à l’intersection des franges occidentales du pays touareg et orientales du “trab el beidan”. C’est un espace de passage, entre Tombouctou et ses satellites sahariens, bien pourvu en eau et en relais qui sont autant de points de rupture de charge, parfois promus au rang de petits centres urbains (voir carte). Le plus important d’entre eux est Araouane, passage obligé vers le nord et les salines de Teghaza (abandonnées à la fin du xvie siècle) et de Taoudéni (exploitées à partir de cette période), sur l’axe transsaharien qui relie le sud du Maroc à la boucle du Niger.

  • 1 Fondée, d’après certaines traditions, au xvie siècle par Ahmed Ben ou Ag Adda, originaire d’Es Sou (...)

3Ce carrefour forme donc, traditionnellement, une zone stratégique pour les ensembles nomades de la région, dont la traversée doit être maîtrisée si l’on veut s’approvisionner en sel et atteindre la boucle du Niger, à Tombouctou en particulier. Cette importance économique et politique explique l’ancienneté et la pérennité de la présence touarègue dans cette région : on y signale, au moins dès le xiie siècle, les Touaregs Imaghsharen, fondateurs de Tombouctou ; les Kel es souq s’y remarquent très tôt également, associés à la fondation de la plupart des centres de la région (Araouane1, Taoudéni) ; les Kel Intessar y ont longtemps détenu une grande influence religieuse en tant que propagateurs de l’islam ; et plus près de nous, la domination politique des Touaregs du fleuve (Tengueréguifs, Igawdaren, etc.), des Awellemmenden et aussi des Kel Ahaggar s’y est conjointement fait sentir. A la veille de la colonisation française, on peut dire que l’Azaouad constitue une partie excentrée, mais non marginale, de la Tademekkat, un des grands pôles politiques fédérateurs du pays touareg.

4La position charnière de l’Azaouad, sa richesse en eau, explique également l’attraction exercée par cette région, dès la fin du xve siècle, sur des groupes nomades maures, venus de l’ouest et du nord-ouest saharien s’y installer par noyaux successifs, s’y fondre avec des populations berbères plus anciennes, et constituer des ensembles originaux dont l’un des principaux, à côté des prestigieux Kountas, est celui des Bérabishs, dont il est question ici.

  • 2 Cette partie se fonde sur mon travail de doctorat, R. Aouad-Badoual, 1994.

5A partir de cet exemple, il est possible de montrer comment un groupe nomade a trouvé place dans une région soumise à des influences diverses, de faire voir, surtout, comment il s’insère, par son histoire et ses relations, dans un espace politique et économique plus large que les strictes “zones de nomadisation” dans lesquelles l’ont souvent enfermé les descriptions coloniales. Une mise au point sur l’origine de cet ensemble et les étapes au cours desquelles il a acquis une position spécifique dans l’Azaouad est le préalable indispensable à la compréhension de la nature de sa position dans l’échiquier régional et inter-régional, à l’aube de la conquête française. Mais c’est surtout l’histoire des réactions de cet ensemble à l’implantation coloniale, au cours du premier tiers du xxe siècle qui nous retiendra : entre résistance, exil et fractures internes se dévoilent les rapports qu’il entretient avec d’autres groupes nomades, au sein d’une nouvelle géographie politique induite de la présence coloniale française2.

Origine et éclatement des Bérabishs

6De l’histoire du déploiement de la présence bérabishe, du Maroc au Sahara, trois moments importants se dégagent.

  • 3 Voir la carte des tribus ma’qil au Sahara occidental au début xvie siècle d’après la description d (...)

7Une première période débute, en gros, aux xiiie-xive siècles, lorsque se dilue, au Sahara occidental, le flot des migrations arabes Banu Hilal et Ma’qil originaires d’Orient. Au-delà du débat sur l’ampleur et la chronologie de ces migrations, il convient de rappeler — au risque de dangereux raccourcis — que cette ascendance ma’qil constitue le fondement de l’identité arabe des ensembles maures du Sahara occidental, dont le “fond” est berbère sanhadja. Les Bérabishs se rattachent à l’une des principales branches ma’qil, les Banu Hassan, de laquelle se réclament aussi les Ouled Dlim, les Oudayas, les Hmars et les Rehamnas3.

8On assiste au xvie siècle à une dislocation des Bérabishs en plusieurs branches.

  • 4 Année.
  • 5 P. Pascon p. 187. “Les tribus nomades n’ont jamais choisi de leur plein gré les régions désertique (...)

9Un premier noyau, dans le sillage des puissants Rehamnas, rejoint le nord et s’installe dans le Haouz de Marrakech. Se produit en effet, à cette période, une remontée du Sahara occidental vers le Maroc de groupes nomades armés qui vont renforcer le jaych4 saadien dans son jihad contre la présence ibérique. P. Pascon explique ce mouvement simplement par l’attraction qu’exerce le Maroc sur les tribus du Sahara occidental, qui semblent saisir toute opportunité pour quitter ces régions arides5. De fait, au cours de cette remontée et cette installation dans le nord, les Bérabishs sont absorbés par la confédération rehamna. Ce processus explique que certains groupes bérabishs de l’Azaouad revendiquent l’ascendance rehamna.

  • 6 Se référant au Tarikh el Fettash, P. Marty souligne l’existence d’un commissaire des Bérabishs à T (...)
  • 7 M. Abitbol, 1982, p. 37, note 36.

10L’installation des Bérabishs dans l’Azaouad constitue l’autre pan de l’éclatement géographique de cet ensemble. Une première avancée commence dès la fin du xve siècle6, plus tôt donc que leur remontée vers le Maroc, et se poursuit tout au long du xvie siècle. Une seconde, plus tardive, se situe à la fin du xviie siècle. Deux périodes, où de petits groupes, poussés lentement vers l’est, prennent progressivement place au nord de Tombouctou, le long de l’axe caravanier qui relie le fleuve Niger aux salines de Teghaza. La première phase de ces migrations a donc suivi des axes transversaux, ouest-est, du sud du Sahara occidental vers l’Azaouad, tandis que la seconde a emprunté des axes nord-sud7, puisqu’elle est postérieure à la remontée des Rehamna-Bérabishs vers le Maroc.

11Les causes de tels déplacements sont toujours très difficiles à saisir. Il est néanmoins impossible d’ignorer, dans les facteurs envisagés, le poids des potentialités économiques de la région de la boucle du Niger, animée par d’importants échanges sahariens, avec les salines, et transsahariens avec le nord de l’Afrique.

12De ces déplacements, il faut surtout garder à l’esprit le caractère lent et fragmentaire. Longtemps, l’éclatement des Bérabishs est remarquable puisque des groupes se réclamant de cet ensemble sont signalés de façon concomitante du Haouz de Marrakech à l’Azaouad en passant par les lisières désertiques du Maroc, et le Sahara occidental. Mais l’histoire de chacun de ces groupes, dans le contexte où il se situe, prend une direction originale. Il convient donc d’apporter maintenant quelques précisions sur la spécificité des Bérabishs de l’Azaouad.

L’acquisition d’une position spécifique dans l’Azaouad (XVIe-XIXe siècles)

  • 8 O. du Puigaudeau, p. 400.

13Les Bérabishs détiennent dans l’Azaouad une position ambiguë. Certains observateurs ont pourtant vite tranché le débat en affirmant qu’ils y sont “en situation d’étrangers, dominés et peu estimés par les autres tribus”8. Même si on met en avant leur allégeance politique aux Touaregs, et leur statut de “nouveaux venus” dans la région, il faut garder présent à l’esprit que leur implantation dans la région de la boucle du Niger s’est accompagnée d’une fusion avec les populations berbères plus anciennes et qu’ils sont riches, donc, comme nombre de groupes du Sahara, d’une double appartenance : en les qualifiant “d’étrangers”, on passe un peu vite sur ce processus complexe. En outre, ils ont réussi une spécialisation économique, centrée sur le transport caravanier du sel de Taoudéni et la protection des caravanes venant du Maroc, qui leur a conféré un poids régional et inter-régional intéressant. Celui-ci n’a certes pas été acquis facilement, constamment négocié face aux autres ensembles nomades de la région, d’où une cohésion interne fragile face aux pressions extérieures.

  • 9 J. R. Willis, p. 565.
  • 10 E.N. Saad, p. 160,213,219.
  • 11 A la fin du xixe siècle, Muhammed ould M’Hammed, le chef des Bérabishs est présenté comme moqqadem (...)

14Parmi ces ensembles, une place particulière doit être faite aux Kountas. Ce lignage maure a opéré, comme les Bérabishs et en même temps qu’eux, une étonnante dispersion dans l’ensemble du Sahara sénégalo-nigérien, en y acquérant un prestige intellectuel et religieux (ils sont les fondateurs de la mokhtariyya kountiyya, branche de la confrérie qadiriyya), une force d’arbitrage, et une remarquable puissance commerciale. Ils se sont donc trouvés, dans ce domaine, en concurrence avec les Bérabishs. En conflit durant tout le xviiie siècle, ces derniers ont, en définitive, accepté de se soumettre spirituellement aux Kountas. En contrepartie de quoi, Sidi el Mukhtar el Kounti el Kebir (1729-1811), avalise leur droit de prélever certaines taxes commerciales9. Mais dans la seconde moitié du xixe siècle, les Kountas sortent affaiblis et divisés de luttes menées contre les Touaregs du fleuve10. La puissance économique des Bérabishs peut alors s’affirmer plus franchement sur l’axe Tombouctou-Taoudéni, d’autant plus que l’affiliation de leur chef à la Tidjaniyya leur a sans doute ouvert de nouveaux réseaux politiques et commerciaux11.

15L’échec des velléités de domination militaire des Kountas face aux Touaregs, au milieu du siècle dernier, dans la région de la boucle et son arrière-pays saharien montre que ces derniers y détiennent indéniablement la suprématie politique. La position des Bérabishs dans cet espace ne peut, en définitive, se comprendre qu’en rapport avec eux, mais il est nécessaire ici de faire la distinction entre différents ensembles touaregs.

  • 12 V. Monteil, p. 511.

16Les Kel es Souq, par exemple, n’ont guère d’influence politique. Ils ont acquis leur place dans l’Azaouad par leur poids religieux, qui se lit particulièrement dans leur association à la fondation de nombreux centres caravaniers. C’est à l’un des leurs que l’on attribue l’origine de Bou Djébiha (au sud-est d’Araouane, voir carte), le centre bérabish par excellence, fondé à la fin du xviiie siècle, avec l’autorisation et l’appui du chef des Bérabishs Ouled Sliman12.

17Les Touaregs du fleuve, eux, dominent militairement la région : selon les conjonctures et les alliances, les Bérabishs peuvent leur servir de renforts (comme au moment de la conquête française).

  • 13 Idem, p. 512.
  • 14 D’après H. Barth, ils acquittent un tribut annuel aux Kel Ahaggar de 40 mitkal d’or. Cité par O. L (...)

18Mais le fait le plus frappant (ou du moins qui a frappé les observateurs étrangers) reste que, dès la fin du xviiie siècle, une partie des Bérabishs se trouvent sous la protection des Kel Ahaggar. Au début du xixe siècle, les chroniques font part, effectivement, d’actions armées des Kel Ahaggar sur des campements bérabishs13. D’abord incertains, les combats confirment la suprématie militaire des Kel Ahaggar auxquels les Bérabishs acquittent un important tribut de soumission depuis, au moins, le milieu du xixe siècle14.

19On retiendra donc des rapports traditionnels entre les Bérabishs et les Touaregs d’une part une cohabitation avec les groupes “pacifiques” comme les Kel es souq, et d’autre part une soumission aux ensembles touaregs politiquement et militairement dominants.

  • 15 V. Monteil, “Histoire de Tombouctou…”, p. 314 ; Rapport sur la situation politique du Macina et de (...)

20Avec les ensembles maures qui nomadisent plus à l’ouest, les rapports de force paraissent plus équilibrés et les confrontations indécises. Les chroniques insistent effectivement sur les troubles récurrents qui opposent les Bérabishs aux ‘Allouchs, un groupe maure du Hodh, avec des périodes de guerres déclarées, comme à la fin du xviiie siècle, ou plus près de nous, au moment de la conquête française15.

21Enfin, depuis le milieu du xixe siècle, les Bérabishs doivent aussi compter avec la présence de nouveaux caravaniers dans la région, venus du nord les Tadjakants de Tindouf en particulier, qui s’intéressent également à la commercialisation du sel gemme de Taoudéni.

22On voit donc les Bérabishs contraints, sur plusieurs fronts, à assurer leurs positions. Malgré leurs succès commerciaux, ils n’ont eu que peu de possibilité d’étendre leur espace de vie. Ils apparaissent en quelque sorte pris en étau entre la puissance touarègue à l’est et au sud et l’opposition des maures du Hodh à l’ouest. Cette position politique fragile explique sans doute que l’histoire intérieure de cette tribu soit rythmée par des poussées de violence entre ou à l’intérieur des différentes fractions qui la composent. Elles ont abouti, semble-t-il, à une quasi-séparation de cette tribu entre deux systèmes d’alliance : une partie est alliée aux Maures et l’autre soumise aux Touaregs Kel Ahaggar.

23Pour mieux saisir la position des Bérabishs de l’Azaouad, il est nécessaire d’élargir la perspective d’une part à leurs rapports avec la ville de Tombouctou, d’autre part avec le Maroc.

  • 16 Les Armas sont les descendants des conquérants marocains de la boucle du Niger à la fin du xvie si (...)

24Leur rôle traditionnel de convoyeur de sel essentiellement, mais aussi de tabac (du sud du Maroc, du Touat), vers la capitale de la boucle du Niger rend nécessaire l’établissement de compromis entre ce groupe nomade et les détenteurs du pouvoir à Tombouctou. Car si ces caravaniers ne peuvent plus, pour une raison ou pour une autre, y écouler le sel de Taoudéni, ils ne sont plus en mesure de s’approvisionner et d’approvisionner les centres de l’Azaouad en céréales. Les famines meurtrières touchant Araouane ou Taoudéni ont souvent pour origine un conflit entre les autorités de Tombouctou et les nomades bérabishs. Ce type de conflit s’est manifesté pendant la période tumultueuse du pouvoir arma à Tombouctou (fin xvie-début du xixe siècle)16, schéma qui va se reproduire au moment de la conquête coloniale française, à la fin du xixe siècle.

  • 17 M. Abitbol, 1986, p. 159, R. Aouad-Badoual, 1994, t. 1, p. 192.

25C’est à cette époque que l’on voit se raviver les relations politiques des Bérabishs avec le Maroc. En prenant contact avec les autorités de ce pays, pour leur propre compte, ou comme intermédiaire et messager d’autres groupes (par exemple de la jama’a de Tombouctou en 1893)17, ils tentent d’alerter le souverain marocain de l’imminence de la conquête militaire française de régions autrefois incluses dans l’Empire. Ressort ainsi la position politique charnière des Bérabishs, entre le nord et le sud du Sahara, position qui va indéniablement, dans le contexte de l’implantation coloniale, leur valoir les soupçons d’une autorité à l’assise longtemps fragile.

Les Bérabishs à l’épreuve de la conquête coloniale (fin du XIXe siècle - milieu des années trente)

Les premières résistances à la conquête coloniale française (1894-1899)

  • 18 Extrait du rapport du 1er nov. 1893, Papiers Bonnier, CAOM, 37 APC, carton 2.

26Lorsque les militaires français conquièrent Tombouctou, entre la fin de l’année 1893 et le début 1894, ils considèrent les Bérabishs comme l’un des principaux groupes nomades de la région tant au point de vue économique que politique (tribu qu’ils estiment à 1 500 tentes, pouvant mobiliser 5 000 guerriers18).

  • 19 P. Marty, p. 178.
  • 20 Lettre du général Swiney, commandant la division d’Alger à M. le gouverneur général d’Algérie, le (...)
  • 21 R. Aouad-Badoual, 1993 (I), p. 38-39.
  • 22 R. Aouad-Badoual, 1993, (II) p. 36.

27Dès le mois de février 1894, le commandement militaire français décide unilatéralement d’accorder l’“aman” au chef des Bérabishs, Muhammed ould M’hammed19, alors même que les signes d’une nette opposition pointent chez une grande partie d’entre eux : en témoignent ainsi l’exil précipité de nombreuses tentes vers le Tidikelt20, et l’accueil dans leurs campements d’opposants politiques ayant fui la ville à l’arrivée des Français (notamment l’ancien chef de la ville Yahia ould el Kahia)21. Surtout, le chef des Bérabishs refuse tout contact avec les nouvelles autorités de Tombouctou. Celles-ci n’ont d’ailleurs aucun moyen de contrainte, étant au prise avec une violente résistance armée organisée par les Touaregs de la région qui ne leur laisse guère le loisir d’envisager la conquête de l’Azaouad22.

  • 23 Rapport Klobb, commandant la région de Tombouctou du 14 juillet 1898, ANS, 15G213, CAOM, 14mi1055.

28Cette paix octroyée par les Français reste donc lettre morte. Les Bérabishs entrent dans une phase de résistance “passive”. Ils ne prennent pas eux-mêmes la direction de l’opposition armée mais ils offrent un appui “logistique” aux nomades touaregs en servant de base de replis aux chefs touaregs Kel Intessar et Tenguéréguif, qui, eux, affrontent directement les militaires français. L’autorité coloniale les accuse alors de jouer un double jeu et décide de punir les fractions qui nomadisent à proximité de Tombouctou, faciles à atteindre. Surtout, elle utilise l’arme économique pour les contraindre à la soumission : une fiscalité prohibitive est mise en place touchant dans le vif l’activité commerciale des Bérabishs, un blocus sur la sortie du mil est instauré pour tenter de les réduire par la famine23.

29Jusqu’en 1897, dans un contexte de rébellion généralisée, la grande majorité des fractions bérabishs se maintient dans cette position. Mais à cette date, un certain fléchissement se fait sentir :

  • d’abord, des contingents bérabishs sont embrigadés comme auxiliaires dans la répression du vaste soulèvement des nomades de la boucle dans les années 1896-1897. Ces auxiliaires appartiennent surtout à la fraction des Gouanins24. Cette collaboration avec les militaires français leur vaut des actions de représailles de la part des Touaregs Kel Ahaggar notamment, qui font cher payer cette défection25.
  • ensuite, fait plus significatif de divergences de position à l’égard des Français au sein de cette tribu, une personnalité importante, Mahmoud ould Dahman, le neveu du chef Muhammed ould M’hammed, engage des négociations séparées avec les Français en venant à Tombouctou en 1897 chercher quelques accommodements pour avoir accès au marché de la ville26.
  • 27 Rapport politique de la région de Tombouctou mai 1899, ANS, 15G213, CAOM 14mi1055.
  • 28 Rapport politique de la région nord, août 1899 et sept. 1899, ANS 15G213, CAOM 14mi1055.

30A partir de 1897 donc, la division de cette tribu est clairement mise en évidence, entre ceux qui adoptent une attitude conciliante, sinon de collaboration, face aux Français, et ceux qui manifestent, comme le chef Muhammed ould M’hammed, une appréhension sinon une opposition devant les nouveaux conquérants. A l’extrême fin du siècle, les Français tentent les premières percées vers Araouane (avec la mission Coppolani27). Ces tentatives provoquent un durcissement de la position du chef des Bérabishs menacé maintenant jusque sur “ses terres” et qui n’hésite pas alors à déclarer la guerre aux Français28.

Aux origines des dissidences bérabishes

  • 29 P. Marty, p. 214.

31Au début du xxe siècle, l’administration coloniale décide de régler le problème bérabish en entamant des tournées de police pour les contraindre à la soumission, et pour désigner un nouveau chef, en remplacement de Muhammed ould M’hammed, jugé trop intransigeant. Le choix se porte naturellement sur Mahmoud ould Dahman qui avait pris l’initiative, quelques années plus tôt, de négocier séparément avec les Français29.

  • 30 Exode.
  • 31 Le départ de Muhammed ould M’hammed est signalé dès 1899 (rapport politique du cercle de Tomboucto (...)

32Cette décision provoque la première phase de dissidence d’une partie des Bérabishs, entre ceux qui restent solidaires avec leur chef, et ceux qui choisissent la soumission à l’autorité coloniale. Muhammed ould M’hammed, avec des tentes fidèles, quitte en effet l’Azaouad et entame une première hijra30 à l’ouest, dans la région limitrophe du Hodh, chez les Mechdoufs31.

  • 32 Idem, p. 215.

33Ils y restent jusqu’en 1906, date à laquelle les militaires français investissent cette région. Après plusieurs années d’exil, c’est le retour dans l’Azaouad, alors que tout pouvoir sur les Bérabishs est délégué à Mahmoud ould Dahman32.

  • 33 Voir à ce sujet le compte-rendu de la mission sur la région de Tombouctou de l’inspecteur des colo (...)

34Une phase de difficile cohabitation s’ouvre alors entre le nouveau et l’ancien chef, qui retrouve assez vite son autorité. Mahmoud ould Dahman tente même d’éliminer physiquement Muhammed ould M’hammed, tentative d’assassinat qui échoue, amène la condamnation du coupable par l’autorité coloniale et la réinvestiture de l’ancien chef dans ses fonctions d’avant 190033.

  • 34 On évoque des relations incestueuses avec sa fdle, mariée avec Mahmoud ould Dahman.

35L’objectif de l’administration coloniale reste cependant de fractionner cette tribu en deux entités administratives : aussi, malgré sa tentative de crime, Mahmoud ould Dahman est rapidement libéré et rétabli dans ses fonctions de chef de la moitié des Bérabishs. Il est clair que les autorités françaises attendent en fait l’occasion de se débarrasser de Muhammed ould M’hammed. C’est chose faite en 1909, date à laquelle il est condamné “sous une obscure accusation”34 à quinze jours de prison.

  • 35 Rapport Démaret, op. cit.

36Cette mesure achève de rompre ses relations avec les Français. Profitant d’une liberté provisoire concédée le temps de l’azalaï, Muhammed met cette fois-ci à exécution son projet, maintes fois envisagé et brandi comme menace à l’administration coloniale, de quitter l’Azaouad pour le sud marocain. Un nombre assez important de tentes bérabishs l’accompagne : les sources françaises sont contradictoires à ce sujet, tentant de minimiser le phénomène, mais certaines évoquent un exode de 200 tentes35. Ces départs manifestent donc une stratégie de résistance partagée par une forte minorité de Bérabishs. Dans cet exil, Muhammed est secondé par son fils Khalifa, solidaire de son choix.

Fractures et mise en place d’un nouvel espace politique

37Ces événements dessinent la physionomie de la tribu des Bérabishs jusqu’au milieu des années trente :

  • d’un côté, dans l’Azaouad, deux groupes de Bérabishs soumis à l’administration coloniale de Tombouctou, ceux de l’est et ceux de l’ouest, commandés respectivement par des chefs loyaux à l’égard de l’autorité coloniale.
  • de l’autre, un groupe de Bérabishs dissidents réfugiés dans le sud marocain, rapidement fractionné en plusieurs branches, dont les figures de prou sont Muhammed ould M’hammed et son fils Khalifa. Tous deux, bien que condamnés à mort par contumace à Tombouctou, sont rapidement contactés par les autorités de cette ville qui tentent de trouver une base de compromis à leur éventuel retour36.

38Car il devient vite évident que l’action des dissidents bérabishs, qui vont gonfler les contingents de ce que les autorités coloniales françaises appellent les “pillards du sud marocain”, nuit à l’équilibre politique et économique de l’Azaouad. L’axe Tombouctou-Taoudéni est en effet particulièrement visé par ces groupes armés, organisés sur les franges sahariennes du Maroc, qui attaquent régulièrement les caravanes s’y aventurant encore.

  • 37 R. Aouad-Badoual, 1994, t. 2, p. 356-357.

39Ceux qui ont choisi de se soumettre tentent péniblement de maintenir une activité caravanière au sein des azalaï officielles “protégées” par les militaires français. Mais cette activité est considérablement réduite à cause justement des actions armées des “dissidents” dont l’intensité atteint un paroxysme en 1916-1917, dans un contexte de rébellion généralisée au Sahara (révoltes touarègues)37.

  • 38 Rapport Démaret, op. cit.

40Au début des années vingt, au lendemain des grandes révoltes touarègues et de la recrudescence de ces actions armées, le temps est, du côté des autorités coloniales de Tombouctou, au bilan. Pour la première fois, les effets désastreux de la politique coloniale à l’égard des Bérabishs sont clairement mis en avant : émiettés et appauvris, soumis à un commandement fragile et contesté, ils se révèlent incapables de se défendre face aux attaques de leurs frères dissidents et laissent ainsi la région sans défense, ouverte aux incursions des guerriers venus du nord38. Les pertes en chameaux, consécutives à l’action des rezzous, sont aussi considérables dans l’ensemble de l’Azaouad, et en particulier chez les Bérabishs soumis.

41Devant un tel constat, des contacts avec les dissidents sont entrepris par l’intermédiaire des réseaux teknas et tadjakants (Aouad-Badoual, 1994, II : 373-378). Ils n’aboutissent pas. Au fil des années, les nouvelles parvenant du Maroc décrivent les dissidents dans une situation matérielle de plus en plus difficile. A Tombouctou, le commandement français décide, de fait, de laisser le temps affaiblir la dissidence tout en intégrant de plus en plus massivement les Bérabishs soumis dans les unités de défense de la région.

Les tournants des années vingt

42Au cours des années vingt, deux événements portent à la dissidence bérabishe des coups décisifs. Le premier est la capture de Khalifa par les Français, en 1923, à la suite d’un rezzou près de Tombouctou. Cet événement prive la dissidence de son combattant le plus actif et le plus prestigieux ; le second, la mort de Muhammed ould M’hammed en 1927, fait disparaître la figure historique de ce mouvement. A la fin des années vingt, on peut dire que cette dissidence est décapitée.

  • 39 Télégramme du gouverneur du Soudan au gouverneur général de l’AOF, Koulouba le 18 oct. 1923, n° 69 (...)
  • 40 Voir le témoignage de Mohamed Ali Ag Attahar Insar, 1990, p. 96-97.

43Il convient de s’attarder quelque peu sur les conditions de la capture de Khalifa. Celui-ci participe, en mars 1923, à une attaque de grande envergure menée par des guerriers en provenance du sud marocain contre le peloton méhariste d’Araouane à Dayet-en-Naharet (voir carte). Les Français organisent rapidement une contre-offensive. Une nouvelle confrontation, qui tourne cette fois-ci en leurs faveur, a lieu à Tin ‘Aïcha, près du lac Faguibine, à l’ouest de Tombouctou. D’après nos sources, Khalifa aurait participé à ce combat mais aurait réussi à fuir et à trouver refuge dans l’un des campements Kel Intessar des alentours. Il y aurait été découvert par Muhammed ‘Ali ag Attaher, le fils du chef, et rapidement livré aux autorités françaises de Goundam39. Pourquoi Muhammad ‘Ali s’est-il empressé de se débarrasser de ce visiteur gênant ? Souffrait-il, comme la plupart des nomades soumis de la région de l’attaque des rezzous, d’où sa décision de collaborer avec les autorités coloniales pour éradiquer la résistance ? Il semble difficile de conclure, surtout en l’absence de témoignages directs sur cet épisode : il reste que les rapports entre les chefs Kel Intessar et les Bérabishs sont marqués, à l’époque contemporaine, par des tensions dont les origines sont sans doute à rechercher dans les différences de mode et les écarts chronologiques de leur résistance à la présence coloniale40.

  • 41 Rapport politique et économique mensuel du Soudan, mars 1927, ANS 2G27/122 CAOM 14mi2627.

44Une fois capturé, Khalifa va être jugé et mis en détention, loin de Tombouctou où un courant en sa faveur traverse encore une partie des Bérabishs41. Il semble en effet que, malgré les choix divergents face à la conquête française, le prestige du fils de celui qui reste, sans doute pour beaucoup, le chef historique, soit encore sensible chez certains.

  • 42 ANS, “fonds modernes”, 15G20 CAOM 14mi2273.
  • 43 Rapport politique et économique mensuel, Soudan, mai 1927, ANS 2G27/122, CAOM 14mi2627.
  • 44 Rapport politique annuel du Soudan, 1926, ANS 2G26/13 CAOM 14mil711.
  • 45 Rapport mensuel sur la situation politique et économique de la région de Tombouctou, mars 1917, AN (...)

45Au cours de la détention de Khalifa, de 1923 à 1928, son père, encore en contact avec les autorités de Tombouctou plaide la libération et la réinvestiture de son fils à la tête de l’ensemble des Bérabishs de l’Azaouad, condition préalable à son éventuel retour42. Mais il meurt en 1927 dans le Tafilelt, sans que ses vœux soient exaucés, alors que sa famille est éclatée et meurtrie par la résistance : son fils est encore en prison, et son petit-fils vient d’être tué dans un rezzou43. De toutes façons, à cette date, les autorités coloniales se détournent complètement de la solution d’une réintégration des dissidents, préférant régler le problème de la direction politique des Bérabishs par d’autres biais. En 1926, Arouatta ould Sidi ‘Ah, le chef des Bérabishs de l’ouest, toujours contesté et manifestant peu d’autorité, est démissionné. Il est remplacé par le chef des “partisans” bérabishs, Cheikh ould Baba Ahmed44. Voici donc les “partisans” fortement récompensés, et la tribu des Bérabishs soumise à une direction qui sied à l’autorité française. Au détriment de son unité, puisque la fraction dont est issu le chef démissionné, les ouled ‘Aïch, se détache de l’ensemble en lui demeurant fidèle45.

Khalifa ould Muhamad en 1929 (C. Le Rumeur, in Tropiques, Revue des troupes coloniales, mars 1955, p. 46)

  • 46 Le gouverneur des colonies, lieutenant-gouverneur du Soudan français à M. le gouverneur général de (...)
  • 47 Rapport politique annuel du Soudan 1930, ANS 2G30/7, CAOM 14mi1728.

46Khalifa est libéré en 1928. Mais une interdiction de séjour dans l’Azaouad le condamne à l’errance46. Il rejoint alors ceux qu’il avait quittés cinq ans plus tôt, sur les bords de l’oued Draa. En 1930, il risque tout de même un passage à Tombouctou où il va plaider, auprès des autorités coloniales, la libération de son gendre pris lors d’un rezzou sur l’Adrar des Iforas en 1928. Attentif aux réactions des Bérabishs à l’égard de cet ancien chef, le commandement de Tombouctou se réjouit qu’aucun remous n’accompagne sa visite, maintenant persuadé que cette tribu a définitivement trouvé son équilibre, au sein de l’“organigramme” imposé par l’autorité coloniale47. En 1933, la fidélité de leur plus ancien allié, Mahmoud ould Dahman, est récompensée : on le décore de la Légion d’honneur.

  • 48 Dossier Khalifa ould Mehemed 1925-1938, correspondance 1937-1938, ANM, FR, 2E139.

47Pour ceux qui sont encore dans le sud marocain, l’avancée de la pénétration française dans cette région au milieu des années trente limite les perspectives d’avenir. Certains pensent pouvoir poursuivre la lutte en se repliant dans des régions encore préservées, comme le Rio de Oro. Mais la plupart songe au retour et entame des procédures de soumission dans les postes français des franges sahariennes du Maroc. En 1937, c’est au tour de Khalifa de solliciter, de Tindouf, l’autorisation de rejoindre définitivement son pays natal. Mais cette demande de retour dans l’Azaouad se heurte à une fin de non-recevoir, et on lui propose, comme à d’autres, des Kountas dissidents en particulier, d’aller nomadiser dans l’Adrar mauritanien48.

  • 49 Notamment dans le cadre des évolutions politiques récentes liées à la rébellion nomade du nord du (...)

48En définitive, il ressort de cette longue période de mise en place de l’autorité coloniale dans le Sahara central et occidental, que les Bérabishs ont été considérablement affaiblis, économiquement et politiquement. Economiquement, le bilan n’est effectivement guère positif. Divisés par des choix divergents face aux Français, ils vont difficilement retrouver leur position privilégiée dans le commerce du sel entre Taoudéni et Tombouctou. La politique coloniale a été de canaliser au possible ce commerce, en fixant des quotas par tribu, qui leurs ont été défavorables. Mais surtout la direction politique de cet ensemble a été entièrement remaniée selon les convenances de l’autorité française. La question de la légitimité des chefs désignés par les Français — la longévité de Mahmoud ould Dahman est remarquable, puisqu’il conserve son poste jusqu’à l’indépendance — et en contrepoids, celle de l’influence de ceux qui ont choisi la résistance dans le sud marocain restent posées. Il faudrait, pour répondre, pouvoir recueillir la tradition historique propre des Bérabishs, afin de mieux comprendre, au regard de cette phase de leur histoire, leur position actuelle dans l’Azaouad, et dans les relations inter-régionales au Sahara central et occidental49.

Sources

49– Centre des Archives d’outre-mer, Aix-en-Provence (CAOM) :

501- Archives du Gouvernement général de l’Algérie (AGGA)

51Série H. Sous-série 22H. Carton 22H29.

522- Papiers privés (APC.)

5337 APC Papiers Bonnier. Carton 2.

543- Archives du Gouvernement général de l’AOF (conservés aux Archives nationales du Sénégal (ANS) et microfilmées à Aix.)

55a- Fonds anciens (1763-1920)

  • Série G. Sous-série 15G213/14mil055 : Région Nord (chef-lieu Tombouctou). Rapports politiques 1894-1899.
  • Série G. Sous-série 15G214/14mi1056 : Région Nord (chef-lieu Tombouctou).

56Correspondance du commandant de la région Nord au lieutenant-gouverneur du Soudan et correspondances diverses relatives à la région Nord (1897-1899).

57b- Fonds “modernes” (après 1920)

58- Série G. Sous-série 15G20/14mi2273 : Bérabishs dissidents. 1923-1930.

59c- Série 2G: rapports périodiques.

604- Archives de l’ancien ministère des Colonies (Fonds ANSOM)

61a- Séries géographiques

62- Soudan IV, dos. : expansion territoriale et politique indigène : 1891-1895. Expansion territoriale (a-Région Nord-Est, impressions produites par la prise de Tombouctou).

63b- Série Affaires politiques (Aff. pol.)

  • Carton 542, dos. 2 : rapport de l’inspecteur de 1ère classe des colonies Demaret, chef de mission du Haut-Sénégal-Niger à M. le ministre des Colonies sur la région de Tombouctou, Dakar le 27 juillet 1919, 29 p.
  • Archives diplomatiques de Nantes (ADN)
  • Tanger, série B, carton 52
  • Archives nationales du Mali, Bamako (ANM)
  • Fonds récent, 2E139 : affaires sahariennes Rgueibats dissidents, Bérabishs, 1906-1938.

Bibliographie

Bibliographie

ABITBOL, M.

1979, Tombouctou et les armas. De la conquête marocaine du Soudan nigérien en 1591 à l’hégémonie de l’Empirepeul du Macina en 1833, Paris, Maisonneuve et Larose, 296 p.

1982, Tombouctou au milieu du xviiie siècle, d’après la chronique de Mawlay al-Qasim B. Mawlay Sulayman, Paris, Maisonneuve et Larose, 85 p.

1986, Jihad et nécessité : le Maroc et la conquête française du Soudan occidental et de la Mauritanie, Studia Islamica, vol. LXIII, p. 159-177.

ABROUS, D.

1993, “Peuple de l’Azaouad”, tamurt ou comment négocier une définition de soi, in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, p. 87-95.

AG ATAHER INSAR, Md A.

1990, La scolarisation moderne comme stratégie de résistance, in REMMM n° 57, Aix-en-Provence, Edisud, p. 91-97.

Anonyme

1896, Histoire de Tombouctou depuis les origines jusqu’à la conquête française (d’après le journal officiel de l’AOF), Bulletin de la société de géographie de Marseille, p. 302-314.

AOUAD-BADOUAL, R.

1993 (I), Tombouctou face à la conquête française, Etudes et documents de IHPOM, Mélanges en l’honneur de J.L. Miège, n° 24, p. 19-42.

1993 (II), Le rôle de ‘Abidine el Kounti dans la résistance nomade à la conquête française de la boucle du Niger (1894-1902), in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, p. 35-48.

1994, “Les incidences de la colonisation française sur les relations entre le Maroc et l’Afrique noire” (c. 1875-1935), 2 t., thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence, 1994, 640 p.

DU PUIGAUDEAU, O.

1968, Arts et coutumes des Maures (II), Hespéris-Tamuda, vol. IX, fasc. 3, 1968, p. 329-458.

LENZ Oskar

1886-1887, Timbouctou. Voyage au Maroc, au Sahara et au Soudan. Traduit de l’allemand par P. Lehautcourt, Paris, Hachette, XII-467 p. et 438 p.

MARTY, P.

1918-1919, Etude sur l’islam et les tribus du Soudan, t. 1 : Les Kounta de l’Est, les Berabich, les Iguellad, Paris, Leroux, 358 p.

MONTEIL Lt, V.

1938, Sur quelques textes arabes provenant du Soudan (région de Tombouctou), BCEHS de l’AOF, oct-déc, p. 510-513.

PASCON, P.

1983, Le Haouz de Marrakech, Rabat, 693 p.

PEFOTAN Cmdt,

1934, “Araouan”, extrait du BCEHS de l’AOF, t. XVI, n° 3, juil-sept. 1933, tiré à part, Larose, 32 p.

SAAD, Elias N.

1983, Social history of Timbuctu. The role of Muslim scholars and notables 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, X-324.

WILLIS, J. R.

1985, The Western Sudan from the Moroccan invasion (1591) to the death of al Mukhtar al Kunti (1811), in Crowder et Ayaji, History of West Africa, 3ème éd., t. 1, p. 531-576.

Notes

1 Fondée, d’après certaines traditions, au xvie siècle par Ahmed Ben ou Ag Adda, originaire d’Es Souq. Péfotan, p. 3.

2 Cette partie se fonde sur mon travail de doctorat, R. Aouad-Badoual, 1994.

3 Voir la carte des tribus ma’qil au Sahara occidental au début xvie siècle d’après la description de V. Fernandes (1506-1507), établie par P. Pascon, p. 188.

4 Année.

5 P. Pascon p. 187. “Les tribus nomades n’ont jamais choisi de leur plein gré les régions désertiques pour y vivre. Leur vie politique se résume en une suite d’expéditions et d’alliances, au cours desquelles les victoires leurs donnent accès aux terres riches et les défaites les en éloignent. Le Sahara est le dernier refuge des vaincus qui ne se soumettent pas”.

6 Se référant au Tarikh el Fettash, P. Marty souligne l’existence d’un commissaire des Bérabishs à Tombouctou dès la fin du xve siècle et émet l’hypothèse d’une présence “proto-bérabishe” berbère dans la région, p. 180.

7 M. Abitbol, 1982, p. 37, note 36.

8 O. du Puigaudeau, p. 400.

9 J. R. Willis, p. 565.

10 E.N. Saad, p. 160,213,219.

11 A la fin du xixe siècle, Muhammed ould M’Hammed, le chef des Bérabishs est présenté comme moqqadem tidjani de Taoudéni, ADN, Tanger, série B, carton 52, lettre du représentant français à Tanger au ministre des Affaires étrangères, 15 juin 1899.

12 V. Monteil, p. 511.

13 Idem, p. 512.

14 D’après H. Barth, ils acquittent un tribut annuel aux Kel Ahaggar de 40 mitkal d’or. Cité par O. Lenz, t. 2, p. 135.

15 V. Monteil, “Histoire de Tombouctou…”, p. 314 ; Rapport sur la situation politique du Macina et des régions limitrophes, Bandiagara le 1er octobre 1893, CAOM, série géographique, Soudan IV, dossier 1.

16 Les Armas sont les descendants des conquérants marocains de la boucle du Niger à la fin du xvie siècle. En 1736, par exemple, le pacha arma Ahmad B. Mansur al Zari interdit à la population de Tombouctou de vendre des grains aux Bérabishs qui refusaient de regagner leurs campements habituels, mesure qui eut pour conséquence une famine à Araouane et Taoudéni. M. Abitbol, 1979, p. 181.

17 M. Abitbol, 1986, p. 159, R. Aouad-Badoual, 1994, t. 1, p. 192.

18 Extrait du rapport du 1er nov. 1893, Papiers Bonnier, CAOM, 37 APC, carton 2.

19 P. Marty, p. 178.

20 Lettre du général Swiney, commandant la division d’Alger à M. le gouverneur général d’Algérie, le 15 juin 1894, CAOM, AGGA, 22H29.

21 R. Aouad-Badoual, 1993 (I), p. 38-39.

22 R. Aouad-Badoual, 1993, (II) p. 36.

23 Rapport Klobb, commandant la région de Tombouctou du 14 juillet 1898, ANS, 15G213, CAOM, 14mi1055.

24 En fait, dès 1894, des fractions bérabishes aident les Français contre les Touaregs Kel Tamoulaï.

25 P. Marty, p. 203-204.

26 Rapport politique de la région de Tombouctou par le commandant Goldschoen au gouverneur général du Soudan français, nov. 1897, ANS, 15G213, CAOM 14mi1055.

27 Rapport politique de la région de Tombouctou mai 1899, ANS, 15G213, CAOM 14mi1055.

28 Rapport politique de la région nord, août 1899 et sept. 1899, ANS 15G213, CAOM 14mi1055.

29 P. Marty, p. 214.

30 Exode.

31 Le départ de Muhammed ould M’hammed est signalé dès 1899 (rapport politique du cercle de Tombouctou, déc. 1899 par l’administrateur stagiaire Vidal, ANS, 15G214, CAOM 14 mil056 et P. Marty, p. 213.

32 Idem, p. 215.

33 Voir à ce sujet le compte-rendu de la mission sur la région de Tombouctou de l’inspecteur des colonies Demaret, Rapport de l’inspecteur de 1ère classe des colonies, chef de mission du Haut-Sénégal-Niger sur la région de Tombouctou, Dakar, juil. 1919, CAOM, Affaires politiques, carton 542, dossier 2, p. 6 ; Rapport politique du Haut-Sénégal-Niger, 3ème trim. 1907, ANS 2G7/3 CAOM 14mil641.

34 On évoque des relations incestueuses avec sa fdle, mariée avec Mahmoud ould Dahman.

35 Rapport Démaret, op. cit.

36 Les premiers contacts datent de 1913 à l’initiative du Lt-colonel Sadorge, lettre du Lt-colo-nel Sadorge, commandant la région de Tombouctou à M. le gouverneur du HSN, le 23 novembre 1913, ANM, FR, 2E139.

37 R. Aouad-Badoual, 1994, t. 2, p. 356-357.

38 Rapport Démaret, op. cit.

39 Télégramme du gouverneur du Soudan au gouverneur général de l’AOF, Koulouba le 18 oct. 1923, n° 698, ANS “fonds moderne” 15G20 CAOM 14mi2273.

40 Voir le témoignage de Mohamed Ali Ag Attahar Insar, 1990, p. 96-97.

41 Rapport politique et économique mensuel du Soudan, mars 1927, ANS 2G27/122 CAOM 14mi2627.

42 ANS, “fonds modernes”, 15G20 CAOM 14mi2273.

43 Rapport politique et économique mensuel, Soudan, mai 1927, ANS 2G27/122, CAOM 14mi2627.

44 Rapport politique annuel du Soudan, 1926, ANS 2G26/13 CAOM 14mil711.

45 Rapport mensuel sur la situation politique et économique de la région de Tombouctou, mars 1917, ANS, 2G27/122, CAOM 14mi2627.

46 Le gouverneur des colonies, lieutenant-gouverneur du Soudan français à M. le gouverneur général de l’AOF à Dakar, Koulouba le 25 mai 1928, ANM, FR, 2E139.

47 Rapport politique annuel du Soudan 1930, ANS 2G30/7, CAOM 14mi1728.

48 Dossier Khalifa ould Mehemed 1925-1938, correspondance 1937-1938, ANM, FR, 2E139.

49 Notamment dans le cadre des évolutions politiques récentes liées à la rébellion nomade du nord du Mali, voir D. Abrous, 1993, p. 87-94.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Khalifa ould Muhamad en 1929 (C. Le Rumeur, in Tropiques, Revue des troupes coloniales, mars 1955, p. 46)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter