Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Histoire, mémoires et identités

Temust : regards croisés

Dahbia Abrous

Texte intégral

1Un précédent article (Abrous, 1996) tentait de cerner la configuration politique que prend la revendication touarègue au Mali et au Niger. L’analyse — menée à partir de documents, écrits en français, produits par les mouvements et fronts armés — a permis de relever les éléments suivants :

  • une revendication territoriale implicitement formulée ; elle concerne l’Air et l’Azawagh du côté nigérien, l’Azawad du côté malien. Ce droit au sol est justifié par le recours à l’histoire. A cette régionalisation de la revendication territoriale correspond un éclatement des fronts,
  • une solution de type fédéral proposée dans le respect des frontières établies mais qu’aucun des accords signés jusqu’à présent ne réussit à instaurer,
  • un mouvement de lutte qui se cherche entre deux systèmes de valeurs : temujagha ou le système traditionnel ; teshumara, système qui s’est forgé parmi les jeunes chômeurs (ishumar) partis vers la Libye et l’Algérie et qui constituent le bras armé de ces mouvements.

2Ces analyses et celles qui ont précédé (Abrous, 1990, 1993) n’ont porté que sur des documents élaborés par ces mouvements et fronts armés. Il s’agit d’un discours politique, destiné essentiellement à l’extérieur : Etats, opinion publique internationale...Le présent travail tentera une comparaison entre ce discours politique et un discours qui émane d’autres pans de la société touarègue. La comparaison portera sur des points-clé : rapport au territoire, aux Etats (malien et nigérien), aux frontières, aux peuples voisins : autant de nœuds autour desquels la société touarègue négocie laborieusement une redéfinition d’elle-même.

  • 1 Les entretiens constituant le corpus ont été publiés in Claudot-Hawad et Hawad (éds), 1996, à l’ex (...)

3Le corpus1 qui servira de base à cette comparaison est composé d’une série de douze (12) entretiens réalisés en majorité auprès de personnes exilées, la plupart au Burkina-Faso.

4Il n’est bien sûr pas possible d’opérer des extrapolations abusives à partir de cet échantillon ; il n’en demeure pas moins cependant qu’il est assez varié : les interviewés sont d’âge et de sexe différents et trois d’entre eux ont appartenu ou appartiennent encore aux mouvements armés.

5Ces deux discours — bien que traitant de la même thématique — n’ont ni les mêmes caractéristiques ni la même finalité. Le premier est écrit en français, il a une visée directement politique et est destiné à l’extérieur (Etat, opinion internationale). Le second a été recueilli oralement, le plus souvent en touareg, il est sans visée politique immédiate et comme tout produit oral, il est déterminé par les conditions dans lesquelles il a été énoncé.

6Sur le plan de l’expression, il faut souligner la grande richesse en métaphores du discours des hommes âgés : deux septuagénaires et un nonagénaire.

7Prise dans ces limites, la comparaison ne portera que sur le contenu (et non sur la forme) ; elle s’articulera autour des catégories-clé soulignées plus haut.

8L’analyse comparée menée terme à terme entre ces deux discours révèle qu’ils ont en commun un “socle” important : tous les éléments que l’on peut regrouper autour des catégories de “regard sur l’histoire” et de “rapport au territoire”. En effet, ces deux discours se rejoignent parfaitement sur les affirmations suivantes :

9● Le Sahara est notre domaine ancestral.

10Ce point a été longuement développé dans un précédent article (Abrous, 1996) nous y revenons seulement pour souligner que les personnes interviewées réaffirment cette “Paternité” sur le territoire en des termes quasi identiques.

“Tous les peuples nous reconnaissaient la paternité de cet espace (i.e. : le Sahara et ses rives”), que nous avons dompté, maîtrisé et géré depuis la nuit des temps. Même les scientifiques les plus réticents qui y ont étudié les vestiges et les traces civilisationnelles, s’accordent pour dire que le Sahara Central est notre domaine depuis des millénaires” (mémorandum, p. 1).

11Tout le discours développé par les interviewés autour de la notion de temust (tumast) et qui sera analysé plus loin rejoint parfaitement celui-ci. Cet ancrage territorial (au-delà de la langue et de la culture comme c’est le cas pour les berbérophones du nord) semble constituer aujourd’hui le premier paramètre définitoire dans l’aire touarègue.

12● Avant la conquête française, les cinq confédérations touarègues formaient un ensemble homogène.

13Sur ce point, comme sur le précédent, la convergence est totale.

“A l’époque, (mémorandum, p. 1) quoiqu’on dise et contrairement à ce qu’on a voulu dire et faire accepter au monde, nous constituons (sic) un ensemble géographiquement, socialement et culturellement homogène. C’est pour cela que toutes les confédérations qui constituent la nation touareg se sont soulevées partout pour barrer le chemin à l’envahisseur français”.

  • 2 Cette réfutation du discours colonial, habituelle dans le discours des mouvements d’indépendance, (...)

14Si ce type d’affirmation ne figurait que dans le discours politique, il aurait pu être analysé comme une construction a posteriori de la société touarègue par laquelle serait récusé terme à terme le discours colonial2 ; mais la même perception de la société touarègue pré-coloniale se retrouve dans les entretiens et c’est dans le même contexte qu’est employé le terme temust (ou tumast).

“Au début, les Touaregs formaient une nation (tumast) qui avait sa structure et ses visions par lesquelles elle perpétuait son monde. Alors, la France est arrivée...” (Mohamed Ali Ag Ataher Insar : 55).

15D’autres précisions peuvent être apportées :

“Nous, avant la France, personne ne nous dominait, nous constituions des forces organisées (...). Nous nous pillons entre nous et faisons des combats, mais les gens continuent à faire des échanges avec d’autres confédérations touarègues (...). Ils épousent leurs femmes et s’entr’aident. Ce n’est pas une chose que nous considérons comme une rupture de notre nation” (Amuzar Ag Eshim : 60-61).

16La différence entre les deux discours réside dans le fait que pour les entretiens, cette référence à la notion de temust (tumast) ne se cantonne pas dans le passé pré-colonial, elle est projetée dans le présent. Les douze entretiens analysés se réfèrent tous à cette notion qui figure telle quelle temust (tumast) en touareg ou est traduite par “nation” en français. Lorsqu’elle est évoquée, elle renvoie au grand ensemble touareg :

“Au début, les Touaregs formaient les piliers soutenant le toit de la nation touarègue”... (Hawad : 83)

“Comment nous, Touaregs qui sommes une seule nation qui a conscience de la fraternité, accepterions-nous une dislocation comme celle-ci ?” (Ouray Ag Wanayer : 148),

“Nous tous (en) une seule nation que nous sommes, nous retournerons dans notre pays” (Emeslag Ag Elalag : 157).

17Dans le présent, cette notion renvoie à brisure, éclatement, exil, ténèbres, agonie, lutte, résistance, libération.

“La nation touarègue est brisée, éclatée, séparée, elle a fait un pas dans la mort et l’exil” (Amuzar Ag Eshim : 63).

“C’est difficile de savoir ce qui est mieux, ce qui est noble pour la nation des Touaregs. Tout est brisé” (Emeslag Ag Elalag : 155).

“Tumast, cela représente le pays, la langue, les valeurs, le comportement, le fait d’être touareg et tout ce qui en découle” (Akli : 113).

“Protéger la nation et la sortir des ténèbres et de l’agonie où elle était engluée” (Ouray Ag Wanayer : 125).

“Résistance, libération de notre nation” (Mohamed Ali Ag Ataher Insar : 55-57 ; Akli : 13 ; Ouray Ay Wanayer : 132, 134, 137...)

18A l’idée de nation et plus exactement à celle de territoire est associée, selon la représentation traditionnelle (tafella n imajagheri), l’idée de recouvrir, d’abriter (supra Hawad : 83). Le territoire est comparé à :

“une couverture qui protège du froid mais aussi du soleil” (Emeslag Ag Elalag : 161).

“Je n’ai aucun désir ni vœu (...) si ce n’est de voir demain ma nation renaître, une nation avec des piliers, des piliers forts qui auront des rameaux pouvant abriter de leur ombrage tout lieu” (Karsa welet Elghelas : 194).

19Enfin, l’idée de nation touarègue aujourd’hui est rendue par la métaphore du tissage de la trame déchirée par la conquête française ; Emeslag Ag Elalag consacre à cette déchirure de longs développements (157-159).

20Sur ce dernier point les deux discours vont de nouveau converger.

  • 3 Certains chefs touaregs avaient très tôt (dès les années quarante) pressenti l’arrivée des indépen (...)

21● La France a tailladé notre pays, éventré notre nation et nous a légués à ses serviteurs3.

22Les deux discours sont unanimes : la tragédie qui frappe aujourd’hui le monde touareg est une conséquence de la conquête française ; la France est désignée comme principale responsable de cette tragédie. Le mémorandum de la CRA consacre ses trois premières pages à démontrer le processus qui a mené à la destruction de la société touarègue :

“Les ficelles de notre histoire, de notre devenir nous ont été arrachées de force par les Français au début du siècle après des décennies de résistance. La révolution de nos ancêtres a été matée dans le sang (...) et, nous Touaregs (...) nous ressentons encore dans notre sang la douleur et l’acuité de cette injustice. Nous avons été dépossédés de notre territoire dans son intégralité ; nos structures socio-politiques et administratives ont été littéralement émiettées. En effet, pour mieux asseoir les acquis de leur nouvelle conquête et annihiler tout nouvel élan de révolution de notre part, nos colonisateurs ont d’abord partagé notre espace par des frontières arbitraires, constituant ainsi des pays taillés à leurs intérêts, et ensuite à l’intérieur des nouvelles entités ainsi créées, ce qui reste de nos structures a été désorganisé et modelé conformément aux besoins de la nouvelle administration qu’on nous imposa” (mémorandum, p. 1-2).

23Dans les entretiens, et en particulier pour les trois hommes âgés qui ont un souvenir précis de l’occupation française, celle-ci signifie : éclatement, brisure et mort. Leurs propos, tissés de métaphores, rejoignent parfaitement ceux de la poésie kabyle consécutive à l’écrasement de l’insurrection de 1871, poésie dans laquelle l’ordre nouveau imposé par la France signifie renversement de la table des valeurs, fin du monde, et... il s’agissait bel et bien de la fin d’un monde :

“La France, elle qui a usé et déchiré la trame de notre nation et qui a éventré ses liens avec les peuples voisins est incapable d’être aujourd’hui une aiguille qui recouse” (Emeslag Ag Elalag : 157).

“Il faut que la France qui a tailladé notre nation et notre pays sache que ni l’argent ni le feu ne nous feront jamais accepter d’être dirigés par ses nouveaux serviteurs” (Mohamed Ali Ag Ataher Insar : 58).

“A l’indépendance la France a fait de nous les esclaves de ses esclaves” (Amuzar Ag Eshim : 66).

“On avait convaincu nos nouveaux maîtres de la nécessité de nous maintenir sous la semelle car nous constituons encore un danger qui menace les nouveaux acquis” (mémorandum, p. 3).

24Les documents politiques et les entretiens sont aussi très explicites sur les points suivants :

  • Ce traitement — en particulier le démantèlement de l’espace et de l’organisation sociale touaregs — a été réservé aux Touaregs pour les punir de la farouche résistance qu’ils ont opposée à la domination française ; le souvenir de cette résistance est encore très vif dans les mémoires, y compris chez les plus jeunes.
  • La France a partagé l’ensemble touareg entre des Etats qu’elle a créés artificiellement (seuls sont nommés ici le Mali et le Niger) afin de jouir sans obstacle de ses ressources naturelles, en particulier de l’uranium.
  • C’est la France qui arme aujourd’hui les armées qui massacrent les Touaregs : “Nous sentions que la tâche principale de l’armée encadrée et équipée par la France est la mise au pas des Touaregs, seule source potentielle d’ennuis” (mémorandum, p. 7). C’est la France, affirme Emeslag Ag Alalag (p. 162) “qui attise le feu entre les différents peuples d’Afrique”.

25Il faut enfin préciser que les deux discours sont unanimes pour présenter cette attitude française comme une trahison :

  • 4 Du côté malien, une lettre datée du 30 mai 1958 et exprimant les mêmes revendications a été publié (...)

“Mais avant ces dernières (i.e : “les prétendues indépendances”), le colonisateur avait pris le soin de nous préparer notre future tutelle. Bien entendu nous n’étions pas à même de comprendre l’astuce, car au cours de leur présence chez nous, tout dans leur attitude montrait qu’ils restaient pour toujours (...). Ce fut le référendum de 1958. Nos parents se prononcèrent en faveur de leur indépendance en précisant qu’ils désiraient un pays à eux où ils retrouveraient leurs droits d’avant la colonisation. Il existe encore des documents4 le prouvant (...) mais les jeux étaient déjà faits et nulle place à une quelconque protestation. Au Niger, les auteurs de la lettre furent déportés et moururent en prison. Le mirage d’une indépendance dans un cadre touareg, comme nous étions en droit d’y aspirer, s’envolait en éclats” (mémorandum, p. 2-3).

26Amuzar Ag Eshim, septuagénaire, est plus concis :

“Nous, les Touaregs, nous avions pensé que la France était une terre de parole. De la même manière qu’elle avait affirmé aux Noirs qu’elle allait leur donner l’indépendance, pourquoi n’a-t-elle pas eu de parole envers les Touaregs ?” (Amuzar Ag Eshim : 73).

27Le dernier point de convergence entre ces deux discours concerne le caractère artificiel des Etats malien et nigérien. Il faut encore souligner que l’Algérie et la Libye — qui se partagent elles aussi une partie de l’ensemble touareg — sont plus rarement mentionnées dans ce contexte (Hawad : 83 ; Ag Ichrach : 208, Abou ag Ayor : 6).

28● Le Mali et le Niger — Etats sans nations — sont des créations franco-françaises au service de la France.

29Ce point a déjà été abordé (Abrous, 1996) et nous avons vu que c’était dans ce “creux” que s’inscrivait la spécificité touarègue et partant — pour les textes des fronts armés — la revendication fédérale. Nous y revenons seulement pour souligner la convergence des deux discours. Là aussi, c’est à la période coloniale qu’il est fait référence pour expliquer le “brouillage des cartes”.

30Le mémorandum de la CRA, dans une démarche analytique, explique que :

“la colonisation a été un frein à la réalisation d’une histoire et d’un destin commun pour les peuples trouvés sur cet espace géopolitique. Elle a retrouvé (sic) des entités géopolitiques indépendantes dont les relations controversées allaient de la coopération politico-économique au conflit ouvert. D’autres s’ignoraient purement et simplement (...) c’est dans ce chaos que sont nées les nations européennes et autres avec la différence fondamentale qu’elles n’ont pas connu un phénomène aussi perturbateur que la colonisation. En Afrique, cette dynamique a été supplantée (...) par une autre purement artificielle qui sert les intérêts des nations qui osent se dire “civilisées”. La construction d’une nation est un choix délibéré des peuples qui doivent lui donner la forme et le fond souhaité. La mosaïque de peuples qui constituent le Niger actuel n’a ni choisi ses frontières ni la démarche à adopter pour parvenir à l’homogénéité nécessaire à la réalisation d’une nation digne et capable d’élever sa voix dans le monde”, (mémorandum, p. 3-4).

31Ce texte affirme en substance que la conquête française a bloqué le processus de construction des nations en Afrique et qu’à son départ, la France s’est taillé — en instaurant des frontières arbitraires — des Etats artificiels à sa convenance.

32Ce constat est partagé par les deux discours ; c’est ce qui est exprimé longuement à travers la métaphore de la trame déchirée (Emeslag ag Elalag : 157-158) ou de manière plus concise par Amuzar Ag Eshim :

“Français, l’organisation des fédérations touarègues vaut mille fois mieux que les Etats que vous avez bâtis en Afrique” (p. 72)... “Ces Etats qui nous dominent (...) n’ont aucune racine, même pas celles qui les ont mis debout dans ce présent” (p. 78).

33Enfin, certains interviewés vont plus loin, signifiant que les Etats du Mali et du Niger ont été construits sur les débris de la nation touarègue :

“C’est une injustice de reconnaître à l’Etat nigérien ou malien la souveraineté et de ne pas reconnaître à une nation, qui existe au sein de ces Etats, le droit à la vie” (Abou Ag Ayor).

34Le rapport entre Etat et Nation, pris dans ce contexte, ne renvoie pas à un simple jeu de mots, c’est dans ce nœud que s’inscrit le problème touareg aujourd’hui ; c’est aussi de la perception de ce rapport que dépendent d’autres aspects qui lui sont intimement liés ; il s’agit de la position vis à vis :

  • des Etats actuels de Niger et du Mali,
  • des frontières — reconnues comme arbitraires — (mais) qui fondent aujourd’hui la souveraineté de ces Etats,
  • des peuples voisins.

35Entre ces deux discours, ce sont ces trois points qui constituent le lieu d’articulation des divergences mais aussi quelquefois de simples nuances.

36● Rapports avec les Etats du Mali et du Niger

37C’est de ce point que partira la ligne de divergence principale entre les deux discours. Nous avons vu qu’ils se rejoignaient dans la critique en règle des fondements mêmes de ces Etats. Les hommes âgés interviewés dénient à ces Etats toute légitimité : l’un d’eux — Amuzar Ag Eshim (p. 69) — considérant ces Etats comme de simples marionnettes dont les ficelles sont tirées par la France, interpelle directement les dirigeants français pour le règlement du conflit touareg. Trois solutions, propose-t-il :

“Soit vous nous aidez à restaurer notre nation, soit vous revenez en abandonnant le faux-semblant pour coloniser tout le pays, comme cela au moins, il y aura une égalité dans le malheur ; soit enfin, le meilleur de mon point de vue, vous nous laissez seuls avec les petits touche-à-tout auxquels vous nous avez livrés”.

38D’autres interviewés soulignent le rôle destructeur de ces Etats :

“Les Etats n’ont pas de politique pour la nation touarègue hormis le feu et le génocide” (Ouray Ag Wanayer : 132).

“Le résultat et le but ont toujours été les mêmes, c’est d’en terminer avec ce peuple, de casser le peuple touareg que ce soit sur le plan physique ou sur le plan culturel, sur le plan de sa civilisation” (Akli : 14).

39La divergence apparaît dans la position des mouvements et fronts armés. Pour ceux-ci, on note un décalage entre le radicalisme de leur critique quant aux fondements de ces Etats et le fait qu’ils reconnaissent pleinement la légitimité de ces Etats face auxquels ils se positionnent comme interlocuteurs (Abrous, 1993 : 89-91). Cette reconnaissance procède bien sûr du réalisme politique : les Etats (et leurs armées) sont bel et bien sur le terrain et ils constituent des interlocuteurs incontournables ; dans ce rapport, les fronts armés se défendent de toute volonté de séparatisme :

“Le Niger doit aller vers un régime fédéral en ce sens qu’il n’y a pas d’unité nationale. Qu’on ne nous prête pas des intentions que nous n’avons pas. Nous ne sommes pas des séparatistes, des indépendantistes et nous ne voulons pas la partition de notre pays” (Rissa Boula, commandant des Forces armées de libération de l’Air et de l’Azawagh in Libertitres, avril 1992, p. 3).

40Cette reconnaissance des Etats procède du réalisme politique mais pas seulement, elle va au-delà : les mouvements et fronts armés ont une position intégrationniste :

“Si on nous faisait une place au même titre que les maliens, je pense que nous avons les mêmes capacités que tout le monde pour être officier dans notre pays (...). Au gouvernement notre communauté a rarement disposé de ministre, dans la haute administration nous n’avons personne” (Mohamed Sidi Ag Ichrach, coordonnateur des Mouvements et fronts unifiés de l’Azaouad, Journal du soir, 18 août 1994, p. 3).

41Le rattachement au Mali et au Niger est, pour ces fronts armés, un fait acquis (Abrous, 1993 : 90). C’est dans ce cadre là qu’ils opèrent et qu’ils négocient et c’est la raison pour laquelle leurs revendications ne peuvent pas aller au-delà d’un certain fédéralisme. Cette question est intimement liée à une autre : elle concerne la légitimité ou non des frontières établies. En fait, c’est autour de ce “noyau dur” : position face aux Etats et reconnaissance des frontières que se situe le hiatus entre la position des mouvements armés et les affirmations contenues dans les entretiens.

42● Des frontières arbitraires mais “incontournables”

43Les mouvements armés soulignent certes le caractère arbitraire des frontières établies mais ils les reconnaissent de fait puisqu’ils se défendent de tout séparatisme et qu’ils négocient dans le cadre du principe de républiques (malienne et nigérienne) unes et indivisibles.

  • 5 Des réfugiés touaregs, dans des camps de Mauritanie tiennent les mêmes propos, (voir Habaye in Baq (...)

44Pour les interviewés5 quel que soit leur âge, le principe de l’intangibilité des frontières n’est pas du tout un tabou :

“Le système de l’intangibilité des frontières, je dis que c’est faux. On a tracé des frontières au mépris des nations (...) on est en train de nous berner ; on nous parle de nation malienne, nigérienne, algérienne, mais c’est faux ; il s’agit d’Etats qui sont en train d’annexer d’autres nations. Des gens qui se réclament de la même nation, comment peut-on les séparer ? Ce n’est pas possible” (Abou Ag Ayor).

“Je pense que tôt ou tard, l’Afrique comprendra que le tracé des frontières était une chose diabolique et qu’elles étaient faites à une époque où la France était aveuglée par son ignorance et son souci d’invasion et de colonisation” (Sidalamin : 202).

45A travers les frontières, c’est bien sûr la nature de la revendication qui apparaît, c’est précisément — nous l’avons souligné plus haut — autour de ce “noyau dur” position face aux Etats/respect des frontières/nature de la revendication que se situe le hiatus entre les deux discours.

46Les revendications des fronts sont régionales, elles proposent une solution fédérale dans le respect des frontières établies aussi bien au Mali qu’au Niger. Or, sur les douze entretiens analysés, dix (nous reviendrons sur les deux autres) se réfèrent explicitement à la nation touarègue et aspirent à la libération du grand ensemble touareg :

“Quel avenir pour nous sauf continuer à résister en mourant ou en vivant pour perpétuer notre nation (...) Même si nous arrachons à l’occupant un coude de notre terre, nous ne cesserons de lutter jusqu’à la libération du pays touareg” (Mohamed Ali Ag Ataher Insar : 56-57).

“Une seule chose me donne l’espoir de vivre en surpassant mon ennemi, c’est le désir de la justice et de la construction de notre pays et de notre nation (tumast), en les construisant sur des piliers nobles qui respectent la dignité de tous” (femme anonyme : 101-102).

“Jusqu’à la signature des accords de 1991, c’était comme cela, notre stratégie concernait tout le pays touareg. On disait que de toute façon, il fallait un Etat touareg où les policiers ne vont pas nous interdire nos activités, où on va pouvoir vivre comme on le veut, comme des Touaregs” (Akli : 113).

47Les deux exceptions sont :

48- Sidi Mohamed Ag Ichrach qui, en sa qualité de coordonnateur des Mouvements et fronts unifiés de l’Azaouad, expose et argumente la thèse régionale :

“La carte qui nous paraît politiquement jouable aujourd’hui, c’est d’obtenir une forme d’autonomie pour les régions (...). Nous sommes un petit peuple et nous n’avons pas les moyens de remettre en cause tout le système” (Sidi Mohamed Ag Ichrach, p. 207).

49- et Dawsa Welet Amayor : elle expose, sans prendre position, les trois tendances que connaît aujourd’hui la société touarègue quant à la nature de cette revendication :

“Quand ils te parlent, les gens sont divisés en deux lignes : il y a ceux qui pensent tout simplement que l’on est dans la bonne voie et qu’il faut rester dans le Mali et le Niger, que les Touaregs ne peuvent entretenir une nation, qu’ils vont s’entre-tuer (...) Il y a des gens qui étaient convaincus qu’il pouvait y avoir la nation touarègue mais pas de tous les Touaregs : seulement ceux de l’Azaouad (au Mali) et de l’Air (au Niger) (...) L’autre groupe, c’est celui qui pense qu’il faut reconstruire la nation touarègue entière, avec un Etat touareg uni. Ces gens-là ne sont pas très nombreux, peut-être que c’est parce qu’ils n’ont pas beaucoup d’espoir” (Dawsa Welet Amayor : 188).

50On voit donc bien — même si ces douze entretiens n’ont pas de représentativité statistique — que la solution fédérale défendue par les fronts armés ne constitue qu’une des alternatives proposées à ce conflit. D’autres aspirations existent au sein de la société touarègue même si elles ne disposent pas de moyen d’expression politique. Mohamed Ali Ag Ataher Insar exprime cette situation de manière métaphorique :

“Ce soulèvement (i.e des années 1990) jusque-là n’a été l’affaire que de l’un des bras des Touaregs, tandis que l’autre partie, celle qui forme la majorité du corps touareg, même si elle continue à résister dans le silence, ne s’est pas encore dressée” (Mohamed ali Ag Ataher Insar : 55).

51Les mouvements et les fronts armés eux-mêmes semblent traversés par ces tendances, les entretiens menés par Philippe Baqué parmi les réfugiés touaregs en Mauritanie le soulignent :

“L’idéal serait de créer une société nouvelle sans castes sans nobles sans esclaves, en supprimant les structures féodales qui ont été utilisées par l’oppresseur. Déjà les jeunes ont commencé à gagner beaucoup de gens, y compris parmi les plus conservateurs, mais actuellement dans les mouvements et les fronts a surgi une nouvelle opposition, cette fois-ci entre les combattants et les intellectuels. Les premiers sont parfois plus radicaux, allant jusqu’à demander l’indépendance, alors que les seconds sont plus modérés et parlent de fédéralisme ou d’autonomie” (Baqué, 1993 : 118).

52Les entretiens ici analysées (à l’exception de celui de Sidi Mohamed Ag Ichrach) portent aussi un regard distancié sur la stratégie de ces fronts armés. Deux des interviewés — Akli et Ouray Ag Wanayer — militants de ces fronts et aujourd’hui en exil, donnent avec précision les raisons qui ont amené à l’éclatement et au rétrécissement de cette revendication à des dimensions régionales ; tous deux affirment que l’objectif initial était la libération de tout le pays touareg (qu’ils appellent soit “tumast” en touareg, soit “la nation” en français) et que le rétrécissement est dû à trois facteurs :

531/ Le fait que ce mouvement de lutte ait été préparé en exil : “Il y a eu un décalage entre les espérances du peuple et l’issue du combat” affirme Akli, (p. 114). Outre la distance physique soulignée ici, ce décalage pose le problème de l’ancrage social des principaux animateurs de ces mouvements de lutte ; ce problème a été partiellement abordé (Abrous, 1990 : 170-180), il mériterait des analyses plus fines et plus approfondies.

542/ Le rôle diviseur de la Libye. Ce point est lié au précédent. Akli explique en détail l’évolution des positions libyennes, nous nous permettrons de le citer longuement :

“Pour nous, le pays, c’était celui des kel Tamasheq ; les Libyens, eux, parlaient avant du “grand Sahara arabe” ; mais ils ont commencé à nous parler du Mali et du Niger, c’était en 1981. Nous avons été surpris parce que, au début, il s’agissait de tout le pays ; mais là, ils ont utilisé cette terminologie, ils nous ont séparés ; ils nous ont dit : écoutez ce n’est pas possible, ils ont utilisé une métaphore, je me rappelle, de deux seaux lourds qu’on ne peut pas porter tous les deux à la fois, on doit en porter un et revenir chercher l’autre. C’est ce qu’on va faire, on va commencer par le Niger et après on reviendra au Mali (...). On commençait à avoir des doutes sérieux sur les intentions véritables de la Libye. C’était une trahison” (Akli : 112).

  • 6 Bien qu’ils ne fassent pas de la berbérité leur premier paramètre définitoire — elle passe en seco (...)

55Nous ne disposons pas de données qui nous permettraient une analyse précise de la position libyenne face au problème touareg, mais il semble a priori difficile que la Libye puisse appuyer la constitution du grand ensemble touareg — dût-elle l’appeler “grand Sahara arabe” — ceci au moins pour deux raisons : le pouvoir libyen réprime sévèrement toute expression berbère sur son territoire et on voit mal comment il pourrait encourager l’émergence politique d’un ensemble de berbérophones6 à ses frontières les plus immédiates. La deuxième raison est précisément liée aux frontières : la Libye renferme une partie de cet ensemble touareg, serait-elle alors disposée à accepter un nouveau tracé des frontières qui se ferait nécessairement à son détriment ? Les dirigeants de ces mouvements touaregs en gestation (puisque les faits se passaient en 1981) ne le savaient-ils pas ? Ou alors avaient-ils dès le départ accepté le soutien libyen en le relativisant ?

563/ Les accords de Tamanrasset

57C’est l’entretien mené avec Akli qui est le plus explicite sur ce point. Il affirme que les principales divergences (au sein du mouvement touareg du Mali) sont nées de la signature des accords de Tamanrasset. Ces divergences sont attribuées au fait que :

“Les gens qui ont négocié n’étaient pas porteurs d’un projet de société qui émanait de la société elle-même. Au moment des négociations (poursuit Akli), ce n’est (sic) pas les combattants ou les chefs militaires qui négociaient parce qu’il s’agissait de nouveaux rapports sur le plan politique entre les pouvoirs centraux et les Touaregs et il fallait mettre en valeur les connaissances intellectuelles plutôt que les connaissances de terrain. Alors on a fait appel aux gens qui étaient censés pouvoir parler avec les pouvoirs et traduire dans un langage théorique écrit les aspirations des combattants et du peuple. Ces gens-là n’ont pas été à la hauteur” (Akli : 115).

58Ces propos rejoignent ceux recueillis par P. Baqué (1993) sur le décalage entre les positions modérées des intellectuels et les aspirations des combattants de base.

59En réalité, les divergences induites par les accords de Tamanrasset (mais aussi par les autres accords) ne sont pas les causes mais des conséquences de l’éclatement (voir “l’impuissance des pactes”, Abrous, 1996).

60Cet éclatement (aujourd’hui irréversible ?) est le résultat d’un long processus de démantèlement politique, économique puis territorial qui a achevé la société touarègue à la veille des indépendances africaines ; c’est à ce moment-là que le tracé des frontières a entériné des évolutions déjà divergentes entre les différentes régions du pays touareg. Une ligne de fracture se dessine déjà entre le nord du pays touareg rattaché à la Libye et à l’Algérie et le sud rattaché au Mali et au Niger.

  • 7 Du côté malien (Tombouctou, Gao, Goundam) une lettre adressée le 30 mai 1958 au président de la Ré (...)

61Nous ne disposons pas (à ma connaissance) de données sur une éventuelle réaction des régions rattachées en 1951 à la Libye (le Fezzan, les Ajjer orientaux et Ghadamès) ; nous savons, par contre, qu’à la différence des Touaregs du Niger et du Mali7, ceux de l’Ahaggar ne semblent pas avoir contesté leur rattachement à l’Algérie (Vallet, 1990). Le rôle de relais du pouvoir joué par les Kel Ghela sous la domination française se réoriente au profit des nouvelles autorités algériennes à la veille des indépendances :

“L’amenokal Bay Ag Akhamouk refuse (en 1958) de soutenir le projet de création d’un Etat saharien, avancé par l’autorité coloniale. Cet Etat devait servir de zone tampon entre les Etats du Maghreb et ceux de l’ex AOF” (Badi et Bellil, 1993 : 100).

62A cette longue série de fractures entérinées par les frontières s’ajoutent des politiques d’intégration apparemment plus efficaces du côté algérien et libyen. La Libye et l’Algérie (jusqu’à un passé très récent) ont eu les moyens économiques de cette intégration politique même si les résultats sur le plan culturel sont à nuancer. Un des effets de cette politique d’intégration est l’isolement progressif des Kel Ahaggar par rapport au reste de l’ensemble touareg (Badi et Bellil, 1993 : 110).

63Les soulèvements que connaissent aujourd’hui les régions touarègues du Mali et du Niger sont, quant à eux, le résultat d’une politique d’exclusion et de marginalisation. A l’origine, les textes des mouvements et fronts opérant dans ces deux pays revendiquaient plus de citoyenneté (cf. intégrationnisme, supra) :

“L’armée, principale force d’exercice du pouvoir en Afrique nous a été interdite, même le service national nous est fermé. Tous les recrutements nous évitent (...). Aujourd’hui il y a moins de cinq officiers touaregs dans toute l’armée nigérienne” (mémorandum, p. 15).

64Cette politique d’exclusion (au Mali et au Niger) aura aussi des conséquences sur le positionnement des mouvements et fronts touaregs par rapport aux autres composantes culturelles de chacun des pays auxquels ils sont rattachés. Sur ce point précis, on ne peut pas parler de divergence nette entre les deux discours mais plutôt de nuances.

65Les textes des fronts et mouvements, lorsqu’ils évoquent les rapports avec les peuples voisins, convergent sur les deux points suivants :

66● Les pouvoirs malien et nigérien veulent faire de ce conflit un conflit racial, ce que nous refusons :

“Depuis le début de la guerre actuelle, le Niger ayant remarqué l’inefficacité de son armée contre nos positions, tend à enrôler des Touaregs de souche noire auxquels on présente le danger d’un retour à l’esclavage” (mémorandum, p. 15).

“Il faut qu’on nous épargne de revêtir un aspect racial à notre lutte, qu’on cesse de nous conduire vers cette extrémité” (mémorandum, p. 27).

67Certains dirigeants de mouvements évitent jusqu’au termes de Noirs ou de Blancs, préférant leur substituer ceux de sédentaires et de nomades,

“A Bamako, on s’attaque à tout le monde, aussi bien à la communauté blanche du Mali (c’est un terme que je n’aime pas) qu’à des colonies mauritaniennes” (Sidi Mohamed Ag Ichrach au Journal du soir 18 août 1994, p. 3).

68Certains dirigeants du côté nigérien vont plus loin, affirmant qu’ils ne luttent pas seulement pour leur communauté mais pour instaurer un mode d’organisation politique (i.e. le fédéralisme) qui réglerait le problème de toutes les autres :

“Ce que les Touaregs veulent aujourd’hui, ce n’est pas uniquement pour notre seule communauté, nous le voulons pour les minorités peule, toubou et autres. Il faut faire en telle sorte que chaque communauté puisse se prendre en charge sur tous les plans” (Mano Dayak, Libertitres n° 15, septembre 1992, p. 3).

69Ces textes, bien que déniant à cette lutte tout aspect racial, ajoutent et c’est leur deuxième point de convergence :

70● Cependant nous ne pouvons rester insensibles devant les milices noires armées par les Etats : celle-ci risquent de creuser le fossé et d’instaurer la fracture :

“Le silence des autres composantes du pays est condamnable et quand elles se mettent à approuver notre misère et nos malheurs, nous, Touaregs, en prenons acte” (mémorandum, p. 22).

“Dans sa lutte actuelle pour survivre, le peuple touareg ne se plaît pas à troubler la quiétude des populations du sud (noires) mais à recouvrer ses droits. Cependant, si le Mali utilise celles-ci contre les combattants et la population blanche cela veut dire qu’elles ne sont pas neutres” (document du FULA, p. 2)

71Ce refus de donner à la lutte actuelle une dimension raciale est une permanence de ce discours politique. Il est déjà présent dans les textes du FPLA lorsque ceux-ci opèrent une distinction entre les notions de “peuple de l’Azaouad” et de “communauté historique de l’Azaouad” (Abrous, 1993 : 93). Les textes de la CRA plus récents sont construits sur la même logique : ils distinguent “le peuple touareg” (p. 14, 15, 27, 28...) et les “autres composantes du pays” (p. 25, 28).

72Cette volonté de se distinguer — résultats de l’exclusion de la marginalisation et de l’échec du projet de construction de la nation — repose (les textes sont unanimes sur ce point) non pas sur la couleur de la peau mais sur le mode de vie, le système de valeurs qui y est lié et sur les anciens rattachements historiques ; en bref, il repose sur les critères qui définissent la catégorie de “temust.

73Une des fonctions externes de la catégorie de “peuple” (peuple de l’Azaouad, peuple touareg) est donc de signer l’acte de naissance politique de l’entité touarègue et de la positionner dans le conflit qui l’oppose aux Etats malien et nigérien. Nous avons vu (Abrous, 1993 : 92) que cette catégorie de “peuple” inscrivait la lutte actuelle dans le principe, devenu universel, du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”.

74Dans les entretiens analysés, le problème du rapport avec les peuples voisins est peu évoqué, les trois interviewés qui parlent des violences qu’ils ont subies affirment qu’ils les ont subies “à cause de la couleur de leur peau”.

75Un seul des interviewés — Emeslag Ag Elagag, septuagénaire — revient sur ce point ; il explique que le problème n’est pas lié à la couleur de la peau mais au respect des différences :

“Cette situation existe où des nations différentes se réunissent et forment dans l’égalité des chances un seul Etat et pays. Même dans mon œil, il y a deux couleurs : le noir et le blanc. Comment cela ne pourrait l’être pour un pays ? Nous, les Touaregs, si on respecte ce que nous sommes et qu’on nous donne ce qui nous est dû dans un esprit de partage et de justice, nous sommes prêts à porter la vie en commun avec nos voisins noirs ou blancs” (p. 160).

76Se référant à un passé proche, il poursuit :

“La colonisation nous divise, elle ne nous réunit pas. Seulement la France ne sait pas que nous les Touaregs, même si elle peut nous diviser avec les Bambaras, elle ne nous divisera jamais avec les Touaregs noirs et les Songhay car nous sommes une seule communauté et un seul pays. La France ne saura jamais comment on peut s’entendre entre Touaregs, Songhay et Haoussa” (p. 162).

77Une seule allusion est faite au rôle de protection, donc de domination, qu’exerçaient les Touaregs à l’égard de certaines communautés :

“Les Songhay qui nous massacrent aujourd’hui sous couvert de l’armée du Mali cela fait longtemps, jusqu’à hier au moment de la colonisation que nous leur avons servi de bouclier pour les protéger des Raygibat et autres gens qui essayaient de les tuer et de les réduire en esclavage. Nous qui avons offert jadis nos âmes et nos corps pour la protection de nos voisins, comment ne pourrions-nous pas entrer avec eux dans un seul Etat où chacun donne et porte le pan du poids de la vie qui est de son côté” (Emeslag Ag Elalag : 160).

78S’il y a un problème que soulèvent ces rapports avec les peuples voisins, ce n’est pas celui de la couleur de la peau (problème qui n’a probablement plus de sens dans une région où les métissages sont très anciens) mais celui de l’ancienne position dominante des Touaregs, et en particulier de la noblesse. Outre le nomadisme, une des caractéristiques de la société nomade était sa structure hiérarchique. C’est le dernier point sur lequel portera la comparaison entre les deux discours.

79On sait que les fondements de la société touarègue ont été ébranlés durant la période coloniale et que ce démantèlement progressif a abouti, à la veille des indépendances africaines, à une profonde déstructuration dont un des effets les plus manifeste est l’effondrement de l’ordre hiérarchique et la mise à l’écart ou le retrait des anciennes catégories dominantes (Claudot-Hawad, 1993). Ces anciens clivages sont sans doute à l’œuvre de manière sous-jacente dans les actuels mouvements de lutte mais ils ne transparaissent presque pas au niveau du discours.

80Pour les textes politiques, la catégorie de “peuple” a pour fonction interne de transcender (d’occulter ?) toute différence sociale (appartenance tribale, sociale) ; c’est une catégorie dans laquelle doit s’opérer la fusion. Dans ces textes qui souvent se disent “évolutionnaires”, il est même question... de “la masse populaire touarègue” (mémorandum, p. 28).

81Quant aux entretiens, Amuzar Ag Eshim — le seul à évoquer cette question — est d’une remarquable concision :

“Ils (les Français) nous ont fait agenouiller dans un enclos de difficultés et de misère ; on s’est retrouvés dirigeants et sujets (tilaqawin) dans le même enclos sans qu’aucun ne puisse être utile à l’autre ni le protéger” (Amuzar Ag Eshim : 64).

82L’analyse comparée de ces deux discours met en évidence un faisceau de “ignes” relativement net :

  • convergence sur un socle commun constitué de toutes les représentations qui (se) sont construites autour du “egard sur l’histoire” et du “rapport au territoire” ; ces catégories rendent compte d’un ancrage commun à ces deux discours et aux “pans” de la société qui en sont porteuses.
  • divergence ou hiatus autour du noyau-dur : position face aux Etats/respect des frontières / nature de la revendication. Sans que cela soit une certitude absolue, il y a de fortes probabilités pour que cette divergence — qui n’est pas fondamentale — ne soit que l’effet d’un décalage entre les aspirations d’une large part de la société touarègue et l’expression politique de ces aspirations que les fronts et mouvements n’arrivent pas (encore ?) à traduire. En bref la discontinuité entre ces discours relève plus du hiatus que de la franche rupture. La coexistence de ces deux discours sans ligne de divergence fondamentale indique que l’issue de ce conflit est loin d’être “jouée”.

83La société touarègue — mise à genoux — n’a peut-être pas (encore ?) rassemblé “toutes ses rotules”. Mohamed Ali Ag Ataher Insar le disait, en 1992, avec plus de concision :

“Ce soulèvement jusque-là n’a été l’affaire que de l’un des bras des Touaregs (...). La majorité du corps touareg, même si elle continue à résister dans le silence, ne s’est pas encore dressée”.

Annexe : Corpus analysé

I - Les entretiens :

  1. Amuzar ag Eshim (septuagénaire), propos recueillis en touareg par H. Claudot-Hawad et Hawad en février 1990 dans l’Awza, rive nord du fleuve Niger (Ethnies, 1996 : 59-80).
  2. Mohamed Ali ag Ataher Insar (nonagénaire, décédé en 1994), propos recueillis en touareg par H. Claudot-Hawad et Hawad à Témara (Maroc) en mai 1992 (Ethnies, 1996 : 54-58).
  3. Hawad : “Hachis touareg pour dîners officiels”, texte daté de 1992, traduit du touareg et paru dans le journal Libération du 12 janvier 1993 (Ethnies, 1996 : 81-86).
  4. Khama ould Attahir, Attaher ould Atta, femme anonyme : trois témoignages recueillis en touareg par Hawad en février 1996 dans un camp de réfugiés au Burkina Faso (Ethnies, 1996 : 92-104).
  5. Akli (une trentaine d’années), propos recueillis en français par Hélène Claudot-Hawad en juin 1995 (Ethnies, 1996 : 109-123)..
  6. Ouray ag Wanayer (une vingtaine d’années), propos recueillis en touareg par Hawad à Ouagadougou en février 1995 (Ethnies, 1996 : 125-148).
  7. Emeslag ag Elalag (septuagénaire), propos recueillis en touareg par Hawad au Burkina Faso, février 1995 (Ethnies, 1996 : 152-165).
  8. Dawsa welet Amayor (une vingtaine d’années), propos recueillis en français par Hawad à Ouagadougou en février 1995 (Ethnies, 1996 : 182-188).
  9. Karsa welet Elghelas (quadragénaire), propos recueillis en touareg par Hawad à Ouagadougou en février 1995 (Ethnies, 1996 : 189-195).
  10. Abou Ag Ayor, propos recueillis en français par Hawad à Ouagadougou en février 1995.
  11. Sidalamin (une trentaine d’années), propos recueillis en français par Hawad à Ouagadougou en février 1995 (Ethnies, 1996 : 198-202).
  12. Sidi Mohamed Ag Ichrach, propos recueillis en français par Hawad à Ouagadougou en février 1995 (Ethnies, 1996 : 203-213).

II - Les textes et documents politiques (repris ici pour la comparaison)

841) Coordination de la résistance armée (CRA), Niger :

85“Programme-cadre de la Résistance” (mémorandum + programme politique), février 1994 (mémorandum : 31 pages - programme politique : 16 p.).

862) Fronts unifiés pour la libération de l’Azawad (FULA) :

87“Le peuple (touareg et arabe) de l’Azawad est toujours entre la résistance et l’oubli”, 1994, 27 p.

Bibliographie

Bibliographie

ABROUS, D.

1990, Le prix de la survie ou le deuil d’un passé, in REMMM n° 57, 1990/3, Aix-en-Provence, Edisud, p. 163-182.

1993, Peuple de l’Azaouad, temust ou comment négocier une redéfinition de soi, in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, 1993, p. 87-94. 1996, Temust entre les fronts ou les contours brisés de la targuité, in Ethnies, Paris, n° 20-21, p. 215-237.

AG ATAHER INSAR, Med A.

1990, La scolarisation moderne comme stratégie de résistance, in REMMM n° 57, 1990/3, Aix-en-Provence, Edisud, p. 91-98.

BADI, D. et BELLIL, R.

1993, Evolution de la relation entre Kel Ahaggar et Kel Adagh, in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, p. 95-110.

BAQUE, P.

1993, Camps de réfugiés touaregs en Mauritanie. Les rapports nord-sud et l’aide au développement, in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, p. 111-120.

CLAUDOT-HAWAD, H.

1993, La coutume absente ou les métamorphoses contemporaines du politique chez les Touaregs, in Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, p. 67-86.

CLAUDOT-HAWAD, H. (éd.)

1990, Touaregs, Exil et résistance, REMMM n°57, Aix-en-Provence, Edisud, 198 p.

1993, Le politique dans l’histoire touarègue, Les Cahiers de l’IREMAM n° 4, Aix-en-Provence, 153 p.

CLAUDOT-HAWAD, H. et HAWAD (éds)

1996, Touaregs, Voix solitaires sous l’horizon confisqué, Ethnies n° 20-21, Paris, 256 p.

HAWAD

1990, La teshumara, antidote de l’Etat, in REMMM n° 57, 1990/3, Aix-en-Provence, Edisud, p. 123-140.

VALLET, M.

1990, Les Touaregs du Hoggar entre décolonisation et indépendance (1954-1974), in REMMM n° 57, 1990/3, Edisud, Aix-en-Provence, p. 77-90.

Notes

1 Les entretiens constituant le corpus ont été publiés in Claudot-Hawad et Hawad (éds), 1996, à l’exception de celui d’Abou ag Ayor. La liste de ces entretiens figure en annexe de cet article.

2 Cette réfutation du discours colonial, habituelle dans le discours des mouvements d’indépendance, est par exemple très présente dans le discours politique algérien pré- et post-indépendance : “L’Algérie est une nation, ce n’est pas un assemblage d’ethnies disparates”, etc.

3 Certains chefs touaregs avaient très tôt (dès les années quarante) pressenti l’arrivée des indépendances et le projet fait par la France de laisser les Touaregs sous la domination d’autres peuples ; l’enjeu principal était alors la scolarisation et la formation d’une élite (cf. Ag Ataher Insar, 1990 : les pages 92 à 95 sont particulièrement explicites à ce sujet).

4 Du côté malien, une lettre datée du 30 mai 1958 et exprimant les mêmes revendications a été publiée in H. Claudot-Hawad (éd), 1993, p. 133-151.

5 Des réfugiés touaregs, dans des camps de Mauritanie tiennent les mêmes propos, (voir Habaye in Baqué, 1993, p. 119) : “L’intangibilité des frontières héritées du colonialisme est une formule trouvée pour stabiliser les pouvoirs personnels des chefs d’Etats africains (...). Il faudra bien un jour redéfinir la mission de cette institution (i.e de l’OUA) et revoir le principe de l’intangibilité des frontières. C’est dérangeant mais c’est inévitable”.

6 Bien qu’ils ne fassent pas de la berbérité leur premier paramètre définitoire — elle passe en seconde position face au nomadisme — tous les textes politiques élaborés au Mali et au Niger insistent sur la nécessité d’enseigner la langue, l’écriture et la civilisation touarègues dans les régions touarègues.

7 Du côté malien (Tombouctou, Gao, Goundam) une lettre adressée le 30 mai 1958 au président de la République française par les notables de cette région est très explicite : “Nous affirmons notre opposition formelle au fait d’être compris dans un système autonome ou fédéraliste d’Afrique Noire ou d’Afrique [du] Nord” (in Claudot-Hawad (éd.), 1993, p. 133). Du côté nigérien, une lettre semblable qui aurait été écrite en 1960 est signalée par Hawad (1990, p. 124) et par Hélène Claudot-Hawad (1993, p. 80) : “Puisque vous quittez le pays touareg, rendez-nous notre pays tel que vous nous l’avez arraché après la défaite de Kaosen. Nous ne voulons pas que les Noirs ni les Arabes nous dirigent. Puisque l’indépendance s’annonce et que vous nous la donnez, alors, nous aussi, les Touaregs, nous voulons nous diriger nous-mêmes et rassembler notre société toute entière, là où elle se trouve dans notre pays. Nous voulons que notre pays soit un seul pays”.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter