Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Matières, techniques et identités

Du palmier dattier à la matière plastique

Tradition et mode dans la fabrication des vanneries sahariennes*

Tatiana Benfoughal

Texte intégral

  • * Pour réaliser ce travail j’ai utilisé les données de mes enquêtes de terrain effectuées entre 1988 (...)

1Ma réflexion sur ce thème est organisée autour de trois concepts-clés : la tradition, la mode et la matière. Je commencerai donc par présenter très brièvement le pourquoi du choix de ces concepts et la problématique qui en découle.

2Si le concept de “tradition” dans le domaine technique est plus ou moins clair et signifie globalement la transmission d’une génération à l’autre des anciens savoirs techniques et normes esthétiques ainsi que des représentations collectives concernant l’activité en question et la matière sur laquelle elle est dirigée, le choix du concept “mode”, surtout dans le cas de notre exemple, nécessite une justification. A première vue le terme qui paraît le mieux convenir pour désigner l’introduction d’une nouvelle matière dans un processus technique est celui d’innovation et l’introduction de la matière plastique dans la fabrication des vanneries sahariennes en est effectivement une. Si j’ai préféré parler de mode c’est pour mettre l’accent sur la signification et la valeur de cette innovation ainsi que sur les mécanismes de sa diffusion, lesquels relèvent en grande partie de facteurs socio-psychologiques. L’innovation technique obéit généralement aux causalités d’ordre pratique, telle que l’utilité et l’efficacité et relève donc d’une sorte de déterminisme technique dont la motivation principale est de répondre de la meilleure façon possible à un besoin technique. La mode, elle, échappe souvent aux raisonnements d’ordre pratique et satisfait à des besoins autres qu’immédiatement utilitaires. Elle relève de jugements et de valeurs de prestige et n’a d’autres impulsions pour sa propagation que la fascination et l’envie irrésistible de s’y conformer chez tout un chacun. Les mécanismes principaux de sa diffusion, l’imitation et la compétition, font qu’elle possède une force d’expansion extraordinaire, la nouveauté couvrant de proche en proche de grands espaces. Nous verrons plus loin que l’introduction de la matière plastique dans la fabrication des vanneries, sa diffusion et surtout ce qu’elle représente pour les femmes sahariennes, relève en grande partie des mécanismes de la mode.

  • 2 Voir les travaux du GDR 1201 “Formes, matières et sociétés”, Paris, musée de l’Homme.

3Le troisième terme-clé est celui de matière. Réfléchir sur la mutation des sociétés sahariennes à travers l’exemple d’une matière est tout à fait justifié. Il se trouve que d’une façon générale, la matière utilisée par un groupe donné et relevant de son milieu extérieur fait partie intégrante de tout un système culturel2. Non seulement elle est utilisée pour être consommée directement ou pour en fabriquer quelque chose, mais elle est aussi “pensée” d’une certaine manière et fait partie des représentations collectives, voire même symboliques. Le groupe peut se reconnaître dans une matière, s’identifier à elle et cette matière peut devenir une sorte de marqueur identitaire, une “matière culturelle”. Le fait de changer la matière, de commencer à valoriser une autre matière, dépasse souvent le cadre matériel et technique et peut être significatif d’un changement du caractère identitaire. Si je peux me permettre cette expression, être entre deux mondes pour le Saharien, c’est aussi être entre deux matières, l’une traditionnelle, le palmier dattier, et l’autre moderne, la matière plastique. Découvrir les raisons, les mécanismes et les sens de remplacement de l’une par l’autre permettra de comprendre l’un des éléments, ici dans le domaine technique, des changements actuels des sociétés sahariennes.

Le palmier dattier dans la tradition

4Voyons d’abord ce que la matière “palmier dattier”, traditionnellement utilisée dans la fabrication des vanneries, représente chez les populations sahariennes, et plus précisément sédentaires, c’est-à-dire les cultivateurs, ses premiers utilisateurs. Dans les différents récits, légendes, proverbes, maximes et dictons, le palmier dattier est considéré comme le protecteur des hommes, suprême ressource, objet de toutes les espérances et compagnon dont il ne faut jamais se séparer. “Vends tout, abandonne tout, mais garde tes palmiers” dit le proverbe mozabite (Charlet, 1905). Le palmier “est un allié sûr, celui qui est au rendez-vous quand les autres vous ont lâché” affirment les cultivateurs de Bou-Saada (Nacib, 1986). Son importance est si grande que les habitants des oasis disent habiter le pays des palmes, bled el djerid. Les ksouriens de l’oued Saoura où les oasis sont disposées en chapelet le long de l’oued nomme leur région tarik el djerid, la “route des palmes”.

5On lui doit le respect et il est entouré d’une affection toute particulière. Le Prophète n’a-t-il pas dit : “Le palmier est votre tante. Entourez-le de tous vos soins”. Il serait créé de la même matière que l’homme, il ressemble physiquement à l’homme, il est capable d’avoir des sentiments, il possède des qualités morales, etc. Le palmier est magnifié et sa beauté est chantée autant que celle de la femme :

“Il y avait des palmiers de merveilleuse taille,
Arrachant un cri d’admiration à quiconque les voyait,
Au centre de leurs coupoles d’émeraude
Se balançaient des lampes de diamants et de perles
Suspendues à de lourdes tresses d’or” (poème ibadite, Charlet, 1905).

6Les représentations populaires sont renforcées par la symbolique religieuse que la civilisation islamique a développé autour du palmier. Le palmier est considéré comme un arbre béni par Allah, il ne se prêterait à la croissance qu’en terre islamique. Il est d’origine noble et était témoin de la naissance du prophète Aïssa (le Coran relate l’accouchement de Marie au pied du palmier, sourate 19, versets 23 - 25). Il aura sa place au paradis, comme tout bon musulman. Les exemples et les citations pourraient ainsi être multipliés.

7Si la valeur économique et symbolique du palmier dattier dans toutes ses composantes (tronc, palmes, fruits, etc.) ne souffre aucune contradiction, même auprès des populations nomades, le fait de le cultiver et de fabriquer des objets à partir de sa matière représente une réalité plus complexe où la valeur de l’arbre se superpose à la réalité historique et sociale. Et le fait que cette occupation était le plus souvent assurée par les harratines, anciens esclaves affranchis, ne pouvait qu’induire une certaine dévalorisation de ce travail et plus particulièrement celui de la fabrication des vanneries.

8Encore aujourd’hui, dans de nombreux ksour, surtout dans la région de la Saoura et du Touat, la vannerie est fabriquée par les anciens harratines. Par exemple, à Kerzaz, dans la basse Saoura, les femmes de Kerzaz-Zaouia se disant toutes des chorfa, ne fabriquent pas la vannerie, qualifiant ce travail comme ne correspondant pas à leur rang et s’approvisionnent en différents ustensiles en palmier dattier auprès des femmes hartaniates de Kerzaz-Ksar. De même, les femmes mozabites, se considérant comme appartenant à une élite religieuse, ne touchent pas à la vannerie et seul le tissage de la laine, matière noble, leur est normalement permis.

9Pour ce qui concerne les nomades, le travail de la vannerie par les hommes n’est pas valorisé. Dans l’Ahaggar et le Tassili-n-Ajjer, aucun homme se disant touareg ne touchera à ce genre d’ouvrage. Par contre, cette activité est largement pratiquée par les femmes de toutes les catégories sociales pour les besoins domestiques. Les hommes du Sahara septentrional et central qui fabriquent les couffins sont ridiculisés par les Touaregs et c’est donc aux femmes que revient ce travail. Les rares hommes qui font de la vannerie dans cette région sont essentiellement des anciens harratines, originaires du Touat ou de Tidikelt.

10Dans le travail de la vannerie se lit une autre différence socio-culturelle, entre les ksouriens arabes et ksouriens berbères (zénètes), notamment dans le Gourara, un peu dans la Saoura et le Touat. Les centres les plus importants de la fabrication de la vannerie (Beni Ikhlef, Charouine) sont peuplés surtout de Berbères. Dans d’autres ksour mixtes, la production masculine (couffins et autres récipients de transport) est assurée par les vanniers berbères, les hommes arabes considérant d’une façon générale que le travail de la vannerie est une activité indigne.

11Les changements socio-économiques actuels, notamment l’appauvrissement et la sédentarisation des nomades, ainsi que l’appauvrissement des chorfa et des mérabtines, ancienne noblesse ksourienne, conduisent ceux-ci à modifier leurs comportements vis-à-vis du travail de la vannerie. Par exemple au Mzab, les femmes chaamba du ksar Abbas, quartier périphérique de Ghardaïa (certaines fractions de tribus s’y étant fixées après la grande sécheresse des années soixante-dix) se sont mises à fabriquer la vannerie, à l’intention des femmes mozabites (qui s’approvisionnaient jusque-là auprès des femmes de Ouargla) pour se procurer les moyens de leur subsistance. A Guerara, toujours au Mzab, les fabricants de vannerie, hommes et femmes, sont des ex-nomades Ouled Naïl et Hechechna. A El Goléa, les rares femmes qui s’adonnent à cette activité sont des nomades sédentarisés. Pour ces exnomades appauvris, la fabrication des vanneries représente une source de revenus, les femmes travaillant surtout pour la vente, contrairement aux ksouriennes, sédentaires de longue date et qui produisent surtout pour leur propre consommation. Les chorfa et mérabtines se sont vus dépossédés de leurs anciens privilèges et sont obligés, en tous cas pour certains, de se mettre au travail manuel. Chose impensable il y a encore quelques décennies, à Metlili par exemple, le seul vannier du village est issu d’une famille de chorfa. Dans la Saoura, au village Hassani Abdelkrim, des deux vanniers, l’un est le fils d’un chorfa, cheikh de surcroît. Ces changements socio-économiques ont comme conséquence une encore plus grande dévalorisation du travail de la vannerie (surtout quand elle est fabriquée pour la vente), considéré souvent comme réservé aux pauvres. Même les femmes, qui à quelques exceptions près (chorfa de la Saoura et Mozabites) ont toujours fabriqué la vannerie, préfèrent aujourd’hui l’acheter, quand elles ont les moyens.

12A l’époque actuelle se maintient une autre forme, ancienne, de division du travail dans la vannerie, c’est-à-dire entre les hommes et les femmes. D’une façon générale, dans le Sahara central et septentrional, le travail est partagé selon qu’il s’agisse de tressage dit “spirale” ou “tressé”, ainsi que suivant le type d’objets fabriqués : les récipients de transport fabriqués le plus souvent en “tressé”, sont de la tâche des hommes alors que la production des ustensiles de cuisine, selon la technique du “spirale”, revient aux femmes. La matière z’af (palmes) y est donc considérée comme étant autant féminine que masculine. Dans le Sahara du sud, chez les Touaregs de l’Ahaggar et de l’Ajjer, presque toute la production des vanneries est assurée par les femmes.

Matière plastique et modernité

13Voyons maintenant comment la matière plastique est perçue dans les sociétés sahariennes et essayons de l’analyser en tant qu’élément d’un système culturel. Pour ce faire, nous allons tenter de répondre aux questions suivantes : quelles sont les raisons et les conditions favorables à son introduction dans la fabrication des vanneries (milieux socio-culturel et technique), quels sont les mécanismes de son introduction et de sa diffusion et enfin, quelles sont les conséquences de l’apparition de cette nouvelle matière tant au plan de la conception de l’objet lui-même, qu’au plan de la considération du travail de la vannerie et de la transmission des savoirs techniques.

14La matière plastique est apparue dans le Sahara algérien, comme partout en Algérie, à la fin des années soixante sous la forme de sacs ou de sachets d’emballage du commerce de détail. Les sacs en polyéthylène, fabriqués dans les entreprises nationales, sont de forme rectangulaire et se distinguent par leurs coloris, souvent très vifs : rouge, bleu, jaune, vert, etc. Ils sont généralement disponibles chez les petits commerçants et leur prix était, au début des années quatre-vingt-dix, de un dinar l’unité. Ces sacs ont assez vite reçu l’appellation de “nilou” (déformation du mot nylon). Les sachets d’emballage proviennent de toutes sortes de produits, mais plus particulièrement du thé et du lait en poudre. Ce dernier, commercialisé sous la marque “Lahda” est emballé en Algérie, soit dans du papier aluminium, soit du polyéthylène comportant une face métallisée. Les deux termes, “nilou” et “lahda”, désignent, par extension, les vanneries qui en sont fabriquées.

15Si l’arrivée des sacs en plastique dans les grandes villes et les régions côtières n’a pas eu de signification notable pour ses habitants, qui ont consommé depuis longtemps le passage au mode de vie dit “moderne”, elle était d’une toute autre importance pour les populations sahariennes. Cette apparition s’est produite pour elles au moment de la confrontation de deux modes de vie, l’un traditionnel et l’autre moderne, voire européen. Les sédentaires des oasis, tout en continuant à vivre dans leurs ksour et leurs maisons en toub, ont commencé à avoir d’autres besoins et d’autres envies. Ils ne se satisfaisaient plus de leurs intérieurs avec un strict minimum d’objets dont chacun avait une fonction utilitaire bien précise : natte ou couverture pour dormir, panier pour ranger, plat ou bol pour préparer la nourriture et manger. Désormais, on veut avoir un intérieur plus moderne, “à la citadine”, avec des meubles, le frigidaire, de jolis bibelots, comme on peut en voir dans les revues ou les séries télévisées égyptiennes. Comme on ne peut pas faire tout venir, on se met à fabriquer des objets inspirés de ces images venues d’ailleurs. Une certaine bipolarisation, normalement étrangère à l’art traditionnel, en l’occurrence saharien, s’opère dans les productions actuelles, c’est-à-dire le passage à la fabrication de deux types d’objets distincts, décoratifs et utilitaires, alors que dans sa formule “classique”, l’objet de l’art traditionnel était destiné à remplir ces deux fonctions en même temps. S’éloignant de plus en plus des modèles traditionnels s’exprime dans les régions sahariennes un art populaire d’un genre nouveau dont les exemples sont parfois inattendus et déroutants : des ampoules électriques brodées par dessus avec des fils de laine, que j’ai vues dans les maisons d’Aoulef, de Tit ou de Djanet, dont la seule fonction était de décorer les murs ; des petits vases à fleurs, fins et élancés, en terre non cuite et noircie de graphite, fabriqués depuis quelques temps à Tamentit et qu’on vous vante comme étant une poterie “authentiquement locale” ; des vanneries en matière plastique et papier aluminium qu’on accroche aux quatre coins entre les murs et le plafond ou que l’on pose sur une petite table nouvellement acquise.

Les conditions de l’emprunt

16La question se pose donc de savoir pour quelles raisons les sociétés sahariennes, sédentaires ou nomades, depuis toujours ennemies du superflu et fières de leur culture, changent leur manière d’être ? Dire qu’il s’agit d’influences étrangères, venant du monde “moderne”, ne serait sûrement pas suffisant. Le Sahara, terre de contact et d’échanges commerciaux, n’a jamais était coupé du monde extérieur. Seulement avant, suffisamment équilibrées du point de vue économique et solidement charpentées par les structures socio-politiques traditionnelles, les sociétés sahariennes ne se laissaient pas aussi facilement infiltrer par les modèles extérieurs. Un bloc culturel sans failles ne pouvait pas céder à la corrosion. Le problème est donc, non pas dans l’existence des contacts et la connaissance des autres cultures, mais dans la perméabilité culturelle. Cette perméabilité apparaît quand les anciennes structures lâchent, quand le mode de vie traditionnel devient dévalorisant aux yeux des acteurs concernés et quand ces derniers commencent à avoir envie de vivre autrement.

  • 3 Cette valorisation des nouvelles vanneries transparaît notamment au travers de leur prix (quand el (...)

17Nous n’allons pas nous attarder sur les raisons de la crise des sociétés sahariennes, crise qui date du début de la colonisation et à laquelle suffisamment d’études ont été consacrées. Disons seulement que dans ces sociétés affaiblies économiquement et anéanties culturellement et politiquement, les nouveaux modèles de vie et de pensée ne pouvaient que “prendre” et ceci d’autant plus que l’administration coloniale d’abord et le pouvoir national ensuite ont mis en place tout un système de mesures dites d’intégration et souvent d’acculturation : scolarisation plus ou moins poussée (en langue française et en langue arabe), sédentarisation forcée ou fortement encouragée, substitution d’une économie monétaire à une économie de troc, offre d’emplois salariés dans les entreprises pétrolières et minières, etc. Le reste n’en est que conséquences : disparition de la cohésion tribale, émiettement et relâchement des liens familiaux, individualisme, apparition de nouveaux besoins et émergence de goûts nouveaux. Les signes extérieurs des changements sont multiples et peuvent être perçus notamment aux niveaux vestimentaire, alimentaire et gestuel (Claudot-Hawad, 1993). Certains objets de décor qui apparaissent dans les maisons ou sous les tentes et qui tranchent souvent par leur côté clinquant et “mal à propos” avec les intérieurs sobres où normalement tout est fonctionnel, ne sont que l’un des éléments significatifs de ces changements. De même que dans la mode vestimentaire (l’envie de s’habiller “à la…” traduit par l’engouement actuel pour les tissus brillants et pailletés ou pour les bijoux en or de modèles citadins), ce ne sont pas vraiment ces objets ou ces matières en eux-mêmes que l’on apprécie, à savoir la qualité technique de leur exécution ou leur conception esthétique plus ou moins réussie, mais plutôt ce qu’ils expriment au-delà de leur “matérialité”, ce qu’ils symbolisent, quelles valeurs ils véhiculent. Pour ces femmes, la matière plastique évoque la ville, les grands magasins, l’abondance et la richesse. Son aspect extérieur, lisse, brillant, vivement coloré, ne fait qu’ajouter à la fascination. De plus, le fait que cette matière devait être achetée (même si le prix d’achat correspondait surtout au contenu et non au contenant) augmentait sa valeur, en concordance avec la nouvelle mentalité des sociétés de consommation : l’objet (ou matière) acheté signifiant objet de valeur, alors que objet gratuit ne peut être que sans valeur3. Inclure cette nouvelle matière dans un mode de vie traditionnel signifie se hisser au niveau de la société de référence, considérée à tort ou à raison comme supérieure sur l’échelle de ses propres valeurs. C’est donc pour sa valeur de prestige, symbolisant la modernité et même la “civilisation”, que l’appropriation de la matière plastique est perçue comme une sorte de “promotion” culturelle à laquelle tout un chacun veut désormais s’associer.

18Outre cette notion de prestige, la nouvelle matière a reçu un accueil très favorable de la part des femmes pour un certain nombre d’autres raisons dont l’une concerne la manière dont elle a été intégrée. Elle n’a pas été adoptée comme un objet étranger directement consommable qui serait en contradiction avec l’ancien mode de vie, donc pouvant être perçu comme la négation de sa propre culture, mais comme un élément qu’il est possible d’intégrer dans les techniques de fabrication traditionnelles. Avec elle, on pouvait continuer à faire soi-même les mêmes objets, comme avant. Elle satisfaisait à un nouveau besoin sans provoquer de sentiment de rupture et de rejet des traditions. Le fait qu’il était possible d’utiliser les mêmes procédés de tressage, avec quelques modifications seulement, ne pouvait que faciliter encore plus son adoption.

Traitement technique de la matière plastique

  • 4 Techniques de tressage des vanneries sahariennes :

19La matière plastique peut intervenir dans la fabrication des objets selon trois parmi les quatre techniques de tressage utilisées traditionnellement dans la fabrication des vanneries sahariennes4. Ce sont le spiralé cousu, le spiralé tressé cousu et le cordé. Ainsi, en ce qui concerne le spiralé cousu, utilisé dans la fabrication d’innombrables plats, vans, paniers et autres corbeilles (fig. la, 1b et 2a), la matière plastique intervient en remplacement des brins en folioles de palmes, le montant étant toujours constitué de fines tiges de la branche maîtresse du régime de dattes, divisée en faisceau. Pour obtenir des brins de la largeur désirée, la femme coupe le sachet à l’aide d’une lame de rasoir en rubans de 1 cm de largeur environ et sur plusieurs dizaines de centimètres de longueur (correspondant à celle du sachet) et en enveloppe le montant en utilisant toute la longueur du ruban. Celui-ci fini, elle en coince le bout entre les tiges du montant et procède à la couture du fragment, “revêtu” ainsi de la nouvelle matière, à l’aide d’une aiguille et d’un fil de nylon (fig. lb), tiré le plus souvent de grosses cordes vendues dans le commerce. Si dans la technique du spiralé cousu, appliquée aux brins végétaux, la couture des spires entre elles s’effectue à chaque enroulement du brin autour du montant (le brin étant introduit dans l’orifice, obtenu à l’aide d’une alène, de la spire précédente), dans le spiralé cousu utilisant la matière plastique, l’enveloppement du montant avec le brin et la couture des spires entre elles constituent deux opérations séparées. Cette séparation a été imposée par la nature même de la matière plastique, trop souple pour être introduite dans un minuscule orifice, comme c’est le cas de la foliole de palme, affinée au bout en pointe et suffisamment rigide pour y être introduite à la manière d’une aiguille. Avec cette modification technique, un composant nouveau apparaît sur la surface de la vannerie, le fil de couture, que les femmes ont transformé en un élément décoratif supplémentaire : disposé à distances régulières (de 0,5 cm à 2 cm environ) et en biais, il forme un fin dessin en hélice (fig. 3). Bien qu’inhabituelle dans le spiralé cousu traditionnel, cette manière de fixer les spires ne constitue pas vraiment une innovation technique, car la couture des spires entres elles à l’aide d’une aiguille est utilisée dans la fabrication des objets en spiralé tressé cousu (fig. 2b), les femmes n’ont donc fait qu’emprunter une opération déjà employée dans la fabrication d’autres types de vanneries mais en lui donnant toutefois un aspect décoratif.

Fig. 1. Trois variantes de la technique du spiralé

Fig. 2. Techniques de tressage

Fig. 3. Plat en papier aluminium et matière plastique. La couture des spires entre elles est effectuée avec un fil en nylon de couleur foncée, les points étant disposés en hélice. Ksar Ouled Khodeir, Saoura

20S’il ressort que dans tout le Sahara algérien pratiquement, l’immense majorité des objets en matière plastique, est fabriquée selon la technique du spiralé cousu décrite plus haut, il existe néanmoins une région où l’on pourrait parler d’une certaine innovation technique due à l’introduction de cette nouvelle matière. Il s’agit de la région de l’oued R’ir et plus précisément de quelques villages situés au sud de Touggourt où les femmes ont adopté tout récemment la technique du spiralé noué (fig. 1c). Inconnue jusqu’alors dans la fabrication des vanneries traditionnelles sahariennes et certainement empruntée à d’autres cultures, cette technique de tressage permettait de répondre à la difficulté technique dont j’ai parlé plus haut et qui rend impossible le recours à la couture du ruban en matière plastique ou en papier aluminium, sans l’aide d’une aiguille. Le nouage des spires entres elles et non pas la couture permettait donc de parer à cette difficulté technique. Pour effectuer le nouage, les femmes ont choisi d’utiliser la même matière que celle qui constitue les brins de revêtement du montant. De même que pour le spiralé cousu à brins espacés, connu dans cette région, le ruban de nouage constitue un élément décoratif : passé puis noué à distances régulières, il forme le décor, ton sur ton, en lignes verticales ou en biais. Mais la technique du spiralé cousu n’est pas absente pour autant dans la région. Certaines femmes réussissent, en recourant à de très grosses aiguilles, à effectuer la couture avec un fin ruban en matière plastique (et non pas un fil en nylon). Pour obtenir un effet esthétique comparable au cas précédent, c’est-à-dire presque ton sur ton, elles utilisent des rubans de couleur blanche, provenant des sachets dans lesquels est commercialisé en Algérie le lait frais.

Fig. 4. Plat en papier aluminium et matière plastique. Djanet

21La deuxième technique de tressage connue dans le Sahara, c’est-à-dire le spiralé tressé cousu, employée dans la fabrication des couffins et des nattes, admet également la matière plastique. Le fait qu’on y recoure rarement, s’explique par la nécessité d’utiliser une matière beaucoup plus rigide que celle qu’on tire habituellement des sachets en plastique ou du papier aluminium : la rigidité de ces vanneries (sans armature comparable à celle issue du spiralé cousu), formées de tresses assez plates et donc très souples, ne peut être obtenue qu’avec de la matière plastique rigide. Cette matière plus solide, rarement disponible chez les petits commerçants des ksour et des villages, est vendue dans les grands magasins de droguerie sous la forme de rubans épais en polyéthylène et est destinée plutôt à des usagers professionnels. Lorsqu’elles veulent fabriquer leurs couffins avec la matière plastique, les femmes sont, par conséquent, obligées de recourir à la technique du spiralé cousu (fig. 5).

Fig. 5. Panier de hammam en papier aluminium. Ksar Zaouia Tahtania, Saoura

22Pour ce qui est de la technique du cordé, utilisée essentiellement par les femmes touarègues dans la fabrication des nattes de tente isabran (sing. esaber), la matière plastique peut remplacer accessoirement les brins de cuir destinés à former le décor de la natte. Dans ce cas, elle est divisée en fines lanières souvent de couleur blanche (couleur impossible à obtenir par d’autres moyens) facilitant les effets de contrastes dans la décoration. Le tressage s’effectue selon le procédé traditionnel (montants serrés, brins espacés se tordant par paire autour de deux tiges d’afezu à la fois), sans aucun changement. Il faut cependant noter que l’utilisation de la matière plastique dans la fabrication des nattes de tente se rencontre assez rarement.

23Outre le fait qu’elle a très peu perturbé le “milieu technique” traditionnel, la nouvelle matière a considérablement facilité le processus de fabrication et cela à deux niveaux essentiellement : la préparation des brins pour le tressage et leur coloration. Pour être utilisées comme brins, les folioles de palmes doivent subir plusieurs traitements successifs assez fastidieux, comme le séchage pendant au moins une semaine, la préparation des fines languettes (en séparant délicatement la foliole) et leur trempage dans l’eau, suivi éventuellement d’un séjour dans le sable pendant plusieurs heures. La coloration recouvre aussi plusieurs opérations qui, elles-mêmes, requièrent un certain laps de temps : trempage des folioles dans l’eau de rouille (ancienne méthode de coloration pour obtenir la couleur brune et la seule encore utilisée) pendant une quinzaine de jours et séchage pendant plusieurs jours ou quand il s’agit de colorants chimiques, plus fréquents aujourd’hui, traitement des feuilles durant plusieurs heures dans une solution bouillante et séchage ensuite pendant plusieurs jours. Au contraire, la matière plastique qui elle, est souple et déjà colorée, peut être utilisée comme telle, il suffit de la couper en fines bandelettes.

24Cet allégement de la chaîne opératoire découlant de l’élimination de nombreuses phases préparatoires, souvent fastidieuses, satisfaisait doublement les femmes. Non seulement il a simplifié le processus de la fabrication des vanneries, mais il a permis d’allonger les périodes de production, incluant notamment la saison d’hiver, ce qui n’était pas possible avec les fibres végétales, car la nécessité de devoir les mouiller en permanence pendant le tressage rendait la tâche extrêmement pénible à cette période et occasionnait parfois des gerçures de la peau des mains et des douleurs rhumatismales. Dans toutes les régions où j’ai enquêté, les femmes se sont montrées particulièrement satisfaites de la possibilité de fabriquer leurs vanneries toute l’année, le tressage constituant pour elles non seulement un travail nécessaire mais aussi un moment de convivialité.

La fonction esthétique

25Au plan esthétique, l’introduction de la nouvelle matière doit aussi être vue et analysée sous l’angle d’une certaine continuité qui, comme pour le cas des techniques, pourrait être considérée comme un facteur favorable à l’innovation. C’est le concept de “tendance”, mis en place par A. Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan, 1964, 1992 ; Balfet, Benfoughal et al, 1993) qui me paraît le mieux répondre à ce genre d’analyse. Pour ce faire, jetons d’abord un regard rétrospectif sur l’utilisation, dans un but décoratif, des matières non végétales dans les vanneries sahariennes. La première de ces matières, la plus anciennement connue est sans conteste le cuir. Son utilisation initiale devait être probablement purement utilitaire, notamment pour protéger la surface externe de la vannerie contre l’usure ou bien comme un revêtement permettant la fermeture et la suspension de la vannerie à la manière d’un sac. Les sacs à thé, à sucre ou à beurre des populations touarègues, qu’on peut voir encore aujourd’hui, en sont un bon exemple. Dans le tressage des nattes de tentes touarègues, isabran, les lanières de cuir sont utilisées en tant que brins destinés à fixer les montants en tiges d’afezu. Mais on peut imaginer que le cuir a dû être assez rapidement utilisé également comme support de décoration (motifs tressés, découpés, brodés ou en franges sur ces mêmes sacs et nattes) ou comme un élément de décoration en complément du décor formé par les fibres végétales colorées. Ce dernier cas concerne notamment la vannerie traditionnelle chez les sédentaires ksouriens des régions du Touat et de Gourara où les paniers à couvercle pour dattes sèches et pilées ainsi que les plats de présentation comportent effectivement un décor à base de fines lanières de cuir disposées sur la surface externe de la vannerie (fig. 6a).

26Comme matière non végétale présente sur la vannerie saharienne, on trouve aussi du coton et de la laine, sous la forme de tissu découpé en fines bandes à la manière des lanières de cuir, pour le premier (fig. 6b), et de fils constitués en franges ou en pompons, pour la seconde (fig. 6c). Si le cuir était et continue encore à remplir un rôle utilitaire et décoratif, les deux autres matières deviennent presque exclusivement des matières à usage décoratif et leur fonction de “protection” de la vannerie est réduite à couvrir la spire du bord des plats ou des couffins, protection plutôt éphémère car les fils de coton ou de laine s’usent assez rapidement. Tout un éventail de types de décors peut être relevé sur les vanneries sahariennes, depuis la présence plus ou moins discrète d’éléments en coton ou en laine jusqu’à la surcharge ornementale, les fibres végétales devenant à peine visibles (paniers à couvercle et couvre-plats de Ouargla, couffins de mariage du Mzab, etc.). Mais ce qui est important à retenir, c’est qu’à l’intérieur de cet éventail de possibilités, l’équilibre entre la fonction utilitaire de la vannerie et sa fonction décorative n’est absolument pas rompu. Même abondamment décorée, la vannerie continue à remplir sa fonction : plat à service, panier ou couffin à contenir, couvre-plat pour couvrir. Le but initial des vanneries, qui est de répondre à une fonction utilitaire, n’est donc pas entamé.

27Vers les années cinquante, une toute nouvelle manière de décorer les vanneries avec de la laine a fait son apparition (notamment les plats et les petits paniers), à la suite de laquelle la fonction décorative a pris le pas sur la fonction utilitaire. Il ne s’agit plus de quelques pompons fixés ça et là sur la face externe de l’objet, mais c’est tout le revêtement (brins enveloppant le montant), aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de la vannerie, qui est maintenant en laine (fig. 6d). Quoique pouvant encore être utilisées occasionnellement comme contenants (plats à cacahuètes par exemple, ou paniers pour menus objets), ces nouvelles vanneries ont été les premiers objets que les ksouriens accrochaient aux murs dans un but purement décoratif. La gamme très variée des couleurs de la laine, achetée déjà colorée, permettait d’accentuer encore plus la fonction décorative des vanneries. On peut dire sans conteste qu’avec la matière laine, on assiste à une inversion complète de la tendance liée à l’utilisation de l’objet vannerie, où la fonction décorative vient supplanter la fonction utilitaire.

Fig. 6. Utilisation des matières non végétales dans un but décoratif

Fig. 7. Service à café décoratif, en papier aluminium. Ksar Sidi Khouiled, Ouargla

28L’introduction de la matière plastique comme du papier aluminium s’inscrit dans le contexte de cette nouvelle tendance. De par leur aspect (couleur, brillance, texture…), ces deux matières ajoutent, encore mieux que la laine, à la fonction décorative des nouvelles vanneries. Si pour les premiers objets fabriqués en ces matières, notamment les plats, les femmes s’étaient d’abord contentées d’imiter fidèlement les modèles traditionnels, elles ont tôt fait de vouloir exprimer leur créativité, puisée en dehors du mode de vie saharien, au travers d’objets ne pouvant plus être utilisés que comme des bibelots : vases, fleurs, théières de fantaisie, etc. (fig. 7). Ainsi, nous pouvons dire que le passage de l’ancienne à la nouvelle tendance est définitivement consommé et la vannerie qui était jadis un objet à la fois utilitaire et décoratif est devenu un objet uniquement décoratif. Vue sous cet angle, l’introduction massive du “nilou” et du papier “lahda” n’est que l’aboutissement logique de tout un processus de transformation et d’adaptabilité esthétique de l’objet vannerie à un mode de vie en pleine mutation.

La diffusion de l’innovation

29Nous voyons maintenant un peu plus clairement les raisons du grand succès de la nouvelle matière auprès des femmes sahariennes. Celles-ci ont contribué non seulement à l’acceptation et à l’adoption d’une innovation, mais aussi à sa diffusion très large et rapide à travers tout le Sahara. La voie de cette diffusion est habituelle à tout phénomène de mode et tire parti des mécanismes socio-psychologiques qui fondent l’imitation. Etre comme l’autre, faire comme l’autre, à condition que cet “autre”, ou ce qu’il fait, occupe une place supérieure sur l’échelle des valeurs admises. L’acte d’imitation est souhaité par la personne elle-même, car il lui permet “d’endosser” une certaine image valorisée temporairement par la société. Il est stimulé aussi par la pression sociale qui transparaît à travers des jugements d’ordre normatif : la femme qui fabrique les “nilous” est considérée par les autres comme étant “moderne” et celle qui ne le fait pas passe pour être en désaccord avec son temps. Non seulement on a envie d’imiter, mais on est poussé à le faire. Mais l’imitation n’est pas le seul mécanisme de la propagation de la mode. Elle a comme corollaire naturel l’esprit compétitif, c’est-à-dire l’envie de faire mieux que l’autre, pour se conformer de la meilleure manière possible aux nouvelles valeurs. De là, toutes les possibilités sont ouvertes, notamment l’invention de nouveaux décors, et surtout de nouvelles formes. On joue à celle qui sera alors la plus imaginative et la plus inventive.

30La particularité de la diffusion de l’innovation par les mécanismes de la mode consiste à la fois dans sa fulgurance et son avancée progressive, parce qu’elle dépend de prédispositions inégalement réparties aussi bien dans les différents lieux géographiques que dans les milieux sociaux susceptibles de s’y conformer. La propagation du “nilou” et du papier “lahda” dans le Sahara algérien comme ailleurs a connu des avancées multiples. D’un point de vue géographique, c’est le mouvement nord-sud qui paraît dominant. Si les localités de la ligne Béchar-Ouargla-El-Oued ont “succombé” à la nouvelle matière dès les années soixante-dix, en suivant la mode venue de l’Atlas saharien et du Tell, les régions méridionales s’y sont employées beaucoup plus tard. Tandis que pour les régions du Tassili-n-Ajjer et de l’Ahaggar par exemple, cette pénétration n’est devenue significative que vers la fin des années quatre-vingt.

31L’autre avancée concerne le mouvement en direction des milieux nomades. Les ksour et les villages, desservis désormais par des routes, avec leurs commerces et où la télévision est un article de plus en plus courant, connaissent une emprise très importante de la nouvelle matière. Mais les vanneries de la nouvelle production rencontrent déjà un certain écho auprès des tribus nomades et semi-nomades.

32Au plan social, la diffusion de la mode, du moins à ses débuts, était partie des couches favorisées socialement et économiquement en direction de celles qui l’étaient moins. Avant que les ksour et les villages ne se dotent de petits commerces et que les divers produits de consommation n’arrivent du nord, les femmes n’avaient accès aux sacs et sachets en plastique qui les accompagnaient qu’en les faisant venir par leurs propres moyens. Pour cela, il fallait avoir les moyens aussi bien de les acheter que de se déplacer. Les familles comptant parmi elles des personnes travaillant dans le nord, des fonctionnaires ou des commerçants, étaient de ce point de vue privilégiées. La valeur de prestige redoublée de la nouvelle matière (par la situation envieuse de certaines couches de la population) a joué un rôle non négligeable dans la propagation de cette nouvelle mode.

33Au plan individuel, les agents les plus actifs de l’introduction de l’innovation se trouvaient parmi les jeunes femmes et les filles, plus ouvertes et plus réceptives à la nouveauté que leurs aînées. Dans beaucoup de familles, encore à l’heure actuelle, ce sont les jeunes filles qui tressent les vanneries en “nilou” alors que leurs mères et surtout leurs grand-mères demeurent attachées aux matières végétales. Cependant la mode continue à faire son bonhomme de chemin, et même les femmes âgées se laissent prendre et s’adonnent volontiers à la nouvelle production. Ce passage concerne notamment celles qui se spécialisent dans la vente, donc plus à l’écoute des variations de goûts. Le marché local des vanneries en “nilou” et “lahda” devient tout aussi important que celui des vanneries végétales, utilitaires. Pour ce qui est des vanniers (branche masculine), on peut considérer que la matière plastique, synonyme à leurs yeux de futile et de coquetterie proprement “féminine”, est complètement exclue de leur champs de travail.

34L’emprise de la nouvelle matière dans les sociétés sahariennes est si importante que même les femmes qui dédaignaient ce travail de vannerie (familles des Chorfa de la Saoura ou Mozabites par exemple) s’y laissent prendre. La valeur de prestige qu’elle recouvre aujourd’hui a fait que le travail de la vannerie a perdu son caractère dévalorisant, aux yeux de certaines catégories de femmes. Ce côté “égalitaire” de la diffusion des nouvelles matières se rapproche du caractère démocratisant des modes vestimentaires qui sont, par leur capacité de diffusion et de prégnance dans toutes les couches de la société, un des moyens de nivellement des frontières et des inégalités sociales.

Mode et uniformisation des styles régionaux

35De par son caractère envahissant et universaliste, se diffusant vite et sur de grands espaces, la mode est un agent puissant d’érosion des particularités stylistiques régionales. Les vanneries traditionnelles sahariennes, connues par leurs ensembles stylistiques régionaux et marquées surtout par le choix des couleurs et des types de motifs, en subissent aujourd’hui le contre-coup. Même si à l’intérieur de chaque ensemble les variantes sont nombreuses et même si les frontières sont parfois floues et les emprunts stylistiques nombreux, ces ensembles restent bien définis et nous pouvons en distinguer, pour l’Algérie, au moins six (fig. 8) :

  • Celui de la Haute Saoura se caractérise par la dominance des couleurs rose et jaune, disposées le plus souvent en segments alternés et remplissant tout ou partie de la surface de la vannerie. Les plats sont fréquemment décorés de franges de laine.
  • Un autre grand groupe stylistique est constitué par les vanneries de la Basse Saoura, du Touat, du Tidikelt et d’une partie du Gourara. Ici, le décor est basé sur une construction géométrique assez complexe soulignée par des brins de couleur marron (obtenue par le trempage des folioles dans de l’eau rouillée) se détachant du fond à couleur naturelle. Les motifs les plus fréquents sont les triangles, les chevrons et les séries de lignes parallèles disposées en escalier. Ces derniers sont souvent remplacés par des lanières de cuir. Dans cet ensemble, l’absence de couleurs a été comblée par la complexité du dessin. Au début du siècle, l’arrivée des colorants chimiques n’a pratiquement rien changé dans le style régional, hormis l’introduction des couleurs (rouge, bleu, vert) pour souligner les dessins géométriques, au détriment de la couleur marron beaucoup plus classique. Le dessin est si fin et parfois si discret que la modification de couleur se remarque à peine.
  • Le troisième groupe stylistique se situe dans la région du Gourara, autour du village de Charouine. Sa spécificité consiste dans l’utilisation de brins de couleurs très vives (bleu foncé, violet, rose, vert, jaune) disposés en spires et en compartiments losangés. Ce style décoratif a connu un grand succès auprès des femmes, même celles des autres localités du Gourara et du Touat. Comme style, il est identifié sous la dénomination “charouine”.
  • L’ensemble de la région de Ouargla se caractérise par la forte diversité et la richesse de son décor, tant du point de vue des couleurs qu’à celui du dessin. Les motifs géométriques (triangles, chevrons, losanges, hélices, étoiles, etc.) de toutes les couleurs, devenues particulièrement diversifiées avec l’arrivée des colorants chimiques, sont agencés sur la surface de la vannerie en un tableau complexe. Cette particularité stylistique s’explique par l’existence d’une tradition de tissage très ancienne dans la région, notamment pour ce qui est de l’emploi des couleurs et des motifs et que les femmes transposent à leurs ouvrages en palmier dattier. Certaines vanneries reproduisent presque à l’identique les motifs de tapis.
  • Les vanneries de l’oued R’ir et notamment de Touggourt, se rattachent à l’ensemble de Ouargla, mais possèdent quelques caractéristiques qui leur sont propres. Le plus souvent c’est toute la surface de la vannerie qui est occupée par des motifs colorés à dominance de rose, mauve et vert, cachant complètement la couleur naturelle des brins. Pour les plats, le fond comporte fréquemment un motif en étoile et les parois sont couvertes de segments colorés et disposés diversement.
  • Le dernier ensemble est constitué par les vanneries du Tassili-n-Ajjer et de l’Ahaggar. Trois sous-groupes peuvent y être distingués, l’un désigné par les femmes comme local, et les deux autres d’influence libyenne et nigérienne. Les vanneries dites “locales” sont habituellement sobrement décorées, avec, par exemple sur un plat, quelques motifs géométriques discrets sur les parois et un fin ruban de cuir en spirale, sur le bord. Les vanneries dites “nigériennes” se caractérisent par l’absence de brins de couleur naturelle. Toute la surface de la vannerie est recouverte de brins colorés. Pour les plats, le fond est couleur rouge-brique et les parois sont divisées en compartiments verts et jaunes que l’on dispose en trapèzes, avec parfois un remplissage en damiers ou à lignes parallèles. Le style dit “libyen” privilégie le mauve et le vert et le décor laisse apparaître la couleur naturelle des brins du fond de plat. Celui-ci est constitué de cercles concentriques et de motifs en chevrons contenus dans des rectangles, répartis sur les parois du plat.

Fig. 8. Styles régionaux des vanneries sahariennes

36Ces styles régionaux encore clairement lisibles sur les vanneries en palmier dattier s’effacent petit à petit devant l’avancée de la matière plastique (fig. 3, 4, 9). Aujourd’hui, tout se passe comme si la matière palmier dattier qui fait partie intégrante du milieu culturel traditionnel “n’autorisait” pas des libertés dans l’expression, alors que les “nilou” et “lahda”, par leur origine et leur texture étrangère, permettent de se soustraire à l’emprise des normes esthétiques ancestrales.

Fig. 9. Plats en matière plastique et papier aluminium

Fig. 10. Au campement touareg de l’oued Essendilène, près de Djanet

37Pour conclure, il est important de souligner quelques points qui me paraissent essentiels à la compréhension de l’introduction de la matière plastique dans la fabrication des vanneries sahariennes. Ce qu’il faut retenir avant tout, c’est que ce fait ne relève pas d’une causalité matérielle, une sorte de “vide technique” (disparition d’un matériau traditionnellement utilisé ou perte de savoir-faire, par exemple) que la nouvelle matière viendrait ainsi combler. Le palmier est une ressource toujours disponible et les femmes savent tout autant tresser les vanneries. Elle ne tient pas non plus du hasard. Pour que la société saharienne puisse recevoir et adapter cette matière d’importation, il fallait néanmoins qu’un certain nombre de conditions objectives fussent réunies. Les populations sahariennes se trouvent depuis quelques décennies confrontées à un mouvement migratoire nord-sud (fonctionnaires de l’administration, militaires, etc.) encouragé par une politique volontariste de développement socio-économique (sédentarisation, urbanisation, salariat, etc.) subie et souvent perçue par certaines catégories comme un diktat et une atteinte à leur intégrité sociale et culturelle. La déstabilisation progressive des structures et des hiérarchies traditionnelles a laissé transparaître dans les années soixante-dix/quatre-vingt, les premières brèches dans lesquelles sont venues s’engouffrer les nouvelles valeurs culturelles, en l’occurrence celles du monde dit “moderne”, sous des formes diverses. Certains bijoux, vêtements, accessoires et autres objets domestiques empruntés sont devenus un moyen de paraître tandis que le phénomène de mode qui les accompagnait, a pris un caractère de comportement collectif en réponse à ces nouveaux besoins socio-culturels.

38Le choix de la matière plastique comme symbole “porteur” de ces nouvelles valeurs s’est fait en fonction de plusieurs facteurs : nature, aspect et texture de la matière, suffisamment “étrangère” et “moderne” (aux dires des femmes elles-mêmes) ; relativement facile à acquérir, peu onéreuse et immédiatement transposable dans les “milieux” technique et esthétique existants. Ce dernier point me paraît particulièrement important, car il est rare de voir une nouveauté, aussi éloignée des traditions en vigueur, se transformer aussi activement en un phénomène de mode tel qu’il risquait à terme de les anéantir. Cependant, il n’en est rien et nous pouvons dire que le “nilou” n’a occasionné que peu de préjudices à la vannerie saharienne, tant au plan de la technique de fabrication, qu’au plan de l’objet de consommation. Il a même aidé à la réactualiser, grâce à la substitution de l’élément végétal par l’élément plastique synthétique, plus conforme à la situation et aux aspirations actuelles. De ce point de vue, on peut considérer que la mode du “nilou” a contribué à la conservation de la tradition, dont la seule chance de survie reste malgré tout le facteur d’adaptation. Effectivement, l’introduction de la matière plastique a permis de relancer fortement la production, après qu’elle eut connu un ralentissement alarmant au début des années quatre-vingt, risquant une rupture dans la transmission du savoir-faire (activité dédaignée et dévalorisée). En outre, la simplification de la chaîne opératoire a facilité son introduction dans certaines écoles et son enseignement aux élèves. A l’initiative des institutrices soucieuses de préserver le patrimoine local, des cours de travaux pratiques consacrés à la fabrication des vanneries ont été mis en place.

39Quelles sont les chances de survie de la matière plastique dans la fabrication des vanneries sahariennes ? En sachant que le changement de mode est défini par l’usure des symboles de prestige, on peut s’attendre à la voir un jour disparaître. La matière plastique, à la portée de tous, banalisée et dévalorisée, ne présentera plus aucun intérêt aux yeux des femmes sahariennes. D’autres matières et d’autres symboles viendront alors la remplacer. Et comme pour tout phénomène de mode niant la mode précédente, la vannerie en “nilou” paraîtra étrange mais non dépourvue d’une certaine richesse artistique. Malheureusement, “l’entre deux mondes” pour les Sahariens est encore d’actualité et les symboles de la culture de référence n’ont pas encore perdu de leur valeur.

Bibliographie

Bibliographie

BALFET, H.

1952, La vannerie. Essai de classification, L’anthropologie, t. 56, p. 259-280.

ALFET, H., BENFOUGHAL, T. et al.

1993, Atouts et outils de l’ethnologie des techniques. Sens et tendance en technologie comparée, Actes du colloque, 16-17 nov. 1992, Techniques et culture, janvier-juin.

CHARLET (lieutenant)

1905, Les palmiers du Mzab, Bulletin de la société de géographie d’Alger, 1er trimestre.

CLAUDOT-HAWAD, H.

1993, Les Touaregs. Portrait en fragments, Aix-en-Provence, Edisud.

LEROI-GOURHAN, A.

1964, Le geste et la parole, t. 1, La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

1992, Evolution et techniques, t. 1, L’homme et la matière, t. 2, Milieu et techniques, Paris, Albin Michel.

NACIB, Y.

986, Cultures oasiennes. Bou-Saada : essai d’histoire sociale, Alger, ENAL.

Notes

* Pour réaliser ce travail j’ai utilisé les données de mes enquêtes de terrain effectuées entre 1988 et 1993 dans de nombreux ksour et villages du Sahara algérien et plus précisément dans la Saoura, le Gourara, le Touat, le Tidikelt, le Mzab, la région de Ouargla, l’Oued R’ir, El Souf et le Tassili-n-Ajjer.

2 Voir les travaux du GDR 1201 “Formes, matières et sociétés”, Paris, musée de l’Homme.

3 Cette valorisation des nouvelles vanneries transparaît notamment au travers de leur prix (quand elles sont destinées à la vente). En 1990, le prix moyen d’un plat en palmier dattier était de 75 dinars, celui d’un plat en papier aluminium de 150 dinars.

4 Techniques de tressage des vanneries sahariennes :

  • spiralé cousu. L’armature est constituée d’un seul montant (faisceau de fines tiges tirées de la branche maîtresse du régime de dattes). Chaque spire est cousue à la précédente par un brin (foliole de palme) que l’on fait passer dans un orifice obtenu à l’aide d’une alène ;
  • spiralé tressé cousu. Ce type est un cas particulier du type précédent. Le montant représente ici une tresse de folioles de palmes fabriquée préalablement. Les spires sont cousues entre elles à l’aide d’une aiguille en bois ;
  • cordé. Les brins se tordent autour des montants ;
  • tissé. Les brins se tissent avec les montants.

(Pour la typologie des techniques de tressage, voir H. Balfet, 1952).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Trois variantes de la technique du spiralé
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Fig. 2. Techniques de tressage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende Fig. 3. Plat en papier aluminium et matière plastique. La couture des spires entre elles est effectuée avec un fil en nylon de couleur foncée, les points étant disposés en hélice. Ksar Ouled Khodeir, Saoura
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 4. Plat en papier aluminium et matière plastique. Djanet
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 5. Panier de hammam en papier aluminium. Ksar Zaouia Tahtania, Saoura
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig. 6. Utilisation des matières non végétales dans un but décoratif
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende Fig. 7. Service à café décoratif, en papier aluminium. Ksar Sidi Khouiled, Ouargla
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Légende Fig. 8. Styles régionaux des vanneries sahariennes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 9. Plats en matière plastique et papier aluminium
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10. Au campement touareg de l’oued Essendilène, près de Djanet
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2840/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 670k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter