Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Touaregs et autres Sahariens entre plusieurs mondes

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Matières, techniques et identités

Forgerons touaregs et métallurgistes de l’Udalen

Un exemple de complémentarité technique

Catherine Hincker

Texte intégral

Perçage de l'anneau d'une bague à l'emporte-pièce, Udalen, 1996 (Photo : C. Hincker)

  • 1 Cf. N. Echard, 1992, p. 39, dans 1’Ayr, Niger.

1Dans l’Udalen — région nord-est du Burkina Faso — avant l’utilisation des métaux de récupération, provenant essentiellement de fûts et de voitures, le fer destiné à la fabrication d’armes, d’instruments aratoires et d’outils était, il y a une soixantaine d’années produit localement. La métallurgie se présente comme une chaîne d’actions techniques où se succèdent plusieurs phases majeures étroitement complémentaires. En amont de cette chaîne, on distingue l’extraction et la réduction du minerai, en aval le travail de la forge. Chacune de ces phases pouvait être effectuée par un ou plusieurs groupes distincts, comme le souligne B. Martinelli (1992). Dans cette région comme dans d’autres1, il semble qu’il n’y ait jamais eu de Touaregs qui possèdent le savoir — ou le statut — pour réduire le minerai. Nous nous proposons donc, d’évoquer ici la nature et les fondements des relations entre les forgerons touaregs et les métallurgistes producteurs de métal.

Les stéréotypes attachés à la fonderie

2Nous avons recensé dans le sud de la province de l’Udalen plusieurs sites métallurgiques répartis en deux grandes zones. La première comprenant les sites de Guesselnay, Kitagou, Gountwala, Pwiga et Fourkoussou, se trouve entre les villages de Tassamakat et de Boulékessi. La seconde, au sud-est de Gorom-Gorom, comprend les sites de Sirkango et de Bélliata.

3Actuellement, les descendants des métallurgistes, tout comme l’ensemble des forgerons (qu’ils soient touaregs, gourmantchés, mossis ou songhays), énoncent le même type de discours normalisé et stéréotypé, lorsqu’ils évoquent le déroulement de la réduction du minerai. Ce discours, où la technique et les symboles se mêlent constamment, renvoie à des connaissances très générales sur le principe de la fonderie. Il n’est ni véritablement marqué ethniquement, ni situé temporellement, et ne permet pas par comparaison, ni recoupement, de connaître avec certitude l’origine des métallurgistes.

4Les lieux de fonderie étaient situés dans des endroits inhabités, interdits à toute personne qui ne faisait pas partie du groupe des métallurgistes. Le contact avec l’un d’entre eux s’apprêtant à fondre ou se rendant sur l’un des sites, était censé entraîner la mort.

  • 2 N. Echard, 1965, p. 360, dans l’Ader en milieu hausa et C. Seignobos, 1991, p. 199 et 215, chez les (...)

5La réduction du minerai était précédée du sacrifice d’un bœuf2, et le feu n’était allumé qu’après la consommation de la viande sacrificielle.

6Les termes couramment employés pour désigner un four dans lequel était réduit le minerai sont : bwa et bembal (fulfuldé). D’après B. Martinelli, le mot bwa serait un dérivé de bwaagha, qui, en mooré désigne un four tubulaire à injection d’air par soufflet. Le terme bembal, quant à lui, désigne dans son sens premier, un grenier à céréale ; notons que ce terme est aussi employé dans le double sens de haut-fourneau et de grenier chez les forgerons de Bogo du nord-Cameroun, comme le note C. Seignobos (1991 : 219). On relève dans de nombreuses régions cette même association entre la forme du four et celle du grenier à céréales, en pays Samo et Dogon, d’après B. Martinelli, mais aussi en pays Hausa, comme le souligne N. Echard (1965 : 359) au sujet du terme hausa riheewaa (“[...] le grenier et, d’une manière générale, tout contenant de forme plus ou moins conique construit en argile séchée”).

7Lors de la réduction du minerai, les métallurgistes avaient recours à des pouvoirs de deux types. Le premier est un médicament composé de plantes et de grêlons et qui aurait la propriété de soigner les brûlures. Le deuxième, consiste à prononcer des paroles magiques — appelées en touareg tifer (pl. de téfirt) — qui devaient permettre de commander le feu à distance, de l’allumer, de l’éteindre et de le rendre froid. Ces deux pouvoirs devaient notamment permettre aux métallurgistes de ressouder les parois d’un four en feu qui se seraient fendues, en les serrant dans leurs bras.

8La part symbolique évoquée dans le déroulement de la fonderie conditionne à la fois le déroulement de l’acte technique et le statut social des métallurgistes car, comme nous le verrons par la suite, le recours à ces paroles magiques se faisait, et se fait toujours, dans un certain nombre d’autres circonstances.

Dénomination et statut des métallurgistes

9Les forgerons touaregs dénomment les métallurgistes et leurs descendants itagaten (pl. de ataga). D’après C. de Foucauld (1951-52 : 1886), ce terme désigne un “homme appartenant à une classe particulière, entre les amerid et les esclaves ; les ataga passent pour descendre d’un croisement d’amerid et d’esclave. Il n’y en a pas dans l’Ahaggar. Il en existe dans l’Adrar et l’Air. Leur condition est misérable”. E. Bernus (1976 : 89) note qu’il existe également une catégorie sociale chez les Iwellemmeden Kel Dinnig et Kel Fadey appelée itagan. Il s’agirait “d’‘hommes libres’, pris à la guerre et restés chez leurs vainqueurs où ils auraient fait souche, telle serait l’origine des itağan”. Ce terme dans l’Udalen, semble désigner une catégorie classifica-toire d’artisans — tous capables de réduire le minerai — constituée de membres de plusieurs origines culturelles.

  • 3 Nous reprenons ici, à notre compte, les termes de N. Echard, 1992, p. 39. Dans cet article, l’auteu (...)

10Mais, lorsque la fonderie avait encore lieu, ce terme ne désignait que les métallurgistes. L’appartenance à ce groupe était étroitement associée à la détention des pouvoirs magiques que nous venons d’évoquer. Ils leur conféraient symboliquement le statut qui les rendait aptes socialement à réduire le minerai, et seuls ceux qui les possédaient pouvaient prendre part à cette activité. Les simples connaissances techniques n’étaient en effet pas suffisantes ; il fallait aussi avoir “‘hérité’ du statut autorisant cette pratique” ; il y avait pour les forgerons une “incapacité sociale” à réduire le minerai3.

  • 4 D’après les Touaregs de l’Udalen, comme d’ailleurs dans d’autres régions (voir sur ce point S. Rasm (...)

11Les forgerons touaregs ne participaient pas à la fonderie, car ils n’en avaient pas le statut. Pour justifier cet état, ils construisent un discours où magie et religion s’opposent. On relève ainsi un stéréotype de saleté associé aux métallurgistes, qui implique une réserve par rapport à la pratique de la religion musulmane. Si quelqu’un reçoit ces pouvoirs, d’après un forgeron touareg, “lui et l’Est, c’est fini. Il devient comme les métallurgistes (itagaten)”4. D’après B. Martinelli, les fondeurs-bronziers nyôghose attribuent le même stéréotype aux forgerons en milieu mossi.

  • 5 D’après un forgeron touareg “celui que le métallurgiste (ataga) n’a pas élevé, ne peut connaître le (...)

12Les métallurgistes (itagaten) prétendaient user de leurs pouvoirs magiques — d’après des forgerons gourmantchés et touaregs — comme d’un moyen coercitif pour contrôler l’ensemble des artisanats du métal (réduction du minerai et forge). Ils se considéraient — et étaient considérés — comme les pairs de l’artisanat du métal5 ; de par ce statut, ils bénéficiaient d’un respect particulier qui s’exprimait au travers des conduites finalisées. Citons, pour illustrer la nature de leurs relations avec les forgerons, cette histoire racontée par un forgeron touareg de l’Udalen :

“Un forgeron gourmantché avait installé sa forge à Gorom-Gorom. Un jour, une vieille tatagat (fém. sing. de itagaten) vint lui demander de faire un trou dans une pièce d’argent. Le forgeron réclama une rétribution pour ce travail. La vieille femme refusa, invoquant l’argument que c’était grâce à ses ancêtres à elle qu’il connaissait le travail de la forge. Il campa sur ses positions. Elle resta un instant dans la forge, puis elle partit. Le forgeron qui, à cet instant s’apprêtait à fondre de l’argent, ne parvint pas durant toute la journée à ramollir quoique ce soit, son feu était devenu comme froid”.

13Les métallurgistes exerçaient leur contrôle sur le travail de la forge à une échelle régionale. Ainsi, si un forgeron souhaitait installer son atelier dans l’Udalen, il devait d’abord obtenir leur autorisation.

14Le terme itagaten qui opérait initialement une distinction franche entre le statut de deux catégories d’artisans (les forgerons et les métallurgistes) a tendance à se dilater et rassemble actuellement l’ensemble des artisans du métal, qu’ils soient descendants des métallurgistes, forgerons ou bijoutiers.

Origines diverses et identité commune

15Les forgerons et les descendants des métallurgistes ont le sentiment d’appartenir à une même communauté technique, celle des artisans du métal. La place assignée par les Touaregs à leurs forgerons fait référence à cette appartenance et, d’après leurs propres termes “le travail fait d’eux des frères”. La complémentarité technique qui les lie a des répercussions sur leur statut.

  • 6 Sur ce point voir H. Claudot-Hawad et Hawad, 1982/1993, p. 16.

16Ainsi, d’après eux, il existe le même type de différence entre les forgerons touaregs (inaden win éhansawa) et les métallurgistes (itagaten), qu’entre les Songhays et les captifs affranchis de longue date (ighawelen). Cette comparaison mérite d’être détaillée. Les ighawelen désignent d’anciens captifs des Touaregs (dont certains sont d’origine songhays dans cette région), qui ont intégré les valeurs fondamentales de la culture touarègue et ainsi bénéficient d’un statut social plus élevé, celui d’hommes libres6. Les termes itagaten et ighawelen, mis en parallèle, mettent en évidence un même processus de métissage. Des forgerons touaregs ont été intégrés dans le groupe des métallurgistes et ainsi ont bénéficié de leur statut, de même que des captifs étrangers ont été intégrés dans la société touarègue.

17Si les Touaregs considèrent que leurs forgerons et les descendants des métallurgistes ne forment qu’un seul et même groupe, dans les faits, les relations entre les membres de cette communauté technique ne sont pas uniformes. Les descendants des métallurgistes, s’ils ne réduisent plus le minerai, conservent en revanche leur statut de pairs de l’artisanat du métal. Le contrôle qu’ils exerçaient sur l’ensemble des activités de forge a toujours droit de cité. Ainsi, si l’un d’eux entre dans un atelier, le forgeron doit lui demander la permission de forger. S’il passe outre cette marque de considération, il s’expose à des représailles exercées, prétendent-ils, grâce à leurs pouvoirs magiques.

18L’ensemble des forgerons, de quelque origine qu’ils soient, sont, quant à eux, unis par une solidarité et un respect mutuel lié à l’exercice de leur métier. Si un forgeron prend une commande, alors qu’il n’a pas d’outils, il peut demander à quelque forgeron que ce soit, de lui prêter ce qui lui manque pour remplir sa commande, sans que celui-ci ne puisse refuser.

19Ainsi, le terme itagaten qui, dans l’Udalen, ne désignait initialement que des métallurgistes, s’est dilaté et rassemble actuellement tout à la fois leurs descendants et les forgerons, de quelque origine qu’ils soient. Sur la base d’une complémentarité technique, une communauté émerge, regroupant au niveau régional l’ensemble des artisans du métal. Le sentiment d’appartenance à ce groupe prend comme nœud la chaîne d’actions techniques allant de la matière brute au produit fini. L’adhésion à ce groupe se manifeste, entre autres, à travers les relations qu’entretiennent les membres de cette communauté technique. Leur statut varie en fonction de leur origine technique. Celui qui échoit actuellement aux forgerons touaregs rappelle leur situation de dépendance vis-à-vis des groupes producteurs de métal.

Bibliographie

Bibliographie

BERNUS, E

1976, L’évolution des relations de dépendances depuis la période pré-coloniale jusqu’à nos jours chez les Iullemmeden Kel Dinnig, in ROMM, n° 21, Aix-en-Provence, Edisud, p. 85-99.

1983, Place et rôle du forgeron dans la société touarègue, in Métallurgies africaines. Nouvelles contributions. Mémoire de la Société des Africanistes, n° 9, 237-251

CLAUDOT-HAWAD, H. ET HAWAD, M.

1982 (1993), Coups et contre-coups : l’honneur en jeu chez les Touaregs, in Les Touaregs. Portrait en fragments, Aix-en-Provence, Edisud, p. 13-27.

ECHARD, N.

1965, Note sur les forgerons de l’Ader (Pays Hausa, République du Niger), in Journal de la Société des Africanistes, t. 35(2), Paris, Ed. du musée de l’Homme, p. 353-372.

1992, A propos de la métallurgie. Système technique, organisation sociale et histoire, in Etudes nigériennes, n° 52, Niamey, p. 7-60.

FOUCAULD, C. (de), 1951-52, Dictionnaire touareg-français. Dialecte de l’Ahaggar, Paris, Imprimerie nationale, 4 vol.

MARTINELLI, B.

1992, Agriculteurs métallurgistes et forgerons en Afrique soudano-sahélienne, in Etudes rurales, n° 125-126, p. 25-41.

1993, Fonderies ouest-africaines. Classement comparatif et tendances, in Techniques et culture, n° 21, Paris, p. 195-221.

RASMUSSEN, S.

1992, Ritual specialists. Ambiguity and power in twareg society, in Man, vol. 27 (1), Londres, p. 105-128.

SEIGNOBOS, C.

1991, Les Murgur ou l’identification ethnique par la forge (nord-Cameroun), in Forge et forgerons, Paris, ORSTOM, p. 43-225.

Notes

1 Cf. N. Echard, 1992, p. 39, dans 1’Ayr, Niger.

2 N. Echard, 1965, p. 360, dans l’Ader en milieu hausa et C. Seignobos, 1991, p. 199 et 215, chez les Murgur du nord-Cameroun notent également que l’allumage du four est précédé du sacrifice d’un animal.

3 Nous reprenons ici, à notre compte, les termes de N. Echard, 1992, p. 39. Dans cet article, l’auteur évoque une différence de statut, entre les métallurgistes et les forgerons touaregs de l’Ader, qui empêche ces derniers de prendre part aux opérations de réduction du minerai.

4 D’après les Touaregs de l’Udalen, comme d’ailleurs dans d’autres régions (voir sur ce point S. Rasmussen, 1992), les forgerons sont censés avoir des pratiques occultes. Il semble que, dans cette région en tout cas, ce stéréotype trouve une origine dans les relations étroites qu’ils entretenaient avec les métallurgistes.

5 D’après un forgeron touareg “celui que le métallurgiste (ataga) n’a pas élevé, ne peut connaître le travail de la forge”.

6 Sur ce point voir H. Claudot-Hawad et Hawad, 1982/1993, p. 16.

Table des illustrations

Légende Perçage de l'anneau d'une bague à l'emporte-pièce, Udalen, 1996 (Photo : C. Hincker)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter