Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie publique, patronage et clientèle

 | 
Emmanuel Bonne

Conclusion

Texte intégral

1Aux affres de la guerre ont succédé ceux d'une crise économique et sociale à laquelle le Liban n'a pas encore trouvé les moyens de remédier. Des chantiers prestigieux et utiles sont à l'étude (Cité sportive Camille Chamoun, centre-ville à Beyrouth, autoroute arabe...) mais la population demeure dans une situation économique fragile et l'État ne dispose que de peu de ressources (aide internationale tardive, soutien arabe réservé). Aussi est-il difficile d'apporter une conclusion à l'étude d'un patronage dont on a vu qu'il est largement le produit de son contexte. L'après-guerre semble cependant l'occasion d'un développement et d'un redéploiement de l'influence de Rafic Hariri à l'échelle du Liban.

  • 1 Cf. Déclaration à l’hebdomadaire Magazine, février 1993.

2Le 22 novembre 1992, Rafic Hariri est nommé premier ministre à la suite de troubles sociaux graves, alors que la livre libanaise s'effondre et que le gouvernement se montre incapable d'enrayer la crise. Son accession à un poste auquel la deuxième République accorde des pouvoirs accrus, suscite les espérances d'une très large majorité de la population. Rafic Hariri, bénéficiant alors d'un crédit qu'aucun chef de gouvernement n'avait eu depuis longtemps, assume pour la première fois directement son rôle d'homme du recours et au niveau politique le plus élevé, le seul qui l'intéresse vraiment. Il déclare pourtant que sa nomination ne lui "apporte que des soucis en plus", à lui qu'"aucun chef d'État n'a jamais refusé de recevoir"1.

3Il met en place un système clientéliste, dont il est le patron, au sein même de l'État et à son sommet. Ainsi a-t-il déjà procédé au renouvellement de la haute administration et à la nomination de nouveaux fonctionnaires —72 en avril 1993, dont celle du président de la Banque du Liban— proches de lui et qui bénéficient des avantages financiers déjà mentionnés. Y a-t-il alors monopolisation du pouvoir d'État par un réseau clientéliste ? Faut-il voir dans l'extension du pouvoir de Rafic Hariri au gouvernement un processus de privatisation de l'État comme cela peut se concevoir dans le cas de nombreux États arabes ? Ces interrogations ne sauraient trouver de réponse que dans l'avenir.

4Notons cependant que les travaux les plus importants et le processus de reconstruction en général sont du ressort d'hommes qui ont servi Rafic Hariri à divers titres avant de servir l'État. Ainsi, la direction du Centre pour le développement et la reconstruction (CDR) qui centralise les initiatives publiques pour la reconstruction du pays, est-elle aujourd'hui assumée par Fadel Chalak, ancien directeur de la Fondation Hariri.

5Des acteurs indépendants échappent à ce réseau de patronage. La reconstruction du centre-ville de Beyrouth est un exemple de résistance à son hégémonie : réunis en association, les propriétaires font valoir leurs droits et contestent l'évaluation de leurs biens tandis que d'autres groupes s'opposent à la gestion du dossier par une société privée et que la presse fait état des lacunes du plan-directeur. Du coup Rafic Hariri menace, au cours de l'hiver 1993, de retirer son soutien financier à la reconstruction. Immédiatement relayée par une campagne de presse et de publicité appelant son retour, l'opération se solde par une influence accrue du mécène-premier ministre.

6L'actualité politique libanaise de 1993 atteste que Rafic Hariri dispose aujourd'hui du pouvoir institutionnel le plus large possible. Elle confirme l'extension du patronage à toutes les structures de la vie publique nationale. Cependant, elle fait apparaître à ce niveau les mêmes limites structurelles qu'à Saïda. Le patronage souffre d'un déficit politique qui l'empêche d'instaurer une véritable relation inégale entre le sommet et la base, c'est-à-dire les acteurs, d'où un décalage entre la maîtrise quasi-complète de la décision politique et l'impossibilité de contrôler le débat public.

7Il semble pourtant difficile de conclure à la faiblesse structurelle du patronage de Rafic Hariri. Il ne s'impose pas à la base, car celle-ci a les moyens financiers de se passer de son soutien. Mais il forme un pôle de compétences parmi les élites, leur clientélisation et leur dévouement. En cela, il s'agit d'un clientélisme "haut de gamme". Surtout, l'inconsistance politique de ce qu'on appelle parfois l'empire Hariri tient moins à ses insuffisances qu'à la permanence d'un "espace" où peut se formuler une critique politique.

8S'il n'est pas possible de conclure de façon définitive, en revanche le cas de Saïda est éclairant puisque le schéma national reproduit celui déjà observé à l'échelle de la ville.

9A Saïda, précisément, il ne semble pas que le nouveau pouvoir gouvernemental de Rafic Hariri provoque des changements sensibles. Par exemple, la municipalité ne bénéficie pas actuellement du soutien du CDR et le gouvernement ne compte pas de ministres sidoniens. Peut-être faut-il voir dans cette absence la volonté d'une exclusive de la part de Rafic Hariri. Est-ce aussi le signe de son désintérêt pour sa ville à présent qu'il gouverne le pays ? Cela est peu probable.

10Ses adversaires mettent en avant la culture provinciale de Saïda pour prédire sa chute à court terme. Ils rappellent le cas de Riad Solh et de Nazih Bizri et en déduisent que le leadership à Saïda sert une carrière à Beyrouth qui, elle, ne procure pas de gains politiques supplémentaires au plan local, alors que son échec aurait des répercussions immédiates. S'il se confirmait que le gouvernement de Rafic Hariri n'a, pas plus que les autres, les moyens de sa politique de reconstruction, il pourrait alors s'en suivre une perte de crédibilité locale. Et en retour, l'aura nationale de Rafic Hariri en pâtirait.

11Autre argument en faveur de ce raisonnement s'ajoute la fragilité du leadership de Rafic Hariri à Beyrouth. Désormais à la tête du gouvernement du Liban, il est impliqué dans un jeu politique national et régional qu'il ne maîtrise pas. Premier ministre dans l'influence de Damas, sans grande autorité sur son gouvernement, peut-il encore être à ce niveau le patron d'un réseau pyramidal ? Il ne sera en tous cas, vraisemblablement, premier ministre que le temps qu'il plaira au tuteur syrien. Dès lors, à quoi bon être maître à Saïda si cela ne procure et garantit le pouvoir à Beyrouth ? En quoi Saïda sert-elle le Président Hariri ? Cette ville est-elle simplement l'instrument d'une notabilité traditionnelle dont ne jouit pas Rafic Hariri, à laquelle il aspire et qui devrait ressembler à celle de sa référence en politique : Riad el-Solh. Si donc il chutait à Beyrouth, se retirerait-il, à l'instar de celui-ci, à Saïda comme dans un fief ? Rappelons seulement que ce dernier a perdu cette ville après Beyrouth. Et l'on imagine mal, en outre, Rafic Hariri attendant à Saïda l'heure de la reconquête : il est d'abord, selon ses dires, un homme d'affaires.

12Autre hypothèse : la crise économique et sociale et les incertitudes politiques perdurant, le terrain du patronage est d'autant plus fertile. La dépendance de la société sidonienne à l'égard de Rafic Hariri s'en trouve accrue. L'espace public très fragmenté n'est pas favorable aux mobilisations politiques qui vont à l'encontre de la logique clientéliste. Ainsi, même lorsqu'ils échappent au contrôle, les acteurs ne sont dotés que d'une autonomie très relative.

  • 2 Je n’ignore pas les dangers de ce terme mais je l’emploie ici dans son acception la plus simple, s (...)

13Peut-être est-ce l'absence d'une culture civique —la faiblesse de la société civile aggravée par la guerre— qui permet au patronage de se maintenir, grâce au pouvoir social exorbitant dont il dispose. Le sous-développement2 politique constituant un terrain favorable pour le clientélisme qui en retour renforcerait celui-ci.

14A l'échelle nationale comme à celle de Saïda, il semble bien que le patronage et le clientélisme sont en eux-mêmes des entraves à la restauration d'un espace public compromis par vingt années de conflit militaire et d'autant plus que la puissance financière de Rafic Hariri lui permet de détenir la décision politique et de la monopoliser au détriment des expressions citoyennes.

Notes

1 Cf. Déclaration à l’hebdomadaire Magazine, février 1993.

2 Je n’ignore pas les dangers de ce terme mais je l’emploie ici dans son acception la plus simple, synonyme de précarité et d’insuffisance de la participation des acteurs à l’espace public.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable