Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie publique, patronage et clientèle

 | 
Emmanuel Bonne

Deuxième partie. Insertion et centralité du patronage dans l'espace public

Texte intégral

1Cette deuxième partie a pour objet d'examiner par quels procédés et à quelles conditions le patronage de Rafic Hariri devient un élément central de l'espace public sidonien. L'hypothèse en est que le mécénat est en l'occurrence une forme de patronage à laquelle correspond une entreprise de conquête du pouvoir politique.

2Produit d'un contexte, le patronage de Rafic Hariri n'en est pas moins le fait d'un homme, et il se trouve un seuil au-delà duquel sa volonté explique, plus que les nécessités de l'espace public, l'ascendant qu'il prend sur l'ensemble des acteurs. Les modalités de cette volonté varient selon les secteurs auxquels elles s'appliquent, mais s'orientent toutes vers une monopolisation des institutions et des moyens de la vie publique sidonienne. Ce processus se décompose en phases et en initiatives qui ne sont pas forcément successives mais participent toutes, à divers degrés, à l'élaboration d'un système de pouvoir qui dépend toujours en dernier ressort de Rafic Hariri. Le problème qui se pose ici est donc de distinguer ces phases et initiatives afin de voir comment elles s'agencent entre elles et en quoi elles sont constitutives du pouvoir social et politique que conquiert graduellement Rafic Hariri.

3Je m'intéresserai donc d'abord à la vocation politique de son mécénat afin d'en dégager ce qui relève d'une logique de patronage et contribue à sa prise de pouvoir. J'observerai ensuite l'évolution du patronage en un pouvoir politique, ses raisons et ses implications sur l'espace public. Enfin, je tenterai de qualifier et de nommer les formes politiques prises par le patronage.

Le mécénat, instrument politique

4Les œuvres de la Fondation islamique pour la culture et l'éducation sont d'une importance particulière dans la formation du patronage de Rafic Hariri puis de son insertion dans l'espace public sidonien. Cette institution qui prend le nom de Fondation Rafic Baha Eddine al-Hariri en 1983, est même l'instrument principal de la notoriété de son fondateur. L'ensemble des activités de bienfaisance que celui-ci entreprend sont du ressort de cette institution dont l'essentiel des activités consiste d'abord à financer les projets qui lui sont soumis. Les ressources financières dont elle dispose -qui sont sans doute considérables, mais inconnues du public- lui permettent d'intervenir dans tous les domaines où elle est sollicitée, qu'il s'agisse d'art, d'éducation, de santé ou encore de réseaux téléphoniques à réparer. L'absence de projets planifiés, budgétisés, limités à des secteurs précisément définis caractérise l'action de la Fondation. Il est vrai que ses statuts précisent qu'elle contribue à "l'éducation, l'enseignement et la culture" mais, outre le fait que cette définition reste vague, son action déborde largement ce cadre et elle embrasse de fait des réalisations sans rapport les unes avec les autres.

5Cette absence de rigueur correspond pourtant à un projet qu'il y a lieu de présenter dans les termes de ses promoteurs :

  • 1 Fondation Hariri, ibid., p. 208.

"L'ambition de la Fondation Hariri est sans bornes sur le plan de l'éducation, de l'enseignement et de la culture : elle veut réaliser tous les projets qui font défaut à la société libanaise [...] Les institutions similaires à travers le monde ont pour point commun de leur mission humanitaire un défi à l'ignorance et à la maladie ; la Fondation Hariri fait face, en plus, à d'autres défis non moins dangereux, séquelles d'une guerre qui déchire la société libanaise et en provoque le pourrissement. Parce que l'Homme est la richesse essentielle du Liban, la Fondation continuera à s'en occuper jusqu'à ce qu'il puisse de nouveau retrouver le rôle civilisateur qui est le sien [...] Ceci se concrétise dans les principes de la Fondation comme dans la conscience de son fondateur [...] La Fondation ambitionne de permettre aux nouvelles générations de réaliser les potentiels de leur patrimoine. Bien que la contribution arabe à la civilisation ait été interrompue pendant des siècles pour des raisons de force majeure, les jeunes aspirent encore et toujours à porter haut cette bannière et à œuvrer pour le progrès de leur pays afin de le hisser au rang des nations à même d'assumer leur rôle pour le bonheur et le confort de l'Homme"1.

  • 2 Dans l’ordre, messages du président de la République, du président du Parlement, du premier minist (...)
  • 3 Notamment, restauration de l’éclairage public, réfection des trottoirs et plantation d’arbres, réf (...)

6L'emphase de cette présentation et les termes employés pour qualifier la Fondation et ses ambitions révèlent assez bien que, loin de s'intéresser à un domaine particulier, celle-ci a plutôt vocation à être de toutes les initiatives qui décident de l'avenir du Liban. On peut sourire de cette prétention mais force est de constater qu'un certain crédit lui est accordé par ceux-là mêmes qui ont la charge du pays et ont recours aux bons services de Rafic Hariri. Ainsi c'est "consolant les accablés, rassasiant les affamés, éloignant les malheurs, providence des foyers et des esprits" que Elias Hraoui découvre Rafic Hariri qui "a répandu bienfaits et secours à travers tout le pays". De même Hussein al-Husseini salue "le soldat silencieux qui entreprit d'œuvrer à l'entente entre les Libanais" et Salim Hoss souligne que l'intervention du "mécène Rafic Hariri a eu l'effet de la manne dans le désert"2. Il n'est pas question ici de juger de la sincérité de ces louanges, ni de s'attarder sur les qualités politiques de leurs auteurs, mais il importe d'y voir la légitimation des œuvres de Rafic Hariri par les instances politiques les plus élevées, reconnaissant de facto la nécessité de ses interventions là où ce sont précisément les autorités publiques qui devraient être présentes. Il en ressort une certaine confusion naissant de la présence d'une institution privée au centre de problèmes relevant des prérogatives de la puissance publique. Ainsi, entre autres choses, c'est Rafic Hariri qui prend en charge la réfection de certaines infrastructures publiques à Beyrouth3 en 1982, organise le sauvetage des victimes des tempêtes de neige en 1983, distribue les dons du roi Fahd en 1988 et c'est encore lui qui, jusqu'en juillet 1993, héberge dans ses locaux le président de la République privé de son palais de Baabda.

7Aux objections que cela suscite, les responsables de la Fondation, et les autorités publiques recevant son concours, rétorquent que l'étendue des besoins et l'incapacité des pouvoirs publics à y faire face justifient le recours aux services de Rafic Hariri. En effet, la qualité des réalisations de la Fondation est incontestable et d'un grand secours en bien des cas. Le problème est pourtant qu'une entreprise privée de mécénat se trouve du même coup investie de responsabilités qui sont très directement politiques, dans la mesure où elle se trouve au centre de décisions qui relèvent de l'intérêt général en même temps que des compétences de l'Etat. Certains voient là une excessive dépendance de la chose publique à l'égard d'un homme dont la seule légitimité serait son immense fortune. Surtout, la question se pose de la contrepartie qui accompagne les dépenses de Rafic Hariri. Ainsi, bien qu'il se défende d'avoir jamais songé à être le premier ministre de son pays avant qu'on ne le lui demande, le fait est qu'il l'est aujourd'hui et dirige des dossiers qu'il maîtrisait auparavant dans des conditions plus controversées —la reconstruction du centre de Beyrouth notamment—. On peut voir là une de ces contreparties.

8La Fondation Hariri est à la croisée de stratégies dont l'enjeu n'est pas seulement la qualité de l'enseignement dispensé aux jeunes Libanais. Elle apparaît comme l'instrument qui, depuis une dizaine d'années, accompagne l'actuel premier ministre dans son ascension, programmée ou pas, vers un pouvoir qui ne cesse de s'étendre. A ce niveau, qui est tout de même celui des affaires de l'État, Rafic Hariri apparaît encore comme l'homme d'un contexte, car c'est sa capacité à se rendre indispensable à un moment où font défaut autorité politique, pouvoir administratif, moyens financiers et cohésion sociale qui lui permet de se présenter comme le seul agent capable de mettre un terme aux carences dont est victime toute une société. En ce sens, le mécénat dont il se prévaut constitue un puissant instrument de pouvoir car il contribue à faire de son intervention une des conditions du fonctionnement normal des services, institutions et espaces publics ; ce qu'admettent les pouvoirs -cités plus haut- qui en ont la responsabilité. Le mécénat de Rafic Hariri ne repose pas sur un projet particulier auquel il apporterait son soutien mais sur une intervention globale, dans tous les secteurs de la société libanaise. Qu'il s'agisse de décisions relevant normalement de la puissance publique ou de soutien à des organismes privés et à des individus, l'importance de Rafic Hariri réside toujours dans le pouvoir de financement que personne d'autre que lui ne détient.

9Son action à Saïda reproduit les mêmes méthodes qu'au niveau national : financer et obtenir l'aval et la collaboration des autorités concernées lorsqu'il s'agit d'initiatives d'intérêt public, comme c'est souvent le cas. On sait que ce mécanisme est d'autant plus facile à mettre en œuvre que Saïda s'est trouvée très affectée par la guerre, particulièrement en 1982. De fait, la ville telle qu'elle se présente actuellement est largement le résultat des travaux qu'y a effectués la Fondation, de concert avec la municipalité, à partir de 1982. Et c'est cette contribution au développement de la ville qui est la marque la plus sensible de l'ascendant de la Fondation sur celle-ci. S'ajoute à cela une action éducative et sociale, plus conforme à la vocation de la Fondation, qui complète l'emprise de Rafic Hariri sur sa ville natale. Je me propose d'étudier ces deux catégories du mécénat et d'exposer ensuite quels bénéfices politiques en tire leur inspirateur. De cette façon on verra comment le mécénat est le vecteur d'un patronage et comment Rafic Hariri en use pour entrer en politique.

La reconstruction et l'aménagement de Saïda

10Ce sont ses activités d'entrepreneur de travaux publics qui ont d'abord apporté de l'argent à Rafic Hariri, et encore aujourd'hui, le groupe Oger-international reste son entreprise la mieux connue en même temps que sa plus grande fierté. L'entreprise est mise à contribution dès les premières interventions mécénales de Rafic Hariri et est ensuite le maître d'œuvre de la plupart des réalisations de sa fondation. Il y a en fait une coïncidence étroite entre les activités de l'homme d'affaire et celles du mécène, et c'est dans le domaine de sa plus grande compétence qu'il déploie le plus de moyens : les travaux publics. Saïda bénéficie largement de cette association et lui doit, à partir de 1982, l'essentiel de son aménagement et de ses infrastructures. Les travaux réalisés diffèrent cependant selon les domaines où ils sont entrepris. Ainsi, une part se décide en collaboration avec la municipalité de Saïda tandis qu'une autre relève de l'initiative de la Fondation. Ce qui ne manque pas de poser un certain nombre de problèmes quant au degré de dépendance de la ville à l'égard de son mécène.

Réalisations avec la municipalité de Saïda

  • 4 Les raisons et les circonstances de cette nomination sont exposées infra dans "La direction des Ma (...)
  • 5 Entretien avec l’auteur.

11C'est en 1979 que Rafic Hariri entreprend de collaborer avec la municipalité de Saïda, à l'occasion de la nomination d'un nouveau maire : Ahmed Qalash4. Celui-ci signale qu'il n'avait à sa disposition, en 1979, que "quatre camionnettes, un pick-up et deux voitures de pompiers"5 et que Rafic Hariri lui fournit alors bennes à ordures, camions, matériel de bureau et moyens pour recruter les employés nécessaires. Surtout, au même moment, Rafic Hariri s'engage à financer les infrastructures manquant à la ville et jugées nécessaires par son maire. Dès 1979, Ahmed Qalash sollicite la construction d'un nouveau marché de gros et celle d'un abattoir. La grande importance de ce projet, d'origine municipale, nécessite la mise au point d'un montage financier original, en raison des limites apportées par le droit aux donations en argent des personnes privées aux collectivités publiques, tandis que sont admis les dons en nature. Aussi, l'accord entre la municipalité et la Fondation Hariri prévoit-il que cette dernière subventionnera l'intégralité des études et des travaux pour le compte de la municipalité de Saïda ; une fois l'ouvrage reçu, celle-ci reversera les recettes d'exploitation du marché et des abattoirs à la Fondation, qui s'engage à les réinvestir dans des projets municipaux. Curieuse à première vue, cette formule a, en tous cas, pour les deux parties, l'avantage de préserver l'apparence de leurs rôles ; à savoir que la municipalité n'est pas engagée envers la Fondation et que celle-ci n'a d'autre but que de servir les projets de la première. L'invasion israélienne de 1982 perturbe le projet mais, après une période d'attente, la Fondation commence effectivement les travaux au sud de la ville. Cependant, l'appauvrissement de la municipalité incite Rafic Hariri à faire don des halles de Hesbeh et à renoncer à la formule de financement initialement prévue. Le projet de construction des abattoirs est en revanche abandonné en raison de son coût jugé prohibitif. L'année 1982 marque tout de même le départ d'une prise en charge totale des besoins de la municipalité par la Fondation Hariri.

  • 6 Source : Municipalité de Saïda. Entretien avec M. Qalash, maire de Saïda. Le chiffre de 2 000 000  (...)
  • 7 Le fait est de notoriété publique à Saïda mais peut difficilement être vérifié.

12Le budget de la municipalité de Saïda s'élève à deux milliards de livres libanaises en 1993 et, compte tenu de l'inflation et de la dévaluation de la monnaie nationale, il est d'un volume égal à celui de 19826. L'essentiel en est consacré au traitement des employés municipaux. Les recettes proviennent de la perception d'une taxe de 8 % sur les biens immobiliers et fonciers et les locations —qui rapporte peu en raison de la loi sur les loyers, bloqués depuis 1973— d'une taxe portuaire, d'une taxe sur les communications téléphoniques et d'une taxe professionnelle. Elles sont donc modestes et ne peuvent suffire à assurer un service régulier et normal aux administrés ; d'où le recours aux subventions de la Fondation Hariri. En principe, celle-ci ne participe aux besoins de la municipalité que par le biais de dons en nature, mais il est très vraisemblable que se pratiquent également des dons en argent7. Cela a une certaine importance dans la mesure où aucune des aides apportées par la Fondation à la municipalité ne fait l'objet d'une comptabilité rigoureuse ni ne figure au budget. Ainsi, les archives des réalisations conjointes de la Fondation et de la municipalité, ou de la première pour la seconde, sont toutes conservées par la Fondation Hariri.

13Quoiqu'il en soit, dès 1982, la Fondation Hariri se trouve très étroitement associée à la municipalité de Saïda dans la conception et la réalisation des travaux les plus importants. Après l'évacuation des forces d'occupation israéliennes, un secteur consacré à la reconstruction de Saïda est créé au sein de la Fondation et fonctionne jusqu'en juin 1990. Dans le même temps est ouvert un bureau d'experts, rassemblant cinquante ingénieurs et cinquante architectes et techniciens, dont le rôle est d'étudier les projets d'aménagement de Saïda et de faire le lien entre la Fondation et la municipalité. Bien que l'ensemble des dépenses engagées soient à la charge de la Fondation Hariri, cette institution, nommée Bureau pour les projets de la municipalité de Saïda, est placée sous la présidence de Ahmed Qalash qui la dirige jusqu'à sa dissolution en 1990.

14Le changement qui s'opère alors est que la relation de la municipalité à la Fondation se contractualise et s'officialise dans des instances spécifiques. Les rôles sont clairement définis : la municipalité décide, la Fondation étudie et réalise, tout au moins en principe. Jusque là, la Fondation n'intervenait que de manière occasionnelle et sans engagement auprès de la municipalité. Son association explicite aux initiatives de cette dernière clarifie son rôle en même temps qu'elle consacre son indispensable intervention.

15De fait, la totalité des infrastructures réalisées à Saïda à partir de 1985 le sont sous l'égide du Bureau pour les projets de la municipalité de Saïda. Les annexes 2 et 3 présentent la liste exhaustive de ces réalisations ; n'ont été retenus ici que quelques exemples parmi les plus significatifs. La restauration de la grande mosquée Oman dans la vieille ville est un des principaux chantiers menés à bien par la Fondation Hariri. L'édifice, qui date du xiiie siècle, est gravement endommagé au cours des bombardements israéliens de juin 1982 et est ensuite totalement restauré par la Fondation, dont les services achèvent les travaux en 1989. Loin d'être neutre, cette entreprise concerne un patrimoine culturel dont la population s'enorgueillit. La popularité de Rafic Hariri croît de ce fait et établit la réputation de la Fondation et la preuve de l'attachement du mécène à sa ville, qui remet l'édifice restauré à la municipalité. Par ailleurs, la qualité des travaux vaut à Rafic Hariri de recevoir le prix Agha Khan d'architecture islamique en 1989, qui lui sert dès lors de faire-valoir. Autre exemple, la quasi-totalité du réseau routier de Saïda est réaménagé et étendu avec le concours de la Fondation. A l'emplacement des anciennes maisons de la vieille ville face à la mer, détruites par la marine israélienne, est réalisée la Corniche de la mer et, dans son prolongement, dessiné et tracé un nouveau boulevard appelé désormais avenue Rafic Hariri. Par ailleurs, le siège de la municipalité, également détruit en 1982, est reconstruit et réouvert en 1993.

  • 8 Depuis quelques années, beaucoup de terres agricoles font l’objet de transactions dans la région d (...)

16L'opération la plus importante réalisée conjointement par la Fondation et la municipalité est le remembrement des terrains situés au nord de la ville, parmi lesquels prenaient place jardins et vergers. Inaugurée en 1979, cette opération s'étend de 1982 à 1990 et comprend la construction d'habitations, d'entrepôts et de nouvelles routes sur l'ensemble de la zone de Wastani. L'Ecole Rafic Hariri prend notamment place à cet endroit après la destruction du complexe de Kfar-Falous. Les propriétaires se voient réattribuer 25 % des lots viabilisés du nouveau cadastre qu'ils revendent souvent pour les besoins de la construction. La plupart d'entre eux disent avoir tiré d'importants bénéfices de ce réaménagement qui, cependant, est la plus controversée des réalisations effectuées depuis 1985. En effet, outre que le remembrement implique la disparition des jardins —qui participaient à la réputation de Saïda— et spolie les propriétaires de 75 % de leurs terres, on avance que Rafic Hariri aurait à cette occasion racheté à la municipalité une importante superficie de terrain. Cette affirmation, qui n'est pas vérifiable, a servi d'argument aux opposants à sa sœur, Bahia Hariri, lors de la campagne des élections législatives, afin de dénoncer l'appropriation massive de biens fonciers et immobiliers par sa famille dans la région. Sur ce dossier du remembrement, la Fondation fait en réalité l'expérience des limites du mécénat et du risque d'être pris à partie dans le débat politique, donc de perdre son apparence de donateur désintéressé. Il se trouve en tous cas que la question très sensible de la propriété des terres8 révèle quel type d'avantages Rafic Hariri peut espérer obtenir de son mécénat.

17A cette polémique sur l'acquisition de terres dans la zone de Wastani s'ajoute celle née de l'opacité des procédures d'expulsion qui ont précédé le réaménagement et la création de nombreuses routes dans la ville. Il semble en effet que Rafic Hariri ait alors également pu acheter biens fonciers et immobiliers en nombre important. Bien qu'on ne puisse que spéculer sur ces "appropriations", il faut prendre en compte l'importance symbolique qu'elles revêtent à Saïda et l'exploitation politique qui peut en être tirée. Pour Rafic Hariri comme pour ses opposants : le premier s'affirmant comme le premier des Sidoniens et les seconds contestant sa mainmise sur le patrimoine local.

Initiatives de la Fondation Hariri et controverses

  • 9 Source : entretien avec le proviseur de l’école Rafic Hariri.

18Outre son action conjointe avec la municipalité, la Fondation Hariri intervient également de sa propre initiative et en son nom à Saïda. Ainsi assure-t-elle divers services sociaux et éducatifs parmi lesquels on relève la gestion de l'école et du dispensaire Rafic Hariri. La première accueille 1 500 élèves et emploie plus de 145 professeurs licenciés. L'école fait figure de référence à Saïda en raison de son haut niveau d'équipement et de la qualité de l'enseignement qui y est dispensé. Les frais de scolarité, qui vont de 400 000 à 1 000 000 de livres libanaises9 en font aussi l'école d'une certaine élite. Quant au dispensaire Rafic Hariri, il a pris place au cœur de la vieille ville, dans des quartiers réputés populaires, et assure le traitement gratuit des patients, prenant également en charge tout ou partie des frais d'hospitalisation des malades lorsque cela s'avère nécessaire.

19Le plus ambitieux des projets en cours de la Fondation à Saïda concerne la restauration du Khan al-Franj, caravansérail médiéval dont la France a la concession. Ce monument est probablement le plus célèbre de Saïda. Au terme d'un accord de Rafic Hariri avec l'ambassade de France au Liban, celle-ci loue le bâtiment à la Fondation Hariri et concède un partenariat dans sa gestion. La Fondation s'engage à sa restauration et à sa mise en valeur afin qu'y soit implanté un centre culturel francophone dont le nom sera Centre culturel Rafic Hariri. Déroutant, ce projet l'est parce que ce n'est pas d'une municipalité ou d'acteurs affaiblis que Rafic Hariri obtient la possibilité d'une association de son nom au patrimoine de Saïda mais d'un pays dont le rôle au Liban n'est pas négligeable. Saïda compte déjà un centre culturel Maarouf Saad et un autre au nom de la famille Zaatari. Rafic Hariri prend donc pied dans ce domaine, mais avec cet avantage considérable de s'implanter au cœur du patrimoine le plus prestigieux de la ville.

20La cohérence de l'ensemble des actions de la Fondation réside dans le fait que toutes, à divers degrés, intéressent la vie publique. Ainsi en est-il de la construction de nouvelles routes comme de la scolarisation des enfants ou de la réhabilitation des monuments endommagés au cours de la guerre. Le problème que suscite ces nombreuses réalisations n'est pas tant leur origine privée que les pouvoirs de décision et d'exécution que s'arroge la Fondation Hariri pour les mener à bien. Bien que toutes les formes légales soient respectées et que ni la Fondation ni Rafic Hariri ne puissent être, de ce fait, considérés comme un double pouvoir dans la gestion de Saïda, l'ampleur des moyens qu'ils mobilisent et leur association aux décisions de la municipalité les placent au centre des décisions qui engagent le développement et l'avenir de la ville. Cette centralité est le résultat d'un formidable investissement de Rafic Hariri à Saïda qui se suffit à lui-même et, ainsi, exclut tout autre intervenant des décisions intéressant la collectivité.

21S'il y a une stratégie à l'appui de cette insertion dans l'espace public sidonien, celle-ci consiste visiblement à s'intégrer aux centres de décision politique et permet le développement du patronage de Rafic Hariri sur la base d'une mobilisation de compétences, et la création d'un pôle d'excellence technique comme politique qui ne vise pas au rassemblement d'une clientèle large. Ce patronage se passe d'une telle clientèle car il exerce un pouvoir de facto sur la vie publique, sans qu'il lui soit nécessaire d'obtenir grand nombre d'allégeances. C'est, là encore, la différence considérable entre les moyens à la disposition des acteurs locaux et ceux de Rafic Hariri qui lui permet de s'établir comme patron. Bien plus que cela, du fait que ses entreprises concernent les espaces de la vie publique sidonienne, elles lui confèrent une certaine influence sur celles-ci et le placent d'autant plus au centre des décisions intéressant la collectivité.

L'action sociale

22Dès sa création en 1979, la Fondation Hariri s'est établie dans le secteur de l'action sociale et éducative Sa vocation première se rapporte à ce domaine et c'est effectivement sur celui-ci qu'elle concentre ses efforts, en termes financiers autant que médiatiques. Il est évident que l'aménagement de Saïda, le déblaiement des lignes de démarcation à Beyrouth ou la construction du complexe de Kfar-Falous nécessitent des moyens autrement plus importants que ceux requis par le parrainage d'étudiants. Néanmoins, l'importance accordée à l'enseignement et à l'action sociale, particulièrement au premier, par Rafic Hariri contribue à sa popularité et caractérise aux yeux du public les œuvres de sa fondation. L'œuvre socio-éducative de la Fondation ne se limite pas au Sud ni à Saïda et doit être envisagée à l'échelle du Liban. Saïda ne fait pas par ailleurs l'objet d'un traitement de faveur qui permettrait de distinguer l'action locale de la Fondation de celle entreprise au niveau national.

Les bourses d'études et le programme éducatif

  • 10 Source : Fondation Hariri.

23L'octroi de bourses a débuté en 1979 sur la base du constat général de la détérioration du niveau des connaissances et des conditions de vie des étudiants libanais. La Fondation, dont le programme éducatif est inscrit dans ses statuts, s'est donc attachée à mettre en œuvre un programme complet susceptible de combler les déficiences de l'enseignement libanais. La première étape en est l'octroi de 46 bourses en 1979 à des étudiants des universités libanaises. Cette action de parrainage se développe ensuite et aura concerné près de 30 000 étudiants en 199310.

24Les principes retenus pour l'allocation de ces bourses sont dès le départ ceux de l'excellence. Ainsi, après une sélection rigoureuse, les étudiants sont envoyés par la Fondation dans des universités étrangères —américaines, françaises et britanniques pour la plupart— ou pris en charge dans les universités libanaises. La Fondation assure le paiement de leurs frais de scolarité, éventuellement de logement, et s'engage pour la durée des études entreprises sous réserve du succès des étudiants à leurs examens annuels.

  • 11 Idem.
  • 12 Idem.

25En 1990, les étudiants pris en charge par la Fondation Hariri sont 10 983 dont 8 055 au Liban, 1 843 en Europe et 915 aux Etats-Unis et au Canada11. La Fondation Hariri les oriente dans leurs études en fonction de ce qu'elle pense être les intérêts du marché de l'emploi libanais. Parallèlement à ce programme de soutien, la Fondation Hariri patronne et gère un certain nombre d'établissements scolaires beyrouthins dont, notamment, le lycée Abdel Kader -ancien lycée de la Mission laïque française- et le lycée Hariri 2. Près de 2 000 élèves sont scolarisés dans ces deux établissements. Les universités américaine, Saint-Joseph, arabe et libanaise bénéficient toutes d'une aide plus ou moins importante mais qui, cumulée, dépasse les 10 millions de dollars en 198812. De nombreuses initiatives annexes —apprentissage de l'anglais et du français notamment— complètent ce programme. Comme on l'observe ici encore, les ressorts en sont essentiellement un financement exceptionnel au regard des difficultés éprouvées par le secteur de l'éducation au Liban.

  • 13 Fondation Hariri, bureau de Saïda.

26Quant aux étudiants sidoniens, il ne semble pas qu'ils soient particulièrement avantagés du seul fait de leur origine. En 1991-1992 ils sont 700 à bénéficier des prestations de la Fondation Hariri13, la majorité d'entre eux poursuivant leurs études dans les universités libanaises, à Beyrouth ou dans leurs annexes de Saïda. Ce chiffre ne révèle rien sur le patronage de Rafic Hariri à Saïda sinon que la population étudiante ne fait pas l'objet d'une attention susceptible de lui créer des obligations à son égard.

  • 14 Entretien avec des étudiants boursiers de la Fondation Hariri, anciens élèves des universités d’Ex (...)
  • 15 Dans l’ordre de citation, "Hariri et ses hommes" in Magazine du 5 mars 1993 et éditorial de Jean I (...)

27En fait, curieusement, l'action éducative de Rafic Hariri est probablement la moins politique et la plus désintéressée de toutes. Il ne semble pas que la Fondation tente, d'une façon ou d'une autre, de capter l'opinion étudiante au profit de son patron. Quelques étudiants14 témoignent de ce que leurs activités dans les universités étrangères sont souvent encadrées par la Fondation mais aucun ne fait l'objet d'un suivi particulier une fois ses études achevées. La Fondation elle-même admet ne pas connaître les emplois occupés par ceux qui ont bénéficié de son soutien. Si intérêt politique il y a à subventionner la formation des étudiants libanais, celui-ci réside alors dans la popularité qu'en tire le mécène, mais il serait abusif de voir une stratégie clientéliste à l'œuvre dans cette action. Sa gratuité est par ailleurs, sans doute, le meilleur argument politique qui puisse en être tiré, alors même que les opposants à Rafic Hariri dénoncent son emprise sur le Liban. L'homme qui "d'une seule signature peut acheter tout le pays" et qui "sort son portefeuille dès qu'on lui parle de patrimoine"15 a sans doute besoin de prouver l'abnégation de ses efforts. Il n'en demeure pas moins que le domaine éducatif n'est ni d'un rendement politique évident ni le champ de formation d'un réseau clientéliste.

L'assistance sociale

28En plus des secours apportés aux populations lors de l'invasion israélienne, la Fondation Hariri se signale également par un programme d'aide sociale aux familles de Saïda. Cet aspect de ses œuvres date de sa fondation en 1979 et correspond à un souci d"'aide humanitaire directe" dont le principe est établi dans ses statuts.

  • 16 Source : Fondation Hariri, bureau de Saïda.

29Quinze cents familles de Saïda bénéficient ainsi d'une allocation mensuelle de la Fondation et sept mille autres reçoivent une aide financière annuelle16. Le montant de ces aides n'est pas programmé et est établi en fonction des besoins évalués par la Fondation parmi les familles concernées. La plupart sont distribuées dans la vieille ville et quelques unes sont affectées à des familles palestiniennes de ‘Ayn al-Hilweh. Les familles font généralement la demande d'une allocation mais la Fondation va aussi au devant de quelques cas qui lui sont présentés par le voisinage.

30Par ailleurs, la Fondation anime un programme d'éducation sanitaire dans la vieille ville, en collaboration avec l'association Save the children, et distribue leurs repas quotidiens à un certain nombre de personnes âgées de ce quartier. Il arrive également que la Fondation prenne en charge, totalement ou partiellement, les frais chirurgicaux de malades devant subir des interventions délicates. Là encore ce sont les familles qui sollicitent une assistance qui est accordée ou refusée après étude de chaque cas.

  • 17 D’après des entretiens de l’auteur avec des familles bénéficiant du soutien de la Fondation.

31L'action sociale de la Fondation Hariri se prête plus que son programme éducatif au développement d'un réseau client de Rafic Hariri. En effet, l'octroi d'allocations à un niveau local restreint —Saïda, la vieille ville en particulier— suppose l'établissement d'un contact personnalisé avec les familles et les individus bénéficiaires. Il ne semble pas que les allocataires aient à se plaindre du retrait arbitraire des aides qui leur sont accordées ni que les conditions d'octroi soient assorties de sollicitations politiques17. Il n'est de toute façon pas nécessaire que les choses soient à ce point explicites. La reconnaissance des familles aidées va de soi, en quelque sorte, en raison de la précarité des conditions de vie de beaucoup d'entre elles et de leur évident besoin d'un soutien extérieur. D'autre part, le prestige qui s'attache à l'aumône, particulièrement dans la vieille ville, comme on l'a vu, appelle un minimum de reconnaissance de la part du bénéficiaire. On peut estimer que ce respect traditionnel de celui qui donne joue en faveur de Rafic Hariri et a quelque conséquence en matière politique. De fait, les murs de la vieille ville sont couverts de portraits du bienfaiteur et il est courant d'en trouver dans les échoppes et les habitations. De surcroît, il semble que les électeurs de la vieille ville aient fait défaut à Mustapha Saad et se soient reportés sur Bahia Hariri, sœur de Rafic, lors des élections législatives de 1992.

32D'autre part, alors qu'on a vu que le patronage de Rafic Hariri prend appui sur un pôle d'excellence capable de s'intégrer aux prises de décisions des organes en charge de la vie publique plutôt que sur une base populaire large, l'action sociale constitue le seul véritable travail de proximité de la Fondation. Sa part est marginale dans ses activités mais possède une certaine efficacité symbolique qui tend à la rapprocher d'un modèle d'institution de bienfaisance plutôt que de mécénat. Surtout, l'action sociale complète un dispositif qui couvre tous les secteurs stratégiques de la vie publique sidonienne : réseaux routier, téléphonique, d'adduction d'eau, reconstruction des habitations et réhabilitation du patrimoine, éducation et services divers. Autant de domaines d'action qui la placent au centre des préoccupations ordinaires de la population et en font un élément essentiel à la régulation de la vie sociale locale.

Bénéfices politiques du mécénat

33Le caractère généreux de Rafic Hariri est rarement contesté et il n'est pas contestable non plus que les œuvres de la Fondation s'inspirent d'une volonté réelle de servir la population. Cependant, dès lors que Rafic Hariri nourrit quelque grande ambition politique, elle devient un instrument efficace dans la démonstration de ses capacités. Elle est une sorte de preuve de l'altruisme et du dévouement de Rafic Hariri ; deux qualités rares parmi le personnel politique libanais et qu'il lui est facile de mettre en exergue. Les bénéfices politiques qu'il en tire à Saïda lui permettent de combler les lacunes de son non-engagement politique initial et, surtout, de son absence de Saïda durant la guerre. Ainsi intégration et légitimité sont deux qualités politiques que le mécénat procure à Rafic Hariri et qui lui permettent d'élaborer son patronage.

L'intégration

34Rafic Hariri est avant tout un homme d'affaires et c'est ainsi que lui-même se présente. Ses activités financières l'ont longtemps tenu hors du Liban, et de Saïda plus encore. Certes sa famille restée sur place —bien qu'absente au plus fort des événements— témoignait pour lui de sa solidarité, mais cela ne suffisait certainement pas à en faire le leader qu'était Mustapha Saad au même moment. Bien que Bahia Hariri occupât le terrain pour le compte de son frère, en tant que première présidente de la Fondation islamique pour la culture et l'enseignement et chargée de distribuer assistances et secours divers, Rafic Hariri ne pouvait se prévaloir d'une présence effective qui eût fait de lui un homme intégré dans sa ville. Or, l'enracinement est une des conditions du leadership. Ne pouvant assurer une présence continue, c'est sa générosité de bienfaiteur qui témoigne dès lors de son attachement à Saïda. L'action sociale entreprise dans la vieille ville relève probablement de cette tentative de s'intégrer non pas aux affaires politiques de Saïda mais à son animation sociale, car elle est l'occasion d'un contact étroit avec la population et passe par le biais d'employés et de bénévoles bien implantés dans les quartiers.

35Il faut comprendre que le travail de la Fondation à Saïda n'y est pas estimé de la même façon qu'à Beyrouth. A Saïda, ses œuvres sont perçues comme une manière de devoir, attaché à la fortune du bienfaiteur. Une certaine culture du patronage est sans doute pour beaucoup dans la plus grande banalité de son mécénat dans sa ville, de même qu'une pratique courante des solidarités locales à tous les niveaux de la société sidonienne. Pour que le mécénat, qui est d'abord perçu comme solidarité ordinaire eu égard à la fortune du mécène, puisse être d'un certain rapport en termes politiques, il faut que son utilité sociale déborde le cadre de ces solidarités. C'est alors seulement que l'intervention dans les domaines de la décision politique, dont relève la reconstruction de Saïda, peut contribuer au processus d'insertion de Rafic Hariri.

36L'aménagement de la ville est la marque physique de la présence du mécène. On relève ainsi que la corniche de la mer porte son nom de même que l'école et le dispensaire qu'il finance ou encore le centre culturel qui s'aménage au caravansérail Khan al-Franj, au cœur du patrimoine le plus prestigieux de la ville. Cette occupation de l'espace pratique en même temps que symbolique de la ville se complète par le projet de la mosquée Rafic Hariri, qui n'est pas le moindre dans une ville réputée pieuse. La vocation de l'ensemble est de signifier l'omniprésence du mécène dans l'espace public sidonien.

  • 18 Voir "La direction des Maqassed de Saïda".

37L'insertion de Rafic Hariri à Saïda ne se fait donc pas par la mobilisation d'une clientèle populaire large qu'assurerait sa présence sur le terrain politique et social. Il se fait par un investissement massif dans l'espace public sidonien, ses structures décisionnelles et ses symboles. Le bénéfice politique en est le pouvoir de structurer la vie sociale en en créant les conditions : ainsi pour l'économie générale de la ville (routes et infrastructures) la construction des espaces du travail (les halles), de la religion (restauration de la mosquée Omari et construction de la Mosquée Hariri), de l'enseignement (école Hariri et Maqassed18, de la convivialité (centre culturel et place des Martyrs)... Cette capacité est la preuve et le résultat d'une intégration que reconnaissent les acteurs locaux, non seulement en laissant faire mais aussi en acceptant les subsides de Rafic Hariri. A l'enracinement est donc lié un autre gain politique, pas moins important, qui est sa légitimité acquise à sa place de patron.

La légitimité

38Dans un contexte où l'espace du politique est accaparé par le pouvoir milicien, la légitimité se trouve réduite à la capacité des forces en présence à faire admettre leur leadership. Ainsi en est-il pour Mustapha Saad dont la politique habile de compromis avec les factions palestiniennes et les partis chiites lui a permis d'apparaître comme un acteur essentiel à l'équilibre politique de Saïda et à la conservation d'une certaine cohésion interne. La reconnaissance par les partis comme par une large majorité de la population de cette fonction d'équilibre est la légitimité de Mustapha Saad. Elle tient à une présence permanente dans la guerre et s'est formée au cours de celle-ci. Mais quelle est la légitimité de Rafic Hariri pour pouvoir s'établir dans l'espace public alors qu'il ne peut faire valoir ce type d'arguments ?

39On peut considérer une nouvelle fois que c'est la différence entre ses moyens financiers et ceux des acteurs politiques qui lui permet de s'imposer à eux. L'impossibilité dans laquelle se trouvent les patrons locaux de renchérir aux projets de Rafic Hariri les contraint à lui faire place. Il dispose en effet de la légitimité du plus offrant pour ce qui concerne la vie sociale de la ville. Or, la régulation de cette vie sociale comporte des exigences que ne peuvent satisfaire aucune des parties engagées sur le terrain, faute de moyens financiers et d'appuis extérieurs que Rafic Hariri, quant à lui, est en mesure de mobiliser. Ainsi pour l'organisation des secours en 1982 ou la réhabilitation de la ville. Sa légitimité se construit hors du champ politique, en s'assurant le monopole de l'action sociale dans son acception la plus large du mot, mais elle est nécessairement concurrente des acteurs locaux qu'elle écarte de la gestion des dossiers les plus importants pour le développement de Saïda. On voit bien les ambiguïtés de cette position : l'intervention mécénale sur une échelle aussi large que celle de la reconstruction conduit Rafic Hariri à maîtriser dans les faits la décision politique. Dès lors, sa prise de pouvoir dans le champ politique ne tient qu'aux possibilités qu'il a de convertir son pouvoir social en capital politique et à y transférer une légitimité gagnée au moyen de ses œuvres de mécène.

40Le mécénat comporte donc ce bénéfice politique de légitimer les initiatives de Rafic Hariri, à défaut d'une présence suffisante des acteurs politiques sur le terrain social. Cependant, cette légitimité n'est pas immédiatement politique dans la mesure où Rafic Hariri ne peut se prévaloir de la puissance armée et, donc, concurrencer directement les partis et leurs milices. Seule la normalisation qui prend forme en 1991 lui permettra de revendiquer le leadership politique ; l'important étant ici que ce sont ses activités mécénales, hors du champ politique stricto sensu qui le portent vers la compétition politique. La formation d'un patronage, inhérent au mécénat, trouve là une explication importante.

Le patronage dans le mécénat

41De la reconstruction de Saïda et de l'action sociale dirigées par la Fondation Hariri, Rafic Hariri tire le bénéfice d'une intégration et d'une légitimité dans l'espace public de la ville. Vu les sommes dépensées, on peut estimer que c'est là le moins que le mécène soit en droit d'attendre de ses concitoyens. De même, l'association étroite de la Fondation aux décisions de la municipalité peut n'être qu'utilitaire si on admet qu'elle est indispensable pour mener à bien les réalisations communes. C'est en effet ainsi que la Fondation et Bahia Hariri elle-même —au cours de la campagne pour les élections législatives— expliquent l'importance prise par leur leader dans les affaires de la ville. Il n'empêche, le mécénat de Rafic Hariri est un patronage car, bien que respectueux de toutes les formes institutionnelles et des convenances politiques, il est exclusif de tout autre intervenant pour ce qui concerne l'essentiel de la vie publique.

42Par exemple, Ahmed Qalash, maire de Saïda, est le président des bureaux d'études communs à la municipalité et à la Fondation de même qu'il est le commanditaire des projets à réaliser. Mais études, prospections et réalisations sont toutes du ressort de la Fondation. Le seul mécanisme d'assistance retenu est celui d'une contribution gratuite et non-planifiée, qui place la municipalité en situation de dépendance et ne lui permet pas d'agir par ses propres moyens et sans interférences de la Fondation. De fait, Rafic Hariri est le maître d'œuvre du développement de la ville et la municipalité une instance dépendante de son bon vouloir. En dépit d'un légalisme peu contestable, Ahmed Qalash se trouve être non seulement le client mais aussi une sorte de chargé d'affaires de Rafic Hariri.

43Autre exemple : si Rafic Hariri ne conteste pas le leadership politique de Mustapha Saad durant toute la durée de la guerre, il développe néanmoins un réseau de bienfaisance et de service social concurrent du sien. Mieux doté, il disqualifie l'action sociale de l'OPN pour la seule raison qu'il fait plus et mieux. Ceci se faisant en son nom, il gagne une popularité facilement convertible en gains politiques, d'autant plus que sont aussi en jeu allocations et subventions diverses.

44Le mécénat de Rafic Hariri ne consiste pas à soutenir les initiatives des acteurs sociaux engagés sur le terrain mais à prendre l'ascendant sur eux, par leur mise sous tutelle ou par le jeu d'une concurrence qu'ils ne peuvent soutenir faute de moyens. Le responsable d'une association en témoigne ainsi :

  • 19 Entretien avec l’auteur. Je m’autorise à ne pas citer ceux de mes interlocuteurs qui ont requis l’ (...)

"Au début nous avons tous été très impressionnés [par Rafic Hariri]. Notamment en 1982 parce que nous ne pouvions pas assumer tout ce qu'il fallait faire. Nous avons tous travaillé avec la Fondation parce qu'elle apportait plus de moyens qu'aucune ONG n'en avait jamais eu et qu'il fallait faire vite. Après, nous avons déposé des dossiers de subvention mais nous avons vite compris les risques pour notre indépendance. Pour tout il y avait des conditions et des propositions d'association en échange. Je crois qu'ils avaient plus besoin de nous que nous d'eux. Pendant les événements nous étions utiles à quelque chose parce que nous pouvions aller par notre action où ils ne pouvaient pas aller avec l'argent. Mais maintenant l'argent suffit et ils sont en train de faire de nous des mendiants."19.

45Le mécénat de Rafic Hariri crée en fait les conditions d'une dépendance des acteurs à son égard car sa puissance financière lui permet soit de les intégrer soit de les marginaliser. Dans les deux configurations, c'est d'un système de patronage qu'il s'agit car l'enjeu est de maîtriser un champ social par sa prise en charge totale -c'est-à-dire la gestion de sa dépendance- exclusive de l'intervention de tout autre acteur. Présenté par les brochures de la Fondation Hariri, cela s'appelle "aide humanitaire directe".

46L'intervention mécénale sur le terrain social et de la reconstruction de Saïda présente un avantage de taille : celui de s'intégrer à l'espace public en contournant le problème politique de la domination du terrain par des forces que Rafic Hariri ne peut concurrencer directement. En effet, le seul argument véritable qui justifie l'importance de la Fondation Hariri est l'énormité de ses ressources financières. Cet argument-ci est d'une remarquable efficacité dans un contexte social fragile où les besoins sont à la mesure des séquelles d'une guerre de vingt années. En revanche, il est probablement peu opératoire dans la compétition pour le leadership politique qui exige d'autres capacités que celle de pouvoir financer une intervention sociale d'envergure, quelqu'en soit le coût. C'est à ce niveau que les interventions de Rafic Hariri prennent véritablement les formes d'un patronage politique car c'est par la clientélisation et l'intermédiaire d'un certain nombre d'hommes-liges dans la ville que Rafic Hariri affirme son autorité en politique. Ce recours aux hommes, qui est présent dans l'entreprise mécénale, permet d'abord à Rafic Hariri de se constituer un pouvoir d'influence et de revendiquer ensuite le leadership pour lui-même. C'est donc le patronage induit du mécénat qui est l'outil de son ascension politique à Saïda.

Rafic Hariri, bienfaiteur et politicien

47Si le mécénat contient le patronage, celui-ci est le contenant de l'ambition politique de Rafic Hariri. C'est à partir du moment où le mécénat est associé à un pouvoir d'influence sur les institutions et les hommes qu'il se change en un patronage classique prenant appui sur le clientélisme. La finalité en est la reconnaissance d'une place institutionnelle au patron. Car, s'étant intégré à une partie des instances de décision, il lui manque encore la légitimité politique que ne produit pas son mécénat. L'enjeu du patronage est donc de mobiliser les acteurs afin d'obtenir un pouvoir politique en rapport avec l'influence sociale.

48Deux exemples illustreront ces formes de pouvoir politique que le patronage procure à Rafic Hariri : le choix des hommes et le leadership. On verra ensuite comment cette capacité politique acquise par le patronage modifie son évolution.

Le choix des hommes

49La mobilisation des hommes est à la mesure de celle des moyens. Il est en effet indispensable de pouvoir compter sur les compétences d'individus appelés à gérer le mécénat et à être les relais de l'influence du patron. Dans la mesure où Rafic Hariri donne en même temps qu'il reçoit, il s'établit une relation entre lui et les individus en question. Une relation clientéliste car réciproque, est fondée sur un échange dont les termes sont déséquilibrés et qui engendre l'interdépendance des parties en présence. Les individus engagés avec Rafic Hariri sont ses courtiers, car ils participent à l'extension de son patronage. Ils sont également ses clients puisqu'ils bénéficient de ses faveurs en raison de leur intégration au patronage. Dans les deux cas, Rafic Hariri est le patron d'un réseau de clientèle.

50Ce sont d'abord les animateurs de la vie publique que Rafic Hariri choisit pour être ses courtiers. J'évoquerai ici les cas des édiles et des élites de Saïda.

Les édiles

51Le développement du mécénat de Rafic Hariri à Saïda a pour point de départ la nomination en 1979 de Ahmed Qalash au poste de maire, ou "Président de la Municipalité" selon les termes officiels. Ingénieur et entrepreneur en génie civil, celui-ci est nommé avec son conseil municipal par le ministre de l'Intérieur sur proposition du muhâfiz (le gouverneur), qui administre directement Saïda depuis 1972, date de la suspension de Maarouf Saad de ses responsabilités de maire et de la dissolution du conseil municipal par le gouvernement. Ni Ahmed Qalash ni aucun membre de sa famille n'est connu pour son engagement ou ses responsabilités politiques. Les raisons officielles de sa nomination tiennent à ses qualités de technicien et à l'estime dont il jouit auprès de ses concitoyens.

52Cependant, en sus de ces raisons, la nomination de Ahmed Qalash doit beaucoup à l'intervention de Rafic Hariri. Celui-ci, en 1979, est encore mal connu à Saïda, mais il dispose déjà d'une certaine influence dans les milieux gouvernementaux. La nomination du nouveau maire faisant l'objet de négociations entre les partis sidoniens, auxquelles il n'est pas associé, il intervient directement pour proposer la nomination de Ahmed Qalash, en conditionnant celle-ci à son soutien logistique et financier à la nouvelle municipalité. Accusant une fin de non-recevoir, c'est du gouvernement de Saeb Salam qu'il obtientra satisfaction, passant outre le refus des partis politiques sidoniens. Ahmed Qalash sera d'ailleurs longtemps en butte à l'hostilité des leaders des différentes factions de la ville. Mais la municipalité est d'une utilité politique en même temps que symbolique évidente pour Rafic Hariri, car elle est le seul organe légal qui puisse être opérationnel dans le contexte instable des événements de la guerre à Saïda. Peut-être est-ce même alors d'une part de la légalité que Rafic Hariri se porte acquéreur par son influence sur la municipalité, lui qui ne dispose d'aucune légitimité comparable à celle des politiciens et miliciens locaux.

53Quelle est la nature des liens de Rafic Hariri avec Ahmed Qalash ? Les deux hommes se connaissent de longue date et ont habité le même immeuble, c'est assez pour que le second bénéficie de la confiance du premier. Rien ne disposant Ahmed Qalash à entrer dans le jeu politique -lui-même dit n'y être pas à l'aise et ne pas vouloir d'un nouveau mandat en cas d'élections- quelles sont les raisons de sa prise de responsabilités ? Bien que ces informations soient de nature polémique à Saïda et comme telles difficiles à confirmer, il est souvent avancé que le maire est rémunéré par Rafic Hariri et que ce que la presse libanaise a pris l'habitude d'appeler le "double salaire" des fonctionnaires appointés par Rafic Hariri bénéficie également à Ahmed Qalash. A cela s'ajoute sans-doute le sentiment commun aux collaborateurs de Rafic Hariri de former une sorte d'élite et d'être seuls à même de sortir le Liban de la crise.

54En tous cas, la municipalité devient rapidement le point focal de toutes les entreprises de mécénat de Rafic Hariri à Saïda et Ahmed Qalash ne travaille qu'en lien avec lui. En 1993, trois ans après la dissolution du Bureau pour les projets de la municipalité de Saïda, il continue d'entretenir un lien étroit avec la famille Hariri dont Bahia Hariri, depuis son élection à la députation, semble être devenue l'interlocuteur de la municipalité à la place de la Fondation ; son droit de regard paraissant même aller jusqu'au fonctionnement des services municipaux dans leur détail. Ainsi c'est elle qui aurait pris la décision de casser la grève des éboueurs de la ville en mai 1993. Les éboueurs travaillant habituellement tôt le matin et en fin d'après midi, ils peuvent être embauchés ailleurs pour la journée et augmenter leurs faibles revenus. En les mettant en demeure de ne plus travailler que le matin, et en confiant à la Fondation Hariri la collecte des ordures l'après-midi, la municipalité les privait d'un second emploi. L'explication de ces mesures, sans justification économique apparente, est en fait la sanction d'une catégorie d'employés n'ayant pas démontré leur allégeance à la Fondation, et l'emploi de clients de la famille Hariri à sa place. Sur le plan politique cette action tend à l'affirmation d'une puissance de fait qui a les moyens d'une coercition sociale.

55Ahmed Qalash est, d'une certaine façon, l'homme de confiance de Rafic Hariri et, en tous cas, son client et l'un de ses représentants les plus visibles dans l'espace public sidonien. Le muhâfiz, le commandant des Forces intérieures de sécurité et les personnels responsables au Sérail de Saïda font également partie, plus discrètement, de la clientèle d'édiles, ou de représentants du pouvoir central que Rafic Hariri recrute. Le même principe d'un double salaire leur serait appliqué bien que leur rôle à Saïda soit moins précis que celui de Ahmed Qalash. Cette extension du clientélisme de Rafic Hariri jusqu'aux fonctionnaires du sérail n'a pas forcément, elle non plus, de justification pratique ou politique mais elle est un moyen supplémentaire mis au service d'un réseau dont le patron tend à maîtriser l'ensemble des mécanismes sociaux et politiques par le seul monopole d'un pouvoir d'influence.

Les élites

56A l'occasion du mariage du fils de Rafic Hariri à Paris au printemps 1993, les Sidoniens se sont amusés de savoir qui des figures de leur ville était présent, absent, invité ou non aux réjouissances. Au-delà de la chronique mondaine, l'exercice avait cela d'intéressant qu'il permettait de faire le compte des fidèles de Rafic Hariri dans la ville. Si l'on s'en tient au nombre des personnes conviées au Pré-Catalan, elles étaient assez peu nombreuses mais avaient en commun de faire partie de l'élite influente de la ville. Ainsi Ahmed Qalash était présent, de même que Muhammad Zaatari, président de la chambre de commerce, ou encore son cousin, Mustapha Zaatari, président des Maqassed et Ghassan Hammoud, propriétaire du grand hôpital de la ville et ami aussi cher qu'utile à Rafic Hariri. Certains en revanche n'étaient pas là tels le mufti Jalâl al-Dîn ou la famille Bizri.

57Mais ces personnes sont toutes, à divers degrés, les clients de Rafic Hariri et leurs fonctions dessinent assez justement la géographie politique de son patronage. On a vu que celui-ci pèse sur les structures de la vie publique plus que sur les hommes. De fait, la clientélisation des élites est le moyen le mieux adapté à l'exercice de cette influence. Voici quelques exemples : le mufti sunnite, Cheikh Jalâl al-Dîn, jouit de longue date de la sollicitude de Rafic Hariri. Celui-ci est le donateur d'un immeuble aux waqfs sunnites, le plus haut de Saïda -une quinzaine d'étages-, qu'on appelle communément "immeuble du mufti". Preuve que le religieux y gagne en prestige ! S'ajoute à cela, qui est le plus visible, un soutien financier servant à combler le déficit chronique du budget du mufti. La conséquence de cette générosité est que Rafic Hariri peut aujourd'hui compter sur l'appui discret de la principale autorité sunnite de la ville. Ceci ne se manifeste pas par un engagement explicite mais se traduit plutôt par la neutralité d'un homme sollicité par les adversaires de Rafic Hariri pour dénoncer la pratique de ce dernier. Il n'y a pas d'intérêt direct à compter le mufti parmi ses supporters, mais disposer de sa bienveillance est un maillon de plus dans la formation d'un monopole politique à Saïda.

58Autre cas, celui de Nazih Bizri, dont l'alliance avec Rafic Hariri a tourné court, le vieux notable s'étant soudain trouvé dépouillé de l'essentiel de son influence. Maire de 1952 à 1959, et ancien député de Saïda de 1953 à 1957, puis de 1972 à 1992, Nazih Bizri a été un acteur essentiel de toute la vie politique sidonienne depuis l'indépendance, mais il a perdu quasiment tout pouvoir durant la guerre, n'étant à la tête d'aucune milice et s'opposant aux activités de la résistance palestinienne. Sans doute est-ce avec l'espoir de recouvrer une part de son influence qu'il a fait alliance avec Rafic Hariri mais l'inverse s'est produit ; le second captant peu à peu toute la clientèle de commerçants, professions libérales et familles aisées du premier. L'alliance -le terme est ici mieux adapté que celui de clientélisation- avec Nazih Bizri est directement rentable d'un point de vue politique, à la différence du cas du mufti sunnite. Elle permet en effet à Rafic Hariri de se constituer une base politique à partir de celle de Nazih Bizri. Cela lui permet d'atteindre sur des critères politiques une population partisane qui fait défaut à son patronage mais risque aussi, à plus long terme, de le cantonner dans les limites politiques de la bourgeoisie locale, traditionnellement affiliée à la famille Bizri.

59Les clients les plus "stratégiques" dans la formation du patronage de Rafic Hariri et l'extension de son pouvoir d'influence ne sont cependant pas les plus visibles. Ils sont intégrés aux mécanismes du mécénat, et à l'appareil d'Etat depuis plus récemment. Mustapha Zaatari est ainsi le président des Maqassed de Saïda et celui de la Fondation Hariri. De même, Nabil Rahi, ancien responsable de l'OPN de Mustapha Saad, a été récompensé de son revirement en faveur de Rafic Hariri par l'obtention de la présidence de la Fédération libanaise de football, probablement accompagnée d'une confortable rémunération. La clientélisation de Nabil Rahi a joué un certain rôle dans le basculement des Maqassed de Saïda dans l'influence de Rafic Hariri. A un autre niveau, on peut également citer le cas de Fouad Chalak, ancien président de la Fondation Hariri et actuel directeur du Centre pour la reconstruction et le développement qui supervise la reconstruction du Liban. Quelle que soit la place qu'ils occupent dans la hiérarchie des organismes proches de Rafic Hariri ou dans les divers pôles d'influence de Saïda, ces personnes ont en commun d'être rétribuées et de bénéficier d'une importante promotion sociale en échange de leur seule affiliation-participation aux intérêts de Rafic Hariri.

60En tout état de cause, la puissance acquise par Rafic Hariri au moyen du mécénat s'accompagne de la formation d'un patronage basé sur la clientélisation des édiles et des élites. La vocation première de ce patronage est de s'assurer le contrôle d'un espace public que le mécénat modèle par ses riches et généreuses dotations, et de rallier une clientèle d'élites dont il s'agit, tantôt de capter le capital politique, tantôt de lui confier les intérêts de Rafic Hariri en vertu de ses compétences. Cependant, ce patronage est aussi à la charnière des œuvres du mécène et de ses ambitions politiques qui prennent plus de consistance à mesure que se développe le mécénat. C'est donc la mobilisation des clients qui sert l'ascension politique de Rafic Hariri, au cours des inévitables affrontements avec les leaders établis, notamment Mustapha Saad, qu'il vient concurrencer sur leur propre terrain.

La conquête du leadership

61La conquête du leadership n'emprunte pas aux mêmes méthodes que la constitution d'un pouvoir d'influence, que Rafic Hariri obtient en rassemblant sous sa tutelle édiles et élites. En effet, le leadership se conquiert dans le cadre de situations de concurrence politique ouvertes et est sanctionné par le pouvoir pris sur les autres acteurs en présence. De surcroît, il est l'aboutissement de la logique prévalant dans la formation d'un pouvoir d'influence : à savoir, sa publicité.

62Si, en effet, un pouvoir d'influence peut rester dans l'ombre pourvu qu'il agisse sur la décision publique, le leadership exige au contraire une présence visible et active auprès de la population. Dans le passage d'un pouvoir d'influence à un pouvoir de leader, il y a donc un changement d'échelle, qualitatif aussi bien que quantitatif, pour ce qui concerne les acteurs mobilisés. A ce changement en correspond un autre de type stratégique : les instruments du pouvoir ne sont plus les mêmes. Cependant le clientélisme demeure. La conquête du leadership par Rafic Hariri est envisagée ici dans deux situations politiques ouvertes : la compétition pour la direction des Maqassed de Saïda et les élections législatives de 1992.

La direction des Maqassed de Saïda

  • 20 Cf. N. Wehbe et A. Al-Amine, Système d’enseignement et division sociale au Liban.

63Les Maqassed sont probablement l'institution sociale islamique du Liban la plus réputée et la plus importante en raison du rôle qu'elle a joué dans la formation des élites sunnites du pays. Fondés en 1870 à Beyrouth, les Maqassed se donnent pour vocation première de former des instituteurs musulmans afin de faire face à l'implantation des écoles des missions chrétiennes. Les instituteurs doivent respecter un code moral rigoureux et le faire partager par leurs élèves en même temps qu'ils doivent s'abstenir de tout engagement politique. Assouplissant progressivement son caractère religieux, le mouvement des Maqassed devient un fief de l'arabisme après la Deuxième Guerre mondiale et nombre de leaders de la gauche libanaise en sont issus20. Les Maqassed de Saïda, qui sont totalement indépendants de leur équivalent beyrouthin, sont une institution importante de la ville en raison de leur participation à la formation des élites —Maarouf et Mustapha Saad, Nazih Bizri, Rafic Hariri, Jalâl al-Dîn, Muhammed Zaatari...— et de leur grande ouverture qui permet la scolarisation des enfants de tous les milieux. Par ailleurs, l'enseignement qui y est dispensé est généralement jugé d'un bon niveau.

  • 21 Source : Ecole des Maqassed de Saïda.

64Les Maqassed de Saïda accueillent 3 540 élèves en 1992-1993 et emploient 247 professeurs21 ; ce qui en fait de très loin le principal établissement scolaire de la ville. Ayant le statut d'une association, ils sont gérés par un conseil exécutif et son président, élus par l'assemblée générale. Sont électeurs et éligibles tous les Sidoniens ayant obtenu le baccalauréat et ayant acquitté leur cotisation à l'association des Maqassed. Le système est donc très ouvert et permet l'expression de plusieurs tendances dans la définition des objectifs de l'association. De fait, les tensions politiques y sont parfois très vives. Cependant, la composition du conseil exécutif reflète généralement les rapports de force prévalant à Saïda et permet l'obtention d'un certain consensus. La direction des Maqassed a en tous cas valeur d'objectif politique au moment des élections. Traditionnellement, la famille Salam y exerce un rôle important en raison de ses positions médianes et de l'importante contribution qu'elle apporte au budget de l'association.

  • 22 Source : entretien avec M. Mustapha Zaatari, président des Maqassed de Saïda. M. Zaatari étant éga (...)

65Comme beaucoup d'institutions sociales, les Maqassed voient leur situation financière se dégrader au cours de la guerre et s'endettent considérablement afin de maintenir leurs activités. C'est au cours des années 1980 que se manifeste Rafic Hariri, lorsqu'il propose de sauver l'institution menacée de faillite. Acceptée, son aide atteint 1 100 000 dollars en 1980 et il fait don de 200 000 à 300 000 dollars par an à l'association, de 1981 à 1989. En plus, un million de dollars sont offerts pour la construction de l'école Aïcha destinée aux filles et il achète pour les Maqassed, en 1983, le terrain sur lequel est actuellement en chantier une cinquième école, à la construction de laquelle il participe à hauteur de 1 700 000 dollars22. Le volume du financement ne serait pas d'une importance significative s'il ne confirmait que c'est l'ampleur massive, écrasante, des moyens mobilisés par Rafic Hariri à l'échelle de Saïda qui est le principal vecteur de son influence. Il acquiert en effet rapidement aux Maqassed une influence à la mesure de son financement. Mais le fonctionnement démocratique de l'association et la pluralité des courants qui s'y expriment contrecarrent son action car il ne lui est guère possible d'acheter les suffrages de membres aux positions politiques très marquées. Par des alliances de circonstance, les membres qui représentent la tendance de Rafic Hariri parviennent cependant à constituer une minorité décisive au sein du conseil exécutif. Dès lors, Rafic Hariri tente ce qui s'apparente à une prise de pouvoir.

66Le prétexte en est une crise survenue en 1989. A l'occasion d'une grève des employés de l'association, le président, Bassam Zaatari, soutient leurs revendications et est destitué par le conseil exécutif. Le fait prend à Saïda l'ampleur d'un problème politique à l'occasion de l'élection du nouveau président et du conseil. Rafic Hariri présente Mustapha Zaatari et une liste comprenant Muhyieddine Katab, président du bureau de sa fondation à Saïda. Mustapha Saad, qui dispose d'une majorité relative, propose au premier, qui refuse, de diriger sa liste afin de parvenir à une synthèse. L'élection du nouveau conseil aboutit finalement à l'échec de la liste patronnée par Rafic Hariri et à la nomination de Jawdad Dahda, candidat de Mustapha Saad, au poste de président. Immédiatement, le soutien de Rafic Hariri à l'association cesse.

  • 23 Ce témoin a demandé l’anonymat. Le récit des élections de 1989 et 1992 m’a été fait par des adhére (...)

67Cette épreuve de force donne lieu à de violents conflits entre partisans et adversaires de Rafic Hariri. En 1992, l'assemblée générale, qui compte alors 600 membres, est appelée à procéder au renouvellement normal du conseil exécutif et à l'élection de son président. Le problème du pouvoir de Rafic Hariri se pose de nouveau, dans des termes identiques à ceux de 1989. Ne pouvant s'imposer dans le cadre d'élections pluralistes, celui-ci demande la nomination du président par le conseil exécutif et l'ajournement des élections. Son alliance informelle avec Nazih Bizri devant lui permettre de négocier des ralliements individuels parmi les secrétaires de l'association. Cette proposition rejetée, Rafic Hariri s'impose alors par des moyens que les adhérents indépendants qualifient d'antidémocratiques. En premier lieu, les employés de sa principale entreprise, Oger-international, qui sont originaires de Saïda sont invités à s'y rendre pour prendre part au vote de l'assemblée générale des Maqassed, certains venant même d'Arabie Saoudite aux frais de leur employeur. Ensuite, adhérents influents et animateurs des listes concurrentes se voient proposer faveurs et argent en échange de leur soutien. L'un d'entre eux témoigne de la proposition qui lui est faite d'un poste de responsabilité au sein de Future T.V, télévision privée appartenant à Rafic Hariri, et de l'augmentation des ses revenus de professeur23. La conjonction de la corruption et d'une importante mobilisation du réseau Hariri permet alors l'élection de Mustapha Zaatari à la présidence de l'association et la mise à l'écart consécutive des opposants à Rafic Hariri.

68Vecteur du patronage, le mécénat de Rafic Hariri apparaît ici comme étant inéluctablement politique car l'extension du patronage nécessite l'obtention d'une légitimité que sanctionne le leadership politique, au risque, sinon, de demeurer à la marge des décisions intéressant la vie publique. Le mécénat est très visiblement l'instrument d'une ambition politique dont la finalité est le monopole de gestion de l'espace public. Le fait est illustré par la revendication de la direction des Maqassed comme contrepartie des dons qui leur ont été attribués. La brutalité avec laquelle s'effectue la prise de pouvoir de Rafic Hariri au sein de l'association indique cependant les limites du mécénat comme instrument politique. En effet, Rafic Hariri a pu s'imposer dans les domaines sociaux et de la reconstruction de Saïda parce que, faute de pouvoir surenchérir, les acteurs politiques locaux acceptaient sa prééminence. En revanche, les Maqassed sont une institution dont la légitimité des dirigeants est tirée de la libre adhésion d'une assemblée à des choix politiques exprimés et entérinés par un vote démocratique. Or, Rafic Hariri n'est pas l'inspirateur d'un programme politique et son mécénat, dans le cas des Maqassed, n'a d'autre raison que de lui procurer le pouvoir qu'il revendique. Il ne peut donc soutenir une concurrence politique.

69En fait, Rafic Hariri soutient moins les Maqassed qu'il ne cherche à se les annexer. Il n'y parvient pas parce que ceux-ci sont un espace de débats et pas seulement une institution de bienfaisance ; en d'autres termes ils représentent un espace public où s'exercent des choix politiques et qui ne peut être mis sous tutelle. Dans ce cas, le mécénat n'est plus un outil adéquat et c'est au clientélisme le plus élémentaire qu'a recours Rafic Hariri pour assurer sa prééminence.

70Il faut se demander pourquoi il ne joue pas le jeu d'un débat contradictoire et ne cherche pas à s'arroger de légitimité politique par l'exposé de projets politiques. En premier lieu, il est probable qu'il ne serait pas ainsi en mesure de concurrencer les leaders locaux. Mais, surtout, il me semble qu'il n'est pas dans la logique du patronage de Rafic Hariri de s'engager sur des idées. Son patronage, sous couvert ou non de mécénat, vise à l'obtention d'une allégeance à son égard et à l'obtention d'une légitimité qui tienne à la qualité de sa personne et à ses œuvres, non à l'adhésion de la majorité à des idées dont il ne serait que le représentant, à la manière des politiciens et des acteurs qui le contestent au sein des Maqassed. Car il faut comprendre ici, à travers l'exemple de l'assocation que Rafic Hariri n'ambitionne plus son insertion dans la vie publique de Saïda —déjà acquise avec la reconstruction et l'action sociale— mais la gestion reconnue de celle-ci. Ainsi se révèle un patrimonialisme inhérent aux œuvres de Rafic Hariri qui implique qu'à la générosité du mécène corresponde un transfert de pouvoirs et non seulement l'obtention d'un mandat.

71Les élections au sein des Maqassed sont la première occasion d'une entrée directe de Rafic Hariri en politique. Elles sont aussi le premier exemple d'une résistance politique des acteurs à ses ambitions. La victoire des représentants de Rafic Hariri marque surtout l'obtention d'une légitimité issue d'un vote et donc la possibilité d'une pratique politique reconnue et non plus seulement l'exercice d'un pouvoir d'influence. Elles sont la première phase d'une ascension strictement politique qui s'inscrit dans la logique d'un mécénat aux moyens imposants, soutenu et prolongé par la formation d'un réseau clientéliste et, enfin, l'utilisation de l'ensemble dans la compétition pour le leadership.

Les élections législatives de 1992

  • 24 Pour des raisons évidentes, cette représentation proportionnelle aboutit cependant à un équilibre (...)
  • 25 Le Liban-Sud est représenté au parlement par 23 députés : 14 chiites, 3 sunnites, 2 Grecs-catholiq (...)

72Pour la première fois depuis 1972, le Liban procède en 1992 à des élections législatives. La réforme du mode de scrutin prévoit des élections par liste se tenant dans le cadre des muhâfazât La répartition des sièges se fait sur la base d'un découpage en circonscriptions et d'une représentation confessionnelle des populations, proportionnelle24 à l'importance démographique de leurs communautés respectives. Chaque liste peut présenter un candidat pour chaque circonscription d'un muhâfaza tandis que les candidats indépendants ont la possibilité de se présenter dans une seule circonscription. Les électeurs d'un même muhâfaza participent à l'élection de tous ses députés et le panachage des listes est autorisé. Dans le muhâfaza du Liban-Sud25, Saïda se voit attribuer deux sièges sunnites alors qu'elle n'en avait qu'un jusqu'en 1972.

73Nazih Bizri ne se représentant pas en 1992, en raison de son âge et sans doute de ses faibles chances de réélection, la représentation de Saïda au parlement doit être entièrement renouvelée. De l'avis général, la campagne se déroule dans un climat tendu et donne lieu à toutes sortes de débauchages, de pressions et parfois de violences.

74Huit candidats se disputent les deux sièges attribués à Saïda, dont trois font figure de sérieux prétendants : Bahia Hariri, Mustapha Saad et Ali ‘Ammâr, candidat de la Jamâ ‘a islâmiyya. Le fils de Nazih Bizri, Abderrahman Bizri, tente également sa chance en espérant préserver un certain prestige pour sa famille mais est largement battu. L'essentiel du débat qui précède les élections se réduit en fait à l'opposition de Bahia Hariri et de Mustapha Saad, qui seront tous deux élus. Le principal enjeu de ces élections est de savoir dans quelle mesure Rafic Hariri, représenté en l'occurrence par sa sœur, peut bousculer le leadership acquis par Mustapha Saad durant la guerre. La situation des deux candidats est en fait sensiblement différente : Bahia Hariri se présente sur la liste de Nabih Berri tandis que Mustapha Saad se présente en candidat indépendant.

75Le premier point important est que Rafic Hariri lui-même n'est pas engagé dans les élections et que pour celles-ci comme pour celles des Maqassed il se fait représenter. Plusieurs explications peuvent être fournies. La première et la plus simple est qu'il n'a pas le temps nécessaire pour organiser une campagne électorale et moins encore celui d'un mandat de député. La seconde, qui n'invalide pas la première mais me semble mieux fondée, est que Rafic Hariri n'a aucun intérêt à s'engager dans la compétition pour le seul bénéfice d'un mandat de député. En effet, son engagement dans ces élections ne contribuerait vraisemblablement qu'à sa banalisation dans le paysage politique et, surtout, pourrait compromettre l'image d'homme du recours qu'il entretient et qui le place bien au-dessus du débat législatif. Dans le même temps, il lui est nécessaire d'obtenir une légitimité politique que ne lui apportent véritablement ni la reconstruction, ni l'action sociale ni la direction des Maqassed et qui, la normalisation politique aidant, ne peut lui venir que des élections. La candidature de Bahia Hariri présente alors ce double avantage d'être assez lisible pour que Rafic Hariri y soit associé sans que les résultats électoraux soient directement la mesure de sa popularité et compromettent ses hautes ambitions.

76Bahia Hariri est depuis longtemps l'adjointe de son frère dans les actions qu'il entreprend. Première présidente de la Fondation Hariri, elle a souvent été une utile doublure sur le terrain sidonien que Rafic Hariri fréquente peu. Qu'une femme soit médiatisée de la sorte n'est pas étonnant : il semble que Rafic Hariri ne puisse compter sur son frère, alors que sa sœur joue son rôle avec un certain talent. Toute sa campagne électorale à Saïda s'est appuyée sur la distribution généreuse de dons et aides diverses et sur les réalisations et les promesses de son frère. Ses affiches électorales elles-mêmes ne présentent pas son portrait mais celui de Rafic Hariri.

  • 26 Observateurs que je me garde, encore une fois, de nommer.
  • 27 Ainsi, SUR les 22 candidats de la liste, deux représentent Amal (dont Nabih Bern), deux représente (...)

77Un deuxième point important concerne la présence de Bahia Hariri sur la liste de Nabih Berri et le fait qu'elle soit sa seule candidate pour Saïda où deux sièges sont à pourvoir. On sait les querelles qui ont opposé le mouvement Amal à Rafic Hariri au cours des années 80 et on sait également que celui-ci, proche des Saoudiens, n'a guère d'amitié pour la communauté chiite et ses leaders. Or, une fois la normalisation politique engagée, il devient difficile de ne pas tenir compte de l'ascendant de Nabih Berri sur la vie politique du Liban-Sud. Il semble donc, selon des observateurs politiques bien informés26, que Rafic Hariri ait monnayé son alliance avec le leader d'Amal, non seulement en subventionnant son mouvement mais aussi sur la base d'un partage des responsabilités politiques au niveau national, le temps venu. Par ailleurs, la liste de Nabih Berri a été constituée sur le thème du rassemblement et a fait preuve d'une certaine ouverture politique27. Bahia Hariri ne s'engage de toute façon que discrètement aux côtés de Nabih Berri et mène une campagne très locale en ne développant que les arguments de son frère et sans entrer dans des considérations de politique générale. Son élection est en tous cas assurée. De surcroît, Rafic Hariri renonce à un affrontement direct avec Mustapha Saad.

78Il négocie d'abord avec Nabih Berri l'inscription de Ghassan Hammoud sur la liste pour le deuxième siège revenant à Saïda, afin de concurrencer Mustapha Saad. Ghassan Hammoud est un médecin qui, propriétaire du plus grand et meilleur hôpital de la ville, y bénéficie d'une certaine considération. Il est depuis longtemps proche de Rafic Hariri. Cependant, la divulgation de ce projet suscite une polémique violente parce qu'il apparaît comme la preuve d'une volonté hégémonique dirigée contre Mustapha Saad qui ne pourrait être élu, car ne bénéficiant pas du soutien d'une liste. La candidature de Ghassan Hammoud à Saïda est en fait perçue comme une sorte d'agression à l'égard d'un homme dont la popularité reste grande après la guerre. Nabih Berri refuse donc d'accéder aux demandes de Rafic Hariri ; Ghassan Hammoud se présentant alors en candidat indépendant, associé à la candidature de Bahia Hariri.

79Deux faits importants au sujet de Rafic Hariri et de ses représentants : la présence de Bahia Hariri sur la liste de Nabih Berri révèle la nécessité pour elle de bénéficier d'une dynamique politique que son frère ne peut inspirer. Comme candidate indépendante, il est en effet certain qu'elle ne pourrait espérer être élue. D'autre part, le retrait de Ghassan Hammoud de la liste Berri désigne clairement les limites de l'influence de Rafic Hariri et la contrainte dans laquelle il se trouve de respecter un équilibre politique qu'il ne maîtrise pas. Quant à la campagne de Mustapha Saad, elle s'organise autour de la mise en valeur de l'action de l'homme au cours de la guerre, au moment de l'invasion israélienne en particulier. Mustapha Saad use d'un discours affectif se référant à la présence ancienne de sa famille dans la politique locale et aux épreuves partagées durant la guerre. Ses affiches électorales sont un montage de photographies de son père, de sa fille et de lui-même. Le souvenir de l'attentat israélien perpétré contre lui en 1985 —Mustapha Saad est alors devenu presque aveugle et sa fille est décédée— est souvent évoqué tandis que son élection est présentée comme l'aboutissement normal du parcours d'un homme dont le leadership n'a jamais été vraiment contesté depuis qu'il a pris la relève de son père. Mustapha Saad mène également une campagne d'opposition à Rafic Hariri, dénonçant essentiellement ses amitiés saoudiennes et son emprise sur la ville.

80Les résultats des élections permettent de tirer quelques conclusions concernant la nouvelle donne politique à Saïda et le pouvoir qu'y gagne Rafic Hariri. Concernant l'attitude politique des Sidoniens, 24 000 électeurs ont voté mais n'ont exprimé que 38 000 suffrages. Deux sièges étant à pourvoir, cela signifie que 10 000 électeurs ne se sont prononcés que pour un seul député. Le décompte régional des voix ne permet pas de savoir précisément qui de Mustapha Saad ou de Bahia Hariri a été exclu du vote de ces 10 000 électeurs. Mais il semble que le premier ait bénéficié d'un avantage local sur la seconde puisque, chacun recueillant environ 10 000 voix à Saïda, Bahia Hariri n'est pas parvenue à reproduire dans sa circonscription la dynamique écrasante de sa liste au niveau régional.

81Elue avec 117 761 voix (23,32 %) Bahia Hariri est cependant le député du Sud le mieux élu derrière Nabih Berri (118 827 voix, 23,53 %). Mustapha Saad rassemble 69 925 voix (13,85 %) et est le seul député du Sud élu sans le soutien de Nabih Berri. Ne présentant pas deux candidats à Saïda, celui-ci lui laissait en fait le champ libre. Mais il faut tout de même noter le bon score de Ghassan Hammoud qui, bien que candidat indépendant et ne disposant pas de la notoriété de Mustapha Saad, parvient à rassembler 57 185 voix. Loin derrière, on relève les échecs de la famille Bizri, dont le représentant, Abderrahman Bizri, ne recueille que 11 991 voix, et plus encore celui de la Jamâ ‘a islâmiyya qui, en dépit de son imposante présence sur le terrain, ne rassemble que 4 497 voix, Ali 'Ammâr arrivant cependant troisième dans sa circonscription de Saïda.

82De ces résultats généraux, on retiendra que Bahia Hariri bénéficie pleinement de la dynamique de la liste de Nabih Berri. Les 10 000 voix qu'elle recueille dans la ville paraissent pourtant un capital modeste pour qui est soutenu par une liste parvenant à l'élection de tous ses candidats. Ce score l'amène seulement au niveau de Mustapha Saad et ne tranche pas la question du leadership inscrite en filigrane de leur opposition. De fait, il semble que les électeurs sidoniens aient confirmé par leur vote ce qui était déjà établi dans la pratique : à savoir que Mustapha Saad est un leader sur le déclin mais intouchable et que Rafic Hariri est seul à même de réhabiliter la ville, mais ne peut prétendre à un pouvoir exclusif. Le succès relatif de Ghassan Hammoud révèle que Rafic Hariri dispose d'un électorat qui soutient ceux qui lui sont proches et non seulement Bahia Hariri parce qu'elle est de sa famille. On peut voir là, sans en surestimer l'importance, le résultat de la fidélisation d'une fraction de la population sidonienne. Les élections législatives de 1992 à Saïda ne permettent pas, en tous cas, de tirer de conclusion définitive sur l'insertion politique de Rafic Hariri et sur la question du leadership.

83Quels sont donc les bénéfices tirés de ces élections par Rafic Hariri et en quoi participent-elles à l'extension de son patronage ? Avec l'élection de sa sœur, Rafic Hariri gagne la légitimité institutionnelle qui manque à l'exercice de son patronage. Ayant obtenu, par l'intermédiaire de sa sœur il est vrai, la même légitimité populaire que Mustapha Saad, ou Nazih Bizri en son temps, il se trouve dans la situation d'un patron politique et non plus seulement dans celle d'un mécène au pouvoir contestable. Les élections lui apportent en fait essentiellement ce confort politique nécessaire au déploiement de ses ambitions et que ne lui procure pas son aura de mécène ni même son pouvoir d'influence. Surtout, le mandat de député obtenu par Bahia Hariri est une nouvelle étape de ce processus, qu'on a déjà souligné, menant au contrôle de toutes les instances de la vie publique. On peut dès lors reconstituer une chaîne qui va de la représentation parlementaire à la municipalité puis aux groupements civils tels les Maqassed puis directement sur le terrain où se compte la clientèle populaire de Rafic Hariri. L'élection de Bahia Hariri à la députation porte le pouvoir de son frère au maximum de ce qu'il peut être en 1992, dans un contexte politique qui demeure incertain.

84Cependant, Saïda s'est profondément divisée à l'occasion des élections. Rafic Hariri peut être tenu pour responsable de cette division en raison de sa revendication d'un pouvoir exclusif —les deux mandats de députés de Saïda— et de son refus d'une reconnaissance de la popularité de Mustapha Saad. Il est vrai que celui-ci s'appuie sur un prestige dont ses résultats aux élections montrent qu'il s'est largement érodé depuis la normalisation. Cependant, si Rafic Hariri n'avait aussi explicitement cherché le renversement du leader de l'OPN, il est sûr qu'une certaine unité de la ville aurait pu être préservée. Sa stratégie a au contraire poussé à la formation de deux clans revendiquant un pouvoir dont ni l'un ni l'autre n'ont en définitive les moyens. Rafic Hariri n'ayant pas ceux d'un leadership politique entier et Mustapha Saad ne pouvant concurrencer le premier dans ses œuvres de patron. Des revendications totales de Rafic Hariri dans la campagne est née une radicalisation dont les enjeux politiques ne sont pas clairs mais qui ne fait que refléter la tentative des uns de s'arroger tout le pouvoir et les efforts des autres pour se maintenir, eux et leur autonomie. Les gains de Rafic Hariri dans cette lutte ne sont peut-être pas aussi élevés que le laisse a priori penser la victoire de sa sœur ; la division de la ville après les élections pouvant s'avérer nuisible à l'extension de son patronage et de son pouvoir.

85En effet, l'engagement de Rafic Hariri dans les élections législatives tend à faire de lui le chef d'une faction. Dès lors, Il ne peut plus prétendre être le mécène qu'il était et ses interventions n'ont plus la neutralité sociale qu'elles avaient au départ, devenant celles d'un homme soutenu par une partie de la population mais auquel une autre partie s'oppose. D'un rendement politique immédiat, l'élection de Bahia Hariri est peut-être à terme une erreur politique.

Centralité et limites du patronage

  • 28 Cf. B. Korany, "La péninsule arabique", in M. Flory et al., Les régimes politiques arabes, p. 456- (...)

86Je souhaiterais risquer ici le concept de pouvoir saoudien pour désigner les formes prises par le pouvoir de Rafic Hariri à Saïda. Bahgat Korany écrit que le pouvoir saoudien est "un système où les rênes du pouvoir sont étroitement contrôlés par la famille régnante qui, habituellement, prend les décisions sans compétition des autres groupes de la société [et dans lequel] les individus de toutes les origines [peuvent] approcher directement leurs leaders pour demander aide et assistance et exprimer leurs doléances. [Cela] suppose de multiples canaux de communication par lesquels les demandes et doléances remontent vers l'élite politique et par lesquels les ordres descendent vers la base. C'est ainsi que se manifeste la participation politique dans ce système. L'élite politique y jouit toujours des prérogatives d'action et de redressement. Les demandeurs n'y disposent d'aucune organisation institutionnelle pouvant leur garantir la satisfaction de leurs demandes [...]"28.

87Si je m'autorise à établir un parallèle entre l'exercice du pouvoir par la famille saoudienne et les procédés de Rafic Hariri, c'est parce que celui-ci a trouvé auprès de celle-là fortune, soutien et inspiration et qu'on est fondé à penser que cela a quelque conséquence sur sa propre pratique du pouvoir. Ainsi, après étude de son mécénat comme de son insertion politique, j'en viens à la conclusion que son action à Saïda repose sur une entreprise de charité et ne tient compte ni de la formation des acteurs ni de leur autonomie. Le recours à la générosité du mécène est indispensable aux acteurs qui bénéficient de son soutien car, n'étant engagé dans aucun cadre préétabli, il ne tient qu'à sa volonté d'autoriser ou de refuser leurs initiatives. Et on a vu qu'aux actes du mécène correspond une mise sous tutelle des institutions dont il se préoccupe. L'élection de Bahia Hariri institutionnalise cette dépendance car elle confère une légitimité politique aux demandes et aux dons qui s'exercent dans le cadre du patronage de Rafic Hariri. De cela, il ressort que son pouvoir est de type saoudien car il est celui d'un prince, engagé en rien mais généreux pourvu que soient honorée sa personne et reconnue sa tutelle.

88Transposée à Saïda, cette définition saoudienne illustre l'aspect patrimonial des œuvres de Rafic Hariri. En effet, son mécénat et le pouvoir d'influence aussi bien qu'institutionnel dont il dispose tendent à une confusion des intérêts de la vie publique et privée. Ses interventions, qu'elles relèvent de l'un ou l'autre de ces domaines, s'appuient toujours sur un même système de décision et de contrôle dont il est en dernier ressort le chef. Mécénat et patronage sont alors les deux aspects d'une même logique patrimonialiste, soutenue par le fait que la contrepartie des services de Rafic Hariri n'est pas un service en retour —comme c'est le cas dans la plupart des échanges clientélistes— mais un transfert de pouvoirs vers lui-même et, en conséquence, une dépendance accrue des acteurs. Cependant ce patrimonialisme n'en serait véritablement un que si l'ensemble des "prérogatives d'action et de redressement" opérant dans l'espace public sidonien revenait à Rafic Hariri. Or on a vu que ce n'est pas le cas et que la division politique de Saïda suite aux élections législatives peut même affecter la croissance du pouvoir de Rafic Hariri. Ses affinités saoudiennes définissent donc une tendance plus qu'une réalité sociale incontournable. Il se peut alors que, engagé en politique, le patronage connaisse certaines limites et ne puisse couvrir l'ensemble du champ social.

Pratique et contestation du pouvoir politique de Rafic Hariri

89Le mandat de député accordé par les électeurs à Bahia Hariri les autorise à exiger d'elle ce pour quoi ils l'ont élue et ce à quoi elle-même s'est engagée, c'est-à-dire le mieux-être social promis par la générosité de Rafic Hariri. C'est là une contrainte plus qu'un gain politique pour un homme dont les interventions ont toujours été sélectionnées de façon discrétionnaire. L'élection de Bahia Hariri l'oblige d'une certaine façon à des résultats. D'autant plus qu'il est de coutume que la population consulte son député et sollicite son aide. Ainsi Mustapha Saad reçoit-il beaucoup, arbitre, prend des décisions, intervient en faveur de tel ou tel de ses électeurs, mais la modestie de ses moyens n'incite pas à recourir à lui pour une aide financière. A l'inverse, la popularité de Rafic Hariri repose pour l'essentiel sur sa capacité à intervenir financièrement. Aussi est-ce sur ce terrain que Bahia Hariri est d'abord sollicitée par ses électeurs. Or il ne semble pas que son élection se soit accompagnée d'un élargissement des faveurs distribuées par son frère dans la société sidonienne. Bien sûr, Bahia accorde largement prébendes, équipements pour les quartiers et les villages, aides diverses, soutiens utiles aux familles mais aucune initiative d'envergure n'a été engagée depuis son accession au Parlement.

90Surtout, le leadership impose un certain nombre de contraintes dont la moindre n'est pas celle d'être en contact étroit avec le terrain. A Saïda, le métier de député consiste beaucoup à recevoir tout un chacun et à écouter. Je recours ici au même exemple local, utile à la comparaison, en signalant que Mustapha Saad reçoit à son bureau quasiment chaque jour ainsi que chez lui sans qu'il soit nécessaire de prendre rendez-vous. Plusieurs personnes de son entourage sont en général présentes lors des entretiens qu'il accorde, participant au débat que soulève le visiteur avant qu'il ne se prononce définitivement. La réception peut durer longtemps. Cette pratique quotidienne de la politique en est constitutive. Il ne semble pas pourtant que Bahia Hariri y accorde la même attention que son rival. Ainsi assure-t-elle une permanence une fois par semaine au centre culturel de la ville —c'est-à-dire dans un lieu public— et il est rare qu'elle soit à la disposition de ses électeurs à d'autres moments et à d'autres endroits. Or cette rigueur et cette distance sont mal comprises de la population sidonienne et entravent l'intégration de Bahia Hariri aux multiples réseaux sociaux de la base, auxquels est en revanche associé Mustapha Saad. Elle est utile à ses électeurs, car elle peut payer quand il le faut, mais elle ne bénéficie pas d'un ancrage au centre des relations et faits divers qui sont leur vie sociale.

91De surcroît, Bahia Hariri est très souvent absente de Saïda tandis qu'autour de la famille Hariri s'élabore un protocole peu en rapport avec les exigences de proximité que comporte un mandat de député. Ainsi, Bahia Hariri n'habite pas dans Saïda mais à l'écart de la ville, dans une villa aux allures de palais qui, isolée et surveillée de toutes parts, accroît la distance qui la sépare de la population. Elle ne reçoit d'ailleurs jamais chez elle ses électeurs. De plus, le luxe ostentatoire dans lequel vit la famille Hariri suscite une certaine perplexité dans la population. Ainsi, le mariage du fils de Rafic Hariri à Paris semble avoir choqué une grande partie des Sidoniens qui s'étonnent de ce qu'il ne se soit pas fait à Saïda et qu'il ait donné lieu à des dépenses somptuaires, plus en rapport avec le standard saoudien que sidonien. Autres exemples : la construction actuelle de la Villa Hariri, immense bâtisse recouverte de marbre blanc, et les déplacements de toute la famille dans des voitures Mercedes blindées, souvent accompagnées de gardes du corps, paraissent les symboles d'un pouvoir étranger à la réalité sociale de Saïda. Il se crée une symbolique du pouvoir dont les fastes ne sont pas à la mesure de la ville et ne correspondent en tous cas pas au comportement habituel d'un député. De cela résulte une certaine gêne qui altère les relations de Bahia Hariri avec sa base.

92Un an après les élections législatives, il est difficile d'envisager la façon dont peut évoluer le leadership politique gagné par Rafic Hariri à ces élections. Cependant, il semble que Bahia Hariri gère son mandat de député comme une position acquise et non comme une délégation de pouvoirs accordée par les électeurs pour que soient soutenues leurs aspirations. A partir de cela, on peut argumenter que l'exercice du pouvoir par Rafic Hariri est patrimonial de type saoudien, car il est envisagé par son détenteur comme allant de pair avec l'exceptionnalité de ses moyens et de ses œuvres, peut-être de sa personne. En tous cas, il n'est pas fait usage de la légitimité accordée par le peuple pour servir de caisse de résonance à ses revendications. C'est là quelque chose de courant au Liban mais qui prend un relief singulier dans le cas de Rafic Hariri, en raison des nombreux autres pouvoirs dont il a la maîtrise. Le mandat de Bahia Hariri est une part de ce pouvoir du prince que Rafic Hariri élabore pour lui-même et qui ne lui crée aucune obligation vis-à-vis de ses mandants.

93La population sidonienne adopte, dans sa grande majorité, une attitude attentiste à l'égard de Rafic Hariri. Ses partisans, militants à un titre ou à un autre, sont une minorité peu représentative. Le clan Hariri ne regroupe qu'un nombre restreint de personnes, présentes surtout dans l'establishment mais qui n'a pas de réalité sensible parmi les électeurs de base. De là pourrait venir un revirement de l'opinion s'il s'avérait que Bahia Hariri n'honore pas la ville d'un soutien à la mesure de la fortune de son frère. Mais cela est peu probable et, quelque soit le volume des dons, la population en a assez besoin pour les accepter et demeurer en conséquence attachée à celui qui les distribue.

94De plus, il ne faut pas surestimer l'importance du mandat de Bahia Hariri dans le dispositif général du patronage de son frère. Outre qu'il est improbable, en l'état actuel du fonctionnement des institutions libanaises, qu'il puisse être perdu à l'occasion de nouvelles élections, il est clair que c'est la fortune de son frère qui fait son importance, y compris dans le domaine politique, et non la plus ou moins grande popularité dont il dispose à Saïda.

Nouveau contexte, nouveaux enjeux

95Par le jeu combiné de ses moyens financiers, de son influence et de l'institutionnalisation de son rôle politique, Rafic Hariri est en 1993 le patron de Saïda. Sa présence à tous les niveaux de la vie publique lui assure la haute main sur l'ensemble des décisions intéressant la ville. Du pouvoir institutionnel disponible à Saïda, il ne lui manque qu'un siège de député. Mais le sérail, la municipalité et un député lui sont acquis. De surcroît, Mustapha Saad ne doit son élection qu'à l'absence de candidat d'une liste face à lui. Il semble donc en sursis face à Rafic Hariri dont, en plus, l'essentiel du pouvoir n'est pas strictement électoral.

96Cependant, Rafic Hariri n'est pas parvenu à s'imposer comme la clef de voûte d'un ensemble politique cohérent. Il n'est pas le patron d'un réseau de patrons (des courtiers) de rang inférieur qui lui auraient délégué leurs clientèles respectives. En ce sens, il est à la tête d'un patronage mieux doté que d'autres mais qui ne coiffe aucun de ses rivaux. Seule la clientèle de la famille Bizri semble avoir été absorbée, mais l'effacement de cette dernière au profit de Rafic Hariri tend plutôt à démontrer qu'il a récupéré une clientèle plus qu'il ne l'a intégrée à un réseau plus vaste qui lui serait propre. De fait, les critères qui distinguent les électeurs de Bahia Hariri de ceux de Mustapha Saad reproduisent largement ceux de l'opposition traditionnelle Saad-Bizri.

  • 29 A l'occasion aussi de la nomination de Rafic Hariri au poste de premier ministre le 22 novembre 19 (...)

97De cela je tire l'idée que Rafic Hariri manque d'une base populaire qui lui permettrait de s'assurer le leadership en même temps que de prendre l'ascendant sur l'ensemble des acteurs concurrents. Son travail d'influence sur les institutions pourrait s'expliquer par la fragilité de son assise populaire. Maîtrisant l'essentiel des décisions intéressant l'espace public local, l'enjeu auquel Rafic Hariri est confronté est de rendre son patronage nécessaire aux acteurs eux-mêmes et non plus seulement au fonctionnement des cadres de leur existence sociale. La limite la plus évidente de ce patronage est justement celle du contrôle des acteurs. L'officialisation de son rôle politique, à l'occasion de l'élection de Bahia Hariri au Parlement29, amène la formation d'une opposition elle-même plus officielle et, surtout, constituée sur une base politique. Ainsi, outre le courant de Mustapha Saad, Rafic Hariri est également en butte à l'opposition de bon nombre d'associations œuvrant sur le terrain social. D'où la nécessité, à laquelle il n'a pas été encore pourvu, de disposer d'une base élargie à l'ensemble de la société sidonienne.

  • 30 Au niveau national, la Fondation a annoncé qu’elle cessait de subventionner, les études dans les u (...)

98L'année 1993 marque un recul dans les activités de la Fondation Hariri30 et il ne semble pas qu'un projet renouvelé se soit substitué aux ambitions globales qu'elle affichait aux pires moments de la guerre du Liban. C'est en fait de la normalisation politique que pourrait venir un amoindrissement de l'influence de Rafic Hariri à Saïda. Si, en effet, elle permet le retour à une certaine prospérité économique ou, à tout le moins, procure à la population un minimum de sécurité, alors l'utilité d'un recours au mécénat-patronage de Rafic Hariri pourrait être pour elle d'un intérêt plus limité. On a vu comment la communauté grecque-catholique gère elle-même son développement et comment les capitaux de l'émigration permettent la promotion sociale de certains membres de la communauté chiite et, de façon générale, une moindre dépendance de celle-ci. A l'évidence, ce sont là deux espaces sociaux dans lesquels Rafic Hariri pourrait difficilement prendre pied.

99La force de l'homme est d'intervenir dans un contexte de précarité politique et sociale. Ce contexte explique l'importance démesurée prise par ses interventions dans l'espace public sidonien. Dans un espace public normalisé où les acteurs retrouvent une part de leur autonomie, sa puissance financière elle-même peut être concurrencée. Il se peut alors que le patronage de Rafic Hariri n'ait d'autre moyen de se maintenir à son niveau actuel que par une surenchère dans le clientélisme.

Conclusion de la deuxième partie

100La conséquence la plus évidente de la mobilisation des moyens du mécénat par Rafic Hariri est que son patronage est devenu un élément structurant de l'espace public sidonien. Produit d'un contexte, son œuvre de mécène parvient à produire par elle-même les cadres de l'existence sociale des acteurs. A l'origine de ce renversement de situation il n'y a qu'un vecteur : l'argent.

101Certes les modalités de la formation du patronage diffèrent selon qu'il s'agit de maîtriser une institution, un espace culturel ou une décision politique. Mais toute intervention de Rafic Hariri s'effectue par la négociation d'un transfert de pouvoir en échange d'un soutien financier. L'ampleur des moyens mobilisés et l'aspect mécénal des interventions de Rafic Hariri pourraient amener à considérer qu'elles sont d'une nature différente de celles du clientélisme, plus modeste, des notables et leaders des quartiers, villes et régions libanaises. Il n'en est rien : toute entreprise de Rafic Hariri dans l'espace public sidonien implique une transaction entre lui, patron, et des clients. La distinction ne vaudrait que comme distinction d'échelle.

102La formation de ce patronage, puis son insertion politique et la prise de pouvoir qui en résulte, procèdent d'une logique présente dès l'origine dans le déploiement de ses activités de mécène. On peut ainsi analyser son pouvoir actuel comme une séquence dont le premier terme serait le mécénat, et qui contiendrait le patronage, puis l'influence, la volonté de pouvoir, et enfin le leadership politique. Pourtant, ce dernier élément n'est pas l'aboutissement de cette séquence car demeurent les autres termes. Aussi un pouvoir transversal propre à Rafic Hariri peut-il se définir, incluant une présence dans tous les segments de la vie sociale de Saïda.

103Le pouvoir politique dont dispose en dernier lieu Rafic Hariri parachève seulement son patronage par son caractère public et la légitimité qui le fonde. Ainsi Rafic Hariri prend-il place au centre de l'espace public. Il le fragilise aussi probablement car il contredit l'unanimisme de son mécénat.

104Un paradoxe se forme dans cette contradiction : les interventions de Rafic Hariri à Saïda engagent les structures de la vie publique mais ce pouvoir exceptionnel n'est pas assuré de sa durée parce qu'il est aussi le vecteur d'une plus grande fragmentation de l'espace public.

Notes

1 Fondation Hariri, ibid., p. 208.

2 Dans l’ordre, messages du président de la République, du président du Parlement, du premier ministre à Rafic Hariri. Source : Fondation Hariri.

3 Notamment, restauration de l’éclairage public, réfection des trottoirs et plantation d’arbres, réfection des réseaux d’eau potable, déblaiement des lignes de démarcation...

4 Les raisons et les circonstances de cette nomination sont exposées infra dans "La direction des Maqassed de Saïda".

5 Entretien avec l’auteur.

6 Source : Municipalité de Saïda. Entretien avec M. Qalash, maire de Saïda. Le chiffre de 2 000 000 000 L.L. doit être considéré avec réserve, le maire ayant refusé de me fournir copie du budget municipal.

7 Le fait est de notoriété publique à Saïda mais peut difficilement être vérifié.

8 Depuis quelques années, beaucoup de terres agricoles font l’objet de transactions dans la région de Saïda, suscitant des polémiques à caractère confessionnel. Les évêques dénoncent "l’islamisation des terres" de l’est de Saïda, les sunnites craignent l’appropriation des terres par les chiites... Rafic Hariri est lui-même propriétaire d’un très grand nombre de terres dont il est impossible de donner une estimation en raison de son extrême discrétion sur le sujet.

9 Source : entretien avec le proviseur de l’école Rafic Hariri.

10 Source : Fondation Hariri.

11 Idem.

12 Idem.

13 Fondation Hariri, bureau de Saïda.

14 Entretien avec des étudiants boursiers de la Fondation Hariri, anciens élèves des universités d’Exeter (Royaume-Uni), d’Aix-en-Provence et de Paris-Sorbonne.

15 Dans l’ordre de citation, "Hariri et ses hommes" in Magazine du 5 mars 1993 et éditorial de Jean Issa in L’Orient – Le jour, avril 1993.

16 Source : Fondation Hariri, bureau de Saïda.

17 D’après des entretiens de l’auteur avec des familles bénéficiant du soutien de la Fondation.

18 Voir "La direction des Maqassed de Saïda".

19 Entretien avec l’auteur. Je m’autorise à ne pas citer ceux de mes interlocuteurs qui ont requis l’anonymat : la plupart d’entre eux.

20 Cf. N. Wehbe et A. Al-Amine, Système d’enseignement et division sociale au Liban.

21 Source : Ecole des Maqassed de Saïda.

22 Source : entretien avec M. Mustapha Zaatari, président des Maqassed de Saïda. M. Zaatari étant également président de la Fondation Hariri, il faut considérer avec prudence les chiffres annoncés.

23 Ce témoin a demandé l’anonymat. Le récit des élections de 1989 et 1992 m’a été fait par des adhérents indépendants et des responsables de l’association des Maqassed. Leurs témoignages se recoupent.

24 Pour des raisons évidentes, cette représentation proportionnelle aboutit cependant à un équilibre de 50 % de députés chrétiens et de 50 % de députés musulmans au niveau national.

25 Le Liban-Sud est représenté au parlement par 23 députés : 14 chiites, 3 sunnites, 2 Grecs-catholiques, 2 maronites, 1 Grec-orthodoxe, 1 druze.

26 Observateurs que je me garde, encore une fois, de nommer.

27 Ainsi, SUR les 22 candidats de la liste, deux représentent Amal (dont Nabih Bern), deux représentent le Hizbollah, un représente le Baas, un représente le PSNS. 16 sont sans étiquette (dont Bahia Hariri).

28 Cf. B. Korany, "La péninsule arabique", in M. Flory et al., Les régimes politiques arabes, p. 456-457.

29 A l'occasion aussi de la nomination de Rafic Hariri au poste de premier ministre le 22 novembre 1992, qui est abordée dans la conclusion générale de ce travail.

30 Au niveau national, la Fondation a annoncé qu’elle cessait de subventionner, les études dans les universités étrangères et reportait une part de son coût sur les universités libanaises. A Saïda, le soutien à la municipalité n’a plus d’instance officielle depuis 1990. La construction d’une école technique par la Fondation a été abandonnée.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter