Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie publique, patronage et clientèle

 | 
Emmanuel Bonne

Introduction

Texte intégral

1Comme tout ou presque au Liban depuis vingt ans, Saïda a beaucoup changé. Un ensemble complexe de ruptures et de renouvellements, les paradoxes d'une guerre civile et régionale subie de plein fouet par la capitale du Liban-Sud, participent aux incertitudes d'aujourd'hui.

2A présent qu'à la guerre a succédé l'après-guerre, depuis que l'armée libanaise est entrée à Saïda pour en prendre le contrôle le 6 juillet 1991, les Sidoniens recensent ce qu'ils ont perdu dans ce qu'il est de coutume d'appeler "les événements". Et tous s'accordent à penser qu'ils ont beaucoup perdu. Le passé n'en est que plus présent à leur mémoire et bien peu évitent la mystification des années d'avant 1975. De ce qui se dit généralement, on retient que la ville était plus belle, plus conviviale, plus riche, moins sale, moins dangereuse... "Avant". A cette nostalgie correspondent en effet des changements dont la visibilité rend l'évidence plus grande encore.

3C'est physiquement sans doute que la ville a le plus changé. Saïda n'est plus la même. Durement touchée lors de l'invasion israélienne de 1982, la vieille ville a perdu sa façade maritime et, en lieu et place des maisons, sur les rochers un boulevard a été tracé. La paupérisation de ses habitants a entraîné une dégradation importante des bâtiments comme des espaces publics. Beaucoup des familles qui y étaient depuis longtemps implantées l'ont quittée pour la ville moderne, laissant la place à une population réputée pauvre. Par ailleurs, l'expansion urbaine de ces vingt dernières années a été telle que la ville a absorbé les villages voisins de Abra, Hara ou Danayé pourtant situés sur les pentes de la montagne à laquelle elle s'adosse. Les jardins —roseraies, palmeraies, vergers— qui l'entouraient et participaient à sa réputation de douceur ont à présent presque complètement disparu, contenus dans d'étroites limites entre nouveaux immeubles et terrains vagues. De tout cela, les Sidoniens tirent une certaine amertume et le sentiment de n'avoir pas prise sur l'évolution de leur ville : la guerre, la misère, la spéculation font des ravages à Saïda aussi.

4D'autre part, la population s'est renouvelée : moins de chrétiens, plus de chiites, moins de riches, plus de pauvres, plus de réfugiés palestiniens et de ruraux contraints de quitter leurs villages des régions de Nabatiyé et de Tyr. Sommairement, sont partis ceux qui en avaient les moyens et sont venus ceux qui n'avaient pas d'autre possibilité. L'équilibre social de la ville en subit les conséquences et est marqué d'une plus grande précarité économique. L'émigration vers les pays du Golfe s'est ralentie mais continue de concerner ceux des jeunes diplômés qui ne trouvent pas sur place les emplois à la mesure de leurs compétences. Les entreprises locales offrent peu de travail et n'embauchent souvent que l'indispensable main-d'œuvre. La population active n'est que de 24 % (dont 70 % dans le secteur du commerce et des services) parmi les 200 à 250 000 habitants que compte la ville -y compris le camp palestinien de 'Ayn al-Hilweh où vivent 80 à 100 000 personnes. Le chômage est donc un problème crucial qu'atténuent mal les revenus procurés par les emplois informels qu'occupe la majorité.

5La crise économique que traverse le Liban, en dépit de la normalisation politique, a ruiné les classes moyennes employées dans l'administration publique, l'enseignement et les services en général. Les fluctuations de la livre libanaise sont une préoccupation quotidienne et chacun a pris l'habitude de compter en dollars américains. Aux difficultés économiques et sociales de la très grande majorité s'oppose pourtant la richesse d'une minorité bénéficiant des revenus de l'émigration et qui investit aujourd'hui dans l'"import-export", testant toutes sortes de produits asiatiques sur le marché local. Mais cela ne procure que peu d'emplois.

6L'urbanisme bouleversé, la population renouvelée et généralement appauvrie, la crise économique sont donc trois éléments de référence à l'aune desquels les Sidoniens jugent leur situation actuelle et celle de leur ville. Ils n'ignorent pas ce qu'elle doit à la politique. Capitale d'une région, le Sud, longtemps isolée par la guerre, Saïda s'est trouvée au centre d'un champ clos dans lequel se répercutaient tensions et affrontements des protagonistes du conflit libanais. Bien que cette ville soit située à la limite géographique et politique la plus septentrionale du Liban-Sud, c'est-à-dire juste au sud du fleuve Awali et du dernier barrage de l'armée syrienne, il y a une frontière psychologique, parfois infranchissable, entre Beyrouth et Saïda —bien que les deux villes ne soient distantes que d'une quarantaine de kilomètres—. Capitale isolée d'une région ravagée par les événements de la guerre, Saïda est donc un cas.

7C'est dans ce contexte général que prend place la formation du patronage de Rafic Hariri dans l'espace public sidonien. Et, dans une large mesure, il est un phénomène suscité par la précarité politique et sociale qui caractérise la ville. C'est pourquoi le champ de cette étude est circonscrit à Saïda : à une situation locale particulière le patronage qui nous intéresse s'intègre de façon adaptée, particulière.

8Aussi Saïda est-elle non seulement un cas parce qu'elle se trouve dans une situation singulière, mais également parce que le patronage de Rafic Hariri n'y déploie pas les mêmes moyens qu'en d'autres endroits ou à d'autres niveaux. A cela il est une explication qui dépasse toutes les autres : Saïda est la ville natale de Rafic Hariri, qui y consacre une attention soutenue et y adopte une attitude spécifique. Il s'ensuit que les conséquences du patronage dans l'espace public local ne sont pas nécessairement les mêmes qu'à d'autres échelles où se développe une relation patron-client entre Rafic Hariri et d'autres acteurs.

9Il faut ici définir les termes essentiels du phénomène que je me propose d'étudier. Ils sont en fait le cadre du phénomène et le phénomène lui-même, c'est-à-dire, d'une part, l'espace public et, d'autre part, le patronage et l'échange clientélaire.

10La définition de l'espace public la plus couramment acceptée, et sans doute la plus élaborée, a été formulée par Jürgen Habermas dans un ouvrage célèbre, L'espace public, archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. En prenant appui sur la formation politique et constitutionnelle du Royaume-Uni et de la France, Jürgen Habermas explicite le processus ayant conduit dans ces deux pays à l'émergence d'une sphère privée, distincte de la sphère publique consacrée à la gestion de l'État, et qui cependant se constitue en espace critique de la politique. Selon des modes spécifiques, les sociétés britannique et française deviennent ainsi une société civile ; l'essentiel étant que s'institue un espace de débats et d'expression citoyenne. Si donc l'État est la condition de l'existence d'un espace public, il faut néanmoins distinguer des fonctions étatiques et publiques. L'espace public étant finalement le lieu d'une confrontation de l'État et de la société civile, dans lequel il s'établit un équilibre entre leurs prérogatives respectives.

  • 1 J. Habermas, Raison et légitimité, p. 37.
  • 2 Cf. J. Cohen, "On Legitimacy and Political Deliberation" cité.par J. Habermas, in L’espace public, (...)

11Le développement du capitalisme libéral est le contexte historique de la formation de l'espace public- car c'est alors qu'intervient "la naissance d'une sphère où s'effectuent en dehors de l'État les échanges des possesseurs privés et autonomes de marchandises, autrement dit avec l'institutionnalisation, dans le cadre d'un État territorial, des marchés du travail, du capital et des biens, et de l'établissement du commerce mondial, la "société civile" se sépare du système économico-politique. [L'État] cesse d'être le noyau institutionnel du système tout entier"1. Ainsi circonscrit à une région, une époque et un état d'esprit —essentiellement l'Europe libérale du xviiie siècle— l'espace public n'est peut-être que le produit historique d'une conjoncture spécifique. Dans sa forme théorique, il est cependant une forme politique plus universelle —sans attaches géographiques contraignantes— dès lors qu'existent les termes essentiels de sa constitution : État, critique sociale, moyens de communication sociale et politique et, bien-sûr, acteurs privés et publics. Cet espace public-ci pourrait être contenu dans le concept de démocratie délibérative exposé par J. Cohen : "la notion de démocratie déliberative s'enracine dans l'idéal intuitif d'une association démocratique au sein de laquelle la justification des termes et des conditions de l'association procède d'une argumentation et d'un raisonnement public de citoyens égaux. Les citoyens, dans un tel ordre, partagent un engagement commun vis-à-vis de la résolution des problèmes de choix collectifs à travers un raisonnement public, et considèrent leurs institutions de base légitimes dans la mesure où elles établissent un cadre favorable à une délibération publique libre"2.

  • 3 Cf. N. Beyhum, "Reconstruire Beyrouth", p. 22-23.

12Je souscris donc à cette définition de l'espace public, pourvu que son archéologie européenne n'en soit pas l'élément central. Le problème se pose cependant de sa pertinence dans le cadre qui nous intéresse : celui de Saïda. La question de l'existence même du public dans le monde arabe a été largement débattue, concernant notamment les espaces urbains. "Deux grandes conceptions de la ville arabe s'affrontent : l'une la ferait partir de ses constituants minimum, les espaces domestiques, familiaux et tribaux, nous dirions communautaires au Liban, et ne ferait de l'espace public qu'un espace résiduel, ce qui reste quand l'espace essentiel, celui des différentes clôtures, s'est organisé. L'autre part de la rencontre de deux axes qui se coupent pour former à partir de ce nœud de communication, la ville, dont les parties, les segments, se distribuent à partir de ce canevas ; il y a dans cette deuxième conception, les éléments d'une primauté théorique des espaces publics sur les espaces domestiques"3.

13Sans prétendre trancher dans ce débat, nous observons que le cas de Saïda, envisagé par le biais de l'étude d'un phénomène de patronage-clientélisme, nous rapproche de la première définition. Celle-ci ne vaut cependant qu'au regard de la période récente qui, marquée par un conflit militaire et partiellement civil, est celle d'une vie publique fragmentaire, effectivement contenue dans un espace résiduel. Il n'en demeure pas moins que l'espace public n'est pas la somme des structures communautaires de la vie publique et que l'autonomie dont cet espace dispose par rapport à celles-ci en fait aussi un nœud de communication. Je n'exposerai donc pas la primauté des espaces publics ou domestiques les uns sur les autres, mais je considérerai que la conjoncture politique récente est productrice de segments très différenciés et par conséquent d'une division de l'espace public.

14La définition de Habermas trouve là une limite sérieuse car, dans un contexte de guerre civile, le référent essentiel de l'espace public, l'État, n'existe plus que théoriquement et cède sa puissance à des acteurs qui lui sont étrangers. D'autre part, la guerre provoque une surdétermination politique de l'espace public, placé dans l'influence directe des événements contingents de l'actualité de la guerre. Dès lors, y a-t-il encore un espace public à Saïda ? En s'inspirant de Habermas, mais sans prétendre vouloir vérifier ses hypothèses à l'échelle libanaise ou sidonienne, je propose ici une définition minimale qui le présente comme un espace de convivialité dans lequel se redéfinissent les conditions d'existence d'une société civile profondément affectée par la guerre. C'est-à-dire l'ensemble des institutions et procédures civiles participant au maintien d'une certaine cohésion sociale, en marge du conflit politique et militaire, mais suffisamment représentatif pour être dit convivial. On verra comment, dans ce contexte, l'espace public subsiste ou se recrée.

15Cet espace ne se divise pas en raison seulement de la conjoncture du conflit libanais. Le phénomène de patronage et de clientélisme est en lui-même une cause de sa précarité. Il est en effet facteur de division car il tend à un regroupement des acteurs dans des réseaux concurrents sinon contradictoires. Or, l'espace public est aussi le produit d'une pratique sociale. Le patronage pourrait alors, dans le cas de Saïda, être présenté comme structure en même temps que production de son contexte. La guerre amplifie le phénomène car elle implique une plus grande fragilité de la société et accentue la nécessité pour elle de recourir à la protection et aux faveurs d'un patron, en dépit des contreparties inhérentes à la relation qui s'établit ainsi.

  • 4 Cf. J.F. Médard, "Le rapport de clientèle, du phénomène social à l’analyse politique", in Revue fr (...)

16Patronage et clientèle se définissent en effet par une relation de dépendance. Plusieurs critères l'explicitent. En premier lieu, il est un "rapport de dépendance personnelle non lié à la parenté qui repose sur un échange réciproque de faveurs entre deux personnes, le patron et le client qui contrôlent des ressources inégales"4. Personnel, ce rapport est donc particulier parce qu'il est une faveur et non un droit. L'universalisme n'a pas place dans un patronage. Il est une relation de réciprocité bien que les termes de l'échange ne soient pas de valeur comparable. Un certain déséquilibre est même la condition de la permanence du rapport clientéliste. Chaque partie trouve cependant son intérêt car les bénéfices de la relation sont plus élevés que leur coût pour chacune d'entre elles. La réciprocité n'est donc pas exclusive de la dépendance, celle-ci trouvant sa source dans l'inégalité des deux parties. Le client est celui au profit duquel l'échange est inégal. Le patron est celui au profit duquel le statut tiré de l'échange est inégal.

17Ce canevas de base peut se complexifier par l'intervention de courtiers qui ont eux-mêmes leurs clients mais sont en dernier ressort dépendants d'un patron qui bénéficie du dévouement de leurs clientèles respectives. Une structure verticale du rapport de clientèle s'établit, car l'influence du patron peut s'étendre au-delà de ses propres clients, formant une pyramide et des chaînes de clientèle. On se trouve alors en présence de factions ou de réseaux. C'est-à-dire d'associations d'intérêts structurées, ayant leur logique et leur cohérence propres, capables, de ce fait, d'assurer leur promotion par la maîtrise de certains des éléments-clefs de la vie collective. Sans doute est-ce à ce niveau que les phénomènes de patronage deviennent constitutifs de l'espace public.

18L'association des termes de clientélisme et d'espace public est ici sous-tendue par une problématique posant la question de leur compatibilité et de leurs influences sur leurs développements réciproques. Les phénomènes de patronage-clientélisme sont-ils une entrave à la formation et au développement de l'espace public ou se peut-il que celui-ci s'établisse sur ceux-là et s'en nourrisse ? Le cas de l'influence de Rafic Hariri à Saïda entre dans la catégorie d'un patronage-clientélisme et s'intègre à cette problématique. Les modalités de ce patronage sont pourtant, à bien des égards, particulières. Ainsi, peut-on estimer qu'il influe plus sur les structures de l'espace public que sur une clientèle large. Mais le résultat en est tout de même la constitution d'une faction et une présence déterminante dans la vie sidonienne.

19Cette étude porte donc sur les modes de formation du patronage de Rafic Hariri et de son insertion dans Saïda. Elle prend appui sur deux hypothèses majeures postulant que le patronage de Rafic Hariri est le produit d'un contexte et que c'est la différence importante existant entre les moyens financiers dont il dispose et ceux des acteurs locaux qui lui permet de s'établir. Elle s'attache à définir l'espace public et le patronage puis à voir quelles affinités ils entretiennent : ce qui permet dans le premier le développement du second. Elle porte ensuite sur les moyens du patronage pour parvenir au centre de l'espace public et sur les conséquences de cette insertion. L'analyse se divise en deux parties intitulées "Espace public et formation du patronage sidonien" et "Insertion et centralité du patronage dans l'espace public".

Notes

1 J. Habermas, Raison et légitimité, p. 37.

2 Cf. J. Cohen, "On Legitimacy and Political Deliberation" cité.par J. Habermas, in L’espace public, p. XXV.

3 Cf. N. Beyhum, "Reconstruire Beyrouth", p. 22-23.

4 Cf. J.F. Médard, "Le rapport de clientèle, du phénomène social à l’analyse politique", in Revue française de science politique, n° 1, vol. 26. J’emprunte à cet article son vocabulaire pour qualifier patronage et clientélisme.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter