Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie publique, patronage et clientèle

 | 
Emmanuel Bonne

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Rafic Hariri est devenu chef du gouvernement libanais en 1992.

1Ce mémoire est l'aboutissement d'une recherche effectuée à Saïda au printemps 1993. Le temps passé sur le terrain -six semaines- m'était suffisant pour constituer un recueil d'informations générales sur la ville, les acteurs de la vie publique et le patronage de Rafic Hariri1. En revanche, il ne me permettait pas d'entreprendre une étude affinée des liens multiples et diversifiés qui fondent les relations des acteurs entre eux. J'ai donc choisi de rendre compte de la formation du patronage de Rafic Hariri et de son insertion dans l'espace public en privilégiant ce qui relève, d'une part, de son contexte et, d'autre part, de ses propres manifestations.

2Je tire de cette démarche un canevas et une grille de lecture permettant d'observer raisons, objets et conséquences du patronage. L'étude détaillée du comportement politique des acteurs et de leur positionnement dans l'espace public et par rapport au patronage reste à faire. Les difficultés propres au terrain exigeraient une présence durable à Saïda pour traiter de ce sujet. Le Liban-Sud continue en effet d'être une zone de guerre et il est difficile d'y obtenir informations précises, documents, voire même un entretien qui, lorsqu'il est accepté, est souvent assorti d'une exigence d'anonymat.

3Pour ce qui me concerne, j'ai approché mon terrain et recueilli l'information en écoutant les acteurs parler d'eux-mêmes et de leurs activités plutôt qu'en les amenant à se prononcer sur la situation politique locale. J'ai ensuite cherché à mettre au jour ce qui, dans la somme de mes informations, donne un sens à la formation du patronage de Rafic Hariri, en voyant comment celle-ci fait écho aux réalités de la société sidonienne. J'ai alors tenté de situer le patronage en question dans son contexte et étudié les mécanismes par lesquels il l'influence ou s'y heurte. Vu l'instabilité du terrain sidonien et les changements rapides qu'il subit, il me semble que c'était là le meilleur moyen d'approcher mon sujet dans son ensemble sans risquer d'en négliger quelque aspect important, mais sans non plus prétendre être exhaustif. J'espère être parvenu à saisir la complexité des faits observés et à en expliquer la singularité.

4Merci à Bernard Botiveau qui a dirigé mes recherches, à Jean Hannoyer qui m'a accueilli au CERMOC et à Jean Métrai qui m'a prodigué d'utiles recommandations. Pour l'attention qu'ils ont accordée à mon travail, que tous trois trouvent ici l'expression de ma sincère reconnaissance. Merci aussi à Youssef Gebahi, Khaled Lotfi et Selim Ghazzal d'avoir partagé avec moi leur connaissance de Saïda. Je suis redevable à la richesse de leurs idées de beaucoup des arguments que j'avance dans ce travail. Je remercie également Gisèle Seimandi et Jean-Charles Depaule pour leurs conseils éditoriaux.

5A mes parents, pour d'autres raisons !

Notes

1 Rafic Hariri est devenu chef du gouvernement libanais en 1992.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter