Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Annexe 1. Notice sur Abderrahman Ben Mekelaoui et sa famille (Archives d'Outre-Mer, série H)

Texte intégral

138 ans environ, taille 1,75 m, type très pur de sa race, traits accentués, figure agréable, parle très bien l’arabe, mais il le parle très lentement de manière à se donner le temps de réfléchir et de choisir les expressions.

2Intelligence remarquable, grande mémoire, allure distinguée, politesse parfaite, sans obséquiosité, manières solennelles, désir visible d’en imposer par son maintien.

3Si Abderrahmane est originaire du groupe des Ifoghas et appartient à une famille religieuse. Il est fils d’El Hadj Ahmed, lequel était frère puîné de Cheikh Athman dont il est fait mention dans l’ouvrage de M. Duveyrier, et que l’auteur de la présente note est allé, pendant l’hivers 1859-1860, chercher au S.E. de Metliti et qu’il a ramené à Laghouat.

4Cheikh Athman avait servi de guide au Dr. Barth dans une partie de son voyage à Timbouktou. Il avait conduit à Ghat l’interprète militaire Ismaïl bou Derba. Il n’a laissé qu’une fille laquelle a pour fils Si El Bachir qui a passé l’été dernier à El Oued où il n’a laissé que de bons souvenirs.

1ère Conférence

5Après l’échange des salutations d’usage, la conversation s’engage sur la famille du Cheikh Athman, et en terminant l’éloge mérité de son oncle, Si Abderrahman ajoute : “Si cet homme là avait été de ce monde, le malheur qui nous sépare ne serait pas arrivé”.

6Le Général : Lorsque je suis allé chercher votre oncle, les chefs sous les ordres desquels je servais alors m’ont dit : “Les Touareg sont des gens de parole, quand ils ont pris un engagement, on peut compter sur eux, et il n’y a rien à craindre”. Aujourd’hui les choses sont bien changées, non seulement les Touareg ne sont plus considérés comme des hommes de parole, mais ils ont acquis la réputation de traitres et de gens sans foi. Cette réputation n’est pas usurpée, elle est basée sur des faits nombreux qui sont à la connaissance de toutes les nations Européennes. C’est au point qu’aujourd’hui je ne sais pas si je dois accepter de m’entretenir avec vous car il est possible que vous ne soyez venu ici qu’avec l’intention de nous tromper et de nous trahir une fois de plus.

7Abderrahman ben Meklaoui : Pour ce qui est de la réputation des Touareg, je n’ai rien à dire pour la défendre, ce que vous me dites est malheureusement vrai ; mais leur mauvaise foi ou plutôt les manquements à leur parole tiennent surtout à ce qu’ils sont divisés, à ce qu’ils se jalousent de telle sorte que ce que l’un fait, l’autre le défait. Pour ce qui me concerne, je vous affirme que la démarche que je fais auprès de vous est empreinte d’une entière sincérité, j’agis avec conviction, et vous pouvez compter que ce que je vous dirai sera l’expression complète de la vérité. Je n’aurais pas entrepris un pareil voyage dans le seul but de vous mentir, je suis venu ici pour être utile aux miens parce que je veux continuer l’œuvre de mon oncle Cheikh Athman, qui lui comprenait bien la nécessité de se rapprocher de vous.

8Le Général : La lettre que vous avez apportée est du Cheikh Aïtighal, son nom ressemble à celui Aïtaghel qui est connu de nous comme étant un de ceux qui ont trahi la mission Flatters.

9Abderrahman ben Meklaoui : Aïtighal et Aïtaghel sont une seule et même personne, la lettre est bien de celui que vous connaissez.

10Le Général : Pourquoi ne s’est-il pas dénommé comme d’habitude Younès dit Aïtaghel fils de Biska.

11Abderrahman ben Meklaoui : Je l’ignore et lui-même n’écrit pas en Arabe.

12Le Général : C’est encore là une ruse de Touareg.

13Abderrahman ben Meklaoui : C’est possible, mais je suis chargé de vous dire que c’est bien à Younès dit Aïtaghel fils de Biska que vous avez affaire.

14Le Général : Je le regrette parce que cet homme est connu comme un traître ayant une grande part dans l’assassinat du Colonel. Son intervention dans cette affaire ne peut que mal disposer mon Gouvernement.

15Abderrahman ben Meklaoui : Vous vous trompez, Aïtaghel n’est pas un traître, il vous le prouvera par des témoignages et il vous démontrera par des lettres qui sont en sa possession, que ceux qui vous ont trahis sont vos propres sujets, et que le premier coupable, dans cette triste affaire, est Sghir, le propre neveu du Caïd des Chambaa d’Ouargla qui n’a cessé lui-même de tromper le Colonel.

16Il y a dans tout cela des choses que vous ne pouvez pas vous expliquer, il y a la rivalité des Asgers et des Hoggar, la rivalité qui existait entre Ikhenoukhen et Aïtaghel, il y a aussi la rapacité des Ouled Messaoud, car c’est Chika leur chef qui a organisé le coup et ce sont les Ouled Messaoud qui l’ont exécuté.

17Le Général : Pas seuls ?

18Abderrahman ben Meklaoui : Non ! ils ont ramassé en effet, de tous les côtés, des bandits dans tous les douars qui n’étaient pas trop éloignés. Une fraction en a fourni 20, une autre 50, une autre 70 ; ils sont arrivés ainsi jusqu’au chiffre de 200 et sont tombés sur le Colonel, lorsque Chika, avec l’aide de Sghir l’a eu attiré dans le piège ; mais je le répète, si un grand nombre de fractions étaient représentées dans le ghezzou, il n’y a qu’un seul homme de famille noble qui ait assisté au massacre, cet homme se nomme Amgadi, et il est de la tribu des Bou Bellel.

19Le Général : Il y a des choses dont Aïtaghel ne pourra jamais se disculper, nous avons de lui 2 lettres, dans la 1ère, qui est très grossière, il dit au colonel : “Ne venez pas, vous ferez bien”. S’il en était resté là, sa position serait nette, on ne pourrait pas l’accuser d’avoir trahi ; mais il a écrit une 2ème lettre dans laquelle il dit que l’on peut compter sur lui.

20Abderrahman ben Meklaoui : La première comme la 2ème lettre ont été écrites sous l'influence de sa rivalité avec Ikhenoukhen, chacun des deux chefs voulait que la colonne passât sur son territoire pour s’assurer les cadeaux et les bénéfices, et elle n’a passé ni chez l’un ni chez l’autre ; c’est ainsi que tous les deux ont été amenés à se désintéresser de sa protection, elle a passé entre le territoire des Asgers et celui des Hoggar, sur le terrain des Ouled Messaoud qui l’ont détruite.

21Nous, du reste, les Hoggar, nous avons cherché à le venger, car nous sommes tombés sur les Ouled Messaoud, nous leur avons tué 6 hommes et enlevé plus de 900 chameaux grands et petits.

22Le Général : Les explications que vous me donnez sont invraisemblables.

23Abderrahman ben Meklaoui : Cela est vrai pourtant, je le répète, ceux qui vous ont trahi, ce sont les vôtres, ce sont les Chambaa d’Ouargla, leur Caïd Si Ahmed et son neveu Sghir, vous en aurez la preuve un jour, s’il plaît à Dieu, mais ce n’est pas la haine des Français qui a fait le mal, mais la rivalité des nôtres.

24Le Général : La lettre que vous avez apportée est bien d’Aïtaghel, je l’admets, mais est-elle de lui tout seul, ou bien a-t-elle été réellement écrite au nom d’un certain nombre de tribus et avec l’attache des Mihad ?

25Abderrahman ben Meklaoui : Vous avez commandé chez les Ouerghemmaa de Gabès, vous connaissez leur organisation, elle est identique à la nôtre. Vous savez bien qu’il n’y a pas, à proprement parler, de chef, que personne ne peut rien tenter ou entreprendre sans la volonté du Mihad, vous pouvez tenir pour absolument certain que la lettre qui vous est parvenue est l’expression du désir formel de paix qu’ont mani festé les quatre groupes suivants : Kel Rela, Ifoghas, Taitok, Iménan. Je me porte garant de leur adhésion, vous n’avez aucun doute à conserver à ce sujet, ces tribus sont unanimes pour demander la paix. N’ayant aucun doute non plus sur leurs sentiments ; si vous le désirez, venez avec moi quand je rentrerai, et vous jugerez par vous-même. Ces quatre tribus représentent la force et la prépondérance, elles peuvent s’imposer aux autres.

2ème conférence

26Le Général : Vous m’avez donné ce matin des renseignements à votre manière sur les causes qui ont amené le massacre de la mission Flatters. Donnez-moi maintenant des détails sur la façon dont ce crime a été accompli. Je vous avertis que nous en avons le récit, et que je suis à même de contrôler vos dires. Et d’abord vous, de votre personne, où étiez-vous à ce moment-là ?

27Abderrahman ben Meklaoui : A ce moment-là, Chika, le chef des Ouled Messaoud sur le territoire desquels la colonne arrivait, est allé au-devant d’elle, Chika a dit au Colonel “C’est moi qui remplace Aïtaghel pendant qu’il est absent, et qui suis chargé de vous conduire ; renvoyez vos guides, je vais vous en donner”. C’est alors que le Colonel a congédié Ouen tidi, Ould Abdelkena et Hammoun ben Djebbour des Ifoghas.

28Ce sont ces deux guides qui nous ont appris qu’ils avaient été renvoyés, et nous n’avons pas douté alors que la colonne n’eût été entraînée dans un piège. En effet, dès le surlendemain, nous avons appris son désastre ; nous sommes immédiatement montés sur nos Méhara, et nous nous sommes rendus rapidement sur les lieux ; nous sommes arrivés cinq jours après l’événement, tout était terminé ; pendant trois jours consécuti fs, les Ouled Messaoud avaient emporté le butin à la montagne, il ne restait plus rien ; alors Aïtaghel nous dit : “Ne mélangeons pas nos traces avec celles des meurtriers” et nous rentrâmes chez nous.

29De ma personne j’étais avec Aïtaghel, je l’avais accompagné quand il était allé pour faire la paix avec les Asgers, et je l’assistais dans ses négociations. Nous rentrions, nous étions plusieurs centaines d’hommes et nous étions arrivés à In-Salah, là nous avons appris que la colonne était proche, mais qu’au lieu de se diriger vers le territoire des Hoggar, elle avait contourné la chebikha que l’on appelle Amadghor. Aïtaghel en fut très peiné, parce qu’il savait que le Colonel lui apportait en cadeau une tente et lui amenait une jument de robe foncée ; il pensa que ces cadeaux alleint lui échapper, et je l’ai entendu dire plusieurs fois : « Puisque la colonne se dirige vers les Asgers, je n’ai rien à faire pour elle, je suis déchargé de toute responsabilité, quand elle prendra la direction du Hoggar, je lui enverrai des hommes pour la guider et pour assurer sa sécurité » et il désigna 50 Méhara qui devaient le cas échéant, aller au-devant d’elle. Je faisais partie des hommes désignés.

30... de cet événement nous avons razzié aux Ouled Messaoud plus de 900 chameaux, nous leur avons tué 6 hommes à titre de représailles.

31Le Général : Et vous n’avez pas pensé à aller au secours de ceux qui avaient échappé au massacre, et qui mouraient de faim et de fatigue

32Abderrahman ben Meklaoui : Nous avions cinq jours de retard, nous n’ignorions pas qu’ils étaient poursuivis par le Ghezzou, mais nous pensions qu’ils avaient été détruits et que tout était inutile. C’est Chikat qui a fait tout le mal et pourtant c’était un homme de cent ans.

33Le Général : Vous avez parlé ce matin de la trahison des Chambaa, comment nous ont-ils trahis ?

34Abderrahman ben Meklaoui : Ceux qui vous ont trahis, ce sont les Chambaa d’Ouargla, c’est leur Caïd Si Ahmed et son neveu Sghir qui était guide à la colonne.

35Leur trahison a commencé avant que le Colonel ne se fut mis en marche, et dès le moment où l’on préparait l’expédition.

36Les Ouled Messaoud ne sont pas des Touareg, ce sont des chambaa d’origine, c’est avec eux que le Caïd Si Ahmed s’est entendu pour détruire la colonne, et c’est son neveau Sghir qui l’a conduite sur leur territoire et livrée entre leurs mains. Nous vous en fournirons comme preuve, des lettres portant le cachet du Caïd des Chambaa d’Ouargla Si Ahmed, ainsi que des témoignages que vous ne pourrez récuser. Si la colonne était allée soit plus à l’Est chez les Asgers, soit plus à l’Ouest chez les Hoggar, elle aurait été sauvée. Aïtaghel était prêt à lui assurer, sur son territoire, aide et protection ; et il a vu avec beaucoup de dépit qu’elle ne prenait pas la direction de notre pays, et que les cadeaux qui lui étaient destinés allaient passer à d’autres.

37Le Général : Bien que suivant vos dires vous ne soyez arrivés sur le lieu du malheur que cinq jours après le crime, vous n’êtes pas sans savoir comment le fait s’est passé ? Donnez-moi les détails ?

38Abderrahman ben Meklaoui : Si Abderrahman commence alors un long récit très clair et qui est en concordance parfaite avec celui contenu dans la relation de la 2ème Mission Flatters. Le Général suit avec le livre à la main et ne constate qu’une seule divergence, encore bien insignifiante, c’est que le Colonel Flatters n’aurait pas été frappé d’un coup de sabre à l’épaule mais bien percé d’un coup de lance, il aurait été vu en effet ayant au travers du corps une lance qui le traversait de part en part.

39Ce serait un nommé Khobbi des Ikotissen qui aurait traversé le Colonel avec sa lance, une fois blessé, le chambi Sghir a été vu cherchant à assommer le Colonel en le frappant sur la tête avec sa gamelle (setla) et c’est ce même guide qui l’aurait achevé d’un coup de feu. En se défendant, Flatters a tué trois hommes à coups de révolver.

40Le Ghezzou qui a attaqué le Colonel attendait depuis trois jours, caché dans le lit de la rivière.

41Le fait de trahison n’est pas déniable, mais Abderrahmane insiste sur ce point que les Ouled Messaoud, auteurs du crime, ne sont pas des Touareg, mais bien des Chambaa ayant recruté deux cents bandits dans les douars des environs. Il répète qu’un seul homme des Touareg de condition noble a participé au massacre.

3ème Conférence

42Le Général : J’ai bien réfléchi à tout ce que vous m’avez dit hier, vous rejetez sur les Chambaa tout l’odieux de la trahison ; avant d’accepter vos dires, nous attendrons les preuves que vous devez nous fournir ; mais à nos yeux vous demeurez responsables du crime qui a été commis, attendu que tous les douars des Touareg qui se trouvaient à huit jours de marche du puits de Tébiokin ont fourni leur contingent au Ghezzou.

43Abderrahman ben Meklaoui : C’est vrai, mais il n’y avait que des bandits. Dans chaque douar, il y a des hommes qui sont toujours prêts à faire un mauvais coup. Quand nous sommes présents, nous les tenons avec peine, mais quand nous sommes absents, ils font ce qu’ils veulent, et nous étions absents avec Aïtaghel lorsque le fait s’est passé. Quant aux Chambaa, je ne leur ai attribué que la part qui leur revient, sans exagération aucune. Vous n’hésiteriez pas à me croire, si vous étiez au courant de toutes les critiques auxquelles ils se livrent aujourd’hui encore pour nous empêcher de parvenir jusqu’à vous. Je vais vous en donner un exemple.

44Il y a quelques mois, une lettre qui devait émaner des autorités de la province d’Alger a été adressée à un des nôtres ; cette lettre montrait des tendances pacifiques qui répondaient bien à nos désirs ; nous nous sommes réjouis quand nous l’avons reçue ; mais notre joie a été de courte durée, car cette lettre était immédiatement suivie d'une autre dans laquelle le Caïd Ben Ahmed des Chambaa d’Ouargla disait : “Gardez-vous de croire ce qui vous est dit, ce n’est qu’un piège, je vous avertis, ne vous laissez pas prendre”.

45Vous ne pouvez vous douter de ce qu’il m’a fallu de force de volonté pour arriver jusqu’à vous.

46Lorsque les Mihad des quatre tribus qui demandent la paix ont été bien décidés à faire une démarche dans ce sens, nous avons été désignés au nombre de trois pour aller à Ghadamès d’abord, et tâcher de parvenir à El Oued. A Ghadamès on a deviné nos projets parce que nous nous sommes abouchés tout d’abord avec les personnes qui sont en relations avec vous. Les Ghadamésiens ont mis tout en œuvre pour nous empêcher de donner suite à notre projet. De leur part, ce n’est qu’un calcul de commerçants. Ghadamès est une bicoque qui ne vit que par notre commerce ; elle mourra si nous l’abandonnons ; les habitants le savent bien, et ils ont peur que le courant commercial ne se déplace et n’aboutisse à El Oued. Ces gens-là se défendent, ils cherchent à empêcher nos relations, ils ont raison à leur point de vue. Ils nous ont menacés d’écrire aux autorités Françaises, et ils écriront. Quant aux Chambaa, c’est pour un autre motif qu’ils mettent obstacle à notre désir de rapprochement, c’est parce qu’ils savent que le jour où nous pourrons nous parler librement, toutes leurs trahisons seront dévoilées ; aussi, dès qu’ils ont eu connaissance de notre départ et de nos intentions, trois hommes des Chambaa dont un cavalier du Caïd sont-ils arrivés à Ghadamès pour nous effrayer, et pour nous détourner de nos projets.

47Ces trois hommes sont : le Mekhasni Ould Mohamed ben Salem, Si Mohamed El Abidi le Borgne et Belkhreir ben Mouley, ils ont réussi à effrayer mes deux compagnons et si je suis arrivé jusqu’à El Oued, c’est que j’ai voulu continuer l’œuvre de mon oncle cheikh Athman qui m’avait assuré que l’on n’avait pas à craindre de votre part des surprises et des pièges.

48Hendboul, notre naïb à Ghadamès, a été victime des intrigues des Chambaa. Ceux-ci, dans le temps, lui ont enlevé 35 chameaux ; ils ont appris qu’Hendboul avait l’intention d’aller à El Oued et aussitôt ils se sont empressés d’inventer une histoire et de le dénoncer au Caimacam comme ayant trempé dans les affaires de Fezzan et ayant fourni des vivres au Ghezzou qui est allé opérer dans cette contrée. C’est pour ce motif qu’Hendboul a été arrêté, et comme rien dans les allégations des Chambaa n’était fondé, on l’a remis en liberté.

49Ces jours derniers, quand les Chambaa d’Ouargla ont fait courir le bruit que les Hoggar avaient organisé un Ghezzou de 300 Mehara pour opérer vers le Nord, ils n’ont pas eu d’autre but que de mettre un nouvel obstacle à la mission dont je suis chargé, de vous mettre en défiance, et qui sait, peut-être de me faire arrêter ou garder comme otage. C’est un mensonge fait en toute connaissance de cause, car ils sont parfaitement au courant des dispositions pacifiques de notre action dans le moment présent.

50Défiez-vous des Chambaa d’Ouargla ; dans la position où ils se trouvent ils ne peuvent que vous mentir et vous tromper, ils ont un très grand intérêt à ce que nous n’arrivions pas à vivre en paix avec vous, et leur Caïd tout le premier, car sa conduite sera dévoilée.

4ème Conférence

51Le Général : Vous avez demandé l’autorisation pour Aïtaghel d’amener ou d’envoyer une caravane à El-Oued. Quelles sont les marchandises qu’apportera cette caravane ? Combien environ comprendra-t-elle de chameaux et d’hommes ?

52Dans le cas où cette autorisation vous serait accordée, il faudrait choisir avec soin vos caravaniers, car ce serait une insulte pour nous que d’envoyer chez nous des assassins de la mission Flatters.

53Abderrahman ben Meklaoui : Vous pouvez compter que les caravaniers seront choisis comme vous le désirez, et qu’aucun des meurtriers ne mettra les pieds chez vous. Quand à la caravane, elle apportera probablement de l’ivoire, des plumes d’autruche, du Séné, des objets du Soudan, je ne sais pas combien il pourra venir d’hommes ou de chameaux, c’est une question de commerce d’intérêt particulier dont je n’ai pas à m’occuper. Je ne suis pas venu chez vous pour traiter ces choses là, j’y suis venu pour traiter des intérêts généraux de mon pays, l’histoire de la caravane n’est qu’un prétexte. Ce que je suis venu demander, c’est, pour les quatre tribus des Kel Rela, des Ifoghas, des Taïtok et des Imenan, l’autorisation d’envoyer à votre Gouvernement élevé, une députation pour demander la paix.

54Le Général : Je transmettrai votre demande à mon Gouvernement ; mais je dois vous avertir que la France n’a pas oublié le massacre de la mission, et qu’il en sera demandé compte à vos envoyés.

55Abderrahman ben Meklaoui : Nous ne demandons, pour nos envoyés, que l’assurance qu’ils auront la vie sauve et qu’ils seront reçus par M. le Gouverneur Général. Si cela est nécessaire, ils iront jusqu’à Paris. Ils fourniront leurs explications ; ils prouveront que nous ne sommes ni les plus coupables, ni les seuls coupables ; ils demanderont le pardon pour les torts que notre nation a pu avoir, et ils recevront vos conditions.

56Le Général : Comme je dois transmettre votre demande aux autorités élevées, veuillez me la réitérer et me faire connaître exactement ce que vous demandez.

57Abderrahman ben Meklaoui : Au nom des quatre tribus que je vous ai citées je demande l’autorisation d’envoyer une ambassade choisie parmi nos personnages les plus importants, et qui ira demander le pardon, l’oubli, qui recevra vos conditions et nous rapportera la paix.

58Le Général : Il est bien entendu qu’elle recevra nos conditions ?

59Abderrahman ben Meklaoui : Oui, cela ne fait pas de doute, car nous n’avons pas de conditions à faire vis-à-vis de vous.

60Le Général : Avez-vous réfléchi que ces conditions peuvent être fort dures, et que la France a le droit de se montrer exigeante vis-à-vis de vous ?

61Abderrahman ben Meklaoui : Cela a été prévu, les conditions seront ce qu’elles seront, nous comptons, pour les adoucir, sur les preuves que nous avons à fournir pour atténuer nos torts, nous comptons aussi sur la générosité de la France qui n’exigera que ce qui est juste, et d’avance nous acceptons les conditions qui nous seront faites.

62Le Général : La France ne peut pas admettre qu’une nation comme la vôtre, soit devant elle comme une porte fermée, et qu’elle l’empêche de communiquer entre nos possessions d’Algérie et ses possessions au Soudan.

63Abderrahman ben Meklaoui : Nous ne l’empêcherons pas, nous conduirons nous- mêmes et sans escorte de soldats, les personnes que votre Gouvernement voudra envoyer, nous en serons responsables, et il n’arrivera pas de malheurs.

64Le Général : Personnellement, vous êtes un homme de bonnes conditions, ce que vous me dites, vous le pouvez peut-être ; mais êtes-vous certain que les intentions d’Aïtaghel et celles des Mihad des tribus soient conformes aux vôtres ?

65Abderrahman ben Meklaoui : Ce que vous venez de me dire était prévu, et je suis certain, dans les réponses que je vous ai faites, de n’être démenti ni par Aïtaghel, ni par les Mihad.

66Le Général : C’est bien, je transcris vos propres paroles, et je les transmettrai à mon Gouvernement, telles qu’elles ont été prononcées, sans rien ajouter, et sans rien retrancher.

67Abderrahman ben Meklaoui : Je vous remercie, et j’ajoute que nous avons en vous pleine confiance, que nous vous prions de nous aider, de vous occuper de nos intérêts, et je vous le dis d’avance, tout ce que vous ferez sera bien fait.

68Le Général : Moi, personnellement, je ne puis faire autre chose que de transmettre fidèlement vos propositions, et je ne puis intervenir dans la question des conditions qui vous seront faites ; ces conditions vous seront imposées par notre Gouvernement ; il m’est impossible même de vous donner une idée de ce qu’elles pourront être, je tiens à vous le dire pour que vous ne puissiez pas me reprocher plus tard de vous avoir dit autre chose que la vérité.

69Abderrahman ben Meklaoui : Les conditions seront ce qu’elles seront, nous avons confiance, et nous ne vous ferons aucun reproche à ce sujet.

70Le Général : Puisque vous me priez de m’intéresser à la réussite de vos projets, mettez-moi au courant des choses que je dois savoir. Quelles sont les causes qui vous ont déterminé à demander la paix ainsi que vous le faites ?

71Abderrahman ben Meklaoui : Depuis le malheur qui est arrivé, nous ne vivons plus, nous sommes constamment sous le coup de la crainte, parce que nous savons, qu’un jour où l’autre, la France tirera, vengeance. Quand nous faisons nos grandes courses à Tombouctou, à Sokoto et au Fezzan, nous sommes obligés de laisser nos douars et nos villages sans défenseurs, avec les femmes et les vieillards. Après notre départ nous vivons dans l’angoisse pensant que la colonne qui doit venger les morts peut arriver pendant notre absence. Les femmes, les vieillards et les enfants, restés au pays, sont dans des transes continuelles, car à chaque instant il se répand le bruit que la colonne arrive.

72Il est arrivé plusieurs fois que sur de semblables nouvelles, les hommes sont retournés chez eux après avoir fait 20 ou 25 journées de marche.

73Par suite de ces craintes, toutes nos entreprises se trouvent interrompues, notre commerce entravé, bref, depuis huit ans nous ne vivons plus.

74Le Général : C’est la juste punition de votre crime.

75Abderrahman ben Meklaoui : Oui, mais nous ne pouvons plus soutenir cette situation. Partout où nous allons, d’ailleurs, nous nous heurtons à vous, chez les Ouderna du Sud Tunisien, aux portes de Ghadamès, c’est à vous que nous avons affaire ; au Nefzaoua c’est à vous aussi, et dans le Sahara jusqu’au Figuig, nous vous trouvons partout ; sans vous ces contrées là nous sont fermées, et nous sommes comme murés chez nous.

76Le Général : Vous avez oublié un point où vous nous trouverez encore, c’est sur le Dioliba (Niger) nous y sommes déjà. Connaissez-vous Ségou, nous l’occupons.

77Abderrahman ben Meklaoui : J’ai bien entendu parler de Ségou, mais je n’y suis jamais allé. Je savais bien que vous avanciez de ce côté là aussi, mais j’ignorais que vous eussiez pris la ville, cela viendra encore corroborer ce que j’ai dit aux nôtres.

78Le Général : Quand vous vous être présenté à moi vous m’avez dit que vous étiez envoyé par Aïtaghel et les Hoggar, et que les tribus des Kel Rela, Ifoghas, Taïtok et Iménan, au nom desquelles vous parliez, faisaient partie de la Confédération des Hoggar, cela n'est pas exact, car d'après nos livres, les Iménan et les Ifoghas feraient partie des Asgers.

79Abderrahman ben Meklaoui : Ce que vous me dites pour les Iménan était vrai autrefois, mais depuis neuf ans, cette tribu ne fait plus partie des Asgers, elle est rattachée à la Confédération des Hoggar. Ce changement de Confédération eut lieu à la suite d’une dispute grave survenue entre les Iménan et les Oraghen, à propos d’une source située non loin de Ghat, et que les deux tribus prétendaient posséder. Il y a eu de chaque côté des morts et des blessés, et les Iménan n’ont plus voulu rester avec leurs adversaires.

80Quant aux ifoghas ils sont partagés en deux fractions portant le même nom, l’une d’elles fait partie des Asgers, l’autre des Hoggar.

81Je ne parle qu’au nom de la fraction des ifoghas rattachée au Hoggar.

82Le Général : Je ne vois nulle part dans nos livres, la tribu des Ouled Messaoud sur laquelle vous faites peser le poids du massacre, n’a-t-elle pas un autre nom ?

83Abderrahman ben Meklaoui : Elle a un autre nom, on l’appelle aussi Tédjehé Mellen.

84Le Général : Mais alors elle est des Hoggar ?

85Abderrahman ben Meklaoui : Elle en a été, mais nous la répudions, ce sont des Chambaa qui ont tous leurs biens avec vos Chaamba dissidents, et avec les Chaamba soumis d’Ouargla. Nous ne voulons rien avoir de commun avec elle.

86Le Général : Si le Gouvernement élevé vous autorise à envoyer une députation, Aïtaghel a-t-il l’intention d’en faire partie et de venir avec elle ?

87Abderrahman ben Meklaoui : Non, il ne viendra pas, je pourrais vous dire que c’est parce qu’il a soixante dix ans et parce qu’il est obèse, ce ne serait pas là la vraie raison, il ne viendra pas, parce qu’il craint ; mais soyez certain que toute son influence sera employée dans l’intérêt de la paix.

88Le Général : Il ne faudra pas non plus envoyer des hommes ayant trempé dans l’assassinat.

89Abderrahman ben Meklaoui : Ne craignez rien sous ce rapport, on n’enverra que des hommes marquants appartenant à la noblesse, et comme je vous l’ai dit, chez les Hoggar, un seul homme appartenant à cette caste a pris part au massacre. Chez les Taïtoc notamment, il n’y a absolument que des gens sans aveu qui aient marché avec le Ghezzou.

90Le Général : Ces jeunes gens qui sont à Alger sont des Taïtoc.

91Abderrahman ben Meklaoui : Oui, je sais qu’ils sont bien, je n’ai rien à leur dire pour le moment, nous verrons quand l’ambassade viendra. Faites-leur savoir que je suis venu, et que leurs parents suivent avec anxiété nos négociations.

92Le Général : Ecrivez-leur si vous voulez, vous n’avez qu’à mettre la lettre à la poste, elle leur parviendra sûrement.

93Abderrahman ben Meklaoui : Je leur ferai écrire peut-être, mais je suis bien pressé de m’en aller. J’ai la tête pleine de choses à dire aux miens ; eux aussi m’attendent avec une grande impatience. La députation se mettra en route dès mon arrivée, si je reçois une réponse favorable. Cette réponse, je l’attendrai à El Oued pendant 20 jours encore à partir d’aujourd’hui ; mais je ne puis pas l’attendre davantage parce que ce délai passé, je ne trouverais plus personne à Ghadamès pour rentrer au Hoggar.

94Le Général : Et si, après votre départ, j’avais quelques communications à vous faire, comment devrais-je m’y prendre ? Puis-je m’adresser à Hendboul ?

95Abderrahman ben Meklaoui : Non, pas à Hendboul, il est possible qu’il ne reste pas à Ghadamès après ce qui lui est arrivé.

96Il y a à Ghadamès une vieille femme qui vaut plus qu’un homme, qui fait toutes nos affaires, et à laquelle on peut s’adresser en confiance, elle pourra me faire parvenir une lettre, mais ce sera peut-être bien long. Il serait important d’éviter ces lenteurs et de ne pas confier la réponse à d’autre qu’à moi.

97Le Général : Nous allons nous séparer, n’avez-vous rien oublié, m’avez-vous dit tout ce que vous aviez à me dire ?

98Abderrahman ben Meklaoui : J’ai oublié de vous dire encore une des trahisons des Chambaa d’Ouargla.

99Vous m’avez parlé tout à l’heure des enfants de Taïtoc qui sont à Alger, ce sont encore les Chambaa d’Ouargla qui les ont attirés dans un piège.

100Connaissant notre animosité contre le Caïd ben Ahmed, ils nous ont fait dire que les chameaux de ce dernier se trouvaient sans gardiens, et qu’il était facile de s’en emparer. Sur cette donnée, il s’est formé un Ghezzou chez les Taïtoc, et ce Ghezzou est tombé dans le piège.

101Le Général : N’avez-vous pas oublié autre chose ?

102Abderrahman ben Meklaoui : Non, si ce n’est que j’ai soigné chez moi 3 malheureux qui avaient échappé au massacre. Deux d’entre eux ont été rendus aux Beni Tour, l’autre a été remis à Ghadamès entre les mains du marabout (le père blanc sans doute).

103Le Général : Avant de nous séparer, rappelez-vous bien ce que vous m’avez dit relativement à la députation, si vous avez été trop loin, si vous en avez dit plus que vous ne pouviez et que vous ne deviez, il est temps de revenir, je changerai ce que vous m’avez dit ; mais à aucun prix je ne veux dire à mon Gouvernement une chose inexacte, ou lui faire entrevoir des faits qui ne doivent pas se réaliser. Répétez-moi ce que vous m’avez demandé.

104Abderrahman ben Meklaoui : Je n’ai pas dit plus que je ne pouvais dire, je n’ai pas dépassé mes pouvoirs, et ce que je vous ai demandé, c’est que les quatre tribus des Hoggar, Kel Rela, Ifoghas, Taïtoc, Iménan, soient autorisées à envoyer à Alger auprès du Gouverneur Général, et jusqu’à Paris si c’est nécessaire, une députation pour demander le pardon, pour recevoir vos conditions et obtenir la paix.

105Le Général : Je vous l’ai fait répéter trois fois, parce qu’en pareille matière, il n’y a pas de surprise ; je vais vous traduire ce que j’ai écrit et vous me direz si c’est bien cela.

106Abderrahman ben Meklaoui : Le Général lit la formule la traduit mot à mot, et la fait ensuite traduire par M. l’interprète Militaire Hassen qui a assisté à tous les entretiens ; à la suite de cette lecture, Abderrahman répond :

107“C’est bien cela que nous demandons”

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter