Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Camps de réfugiés touaregs en Mauritanie. Les rapports nord-sud et l’aide au développement

Philippe Baqué

Texte intégral

  • 1 Interview du docteur François Lefort dans le quotidien La Croix du 26 février 1992.
  • 2 Rapport de la mission d’évaluation du Programme Alimentaire Mondial et du H.C.R., mené dans la rég (...)

1En mai 1991, au Mali, à la suite d’un massacre commis par l’armée à Léré, se produisait un exode massif des populations du nord-ouest du pays, principalement de la région de Tombouctou. Les fugitifs atteignaient après des journées de marche le territoire mauritanien où les attendaient des conditions de vie très difficiles. Sur les 20 000 premiers réfugiés, 10 % moururent, principalement les enfants, victimes de malnutrition et d’une épidémie de rougeole. La responsabilité du retard de l’acheminement de l’aide et de la mauvaise estimation de la situation fut attribuée au responsable du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (H.C.R.) qui gère les camps1. Sur les camps de Fassala, Aghor et Bassikounou, visités fin 1992, la mort ne prélève désormais plus de lourds tributs et la situation est qualifiée de correcte par le HCR, dont le même responsable est toujours en place. Des forages, une campagne de vaccinations et l’aide alimentaire ont soulagé les maux les plus graves. Un rapport dressé par le H.C.R. et le Programme Alimentaire Mondial (P.A.M.) en automne 1992 est résolument optimiste2.

2De leur côté, les réfugiés, démunis et traumatisés, ont peu à peu cherché à récréer une vie normale. L’exil a provoqué des bouleversements sociaux parmi les populations nomades et citadines confrontées à un brusque regroupement. Dans les tentatives de réorganisation, des cadres diplômés, des enseignants, des jeunes militants, des femmes interviennent au même titre que des responsables nommés par l’ancienne administration coloniale ou par l’administration malienne. L’accord n’est pas toujours trouvé pour affronter des problèmes encore nombreux. Ahmed, ancien enseignant de la région de Tombouctou, est représentant des réfugiés au sein de la commission de gestion des camps :

Camp de réfugiés touaregs à Fassala Néré en Mauritanie, 1992 (photo M.C. Giran)

“Les réfugiés se sont structurés. Chaque camp est divisé en quartier avec un responsable. Ils ont désigné une commission de gestion par camp et une autre pour l’ensemble. Mais les camps sont gérés par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (C.S.A.) et la garde nationale mauritaniens, par le H.C.R. qui vient avec ses programmes et par les organisations non gouvernementales qui ont aussi les leurs. Les représentants des réfugiés ne sont pas consultés. On leur demande juste de faire appliquer des décisions qui ne sont pas les leurs”.

3Le représentant local du H.C.R. exprime sa méfiance vis-à-vis des comités de gestion :

“Ils ne sont pas un mini-gouvernement et nous ne passons pas toujours par eux. Ils sont très aigris et peu constructifs. Il y a beaucoup de complaintes”.

  • 3 Voir le tract distribué par le mouvement Gandakoye et intitulé : La voix du Nord, organe de combat (...)

4Une première controverse entre les réfugiés et les institutions internationales porte sur le recensement des populations déterminant l’aide. Dans leur rapport le H.C.R. et le P.A.M. estimaient en octobre 1992 à 30 000 le nombre des réfugiés. Les représentants des réfugiés rédigeaient à la même époque eux-aussi un rapport dans lequel ils dénombraient 57 000 personnes dont 14 000 ne bénéficiant d’aucun secours. D’après eux, une population de réfugiés aussi importante que celle des camps vivait dispersée dans la région mauritanienne environnante et s’apprêtait à gagner les sites de regroupement. En ce même mois d’octobre, des familles fugitives continuaient d’arriver de Tombouctou où, selon elles, l’armée malienne armait des brigades de vigilance hostiles aux Touaregs et aux Maures3.

5D’autres venaient de Nouakchott, amenées par une O.N.G. qui les incitait à gagner les camps. Les personnes ayant fui en catastrophe et celles déplacées dans le cadre d’une opération humanitaire partageaient le même abandon dû à l’arrêt de l’enregistrement. Au camps d’Aghor, un réfugié se plaignait :

“Les premiers installés partagent avec les nouveaux venus leurs rations déjà insuffisantes. En effet, les distributions ont toujours lieu avec un mois de retard et donc les 24 kg de céréales par personne ne sont plus pour deux mois mais pour trois. Nous demandons en vain que le H.C.R. prenne en compte tous les réfugiés et assurent la régularité des distributions”.

6Les réfugiés venus du Mali ont la réputation d’être des nantis comparativement à d’autres en raison de l’importance des sommes que le H.C.R. a engagées par personne ; mais, selon l’institution internationale, plus d’un quart du budget de 4 millions de dollars de 1992 a été absorbé par le transport de l’aide sur les 1 400 km séparant Nouakchott des camps, facturé au prix fort par la toute puissance Fédération des transporteurs mauritaniens. Les denrées distribuées, dons de la communauté internationale, n’ont rien de luxueux : lait en poudre avarié, haricots inconsommables, riz coupé de sable, blé charançonné qui d’ailleurs tend à devenir l’unique ravitaillement malgré les protestations :

“Le blé ne fait pas partie de nos habitudes alimentaires, explique un réfugié. Il a déjà provoqué de graves problèmes de digestion et a affaibli les enfants durant l’épidémie de rougeole, augmentant la mortalité. Nous préférons échanger 24 kg de blé contre 6 kg de riz même si cela enrichit les commerçants”.

7Autre source d’inquiétudes : la saison froide qui dès novembre succède à la chaleur.

“La majorité des familles est sans abri. Soit les tentes proviennent du H.C.R. et souvent elles sont de mauvaises qualités, soit elles ne sont qu’un amas de sacs et de chiffons. Il manque aussi des couvertures et des habits chauds”.

8Bien que la situation sanitaire soit très fragile, une épidémie de coqueluche sévissant et le paludisme continuant ses ravages, les O.N.G. à vocation médicale réduisent leurs activités, essentiellement à caractère préventif, pour des raisons financières. Elles remplacent leur personnel dans les trop rares dispensaires par des infirmiers mauritaniens sans matériel, sans ressources, isolés et surmenés. A ces nombreuses fausses notes dans l’aide et l’assistance, les réfugiés répondent par l’humour en remplaçant le sigle H.C.R. inscrit sur leurs tentes par G.D.R., “gens de rien”. M... qui fut l’instituteur de certains cadres de la rebellion arriva dans les camps avec les premiers fugitifs. Il constate :

“Nous ne sommes même pas des réfugiés puisque le gouvernement mauritanien ne nous reconnaît que comme population déplacée. Mais nous sommes-nous déplacés de notre plein gré ? Les Nations Unies devraient nous obtenir les droits des réfugiés car c’est la première assurance de la vie. Personne n’a de papiers et nous ne pouvons ni circuler, ni travailler, ni nous exprimer. Nous sommes exposés à tous les risques”.

  • 4 La plupart des enseignants touaregs des camps sont issus de la confédération des Kel Intessar. Dès (...)

9Si jusqu’à présent les nomades touaregs manifestaient une méfiance vis-à-vis de l’école, ils sont désormais nombreux dans les camps à souhaiter scolariser leurs enfants. La présence sur les lieux d’enseignants touaregs et la possibilité de scolariser les enfants sur place ne sont pas étrangères au changement de mentalité4. Mais leur désir est frustré. Si le rapport du H.C.R. et du P.A.M. souligne que le projet d’école a “soulevé l’enthousiasme des populations”, celui des réfugiés consacre la moitié de ses pages à le dénoncer. A Bassikounou, les différentes tentatives d’écoles menées par le H.C.R. et les O.N.G. ont échoué. Des montagnes de livres inutilisés croupissent. A Aghor et Fassala, les expériences fonctionnent difficilement sans le soutien des enseignants réfugiés qui demandent un enseignement de qualité en français et en arabe. Pour F..., jeune femme touarègue ayant travaillé sur un projet d’éducation, l’échec est dû au H.C.R.

  • 5 Un rapport de mission de Mme Annick Talbot sur les réfugiés du nord malien en Mauritanie avait pou (...)

“Leur école est un échec pédagogique qui ne tient pas compte de l’enfant, un échec culturel hors de tout projet de société, un échec technique conçu sans l’avis des spécialistes5. Le H.C.R. a pris le problème à la légère. C’est grave car nos enfants sont menacés par l’ignorance”.

10Un désaccord important persistait au sujet de la rémunération des enseignants.

“Ce n’est pas un problème de salaire mais de respect, explique Ahmed. On nous déresponsabilise d’un côté en nous ôtant tout droit de gestion de nos vies et on veut ensuite nous responsabiliser en nous demandant de travailler bénévolement”.

11Un employé du H.C.R. déplore :

“Les réfugiés sont nourris, blanchis au frais de la communauté internationale, mais il refuse tout volontariat”.

12Finalement les enseignants et les parents constituaient un collectif et souhaitaient créer leur propre école avec leurs maigres moyens en s’inspirant de l’exemple des autres réalisations des réfugiés : coopératives artisanales de femmes, coopératives maraîchères, coopératives de forgerons, coopératives d’artistes... Ahmed conclut :

“La population doit être associée pleinement aux prises de décisions. Elle sait mieux que quiconque où se trouve son avenir et comment le gérer. Par exemple, durant cet exil nous aurions pu acquérir des formations pour nous préparer aux changements inévitables lors de notre retour dans l’Azawad. Mais nous n’avons pas été aidés dans ce sens. Si déjà ici nous n’avons pas de droit sur notre existence, comment et pourquoi en aurions-nous là-bas ? Malgré la signature du pacte nous ne sommes pas à la fin de notre calvaire mais au début d’un long processus. Les Touaregs entendent désormais être responsabilisés et assumer leur destin dans le respect de leur spécificité”.

13Les membres des O.N.G. manifestent selon leur personnalité soit du dédain, soit du dévouement pour les initiatives des réfugiés mais leurs moyens sont toujours limités. Zeynabou s’occupe d’ateliers de couture mis en place par les femmes des camps. Elle regrette l’absence de matériel.

“Beaucoup de problèmes viennent du changement permanent du personnel des O.N.G. et ainsi il n’y a ni continuité ni suivi dans nos rapports avec elles”.

14François Lefort, prêtre et médecin responsable d’une O.N.G. aidant les réfugiés à Nouakchott, dresse un amer bilan :

“Les fonctionnaires du H.C.R. qui ont de très bons salaires cherchent d’abord de belles villas, des voitures climatisées et des bureaux. Ensuite, ils se disent qu’il faut bien faire une action et ils sous-traitent aux O.N.G. avec l’argent restant. Les O.N.G. deviennent la bonne conscience du H.C.R. qui est la bonne conscience des pays développés”.

15Ces dysfonctionnements dans l’attribution de l’aide qui s’effectue sans la participation des populations concernées rappellent aux réfugiés d’autres épisodes de leur histoire récente. De leur exil en Mauritanie des Touaregs tentent d’expliquer les raisons du conflit. Habaye a abandonné sa carrière de juriste pour se consacrer à la défense des droits de son peuple au sein du Front unifié de libération de l’Azawad (FULA).

“Les minorités comprises dans le triangle de l’oubli, composé par le sud algérien, le nord du Mali et du Niger, ont été refoulées par le monde arabe d’un côté et par le monde noir de l’autre. Le Sahara est loin des grands centres de décisions politiques, économiques et médiatiques. Il est enclavé, hostile, ingrat, stérile. Pourtant des hommes ont vécu là et ont surmonté les difficultés de la nature. La zone du Mali où ils vivent, l’Azawad, a tout donné sous forme d’impôts ou tout perdu lors des sécheresses mais elle n’a jamais rien reçu. Là-bas, pas un dispensaire, pas une école digne de ce nom, par une route bitumée”.

16Abdourahmane était instituteur au Mali. Il est désormais sans emploi à Nouakchott.

“Le problème des Touaregs est un problème de minorité et de méconnaissance. Les dirigeants du Mali se font une idée de nous à travers les écrits des colonisateurs français. Les ministres n’ont aucune connaissance des Touaregs. Il n’y a que des rapports de vassalités et d’impôts. Un militaire ou un administrateur nommé pendant dix ans dans l’Azawad ne parlera même pas un mot de notre langue”.

17Mohamed Aly, diplômé de l’Ecole nationale d’administration du Mali, continue en exil ses travaux sur la société touarègue.

“Par la sédentarisation l’Etat a fait croire aux nomades que le développement passait par la fixité. En fait, il voulait avoir une main mise sur les nomades insaisissables et ignorants des frontières. Des fonds ont été donnés à des chefs traditiomiels devenus responsables de points de fixation. Ces derniers ont cherché à s’enrichir en montant des projets fictifs et en confondant leurs ressources et celles publiques. La majorité de la population ne s’est jamais sédentarisée, refusant cette contrainte, sauf dans le cas d’extrême paupérisation”.

18Juste après l’indépendance du Mali, une révolte éclata dans l’Adrar. L’oncle d’Habaye, à l’époque chef de la confédération des Kel Intessar, passa quatorze ans en prison suite à ces événements. Habaye :

“En 1962, le président Modibo Kéita a voulu intégrer la société touarègue dans un système socialiste en confisquant ses biens. Nous avons une vie communautaire mais pas collectiviste. Ça ne pouvait pas fonctionner”

19La révolte fut noyée dans le sang et l’Adrar devint zone interdite sous contrôle militaire. Ensuite vinrent les sécheresses de 1973 et 1984. Habaye :

“L’aide internationale fut entièrement détournée par les hauts cadres de l’Etat. Tout le monde connaît l’histoire des châteaux de la sécheresse de Bamako, mais les auteurs de ces crimes ne furent jamais punis. La rétention de l’aide est une arme politique très efficace. Nous, nous voulons désonnais gérer effectivement notre destin pour que cela ne se passe plus”.

20Abdourahmane évoque les conséquences de ces années :

“La marginalisation des Touaregs engendrée par les colonisateurs français et les gouvernements successifs du Mali a provoqué l’exil en masse en Algérie, en Arabie Saoudite et en Libye. Beaucoup de Touaregs devinrent manœuvres dans les mines ou les chantiers ou pratiquèrent la contrebande. D’autres s’enrolèrent dans l’année de Kadhafi qui se servit d’eux comme chair à canon pour des guerres dont ils ne savaient rien. Kadhafi leur a proposé des villas et des voitures pour les intégrer dans ce pays immense et dépeuplé. Mais les Touaregs ont toujours refusé de faire partie du système arabe de la Libye”.

21Début 1990, des milliers de familles touarègues furent expulsées d’Algérie vers le Mali et le Niger avec une promesse d’aide du Fonds International d’Aide au Développement (F.I.D.A.) pour faciliter leur réinstallation. Au Niger, ces populations parquées dans des camps à Tchin Tabaraden attendaient en vain l’aide promise. En mai 1990, à la première manifestation de mauvaise humeur des Touaregs, l’armée nigérienne répondit par le massacre de plus de six cents personnes. Au Mali, où l’aide internationale ne parvenait pas non plus aux populations déplacées, un mouvement armé touareg apparut. L’armée malienne exécuta alors en représailles des centaines de personnes. Abdourahmane explique :

“Ce sont les enfants des victimes des massacres de 1963 qui ont pris les armes. Cette fois-ci l’armée malienne a été défaite car les Touaregs avaient appris les tactiques de la guérilla dans l’armée de Kadhafi. Au début, le conflit était localisé dans l’Adrar des Iforas. Mais en massacrant les populations touarègues et maures le long du fleuve Niger et en encourageant le pillage de leurs commerces et de leurs habitations dans les villes par les populations noires, l’année a généralisé le conflit en le transfonnant en problème ethnique”.

22Habaye est catégorique :

“La couleur de la peau n’a rien à voir avec notre lutte. Nous estimons que les contradictions qui nous ont amenés à nous soulever, les Songhaïs, les Peuls, les Bellas et les autres peuples composant la communauté historique de l’Azawad en ont aussi souffert. Sur le plan du développement nous sommes tous oubliés et exclus”.

23Abdallah, ancien administrateur civil au Mali, est devenu cadre d’un mouvement armé.

“Etre Touareg, c’est appartenir à une aire géographique, à une communauté, parler sa langue, avoir sa culture et un désir de vivre ensemble. Ce n’est pas une race. Beaucoup de gens extérieurs se sont intégrés dans cette société sans distinction de couleur de peau et les Touaregs ont toujours été caractérisés par leur diversité raciale. L’esclavage a existé chez eux comme dans toutes les sociétés du monde. Ce fut une plaie à un moment donné de l’histoire et maintenant nous luttons contre. Il faut tourner la page”.

24L’armée impuissante à réduire la rebellion appliqua une répression sans discernement qui amplifia le soutien de la population aux fronts et mouvements armés. Au début ceux-ci étaient surtout animés par les jeunes rentrés de Libye ou d’Algérie. Selon Habaye :

“Il y a eu beaucoup de conflits entre les jeunes et les autorités touarègues en place. Mais cela n’a pas duré. Là où il y avait des projets de développement tout a été détruit car l’armée était sûre de trouver des gens sur ces lieux de fixation. Les chefs et les notables furent les premières victimes de la répression malgré leur allégeance totale au pouvoir de Bamako. Ceux qui ont survécu se sont ralliés à la rebellion”.

25Pour Abdallah :

“L’idéal serait de créer une société nouvelle, sans castes, sans nobles, sans esclaves, en supprimant les structures féodales qui ont été utilisées par l’oppresseur. Déjà, les jeunes ont gagné à leur cause beaucoup de gens, y compris parmi les plus conservateurs. Mais actuellement, dans les mouvements et les fronts a surgi une nouvelle opposition, cette fois-ci entre les combattants et les intellectuels. Les premiers sont parfois plus radicaux, allant jusqu’à demander l’indépendance, alors que les seconds sont plus modérés et parlent de fédération ou d’autonomie”.

26Début 1992, un nouveau processus de paix était en cours. Les mouvements et les fronts armés tentèrent de s’unir pour aborder en force les négociations avec le gouvernement malien de transition. L’Algérie était le médiateur officiel. Pour Mustapha, réfugié, le rôle du gouvernement, de ce pays est ambigu :

“L’Algérie ne veut pas reconnaître la spécificité berbère et cherche à éviter tout problème avec ses propres Touaregs. Alors elle se sert des milliers de réfugiés présents sur son sol comme moyen de pression sur les mouvements et ne veut d’une paix au Mali que dans la mesure où les Touaregs restent maliens”.

27Une coordination regroupait le M.P.A., le F.I.A.A., l’A.R.L.A, et le F.P.L.A. Mais très vite le F.P.L.A. ne participa plus aux négociations. Hamata, cadre de ce front, explique :

“Le F.P.L.A. a une base populaire qui ne lui permet pas de prendre des décisions sans la consulter. Avant toute négociation, nous souhaitions la tenue d’un congrès réunissant toutes les tendances de la population de l’Azawad. Il n’a jamais eu lieu et le pacte national a été mis au point à Alger sans consultation de la population et sans le F.P.L.A. Nous ne pouvons pas rejeter d’emblée ce document et nous jugeons indispensable de collaborer avec les autres mouvements. Ce pacte ne donne pas au peuple de l’Azawad tout ce qu’il espère, mais il peut lui apporter certains droits si la démocratie prospère”.

28Pacte ou non, les populations continuent de fuir et de grossir les camps de Mauritanie. Se nourrissant plus de rumeurs que du blé charançonné de l’aide internationale, les réfugiés sont à l’affût des moindres informations. Angoisse et espoir alternent : guerre totale et exil prolongé ou nouvelle chance pour la paix et retour prochain ? Mohamed était enseignant à Goundam qu’il a quitté précipitamment avec sa famille une nuit du mois d’août pour traverser la frontière.

“On a massacré des gens sous mes yeux. C’est une erreur qui ne se corrige pas. Au début, la rebellion s’est abattue sur les populations sans leur soutien. Mais aujourd’hui, on va vers la rebellion de toute la population. On tue nos parents et on nous dépossède de notre bétail, de nos boutiques et de nos maisons. Il y a un problème de droit. Je veux vraiment que le pacte soit appliqué sinon ça va être terrible, tous les gens seront en état d’amok. Moi, je n’étais ni pour l’armée ni pour la rebellion mais j’ai dû m’exiler et choisir. Si je deviens rebelle, qui va m’en vouloir ?”

29Mohamed Ali Ag Mahadi, dit “Barhaye”, est chef de la confédération Kel Tinekaouat. Dans la région de Léré, il possédait un important élevage, des cultures et gérait des boutiques en collaboration avec des O.N.G. Il exerce une autorité reconnue par le H.C.R. mais contestée sur les camps.

“Quelle que soit la catastrophe qui m’attend au Mali, je la préfère à la vie que je mène ici. J’ai décidé de retourner. Que peut-on faire ici en attendant un kilo de blé du H.C.R. ? C’est en s’associant au processus démocratique que nous pourrons faire respecter nos droits. Il faut se contenter du peu qu’on nous donne. Je suis prêt à faire la guerre à mes enfants si c’est pour sauver la paix”.

30Mohamed el Mokhtar Motditer ag Ataher est chef de la confédération Kel Intessar. Très âgé, il évoque avec ferveur ses souvenirs d’ancien combattant au service de l’armée française. Sa maison a été pillée et il a dû fuir le Mali à pied.

“Nous avons donné à nos enfants le pouvoir de nettoyer la zone où nous vivions car sans sécurité nous ne retournerons pas. Nous avons accepté le pacte comme le premier barreau d’une échelle pour montrer au Mali que nous voulons bien revenir, collaborer et travailler. Malgré cet honneur rendu au gouvernement malien, nous avons été provoqués. Aujourd’hui, il n’y a que la paix ou la mort. Nous sommes pauvres et minoritaires mais nous avons beaucoup de cadres. Si la France nous aidait, nous deviendrions une grande nation”.

  • 6 Voir La Lettre du Continent du 3 septembre 1992.

31En ce début d’année 1993, la France a accordé une aide financière et matérielle aux patrouilles mixtes chargées de rétablir la sécurité dans l’Azawad mais dont les activités demeurent chargées d’ambiguïtés. Dans le même temps, elle maintient des officiers instructeurs pour former les soldats maliens aux techniques de contre-guerilla6 La bienveillance de la France, active dans la médiation entre les mouvements et les fronts et le gouvernement malien n’est pas dénuée d’inquiétudes. L’une d’elles étant la remise en cause des frontières héritées du colonialisme. Pour Abdallah, si cette question n’est pas d’actualité, elle n’est pas tabou :

“Au temps des indépendances, les Touaregs ont été divisés sans qu’on leur demande leur avis. Le pacte a été signé avec précipitation sans consultation des diverses tendances. On dirait que la communauté internationale cherche toujours à nous ramener à l’ordre. Si les Touaregs réussissaient à s’unir, les éléments d’une nation seraient là. Nous fûmes une nation par l’histoire et la géographie. Si jamais elle réapparaissait, beaucoup d’Etats d’Afrique qui ont des minorités partagées par des frontières pourraient être troublés. C’est ça qui dérange”.

32Pour Habaye :

“L’intangibilité des frontières héritées du colonialisme est une formule trouvée pour stabiliser les pouvoirs personnels des chefs d’Etats africains. Ainsi, si on n’entend plus parler aujourd’hui avec fracas de l’O.U.A., c’est parce que ces pouvoirs dont elle est le club commencent à disparaître. Il faudra bien un jour redéfinir la mission de cette institution et revoir le principe de l’intangibilité des frontières. Ce sera dérangeant, mais c’est inévitable”.

  • 7 Voir Touaregs, exil et résistance, R.E.M.M., n° 57, 1990, Edisud, Aix-en-Provence

33Loin des considérations qui peuvent avoir cours dans les campements7, Hamata développe une idée chère aux “scolarisés” : celle que la rébellion est porteuse d’idées nouvelles et modernes :

“Ce que nous faisons est une révolution car il y a eu une prise de conscience commune qui a poussé le monde touareg à se révolter contre l’oppression et à se poser le problème de son identité. Actuellement, le sentiment d’appartenance à un même peuple est partagé par tous les Touaregs, qu’ils soient Maliens, Nigériens ou Algériens. Pour que ce peuple accepte de vivre normalement dans les différents pays et ne cherche pas une terre lui appartenant et portant son nom, il doit obtenir tous ses droits”.

34Violence des colonisateurs, éclatement des structures sociales et politiques, division entre plusieurs Etats, persécutions, sécheresses, assistance internationale, répression, exil, aide humanitaire... Les Touaregs ont dû abandonner chaque fois un peu de leur droit de décision. Ils se battent pour le récupérer et cherchent dans la mouvance des contradictions, des influences diverses et des événements les formes à lui donner. Dans l’exil de la Mauritanie, ce sont principalement les personnes scolarisées et diplômées qui s’expriment au nom de leur peuple. Mais que pensent les autres ?

Bibliographie

Bibliographie

AG. ATTAHER INSAR Mohamed Ali

1990 La scolarisation moderne comme arme de résistance, REMMM, n° 57. BAQUE Philippe

1993 Des Touaregs doublement dépossédés, Le Monde Diplomatique, Février.

CLAUDOT-HAWAD Hélène (éd)

1990 Touaregs, exil et résistance, REMMM n°57, Edisud, Aix-en-Provence, 198 p.

LEFORT François (Dr)

1992 Interview, in La Croix, 26 février.

Rapport de la mission d’évaluation du P.A.M. et du H.C.R.

1992 Assistance à la population malienne déplacée.

Notes

1 Interview du docteur François Lefort dans le quotidien La Croix du 26 février 1992.

2 Rapport de la mission d’évaluation du Programme Alimentaire Mondial et du H.C.R., mené dans la région du Hodh et Chargui en Mauritanie du 14 au 18 septembre 1992, et intitulé : Assistance à la population malienne déplacée.

3 Voir le tract distribué par le mouvement Gandakoye et intitulé : La voix du Nord, organe de combat des peuples sédentaires. Des considérations ouvertement racistes vis-à-vis des Touaregs y côtoient des appels au meurtre.

4 La plupart des enseignants touaregs des camps sont issus de la confédération des Kel Intessar. Dès les années vingt, leur chef Mohamed Ali ag Ataher Insar avait incité les parents à scolariser leurs enfants ; voir Ag Attaher Insar, 1990.

5 Un rapport de mission de Mme Annick Talbot sur les réfugiés du nord malien en Mauritanie avait pour problématique les questions d’éducation, de formation, de paix et de développement. L’auteur, qui a dirigé le bureau de l’U.N.I.C.E.F. au Mali, conseillait au H.C.R. et aux organisations non gouvernementales (ON.G.) de rechercher le partenariat avec les réfugiés et proposait un projet d’éducation élaboré pour tous.

6 Voir La Lettre du Continent du 3 septembre 1992.

7 Voir Touaregs, exil et résistance, R.E.M.M., n° 57, 1990, Edisud, Aix-en-Provence

Table des illustrations

Légende Camp de réfugiés touaregs à Fassala Néré en Mauritanie, 1992 (photo M.C. Giran)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter