Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

“Peuple de l’Azaouad”, tamurt ou comment négocier une redéfinition de soi

Dahbia Abrous

Texte intégral

1Les analyses qui vont suivre s’inscrivent dans un ensemble d’interrogations plus vaste dont elles ne constituent que le premier jalon : l’objectif visé serait de parvenir à une approche comparée des formes que prend la revendication identitaire chez les berbérophones du Nord (essentiellement en Kabylie car c’est là qu’elle s’est exprimée de manière explicite) et dans l’aire touarègue.

2Si la berbérité constitue bien l’élément commun de ces manifestations identitaires, il faut cependant préciser que l’aire touarègue présente - par rapport aux berbérophones du Nord - une spécificité qui s’articule sur un double enjeu. La lutte que mènent aujourd’hui les principaux mouvements touaregs a en effet pour enjeu :

  • un territoire
  • un mode de vie (le nomadisme)
  • 1 Il est possible de parler d’éclatement pour ce qui concerne les Touaregs, la division de leur terr (...)

3Ces deux paramètres rendent plus complexe mais aussi plus riche la redéfinition de l’image de soi tant il est vrai qu’il n’existe pas d’identité figée : elle serait synonyme de mort ; tout mouvement de lutte ou de revendication identitaire porte nécessairement une renégociation de l’image de soi face à des données (historiques, politiques...) nouvelles qui soit ont rompu la cohérence de l’ancienne image, soit la menacent d’éclatement1.

4Le système touareg de représentation dispose de deux catégories-clé qui délimitent de manière assez précise les contours de ce qui est soi et de ce qui est autre ; il s’agit de la catégorie de temust et de celle de tamurt :

“l’appellation de temust n imajaghen définit les contours les plus vastes du monde touareg, groupe humain parlant la même langue, possédant les mêmes références culturelles, suivant le même code de l’honneur et se ramifiant en un vaste ensemble confédéral (...). Enfin, enveloppant la temust, tamurt désigne un ensemble de personnes possédant la même culture ou la même mythologie fondatrice. L’accent est mis, dans cette notion, sur l’affinité culturelle. Les liens définissant la collectivité ainsi nommée peuvent exister actuellement ou appartenir au passé. Par exemple, les Touaregs considèrent qu’autrefois les descendants de Noé, devenus plus tard les Berbères, les Arabes, les Ethiopiens, Les Peuls, les Egyptiens et les Juifs constituaient la même tamurt bien qu’aujourd’hui ils forment des entités distinctes. A une échelle plus réduite, les Touaregs et les Peuls ou encore les Touaregs et les Maures peuvent être présentés comme membres d’une ancienne tamurt. Dans le présent, tamurt peut s’appliquer à l’ensemble formé par les Touaregs et les autres Berbères, par opposition au monde “arabe” ou encore “occidental”. (H. Claudot-Hawad, 1990 : 16-17)

5La catégorie de tamurt qui délimite, pour la culture touarègue de grandes aires d’apparentement n’a donc rien de figé. Les analyses qui vont suivre porteront précisément sur la manière dont est réélaborée aujourd’hui cette catégorie dans les textes de la résistance armée touarègue au Mali et au Niger.

6Ces textes - il s’agit de documents écrits en français - ont pour caractéristiques communes :

  1. d’être produits à l’intérieur de la société touarègue (du côté malien et nigérien) par des intellectuels de formation moderne issus soit de l’école coloniale soit de celle des Etats nés des indépendances.
  2. d’être des textes porte-parole de la lutte qui se mène actuellement au Mali et au Niger ; ils s’adressent donc aussi bien aux Etats malien et nigérien qu’à la communauté internationale.

7A ce titre là, ce discours - même s’il n’est pas le seul tenu dans la société touarègue - présente un intérêt particulier : dans les mouvements de lutte, on se pose en s’opposant et ceci confère un caractère central au problème de la définition de soi.

8Le corpus analysé dans le présent travail se compose de :

9a. textes d’associations : trois textes de “Survie du peuple touareg” dénommée aussi “temoust” et basée à Paris :

  • Le premier est signé du “Comité pour la survie du peuple touareg”, non daté.
  • Le deuxième porte la mention “Survie touarègue”, “temoust” du 30 avril 1991.
  • Le troisième est intitulé “Touareg : le génocide”, non daté.

10Tous ces textes sont postérieurs aux soulèvements de mai 1990.

11b. lettres ouvertes : deux textes adressés au premier ministre nigérien, datés des 10 et 21 novembre 1991 et portant plusieurs signatures.

12c. documents émanant du Front Populaire de Libération de l’Azaouad (F.P.L.A.) : quatres textes dont :

  • Trois adressés aux chancelleries, organisations humanitaires, ligues de défense des Droits de l’Homme : deux datés du 26 septembre 1991 et du 3 octobre 1991 et un non daté.
  • Un portant : “Conditions préalables du F.P.L.A. avant la tenue de la conférence spéciale sur le problème de l’Azaouad”, non daté.

13d. Deux textes portant : “Accords de Tamanrasset datés du 6 janvier 1991”. Ces accords ont été conclus entre le gouvernement malien d’une part et le Mouvement populaire de l’Azaouad, le Front Islamique Arabe de l’Azaouad d’autre part ; avec la médiation de l’Algérie.

14e. Un texte de dix pages intitulé : De Tchin Tabaraden à Léré, signé par un juriste, membre du F.P.L A., non daté.

15Tous ces textes - et c’est ce qui en fait un corpus homogène - sont traversés par une interrogation centrale : que signifie être Touareg aujourd’hui dans un contexte de profond bouleversement ? Comment se poser face aux Etats malien et nigérien ? Comment se situer en relation avec d’autres peuples voisins : Peuls, Songhaïs, Maures, seuls nommés du côté malien, la question n’étant pas posée dans les textes élaborés au Niger.

  • 2 Les deux volets de cette interrogation sont indissociables : le premier volet a été abordé dans un (...)

16La question-clé qui a été posée à ces textes et qui a servi de grille d’analyse est donc la suivante : comment et en fonction de quoi se fait le tri dans la référence aux valeurs touarègues2 ? Quelle configuration politique ces textes donnent-ils à la targuité aujourd’hui ?

17Cette question, pour la clarté de l’analyse, a été décomposée en deux axes :

18I - Comment se définir face aux Etats malien et nigérien ?

19II - Autour de la notion de “Peuple de l’Azaouad” ou comment se situer en relation avec les cultures voisines : maure, peuhle, songhai ?

Comment se définir face aux Etats malien et nigérien ?

20Quelle que soit leur forme - lettre ouverte, pétition, déclaration - ces textes se posent comme porte-parole de la communauté touarègue. Leurs signataires - individus ou organisations politiques - se définissent :

21- soit comme médiateurs, c’est le cas des textes produits au Niger :

“Nous, soussignés, avons l’honneur d’exprimer notre entière disponibilité et notre fervent désir d’apporter notre contribution à la recherche d’une solution négociée, pacifique en vue de la normalisation de la situation dans le Nord” (Lettre du 10 novembre 1991, p. 1).

22Il faut préciser que, dans ces lettres adressées au premier ministre nigérien, le terme “Touareg” et encore moins celui d’amajagh-imajaghen (amahagh-imuhagh, amashagh-imushagh) par lequel les Touaregs se dénomment ne sont jamais cités ; les Touaregs y sont désignés en référence à la région qu’ils occupent : “La partie septentrionnale de notre pays” ou simplement par allusion : “les populations concernées” (Lettre du 21 novembre 1991 : pp. 1 et 3).

23- soit comme interlocuteurs directs face à l’Etat, c’est essentiellement le cas des textes produits au Mali par le Front Populaire de Libération de l’Azaouad (F.P.L.A.) et le Mouvement Populaire de l’Azaouad (M.P.A.), ce dernier ayant été l’un des signataires des Accords de Tamanrasset.

24Par delà des différences sur lesquelles nous reviendrons au cours de cette analyse, les textes élaborés au Mali et au Niger se rejoignent sur un point essentiel : celui de la reconnaissance de fait du rattachement à chacun de ces deux pays. Cette reconnaissance est explicitement formulée dans les textes touaregs produits au Niger : il y est question de “la tension qui prévaut dans la partie septentrionale de notre pays” (Lettre du 10 novembre 1991, p. 1) et lorsqu’est évoquée cette tension, la lettre du 21 novembre 1991 (p. 2) précise “qu’il s’agit d’un problème national” (p. 2). La position globale des textes produits au Niger se trouve clairement condensée dans la phrase suivante :

“Nous entendons rester profondément touaregs dans notre âme et revendiquons le droit d’être citoyens nigériens à part entière”. (Comité pour la survie du peuple touareg, non daté, p. 1)

25La revendication porterait donc, au Niger, sur la pleine reconnaissance du statut de citoyen, statut assorti d’une spécificité culturelle sans autre précision.

  • 3 Par exemple, durant toute la période pendant laquelle la dimension berbère était tabou en Algérie, (...)

26Les textes élaborés au Mali, eux, franchissent un pas de plus : à la spécificité culturelle, ils ajoutent une revendication territoriale, celle-ci porte sur l’Azaouad. Une des conditions posées par le F.P.L.A. au gouvernement malien “avant la tenue de la conférence spéciale sur le problème de l’Azaouad” porte sur “la précision suivante du terme de référence ‘conférence spéciale sur l’Azaouad’, au lieu de “conférence spéciale sur le développement des zones arides du Mali” (p. 2 du document, condition n° 7). Cet enjeu qui porte sur le nom est extrêmement important. Il ne s’agit pas d’un détail de pure forme ; nommer signifie bien reconnaître, faire exister3. Cette revendication territoriale au Mali est assortie d’une autre qui en constitue le corollaire : il s’agit de la “reconnaissance légale des Touaregs en tant que peuple et non plus comme une “minorité” composante accidentelle de la nation malienne à bâtir” (De Tchin Tabaraden à Léré, p. 8, souligné et mis entre guillemets dans le texte).

27Nous reviendrons plus loin sur cette notion de “Peuple de l’Azaouad” car elle semble centrale dans ce processus d’émergence politique des Touaregs au Mali. Il faut seulement remarquer que là où les textes produits au Niger revendiquent le statut de citoyen assorti de la reconnaissance d’une spécificité culturelle, dans les textes produits au Mali, le terme de “peuple”, opposé à celui de “minorité”, ne constitue pas une simple nuance de langage : il prend ancrage sur une revendication territoriale qui elle-même se réfère “au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”, “conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948” (Lettre ouverte du F.P.L.A., p. 1) ; cette lettre ouverte peut être considérée comme le véritable acte de naissance politique du F.P.L.A.

28Il n’est évidemment pas possible de tirer des conclusions définitives - ces mouvements politiques touaregs au Mali et au Niger sont récents - mais un fait est certain, c’est qu’au moins en l’état actuel des choses, il n’est fait nulle part, dans ces textes, allusion à la reconstitution du grand ensemble touareg. Seule l’évolution de ces mouvements de lutte permettra de savoir si la reconnaissance du rattachement aux différents pays qui se partagent le monde touareg aujourd’hui relève du réalisme politique (il faut bien commencer en tenant compte des Etats car ce sont les instances face auxquelles il faut prendre position) ou alors si elle entérine de manière irréversible l’éclatement, le fractionnement de l’aire touarègue. Les jeux sont loin d’être faits, l’issue de ce rapport de force dépendra de la capacité de ces mouvements de lutte à se structurer et de l’évolution interne des pays qui se partagent l’aire touarègue : Mali, Niger mais aussi Algérie, Libye et Burkina Faso. Pour le moment - et il s’agit d’une étape essentielle parce que fondatrice - les mouvements touaregs du Mali et du Niger sont en pleine redéfinition de ce que signifie continuer à être touareg aujourd’hui, par-delà le séisme et la fracture. Cette redéfinition - et les documents sont très explicites - porte sur deux points principaux :

  • celui du rapport à la targuité : comment doit se faire “le tri” dans les valeurs touarègues ? Quels sont les éléments qui continuent à être définitoires4 ?
  • celui du rapport avec les peuples et les cultures voisines : Peuls, Maures, Songhaïs...

29Les analyses qui suivront porteront sur ce second point.

A propos de la notion de “Peuple de l’Azaouad”

30Les textes élaborés par les Touaregs du Mali - en particulier ceux du F.P.L.A. - sont les plus explicites à ce sujet. Dans ces textes (Lettre ouverte du F.P.L.A., document intitulé “De Tchin Tabaraden à Léré”) apparaît une notion centrale : celle de “Peuple de l’Azaouad”. Cette notion - nous verrons plus loin ce qu’elle recouvre - entre dans un système cohérent où elle remplit une double fonction :

  1. une fonction externe car elle inscrit la lutte de l’Azaouad dans un cadre plus large devenu universel : celui de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et plus précisément du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes” ;
  2. une fonction interne car elle situe (resitue ?) les Touaregs en relation avec les autres peuples voisins : Peuls, Songhaïs, Maures, c’est là qu’apparaît - dans les textes - un rapport entre “peuple de l’Azaouad” et “communauté historique de l’Azaouad”.

31Ces deux points bien que liés seront abordés séparément.

32Dans sa lettre ouverte, le F.P.L.A. légitime sa création et ses objectifs de lutte en se référant à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et au principe du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes” ; il “revendique pour l’Azaouad le droit inaliénable d’assumer son destin dans le respect des différences complémentaires de ses populations” (...) "pour que soient reconnus universellement à l’instar de tous les peuples du monde, nos droits à une existence libre et digne et ce, conformément à nos aspirations profondes et à notre identité propre” (Lettre ouverte du F.P.L.A., p. 2).

33C’est bien en s’opposant ici, que le mouvement se pose et se définit. La revendication porte donc sur un territoire - l’Azaouad - et sur la reconnaissance d’une différence, d’une “identité propre”. Il faut souligner que cette revendication territoriale est très circonscrite géographiquement : elle ne concerne que l’Azaouad qui, en réalité, n’est qu’une partie de la Tademekkat, région touarègue que le tracé des frontières - au moment des indépendances africaines - situe en majorité du côté malien.

341/ C’est cette articulation entre un territoire - aussi délimité soit-il - et une “identité propre” qui semble justifier l’emploi du terme “peuple” et la référence aux “droits des peuples à disposer d’eux-mêmes”. Les Accords de Tamanrasset (qui n’ont pas fait l’unanimité au sein des mouvements armés) vont d’ailleurs dans le sens d’une solution de type fédératif laissant à l’Azaouad une marge d’autonomie dans la gestion de ses affaires intérieures. Ces accords stipulent en effet que :

“les populations des trois régions du nord du Mali gèreront librement leurs affaires régionales et locales par le biais de leurs représentants dans les assemblées élues selon un statut particulier consacré par la loi. Dans ce cadre, les assemblées locales constituées d’un organe délibérant et d’un organe exécutif, règlementent tous les domaines liés à leur spécificité en matière économique, sociale et culturelle. Ces assemblées élisent en leur sein leurs représentants qui se constituent en un conseil consultatif régional chargé de délibérer sur toutes questions intéressant les trois régions (Procès verbal de la rencontre de Tamanrasset les 5 et 6 janvier 1991, p. 2).

35Ces accords ne donnent aucune précision sur la nature du lien qui doit rattacher ce “conseil consultatif régional” aux instances du pouvoir central. Ce statut de relative autonomie pour une région délimitée (l’Azaouad) à l’intérieur des cadres étatiques et frontaliers existants semble - au moins en l’état actuel des choses - parfaitement entériner l’éclatement du territoire touareg. La reconstitution de ce grand ensemble touareg - temust, tafella n imajaghen - ne semble pas prévue aux programmes de ces mouvements armés. L’éclatement territorial serait-il un processus déjà achevé qui ne laisserait pour seule marge d’initiative à ces mouvements armés que la négociation des formes de “phagocytose” et d’intégration ?

362/ Sur le plan des représentations cependant - et on sait qu’elles ne constituent pas le reflet immédiat et “transparent” de la réalité - c’est bien, l’ancrage d’une spécificité, d’“une identité propre” dans un territoire qui explique que les textes du F.P.L.A. revendiquent “la reconnaissance légale des Touaregs “en tant que peuple et non plus comme une “minorité” composante accidentelle de la nation malienne à bâtir” (De Tchin Tabaraden à Léré, p. 8, souligné et mis entre guillements dans le texte).

37Il y a entre le terme de “minorité” et celui de “peuple” plus qu’une simple nuance de sens. Une telle formulation de la revendication

  • pose le mouvement de lutte face à l’Etat : malien ici ;
  • situe les Touaregs au sein des autres composantes culturelles du Mali. En effet, si les Touaregs ne sont pas “une minorité”, que sont-ils alors ou, plus exactement, quel statut ces textes leur donnent-ils ?

38Cette dernière question nous amène à la deuxième fonction du terme de peuple : sa fonction de définition interne.

39C’est là que les textes du F.P.L.A. et en particulier le document intitulé “de Tchin Tabaraden à Léré” développent tout un ensemble de relations entre deux entités dénommées” “Peuple de l’Azaouad” et “Communauté historique de l’Azaouad”.

40Ces relations malgré leurs flottements (et c’est peut-être en ceci que réside leur intérêt) doivent être analysées de près, car elles sont porteuses, me semble-t-il, d’une renégociation de la catégorie de “tamurt”.

41Les textes du F.P.L.A. regroupent sous la dénomination de “Peuple de l’Azaouad” les Touaregs et les Maures, “composante majoritaire du peuple de l’Azaouad” (Lettre ouverte du F.P.L.A., p. 1). Les Touaregs et les Maures sont également associés dans les textes du F.P.L.A. en raison de “la politique d’exclusion et (des) graves violations des Droits de l’Homme perpétrées depuis l’indépendance jusqu’à nos jours (contre eux) par les différents gouvernements du Mali à travers l’Administration, l’Armée et les Forces de sécurité” (Lettre ouverte du F.P.L.A., p. 1). Dans cette même logique, le document intitulé De Tchin Tabaraden à Léré, plus analytique, reprend cette notion de “Peuple de l’Azaouad” et la met en relation avec celle de “communauté historique de l’Azaouad”.

42Les Touaregs et les Maures sont, dans ce document, associés pour les mêmes raisons : ce “sont les seuls à subir toutes sortes d’impositions et taxations fictives sur un cheptel depuis longtemps décimé par la sécheresse, les abus de pouvoir, d’autorité et exactions diverses” (De Tchin Tabaraden à Léré, p. 4).

43Quant à “la communauté ou peuple historique de l’Azawad, (elle) se compose de Peuls, Maures et Touaregs en majorité pasteurs nomades et de Songhaïs sédentaires. Ces quatre composantes ont toujours vécu harmonieusement et n’ont jamais connu intrinsèquement de conflit fondé sur la couleur de la peau” (De Tchin Tabaraden à Léré, p. 5). Cette définition appelle quelques remarques :

  • Les Touaregs et les Maures font partie d’un ensemble plus vaste dénommé “communauté ou peuple historique de l’Azaouad”, le terme historique renvoyant à un voisinage ancien dans le temps ;
  • L’élément qui opère la distinction au sein de ce grand ensemble est non pas la couleur de la peau mais le mode de vie, ici le nomadisme. Ce faisant, le texte va à l’encontre d’une idée communément admise qui présente le problème touareg comme un conflit racial opposant les Touaregs blancs à leurs voisins noirs5 ;
  • Le noyau dur de ce qui est défini comme peuple de l’Azaouad est donc constitué des Touaregs et des Maures en tant que nomades. Ces affinités créées par le mode de vie semblent être un point important : les textes du F.P.L.A. expliquent “les raisons de la révolte d’un peuple” entre autres par le fait que “ceux qui étaient chargés d’appliquer les mesures (relatives à la gestion du territoire touareg au Mali) avaient, pour la plupart d’entre eux, des références culturelles très différentes de celles des nomades” (De Tchin Tabaraden à Léré, p. 1).

44L’enjeu de l’opposition au pouvoir malien et donc de la lutte porte bien sur le nomadisme en tant que mode de vie ; il s’agit d’un enjeu vital car le nomadisme fondait la spécificité de l’aire touarègue aussi bien du point de vue de l’organisation sociale que du système de valeurs qui y était lié.

45Le nomadisme étant un des traits définitoires essentiels, il est étonnant de constater que la définition de la notion de “Peuple de l’Azaouad” n’intègre pas les Peuls alors que ceux-ci sont aussi nomades. La question reste posée ; la seule réponse donnée par ces textes se rapporte à la persécution subie par les seuls Touaregs et Maures ; les Peuls, nomades, faisaient pourtant bien partie de la même tamurt, dans l’acception traditionnelle du terme ; il a été souligné plus haut que cette catégorie de tamurt n’avait rien de figé, c’est précisément ce non figement qui permet des réélaborations. Partant de ceci, et si l’on considère la notion de “peuple de l’Azaouad” comme une des formes de réélaboration nouvelle (et sans doute pas la dernière car ces mouvements sont en cours de constitution et la représentation de soi qu’ils élaborent est appelée à se modifier) de la catégorie de tamurt, une dernière remarque s’impose :

46Ces textes ne se sont pas fixés comme objectif explicite une redéfinition de la catégorie de tamurt, mais ils le font de fait puisqu’ils sont amenés à situer les Touaregs - aujourd’hui en lutte - dans un ensemble plus vaste, ensemble dans lequel étaient définies des aires d’apparentement reposant soit sur la même “mythologie fondatrice” soit sur l’affinité culturelle (cf H. Claudot-Hawad, 1990). Les textes cristallisent alors, ici, une définition nouvelle : la notion de “peuple de l’Azaouad” maintient la référence à une ancienne communauté d’appartenance fondée sur l’affinité culturelle. Les Touaregs et les Maures étaient présentés comme membres de la même tamurt, mais cette référence, soumise aux impératifs de la lutte actuelle, se trouve considérablement réduite.

47Cette aire d’appartenance autrefois large et qui induisait une définition nuancée et riche de l’identité touarègue se trouve tronquée sur deux versants :

  • sur celui du nomadisme : par la “perte” des Peuls ;
  • sur celui de la berbérité : il n’est fait nulle part référence dans ces textes au rattachement des Touaregs à l’ensemble du monde berbère.

48Il s’agit pourtant là des deux paramètres essentiels qui ont fondé la spécificité touarègue.

49Faut-il croire que la fracture est désormais achevée et que les actuels mouvements de lutte ne peuvent plus sauver que les tous derniers débris ? Mais si lutte et continuité il y a, on pourrait se demander alors : ces débris, pour quel type de reconstruction ?

Bibliographie

Bibliographie

ABROUS Dahbia

1990 Le prix de la survie ou le deuil d’un passé, REMMM, n° 57, Edisud, Aix-en-provence, pp. 163-181

CHAKER Salem et ABROUS Dahbia

1988 De l’Antiquité au musée : berbérité ou la dimension innommable, REMMM 48-49, 173-197

CLAUDOT-HAWAD Hélène

1990 Honneur et politique, Les choix stratégiques des Touaregs pendant la colonisation française, paru dans Touaregs, exil et résistance, REMMM n° 57, 11-47

Notes

1 Il est possible de parler d’éclatement pour ce qui concerne les Touaregs, la division de leur territoire ayant accéléré l’effondrement de la structure sociale. Dans le cas des berbérophones du Nord, il est possible de parler de risque de phagocytose par les cultures dominantes, l’éclatement étant un processus achevé depuis des siècles ; Kateb Yacine, dans un langage métaphorique, parlait bien d’une “majorité tronçonnée”.

2 Les deux volets de cette interrogation sont indissociables : le premier volet a été abordé dans un précédent article (Abrous, 1990). C’est le deuxième volet de cette interrogation qui sera analysé ici, car les textes - essentiellement politiques - du présent corpus y apportent quelques éléments de réponse.

3 Par exemple, durant toute la période pendant laquelle la dimension berbère était tabou en Algérie, elle tombait également sous la loi du silence et n’était pas nommée ; Voir S. Chaker et D. Abrous, 1988 : De l’Antiquité au musée : berbérité ou la dimension innommable.

4 Cette question, bien qu’ayant fait l’objet d’une première approche, devra être approfondie ultérieurement.

5 Dans le même ordre d’idée, le même texte précise en page 7 : “Bien que les Touaregs et les Maures soient les seuls concernés par la persécution et la politique d’extermination entreprise par les régimes successifs du Mali, d’autres communautés (Peuls, Songhaïs) originaires de la région sont aussi ignorées par le Mali. La différence entre la souffrance des Touaregs et Maures et celles des communautés sus-mentionnées est une différence de degré et non de nature”. Ces précisions font du conflit un conflit politique et non racial.

Auteur

Université de Bejaïa (Algérie)

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter