Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

“Les Touareg du Nord” d’Henri Duveyrier : éléments d’une controverse

Emmanuelle Mambré

Texte intégral

1Henri Duveyrier est un jeune explorateur de la seconde moitié du xixème siècle, qui fut l’un des premiers Occidentaux à vivre parmi les Touaregs Ajjer en 1861. Il existe déjà une biographie le concernant, celle de René Pottier, intitulée Un prince saharien méconnu et publiée en 1938 ; toutefois elle semble assez romancée et présente l’explorateur sous un jour trop romantique.

2Grâce à des documents déposés aux Archives d’Outre-Mer à Aix-en-Provence (notamment les séries 4H5, 6X20 et 15K25 du Gouvernement Général de l’Algérie), une nouvelle image de cet explorateur, aujourd’hui oublié, peut se construire. En effet, suivant les ouvrages consultés, Henri Duveyrier est qualifié d’explorateur digne successeur d’Heinrich Barth, ou bien il est à peine cité. Pourtant Henri Duveyrier était assez célèbre à son époque, certaines de ses lettres et ses rapports avaient notamment été publiés dans divers journaux comme la Revue Algérienne et Coloniale, ou Le Tour du Monde. Cependant il n’a pas de nos jours une renommée comparable à celle de René Caillé ou de Fernand Foureau. Il est seulement connu d’un cercle d’initiés, et souvent plus en tant qu’auteur des Touareg du Nord. Cette œuvre, la première consacrée aux Touaregs est, en effet, fréquemment citée en bibliographie et toujours reprise à l’heure actuelle, près de 140 ans après sa publication. La longévité étonnante de ce travail, publié en 1864 est en contradiction avec la gloire éphémère de son auteur. Savoir comment cette œuvre avait été écrite, ce que son auteur avait voulu faire, et ce qui avait été finalement réalisé, permettrait peut-être de comprendre son succès. En effet, après quelques recherches, on pouvait constater que sa genèse était particulière.

3En 1860, Henri Duveyrier était investi d’une mission officielle et subventionné par le ministère des Colonies, puis par le Gouvernement général de l’Algérie. Les ministères du Commerce, de l’industrie et des Travaux Publics, et des Affaires Etrangères participaient également à cette mission. L’explorateur devait en contrepartie des subventions allouées, rédiger tout au long de son voyage, des rapports à l’intention des ministres concernés. L’œuvre, qui a paru en 1864 sous le titre Les Touareg du Nord, est en fait au départ le rapport final demandé à Henri Duveyrier par le gouverneur général de l’Algérie, le maréchal Pélissier de Malakoff.

4Il faut d’abord revenir en arrière : Henri Duveyrier, après avoir parcouru, entre 1859 et 1861, le Mzab, le Djerid, le Souf, le Tassili des Ajjer et le Fezzan, s’en retourne à Alger. Il avait déjà à ce moment-là, une idée du rapport qu’il comptait présenter au gouvernement. Il indiquait vouloir faire pour Paris, donc pour le gouvernement “un travail détaillé sur les Touareg et leur pays” (A.N. 47AP1, H. Duveyrier à son père, 8/09/1861).

5Sur les 29 mois qu’avait duré son exploration. Henri Duveyrier venait d’en passer plus de cinq à vivre parmi les Touaregs Ajjer, en ayant de très bons rapports avec eux, en particulier avec Cheikh Othman et Ikhenoukhen, les principaux chefs. Il était donc à même d’en étudier les mœurs, d’en noter l’histoire, et de ramener ainsi les premières informations directes sur cette région et ses habitants, en même temps que des relevés scientifiques valables. Il précisait d’ailleurs :

“J’y joindrais une carte très intéressante de tout le pays d’Azger et du Hoggar, c’est un travail tout nouveau en géographie quand même il est basé en grande partie sur des renseignements indigènes” (A.N.47AP1, H. Duveyrier à son père, 8/09/1861).

6Il décrivait là l’œuvre que l’on connaît, qui contient non seulement de nombreux renseignements recueillis personnellement par l’auteur sur les Ajjer, mais aussi des informations d’après des témoignages indigènes sur les Touaregs du Hoggar qu’il n’avait pu rencontrer. Il soulignait également la présence d’une carte détaillée de la région, véritable synthèse des connaissances de l’époque et, d’autant plus utile, que cette partie de l’Afrique était un blanc marqué “Terra incognita”.

7Dès son retour à Alger, en novembre 1861, le Gouvernement Général demande justement à Henri Duveyrier de rédiger un mémoire conséquent sur les résultats de son voyage, soit “un rapport de 200 pages, ayant un petit air solennel” (A N. 47AP1, H. Duveyrier à son père, 11/1861), afin de le présenter au gouverneur de l’Algérie dès le mois de décembre 1861. Henri Duveyrier entreprend de le rédiger, sa carte est terminée, une partie est déjà imprimée, quand il tombe gravement malade à Alger (Duveyrier, 1864 : VIII). En effet, le Moniteur de l’Algérie annonçait, le 24 décembre 1861, qu’Henri Duveyrier avant les premiers symptômes de sa maladie

“venait de livrer à la gravure la carte de son voyage et à l’impression les premières pages d’un volume sur les Touareg du Nord” (Moniteur de l’Algérie, n° 49).

8Atteint d’une forte fièvre typhoïde, d’accès de paludisme, il est très affaibli, retombé en enfance, et malheureusement amnésique. Il ne pouvait donc plus songer, pendant un temps à écrire quoi que ce soit.

9C’est à ce moment qu’intervient celui qui a recueilli l’explorateur durant sa maladie, il s’agit d’un ancien médecin militaire, devenu directeur des Affaires civiles de l’Algérie, fervent adepte des valeurs saint-simoniennes, qui se considérait comme le mentor du jeune homme : le docteur Auguste Warnier. Deux mois après le début de sa maladie, alors qu’Henri Duveyrier présentait déjà des signes de rétablissement, le docteur Warnier se proposait de continuer la rédaction de ce rapport, prévoyant que la maladie et la faiblesse de Duveyrier l’en empêcherait. Il s’en expliquait auprès du père de l’explorateur. Que le docteur Warnier ait voulu dépouiller les notes de Duveyrier, alors que celui-ci était mourant et incapable de le faire, c’est un fait. Mais les raisons avancées par le docteur Warnier étaient tout de même ambiguës. En effet, il se proposait d’écrire le rapport à la place de Duveyrier, en invoquant bien sûr la santé du jeune homme et les séquelles possibles de ses maladies, mais surtout son inexpérience. Il expliquait notamment :

“prévoyant qu’Henri sortant d’une longue maladie et d’une longue convalescence, d’ailleurs inexpérimenté dans l’art d’écrire et ne pourra avant un nouveau voyage faire un travail digne de lui (...), je fais un volume.” (A.N. 47AP3, H. Duveyrier à son père, P.S. du docteur Warnier, 18/02/1862)

10Or, à en juger la volumineuse correspondance échangée par le jeune homme avec le Gouvernement général de l’Algérie (correspondance qui fait parfois oublier son âge, tant son contenu est sérieux), à en juger également les rapports, qu’il avait adressés aux autorités tout au long de son voyage, Henri Duveyrier malgré son jeune âge et son manque d’expérience savait écrire. Il avait notamment déjà publié en 1858, à l’âge de dix-huit ans, un article dans une revue scientifique allemande.

11Le docteur Warnier précisait également vouloir faire ce rapport pour faire attendre les plus impatients. Par impatients, il n’entendait pas simplement le gouvernement et les cadres militaires, mais également les personnes qui attendaient, tout comme lui, de pouvoir utiliser les données rapportées par Duveyrier. En effet, il envisageait de rédiger un volume destiné au public. De plus, il semble bien que le docteur Warnier ait utilisé les notes de l’explorateur pour conforter ses propres opinions et répondre aux interrogations et inquiétudes du public face à ces régions inconnues. Ainsi, il annonçait :

“Ce mémoire sera fait et digéré par un homme qui sait où commence et où finit ce que le public désire savoir” (A.N. 47AP3, 18/02/1862).

12En quelque sorte, le docteur Warnier voulait réduire ce rapport aux attentes du public, tandis qu’Henri Duveyrier avait au départ des prétentions scientifiques, notamment dans le domaine géographique.

13Il faut s’attarder sur la personne du docteur Warnier qui, depuis le départ du jeune homme, s’était intéressé à ses travaux, jouant de son influence pour lui obtenir l’aide du gouvernement, suivant de près son voyage, lui indiquant des sujets d’observations. Toutefois, il semble que les relations entre les deux hommes s’étaient détériorées à mesure qu’Henri Duveyrier s’affirmait et s’éloignait des directives essentiellement politiques et commerciales de son mentor. D’autre part, l’attitude du docteur Warnier était dès le début significative du rôle qu’il voulait jouer, de sa volonté d’être associé aux travaux d’Henri Duveyrier. Volonté que l’on retrouve notamment dans la longue dédicace qui figure en tête des Touareg du Nord, et qu’il aurait rédigée lui-même (Pottier, 1938 : 90-91). En effet, le docteur Warnier avait acquis, durant les maladies du jeune homme, une grande influence sur ce dernier. Au point que Duveyrier en vienne à dévaloriser ses propres capacités de réflexion et d’écriture. En effet, il décrivait notamment son rapport en ces termes :

“Grâce à l’expérience de Mr. le docteur Warnier, qui le rédige, il contiendra des vues générales, dont j’avais rapporté les éléments, mais que je n’eusse pas été capable de déduire de mes notes éparses” (A.N. 47AP3, Duveyrier / M. Colombo, 8/04/1862).

14On peut bien sûr penser que ces mots ont été écrits sous la dictée du docteur, ce qui s’était déjà produit auparavant. Mais Henri Duveyrier avouait tout de même trois semaines plus tard, à propos de ses notes, avoir été “intérieurement vexé de ne pas être le premier à en tirer parti” (A.N. H. Duveyrier à son père, 29/04/1862).

15Charles Duveyrier avait prévu une réaction de son fils à cette “ingérence”, et proposait pour le ménager que le rapport soit simplement annoté et introduit par le docteur Warnier (Arsenal, 13739/143, Ch. Duveyrier / I. Urbain). Ce dernier proposait, quant à lui, qu’Henri puisse revenir sur les passages gênants et les dénoncer comme “méfaits de la collaboration”.

16Toutefois malgré ses promesses, il semble que Duveyrier, enfin rétabli, n’ait pu reprendre le contrôle de ce rapport. N’ayant retrouvé ni le manuscrit ni les épreuves corrigées des Touareg du Nord, il est difficile de démêler qui à écrit quoi, et quelles corrections ont été faites.

17Mais on peut se demander s’il s’agit bien d’une collaboration ? Les deux hommes se sont-ils partagés les tâches et les domaines ?

18Il semble, en effet, que Duveyrier ait gardé un certain contrôle sur les matières scientifiques et notamment sur les livres I et II, qui traitent de géographie, de géologie, d’astronomie... Par contre, il est quasiment certain que le docteur Warnier a eu sinon un contrôle, du moins un droit de regard important sur la rédaction des chapitres consacrés aux problèmes politiques, commerciaux ou religieux, qui l’intéressaient plus particulièrement (livre III et IV).

19On peut d’ailleurs noter que les idées, les constatations de l’explorateur deviennent plus radicales au contact du docteur Warnier, en particulier en ce qui concerne la sanussiyya. En 1991, Jean-Louis Triaud analysait dans sa thèse l’évolution des positions de Duveyrier par rapport à cette confrérie. Par ailleurs, on peut constater que l’influence du docteur Warnier est également présente jusque dans l’introduction de Duveyrier. Les arguments avancés par le docteur Warnier, lorsqu’il se proposait de terminer le rapport de Duveyrier sont, en effet, repris dans l’introduction des Touareg du Nord. On y retrouve, notamment, mention de l’urgence de publier pour satisfaire les autorités, de l’expérience nécessaire du docteur Warnier pour comprendre et éclairer les faits, ainsi que des marques de sollicitude envers ce dernier. On peut donc supposer, que le docteur Warnier avait lui-même rédigé cette introduction (comme le père de l’explorateur l’avait suggéré auparavant). Mais il se peut également qu’Henri Duveyrier ait écrit cette partie sous l’influence du docteur Warnier en reprenant ses arguments.

20Pourtant, on peut s’étonner de la passivité d’Henri Duveyrier, qui s’était révélé, durant ce voyage, être une personne très exclusive et indépendante qui cherchait à protéger ses travaux dès le début de son voyage. Il avait notamment rompu avec les Saint-Simoniens qui l’avaient aidé, car ils devenaient quelque peu directifs. Il avait également refusé d’être accompagné par un autre Européen et, devant le poids des instructions officielles, il était quasiment prêt à refuser une subvention.

21Selon René Pottier (dont j’utilise les citations avec toutes les réserves nécessaires, puisqu’il n’en indique ni la source ni le contexte), il semble qu’Henri Duveyrier ait pu faire un certain nombre de corrections. En mai 1862, il annonçait au gouverneur que son œuvre était terminée “sauf modification de rédaction” (A.O.M. 6X20 Duveyrier / G.G.A. 05/1862). En novembre 1862, il précisait encore qu’il “donnait la dernière main à la rédaction” (A.O.M. 4H5 Duveyrier / Gal de Martimprey, 6/11/1862). Ainsi, il aurait pu pendant une période de six mois, “reprendre” son rapport et le corriger, mais il semble qu’il ait conservé le plan initialement établi par le docteur Warnier dès le mois de mai 1862 (A.O.M. 6X20). Il semble également qu’Henri Duveyrier ait dû lutter contre l’autorité de son mentor, au niveau des corrections. En effet, il ne fait nul doute que le docteur Warnier était conscient de l’importance de son rôle et qu’il avait, en fait, supervisé l’ensemble de ce rapport : il faisait notamment remarquer au jeune homme, qu’il n’avait “pas fait ce livre” et que sa mémoire ne lui permettait pas “d’en saisir l’ensemble” (Pottier, 1938 : 87), lui défendant même de porter des corrections à l’imprimerie sans son accord.

22Ce rapport formait un volume de près de 500 pages qui fut finalement publié en 1864, avec le concours et les subsides du Gouvernement Général de l’Algérie. Une somme de 8 000 Francs fut débloquée à cet effet par le gouverneur, dans le but de “développer les relations avec le Sud” (A.O.M 6X20). Henri Duveyrier obtint la même année pour cette œuvre, la médaille d’or de la Société de Géographie, qui récompensait la découverte la plus importante en matière de géographie.

23Grâce à l’influence et à la publicité des Saint-Simoniens, dont le jeune homme bénéficiait, ce premier volume, Les Touareg du Nord (un second consacré au commerce était prévu mais ne semble pas avoir été publié) obtint un certain succès et de nombreux spécialistes en soulignèrent la pertinence. Cette monographie, la première consacrée aux Touaregs, resta d’ailleurs une référence et Henri Duveyrier fut longtemps considéré comme un spécialiste des questions sahariennes. Toutefois, il semble que l’explorateur ait eu des regrets de ne pas avoir travaillé seul à la rédaction des Touareg du Nord. Sans doute avait-il envisagé son œuvre différemment.

24Il est à noter qu’il y a tout juste cent ans, en Avril 1892, Henri Duveyrier se suicidait d’une balle dans la tête.

Bibliographie

Bibliographie

Archives d’Outre-Mer (Aix en Provence)

4H5, 6X20, 15K25 (Gouvernement général de l’Algérie)

Archives Nationales (Paris)

47AP1, 47AP3 (Affaires privées)

Bibliothèque de l’Arsenal (Paris)

MS 13739 (Fond Enfantin)

DUVEYRIER H.

1864 Les Touareg du Nord, Paris, Challamel.

EMERIT M.

1941 Les Saint-Simoniens en Algérie, Paris, Belles Lettres n° XV, 351p.

EYDOUX H.P.

1986 Henri Duveyrier, Hommes et Destins, t. VII, p. 169-173

GARDEL G.

1961 Les Touareg Ajjer, Alger, I.R.S Baconnier, 388 p.

HEFFERMANN M.

1989 The limits of utopia : Henri Duveyrier and the exploration of the Sahara in the nineteenth century, The Geographical Review, vol. 155, n° 3, novembre, p. 342-352

LHOTE H.

1944 Les Touareg du Hoggar, Paris, Payot, 467 p.

MAMBRE E.

1992 Henri Duveyrier, explorateur du Sahara (1840-1892). Mémoire de maîtrise sous la direction de H. Claudot-Hawad et M. Gast, avec la collaboration de M. Michel. I.H.P.O.M, Université de Provence. 164 p. + annexes.

POTTIER R.

1938 Un prince saharien méconnu : Henri Duveyrier, Paris, Plon, 254 p.

POTTIER R.

1946 Charles de Foucauld et Henri Duveyrier, Cahiers Charles de Foucauld, n° 1, p. 41-56

POTTIER R.

1959 Hommage à Henri Duveyrier, Académie des sciences d’Outre-Mer, avril, t. XIX, p. 138-146

TRIAUD J.L.

1991 Les relations entre la France et la sanussiyya, histoire d’une mythologie coloniale, découverte d’une confrérie saharienne, thèse, juin 1991, Paris VII

Auteur

IHPOM, Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter