Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Le comparatisme diachronique et l’ethnographie des Touaregs1

Jean-Noël Ferrié

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre de recherches menées en commun avec G Boëtsch (UPR 221 - Univer (...)

1Comme beaucoup de peuples qu’il était impossible de ranger dans l’identité - “ils sont comme nous” - ou dans l’altérité - “ce sont des sauvages” -, les Touaregs ont donné naissance à de suggestives mythologies dont le monde de l’Atlantide est, en quelque sorte, le résumé. Je ne prétends pas évoquer cet univers imaginaire, charmeur et, bien sûr, trompeur. Je vais plutôt insister sur quelque chose de “terre-à-terre” qui a trait au côté laborieux du travail scientifique de l’ethnologue : la façon de faire des comparaisons.

2Le comparatisme est, si l’on peut ainsi dire, une vieille histoire qui remonte à Tylor, et je ne prétends pas qu’il s’agisse d’une chose intrinsèquement mauvaise ou négligeable. Il peut, par exemple, nous faire comprendre que des gens au comportement étrange font, à peu de choses près, ce que nous faisons nous-mêmes en nous croyant incomparables. Sans doute l’exotisme y perd-il quelques-unes de ses plumes, mais la compréhension de l’homme y gagne un peu de simplicité, ce qui n’est pas inintéressant. Pourtant, je crois qu’il existe une forme de comparatisme aux effets plus néfastes qu’heuristiques : le comparatisme diachronique. Il consiste dans la comparaison d’un objet ou d’une pratique avec un autre objet ou une autre pratique éloignés dans le temps. Je précise que la comparaison peut être circonstanciée, s’il s’agit, par exemple, d’une hypothèse diffusionniste ; ou descriptive, s’il s’agit de rendre compte d’un objet inusité en le comparant à un objet connu accomplissant une fonction semblable ou ayant une forme similaire ; ou enfin explicative, s’il s’agit d’exprimer la qualité de quelque chose en faisant appel aux caractéristiques reconnues d’un autre objet - et, en ce sens, la comparaison est pleinement une métaphore.

3Aujourd’hui nous n’utilisons plus guère la comparaison d’un point de vue diffusionniste, mais davantage pour décrire ou pour expliquer. Les savants et les voyageurs Du siècle dernier utilisaient, eux, la comparaison dans un but nettement généalogique et classificatoire. Elle n’était pas heuristique, elle établissait une identité. Il est indéniable que les Berbères ont particulièrement bénéficié de ces identifications (Ferrié et Boëtsch, 1990). Je ne reviens pas sur cette question, mais un exemple s’impose afin de ne pas se méprendre sur sa signification. Au début du siècle, le Docteur Bertholon, éminent anthropologue, publie un article intitulé : “Sociologie comparée des Achéens d’Homère et des Kabyles contemporain” (1913). Il affirme, dans cet article, que la présence, chez les Kabyles et chez les Achéens, de quelques traits culturels - en vérité, assez rapidement définis - dont la vengeance, montre que les premiers sont les descendants des seconds qui auraient migré de Grèce au Maghreb, en passant sans doute par l’Egypte. Pour Bertholon, cette identité culturelle corrobore l’identité raciologique des uns et des autres, telle que l’établit la mesure comparée des ossements des morts et des caractéristiques morphologiques des vivants. On aura compris que le postulat fondamental de la comparaison diachronique est la stabilité dans le temps. Voyons maintenant ce qu’il en est de cette stabilité s’agissant des Touaregs du point de vue de l’anthropologie physique, ce que l’on nommait dans l’idiome scientifique de l’époque : la théorie de la résistance des types.

Les Touaregs et la résistance des types

4Les populations du nord de l’Afrique ont été maintes fois classées par les anthropologues physiques, à la fois pour les différencier et pour établir l’origine de chacun des groupes ainsi obtenus (Boëtsch et Ferrié, 1989). Je retiendrai quatre classifications afin d’illustrer mon propos : celle de Périer (1870), celle de Topinard (1881) celle de Collignon (1886) et celle de Bertholon et Chantre (1913).

5Périer, travaillant presque uniquement sur des sources antiques (Hérodote, Tite-Live, Salluste, Ptolémée...), pensait que les Touaregs descendaient des Gétules et étaient raciologiquement différents des Kabyles qui descendraient des Libyens. Topinard, au contraire, de retour d’un assez court séjour en Algérie, considérait que les Gétules étaient les ancêtres des Kabyles, alors que les Touaregs descendraient des Numides. Les Numides seraient les véritables autochtones, et non pas les Libyens et, par voie de conséquence, les Kabyles. Collignon faisait, lui, des Touaregs les descendants des Ethiopiens, hypothèse indéniablement plus exotique qui avait déjà été avancée par Trémaux (1865). Selon cet auteur, les Touaregs seraient un mélange d’Egyptiens et d’Ethiopiens chassés d’Egypte par les invasions arabes. Il ne faudrait pas que le mot “Ethiopien” prête, ici, à confusion ; il s’agit, en fait, de “Leucoéthiopiens”, c’est-à-dire d’Ethiopiens blancs.

6Il faut, en fait, attendre le travail de Bertholon et Chantre, Recherches anthropologiques dans la Berbérie orientale (1913), pour avoir une idée exacte de ce que signifie, d’assez loin de l’exercice lettré, ce mélange de populations actuelles et de noms antiques. Bertholon et Chantre entreprirent de classer l’ensemble des populations du Maghreb (à l’exception du Maroc) selon une distinction en types somatiques, conformément au projet de l’anthropologie physique. Ils distinguèrent six types :

  • un type dolichocéphale mesorhinien de petite taille (1),
  • un type dolichocéphale platyrrhinien de petite taille (2),
  • un type dolichocéphale lepthorhinien de haute taille (3),
  • un type dolichocéphale platyrrhinien de haute taille (4),
  • un type brachycéphale mesorhinien de petite taille (5),
  • un type brachycéphale platyrrhinien de petite taille (6).

7La typologie étant strictement somatique, on s’attendrait à ce que les ensembles ainsi distingués n’aient pas de profondeur historique. Ce ne devrait être qu’une façon de classer, selon les formes et les mensurations, un ensemble plutôt confus de personnes. Or, il n’en est rien : à chacun de ces types, Bertholon et Chantre font exactement correspondre une population antique :

  • les Zeugitans (1),
  • les Mélano-Gétules (2),
  • les Numides (3),
  • les Maurétaniens et les Gétules (4),
  • les Lotophages (5),
  • les Byzantes (6).

8Ne perdons pas de vue les Touaregs : ce sont les dolichocéphales lepthoriniens de haute taille correspondant aux Numides. En d’autres termes, les populations actuelles ne seraient jamais que la continuation des populations passées dont le type physique serait rigoureusement intangible.

9Certes, cette conception est fausse ; il n’est cependant pas dans mon propos - ce serait quasiment une cuistrerie - de reprocher aux anciens anthropologues d’ignorer la génétique des populations (toutes les populations varient, les populations isolées aussi ; c’est ce que l’on nomme la dérive génique). Ce qui est intéressant, ici, n’est pas l’erreur maintenant manifeste de la pensée typologiste, mais sa certitude que les peuples demeurent ce qu’ils ont toujours été ; qu’ils sont insensibles au changement ou, plus exactement, qu’ils savent s’en défendre. C’est ce qu’énonce la théorie de la résistance des types, en faveur chez les anthropologues du xixe siècle. En d’autres termes, les Touaregs sont tout simplement la continuation des Gétules, des Numides ou des Ethiopiens, quelle que soit la façon dont on les nomme.

10Cette erreur ne serait pas si grave si l’on ne considérait en même temps que le destin culturel d’un peuple était inséparable de son destin somatique, c’est-à-dire si l’on ne croyait que le type physique, l’appartenance en fait à une race, déterminait, non seulement la taille du squelette et la forme du crâne, mais tout autant l’activité du cerveau et, l’un dans l’autre - je veux dire le cerveau dans le crâne - la place dans l’histoire. Je ne vais pas me préoccuper de l’activité cervicale, mais de la conséquence scientifique de cette première comparaison diachronique entre Touaregs d’aujourd’hui et Touaregs de jadis.

Les Touaregs et l’archaïsme prolongé

11Entre le xixe siècle et les premières décennies du xxe siècle, beaucoup d’ouvrages portèrent sur l’histoire antique du nord de l’Afrique. L’un des plus connus est celui de Vivien de Saint-Martin, Le Nord de l’Afrique dans lAntiquité grecque et romaine (1863). Je ne le cite pas parce qu’il évoque les Gétules, les Numides ou les Ethiopiens, mais à cause de certaines de ses notes. Décrivant les antiques tribus libyennes, dont on a aussi fait les ancêtres des Touaregs, Vivien de Saint-Martin indique qu’ils s’habillaient de peaux de moutons ; il constate, en note, que la même chose a été observée à l’époque moderne par Homemann. De nombreuses autres notes procèdent de façon identique, explicitant des traits culturels anciens en les référant à l’époque moderne.

12Il n’est pas question de faire la liste de tous les auteurs procédant ainsi ; remarquons seulement que cette sorte de comparatisme a été sollicité par le fameux ouvrage de Duveyrier : Les Touaregs du Nord (publié en 1864). Oric Bates a consacré une étude aux anciens Libyens, publiée en 1912 - The Eastern Libyans (1970) - où l’un des auteurs les plus cités est Duveyrier (vingt-neuf fois, en tout). Il était sans doute difficile de dépeindre un peuple disparu sur lequel peu de documents étaient disponibles. Essayer d’en connaître la religion, l’activité économique, l’organisation politique ou tout autre chose semblable posait bien évidemment le problème de la limite des sources. Aussi, au milieu des sources grecques et latines, Duveyrier apporte-t-il une collection de faits et d’observations, permettant d’agrémenter les patientes reconstitutions d’après l’antique. Cette utilisation du récit d’un voyageur pourrait venir de ce que Bates écrivit son ouvrage “sur le terrain”, mais il n’en est vraisemblablement rien puisque l’ouvrage classique de Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, publié en 1913, sollicite tout autant Duveyrier.

13Prenons quelques références. Gsell remarque que suivant les auteurs anciens le père était le chef de famille (Gsell, 1920 : 240). Il renvoie en note, au fait que les Touaregs font exception à la prévalence de la filiation patrilinéaire. Plus loin, remarquant que l’on se livrait jadis à la zoolâtrie, il ajoute - comme une confirmation - que les Touaregs ne mangent pas certains animaux, ce qui serait un vestige du totémisme (Gsell, 1920 : 244-245 ; 1929 : 125). Plus loin encore, il cite une curieuse pratique rapportée par Hérodote : les femmes iraient s’allonger sur des tombeaux pour obtenir des nouvelles d’un mari absent. Les femmes touarègues sont décrites comme faisant la même chose (Gsell, 1929 : 168). Citation de cette forme de divination et commentaire d’après Duveyrier figuraient déjà chez Bates (1970 : 178-179).

Le problème du comparatisme

14Quel était l’intérêt des comparaisons de Gsell et de Bates ? Plutôt que d’entrer dans une dispute quelque peu fastidieuse sur la possibilité intrinsèque du comparatisme, je voudrais contourner celle-ci en attirant l’attention sur une insidieuse conséquence de la comparaison de deux choses, l’une ancienne, l’autre contemporaine : dans ce contexte, la comparaison suggère que la plus récente des choses comparées n’est pas différente de la plus ancienne, que l’une et l’autre, en somme, sont deux manifestations d’un objet intangible. Quand on utilise les Touaregs contemporains pour comprendre ce qu’était la façon de vivre des Libyens ou des Numides, on affirme que leur propre façon de vivre n’est pas sensiblement différente, qu’ils sont en quelque sorte hors du temps. Or cette suggestion est insidieuse, dans la mesure où elle oriente la recherche. Va-t-on spontanément rechercher la dynamique, les débats internes et les choix d’une société que l’on caractérise a priori par la pérennité ?

15A l’encontre de cela, faire l’ethno-histoire des Touaregs est sans doute la meilleure façon d’éviter que le choix d’une méthode - le comparatisme diachronique - ne constitue insidieusement une zone d’insensibilité à l’histoire. Allons plus loin : que peut-on positivement déduire de la présence trans-historique d’un trait culturel ? Que les personnes qui le possèdent demeurent fondamentalement semblables ou que le même trait supporte des significations différentes.

16La première réponse renvoie, bien sûr, à ce que Wittgenstein considérait comme une conception magique de la signification : croire que le sens est incorporé dans le trait et régit les conduites comme les formes sociales dans lesquelles elles s’expriment. La seconde part de l’idée que les signes - pratiques et croyances - n’ont de sens que par leur usage (Wittgenstein, 1953 : 128). Je ne vais pas argumenter en faveur de la position de Wittgenstein qui paraît épistémologiquement établie. On peut donc se demander, à bon droit, sur quoi nous renseigne la comparaison. Au mieux, sur la provenance de la forme analysée, jamais sur sa signification. En ce sens, si l’on trouve une comparaison diachronique, en dehors d’une hypothèse diffusionniste portant sur la forme, il convient de la considérer comme impertinente.

Bibliographie

Bibliographie

BATES O.

1970 (1912) The Eastem Libyans (An Essay). Londres : Cass.

BERTHOLON L.

1913 Sociologie comparée des Achéens d’Homère et des Kabyles contemporain, Revue tunisienne, n° 97 : 190-199.

BERTHOLON L. et CHANTRE E.

1913 Recherches anthropologiques dans la Berbérie orientale, Tripolitaine, Algérie, Tunisie, t. I, Anthropométrie, craniologie, ethnologie. Lyon : Rey.

Boetsch G. et FERRIE J.-N.

1989 Le paradigme berbère : approche de la logique classificatoire des anthropologues français du xixe siècle, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n° spécial : (sous la direction de C. Blanckaert, A. Ducros et J.-J. Hublin) Histoire de l’anthropologie : hommes, idées, moments, t.1, n° 3-4 : 257-276.

COLLIGNON R.

1887 Etude sur l’ethnographie générale de la Tunisie, Bulletin de géographie historique et descriptive, (armée 1886) : 181-353.

FERRIE J.-N. et BOETSCH G.

1992 Du Berbère aux yeux clairs à la race eurafricaine : La Méditerranée des anthropolo-gues physiques. In (sous la direction de K. Basfao et J.-R. Henry) Le Maghreb, l’Europe et la France. Paris : CNRS (Extrait de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, 1990), p. 191-207.

GSELL S.

1920 (1913) Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. I. Paris.

1929 (1913) Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V. Paris.

PERIER J.A.N.

1870 Des races dites berbères et de leur ethnogénie, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t.I (2e série) : 1-52.

TOPINARD P

1881 Les types indigènes de l’Algérie, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. IV (3e série) : 517-537.

TREMAUX P.

1865 Origine et transformation de l’homme et des autres êtres. Paris : Hachette (2 vol.).

VIVIEN de SAINT-MARTIN L.

1863 Le nord de l’Afrique dans l’antiquité. Paris : Imprimerie impériale.

WITTGENSTEIN L.

1953 Philosophical Investigations. Oxford : Blackwell.

Annexes

Henri Duveyrier, in Un prince saharien méconnu, René Pottier, 1938, Plon, Paris

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre de recherches menées en commun avec G Boëtsch (UPR 221 - Université d’Aix-Marseille III) et portant sur l’histoire et l’épistémologie de l’anthropologie du nord de l’Afrique et de l’aire méditerranéenne.

Table des illustrations

Légende Henri Duveyrier, in Un prince saharien méconnu, René Pottier, 1938, Plon, Paris
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

IREMAM, Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter