Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le politique dans l’histoire touarègue

 | 
Hélène Claudot-Hawad

Le politique chez les touaregs : un ordre absent, insoupçonné ou occulté ?

Hélène Claudot-Hawad

Texte intégral

1Lors d’une visite scientifique à Tachkent en 1989, tandis que je demandais à mes hôtes si des études existaient sur les rapports entre nomades d’Ouzbékistan et Etat, il me fut poliment répondu qu’il s’agissait d’une question qu’on ne se posait pas ici.

2Dans tous les domaines et tous les pays, il existe ainsi un certain contingent de problèmes hors propos, qu’ils soient considérés comme résolus une fois pour toutes, ou jugés impertinents, ou encore les deux à la fois.

3En ce qui concerne le monde touareg, l’organisation du politique est apparemment un champ clos depuis la colonisation.

4L’idée de l’anarchie nomade et de la précarité des liens sociaux entre groupes, perçus le plus souvent comme des “bandes” rivales plutôt que des unités organisées, domine les publications du début Du siècle et continue d’inspirer largement les travaux les plus récents. Dans cette perspective, l’armature politique du monde touareg, qui se confondrait avec la structure lignagère de la société, apparaît extrêmement limitée et morcelée : les pouvoirs sont dispersés, les tribus sont gérées de manière autonome et le contour des confédérations reste flou et mouvant. Certains utilisent même l’expression de “sociétés touarègues” au pluriel, sans toutefois livrer le terme vernaculaire qui correspondrait à cette notion.

5L’idée de l’absence d’organisation politique sert également à expliquer l’effondrement des Touaregs qui, selon cette optique, auraient été incapables de s’unir au moment de la colonisation française. C’est à des arguments identiques que les commentaires sur la rébellion touarègue actuelle ont majoritairement recours, quelle que soit la qualité déclarée de leurs auteurs, hommes politiques, journalistes ou chercheurs scientifiques.

6Une citation de Maillochau (1956 : 23) illustre, entre bien d’autres, cette position :

“Le lien tribal est avec le lien familial, avec lequel il se confond souvent, le seul ciment de la société touarègue ; certes l’identité des castes, la noblesse, constitue également une communauté, mais il n’y a pas de nation touareg, et les confédérations qui ont pu exister représentaient une alliance temporaire basée sur l’intérêt ou la crainte.”

7Ce même auteur dont l’étude est consacrée aux Touaregs de la subdivision de Tanout constate cependant l’existence de liens entre tribus différentes. Il les interprétera comme les vestiges d’une ancienne unité parentale qui aurait subi un découpage administratif récent :

“Dans l’organisation actuelle, les groupes ayant été fractionnés pour la commodité de l’administration ou même antérieurement à l’arrivée des Français, (ils) constituent un tout”. (S’il subsiste un lien, il correspond) “plus en fait à un maintien envers et contre tout du souvenir des origines ancestrales, qu’à une véritable politique”

8Un autre constat contrarie à son tour l’hypothèse de l’imbroglio désordonné des tribus :

“seuls les Immouzourags ont pu obtenir une place éminente à la tête des autres Touaregs et prendre la direction d’alliance quand le besoin s’en faisait sentir pour des opérations de guerre offensive ou défensive”...

9Cependant, ce fait est considéré comme une exception qui confirme la règle :

La “prépondérance immouzourag reposait d’ailleurs sur la force et rien dans les faits ni dans les droits ne pouvait paraître l’esquisse d’une nation touareg”.

10Cette perception du monde touareg comme un agrégat de tribus isolées, vindicatives et âpres au gain, sans conscience d’une quelconque appartenance commune, contraste de manière frappante avec les définitions endogènes de l’ordre social et politique. En effet, dans de nombreux récits historiques touaregs recueillis sur la période coloniale et post-coloniale, c’est la référence à l’organisation du politique qui apparaît dominante, se trouvant constamment sollicitée pour expliquer l’enchaînement logique des événements et la réaction des divers acteurs touaregs (voir HCH, 1990). Les conceptions qui s’en dégagent mettent au premier plan non pas un agencement parental et lignager de la société, mais bien l’ordre du politique, exprimé à l’aide de métaphores qui évoquent un lien organique entre les différentes unités de l’ensemble touareg appelé temust n imajaghen.

11C’est pour comprendre les lieux, les espaces, les temps, les formes du politique dans l’histoire touarègue qu’il m’a paru intéressant de susciter en mai 1992 une réflexion collective sur ce thème autour d’une table-ronde intitulée “Ethnohistoire du monde touareg. Réseaux et formations politiques”. Dans ce projet, qui se poursuit aujourd’hui, il s’agissait de croiser les sources en étudiant notamment les archives françaises, italiennes et turques ainsi que les multiples versions de l’histoire orale des Touaregs et des sociétés voisines.

12Pourquoi le cacher, les réponses à cette sollicitation furent parfois décevantes, traduisant une carence évidente des recherches dans ce domaine. En effet, de nombreux secteurs apparaissent peu ou pas du tout explorés. L’un des intérêts “en négatif” de cette rencontre aura d’abord été de mettre en évidence l’absence de données, d’observations et d’interrogations - comme par exemple au sujet des relations politiques extérieures des Touaregs - empêchant le développement de toute glose scientifique. Une étude approfondie de ce champ, libérée des a priori habituels et du paradigme colonial sur la question, constituera notre prochain domaine d’investigation.

13Concernant l’organisation institutionnelle de la société et les pratiques qui l’entourent, l’existence de logiques internes échappant à la parenté et par ailleurs s’attachant, selon un raisonnement en termes de rapports de force, à des “processus” autant qu’à des structures, avait déjà été soulignée (HCH, 1987) et montrait que l’armature sociale ne se réduit pas à la parenté.

  • 1 Voir à ce sujet l’ouvrage collectif édité par S. Bemus, P. Bonte , L. Brock et H. Claudot, 1986.

14Par ailleurs, la coexistence de principes structurant apparemment contradictoires tels que segmentarité et hiérarchie, parenté et différenciation sociale, unilinéarité et endogamie, conduit à prendre une certaine distance avec les typologies établies. Dans le domaine de la parenté1, ces traits mixtes associent le modèle touareg à la fois aux systèmes élémentaires d’échange généralisé et aux systèmes dits “complexes”. De même, dans le domaine de l’organisation politique, la combinaison de ces caractéristiques engage à sortir de l’opposition tranchée entre sociétés lignagères d’un côté et sociétés étatiques de l’autre. Cette dernière distinction établie par M. Fortes et E.E. Evans-Pritchard dans l’ouvrage African Political Systems a été, depuis sa publication en 1940, largement nuancée et assouplie par de nombreux travaux monographiques qui ont décrit des systèmes beaucoup plus variés et complexes que ne le laissaient entendre ces catégories quelque peu rigides, progressivement invalidées par le nombre imposant d’“hybrides” inclassables.

15Le cas touareg fait partie de ces formes composites combinant à la fois des relations d’opposition et de complémentarité entre groupes qui se définissent comme lignagers, une hiérarchisation des unités sociales et une ébauche de centralisation incarnée par deux institutions : le conseil de la nation (asagawar n temust) et le “sultanat” d’Agadez (HCH 1990).

16Si la plupart des relations sociales peuvent s’exprimer en termes de parenté, des registres concurrents coexistent toujours avec cette trame ou se substituent à elle dans certains champs, notamment celui du politique.

17Ainsi, dans les relations intérieures du monde touareg, la plupart des liens noués au sein ou hors des différentes confédérations, y compris certaines relations hiérarchiques traduites fréquemment par l’opposition entre aînés et cadets, peuvent être exprimés dans le langage parental. Par exemple, les relations d’alliance entre Ajjer, Ahaggar et Aïr sont décrites sur le mode généalogique comme celles qui unissent des “enfants de sœurs”, appartenant donc à la même lignée matrilinéaire. De même, les relations de rivalité - dont un aspect est le pillage d’honneur - entre cette triade et les Iwellemmeden sont traduites en présentant les premiers comme des “fils de sœurs” opposés aux seconds qui sont des “fils de frère”, se trouvant autrement dit dans le rapport concurrentiel qui lie le neveu et le fils. Rappelons que le neveu peut légitimement “piller” les biens qui lui sont nécessaires chez son oncle maternel.

  • 2 Voir à ce sujet HCH et Hawad, 1982.

18Mais ces rapports interconfédéraux sont également interprétés suivant des principes plus politiques, comme celui qui exige qu’aucun des piliers de la société ne dépasse l’autre, ni en pouvoir ni en richesses. La redistribution des surplus que réalisent les pillages d’honneur dans le respect de règles strictes2, est vu alors comme un régulateur économique rétablissant la parité entre les divers pôles.

19La dynamique politique qui engendre fusion ou scission des unités en présence ainsi que recompositions hiérarchiques, si elle donne lieu à des remaniements généalogiques significatifs dont ne sont peut-être dupes que les ethnologues, s’exprime couramment à l’aide d’arguments politiques qui prennent en compte l’aspect dynamique des faits. L’idée que tout ordre n’est qu’une étape transitoire vers un nouvel assemblage est ancrée dans la philosophie touarègue et utilisée pour comprendre les mutations de l’agencement social. L’opposition entre groupes, entre personnes, entre projets de société, entre modèles institutionnels, entre stratégies individuelles et collectives - est considérée comme le moteur de cette évolution et jugée tout aussi indispensable en politique que dans les autres domaines.

20Entre parenté et politique existent des lieux de séparation plus nette, comme, par exemple, le caractère éligible des représentants politiques et le contrôle qu’exerce sur eux la société, tempérant fortement la légitimité du droit au pouvoir selon la position parentale.

21Enfin, ce phénomène possède une lisibilité linguistique. Un vocabulaire spécialisé est introduit lorsque les relations avec les membres de l’unité politique ne semblent plus gérables ou exprimables seulement par la parenté et l’origine commune (HCH 1990). Ainsi, dans l’Aïr, le chef de tawsit (ensemble conçu sous l’angle parental comme un groupe de descendance matrilinéaire) est appelé agholla. De même, le représentant de la taghma, “cuisse”, qui regroupe différentes tawsit (pl. tawsitin) porte le nom d’ettebel, “tambour”, qui est l’insigne du commandement. La fédération de confédérations (tégézé, “bassin” ou tighmawin, “les cuisses”) est représentée par l’amenukal, dont l’étymologie donnée en pays touareg correspond à “celui qui tient ou qui possède le pays”. Enfin, l’instance qui incarne la société tout entière (temust n imajagheri) - vue métaphoriquement comme un “corps” articulé en plusieurs membres ou encore comme la charpente d’une tente formée de plusieurs piquets -, est l’assemblée : asagawar, nom qui au sens propre désigne “le siège, le trône”.

22Jusqu’à un certain point, le code parental est également utilisé pour qualifier les relations extérieures et aussi probablement pour les “dédramatiser”. Ainsi les Touaregs de l’Aïr appellent “frères cadets” (imadrayen) les Haoussa Azné du Damergou et du Gouber placés sous leur protection. Les Songhay bénéficient de la même appellation. Mais aucune confusion n’existe sur cette parenté fictive qualifiée de témét tan tanablaga, c’est-à-dire “parenté du partenariat”, traduisant la complémentarité dans des échanges d’ordre divers. Les Peuls sont considérés également comme des “frères” mais dans un sens différent faisant allusion à l’histoire mythologique selon laquelle ils sont issus de la même souche que les Touaregs, appartenant à la même communauté d’origine (tamurt). Les Jermas ont le statut de “cousins” (ibubazen win tanablaga) et avec eux s’instaurent des relations à plaisanterie. Par contre, les relations de rivalité avec les Toubous ou avec les chefferies du Bomou n’entrent pas dans un imaginaire parental.

23Le discours politique substitue à cette interprétation une conception plus instrumentale, où les rapports de domination, de protection, de sujétion, de dépendance, sont clairement nommés par des concepts tels que téfedest (ensemble des tributaires), tagast (protectorat ou clientèle), imagazen (protecteurs), inalkamen (sujets), imuzaren (dirigeants), imhuwar (sing. amahéwer) ou imazuwar (souverains), imajaghen (nobles)...

24En fait, du proche au lointain, du connu à l’inconnu, existe une impressionnante palette de catégories pour appréhender l’altérité (HCH 1993), offrant une interprétation dynamique et interrelationnelle des mondes de l’intérieur et de l’extérieur. Cette classification définit diverses étapes de symbiose culturelle, présentant un tableau suggestif des rapports complexes -politiques, économiques, sociaux et culturels - établis avec un extérieur déjà défriché, seulement abordé ou totalement inconnu. Cette vision tranche de manière originale avec les nomenclatures ordinairement mises en œuvre par les observateurs étrangers qui, pour “penser” l’Afrique, opposent en général les cultures, les ethnies ou les tribus perçues comme des entités immuables, intemporelles et irréductibles.

25Pour comprendre les réseaux mis en œuvre dans les rapports sociaux internes et externes des Touaregs, cet arsenal sémantique raffiné fournit certainement un point de départ stimulant qui conduit à élargir la problématique étroite jusqu’ici appliquée à ces questions.

26La surinterprétation parentale et tribale du monde touareg a longtemps effacé de tout questionnement le champ du politique. Le résultat en est une lecture atomisée de l’univers touareg dont il convient d’analyser le contexte de production et d’examiner la pertinence à l’aide d’études de terrain sérieuses, partant d’hypothèses théoriques décloisonnées. Cet ouvrage, qui prolonge la réflexion engagée dans une publication collective précédente, Touaregs, Exil et résistance (1990), représente un premier pas impulsé par une interrogation longtemps absente de la littérature ethnologique concernant les Touaregs. S’y juxtaposent des regards différents sur ce thème, s’inscrivant dans des paradigmes souvent opposés, mais parvenant clairement à briser l’unanimité sur l’interprétation du politique chez les Touaregs.

27Ce livre est dédié à Lina Brock, amie chère et collègue active, qui le 13 août 1991 nous a, comme diraient les nomades, “précédés” dans la marche cosmique. En comparant les diverses versions de l’histoire en fonction de la position sociale des individus et en s’intéressant en particulier au point de vue généralement occulté des affranchis et des esclaves, Lina a pleinement participé aux interrogations épistémologiques qui sous-tendent notre démarche : qu’est-ce que la vérité en histoire ?

28Enfin, j’exprimerai un souhait qui tient de l’évidence : celui que la “vérité” ou les “vérités” des nombreux Touaregs qui, depuis le début Du siècle, sont morts pour ou à cause de leur appartenance à ce qu’ils nomment leur temust, soient prises en compte et étudiées en profondeur au même titre que les autres vérités, plus officielles, qui jusqu’à présent ont seules servi à élaborer l’histoire de ces zones saharo-sahéliennes dans les manuels occidentaux. La connaissance y gagnerait probablement en pertinence.

29Février 1993.

Bibliographie

Bibliographie

BERNUS S., BONTE P., BROCK L., CLAUDOT H.

1986 Le fils et le neveu. Jeux et enjeux de la parenté touarègue, Cambridge Uni Press/MSH, Cambridge/paris, 343 p.

BROCK Lina

1984 The Tamejjirt : Kinship and Social History in a Tuareg Community, Ph. D. , Columbia University, New York, 371 p..

1990 Histoire, tradition orale et résistance : la révolte de 1917 chez les Kel Dennag, REMMM n° 57, Edisud, Aix-en-Provence, 49-75.

CLAUDOT-HAWAD Hélène

1987 Des Etats-nations contre un peuple : le cas des Touaregs, ROMM n°44, Edisud, Aix-en-Provence.

1990 Honneur et politique. Les choix stratégiques des Touaregs pendant la colonisation française, REMMM n° 57, Edisud, Aix-en-Provence, 11-47.

1993 Les fibres synthétiques de la culture. Regard touareg, Autrement, à paraître.

CLAUDOT H. et HAWAD

1982 Coups et contre-coups : l’honneur en jeu chez les Touaregs, Annuaire de l’Afrique du Nord, XXI, CNRS, Paris, 793-808.

Coll. (sous la direction d’H. Claudot-Hawad)

1990 Touaregs. Exil et résistance, REMMM n°57, Edisud, Aix-en-Provence, 198 p.

FORTES M. et EVANS-PRITCHARD E.E.

1964 Systèmes politiques africains, PUF, Paris, 266 p.

HAWAD

1985 La tente déchirée des Touaregs, L’Autre Journal, n°7, 26-31.

1992 Lettre d’un homme touareg à une femme haoussa, Le Républicain, Niamey, 20 février.

1993a Hachis touareg pour dîners officiels, Libération, 12 janvier.

1993b, Une identité dans le sillage de l’infini, Les Lettres Françaises, mars.

1993c Les marges, Le Monde Diplomatique, à paraître.

MAILLOCHAU Jean

1956 Les Touareg de la subdivision de Tanout, Paris, CHEAM 2618.

Annexes

Touareg, in L’Algérie Contemporaine Illustrée, Vipalmé Editeur, Paris

Notes

1 Voir à ce sujet l’ouvrage collectif édité par S. Bemus, P. Bonte , L. Brock et H. Claudot, 1986.

2 Voir à ce sujet HCH et Hawad, 1982.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Légende Touareg, in L’Algérie Contemporaine Illustrée, Vipalmé Editeur, Paris
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

IREMAM, Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter