Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le partenariat et la « relance » des Zep

 | 
Françoise Lorcerie

Annexe 3. “Réussir au collège”. Principes et modalités des actions d’aide aux devoirs

Extraits d’une plaquette réalisée par l’Association PACQUAM, (PACQUAM, Marseille, 7 p., s.d. (1191)

Texte intégral

1L’importance qu’il y a à soutenir et à favoriser le travail personnel des collégiens, a conduit à la mise en place depuis 1982 autour du collège de l’Estaque puis de deux autres collèges de Marseille de cinq, de onze, de seize établissements d’un dispositif d’aide aux devoirs géré par des associations “Collège-quartier”, dispositif coordonné et dynamisé par l’association PACQUAM créée à Marseille en juin 1987.

OBJECTIFS ET MODALITES DE L’ACTION

2Il s’agit d’une aide aux devoirs et au travail personnel des collégiens d’un quartier ou d’une localité autour d’un collège.

3Pour cela, Collège-Quartier offre aux collégiens :

4* Face aux problèmes matériels :

5Un lieu, des tables, des chaises, de la lumière, de la chaleur (l’hiver), une qualité de silence, quelques outils (dictionnaires, calculettes, atlas...) ;

6* Face aux problèmes méthodologiques :

7Une aide pour tenir le cahier de texte, pour organiser son travail, chercher dans le dictionnaire, trouver ou exploiter un document, travailler efficacement et de façon autonome ;

8* Face aux problèmes scolaires :

9Une aide ponctuelle à un exercice, une écoute pour réciter une leçon, éventuellement une explication complémentaire à celle reçue en cours ;

10* Face aux problèmes affectifs :

11Un soutien, des présences, des repères, un lieu de parole, d’écoute et de rencontres.

12Collège-Quartier veut être un lien entre l’enfant et son environnement, un intermédiaire entre l’école et la maison, luttant ainsi contre l’éclatement du champ éducatif.

Le public visé

13Cette aide s’adresse à tous les élèves du quartier et du collège qui en ont exprimé le désir. La base est le volontariat.

14Elève en difficulté ou non, en demande de l’un des objectifs proposés ci-dessus, le collégien s’inscrit contractuellement et participe librement aux séances proposées.

15Notre expérience dans les différents sites fonctionnant déjà montre qu’en général les jeunes acceptent volontiers les contraintes d’horaire (d’arrivée), le silence et le respect du matériel que leur adhésion à l’association implique.

Les lieux de soutien

16Cette aide a lieu dans des locaux collectifs à proximité du collège mis conventionnellement à la disposition de l’association gestionnaire de l’action (centre social, bibliothèque municipale, maison de quartier, local A.I.L., C.A.Q., etc.).

17Les groupes constitués et stables d’une douzaine d’élèves maximum sont accueillis dans un local prévu à cet usage et remplissant les conditions de calme et confort nécessaires.

18Nous insistons sur l’intérêt de mener ces actions hors des sites scolaires : le soutien scolaire doit être vécu par le jeune non comme une simple prolongation du temps de classe, mais dans un lieu différent où il vient librement et qui n’est pas régi par les mêmes règles de comportement que dans le collège.

19Par ailleurs, l’enrichissement que constituent pour tous les partenaires de l’action la connaissance mutuelle et la complémentarité des interventions éducatives est renforcé par les contacts que l’existence de ces lieux crée nécessairement. Là encore notre expérience apporte un témoignage : la vie et la composition même du conseil d’administration de l’association créent entre le collège et les partenaires associatifs et sociaux des liens qui contribuent à la cohérence des actions éducatives menées dans et hors du collège et engendrent une collaboration plus étroite entre le collège et les forces vives du quartier. L’ouverture du collège sur le quartier implique que l’on ait présent à l’esprit la nécessaire cohérence du champ éducatif.

Les intervenants

20Cette aide est assurée par des intervenants rémunérés dont le profil après expérience se dessine ainsi :

  • Jeune bachelier, étudiant (nécessité d’un niveau de connaissance minimum).
  • Habitant du quartier et/ou issu du collège (nécessité d’une connaissance du site et de ses problèmes).
  • Intéressé par les problèmes des jeunes (diplôme d’animation souhaité).

21La formation et le suivi des intervenants constituent un souci constant de PACQUAM tant ce travail délicat et qualifié conditionne la réussite des actions engagées.

22La formation est prévue en deux phases :

23Une formation initiale organisée au moment de l’engagement (un week-end au mois de septembre) : là l’intervenant est informé des objectifs et des méthodes de l’intervention. Il reçoit les outils méthodologiques nécessaires.

24Une formation continue sous la forme de cinq demi-journées réparties durant l’année scolaire et où par petits groupes (dix à douze participants) sont traités les problèmes réels et concrets auxquels ils sont confrontés et où ils reçoivent les apports théoriques nécessaires. Un suivi pédagogique indispensable est assuré par les enseignants tuteurs qui constituent ce lien naturel entre le collège et les actions d’aide aux devoirs.

Le projet de site

25Chaque association Collège-Quartier établira, institutions scolaires, partenaires sociaux et éducatifs réunis, un projet de site intégré au projet de Z.E.P.

26A partir de l’analyse des besoins (situation locale, retards scolaires, situations de vie des familles), le projet de site définira l’outil d’aide aux devoirs nécessaire et ciblé (élèves de 6e, 5e, tous élèves du collège, dispositif spécifique CM2 6e avec les enseignants de l’élémentaire). Il arrêtera les dispositions pratiques (lieu, horaire, contenu, contrôle pédagogique, évaluation). L’association C/Q conventionnera avec PACQUAM l’engagement, la rémunération et la formation des intervenants.

Précautions à prendre et limite de l’action

  1. L’association Collège-Quartier ne peut se situer à côté de la vie de l’établissement mais en liaison étroite avec celui-ci. Elle doit figurer au projet d’établissement et doit en être partie prenante. Les enseignants qui connaissent les élèves en classe doivent être associés au soutien, connaître les intervenants et recevoir les garanties nécessaires à la cohérence de ces actions avec leur propre projet pédagogique.
  2. L’association Collège-Quartier s’intègre aux actions menées dans le même but aussi bien dans l’Education Nationale (projet global Z.E.P.) que dans le quartier (D.S.U., habitat et vie sociale, quartier d’intégration, etc.). Il s’agit donc bien d’une action intégrée à la vie et la dynamique du quartier et de la ville.
  3. L’association Collège-Quartier précise et limite son projet au soutien scolaire et refuse aussi bien d’être une école parallèle, qu’une association de “loisirs socio-éducatifs” à la disposition des jeunes du quartier.

MISE EN PLACE DE L’ACTION

Critères de détermination des sites

27Pour qu’un site (collège et quartier) voit la mise en place d’un dispositif C/Q un certain nombre de conditions de base doivent être remplies et le processus de démarrage doit respecter quelques étapes nécessaires.

Conditions de base

28- L’établissement scolaire et le quartier doivent se situer dans les conditions justifiant la nécessité de l’action.

29Les classements des collèges du département élaborés par l’I.A. en fonction du nombre d’élèves en retard à l’entrée de la 6e ou du nombre relatif de parts de bourses constituent des bases solides pour le choix des sites.

30- A l’intérieur du collège doit apparaître de façon nette une volonté d’utilisation de cet outil.

31Non seulement le chef d’établissement et l’équipe administrative doivent être favorables et partants, mais un certain nombre d’enseignants doivent également s’impliquer et s’engager dans le processus de mise en place.

32- A l’extérieur du collège c’est-à-dire dans le quartier des partenaires socio-éducatifs doivent se mobiliser.

33Directeurs de centres sociaux, ou d’équipements, parents d’élèves, travailleurs sociaux doivent être parties prenantes de l’action et participer à sa mise en place.

Etapes nécessaires

34Une fois le site repéré et acquise la collaboration des partenaires mentionnés ci-dessus, il y aura lieu de procéder aux démarches préliminaires suivantes :

35a) Réunion des partenaires et création d’une association “Collège-Quartier” (type loi 1901) avec mise en place d’un conseil d’administration et d’un bureau (présidé de préférence par le chef d’établissement). Réflexion et définition d’un projet de site.

36b) Repérage et aménagement des locaux d’accueil qui doivent remplir de bonnes conditions d’isolement et de confort (éclairage, chauffage, propreté, etc.)

37c) Choix, engagement et formation des intervenants.

38Cet acte peut être décisif dans la réussite de l’action. Rappel des critères de sélection :

  • Etudiant (de préférence Bac + 2).
  • Habitant le quartier et ancien élève du collège.
  • Et surtout motivé et adhérant aux objectifs de l’association.

39PACQUAM prête son concours dans le choix et la formation des intervenants.

40d) Mise en place d’un calendrier de démarrage. L’action doit commencer très rapidement après la rentrée scolaire. Il s’agira donc de préparer l’information des élèves et des familles et d’assurer les modalités d’inscription.

41e) Achat du petit matériel (dictionnaires, atlas, calculettes...).

42f) Mise en place du suivi des enseignants (de préférence un tuteur par groupe de 8 à 12 élèves).

43g) Mise en place des outils d’évaluation.

Pilotage et coordination de l’action

44Au cours de l’année 1991, à notre demande, un comité de pilotage s’est constitué. Il est composé de nos partenaires financeurs (ville de Marseille, État, Conseil Général, F.A.S., Caisse de dépôts et Consignations) et institutionnels (Education Nationale).

45Ce comité, présidé par le sous-préfet à la ville, assure le financement et le contrôle de l’action. Le comité de pilotage statue annuellement sur la programmation des actions et des subventions et recueille les résultats de l’évaluation. L’association PACQUAM initiatrice de l’action depuis 1987 prend en charge la mise en place progressive et la coordination des associations C/Q dans les sites choisis après concertation.

46Le cahier des charges de PACQUAM comporte l’étude d’implantation des sites, la mise en place des cycles, la formation des intervenants avec l’aide d’organismes spécialisés, le suivi des activités et la conduite d’une future mission d’évaluation qui permettra de juger du bien fondé et de l’efficience du dispositif.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter